Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bibliothèque publique et Public Library

 | 
Anne-Marie Bertrand

Chapitre V. Deux modèles de bibliothèque

Texte intégral

1Les valeurs, objectifs, combats, débats que nous avons rencontrés, ces histoires ont dessiné deux modèles de bibliothèque qui présentent des caractéristiques pour partie communes, pour partie différentes. Commun(e)s, l’organisation, un grand nombre des services offerts, l’inscription dans un modèle démocratique, le souci de l’égalité d’accès. Différent(e)s, le rapport au public, le rapport au passé (le patrimoine), les collections, l’image de la bibliothèque. Ces ressemblances et ces écarts ont quelque chose à voir avec la politique et la société dans lesquelles les bibliothèques s’inscrivent – comment en serait-il autrement ?

UN SOCLE COMMUN

2Le « modèle américain » a été adopté en France. Il est donc logique que beaucoup des traits des Public Libraries se retrouvent dans les bibliothèques municipales. C’est ainsi que, si l’on remonte au début de notre période, ont été progressivement acclimatés le libre accès aux rayons, les sections enfantines, la presse, les livres pratiques, la littérature non légitime (les bandes dessinées, les romans policiers, les romans de science-fiction), la musique non légitime (alors que, dans les années 1960, seule « la grande musique » avait droit de cité), le cinéma non légitime (alors que, initialement, seuls les documentaires et les « classiques du cinéma » avaient droit de cité), le souci des publics « empêchés » (handicapés, hospitalisés, détenus, etc.), l’organisation en bibliothèques centrales et annexes, etc. En somme, les éléments qui marquent la rupture avec la bibliothèque savante du XIXe siècle. À la fin des années 1970, au début des années 1980, le modèle est peu ou prou adopté. Adopté dans les têtes des responsables politiques, dans les têtes des bibliothécaires et dans les établissements.

3Comme les bibliothèques américaines, les bibliothèques françaises accueillent les enfants de plus en plus jeunes et leur proposent l’heure du conte ; elles multiplient les actions « hors-les murs », dans les crèches, les centres aérés, les foyers de personnes âgées ; elles se font conviviales en se dotant de cafétérias ou de coins-repos ; elles se modernisent en mettant leur catalogue en ligne ou en offrant des connexions à Internet…

  • 329 Françoise Gaudet, Claudine Lieber. « De l’autre côté de l’Atlantique : recruter ou périr ? ». Bibli (...)

4L’organisation par sections, les outils informatiques, les normes et procédures (Dewey, Dublin Core) : les dispositifs rapprochent les établissements. Le vieillissement du groupe professionnel se produit des deux côtés de l’Atlantique329, la raréfaction des budgets publics les touche pareillement. Dans les deux pays, on pense que les bibliothèques sont utiles à la société : 98 % aux États-Unis, 75 % en France – l’écart s’expliquant par l’écart de fréquentation réelle et donc par une utilité effective là-bas, une utilité supposée ici.

5Pourtant, les différences sont sensibles – et pas seulement dues à des effets de taille. Je vais insister ici sur trois registres dans lesquels ces différences sont manifestes : les publics, les collections, l’image de la bibliothèque.

LES BIBLIOTHÈQUES ET LEURS PUBLICS

6J’ai évoqué plus haut les fondements politiques des bibliothèques, leur implantation dans leur territoire, leur rapport à la citoyenneté, à la vie démocratique de leur pays. Cette analyse des valeurs doit être complétée, nuancée de l’analyse des activités et des réalisations.

  • 330 La stagnation des chiffres n’est pas une fatalité : entre 1994 et 2004, la proportion de Québécois (...)

7Rappelons une dernière fois quelques chiffres. Il existe environ 9 200 Public Libraries aux États-Unis, environ 3 000 bibliothèques municipales en France. Environ les deux tiers de la population fréquentent une Public Library, environ 25 % une bibliothèque municipale. Ces chiffres ne sont connus que par sondages, les statistiques annuelles étant établies aux États-Unis sur les entrées (1,2 milliard en 2001) et en France sur les inscrits (6 740 000 en 2004, soit 17,5 % de la population desservie). Les chiffres américains sont stables à un bon niveau, les chiffres français sont imprécis, certaines sources (la Direction du livre et de la lecture) annonçant une fréquentation en baisse, alors qu’une étude menée par le CRE-DOC en 2005 annonce des chiffres en hausse330.

  • 331 Public Libraries in the United States : Fiscal Year 2001, NCES, 2003.
    [En ligne] <
    http://nces.ed.go (...)
  • 332 Il ne s’agit pas là d’un lointain héritage : ces données ne sont collectées que depuis 1977.
  • 333 Direction du livre et de la lecture. Bibliothèques municipales, bibliothèques départementales des d (...)

8Dans leurs statistiques d’activités331, les Américains comptent la population desservie, les entrées, les prêts (adultes et enfants), le public des animations pour enfants, les accès à Internet, les questions posées (reference transactions332), les prêts entre bibliothèques. Les Français comptent la population desservie, les inscrits, les prêts, les accès à Internet et les horaires333. Où l’on voit déjà que l’accent n’est pas mis tout à fait sur le même registre puisque l’on ne décompte pas les mêmes activités.

Éduquer

  • 334 “The People’s University”. Formule de Alvin Johnson.

9À travers les décennies, on l’a vu, la fonction éducative de la Public Library est magnifiée. Ne l’appelle-t-on pas « l’université du peuple »334 ? L’éducation des adultes est une mission des Public Libraries depuis le XIXe siècle, chargées qu’elles étaient de former les citoyens, instruire les ouvriers et « américaniser » les immigrants.

  • 335 Lawrence White. The Public Library in the 1980s : The Problems of Choice. Lexington Books, 1983, p. (...)

10Cette image, toujours vivace, expliquerait le succès des Public Libraries encore aujourd’hui : « Pourquoi cette institution est-elle si répandue aux États-Unis ? La réponse doit être que, en dépit du faible usage qu’en font réellement les adultes, la Public Library a toujours mis l’accent sur son caractère d’institution éducative.335 »

11Par le biais de la collecte statistique, on l’a vu, se retrouve une des différences majeures entre les Public Libraries et les bibliothèques municipales : le caractère éducatif de l’institution. Le comptage des questions posées mesure l’activité documentaire et éducative de la bibliothèque. Ce comptage n’est pas fait en France. Faut-il souligner que la fonction même de bibliothécaire de référence (reference librarian, qui répond aux questions des usagers) n’existe pas dans les bibliothèques municipales françaises ? Elle est pourtant très présente dans les Public Libraries, même dans les petites villes.

  • 336 Les enfants représentaient 37 % des usagers, les 12-18 ans 23 % en 1993 (enquête NECS).
  • 337 Ernestine Rose. The Public Library in American Life. Columbia University Press, 1954, p. 122.

12Partout, les enfants viennent faire leurs devoirs, des bénévoles les y aident. Les teen-agers sont une cible prioritaire des bibliothèques aujourd’hui336. La Public Library est vue comme une deuxième école, après l’école. Elle participe activement à la « formation tout au long de la vie », réactivant sous de nouvelles modalités l’idée d’autodidaxie : « Tous ceux qui le souhaitent – et beaucoup l’ont souhaité – peuvent s’éduquer eux-mêmes grâce à la Public Library337 ». Elle propose, partout, des cours d’anglais pour les immigrants. Les grandes bibliothèques ont des départements « recherche » et servent de bibliothèques de recours pour les plus petites.

13La devise de la Chicago Public Library est « Lisez, apprenez, découvrez ! ». Son Customer Bill of Rights (charte de l’usager) commence ainsi :

14« Vous avez le droit de

  • recevoir un traitement courtois

  • demander de l’aide à un bibliothécaire

  • appeler ou venir pour avoir accès au service de référence […] ».

  • 338 Le Monde, 5 février 2006.

15En 1999, la Salt Lake City Public Library a inventé une assistance à la maîtrise de la lecture : lire à un chien. Farfelu ? Le chien, expliquent les bibliothécaires, ne reprend pas les enfants, ne se moque pas d’eux, ne trouve pas qu’ils lisent trop lentement : il leur donne confiance338 . La Champaign Public Library (Illinois) organise (comme beaucoup d’autres…) tous les étés des ateliers de lecture ou des concours : « Sois un super lecteur cet été ! » : après la lecture de 5 livres, l’enfant reçoit un cadeau, au 15e livre on lui offre un livre, au 25e il reçoit un « T-shirt de super héros ».

16En 2005, la campagne « Every Child Ready to Read » de l’ALA affiche comme premier argument : « Les bibliothèques aident les élèves à mieux travailler à l’école ». Cette phrase ne peut que susciter l’incompréhension, voire l’hostilité, des bibliothécaires français pour qui la bibliothèque et l’école occupent deux territoires distincts, défendent deux conceptions du livre et de la lecture et pour qui, en aucun cas, la bibliothèque ne doit être un substitut de l’école.

  • 339 Martine Blanc-Montmayeur. « Le rôle social de la bibliothèque : quelles significations ? ». Regards (...)

17« Il faut se rendre compte », analyse Martine Blanc-Montmayeur, à l’époque directrice de la BPI, « que l’ensemble de la profession des bibliothécaires de lecture enfantine avait été formé [dans les années 1970 et 1980] au sein de la Joie par les livres dans une idéologie qui était de faire tout ce que ne faisait pas l’école, et en aucun cas de s’identifier à l’école. La bibliothèque enfantine devait être le lieu de la culture-plaisir non obligatoire, non liée à des programmes scolaires.339 » Elle voit un changement d’attitude dans les années 1990, sous l’effet de « l’invention de l’illettrisme » et de l’échec scolaire, les bibliothèques enfantines revisitant leurs politiques d’achat pour renforcer leurs collections de livres documentaires, voire acheter des manuels, renforçant leur collaboration avec les bibliothèques scolaires et introduisant l’aide aux devoirs.

  • 340 Max Butlen. « Lire en bibliothèque, lire à l’école : oppositions et interactions ». Bulletin des bi (...)
  • 341 Les débats se sont cristallisés sur la liste des ouvrages susceptibles d’entrer à l’école dans le c (...)

18Symétriquement, souligne Max Butlen, les pratiques de lecture à l’école sont influencées par les bibliothèques jeunesse : « Les instituteurs militants à la recherche d’une nouvelle pédagogie de la lecture, les chercheurs et les bibliothécaires jeunesse les plus impliqués se sont logiquement rencontrés et se sont entendus sans trop de difficultés pour améliorer une offre de lecture scolaire qui leur paraissait désuète, inadaptée, inefficace. De cette union est né un nouveau modèle de bibliothèque, la bibliothèque centre documentaire qu’ils ont tenté d’implanter à l’école, avec une double volonté : “ni scolariser la bibliothèque enfantine ni remplacer l’école”.340 » Ce rapprochement a connu un apogée tourmentée avec l’adoption des programmes scolaires de 2002, où la littérature pour la jeunesse est devenue partie intégrante des programmes scolaires341.

  • 342 Hélène Weis. « Les bibliothèques pour enfants en quête d’un nouveau modèle ». Regards sur un demi-s (...)

19Même s’ils sont, on le voit, plus complexes que l’on ne le dit, les rapports des bibliothécaires et des enseignants sont, en France, depuis longtemps, tendus, marqués par des désaccords et la volonté de se distinguer les uns des autres. « Les bibliothèques pour enfants réclament de demeurer du côté de la séduction », résume Hélène Weis342.

  • 343 Jean-François Jacques. « Publics et services ». Le métier de bibliothécaire, op. cit., p. 308.

20Au-delà de l’accompagnement des enfants, la fonction éducative en direction des adultes est assumée avec la même réticence. Si le vieux concept d’éducation populaire n’a pas disparu, il a évidemment évolué avec l’élévation du niveau scolaire moyen de la population et les nouveaux visages de l’autodidaxie. Cette préoccupation n’a pas disparu de l’horizon des bibliothécaires français, à l’instar de Jean-Pierre Seguin, concepteur de la BPI qu’il décrivait comme « une bibliothèque universitaire pour non-universitaires ». Mais les étudiants, en bibliothèque municipale, sont souvent vus comme des usagers abusifs, déplacés – et l’ABF cherche à lutter contre cette tendance : « Pourquoi nombre de bibliothèques municipales cherchent-elles à décourager le public étudiant, réputé être un “mauvais public” : consommateur d’espace, exigeant sur le plan des documents, mais faible emprunteur, soupçonné de peu de considération pour le bien public ? N’est-ce pas pourtant un des publics qui ont un besoin très légitime des services de la bibliothèque ?343 »

21Pourtant, les étudiants semblent demeurer un poids pour les bibliothécaires français, car trop nombreux, trop présents, accaparant les espaces et les services au détriment du public ordinaire.

  • 344 Nicolas Beudon. Apprendre et se former dans les bibliothèques : la mission éducative des bibliothèq (...)

22La démocratisation culturelle, l’ouverture à tous les publics semblent être, pour les bibliothécaires, distinctes du partage du savoir. C’est un des constats du travail de Nicolas Beudon : « Le vaste mouvement de modernisation des bibliothèques publiques qui s’est enclenché dans les années 60 s’est construit davantage sur l’idée d’une démocratisation de la culture, voire même des loisirs, plutôt que des savoirs.344 »

  • 345 Ibid.

23Pourtant, les promoteurs du modèle de bibliothèque publique vont plaider en faveur de ce rôle éducatif. Jean Hassenforder « compte parmi les passeurs qui vont s’efforcer de trouver une traduction dans le monde des bibliothèques au modèle de l’autodidaxie à l’anglosaxonne et aux slogans de l’éducation permanente. Avec ses amis de la section des petites et moyennes bibliothèques à vocation éducative, qui bouscule l’ABF à sa création en 1959, il ambitionne de définir un nouveau modèle de bibliothèque […]. Sa “vocation éducative”, inspirée par l’idée de culture générale portée par la formation permanente, implique de rompre en partie avec une “culture traditionnelle à dominante littéraire, artistique, historique”. Pour Hassenforder en effet “la bibliothèque moderne devient un centre documentaire.”345 »

  • 346 Jean-Claude Le Dro, « Les exclus de la médiathèque », Bulletin d’informations de l’ABF, n° 170, 199 (...)

24« La bibliothèque municipale n’a pas à jouer le rôle de centre de documentation », proteste en écho Noë Richter en 1965. Trente ans plus tard, même protestation : « Il existe, en bien des établissements, une possible contamination du service lecture publique par celui d’études ou de référence. Faut-il une politique draconienne pour éviter la fusion des deux et protéger le premier comme une espèce en voie de disparition ? […] Dans la médiathèque, devenue pour l’essentiel une auxiliaire de l’école, la place des animations sera-t-elle à réétudier ? Ne ferons-nous bientôt que des expositions sur les écrivains du bac ?346 »

25Malgré l’influence anglo-saxonne, les bibliothèques municipales, décidément, hésitent, répugnent à être considérées comme des institutions éducatives.

Accueillir les individus

  • 347 Axel Munthe, American Librarianship from an European Angle : An Attempt at an Evaluation of Politic (...)

26Les visiteurs des bibliothèques américaines soulignent volontiers la qualité de l’accueil que les usagers y reçoivent. C’était déjà le cas du Norvégien Axel Munthe, à son retour d’Amérique, en 1939, qui saluait « ce charmant mélange de sollicitude, de patience et de courtoisie, et cette compréhension souriante des souhaits du public, même inexprimés, qui sont la note dominante de l’établissement tout entier et qui ont rendu les bibliothèques américaines sans rivales à travers le monde.347 »

  • 348 Par exemple : « Cette profession, qui parle tant de la fonction de renseignement, continue à ignore (...)

27En 1954, Ernestine Rose parlait de bibliothécaires faisant preuve d’un « intérêt amical envers les gens ». Dans un film réalisé en 1992, à l’occasion du centenaire de la New York Public Library, « The People’s Palace », Toni Morrison parle de cette bibliothèque comme d’un « modèle pour toutes les bibliothèques du pays : pas nécessairement par sa taille, mais par l’attitude de son personnel », qui guide, explique, répond… Les différences dans l’accueil des publics ne passent donc pas seulement par le plus évident, le plus débattu, l’accueil des publics spécifiques, la question des communautés, mais d’abord par le sens de l’accueil – dont on accuse régulièrement les bibliothécaires français d’être dépourvus348.

  • 349 « Donc, je ne peux pas dire à quelqu’un : ne faites plus de service public. Ne faites que du servic (...)
  • 350 Jean-François Jacques. « Publics et services », op. cit., p. 311.

28La pratique du eye contact, le Can I help you ? contraste avec le nez baissé et l’évitement trop souvent constatés aux bureaux d’accueil en France. C’est que la culture professionnelle française continue à valoriser les tâches scientifiques ou techniques (le choix des acquisitions, l’indexation…) plus que les tâches d’accueil et de renseignement des usagers. Ainsi, une directrice de bibliothèque en vient à dire qu’un bibliothécaire non performant à l’accueil ne peut en être enlevé car ce serait lui faire une faveur injustifiée349. Symétriquement, l’ABF plaide pour que ces tâches d’accueil soient considérées comme essentielles : « Compte tenu des moyens informatiques dont disposent aujourd’hui les bibliothèques, de la possibilité de récupérer les notices bibliographiques, et des divers procédés d’aide à la communication et au travail, il n’est guère réaliste de prétendre que les bibliothécaires doivent passer en travail interne plus de la moitié de leur temps de travail. Le métier doit d’abord être considéré comme un métier de contact et d’accueil, et cette activité doit être prioritaire, quel que soit le type de bibliothèque.350 » Si cette affirmation est encore nécessaire aujourd’hui, c’est bien qu’elle n’est pas unanimement partagée…

29Un autre versant de l’accueil est la question des horaires. En France, la moyenne est bloquée à un chiffre dérisoire (19 h 30 en 2005), mais avec des nuances importantes : les horaires moyens diminuent avec la taille de la ville. La moyenne hebdomadaire est de plus de 42 heures pour les villes de plus de 300 000 habitants, de 39 heures entre 100 000 et 300 000 habitants, de 32 heures entre 50 000 et 100 000 habitants et passe sous la barre des 30 heures en dessous de ce seuil. L’ouverture du dimanche fait l’objet de débats âpres entre bibliothécaires, partagés entre le souci de desservir plus efficacement la population, notamment en ouvrant aux heures où elle est disponible, entre l’intérêt des personnels (souvent réticents à sacrifier le repos dominical et familial) et la volonté de s’afficher comme un service non marchand et, donc, insensible aux sirènes de la consommation qui poussent à l’ouverture du dimanche. L’équilibre entre ces trois arguments aboutit, aujourd’hui, à ce qu’un très petit nombre de bibliothèques municipales ouvre le dimanche – alors que c’est la norme aux États-Unis.

30L’accueil, aujourd’hui, se fait non seulement sur place mais à distance. La New York Public Library annonçait, dès 2001, que son site Web était désormais plus fréquenté que ses locaux. Quant à la place même d’Internet dans les bibliothèques, elle connaît d’une part une différence d’intensité (de calendrier, sans doute) : les Public Libraries ont commencé plus tôt que les bibliothèques municipales à proposer un accès public (et gratuit) à Internet (en 2000, 85 % des Public Libraries proposaient déjà ce service), les premières bibliothèques municipales ont commencé il y a une petite dizaine d’années et, estime-t-on, la moitié d’entre elles aujourd’hui propose ce service. Elle connaît d’autre part une différence dans l’offre, notamment par le biais du site Web de la bibliothèque. Les Public Libraries proposent très souvent un service de réponses à distance (Ask a Librarian où les questions et les réponses sont transmises par messagerie électronique, voire par chat), organisé dans le réseau collaboratif et qui est donc un nouvel avatar de la bibliothèque comme lieu de ressources documentaires. Elles proposent d’autres services, étonnants pour le public français : ainsi, dès la page d’accueil, la possibilité de soutenir financièrement la Public Library, les activités pour les teens ou des coups de cœur de lecture (proposition exceptionnelle en France). En France, c’est souvent le catalogue de la bibliothèque et l’annonce des manifestations culturelles qui sont les uniques propositions que l’on peut trouver sur le site des bibliothèques – à l’exception de quelques cas dont la Bibliothèque municipale de Lyon est l’exemple le plus abouti, avec ses informations sur l’activité de la bibliothèque, le catalogue en ligne, un service de questions-réponses (le Guichet du savoir), des expositions en ligne ou les coups de cœur des bibliothécaires qui, contrairement à la plupart de leurs collègues en France, acceptent de prendre parti et de conseiller certains ouvrages.

  • 351 Sur ce point, je me permets de renvoyer à mon ouvrage, Anne-Marie Bertrand, Bibliothécaires face au (...)

31Du côté français, on retrouve ici la même réticence à l’accueil, la même faible culture de service : en 2005, des débats ont eu lieu non sur la possibilité (réelle) mais sur la légitimité d’offrir aux usagers la possibilité de réserver un ouvrage en ligne. À nouveau est apparue la faible culture de service : permettre aux usagers de réserver un document à distance ne serait que pénaliser les usagers qui viennent le chercher sur place – argument dont la pertinence n’est pas évidente et qui manifeste surtout cette vieille idée que « la culture, ça se mérite » et que les efforts consentis sont la marque de l’adhésion à la culture de l’institution351.

  • 352 Financé par la Benton Foundation, ce rapport compare les attentes de la population et la vision des (...)

32Internet va-t-il conduire à la mort des bibliothèques ? Ici, de longs développements seraient nécessaires sur l’offre numérique (ce qu’on trouve sur Internet, la fiabilité des informations, leur pérennité, leur coût) et sur la demande (professionnelle, scolaire, de loisirs). Toute une littérature navigue entre « l’extase » et « l’effroi » : l’extase car tout deviendrait accessible pour tout le monde, l’effroi car ce serait l’apothéose de la culture-zapping. Après des années d’usage, la modération semble de retour et les jugements à l’emporte-pièce (ou les signes de panique) semblent s’effacer. Et pour les usagers ? Aux États-Unis, le rapport Benton352 souligne que l’âge numérique a entraîné une désaffection de la part des jeunes (18-24 ans) qui pensent que la bibliothèque dans trente ans sera devenue une espèce de musée dont des retraités pourront s’occuper. « Assertions spécieuses », répond Michael Gorman qui met en doute la fiabilité de l’enquête, alors que Kathleen de la Peña McCook proteste que les bibliothécaires interrogés ne reflètent l’opinion que de « la classe moyenne blanche ».

  • 353 Françoise Gaudet, Claudine Lieber. « L’Amérique à votre porte : nouveaux usages, nouveaux services, (...)

33Au-delà des représentations, les usages semblent se déplacer : la fréquentation des bureaux d’information est à la baisse. Françoise Gaudet et Claudine Lieber analysent cette baisse comme une autonomie plus grande des usagers pour les questions simples auxquelles ils trouvent réponse sur Internet : « C’est un phénomène national qui touche jusqu’à la Bibliothèque du Congrès, déclare Roberto Esteves. À Santa Monica, Nancy O’Neill estime que les questions sont moins nombreuses, mais qu’elles sont plus compliquées : il semble que les usagers se débrouillent maintenant par eux-mêmes lorsqu’ils sont à la recherche d’informations simples à trouver.353 » Parallèlement, les renseignements à distance par téléphone et surtout par Internet (notamment le service Ask a Librarian) augmentent leur flux. Il y aurait donc bien une modification des usages plus qu’une diminution des usages. C’est ce qui semble rassurer les bibliothécaires américains qui glosent abondamment sur cette question – l’ALA, bien entendu, n’est pas en reste et diffuse les « Dix raisons pour lesquelles Internet ne se substitue pas à la bibliothèque ».

34En France, le renseignement à distance commence tout juste à être mis en œuvre – depuis 2004 à la Bibliothèque municipale de Lyon qui est la première à offrir ce service. Cette offre nouvelle se veut complémentaire de l’offre physique de la bibliothèque. La première année, ce service à distance, le Guichet du savoir, générait une vingtaine de questions par jour ; ses usagers sont à 40 % des personnes qui ne sont jamais venues à la bibliothèque « physique » : il s’agit donc bien (au moins pour partie) d’une offre complémentaire et non substitutive de l’offre traditionnelle. C’est logique : aux États-Unis, où les Public Libraries ont fait le plein de leurs usagers, Internet incite à un transfert d’usage ; en France, où c’est loin d’être le cas, il s’agit d’une augmentation de l’usage…

Accueillir les communautés

  • 354 À propos de la formule « le peuple corse », le Conseil constitutionnel rappelle en 1991 que la « Co (...)

35La question des minorités a pris une acuité particulière dans les années 1960 aux États-Unis, dans les années 1980 en France. Elles sont traitées différemment parce que les fondements politiques sont, sur ce point, différents : la République française est une et indivisible, ne connaît pas, ne veut pas connaître les origines culturelles, ethniques, religieuses de ses citoyens354 – la légitimité des enquêtes prenant ces éléments en compte est encore aujourd’hui problématique.

  • 355 Yves Mény, Yves Surel. Politique comparée : les démocraties, Allemagne, États-Unis, France, Grande- (...)

36Dans l’organisation de la vie politique, les groupes, les états, les corporations, les associations sont considérés comme des niveaux d’organisation normaux aux États-Unis alors que le rapport direct entre le citoyen et l’État est la norme en France. « À la valorisation des groupes intermédiaires, bases de l’organisation démocratique, s’oppose la vision selon laquelle il n’y a rien entre le citoyen et l’État, entre la volonté individuelle et la volonté générale. Dans certaines démocraties, tels les États-Unis, l’association est célébrée (a nation of joiners), dans d’autres, telle la France, les groupes sont considérés comme malfaisants355 ».

37Aux États-Unis, le patchwork des minorités a éclaté au grand jour dans les années 1960, avec la lutte pour les droits civils, les émeutes raciales, les athlètes noirs levant le poing sur le podium olympique de Mexico en 1968. L’Affirmative Action, pour être organisée et évaluée, a besoin de connaître les caractéristiques des citoyens.

  • 356 Martin Lowell. Library Response to Urban Change : A Study of the Chicago Public Library, Chicago, A (...)

38Pays jadis esclavagiste, pays toujours d’immigration, les États-Unis ont toujours vécu avec la conscience (plus ou moins malheureuse) de ses minorités. Dans les Public Libraries, la prise en compte de ces minorités a connu un tournant dans les années 1960. On en voit un exemple chez Lowell Martin, dans son étude sur la Chicago Public Library : le projet est « de toucher la population de la ville dans toute sa diversité plutôt que d’attendre d’elle qu’elle se conforme à un modèle standardisé. » L’ALA, en 1972, fait le même raisonnement : « Le rôle culturel de la Public Library s’est déplacé de l’image de la Public Library du XIXe siècle, instrument d’acculturation, d’américanisation et de standardisation des styles de vie et des valeurs, vers une institution qui reconnaît les différences culturelles et ethniques et encourage la fierté de soi et la reconnaissance des différents patrimoines culturels.356 »

  • 357 Martin Lowell, ibid., p. 20-21.

39Chacune des Public Libraries, dans son territoire, prend en charge cette question, aidée par la politique de planification et programmation : pour planifier, expliquent à l’envi les manuels, il faut bien connaître la communauté à desservir. Cette connaissance de la communauté à desservir facilite l’émergence des minorités. Minorités qui n’ont pas exactement les mêmes contours qu’en France : on cite bien sûr les minorités ethniques, les Noirs, les Latinos, mais aussi les primo-immigrants qui ont besoin d’apprendre l’anglais (et leur nouveau pays, et leurs droits), mais aussi les enfants, les personnes âgées, les handicapés, les surdoués, les habitants des zones isolées, les étudiants pauvres, etc. La complexité de cette approche se retrouve sous la plume de Lowell Martin qui assigne comme mission à la Chicago Public Library de desservir les « centaines de milliers de personnes instruites, bien cultivées, cosmopolites […] pour qui les bibliothèques de quartier et leurs collections de base ne conviennent pas » aussi bien que « les centaines de milliers de personnes qui commencent juste à utiliser le document imprimé et pour qui les bibliothèques de quartier de base ne conviennent pas non plus.357 »

40En France, les minorités reconnues par les bibliothèques, histoire politique oblige, ne sont pas ethniques mais économiques (les « personnes défavorisées »), socio-culturelles (les personnes « éloignées du livre ») ou statutaires (les publics « empêchés », personnes hospitalisées, grabataires ou détenues). La campagne promotionnelle Lire en fête, initiée par le ministère de la Culture, encourage des actions spécifiques vers les écoles, les hôpitaux, les prisons – donnant ainsi raison à ceux qui déplorent que le livre et la bibliothèque soient présentés comme une consolation pour les pauvres ou les malheureux.

  • 358 Michèle Petit, Chantal Balley, Raymonde Ladefroux. De la bibliothèque au droit de cité : parcours d (...)
  • 359 Sylvie Fayet, Bruno Van Dooren. « Bibliothèques dans leur territoire », Les bibliothèques en France (...)

41Depuis les années 1980, les politiques d’extension de la lecture encouragées par l’État s’adressent prioritairement aux personnes éloignées des bibliothèques et de la lecture – avec les résultats mitigés que l’on imagine. La lecture, à partir des années 1990, est progressivement vue comme une activité relevant certes du secteur culturel mais aussi social, voire urbain. Les bibliothèques, enrôlées dans cette extension du domaine, deviennent des acteurs de la lutte contre l’échec scolaire, contre l’illettrisme, contre le délitement du lien social : crise scolaire, crise sociale, crise urbaine changent la donne. Ce glissement n’est pas unanimement approuvé. L’ethnologue Michèle Petit proteste que l’action sociale, dans « les espaces de relégation » que sont les quartiers dits sensibles, porte le risque que les bibliothécaires soient « réduits à animer des ghettos358 ». Tandis que des bibliothécaires cherchent un difficile équilibre : « On attend de la bibliothèque qu’elle porte à bout de bras des populations en difficulté socio-économique. On fait de la construction d’une annexe la clef de la réhabilitation d’un quartier sensible. Bref, on place soudain en elle bien des espoirs qu’elle n’est pas toujours à même de combler. À trop miser sur le pouvoir social des bibliothèques, on mélange les genres et on perd leur raison d’être, à savoir constituer et faire vivre des collections. D’où un certain ras-le-bol des bibliothécaires, las de se voir investis de missions relevant plus souvent d’une compétence de travailleur social […]. Là encore, l’équilibre est difficile à trouver pour la bibliothèque, qui ne peut assumer le rôle de creuset magique de l’intégration mais qui ne peut non plus ignorer l’urgence sociale et se retirer du monde : elle est une bibliothèque dans un territoire.359 »

  • 360 Dominique Schnapper. La démocratie providentielle, op. cit., p. 209.
  • 361 Christopher Lasch. La révolte des élites et la trahison de la démocratie. Climats, 1996, p. 181-182

42Pourtant, la question des communautés change aujourd’hui, aussi bien en France qu’aux États-Unis. En France, l’expression communautaire est de plus en plus organisée (avec les créations récentes du Conseil français du culte musulman ou du Conseil représentatif des associations noires), la télévision s’empare de la question des « minorités visibles », la discrimination positive est à l’œuvre dans les zones d’éducation prioritaire (même si cette politique est affichée comme territoriale), le gouvernement nomme un « préfet musulman », etc. « L’espace public est ethnicisé », constate Dominique Schnapper360. Inversement, aux États-Unis, la politique d’Affirmative Action est aujourd’hui âprement discutée et certains intellectuels considèrent que les communautés sont devenues des territoires balkanisés, qui s’ignorent ou se méprisent les uns les autres et qui portent en germe la mort du « peuple américain ». Christopher Lasch y voit maints effets pervers, de la dégradation continue de la situation des ghettos noirs au « naufrage du système scolaire américain » : « L’effort pour le recrutement d’étudiants issus de groupes économiquement défavorisés, en particulier les communautés noire et hispanique, a occulté une évolution plus importante, la quasi-monopolisation des collèges universitaires et universités les plus célèbres, aussi bien publics que privés, par la grande bourgeoisie […] Tandis que le débat fait rage entre libéraux et conservateurs sur la révision de programmes accusés d’être euro-centriques, sur les politiques conçues pour promouvoir la diversité et la sensibilité raciales et sur les implications théoriques du post-structuralisme, le problème fondamental passe inaperçu : l’abandon de la mission historique de l’enseignement américain qui était la démocratisation de la culture humaniste.361 »

43Si le débat est loin d’être clos et que toute conclusion serait aujourd’hui hâtive, on constate cependant des rapprochements sur cette question dans les deux pays. Mais l’écart reste important sur la définition même des minorités à desservir. Aux États-Unis, et c’est là une grande différence qui excède l’histoire politique, c’est la communauté dans toutes ses composantes qui est analysée. Puisqu’elle a besoin du soutien public, la Public Library doit desservir les majorités comme les minorités. La mère de famille, l’écolier, l’étudiant, le jardinier amateur tout comme les Noirs ou les derniers immigrants chinois sont des cibles prioritaires. Cette différence de point de vue a, on l’a vu, une conséquence essentielle sur l’approche des bibliothécaires : pragmatique aux États-Unis (où l’on se préoccupe du public tel qu’il est) et téléologique en France (où c’est le non-usager qui est la cible principale – le public comme on voudrait qu’il soit).

LES COLLECTIONS

44Les bibliothèques ne possèdent pas les mêmes fonds des deux côtés de l’Atlantique. Au-delà de l’évidence, ce constat alimente plusieurs débats, notamment la place du patrimoine, la question de l’offre et de la demande et celle de la censure. Dans ce domaine aussi, les artefacts que sont les bibliothèques se sont développés différemment.

Le patrimoine

45Point de saisies révolutionnaires aux États-Unis, car point d’aristocratie, d’émigrés ni de congrégations religieuses séculaires. Au demeurant, sur ce point, les bibliothèques françaises diffèrent aussi bien des bibliothèques américaines que des britanniques ou des allemandes. La mise « sous la main de la Nation » de millions de documents (dont environ 4 millions, estime-t-on, se trouvent aujourd’hui dans quelque 300 bibliothèques municipales) a dessiné un profil particulier aux bibliothèques municipales en France.

  • 362 George Steiner. Une certaine idée de l’Europe, op. cit., p. 35.

46Le poids du passé se voit là, physiquement, dans ces collections, ces magasins, ces interminables rangées de reliures. C’est là aussi, à lire George Steiner, que l’on mesure l’écart entre l’Europe et l’Amérique : l’Europe, dit-il, vit dans la « souveraineté du souvenir », dans la définition qu’elle se donne d’elle-même « comme d’un lieu de mémoire ». « Quand Paul Celan entre dans la Seine pour se suicider, il choisit l’endroit précis que célèbre Apollinaire dans sa grande ballade, et cet endroit est situé sous les fenêtres de la chambre où Tsvetaïeva a passé sa dernière nuit avant de retourner vers la désolation et la mort en Union soviétique. Un Européen lettré est captif dans la toile d’araignée d’un in memoriam à la fois lumineux et suffocant. C’est ce tissage, précisément, que l’Amérique du Nord récuse. Son idéologie est faite de soleil levant et d’avenir.362 »

47Les bibliothèques municipales, à leur place, sont elles aussi captives du temps passé, de l’empilement, de la thésaurisation. Mais au-delà du poids de ces collections, souvent considérées comme un handicap, c’est l’idée même de conservation, de la nécessité, de la responsabilité de conserver, qui joue un rôle dans le modèle de bibliothèque. La mise à jour, le « désherbage » sont des impératifs récents. Les « nouveautés » y entrent lentement. L’actualité est réputée y avoir peu de place. C’est tout un rapport au temps qui est modelé par cet héritage.

  • 363 Pierre Riboulet, cité dans Anne-Marie Bertrand, Anne Kupiec, Ouvrages et volumes : architecture et (...)

48Le temps des villes : la médiathèque de Limoges, conçue par Pierre Riboulet, annexe l’ancien hôpital de la ville, est dessinée en léger décalage avec l’axe de l’ancienne ville romaine et donne à voir les mosaïques retrouvées lors du chantier. Le projet s’inscrit dans l’épaisseur du temps et « exprime le rattachement à la lignée lointaine363 ».

  • 364 Martine Poulain. « Bibliothèque ». Dictionnaire encyclopédique du livre, sous la dir. de Pascal Fou (...)

49Le temps des morts : « Comme le musée avec lequel elle a des origines communes, la bibliothèque est lieu de mémoire. Elle est don des mots et don des morts. Lieu de conservation des écrits, la bibliothèque doit nouer une relation particulière entre le passé et le présent.364 »

  • 365 Claude Bourgeyx. Changement d’adresse. William Blake & C °, 1990 (album-souvenir de la Bibliothèque (...)

50Le temps des bibliothèques : « On ferme. On a fermé. Les salles dépeuplées vont être vidées d’un mobilier désormais inutile. Silence. Chaque classeur garde la mémoire des regards qui s’y sont posés, chaque table porte l’empreinte de milliers de mains […]. Ça sent le papier et la poussière, le vieux bois et le renfermé. C’est un mélange capiteux où domine l’odeur des livres, à la fois suffocante et suave. C’est l’haleine parfumée de l’éternité.365 »

  • 366 Dans Outremonde, Actes Sud, 1999.
  • 367 George Steiner. Dans le château de Barbe-Bleue : notes pour une redéfinition de la culture. Gallima (...)

51Il faudrait se garder de dresser, symétriquement, un portrait stéréotypé des bibliothèques américaines, ancrées dans le présent, tournées vers l’avenir. On voit bien pourtant que le rapport au passé de cette jeune nation est différent, à la fois plus lointain et moins diffus. Comme s’il y avait « des maisons pour ça ». C’est ce que le romancier Don DeLillo laisse entendre : « Et j’aimais la façon dont l’histoire, ici, ne se déchaînait pas. On séparait l’histoire visible. On la mettait en cage, on lui octroyait des fondations et du bronze, on l’enfermait soigneusement dans des musées, des places monumentales et des parcs commémoratifs. Le reste était géographie, espace et lumière, ombre et chaleur immobile indescriptible.366 » George Steiner, d’une certaine façon, dit la même chose en soulignant la propension américaine à thésauriser : « Les bibliothèques, les universités, les archives, les musées et les laboratoires de recherche de l’Amérique sont devenus les centres enregistreurs et le reliquaire de la civilisation. C’est là que l’artiste ou le chercheur européen doit aller chercher les feux mourants d’une culture aimée.367 »

52Pourtant, le passé n’est pas qu’enfermé : des Halls of Fame aux musées d’histoire, des westerns aux champs de bataille de la Guerre de Sécession, du Mount Vernon au cimetière d’Arlington et jusqu’aux Archives nationales, où la Déclaration d’Indépendance et la Constitution sont exhibées et vénérées telles des reliques, le passé est là aussi, bien présent. Cette nation d’immigrants a besoin d’une histoire partagée (« d’éléments dont on se souvient aussi bien que d’éléments qu’on oublie », écrit Benedict Anderson), la ruée vers l’or, le naufrage du Titanic, « Il faut sauver le soldat Ryan », l’assassinat de Kennedy…

53Rien d’étonnant, donc, à ce que les Public Libraries comprennent souvent des fonds d’histoire locale, pour les plus petites, des fonds patrimoniaux pour les plus grandes, même si ce sont les bibliothèques des universités qui sont les plus riches en ce domaine (contrairement à la France). À Seattle, Bill Gates a généreusement financé la construction de la nouvelle Public Library (vingt millions de dollars) et lui a confié le « codex » de Léonard de Vinci qu’il a acheté récemment.

  • 368 Jean Hassenforder. Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne (...)

54Mais, enfin, le patrimoine n’est pas une part de l’identité de ces Public Libraries, qui sont au contraire félicitées, par les théoriciens français de la bibliothèque publique, d’être exemptées de ce poids. Ainsi, Jean Hassenforder, à propos des bibliothèques publiques du XIXe siècle : « En Grande-Bretagne et aux États-Unis, les bibliothèques municipales sont, au départ, des organismes nouveaux qui peuvent innover. Elles allient une double fonction : documentation et diffusion du livre auprès du grand public, et les services rendus se diversifient progressive ment en rapport avec les besoins. Les méthodes sont commandées par le souci de satisfaire l’usager et de lui offrir la documentation la plus actuelle. En France, au contraire, les vieilles bibliothèques municipales se révèlent un poids mort. Elles se consacrent à la conservation des fonds anciens et constituent le domaine des érudits.368 »

  • 369 Eugène Morel. Bibliothèques. Mercure de France, 1909, p. 9.

55Les livres vieillissent mal, écrit Eugène Morel. « Le livre n’est pas comme le vin, qui gagne en vieillissant. Il est comme un habit qui se démode et qui s’use, il vit et meurt ; utile, porté jusqu’à la corde, sale et fripé, on s’en sépare avec regret ; mal fait ou luxueux, gardé précieusement, il ne sort de l’armoire où il se mange aux vers qu’aux grandes cérémonies, et son air suranné couvre de ridicule celui qui s’en pare ! Portez vos livres neufs ! Usez vos livres. Cela n’empêchera pas d’aller aux Invalides ou à la Bibliothèque nationale, voir de vieux habits et de vieux livres sous verre. Je garde pieusement un gilet de mon bisaïeul. Il est brodé de fleurs roses et très bien conservé. Mais ce n’est pas celui que je porte ordinairement.369 »

  • 370 Actes des journées patrimoniales. Arc-et-Senans, 15-16 octobre 1987, FFCB, 1988.

56En France, la mise en cause du poids du patrimoine (comme facteur d’inertie et comme image négative) est devenue un exercice de style. Dès 1972, le rapport La lecture publique en France reprend à son compte l’opinion fréquemment émise : « Les bibliothèques municipales ont été victimes, autant que bénéficiaires, du prestigieux héritage qu’il leur incombait de conserver. » Alors même que l’institutionnalisation du patrimoine écrit est en marche (l’Année du patrimoine, le rapport Desgraves sur le patrimoine, le début des aides de l’État à l’entretien du patrimoine écrit, la création du Colloque du patrimoine écrit, etc.), le directeur du livre, Jean Gattégno, croit nécessaire de s’en expliquer : « Si en 1980, la Direction du livre et de la lecture avait dit qu’elle voulait faire un grand effort patrimonial, cela aurait été interprété par la partie la plus dynamique des bibliothécaires de lecture publique comme une crispation sur le passé, sinon comme un retour en arrière […]. Je crois qu’on ne pouvait valablement et qu’on ne peut valablement vouloir pousser la recherche patrimoniale et la mise en valeur du patrimoine des bibliothèques publiques que si on a antérieurement, et non pas parallèlement, impulsé un dynamisme suffisamment grand à la lecture publique en tant que telle.370 »

  • 371 Bruno Carbone. « De l’esprit des collections ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 40, n° 3, (...)

57Presque dix ans plus tard, les mêmes discours, les mêmes doutes sont toujours là : « L’importance des collections patrimoniales issues des confiscations révolutionnaires – collections dont il ne s’agit pas du tout ici de nier l’intérêt – a longtemps freiné le développement de la lecture publique dans un certain nombre de bibliothèques.371 » Et l’on pourrait multiplier les exemples.

58Jusqu’à aujourd’hui, même si le discours est moins audible, le patrimoine est souvent vécu par les bibliothécaires français comme un poids qui obère le développement des bibliothèques municipales. Un poids regrettable que n’ont pas à porter les Public Libraries…

L’offre et la demande

59Quelle ligne directrice doit guider la constitution des collections, c’est-à-dire, pour faire vite, le choix des livres à acheter ? Les bibliothécaires sont en désaccord entre eux en ce domaine, d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique.

60Ici s’affrontent d’un côté la légitimité des bibliothèques, leurs missions, objectifs, fondements : la formation, le partage du savoir, la participation à la vie démocratique, l’information, la documentation. De l’autre côté, la légitimité des bibliothèques (une autre légitimité), la demande des usagers, les besoins de la population, la satisfaction du public – satisfaction sur laquelle s’appuie le soutien public. Mais si cette tension entre deux légitimités existe dans les deux pays, elle est gérée différemment.

  • 372 Douglas Raber. “ALA Goal 2000 and Public Libraries : Ambiguities and Possibilities”. Public Librari (...)

61Les racines des Public Libraries, au XIXe siècle, font d’elles une institution éducative, chargée de proposer les documents et informations dont les citoyens ont besoin pour se former tout au long de leur vie et dont ils ont besoin pour exercer de façon éclairée leur rôle de citoyen. Certains bibliothécaires, certaines bibliothèques continuent aujourd’hui à exercer ce rôle. D’autres voient dans ce rôle un mensonge destiné à perpétuer le statu quo et appellent à une implication sociale, en particulier auprès des minorités ethniques. D’autres, enfin, arguant de la nécessité pour les Public Libraries d’obtenir et conserver le soutien public, avancent que le rôle des bibliothèques est, prioritairement, de donner aux usagers ce qu’ils souhaitent : Give them what they want est leur credo. Douglas Raber a défini ces trois types de bibliothécaires comme des conservateurs, des activistes sociaux et des populistes372. On pourrait sans doute, par ordre d’entrée en scène, y ajouter une quatrième famille, les bibliothécaires technicistes qui pensent que les nouvelles technologies de l’information sont la réponse universelle aux attentes de la population.

  • 373 Françoise Gaudet, Claudine Lieber. « L’Amérique à votre porte : nouveaux usages, nouveaux services, (...)

62Si les quatre familles idéologiques sont présentes aujourd’hui dans le groupe professionnel des bibliothécaires américains, le contexte budgétaire (en baisse) et social (le respect de la diversité) semblent bien les faire pencher vers la réponse à la demande (« Donnez-leur ce qu’ils veulent ! »). De bons budgets d’acquisition permettent d’avoir des collections diversifiées, éclectiques. Mais une demande pressante et pressée augmente le poids pris par la fiction, le respect des modes (notamment la fantasy) et des achats en multiples exemplaires (à l’été 2005, 30 à 50 exemplaires pour Harry Potter and the Halfblood Prince dans les bibliothèques moyennes, 1 055 exemplaires à la New York Public Library). C’est ainsi, analysent Françoise Gaudet et Claudine Lieber, que la concurrence d’Internet est combattue : « Don Napoli, directeur de la Saint Joseph County Public Library (South Bend, Indiana) annonce lui aussi de bons chiffres de prêts, de même que Gary Strong, à la Queens Borough Public Library (New York) – bibliothèque qui s’enorgueillit d’être la plus active des États-Unis avec 17 millions de prêts par an. Tous deux expliquent que leur politique consiste à donner aux usagers ce qu’ils veulent et à mettre l’accent sur les collections populaires, les best-sellers et l’audiovisuel.373 »

63En France, le retard dans l’offre documentaire a été pour partie résorbé : les bibliothèques municipales possédaient 34 millions d’imprimés en 1974, 103 millions en 2002. Cette augmentation s’est faite par un élargissement du périmètre culturel considéré comme légitime : les bandes dessinées, les romans policiers, la science-fiction, les romans sentimentaux (dans une moindre mesure) sont entrés massivement dans les collections. En dehors de la fiction, cependant, la diversification en genres d’ouvrages est moins nette : la vulgarisation scientifique, les ouvrages pratiques, les livres d’actualité (en particulier les mémoires ou récits des vedettes médiatiques) sont toujours peu présents. Ce simple constat montre que les bibliothécaires sont sensibles à la demande – mais pas trop ! Le discours dominant est aujourd’hui contradictoire, brouillé, les appelant en même temps à une exigence de qualité (donc à une politique d’offre) et à une nécessité d’attractivité (donc à une réponse à la demande).

64Naviguant entre une espèce d’entre-deux, les collections montrent ainsi ce que Dominique Arot appelle un « goût moyen », plutôt consensuel et sans aspérités, où la littérature est encore valorisée par rapport aux savoirs pratiques. Quand on leur en parle, les bibliothécaires américains qui les connaissent qualifient les collections des bibliothèques françaises d’élitistes.

  • 374 Dominique Tabah. « Le rôle social et culturel des bibliothèques vu de Bobigny ». Bulletin des bibli (...)

65On peut avancer que, si une plus grande ouverture s’est faite, les bibliothécaires français continuent, en effet, à penser que tous les documents n’ont pas leur place dans les collections des bibliothèques. Cette conviction est à la fois partagée et implicite. Partagée parce qu’elle repose sur les représentations qu’ont les bibliothécaires de leur rôle – même si ces représentations évoluent. Ainsi, Dominique Tabah : « À céder aux modes, aux goûts et aux pressions du jour, les bibliothèques risquent en fait de ne plus remplir leur mission culturelle et sociale, de ne plus jouer leur rôle de résistance et de n’être plus que des espaces de culture consensuelle, abandonnant toute ambition de promouvoir les œuvres, les auteurs et les éditeurs qui prennent des risques.374 » Conviction partagée car les collections de la bibliothèque présentent une image du monde – une organisation des savoirs, un état de la création, une mémoire du territoire. Image nécessairement ambitieuse car guidée par le projet de partage des savoirs. Image, donc, nécessairement excluante.

66Mais, si elle est partagée, cette conviction est également implicite, parce que le sujet est peu débattu. En matière de collections, les procédures et les techniques semblent intéresser davantage les bibliothécaires que des discussions sur les niveaux de lecture, les livres en français facile ou les livres pour des lecteurs qui ne lisent pas Télérama. À l’exception, sans doute, des bibliothécaires pour enfants qui, eux (elles ?), continuent à explorer la production éditoriale pour la jeunesse et à élaborer des critères de sélection. Sélection ? On a l’impression que ce mot est inconnu des bibliothécaires américains.

  • 375 Chiffres cités par Dominique Arot. « La bibliothèque, le livre et le lecteur ». Regards sur un demi (...)

67Les lecteurs français, qui utilisent ou ont utilisé les collections des bibliothèques municipales, ont, eux, le sentiment qu’elles leur proposent une offre à la richesse inégale : une enquête menée en 1995 montrait que si 90 % des lecteurs sont satisfaits des fonds de littérature classique ou 88 % des romans contemporains, le taux de satisfaction tombe à 57 % pour les livres scientifiques et techniques, à 50 % pour les sciences humaines et sociales ou à 31 % pour les livres pratiques375. L’héritage de la bibliothèque savante est bien toujours là !

68Paradoxe : si les bibliothécaires ont su, par le biais des médiathèques, offrir de nouveaux services, diversifier l’offre, moderniser l’image de l’établissement, les collections sont, elles, restées largement homogènes, comme si l’augmentation et la diversification des publics n’appelaient pas une augmentation ni une diversification de l’offre documentaire. Et dans les deux sens, comme le souhaitait Lowell Martin : des livres plus faciles et des livres plus exigeants (des films plus faciles et des films plus exigeants, des documents plus faciles et des documents plus exigeants…).

  • 376 Patrick Bazin. « Plus proches des lointains ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 49, n° 2, 2 (...)

69La réflexion sur les collections est, évidemment, compliquée par les nouveaux modes d’accès à la connaissance et au savoir (Internet, les moteurs de recherche, les blogs) qui mettent à mal le paradigme encyclopédique qui sous-tend le projet des bibliothèques. L’offre des bibliothèques (en France comme aux États-Unis) n’est plus un espace clos, une sphère autosuffisante – si tant est qu’elle l’ait jamais été ! Le débat, cependant, reste hésitant, peu actif, comme si l’on craignait, une fois encore, « de se crisper sur les sempiternelles oppositions entre l’universalisme prescripteur à la française (l’idéal d’une collection parfaite), le consumérisme individualiste (faire du chiffre avec “ce qui sort le plus”) et le communautarisme à l’anglo-saxonne (la juxtaposition des fonds ethniques).376 »

La censure

  • 377 Caroline Rives. « La censure aux États-Unis ». Bulletin d’informations de l’ABF, n° 175, 1997.
  • 378 “The 100 Most-Challenged Books List of 1990-2000”, < http://www.ala.org/ala/oif/bannedbooksweek/bbwlinks/100mostfrequently.htm >
  • 379 Jack Kessler, « Religion et bibliothèques aux États-Unis », Bulletin des bibliothèques de France, t (...)
  • 380 L’ALA, au bas de la liste des 100 livres les plus contestés, indique aussi que sa collation des inc (...)

70En 1996, environ 450 cas de censure ont été signalés à l’ALA – la très grande majorité dans les bibliothèques scolaires377. La liste des livres censurés ou menacés est très longue, analyse Jack Kessler, « et l’éventail des auteurs des “Cent livres les plus souvent contestés”378 est d’une étonnante hétérogénéité, même si dans une société aussi diversifiée que celle qui peuple aujourd’hui les États-Unis chacun a forcément des tas de raisons de désapprouver des tas de choses. Figurer sur la liste des “proscrits” devient une marque de notoriété dont beaucoup d’écrivains sont fiers. Ici ou là sur le territoire des États-Unis, sous un prétexte ou sous un autre, des bibliothèques ont ces derniers temps retiré de leurs rayonnages des œuvres de John Steinbeck, Judy Blume, J. D. Salinger, Alice Walker, Madonna, Harper Lee, Aldous Huxley, Roald Dahl, Stephen King, Isabel Allende, Kurt Vonnegut, William Golding, Toni Morrison, ainsi que les déjà cités Mark Twain et J. K. Rowling.379 » Mais, ajoute Jack Kessler, « ce sont des exceptions » : si 6 364 tentatives de censure ont été signalées à l’ALA entre 1990 et 2000, chacune (ou presque) a été combattue avec ardeur380.

71Tout a sa place dans les Public Libraries, soutient l’ALA. Aucun texte, aucune opinion n’y sont déplacés puisqu’ils aident le citoyen à se forger sa propre opinion – on se souvient du premier nom du Comité pour la liberté d’information de l’ALA, « comité de la liberté d’information pour protéger les droits des usagers des bibliothèques à la libre investigation ». Les opinions minoritaires, provocatrices, scandaleuses ont leur place dans les Public Libraries. L’effet pervers de cette acceptation universelle est que le rôle du bibliothécaire n’est plus de choisir : il est d’acquiescer. « Effet pervers » aux yeux des bibliothécaires français mais aussi américains.

  • 381 “Some Books Demand Rejection”, Library Journal, 1st February 1995.

72Dans un éditorial à propos de la présence de textes révisionnistes dans les Public Libraries, John Berry, rédacteur en chef du Library Journal, est pour le moins circonspect : « Des réponses faciles et des récitations à genoux du Library Bill of Rights ne résolvent pas le problème des bibliothécaires qui font face aux pressions de groupes extrémistes. Nier qu’il y a des livres si inappropriés qu’ils doivent être rejetés est aussi bête que nier l’holocauste. » Et, si tout livre, tout document a sa place dans la bibliothèque comme le soutient l’ALA, cela soulève une autre question : « En d’autres termes, une collection ne peut pas être sélectionnée du tout. Les bibliothécaires doivent simplement acheter ce que n’importe quelle personne ou n’importe quel groupe demande – des documents sur le traitement du cancer par les noyaux d’abricots, des régimes sans aucune graisse, des atlas où la terre est plate, et les travaux des menteurs qui disent que l’holocauste n’a pas existé.381 » Heureusement, dit-il, les bibliothécaires n’appliquent pas les principes de l’ALA aveuglément – ce qui déplace le problème vers celui de l’écart entre principes et pratiques.

73En France, le débat est récurrent : doit-on tout accepter ? Peut-on, a-t-on le droit de sélectionner, choisir, censurer ? Si les bibliothécaires sont opposés aux interventions extérieures (et spécialement aux interventions des élus) sur leurs choix d’achat, ils ont aussi des doutes sur leur propre pouvoir en ce domaine. Bien entendu, l’autocensure est la réponse la plus fréquente à ces doutes : s’il risque d’y avoir problème (un livre discuté, une position discutable), il est prudent de ne pas l’acheter. Position évidemment non explicitée ni rendue publique. Mais la question du choix fait, de temps en temps, l’objet d’un débat public, comme à l’hiver 2003 : faut-il, peut-on acheter Mein Kampf, que faire des livres de Maurras ou Gobineau qui ont été achetés avant guerre et sont toujours dans le fonds ?

  • 382 Message sur la liste de diffusion biblio-fr, 17 décembre 2003.

74Les réponses sont souvent tirées vers le registre technique : « La définition d’une politique documentaire, la mise en œuvre d’une politique d’acquisition précise et clairement établie me semble abolir le sens même d’une censure quelconque. Dès lors que l’on a défini les objectifs de développement des collections, l’idée même de censure ne saurait avoir la moindre place. En outre, la pratique affirmée et revendiquée (assumée ?) d’une censure peut paraître étrange en termes purement techniques : quelle valeur professionnelle cela saurait avoir ? Pouvons-nous envisager des formations à la censure en bibliothèque ?382 »

  • 383 Message sur la liste de diffusion biblio-fr, 23 décembre 2003.
  • 384 Message sur la liste de diffusion biblio-fr, 30 décembre 2003.

75Mais l’on observe aussi des bibliothécaires qui assument clairement leur refus d’acheter certains titres : « Il y a la réflexion au chaud, déontologique, professionnelle et confortable…, et cela est bien. Et puis… la réflexion à chaud, déontologique tout autant et professionnelle itou, et pas vraiment confortable, quand ça urge beaucoup, et qu’on doit riposter, et vite, face à des élus FN qu’on a sur le dos, et qu’on comprend très vite, plus vite qu’ailleurs, ce que veut dire le mot “démocratie”. Et puis il y a toutes les petites entreprises de saloperie chic (Renaud Camus et Houellebecq et consorts…) et qui passent et qui font jaser et qui occupent un temps les gazettes, et qui font efficacement leur sale petit boulot…383 » Et des bibliothécaires, au contraire, qui assument clairement leur décision d’acheter les titres qui suscitent le débat (ici, Charles Maurras, De la politique naturelle au nationalisme intégral) : « Maurras c’est aussi de belles pages sur la Provence, Rebatet c’est l’indigeste Les décombres et le merveilleux Les deux étendards, doit-on interdire l’auteur, les deux œuvres, une seule, aucune ? Mon humble avis est qu’il n’y a rien à gagner à censurer (sauf si la loi l’oblige), à avoir peur de lire et qu’il est toujours préférable de laisser aux lecteurs (à moins de les prendre pour des imbéciles) la possibilité de lire et de se forger une opinion. De plus ce livre de Maurras peut intéresser certes ses admirateurs mais aussi ses opposants, des historiens et des personnes qui en ont entendu parler et qui ont envie de le connaître et de le lire.384 » Les bibliothécaires français, on le voit, sont loin d’être unanimes sur ce sujet.

76Les positions sont également différentes de celles d’Outre-Atlantique quant à l’accès libre à Internet. L’accès à Internet dans les bibliothèques municipales françaises est encadré, filtré, bridé. La plupart du temps, la messagerie, les jeux en ligne, les chats sont interdits (et techniquement rendus difficiles). La chasse aux sites pornographiques, nazis, racistes ou pédophiles est ouverte (et sans fin…). En somme, accès libre mais pas trop. Ce qui marque un nouvel écart d’avec les Public Libraries, plus enclines à compter sur le contrôle social (les usagers se surveillant les uns les autres car consultant Internet en présence les uns des autres) que sur un dispositif institutionnel. L’exigence du gouvernement fédéral de filtrer Internet, dans le cadre du CIPA, a provoqué, on l’a vu, un combat frontal.

L’IMAGE DE LA BIBLIOTHÈQUE

77Si la place des bibliothèques dans la société est si différente d’un pays à l’autre, on doit pouvoir le vérifier par deux biais : d’une part, par la présence des bibliothèques dans l’imaginaire social, dans les pratiques quotidiennes, dans les stéréotypes de la vie quotidienne ; d’autre part, par le poids de l’absence (les réactions sociales à l’absence de bibliothèque). Tentons cet exercice.

La bibliothèque dans le paysage social

  • 385 Christophe Evans. « Quels développements pour la recherche sur les publics ? ». Bulletin des biblio (...)

78Quel lecteur français n’a été frappé par la présence fréquente, banale, des Public Libraries dans les œuvres de fiction, qu’elles soient des films ou des livres ? « Quels liens peut-on faire entre des blockbusters américains tels que The day after tomorrow, Seven, la plupart des romans policiers de l’Écossais Ian Rankin, Lumière morte, l’un des derniers livres de Michael Connelly, Charlie de Stephen King ou encore Ne le dis à personne, le best-seller d’Harlan Coben ? 1. Ce sont des créations ou productions contemporaines à succès (populaires pourrait-on dire). 2. Elles sont toutes anglo-saxonnes. 3. Les bibliothèques publiques, à chaque fois, y sont présentes et dans certains cas y jouent un rôle important. On trouvera difficilement en France, ou dans les pays de l’Europe du Sud, un équivalent de cette présence régulière des bibliothèques dans les œuvres de fiction grand public.385 »

  • 386 « Nous faire découvir le monde, surtout par la lecture : telle était la priorité de ma mère. Elle m (...)

79Bien plus, on peut voir dans les œuvres l’image et l’usage que Monsieur Toutlemonde fait des Public Libraries. Enfant, adolescent, on fréquente la bibliothèque pour ses devoirs, pour trouver des informations (Back to the Future), pour retrouver les copains (Elephant) ou pour « découvrir le monde »386.

  • 387 Philip Roth. La tache. Gallimard, 2000.

80Adulte, on y va parce que c’est un lieu accueillant : « Puis elle se rendit à la bibliothèque municipale de la Quarante-Deuxième Rue. Elle n’y manquait jamais lorsqu’elle se trouvait à New York. Elle allait dans les musées, dans les galeries, au concert, au cinéma voir les films qui ne passeraient jamais dans l’effroyable salle de ce bled d’Athena, et, pour finir, quelles qu’aient pu être les raisons qui l’amenaient à New York, elle venait passer une heure ou deux dans la grande salle de lecture, pour lire le livre qu’elle avait apporté avec elle […]. De sorte que la bibliothèque a toujours eu à ses yeux cette aura romanesque.387 »

  • 388 Paul Auster. L’invention de la solitude. Actes Sud, 1988.

81On y va parce qu’on y trouve les œuvres de son fils : « Il m’a un jour écrit, quand j’habitais encore Paris, pour me raconter qu’il était allé à la bibliothèque publique lire certains de mes poèmes récemment parus dans la revue Poetry. Je me l’imaginais, dans une grande salle déserte, tôt le matin avant d’aller travailler, assis à l’une de ces longues tables, son pardessus sur le dos, courbé sur des mots qui devaient lui sembler incompréhensibles.388 »

  • 389 Philip Roth. Pastorale américaine. Gallimard, 1999.

82On y va pour faire des recherches : « À la bibliothèque municipale de Newark, je lus de près les pages sportives du Newark News (disparu en 1972) sur microfilms pour y chercher les comptes rendus et les résultats des matches où le Suédois avait brillé pour le lycée de Weequahic (sur le point de fermer) et pour la faculté d’Upsala (fermée en 1995).389 »

  • 390 Michael Connelly. Lumière morte. Éditions du Seuil, 2003.

83On y va parce qu’on y est à l’aise : « J’y étais revenu après l’achèvement des travaux de restauration, pour la première fois depuis mon enfance. Et je n’avais pas cessé d’y retourner. Je n’avais jamais été un grand lecteur. J’étais incapable de tenir en place assez longtemps. C’était pour le lieu que je le faisais. Ça me rappelait le Los Angeles que j’avais gardé en mémoire. Celui où je me sentais à l’aise. J’emportais mon sandwich dans les salles de lecture ou les patios du dernier étage et y lisais mes dossiers d’enquête ou prenais des notes. Je connaissais tous les gardiens et tous les bibliothécaires. J’avais même une carte, bien que je ne sorte jamais rien.390 »

  • 391 Paul Auster. Le livre des illusions. Actes Sud, 2002.

84Avoir une carte de bibliothèque est plus courant qu’avoir une pièce d’identité et permet d’identifier un cadavre : « Au début, on n’avait qu’une idée très vague de son identité. On lui avait vidé les poches, on avait examiné le contenu de son portefeuille, et on n’avait trouvé ni permis de conduire, ni passeport, aucun papier d’identité de quelque espèce que ce fût. La seule indication d’un nom se trouvait sur une carte de membre de la branche nord de la bibliothèque publique de Chicago.391 »

  • 392 Richard Bausch. « Fortune », Espèces menacées, Gallimard, 2003.

85Quand le héros gagne à la loterie, il fait un don à sa Public Library392. Il lui arrive d’avoir des parents bibliothécaires (Hours, Petite visite aux cannibales). Il veut faire plaisir à la bibliothécaire (Charlie Brown). Bref, la bibliothèque existe dans le paysage quotidien.

  • 393 Sébastien Japrisot. Un long dimanche de fiançailles. Denoël, 1991.
  • 394 Clémence Boulouque. Mort d’un silence. Gallimard, 2003. Un grand amoureux des bibliothèques, Jacque (...)

86On serait évidemment bien en peine de dresser un florilège similaire dans la fiction française. Le film de Rohmer, L’arbre, le maire et la médiathèque, était une pure fiction et non l’insertion d’une réalité dans une fiction. Ici ou là, cependant, on trouve des traces. Quelquefois brèves : « Ce septembre-là, 1948, Mathilde consulte l’encyclopédie Larousse à la bibliothèque publique d’Hossegor.393 » Quelquefois plus détaillées : « J’attendais les mardis soirs, les mercredis et les week-ends – les Pepito devant le film de vingt heures trente, la poterie, le piano, la danse, la section jeunesse de la bibliothèque de la rue Hermel, les livres sur lesquels était écrit “N’abîmez pas les livres, ils sont notre bien commun”.394 »

  • 395 Anne-Marie Bertrand. « Une estime lointaine : les non-usagers des bibliothèques municipales ». Bull (...)

87Cette présence beaucoup moins courante de la bibliothèque, de l’usage de la bibliothèque, reflète évidemment une moindre culture de la bibliothèque. Même si elle est nettement plus fréquentée qu’il y a trente ans, la bibliothèque municipale demeure un endroit spécial, un peu étranger, auquel on n’adhère pas tout à fait. Elle est l’objet d’une « estime lointaine395 » : on veut bien croire qu’elle est utile, mais on ne la sent ni nécessaire ni proche.

88C’est sans doute pourquoi son absence ne suscite pas (guère) de mobilisation.

L’absence de bibliothèque

  • 396 Livres Hebdo, 3 mars 2006.

89En France, la bibliothèque municipale est une offre trop éloignée de la population pour susciter la mobilisation de ceux qui n’en ont pas – ou à qui on veut l’enlever. Pourtant, la situation semblerait en train d’évoluer. Des habitants de Marseille se sont groupés en collectif (« Médiathèque Rivoire et Carret ») pour que, après l’ouverture de la grande bibliothèque de l’Alcazar, les quartiers Est soient, à leur tour, dotés d’un établissement adapté396. La fermeture de petites bibliothèques de quartier, proches de la nouvelle bibliothèque centrale de Toulouse, provoque l’incompréhension et l’indignation. Même indignation à Paris où le projet de fermeture de la bibliothèque Vaugirard suscite une pétition en ligne (2007) et la création d’un groupe Facebook « Non à la fermeture de la bibliothèque Vaugirard » (2009).

  • 397 Préface à Bibliothèques municipales. Statistiques 1987. Ministère de la Culture, 1990.

90Au plan national, une cinquantaine de villes de plus de 10 000 habitants n’ont pas de bibliothèque municipale. Il s’agit surtout de villes de banlieue dont les élus considèrent que la bibliothèque de la ville-centre suffit aux besoins de leurs administrés – c’est la raison qui est avancée par des élus de l’agglomération de Roanne. Beaucoup d’autres villes ont des bibliothèques mais qui sont très petites, archaïques, sans véritable budget d’acquisitions, sans personnel qualifié. En 1990, Evelyne Pisier, alors directeur du livre, écrivait : « La tâche qui reste à accomplir est immense […]. La réussite des grandes médiathèques, qui focalisent l’attention, ne doit pas dissimuler qu’il y a encore trop d’équipements médiocres, inadaptés, vieillis.397 » Même si des progrès ont été faits, le constat est le même aujourd’hui – sans susciter l’indignation citoyenne.

  • 398 Michael Gorman. The Enduring Library : Technology, Tradition and the Quest for Balance. ALA, 2003, (...)

91Aux États-Unis, où la population est desservie à l’exception de quelques zones montagneuses ou désertiques (soit 2,8 % de la population), c’est une autre alarme qui est tirée : même si tout le monde est en théorie desservi, l’offre n’est pas si positive. Ainsi, Michael Gorman évoque les lacunes des services des bibliothèques pour « les vieux, les jeunes, les pauvres, les handicapés physiques ou mentaux, les membres des minorités ethniques ou ceux qui habitent à la campagne ». Pour eux, les services des bibliothèques sont moins accessibles que pour ceux qui ne font partie d’aucune de ces catégories398. Il y a aujourd’hui, écrit-il, une « fracture bibliothécaire » (library services divide).

  • 399 Michael Sullivan. “The Fragile Future of Public Libraries”. Public Libraries, September-October 200 (...)

92Bien pire, écrit un autre analyste, Michael Sullivan, la situation se dégrade avec la fermeture de bibliothèques – il cite un certain nombre d’exemples, dont huit bibliothèques de proximité dans le comté de Multnomah (Oregon) en 1997, cinq des trente-six annexes de quartier de l’Enoch Pratt Library de Baltimore en 2001 ou quarante-trois des quatre-vingt-sept bibliothèques du Comté de Los Angeles en 1993. Il ne s’agit pas que de statistiques : « Quand nous parlons de fermeture de bibliothèques de quartier, gardez à l’esprit que ces fermetures signifient souvent la fin des services de bibliothèque pour un quartier, une communauté ou même une ville tout entière.399 »

  • 400 En 2003, un referendum organisé au Mesa County (Colorado) pour financer un nouveau bâtiment pour la (...)
  • 401 Susan Goldberg Kent. « American Public Libraries », Books, Bricks & Bytes : Libraries in the Twenty (...)

93La diminution des budgets publics et la concurrence d’Internet alimentent le discours qui justifie la fermeture des bibliothèques – ou leur affaiblissement400. Mais c’est que l’on oublie alors le caractère public (publicness) des Public Libraries dont le premier rôle est de « fournir l’égalité d’accès à l’information et au monde du savoir […]. Public est le mot qui est la plupart du temps oublié par ceux qui proclament que la Public Library n’a pas d’avenir.401 » L’avenir de la bibliothèque est, au contraire, qu’elle est un bien commun (public good). Cette conviction (cette rhétorique ?) est rarement exprimée avec cette force en France. La bibliothèque est supposée être bonne en soi, sans qu’il soit besoin d’argumenter, de plaider, de convaincre – l’advocacy est absente.

94On a longtemps cru (et écrit) en France que les Français ne fréquentaient pas les bibliothèques parce qu’il n’y en avait pas. Mais que, pour peu que l’offre soit quantitativement et qualitativement améliorée, le problème serait résolu. Même si les chiffres montrent une progression très nette (un Français sur dix fréquentait une bibliothèque municipale en 1980, un sur quatre ou un sur trois, selon les sources, aujourd’hui), la bibliothèque municipale n’est pas devenue l’élément de base qu’elle est aux États-Unis.

95Aujourd’hui, où le discours français sur la pénurie de l’offre ne peut plus être tenu, on évoque volontiers l’absence de « culture de la bibliothèque » pour expliquer cette persistante faiblesse. C’est, en somme, une autre forme de l’explication antérieure : on disait jadis que l’absence de bibliothèque expliquait la faible fréquentation ; on dit aujourd’hui que l’absence de familiarité avec la bibliothèque, l’absence d’habitude, en somme l’absence de fréquentation expliquent la faible fréquentation. Après l’analyse naïve, l’analyse tautologique.

96À l’issue de ce travail, on peut avancer un autre type d’explication : ce n’est pas l’absence, c’est l’éloignement (politique, culturel, symbolique) qui peut expliquer que la bibliothèque continue à être peu présente. Aujourd’hui, le paradigme bibliothécaire (une offre encyclopédique et cohérente dont les non-usagers sont la cible principale) aurait-il trouvé ses limites ?

Notes

329 Françoise Gaudet, Claudine Lieber. « De l’autre côté de l’Atlantique : recruter ou périr ? ». Bibliothécaire, quel métier ?, sous la dir. de Bertrand Calenge. Éditions du Cercle de la Librairie, 2004 (Bibliothèques).

330 La stagnation des chiffres n’est pas une fatalité : entre 1994 et 2004, la proportion de Québécois fréquentant une bibliothèque publique est passée de 32 % à 47 %. < http://www.stat.gouv.qc.ca/observatoire/ >

331 Public Libraries in the United States : Fiscal Year 2001, NCES, 2003.
[En ligne] <
http://nces.ed.gov/surveys/libraries >

332 Il ne s’agit pas là d’un lointain héritage : ces données ne sont collectées que depuis 1977.

333 Direction du livre et de la lecture. Bibliothèques municipales, bibliothèques départementales des départements d’outre-mer, bibliothèques départementales de prêt : données 2002, ministère de la Culture, 2004.

334 “The People’s University”. Formule de Alvin Johnson.

335 Lawrence White. The Public Library in the 1980s : The Problems of Choice. Lexington Books, 1983, p. 137.

336 Les enfants représentaient 37 % des usagers, les 12-18 ans 23 % en 1993 (enquête NECS).

337 Ernestine Rose. The Public Library in American Life. Columbia University Press, 1954, p. 122.

338 Le Monde, 5 février 2006.

339 Martine Blanc-Montmayeur. « Le rôle social de la bibliothèque : quelles significations ? ». Regards croisés et perspectives : les bibliothèques publiques en Europe, BPI, 2000, p. 77.

340 Max Butlen. « Lire en bibliothèque, lire à l’école : oppositions et interactions ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 49, n° 1, 2004.

341 Les débats se sont cristallisés sur la liste des ouvrages susceptibles d’entrer à l’école dans le cadre de ces programmes : « La mise en cause de cette liste avec ses péripéties, ses rebondissements a été un bon révélateur tout à la fois des limites du consensus autour de l’offre, des rapports de force et des tensions qui résultent de la concurrence entre acteurs résolus à faire prévaloir leurs valeurs, leurs représentations, leur politique d’offre et/ou leurs intérêts », analyse Max Butlen (ibid.).

342 Hélène Weis. « Les bibliothèques pour enfants en quête d’un nouveau modèle ». Regards sur un demi-siècle, op. cit., p. 177.

343 Jean-François Jacques. « Publics et services ». Le métier de bibliothécaire, op. cit., p. 308.

344 Nicolas Beudon. Apprendre et se former dans les bibliothèques : la mission éducative des bibliothèques municipales, Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : enssib, 2008.

345 Ibid.

346 Jean-Claude Le Dro, « Les exclus de la médiathèque », Bulletin d’informations de l’ABF, n° 170, 1996.

347 Axel Munthe, American Librarianship from an European Angle : An Attempt at an Evaluation of Politics and Activities, ALA, 1939, p. 159.

348 Par exemple : « Cette profession, qui parle tant de la fonction de renseignement, continue à ignorer ou dévaloriser celle d’accueil. » (Jean-Claude Utard « Le succès des bibliothèques publiques », Bulletin des bibliothèques de France, t. 42, n° 4, 1997).

349 « Donc, je ne peux pas dire à quelqu’un : ne faites plus de service public. Ne faites que du service intérieur. Ça serait à la limite, vis-à-vis du reste de l’équipe, lui accorder un privilège… parce que c’est fatigant de faire du service public. » (citée dans Anne-Marie Bertrand, Bibliothécaires face au public, BPI, 1995, p. 198)

350 Jean-François Jacques. « Publics et services », op. cit., p. 311.

351 Sur ce point, je me permets de renvoyer à mon ouvrage, Anne-Marie Bertrand, Bibliothécaires face au public, op. cit., p. 117-128.

352 Financé par la Benton Foundation, ce rapport compare les attentes de la population et la vision des bibliothécaires, “Buildings, Books and Bytes : Libraries and Communities in the Digital Age”, Library Trends, Summer 1997.

353 Françoise Gaudet, Claudine Lieber. « L’Amérique à votre porte : nouveaux usages, nouveaux services, nouveaux concepts de bâtiments… un avant-goût de notre avenir ? », Bulletin des bibliothèques de France, t. 47, n° 6, 2002.

354 À propos de la formule « le peuple corse », le Conseil constitutionnel rappelle en 1991 que la « Constitution ne connaît que le peuple français, sans distinction d’origine, de race ou de religion » (cité par Dominique Schnapper, La démocratie providentielle : essai sur l’égalité contemporaine, Gallimard, 2002, p. 201)

355 Yves Mény, Yves Surel. Politique comparée : les démocraties, Allemagne, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie. Montchrestien, 6e ed., 2001, p. 10.

356 Martin Lowell. Library Response to Urban Change : A Study of the Chicago Public Library, Chicago, ALA, 1969, p. XIII ; ALA, “A Mission Statement for Public Libraries”, American Libraries, December 1972.

357 Martin Lowell, ibid., p. 20-21.

358 Michèle Petit, Chantal Balley, Raymonde Ladefroux. De la bibliothèque au droit de cité : parcours de jeunes. BPI, 1997, p. 343.

359 Sylvie Fayet, Bruno Van Dooren. « Bibliothèques dans leur territoire », Les bibliothèques en France, 1991-1997, sous la dir. de Dominique Arot. Éditions du Cercle de la Librairie, 1998, p. 74.

360 Dominique Schnapper. La démocratie providentielle, op. cit., p. 209.

361 Christopher Lasch. La révolte des élites et la trahison de la démocratie. Climats, 1996, p. 181-182.

362 George Steiner. Une certaine idée de l’Europe, op. cit., p. 35.

363 Pierre Riboulet, cité dans Anne-Marie Bertrand, Anne Kupiec, Ouvrages et volumes : architecture et bibliothèques. Éditions du Cercle de la Librairie, 1997, p. 169.

364 Martine Poulain. « Bibliothèque ». Dictionnaire encyclopédique du livre, sous la dir. de Pascal Fouché, Daniel Péchoin et Philippe Schuwer. Éditions du Cercle de la Librairie, tome 1, 2002.

365 Claude Bourgeyx. Changement d’adresse. William Blake & C °, 1990 (album-souvenir de la Bibliothèque Mably, à Bordeaux, aujourd’hui remplacée par la centrale de Mériadeck).

366 Dans Outremonde, Actes Sud, 1999.

367 George Steiner. Dans le château de Barbe-Bleue : notes pour une redéfinition de la culture. Gallimard, 1991, p. 125.

368 Jean Hassenforder. Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, op. cit., p. 197.

369 Eugène Morel. Bibliothèques. Mercure de France, 1909, p. 9.

370 Actes des journées patrimoniales. Arc-et-Senans, 15-16 octobre 1987, FFCB, 1988.

371 Bruno Carbone. « De l’esprit des collections ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 40, n° 3, 1995.

372 Douglas Raber. “ALA Goal 2000 and Public Libraries : Ambiguities and Possibilities”. Public Libraries, July/August 1996.

373 Françoise Gaudet, Claudine Lieber. « L’Amérique à votre porte : nouveaux usages, nouveaux services, nouveaux concepts de bâtiments… un avant-goût de notre avenir ? ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 47, n° 6, 2002.

374 Dominique Tabah. « Le rôle social et culturel des bibliothèques vu de Bobigny ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 42, n° 1, 1997.

375 Chiffres cités par Dominique Arot. « La bibliothèque, le livre et le lecteur ». Regards sur un demi-siècle, op. cit., p. 191.

376 Patrick Bazin. « Plus proches des lointains ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 49, n° 2, 2004.

377 Caroline Rives. « La censure aux États-Unis ». Bulletin d’informations de l’ABF, n° 175, 1997.

378 “The 100 Most-Challenged Books List of 1990-2000”, < http://www.ala.org/ala/oif/bannedbooksweek/bbwlinks/100mostfrequently.htm >

379 Jack Kessler, « Religion et bibliothèques aux États-Unis », Bulletin des bibliothèques de France, t. 48, n° 6, 2003.

380 L’ALA, au bas de la liste des 100 livres les plus contestés, indique aussi que sa collation des incidents n’est pas exhaustive et que « la recherche suggère que pour chaque incident signalé, il y en a quatre ou cinq qui ne le sont pas ».

381 “Some Books Demand Rejection”, Library Journal, 1st February 1995.

382 Message sur la liste de diffusion biblio-fr, 17 décembre 2003.

383 Message sur la liste de diffusion biblio-fr, 23 décembre 2003.

384 Message sur la liste de diffusion biblio-fr, 30 décembre 2003.

385 Christophe Evans. « Quels développements pour la recherche sur les publics ? ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 50, n° 2, 2005.

386 « Nous faire découvir le monde, surtout par la lecture : telle était la priorité de ma mère. Elle m’emmenait à la bibliothèque chaque semaine et je me plongeais avec ravissement dans les livres de la section enfantine » (Hillary Rodham Clinton, Mon histoire, Fayard, 2003, p. 24).

387 Philip Roth. La tache. Gallimard, 2000.

388 Paul Auster. L’invention de la solitude. Actes Sud, 1988.

389 Philip Roth. Pastorale américaine. Gallimard, 1999.

390 Michael Connelly. Lumière morte. Éditions du Seuil, 2003.

391 Paul Auster. Le livre des illusions. Actes Sud, 2002.

392 Richard Bausch. « Fortune », Espèces menacées, Gallimard, 2003.

393 Sébastien Japrisot. Un long dimanche de fiançailles. Denoël, 1991.

394 Clémence Boulouque. Mort d’un silence. Gallimard, 2003. Un grand amoureux des bibliothèques, Jacques Roubaud (qui se proclame homo bibliothecus), n’exprime son amour qu’à la Bibliothèque nationale.

395 Anne-Marie Bertrand. « Une estime lointaine : les non-usagers des bibliothèques municipales ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 43, n° 5, 1998.

396 Livres Hebdo, 3 mars 2006.

397 Préface à Bibliothèques municipales. Statistiques 1987. Ministère de la Culture, 1990.

398 Michael Gorman. The Enduring Library : Technology, Tradition and the Quest for Balance. ALA, 2003, p. 119.

399 Michael Sullivan. “The Fragile Future of Public Libraries”. Public Libraries, September-October 2003.

400 En 2003, un referendum organisé au Mesa County (Colorado) pour financer un nouveau bâtiment pour la bibliothèque n’a pas réuni de majorité. L’une des opposantes expliquait ainsi sa position : « Je crois que les bibliothèques sont en train de devenir des dinosaures avec Internet et tout l’électronique qui est disponible dans la plupart des familles maintenant. Il n’y a qu’une petite proportion de la population qui utilise la bibliothèque. » (“Referenda Roundup, 2003 : Many Celebrations, Some Major Disappointments”, < http://www.ala.org >)

401 Susan Goldberg Kent. « American Public Libraries », Books, Bricks & Bytes : Libraries in the Twenty-First Century. Transaction Publishers, 1999, p. 209-212.

© Presses de l’enssib, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540