Version classiqueVersion mobile

Bibliothèque publique et Public Library

 | 
Anne-Marie Bertrand

Chapitre IV. Groupes professionnels et associations

Texte intégral

1Après avoir à plusieurs reprises évoqué les bibliothécaires américains et leur association, l’ALA, il convient sans doute d’y revenir plus complètement et de faire, là aussi, une analyse comparée entre les deux pays.

  • 281 Comme le souligne Louise Robbins, « les principaux enjeux d’une profession peuvent être identifiés (...)

2Une fois encore, prenons la précaution de souligner l’écart structurel entre nos deux pays : la culture associative, l’engagement public, le nombre des bibliothécaires, leur poids collectif ont peu à voir d’un pays à l’autre. S’il ne s’agit pas, ici, de comparer les environnements ou les contextes, il est cependant éclairant d’analyser les écarts dans les organisations, les activités, les investissements – ce qui a été choisi, construit, par les groupes professionnels, ces acteurs privilégiés de la vie des bibliothèques. J’envisagerai ici deux registres. D’une part, elles servent de porte-parole aux bibliothécaires, aux bibliothèques et aux usagers des bibliothèques, elles les promeuvent, les défendent, les rendent visibles et audibles : elles sont des interlocuteurs naturels des pouvoirs publics et de l’opinion publique. D’autre part, elles ont mené, pendant ce demi-siècle, des combats qui sont significatifs de ce qui, au-delà des discours, est effectivement jugé comme important par elles : ce pour quoi (ou contre quoi) on se bat, c’est ce qui compte281.

DES ORGANISATIONS

3Pour entamer cette analyse, présentons les associations (l’ALA et, pour la France, l’ABF qui est encore quasiment monopolistique pour la période qui nous intéresse ici). Leur constitution, leur organisation, le rôle qu’elles se donnent sont significatifs.

Un peu d’histoire

The American Library Association

4Difficile de parler sans emphase de « la plus vieille et la plus importante association de bibliothécaires dans le monde », comme elle aime à se définir. Fondée en 1876, the American Library Association (ALA) comptait, en 2008, 66 624 membres et était organisée en 11 divisions (par type de bibliothèque), 17 commissions (round tables, par thème), 57 organisations régionales (chapters, souvent par état) et 25 organisations affiliées, chacune d’entre elles possédant à son tour des sections, comités et autres groupes de travail – les observateurs estiment à environ 1 200 le nombre des entités qui constituent l’ALA. Elle est administrée par un Conseil d’administration (Council), qui compte 182 membres, et gérée par un Bureau exécutif de 12 personnes. Le personnel salarié de l’ALA, en 2003, comptait 270 personnes, sous la responsabilité d’un directeur exécutif. Cette multiplicité de composantes, aussi logique soit-elle, pose le problème de la gouvernance de l’association et du poids réel que peuvent avoir ses adhérents.

  • 282 Brièveté souvent regrettée, mais qui a pour objet d’encourager la vie démocratique de l’association (...)

5Le président de l’ALA est élu pour un mandat d’un an seulement282 – même si cette brièveté est balancée par l’institution du President Elect, élu un an à l’avance et qui fait fonction de vice-président avant de prendre ses fonctions de président alors que le président sortant (Immediate Past President) est, lui aussi ex officio, membre du bureau pendant encore un an. La brièveté du mandat ne fait qu’accentuer le pouvoir des cadres salariés de l’association et, au premier chef, de son directeur exécutif.

  • 283 ALA Council Minutes, 1987 Annual Conference, San Francisco.
  • 284 ALA Council Minutes, 1991 Annual Conference, Atlanta.
  • 285 “Martinez Resignation Shocks ALA Conference”, Library Journal, August 1996.

6Les relations entre le président, le bureau, le Conseil, les permanents salariés et les membres de l’association connaissent souvent des périodes de tension – qui s’expriment principalement dans les rapports de fin de mandat, au moment où la parole se libère. À la conférence de 1987, la présidente sortante, Regina Minudri, écrit dans le rapport d’activité qu’elle présente au Conseil : « L’ALA est un gros animal bureaucratique (a bulky bureaucratic beast) qui semble souvent avancer à la vitesse d’un glacier […]. Les permanents (the staff) ne sont pas sur le terrain, ils ne travaillent pas en bibliothèque ni avec des bibliothèques. Nous, membres de l’association, nous sommes sur le terrain.283 » Autre exemple, en 1991, le président sortant, Richard Dougherty, est encore plus virulent – cette fois à l’égard du bureau : « L’ALA doit changer. Nous devons devenir une organisation moins complexe. Nous devons arriver à une meilleure définition du rôle des permanents, du bureau exécutif et du Conseil. Le Conseil est l’organe politique (the policy maker). Le bureau exécutif est l’outil de gestion. J’ai été témoin de tensions considérables. Le bureau exécutif n’est pas un bureau d’experts. Son rôle principal n’est pas d’être un groupe de visionnaires traçant l’avenir de l’association.284 » Tout au long des années 1990, les tensions restent vives – en 1992, la directrice exécutive est licenciée par le bureau en raison de « problèmes d’efficacité ». Une nouvelle directrice exécutive, nommée en 1994, claque la porte en 1996 en reprochant au Conseil de ne pas lui faire confiance285.

7Ce sont donc, tour à tour, l’ensemble des membres, le bureau ou l’équipe salariée qui font figure d’accusés. La « réorganisation » de l’ALA semble être à l’ordre du jour depuis 50 ans et les rapports d’audit s’accumulent. Indépendamment de ces problèmes internes, l’audience de l’ALA continue à augmenter : 20 000 en 1951 pour le 75e anniversaire de l’association, 35 000 en 1969, 39 000 en 1984, 58 000 en 1999, plus de 66 000 en 2008.

  • 286 Oliver Garceau le disait déjà en 1949 : « L’ALA est embourbée dans des projets émanant d’une tour d (...)

8L’organisation entre composantes représentant les différents types de bibliothèque semble avoir permis un véritable équilibre. Équilibre de pouvoirs entre le global et le sectoriel : la Public Library Association (PLA) s’intéresse plutôt aux questions techniques et laisse le champ politique libre à la maison mère, l’ALA. Ainsi, c’est la PLA qui élabore les standards destinés aux Public Libraries et l’ALA qui prend en charge la promotion des bibliothèques ou les questions d’éthique. C’est pourquoi la PLA est réputée plus proche des bibliothécaires, plus concrète, plus utile – l’ALA plus lointaine, théorique, voire verbeuse286. Subtil partage des tâches qui semble bien fonctionner. Équilibre du poids entre les différentes divisions : en 2003, la PLA comptait 9 344 membres, soit 14,6 % des adhérents de l’ALA. C’était alors la troisième plus grosse section de l’ALA, après l’Association of College and Research Libraries (ACRL, association des bibliothèques d’étude et de recherche, 12 261 membres) et l’American Association of School Librarians (AASL, association des bibliothécaires scolaires, 9 669 membres).

L’Association des bibliothécaires français (ABF)

9L’ABF est une association nationale organisée en sections (par types de bibliothèques) et en groupes régionaux. Elle est administrée par un Bureau national, qui émane du conseil d’administration (souvent appelé Conseil national), lui-même composé de représentants des sections et/ou des groupes (depuis 2007, le Conseil n’est plus constitué que de représentants des groupes régionaux). Son président est élu au sein du conseil d’administration pour un mandat de 3 ans renouvelable une fois. En 2009, elle comptait 3 500 adhérents et 5 permanents.

  • 287 Elle est hébergée par la BN, qui met des locaux à sa disposition, jusqu’en 1989. Petitement logée e (...)

10L’ABF a été fondée (en 1906) sous l’aile tutélaire de la Bibliothèque nationale (BN) et cette origine pèse sur son développement. D’une part, l’association est, pendant longtemps, essentiellement parisienne, d’autre part, elle est pendant longtemps dirigée par des conservateurs de la BN287. En 1954, lorsque la vie de l’association reprend un cours normal après la guerre avec la reparution de son Bulletin d’informations, son président (Pierre Josserand) est conservateur à la BN ; son secrétaire général (Jacques Lethève) est bibliothécaire à la BN ; la présidente de la section de la lecture publique (Myriem Foncin) est conservateur à la BN. Des dix membres du bureau, dix travaillent dans des bibliothèques parisiennes. En 1956, ce sont naturellement les ors et les fastes de la Bibliothèque nationale qui accueillent le cinquantenaire de l’association. Le premier président provincial d’après-guerre sera Louis Desgraves, directeur de la BM de Bordeaux, élu en 1969. C’est en 1966 que, pour la première fois, l’assemblée générale de l’ABF se tient hors de Paris : à Neuilly-sur-Seine !

  • 288 Cité par Jacqueline Gascuel, Bulletin d’informations de l’ABF, n° 162, 1994.

11Fonctionnellement, cette double caractéristique, géographique et professionnelle, réduit son champ d’influence ; symboliquement, elle jette le doute sur sa représentativité. Ainsi, la création d’un syndicat des bibliothécaires municipaux, en 1932, est imputée par certains de ses fondateurs à « l’inertie de l’ABF ». Eugène Morel, dès 1908, se montrait sceptique sur l’influence que pourrait avoir l’association des bibliothécaires, créée deux ans plus tôt : « Pour la défense d’intérêts généraux. Ceux des bibliothèques et des bibliothécaires de France. Cela est beau, mais ce sont des intérêts divers. Celui du public n’est pas celui des bibliothécaires. S’alliant pour la défense de partis opposés, ils s’unirent contre eux-mêmes et marchèrent sur place.288 »

12L’homogénéité géographique et l’homogénéité professionnelle vont, ici, de pair. Les dirigeants de l’association sont des représentants des bibliothèques savantes. Depuis l’origine, la capacité de l’ABF à représenter toutes les bibliothèques et tous les bibliothécaires est fragile, voire contestée.

  • 289 « Un mouvement pour le développement des bibliothèques publiques : les origines de la Section des b (...)

13En 1959, c’est la première manifestation institutionnelle des bibliothécaires « modernistes », sous la houlette de Jean Hassenforder : la création d’une « section des petites et moyennes bibliothèques à rôle éducatif ». « Le mouvement se définit par une opposition à la prédominance des bibliothèques de conservation et à l’esprit qui les caractérise : accent sur une culture en relation avec le passé », se souvient Jean Hassenforder289, qui se rappelle aussi qu’alors (à la fin des années 1950) l’ABF « s’accommode de l’état des choses », c’est-à-dire de la situation « consternante » des bibliothèques municipales, tandis que les bibliothécaires de lecture publique, eux, appellent « la mise en œuvre d’une action en vue du développement des bibliothèques publiques. » En 1964, cette section prend le nom de « section de la lecture publique ». En 1967, elle crée son propre bulletin (Lecture et bibliothèques, qui deviendra Médiathèques publiques et paraîtra jusqu’en 1988) et devient section « des bibliothèques publiques ».

  • 290 Jacqueline Gascuel analyse ainsi son élection de 1985 : « La pression du nombre a fait que la cultu (...)

14Il faut attendre 1985 pour que soit élue présidente de l’association une représentante des bibliothèques publiques, et quelle représentante puisqu’il s’agit de la présidente de la section des bibliothèques publiques, Jacqueline Gascuel (qui plus est, une femme !), directrice de la bibliothèque publique de Massy290.

15On peut voir dans cette montée en ligne des bibliothécaires de bibliothèques publiques à la fois l’affaiblissement symbolique des bibliothèques savantes dans les années 1980 et 1990, et la reconnaissance du fait que l’ABF ne représente plus que les bibliothèques publiques, les autres types de bibliothèque ayant créé leurs propres instances de représentation (l’ADBU pour les bibliothèques universitaires en 1970, l’ADBDP pour les bibliothèques départementales en 1987, l’ADBGV pour les grosses bibliothèques municipales en 2002). En 1981, la section des bibliothèques publiques représente 60 % des adhérents, 70 % en 1986 (Bulletin d’informations de l’ABF, n° 132, 1986), 80 % en 1998 (Bulletin d’informations de l’ABF, n° 184-185, 1999). Pour freiner ce déséquilibre croissant, il est procédé en 1993 à la fusion des sections BN, BS et BU dans une grande « section étude et recherche ». La dissolution de toutes les sections est votée au congrès de 2004, prenant acte de l’obsolescence de ce découpage. L’ABF n’en demeure pas moins marquée par cette sur-représentation des bibliothécaires travaillant dans les bibliothèques publiques.

Activités et rôle

16L’histoire, la taille, la représentativité des deux associations (1 bibliothécaire américain sur 2 est adhérent de l’ALA, 1 bibliothécaire français sur 10 de l’ABF) génèrent inévitablement une grande différence dans le positionnement et le rôle que joue chacune des associations.

17Dans la logique française de co-gestion de segments administratifs, l’ABF a toujours été proche du pouvoir : plutôt un pouvoir bis qu’un contrepouvoir, elle cherche davantage à influencer les décideurs qu’à lutter contre leurs décisions. Jusque dans les années 1970, la modestie des effectifs rend possible un travail d’influence basé sur la familiarité et la complicité : on constate des allées-et-venues entre l’administration centrale (ou l’Inspection générale des bibliothèques) et les ténors de la profession, qu’ils soient responsables associatifs ou leaders d’opinion. Rappelons que la jeune Direction chargée des bibliothèques (la DBLP) est créée en 1944 avec le concours actif de Pierre Lelièvre, alors président de l’ABF, et de Paul Poindron, son secrétaire général. Henri Vendel, nommé inspecteur général en 1945, célèbre promoteur du bibliobus de la Marne, a été président de l’ABF de 1938 à 1940. En 1970, Louis Desgraves (élu président de l’ABF en 1969) est nommé inspecteur général des bibliothèques – et démissionne de la présidence. En 1990, Françoise Danset (élue présidente l’année précédente) est recrutée par la Direction du livre pour s’occuper du secteur du « développement de la lecture ».

18Qu’il y ait communauté de vues entre l’ABF et l’administration centrale est logique, puisque la DBLP a été créée avec et par des responsables de l’association et que l’ABF est constamment associée aux travaux de la Direction (DBLP puis DL-L), par exemple au sein du comité interministériel (1966-1967), du groupe de travail sur les bibliothèques municipales (1973-1974) ou du groupe de travail « décentralisation et bibliothèques publiques » (1984). Cette proximité durera un demi-siècle. C’est la même culture professionnelle, ce sont les mêmes objectifs qui animent les uns et les autres.

  • 291 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 132, 1986 et n° 140, 1988.
  • 292 Note d’informations, n° 99, août 2002.

19On peut parler d’institutionnalisation de l’ABF. En 1969, l’ABF est reconnue d’utilité publique. La subvention de l’État (principalement la Direction du livre, souvent accompagnée d’une modeste aide du ministère des Affaires étrangères) augmente progressivement, au fur et à mesure que l’ABF grandit et que son budget augmente. Mais la subvention augmente plus vite que le budget et représente ainsi une part grandissante des recettes : encore marginale dans les années 1970 (7 % du budget en 1974), elle augmente progressivement jusqu’à un pic de 36 % en 1985291, puis diminue : 28 % du budget en 1987, 19 % en 2001292.

  • 293 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 140, 1988.
  • 294 Rapport dit « Gattégno-Varloot », 1985, non diffusé.
  • 295 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 132, 1986.

20L’ABF cherche à influencer, non à s’opposer. Échanger, discuter : c’est le ministère de la parole qu’elle exerce. « L’avenir de nos établissements continue à nous préoccuper – et nous avons eu l’occasion de le dire à plusieurs reprises, soit de vive voix à nos Directeurs, soit à travers nos motions et communiqués de presse, soit en écrivant aux Ministres de tutelle et aux candidats à la Présidence de la République », explique Jacqueline Gascuel dans son rapport moral en 1988293. Encore l’année 1988 fut-elle une année électorale, avec des candidats plus attentifs. Mais 1986 fut encore moins encourageante : « Le retard des bibliothèques françaises est un mal qui a une longue histoire et que certains préfèrent ignorer : le rapport préparé par nos deux directeurs294 n’a jamais été publié et il n’a point été répondu à nos lettres demandant cette publication ! […] Nous avons renouvelé nos demandes d’audience lors de la nomination du nouveau gouvernement. Votre bureau, ceux des sections sont vigilants… mais il est difficile d’être reçu et plus encore d’être entendu. Probablement nous faudrait-il un appui plus solide des lecteurs, des écrivains, des chercheurs, des universitaires, de la presse… Nous devrions l’obtenir.295 » Analyse lucide : si l’ABF est peu audible, c’est que les bibliothèques n’ont pas réussi à mobiliser derrière elles la société civile.

  • 296 Danielle Taesch. « L’image de l’ABF : compte rendu du carrefour », Bulletin d’informations de l’ABF(...)

21Lors du congrès de 1988, un atelier de réflexion est organisé sur l’image de l’ABF. Le constat est sévère : « L’ABF est trop souvent oubliée comme interlocuteur à l’étranger ; par exemple, dans les instances internationales, on constate que nos collègues étrangers sont représentés par leurs associations professionnelles. La France l’est par ses deux directions (la DLL et la DBMIST), non par l’ABF. L’ABF doit s’affirmer pour être réellement une force de pression, en demandant, en exigeant d’être associée à un certain nombre de réflexions et de décisions.296 » Être associée aux réflexions et aux décisions : c’est dans cette ligne constructive, coopérative, que l’ABF se place délibérément. On est bien loin de la force tranquille de l’ALA.

22On a déjà vu que, par le biais de la Public Library Association, l’ALA a élaboré les standards sur lesquels s’est construit le développement des années 1950 et 1960 – il est à noter que cette fonction normative appartient, en France, à la structure étatique. Elle les met régulièrement à jour pendant les décennies suivantes. Elle joue un autre rôle para-public, qui est celui de l’accréditation des écoles de bibliothécaires : un processus complexe et régulier permet à l’ALA de valider le niveau de formation des écoles de bibliothécaires aux États-Unis, mais aussi au Canada. L’ALA cogère, avec la Library of Congress et la British Library, la révision et la mise à jour des Anglo-American Cataloguing Rules. Elle surveille le recrutement des bibliothécaires, leur niveau de qualification ou de salaire, la diversité ethnique, la place des femmes, etc. Elle publie, directement ou par le biais de ses divisions ou associations locales, des dizaines de bulletins, revues ou magazines. Elle édite un nombre important d’ouvrages – plus de 300 titres au catalogue en 2005. Elle mène des relations internationales actives, en particulier au sein de l’International Federation of Library Associations (IFLA).

23Mais le rôle majeur que joue l’ALA, et qui la distingue le plus de l’ABF, est son rôle de porte-parole.

ADVOCACY

Porter la parole

24Communiquer, plaider, défendre, expliquer, convaincre, argumenter : le rôle de porte-parole de l’ALA a des aspects, des vecteurs et des expressions multiples.

  • 297 Le président reçoit un media-training, il répond à de nombreuses interviews (150 pour Betty Turock, (...)
  • 298 Par deux fois, en 1957 et en 1967, un vote des adhérents a interdit le déménagement du siège de l’A (...)
  • 299 Popularisée dans le monde entier par Charles Schulz, l’auteur des Peanuts, qui fait dire à Charlie (...)

25D’une certaine façon, on peut considérer que le président de l’ALA en est d’abord son porte-parole297. Que les thèmes choisis par les présidents pour leur présidence sont des slogans (« Égalité d’accès », « Diversité », « Les enfants qui lisent réussissent », « Construire la communauté »). Que les conférences annuelles ou les réunions de Midwinter sont des tribunes. Que le vrai cœur de l’ALA bat à Washington, au Washington Office chargé du lobbying auprès des parlementaires et des autorités fédérales, et non à Chicago298. Que les publications de l’ALA sont aussi des relations publiques – comme le suggèrent, par exemple, les posters où Batman, Mel Gibson, Bill Gates ou la soprano Renee Fleming invitent à la lecture. Qu’une partie notable du site de l’ALA sert à fournir des argumentaires, comme « Top 10 Reasons to Support Libraries » (10 bonnes raisons pour soutenir votre bibliothèque), « The Top 10 Reasons To Be A Librarian » (10 bonnes raisons pour devenir bibliothécaire) ou « 10 Reasons Why the Internet Is No Substitute For a Library » (10 raisons pour lesquelles Internet ne remplace pas les bibliothèques). Que les campagnes récentes @your library (l’affirmation que les bibliothèques restent indispensables, malgré Internet), Every Child Ready to Read (les bébés-lecteurs), The Smartest Card (campagne d’inscription dans les Public Libraries) absorbent délibérément une énergie considérable. Que les nombreux événements qui marquent l’année sont autant d’occasions de faire parler des bibliothèques et de la lecture – citons la National Library Week (la semaine nationale des bibliothèques, co-organisée avec les éditeurs299), la Teen Read Week (la semaine de la lecture des jeunes), la Banned Book Week (la semaine des livres censurés, depuis 1982), le Legislative Day (le jour des parlementaires), le Library Card Sign-up Month (le mois des adhésions).

26Communiquer, promouvoir, défendre. Un terme anglais, à vrai dire intraduisible, résume cette activité primordiale : advocacy. Cette activité n’a pas d’équivalent en France.

Professionnaliser

27Un des objectifs qui rapprochent, par contre, l’ALA et l’ABF est le souci de promouvoir la profession de bibliothécaire, d’en améliorer les qualifications, les niveaux de recrutement, l’image et la réputation.

  • 300 ALA. Librarians for the New Millenium, ALA, 1988.

28La formation des bibliothécaires est, depuis longtemps, une préoccupation de l’ALA. La première école de bibliothécaires est créée en 1887 par Melvil Dewey. En 1924, l’ALA crée son Board of Education for Librarianship, qui élabore des standards destinés à évaluer et accréditer les écoles. La première vague d’accréditation a lieu en 1925-1926. Les années 1940 à 1960 sont considérées comme un âge d’or où les bibliothèques se développent, les emplois se créent, les écoles de bibliothécaires fleurissent et prospèrent. Retournement de situation dans les années 1970 : sous le coup de la crise économique (les études de bibliothécaire sont relativement chères par rapport au salaire attendu) et du début de la révolution informatique, le nombre des élèves dans les écoles de bibliothéconomie décroît nettement, de 5 137 étudiants en 1976 à 3 160 en 1986300. Pis, les écoles commencent à fermer car les universités, elles aussi, traversent une passe difficile : après celle de l’université d’Oregon, en 1978, une quinzaine d’autres, dont les prestigieuses écoles de l’université de Chicago et de Columbia University ferment dans les années 1980. Alors même que l’école de bibliothécaires de Columbia (Columbia University’s School of Library Service) venait de célébrer en grande pompe son centenaire, sa fermeture fait l’effet d’une bombe.

  • 301 Terry L. Weech. « L’évolution des métiers des bibliothèques aux États-Unis ». Bulletin des biblioth (...)
  • 302 Réjean Savard. « La formation des bibliothécaires en Amérique du Nord : modernité et valeurs profes (...)

29Dans ce contexte difficile, l’ALA semble plutôt démunie. Peu à peu, les interrogations se focalisent sur la conjonction entre la formation des bibliothécaires et les sciences de l’information : Library and Information Science (LIS) est le nouveau nom des écoles, adopté presque unanimement dans les années 1980 avant que le L de Library ne tende à carrément disparaître. Terry Weech date précisément cette évolution : sur la soixantaine d’écoles accréditées par l’ALA, 1 faisait figurer « sciences de l’information » dans son nom en 1965, 9 en 1975, 42 en 1985 et presque toutes en 1995301. Il explicite par la même occasion une question que beaucoup de bibliothécaires se posent : dès lors, « comment les écoles qui forment les bibliothécaires se différencieront de celles qui forment les informaticiens ou les ingénieurs de secteurs voisins » ? Enseignant à Montréal, Réjean Savard, quelques années plus tard, pose autrement la même question : « Malgré l’importance que l’on peut accorder aux nouvelles technologies, celles-ci ne sont que des outils […]. Si l’on en croit les programmes de formation continue des bibliothécaires où les nouvelles technologies écrasent de tout leur poids les autres sujets de formation (du moins en Amérique du Nord), on peut se demander si cette profession a un intérêt pour autre chose que les applications informatiques à la bibliothéconomie.302 »

  • 303 ALA Council Minutes. 2000 Annual Conference, Chicago.
  • 304 ALA Council Minutes. 2004 Annual Conference, Orlando.

30Cette « insatisfaction croissante » confine à la crise d’identité. L’ALA décide alors de tenir un congrès spécifique sur la formation professionnelle. Il a lieu à Washington en 1999 et se conclut par la création d’un groupe de travail chargé de définir les valeurs centrales (Core Values Task Force), dont la présidence est confiée à Donald Sager. En 2000, au congrès annuel, les travaux du groupe de travail sont présentés au Conseil de l’ALA sous forme de projet de résolution. Ce document de 15 lignes, déjà amendé après avoir été mis en discussion auprès des divisions et des associations régionales de l’ALA, provoque des remous dans le Conseil. S’il est approuvé par quelques conseillers, deux objections majeures lui sont faites. L’une, de prétendre établir la liste des valeurs qui guident l’ALA et la profession de bibliothécaire tout entière alors que l’ALA possède déjà un nombre de documents impressionnant en ce domaine (Policy Manual, Library Bill of Rights, Freedom of Read Statement, Code of Ethics, etc.). L’autre, de ne pas citer explicitement la liberté d’information (Intellectual Freedom) alors qu’elle est la valeur centrale, nodale, de l’ALA – le document cite seulement « la liberté pour tous de former, soutenir et exprimer ses propres convictions303 ». Après une longue discussion, le Conseil décide de renvoyer le document au bureau de l’association. Classique manœuvre d’enterrement : le bureau confie l’élaboration d’un nouveau texte à un deuxième groupe de travail qui, après quelques atermoiements, remet en 2004 un bref document que le Conseil adopte sans même le discuter. Il confie au Policy Monitoring Committee le soin de l’intégrer dans le Policy Manual304.

  • 305 Donald Sager. “The Search for Librarianship’s Core Values”. Public Libraries, May-June 2001.

31Le lien entre les valeurs professionnelles et la formation des futurs professionnels a été perdu de vue. Et Donald Sager pouvait tristement commenter : « Sans un ensemble de valeurs communes, nous ne pouvons pas être considérés comme une profession.305 »

32La formation est une des activités fondatrices de l’ABF. Très vite, elle met en place des formations, plaide pour la création de diplômes reconnus, s’investit dans l’élaboration de manuels.

33L’idée de formation mutuelle guide l’ABF : les futurs professionnels sont formés, doivent être formés par leurs prédécesseurs. Dès avant-guerre, des pionniers comme Ernest Coyecque ou Eugène Morel donnent des cours à l’École américaine. En 1938, l’ABF met en place une formation professionnelle pour les futurs responsables de petites bibliothèques. Après la guerre, la même logique prévaut : les cours de préparation au DSB (diplôme supérieur de bibliothèque) ou au CAFB (Certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire) sont assurés presque intégralement par des praticiens. La création de bibliothèques d’application (Clamart en 1963, Massy en 1971) participe de cette idée de tutorat, l’ancien accompagnant le nouveau à son entrée dans le métier. Il n’est pas indifférent que Noë Richter, au plus fort de la lutte pour les bibliothèques de secteur, en 1972, ait accepté la direction de l’ENSB. Aujourd’hui, la plupart des groupes régionaux de l’ABF continuent à assumer une formation d’auxiliaire de bibliothèque.

34Cette formation doit nécessairement déboucher sur la professionnalisation. Pendant longtemps, en France, le métier de bibliothécaire n’est pas considéré comme un métier. Il est vrai que le premier diplôme destiné à la formation du personnel territorial, le CAFB, n’est créé qu’en 1951 et sa préparation assurée seulement à partir de 1960. Il connaît un lent développement pendant les années 1950 (en 1961 seulement 29 lauréats), puis un essor rapide dans les années 1960, la promotion de 1971 atteignant 197 diplômés. Le DSB n’est créé qu’en 1950, l’ENSB qu’en 1963 (elle se muera en enssib en 1992). L’amélioration de la qualification est statutairement encouragée, par l’arrêté du 24 janvier 1966, qui fait du CAFB (ou du DSB) un diplôme exigé pour le recrutement sur titre des bibliothécaires ou sous-bibliothécaires dans les bibliothèques municipales. Cet arrêté sonne le glas des sinécures occupées par la femme du secrétaire général, l’archiviste départemental ou le professeur en retraite.

  • 306 Dans les quatre premières éditions, la table des matières s’intitule « Plan des cours ».

35Pour accompagner ce mouvement de professionnalisation, l’ABF publie cours et manuels. Son œuvre la plus connue est Le métier de bibliothécaire, dont l’association est l’auteur collectif ; la revendication professionnalisante est bien soulignée par le titre. Héritier des manuels du début du XXe siècle, Le métier de bibliothécaire est d’abord un recueil de cours306 qui a évolué progressivement vers un ouvrage de synthèse et de réflexion. Il est considéré comme « le manuel de base », le bagage minimum des professionnels de la lecture publique et de ceux qui aspirent à le devenir – il est ainsi utile à la fois dans l’exercice du métier et dans la préparation aux concours de recrutement. C’est l’ouvrage sans doute le plus connu et le plus lu de la littérature professionnelle (bibliothécaire) française. Il a été publié onze fois entre 1966 et 2003, sa pagination n’a cessé de croître (de 167 pages pour la 1re édition à 454 pages pour la 11e, signe de la complexité croissante du métier et de l’extension de son champ d’activité). L’ampleur qu’a pris cet ouvrage l’a détourné de sa mission originelle et a amené l’ABF à recréer un manuel de base, le Mémento du bibliothécaire, dont la première édition date de 2006.

DEUX COMBATS EXEMPLAIRES

36Pour clore ce chapitre associatif, je vais illustrer les différences culturelles entre les deux associations par l’évocation de deux combats exemplaires, l’un, de ce côté de l’Atlantique, le combat pour une loi sur les bibliothèques ; l’autre, de l’autre côté, le combat pour la liberté d’information.

La demande d’une loi sur les bibliothèques

  • 307 Dominique Lahary, « L’ABF de A à Z », BIBLIOthèques, n° 2, avril 2002. La première trace d’une dema (...)

37La constance avec laquelle l’ABF appelle de ses vœux une loi sur les bibliothèques n’a d’égal que la persistance avec laquelle ce projet est repoussé : « Loi. On dit “la loi” sans préciser laquelle ni rappeler qu’elle n’existe pas. C’est la loi sur les bibliothèques que nous appelons de nos vœux depuis plus d’un demi-siècle. Elle nous permet, dans les assemblées générales ou face à un représentant des “tutelles”, de prendre soudain un air grave. Tel l’horizon, elle recule à mesure que nous avançons. N’est-ce pas très bien comme ça ?307 » La description amusée du phénomène, sous la plume de Dominique Lahary, montre bien le caractère à la fois rituel et répétitif de la « demande de loi ». De quelle loi s’agit-il ?

  • 308 La lecture publique en France. La Documentation française (Notes documentaires et études, n° 918).

38À la Libération, l’ABF et l’administration centrale (Direction des bibliothèques et de la lecture publique, puis Direction du livre, puis Direction du livre et de la lecture) partagent la même analyse : la loi doit obliger les communes à créer et financer des bibliothèques pour que tous les habitants du pays bénéficient du même service public (préoccupation partagée aux États-Unis, où le nombre d’habitants non desservis est régulièrement mis en avant dans les années 1950 et 1960 pour appeler à de nouveaux efforts). En 1944, le projet d’organisation des bibliothèques, dit « rapport Lelièvre », prévoit un « texte impératif », c’est-à-dire une loi, pour obliger les communes à financer une bibliothèque : « Les villes comprennent très inégalement leurs devoirs. Il serait souhaitable qu’elles fussent contraintes par un texte impératif de consacrer une somme proportionnelle au nombre d’habitants agglomérés à l’entretien de la bibliothèque municipale (2,50 F, valeur 1944, par tête d’habitant) ». De même, le rédacteur du rapport de 1948308 considère que les problèmes financiers des bibliothèques municipales resteront « difficilement surmontables, tant qu’une loi sur les bibliothèques n’aurait pas rendu obligatoire le vote par les villes de crédits proportionnels à leurs ressources et à leur population. »

  • 309 « Les Assises nationales des bibliothèques, 8-10-juillet 1968 ». Bulletin d’informations de l’ABF, (...)
  • 310 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 76, 1972.

39En 1968, les Assises des bibliothèques, organisées par l’ABF, reprennent à leur compte la demande d’une loi : « La réalisation d’une enquête nationale sur la situation des bibliothèques publiques en France et sur les résultats qu’elles obtiennent est considérée unanimement comme indispensable et urgente. La publication du rapport d’enquête servirait de base à l’évaluation des besoins et de l’effort nécessaire pour que le retard déjà considérable de la France dans le domaine des bibliothèques publiques ne s’accroisse pas. Il devrait en résulter un texte législatif définissant les devoirs respectifs des collectivités nationales et locales et rendant effectif le droit de tous les Français à la culture par le livre.309 » En 1972, l’Assemblée générale de l’ABF renouvelle ce souhait par une motion310. Cette rhétorique ancienne et partagée finit par porter ses fruits : le Conseil des ministres du 8 janvier 1979 reconnaît le développement des bibliothèques municipales comme « un objectif prioritaire de l’action culturelle », et la Direction du livre est chargée d’élaborer un projet de loi pour « définir les missions et les obligations respectives de l’État et des collectivités locales en matière de lecture publique ». Le projet de texte est validé au Conseil des ministres du 20 juillet 1979.

  • 311 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 105, 1979.

40La section des bibliothèques publiques, pour sa propre part, soutient ce projet au congrès de La Rochelle, en juin 1979 : « La section des bibliothèques publiques de l’ABF se prononce pour l’élaboration et l’adoption d’une loi sur les bibliothèques. Cette loi devrait stipuler que la création de conditions d’accès égales, libres et gratuites pour tous les habitants du pays à la totalité des fonds documentaires sans discrimination entre les divers types de documents est une obligation commune de l’État et des collectivités locales.311 »

41Ce projet de projet de loi, né trop tard, avortera silencieusement au début des années 1980 – la logique de décentralisation l’emportant désormais sur la logique de l’aménagement du territoire mené sous la houlette experte de l’État.

  • 312 Achevé en juillet 1981, publié en mars 1982 (Les bibliothèques en France, Dalloz), le rapport Vande (...)

42Mais l’idée qu’une loi est nécessaire mettra plus de temps à mourir que le projet de loi lui-même. En 1981 encore, le rapport Vandevoorde312 préconise l’adoption de deux lois : une loi-programme quinquennale permettant de financer la construction de 300 000 m ² de locaux et une « loi sur les bibliothèques » qui « serait, mutatis mutandis, une manière de traiter la lecture publique et ses agents de la même manière que l’éducation. Deux possibilités : soit une loi d’orientation de l’action communale, énumérant les principes et les conditions de développement, soit une loi d’obligation imposant aux communes le respect de certaines exigences : l’article central d’une telle loi ne pourrait être alors que l’obligation faite aux communes de plus de 10 000 habitants de mettre à la disposition des habitants une bibliothèque municipale obéissant à certaines définitions, plus ou moins précises, plus ou moins contraignantes. »

  • 313 Au congrès de Strasbourg, en 1980, comme au congrès de Saint-Brieuc, en 1983, une motion est adopté (...)

43Le discours est donc, pendant presque quarante ans, intangible : les villes ne s’intéressant pas, ne s’investissant pas dans/pour leurs bibliothèques, l’État doit les y contraindre par la loi. Étrange entêtement. Doublement étrange : d’une part, l’inefficacité de la démarche ne semble pas gêner les partisans de la loi, qui persévèrent à travers les décennies313. D’autre part, le développement des bibliothèques municipales à partir des années 1970, qui s’accélère dans la décennie 1980, en l’absence de toute loi d’obligation, pourrait éclairer sur l’inanité de la démarche. Non seulement, la demande de loi n’aboutit pas, mais encore les bibliothèques municipales se développent sans loi. La loi est à la fois inaccessible et inutile – d’où le « N’est-ce pas très bien comme ça ? » de Dominique Lahary.

  • 314 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 176, 1997.

44Bien plus : l’État n’est plus aujourd’hui en position d’imposer des contraintes normatives aux collectivités locales (excepté en matière régalienne, comme pour l’état-civil ou l’ordre public). Depuis les lois Defferre (2 mars 1982 et 22 juillet 1983, pour celles qui intéressent les bibliothèques), la logique des lois de décentralisation est bien, au contraire, d’alléger l’encadrement des collectivités territoriales et d’accroître leur autonomie. La lassitude aurait peut-être gagné l’ABF si un nouvel argument n’était apparu en 1995-1996 avec l’affaire des bibliothèques gérées par le Front national. Une nouvelle fois, l’ABF réagit en demandant à l’État de protéger les bibliothèques de tels agissements – bien sûr, en faisant adopter une loi. La motion adoptée en 1996 est très générale, mais celle de 1997 fait explicitement allusion aux problèmes de censure à Marignane, Orange et Vitrolles, puisqu’il est précisé dans la motion que la loi doit avoir pour objet « de garantir la responsabilité des bibliothécaires notamment dans la constitution et l’organisation des collections et dans la gestion des établissements ; et de rappeler que les bibliothèques sont un des moyens d’exercice de la démocratie314 » tandis qu’une autre motion, votée le même jour, apporte le soutien de l’ABF « aux professionnels qui œuvrent dans des villes où les tenants d’une idéologie totalitaire tentent de transformer des bibliothèques publiques, par fonction outils d’exercice de la démocratie, en supports de propagande politique ».

45L’ABF demande à l’État d’assurer le développement des bibliothèques, leur organisation et leur défense vis-à-vis des élus locaux. La demande d’État n’a, on le sait, pas de sens aux États-Unis.

La liberté d’information

46La défense de la liberté d’information est une préoccupation commune aux bibliothécaires des deux pays. L’implication qu’elle suscite, les moyens employés, l’éclat donné à ce combat diffèrent cependant du tout au tout d’un pays à l’autre.

  • 315 Marie Kuhlmann, Nelly Kuntzmann, Hélène Bellour. Censure et bibliothèques au XXe siècle. Éditions d (...)

47Jusqu’en 1995, les bibliothécaires français n’accordaient pas à la censure une attention particulière. Quelques attaques se faisaient jour, chroniquement (1983, 1987), surtout contre les collections de livres pour enfants, accusées évidemment de corrompre la jeunesse. Un ouvrage historique sur la censure315, publié en 1989, n’avait suscité qu’un intérêt poli et légèrement incrédule – pas nous, pas ça. Mais, globalement, le sujet n’intéressait pas : nul comité pour la liberté d’information, nul texte de référence, nulle expertise ou mobilisation en ce domaine. Dans les bibliothèques françaises, la censure n’existait pas – ou, plus exactement, le concept de censure n’existait pas.

48L’épisode qui peine à trouver un nom (« les agissements » du Front national est une formule courante) est une conséquence des élections municipales de 1995 : les électeurs de trois villes élisent démocratiquement des membres du Front national pour diriger leur municipalité (Marignane, Orange, Toulon ; s’y ajoutera Vitrolles dans une élection partielle en 1997). Ce n’est qu’à l’été 1996 que, après quelques mois d’exercice abusif (mais non illégal) du pouvoir que les élus ont sur les bibliothèques, l’affaire éclate au grand jour – grâce à la diffusion du rapport que l’Inspection générale des bibliothèques avait remis au ministre. La presse s’empare alors de cette actualité (Libération 11 juillet 1996, Le Monde 12 juillet 1996, New York Times 20 août 1996).

Jo Kibbee, bibliothécaire à l’université d’Illinois, raconte ainsi l’épisode d’Orange : « L’enquête diligentée par le ministère fut confiée à Denis Pallier, alors doyen de l’Inspection générale des bibliothèques. Selon le rapport qu’il remit par la suite au ministre, les collections de la BM d’Orange avaient été “enrichies” de nombreux ouvrages publiés à compte d’auteur par des sympathisants du FN, tel Max Rodolphe François, ce contre l’avis de la directrice de la bibliothèque qui les jugeait partisans et d’une piètre qualité littéraire. Le rapport décrit également la révision sans nuances des listes soumises par le service des acquisitions, le bureau du maire n’hésitant pas à éliminer des titres en se fondant sur des critères conformes au programme politique du FN. Les annotations portées dans les marges précisaient les raisons du rejet : multiculturalisme (pour un recueil de contes et légendes du monde entier, par exemple) ; atteinte aux “bonnes mœurs” (pour un roman où il était question d’homosexualité) ; ouvrages signés d’auteurs connus pour leurs positions critiques à l’égard du FN (l’historien Jean Lacouture), et autres motifs. »
Jo Kibbee, « Aux armes citoyens ! Les bibliothèques publiques françaises face à l’extrême droite », Bulletin des bibliothèques de France, t. 49, n° 6, 2004.

  • 316 Le texte commence ainsi : « Les bibliothécaires, membres de l’ABF, sont inquiets après les informat (...)

49La réponse de l’ABF (au niveau national) fut longue à venir, peu claire et peu active. Ce n’est qu’après la presse générale (Libération, Le Monde) que l’ABF aborde publiquement le sujet. Dans un éditorial du Bulletin d’informations, la présidente évoque en termes pudiques « l’affaire » qui fait la une de la presse nationale : « Cet été a été aussi celui d’inquiétudes fortes, que nous connaissions déjà et dont la presse nationale s’est fait largement l’écho, concernant les pressions auxquelles certains de nos collègues sont soumis dans l’exercice de leur métier, et particulièrement dans cette activité fondamentale qu’est la mise en œuvre d’une politique d’acquisitions de livres. » (n° 172, 1996) Les mots « censure », « Front national », « Orange » ou « Marignane » sont soigneusement évités. Parallèlement, à partir de l’automne 1996, l’ABF fait signer une pétition où ces mots ne figurent pas davantage (sauf « Orange »)316. En octobre 1997, l’ABF publie dans la presse nationale une « Lettre ouverte aux élus de la République et aux élus locaux » avec le même implicite.

50La section des bibliothèques publiques est plus (ré)active que l’association dans son ensemble. C’est la section qui organise une journée d’étude en mars 1997. Son rapport d’activités, au congrès 1997, parle explicitement des « atteintes au pluralisme par le Front national » et se veut « l’observatoire, l’analyste des menées du Front national » (n° 176, 1997). Mais enfin, l’ambition d’être « l’observatoire, l’analyste », si elle est louable, est aussi un renoncement à toute action – dans le même numéro, l’éditorial de la présidente continue à évoquer mystérieusement « des attaques frontales menées dans certaines communes contre une conception large de l’information et de la documentation ».

51Au niveau national, on le voit, l’embarras semble grand. Ce qui explique sans doute la ligne corporatiste choisie par l’ABF : dans cette affaire, dit-elle, il faut défendre la responsabilité professionnelle des bibliothécaires sur les acquisitions. Une grave et délibérée activité de censure sera désormais traitée par l’ABF sous l’enseigne « les acquisitions dans les bibliothèques publiques ». Une commission portant ce nom est créée en 1997, au congrès de Bordeaux.

  • 317 Jo Kibbee doute de la portée des réactions de l’ABF : « Si utiles qu’elles soient, ces démarches ne (...)
  • 318 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 176, 1997. Le groupe régional « Paris » rassemble principaleme (...)

52Comment expliquer les réticences de l’ABF, au niveau national, à s’impliquer explicitement et vigoureusement contre la censure exercée par des élus du Font national317 ? On peut invoquer l’absence d’expérience (et donc l’absence d’outils). Des responsabilités mal définies entre l’échelon national et l’échelon régional (très actif, lui). Et, surtout, les divisions de l’association. Ces réactions, ces débats, qui peuvent sembler bien en deçà de l’enjeu, apparaissent au contraire à certains comme abusifs, excessifs, comme une « dérive » politique : le groupe Paris de l’ABF écrit le 24 septembre 1997 une « Lettre ouverte au Bureau national de l’ABF » pour se plaindre du dernier congrès : « Il est souhaitable qu’à l’avenir les présidents de séance aient une meilleure maîtrise des débats, qu’ils assurent un équilibre entre les divers courants et tendances, qu’ils privilégient l’expression des problèmes professionnels et techniques plutôt que celle d’opinions à coloration corporatiste ou syndicale, voire politique. Il existe d’autres lieux pour débattre de ces problèmes en dehors de l’Association.318 »

53En somme, en France, des bibliothécaires doutent que la censure soit une question qui concerne l’ABF.

54Aux États-Unis, le paysage est très différent – au point qu’on peut se demander si la défense de la liberté d’information n’est pas l’activité la plus importante de l’ALA, celle qui mobilise le plus d’énergie(s). Pourtant, même si elle est aujourd’hui la valeur matricielle de l’ALA, l’histoire nous apprend que la liberté d’information n’a pas toujours été au cœur des préoccupations ni des bibliothécaires américains, ni de l’ALA. Et c’est logique : former les citoyens et « américaniser » les immigrants ont été au XIXe siècle et dans le premier XXe siècle des activités centrales des bibliothèques. Activités qui appelaient une fonction de guide, d’orientation, de conseil. Paternalisme et censure ont été, de pair, les compagnons des bibliothécaires.

  • 319 Citées par Sidney Ditzion, Arsenals for a Democratic Culture, op. cit. (exergue).

55Dans les années 1930, changement de paradigme : avec la guerre idéologique contre les totalitarismes européens, la liberté d’information, l’accès à l’information, la circulation des idées, le respect des textes, des œuvres, des livres deviennent primordiaux. En Allemagne, on brûle des livres. L’Amérique doit, au contraire, mettre en avant la liberté des citoyens d’avoir accès à toute l’information – librement. On se souvient des phrases de Franklin D. Roosevelt prononcées en 1942 : « Les bibliothèques sont directement et immédiatement impliquées dans le conflit et ceci pour deux raisons : d’abord, parce qu’elles sont essentielles au fonctionnement d’une société démocratique ; ensuite parce que le conflit actuel concerne l’intégrité du savoir, la liberté intellectuelle et même la survie de notre culture et que les bibliothèques sont de grands outils de savoir, de grands dépôts de culture et de grands symboles de la liberté intellectuelle.319 »

56C’est donc ce contexte qui a mené l’ALA à adopter, en 1939, son premier texte sur la liberté d’information : le Library Bill of Rights, inspiré d’un texte adopté par la Public Library de Des Moines. Ce texte révisé et complété de plusieurs autres textes constitue aujourd’hui l’arsenal de l’ALA, la référence aussi bien contre la censure politique, celle de MacCarthy ou celle de gouvernements fédéraux ultérieurs, que contre la censure plus ordinaire que tentent d’instaurer des groupes de pression, de simples usagers ou même des Library Boards.

  • 320 Committee on Intellectual Freedom to Safeguard the Rights of Library Users to Freedom of Inquiry.

57Au cours du dernier demi-siècle, l’ALA a créé un outillage riche et complexe appuyé sur de nombreux textes de référence et sur des actions symboliques. La stratégie initiale est de lier la liberté de l’information et la reconnaissance de l’expertise des bibliothécaires. C’est parce qu’ils procurent (qu’ils savent procurer) aux citoyens américains les textes aptes à forger leurs propres convictions que les bibliothécaires travaillent à la fois pour la vie démocratique du pays et pour leur reconnaissance professionnelle – double enjeu, double gain. L’année suivant l’adoption du Library Bill of Rights, en 1940, le Conseil de l’ALA décide la création d’un comité chargé de suivre ces dossiers. Aujourd’hui connu sous le nom de Intellectual Freedom Committee, il s’est d’abord appelé d’un nom plus explicite : le « comité de la liberté d’information pour protéger les droits des usagers des bibliothèques à la libre investigation320 ». Ce comité va avoir pour tâche de former les bibliothécaires à leur nouveau credo puis, dans un deuxième temps, d’élaborer les outils propres à lutter contre la censure et à garantir la liberté d’information.

  • 321 Minutes of the Meeting of the ALA Council. 1967 Annual Conference, San Francisco.
  • 322 « Beaucoup de gens ne font pas le lien entre les bibliothécaires et leur droit de savoir. Ils ne se (...)

58C’est la fin des années 1960 qui marque une deuxième étape dans la lutte contre la censure. En 1967, parmi les neuf objectifs (Goals for Action) définis par l’ALA, figure celui d’« obtenir l’engagement de tous de soutenir et développer les principes du Bill of Rights et du texte Freedom to Read321 ». La même année, après quelques tergiversations, est créé à l’ALA un nouveau bureau pour s’occuper de ce secteur, l’Office for Intellectual Freedom. En 1969, dans le tourbillon qui agite alors l’ALA, il est décidé de soutenir les bibliothécaires attaqués parce qu’ils défendent la liberté d’information, de les soutenir non seulement en mots mais financièrement : c’est la Freedom to Read Foundation qui est créée pour assumer ce rôle. Enfin, en 1973, est créé un groupe de travail, Intellectual Freedom Round Table, qui aujourd’hui, avec plus de 2 000 membres, est le plus important de l’ALA. Au début des années 1970, l’ALA dispose donc de textes de référence (Library Bill of Rights, Freedom to Read Statement), d’un comité de réflexion (Intellectual Freedom Committee), d’un bureau avec du personnel pour agir (Office for Intellectual Freedom), d’un groupe de travail pour veiller et mobiliser les énergies (Intellectual Freedom Round Table) et d’une fondation pour financer les dépenses nécessaires (Freedom to Read Foundation). Les outils, dès lors, vont se multiplier : création de la Banned Books Week (semaine des livres censurés), appui aux bibliothécaires attaqués, soutien juridique, publication régulière de la liste des livres censurés, témoignages devant les tribunaux ou les commissions d’enquête, campagnes d’opinion, tel Your Right to Know en 1992322, etc.

59De multiples épisodes jalonnent la longue histoire de la lutte de l’ALA pour la liberté d’information. Période dramatique que celle du maccarthysme et du comité contre les « activités non américaines » (Un-American Activities Committee) – les enquêtes de moralité feront perdre leur emploi à des dizaines de bibliothécaires ; des livres, des revues, des collections, les bibliothèques scolaires en particulier seront attaqués comme faisant le jeu de l’ennemi ; de nombreux auteurs sont interdits de rayonnages. L’ALA fait alliance avec l’Association des éditeurs américains (American Book Publishers Council) d’abord pour défendre les bibliothèques des postes diplomatiques, attaquées par MacCarthy, puis pour élaborer et adopter un texte-manifeste, le Freedom to Read Statement.

  • 323 Louise Robbins. “Champions of a Cause”, op. cit.
  • 1 Texte en annexe.

60L’adoption de ce texte reçoit le renfort inestimable du président Eisenhower : huit jours avant la conférence annuelle de l’ALA, le 14 juin 1953, à l’université de Dartmouth, il prononce des phrases limpides contre la censure. « Ne rejoignez pas les brûleurs de livres ». « Allez dans les bibliothèques et lisez-y ce que vous voulez ». « Refuser une place aux idées qui ne sont pas les vôtres est contraire à l’esprit américain323 ». Le président envoie une lettre de soutien à l’ALA et la conférence annuelle fut dès lors l’occasion de l’adoption enthousiaste du Freedom to Read Statement1 qui rappelait les responsabilités des éditeurs et des bibliothécaires dans la diffusion des idées et défendait vigoureusement la liberté d’expression : « Nous n’exprimons pas ces propositions en nous abritant derrière l’idée rassurante que ce qui se lit n’a aucune importance. Nous croyons au contraire à l’importance de ce qui se lit. Nous croyons que certaines idées sont dangereuses mais que la censure de ces idées serait un coup fatal porté à la démocratie. La liberté est un mode de vie risqué mais c’est le nôtre. »

61Moins aiguë, plus chronique, la menace sur les bibliothèques scolaires ou les sections jeunesse des bibliothèques publiques. À côté de cas fréquents, semble-t-il, d’auto-censure, des attaques venant de l’extérieur tentent de faire enlever des livres des collections. Relayées ou contrées par le Library Board, elles portent sur des livres (ou des films) jugés obscènes ou ayant un vocabulaire offensant ou insultant pour une partie de la population desservie. On cite souvent Huckleberry Finn, censuré parce qu’il emploie le terme « Negroes », L’attrape-cœurs, au vocabulaire trop vulgaire aux yeux de certains, ou la série des Harry Potter critiquée car elle montre la sorcellerie sous un jour positif. Les livres d’éducation sexuelle pour enfants ou adolescents sont, bien sûr, en première ligne.

62Dans un autre registre, l’arrivée d’Internet, particulièrement dans les Public Libraries, relance la question de la censure : dans ces endroits publics, désormais largement et très publiquement ancrés dans la lutte contre toute restriction d’accès, les enfants peuvent-ils tout voir ? Ou, plus exactement, voir n’importe quoi ? Qui a la responsabilité de veiller à ce qu’ils ne voient pas n’importe quoi quand ils viennent à la bibliothèque ? Les parents, répondent l’ALA. Les bibliothécaires, répond le gouvernement : il existe des outils (les filtres) pour éviter que des images choquantes, pornographiques, violentes, ne soient visibles sur un écran d’ordinateur, même accidentellement. La crainte devant la diffusion (volontaire ou non) d’images violentes ou « indécentes » par le biais de ces nouveaux canaux engendre une cascade de textes : le Child Pornography Prevention Act (CPPA) en 1996, le Child Online Protection Act (COPA) en 1998 et le Children’s Internet Protection Act (CIPA) en décembre 2000. Pour faire pression sur les bibliothèques (scolaires et publiques), le gouvernement décide que l’aide fédérale ne sera désormais versée qu’à celles qui filtrent Internet.

63L’ALA, selon son habitude, entame d’abord une campagne d’opinion. Libraries : An American Value, texte adopté par le Conseil le 3 février 1999, mentionne comme première des valeurs défendues le droit des jeunes à l’usage de la bibliothèque et, plus loin dans le texte, affirme « la responsabilité et le droit des parents à guider leurs propres enfants dans l’usage qu’ils font de la bibliothèque, de ses ressources et de ses services ».

  • 324 Procédure engagée avec l’ACLU et gagnée devant la Cour suprême en juin 1997 : la mise en cause et l (...)
  • 325 Jack Kessler. « Tout a changé : le filtrage des informations et la censure, une actualité dans les (...)
  • 326 < http://www.ala.org/ala/washoff/WOissues/civilliberties/cipaweb/cipa.htm >

64Comme elle l’avait fait contre le Communications Decency Act de 1996324, l’ALA choisit la voie judiciaire et décide en janvier 2001 d’aller en justice, soutenue par l’ACLU, pour que soit établie la non-constitutionnalité du CIPA – comme enfreignant le Premier Amendement de la Constitution par le biais du filtrage de tous les postes de la bibliothèque, et pas seulement des ordinateurs destinés aux enfants. Le droit des adultes à la libre information est donc ainsi bafoué. Jack Kessler explicite la radicalité de cette position : « Aux États-Unis comme ailleurs, les bibliothécaires comptent parmi les défenseurs les plus acharnés de ces libertés, mais nulle part plus qu’aux États-Unis ils ne sont aussi militants, voire combatifs, sur la question de la liberté d’expression. En l’occurrence, la plus importante association de bibliothécaires des États-Unis a officiellement porté plainte contre son propre gouvernement : le principal procès amené par la nouvelle loi sur la censure va en effet concerner “American Library Association versus the United States”325 ». En première instance, en avril 2002, l’ALA est déboutée. En appel, en novembre 2002, les juges lui donnent raison. En juin 2003, la Cour suprême lui donne tort : car, entre-temps, le gouvernement a admis que les usagers pouvaient demander à la bibliothèque de retirer les filtres : l’atteinte à la liberté d’information devient (légalement) minime, puisqu’on peut y mettre fin à la demande. Il n’y a donc pas atteinte au Premier Amendement, conclut la Cour suprême par 6 voix contre 3326. Le débat ne porte plus, dès lors, sur le principe du filtrage mais sur son application.

  • 327 “A lot of stuff on the Web that is just not appropriate for children” (American Libraries on line, (...)

65Dans cette affaire, plusieurs éléments peuvent être mis en évidence en termes de rapport au pouvoir. D’abord, c’est la voie judiciaire qui est privilégiée : c’est de la justice, et en particulier de la Cour suprême, que l’ALA attend satisfaction. Ensuite, parallèlement, le combat politique se mène avec des alliés, au premier rang desquels l’ACLU, mais aussi des groupes de défense locaux et de simples usagers des bibliothèques. Enfin, ce combat pour défendre l’accès de tous à tous les documents (réels ou virtuels) n’est pas consensuel. La position de l’ALA est vue, même par des bibliothécaires, comme intégriste et ne remporte pas l’adhésion de l’ensemble du monde des bibliothèques – ni même du monde politique qui lui est habituellement favorable, Hillary Clinton, par exemple, déclarait que si elle travaillait en bibliothèque, elle utiliserait des filtres « car il y a un tas de choses sur le Web qui ne sont tout simplement pas pour les enfants327 ».

  • 328 Documentation abondante sur le site de l’ALA. On peut consulter également Nancy Kranich, « Le USA P (...)

66Un autre combat, encore en cours aujourd’hui, oppose à nouveau l’ALA et le gouvernement fédéral : c’est l’application de l’USA Patriot Act, qui autorise les services de police et de renseignements à obtenir des bibliothécaires la liste de ce que les lecteurs consultent (livres, journaux, films ou sites Internet). Ce combat est beaucoup plus populaire, car il s’agit clairement d’un combat pour les libertés civiles – les bibliothécaires disant aux Américains qu’ils ne doivent pas avoir un « bibliothécaire par-dessus leur épaule », comme mouchard et auxiliaire de la police328.

67Cet arbre gigantesque qu’est devenue la défense de la liberté d’information, dans le paysage des bibliothèques américaines, interroge évidemment sur sa place par rapport aux autres objectifs qui peuvent être mis en avant – l’égalité d’accès, le rôle des bibliothèques dans un monde démocratique, la transmission du savoir, etc. Cette hypertrophie ouvre sur la question du rôle de l’ALA. Vu d’Europe, en tout cas, on peut se demander si la liberté d’information n’est pas, pour une large part, devenue un objet rhétorique, centré sur lui-même et qui a pour principale qualité d’être consensuel.

68Cette question n’obère pas la différence d’activité, de positionnement et d’efficacité entre les associations professionnelles des deux pays – que, encore une fois, la taille ne suffit pas à expliquer.

Notes

281 Comme le souligne Louise Robbins, « les principaux enjeux d’une profession peuvent être identifiés en étudiant les combats défensifs de cette profession. » (Louise Robbins, “After Brave Words, Silence : American Librarianship Responds to Cold War Loyalty Programs 1947-1957”, Libraries & Culture, Fall 1995)

282 Brièveté souvent regrettée, mais qui a pour objet d’encourager la vie démocratique de l’association. Un des anciens présidents dit : « Voilà, j’achève mon mandat, juste au moment où j’ai appris ce qu’il fallait faire et comment le faire » (Cité par Peggy Sullivan, “Library Associations”, Library Trends, July 1976). La brièveté a deux objets : obliger à un véritable turn-over démocratique ; permettre à des bibliothécaires de terrain d’occuper la présidence sans mettre leur emploi en péril. Le mandat du président court d’une conférence annuelle (juin) à la suivante, ce qui fait que les dates du mandat sont toujours doubles (1995-96, par exemple).

283 ALA Council Minutes, 1987 Annual Conference, San Francisco.

284 ALA Council Minutes, 1991 Annual Conference, Atlanta.

285 “Martinez Resignation Shocks ALA Conference”, Library Journal, August 1996.

286 Oliver Garceau le disait déjà en 1949 : « L’ALA est embourbée dans des projets émanant d’une tour d’ivoire, qui intéressent les fondations philanthropiques et qui peuvent être importants sur le très long terme mais ne sont d’aucun usage réel pour le bibliothécaire de terrain. » (Oliver Garceau. The Public Library in the Political Process, op. cit., p. 172)

287 Elle est hébergée par la BN, qui met des locaux à sa disposition, jusqu’en 1989. Petitement logée et avec peu de moyens : ce n’est qu’en 1963 que l’ABF a le téléphone !

288 Cité par Jacqueline Gascuel, Bulletin d’informations de l’ABF, n° 162, 1994.

289 « Un mouvement pour le développement des bibliothèques publiques : les origines de la Section des bibliothèques publiques de l’Association des bibliothécaires français », Médiathèques publiques, n° 71-72, 1988.

290 Jacqueline Gascuel analyse ainsi son élection de 1985 : « La pression du nombre a fait que la culture élitiste ne pouvait plus être la seule à représenter l’ABF. » (Jacqueline Gascuel, « Mon slogan : résister », BIBLIOthèques, n° 2, avril 2002).

291 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 132, 1986 et n° 140, 1988.

292 Note d’informations, n° 99, août 2002.

293 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 140, 1988.

294 Rapport dit « Gattégno-Varloot », 1985, non diffusé.

295 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 132, 1986.

296 Danielle Taesch. « L’image de l’ABF : compte rendu du carrefour », Bulletin d’informations de l’ABF, n° 140, 1988.

297 Le président reçoit un media-training, il répond à de nombreuses interviews (150 pour Betty Turock, présidente en 1995-1996), on le voit sur les plateaux de la télévision, en 2003 Carla Hayden, alors présidente, est désignée comme l’une des dix femmes de l’année par le magazine Ms.

298 Par deux fois, en 1957 et en 1967, un vote des adhérents a interdit le déménagement du siège de l’ALA à Washington, pourtant décidé par le Conseil.

299 Popularisée dans le monde entier par Charles Schulz, l’auteur des Peanuts, qui fait dire à Charlie Brown : « J’emprunte toujours un livre à la bibliothèque pendant la National Library Week parce que cela soutient le moral des bibliothécaires. Les bibliothécaires aiment se sentir utiles. »

300 ALA. Librarians for the New Millenium, ALA, 1988.

301 Terry L. Weech. « L’évolution des métiers des bibliothèques aux États-Unis ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 40, n° 6, 1995.

302 Réjean Savard. « La formation des bibliothécaires en Amérique du Nord : modernité et valeurs professionnelles ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 45, n° 1, 2000. Il signale qu’à l’EBSI (Montréal), « des cours sur l’histoire du livre et des bibliothèques, l’édition, la littérature de jeunesse, la gestion du personnel en bibliothèque, etc., ont été éliminés ».

303 ALA Council Minutes. 2000 Annual Conference, Chicago.

304 ALA Council Minutes. 2004 Annual Conference, Orlando.

305 Donald Sager. “The Search for Librarianship’s Core Values”. Public Libraries, May-June 2001.

306 Dans les quatre premières éditions, la table des matières s’intitule « Plan des cours ».

307 Dominique Lahary, « L’ABF de A à Z », BIBLIOthèques, n° 2, avril 2002. La première trace d’une demande de loi ne remonte pas à un demi-siècle mais à 1910.

308 La lecture publique en France. La Documentation française (Notes documentaires et études, n° 918).

309 « Les Assises nationales des bibliothèques, 8-10-juillet 1968 ». Bulletin d’informations de l’ABF, n° 61, 1968.

310 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 76, 1972.

311 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 105, 1979.

312 Achevé en juillet 1981, publié en mars 1982 (Les bibliothèques en France, Dalloz), le rapport Vandevoorde a été demandé par Raymond Barre à Pierre Vandevoorde, mais publié sous le gouvernement Mauroy, Jean Gattégno étant directeur du livre.

313 Au congrès de Strasbourg, en 1980, comme au congrès de Saint-Brieuc, en 1983, une motion est adoptée par l’ABF pour demander que le projet de loi de 1979 aille à son terme (Bulletin d’informations de l’ABF, n° 109, 1980, et n° 119, 1983). En 1992, un dossier « Quelle loi pour les bibliothèques en France ? » est publié dans le Bulletin d’informations de l’ABF (n° 154, 1992). En 1996, les travaux de la « Commission Loi » de l’ABF avancent cet attendu : « Si le législateur décide que la constitution doit être appliquée, qui affirme le droit pour tous les citoyens à l’information, l’instruction et la culture, il est nécessaire qu’il organise dans la loi la mise en œuvre réelle par la collectivité de ces droits. » (Claudine Belayche, « Une loi sur les bibliothèques », Bulletin d’informations de l’ABF, n° 172, 1996) En 2000, Claudine Belayche regrette que « cette loi semble reportée sine die » (n° 187, 2000). En 2001, l’ABF réaffirme, dans son assemblée générale, son « exigence de mise en chantier rapide d’une concertation sur un projet de loi sur les bibliothèques. » (n° 192, 2001). Le rapport d’orientation pour 2002-2003 écrit : les bibliothèques « ne peuvent dépendre des caprices politiques, [elles] doivent devenir des institutions réellement démocratiques auxquelles les usagers, les élus, les professionnels doivent pouvoir contribuer et en orienter le fonctionnement à partir de missions définies dans une loi garantissant le droit de chaque citoyen. » (Note d’informations, n° 99, août 2002). L’assemblée générale du congrès de 2009 adopte une « Plate-forme préparatoire à une loi sur les bibliothèques ».

314 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 176, 1997.

315 Marie Kuhlmann, Nelly Kuntzmann, Hélène Bellour. Censure et bibliothèques au XXe siècle. Éditions du Cercle de la Librairie, 1989.

316 Le texte commence ainsi : « Les bibliothécaires, membres de l’ABF, sont inquiets après les informations révélées sur le fonctionnement de la Bibliothèque municipale d’Orange, et d’autres établissements de lecture publique […] ».

317 Jo Kibbee doute de la portée des réactions de l’ABF : « Si utiles qu’elles soient, ces démarches ne sont sans doute pas en elles-mêmes suffisamment dissuasives pour décourager le FN, ou d’autres groupes partisans, de transformer la bibliothèque en plate-forme idéologique et de s’en prendre aux bibliothécaires. Raison pour laquelle d’aucuns ont lancé l’idée de promulguer une loi qui protégerait concrètement l’autonomie des bibliothèques et des bibliothécaires. » (Jo Kibbee, « Aux armes citoyens ! », op. cit.) Une intervenante, lors de la journée d’étude de 1997 « Les acquisitions dans les bibliothèques publiques », exprime sa frustration : « Les débats, les interrogations, les commissions sont utiles, mais il y a une situation d’urgence, des situations de censure dans les bibliothèques et des journaux qui diffament et propagent la haine. Il faut agir. S’il faut faire des procès, faisons des procès, allons dans telle ou telle bibliothèque, s’il faut faire grève, faisons grève. » (Bulletin d’informations de l’ABF, n° 175, 1997)

318 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 176, 1997. Le groupe régional « Paris » rassemble principalement des bibliothécaires des bibliothèques d’étude et de recherche (notamment la BN) et est réputé être de droite ; le groupe régional « Ile-de-France » rassemble principalement des bibliothécaires des bibliothèques publiques de la banlieue parisienne et est réputé être de gauche.

319 Citées par Sidney Ditzion, Arsenals for a Democratic Culture, op. cit. (exergue).

320 Committee on Intellectual Freedom to Safeguard the Rights of Library Users to Freedom of Inquiry.

321 Minutes of the Meeting of the ALA Council. 1967 Annual Conference, San Francisco.

322 « Beaucoup de gens ne font pas le lien entre les bibliothécaires et leur droit de savoir. Ils ne se rendent pas compte qu’ils ont accès à un professionnel de l’information et à un important et pertinent gisement d’information dans leur bibliothèque locale. Ils ne comprennent pas davantage le rôle du bibliothécaire qui lutte contre la censure et s’assure que l’information importante (les documents du gouvernement, l’information sur la santé ou l’environnement, comment trouver du travail, etc.) est accessible à tous » (Your Right to Know : Librarians Make it Happen. Celebrating Libraries, Librarians and the Right to Know. ALA Library Campaign Book, ALA, 1992)

323 Louise Robbins. “Champions of a Cause”, op. cit.

324 Procédure engagée avec l’ACLU et gagnée devant la Cour suprême en juin 1997 : la mise en cause et la poursuite des distributeurs et diffuseurs de documents sont déclarées contraires au Premier Amendement (affaire Reno v. American Civil Liberties Union et al.).

325 Jack Kessler. « Tout a changé : le filtrage des informations et la censure, une actualité dans les nouveaux États-Unis d’Amérique », Bulletin des bibliothèques de France, t. 47, n° 2, 2002.

326 < http://www.ala.org/ala/washoff/WOissues/civilliberties/cipaweb/cipa.htm >

327 “A lot of stuff on the Web that is just not appropriate for children” (American Libraries on line, 20 march 2000).

328 Documentation abondante sur le site de l’ALA. On peut consulter également Nancy Kranich, « Le USA Patriot Act : conséquences sur la liberté d’expression », Bulletin des bibliothèques de France, t. 49, n° 6, 2004 ou Philippe Cantié, Au nom de l’antiterrorisme : les bibliothécaires américains face à l’USA Patriot Act, Presses de l’enssib, 2006. Dans ce combat, on retrouve la même approbation de la part de Kurt Vonnegut que celle de Howard Fast à propos de lutte contre les censures maccarthystes : « Puisque nous parlons de livres qui brûlent, je tiens à féliciter les bibliothécaires, qui n’ont pas la réputation d’être physiquement forts, de disposer de contacts politiques puissants ou de posséder de grandes fortunes, et qui ont pourtant résisté fermement, dans tout le pays, aux brutes antidémocrates les pressant de retirer certains livres de leurs étagères. Ils ont préféré détruire des fichiers plutôt que de révéler à la police de la pensée les noms des personnes qui avaient consulté ces titres. L’Amérique que j’aime existe toujours, même si elle n’est pas à la Maison-Blanche, à la Cour suprême, au Sénat, à la Chambre des représentants ou dans les médias. L’Amérique que j’aime existe toujours dans nos bibliothèques publiques. » (Kurt Vonnegut. Un homme sans patrie. Denoël, 2006, p. 103). Les bibliothèques, une valeur américaine !

Notes de fin

1 Texte en annexe.

© Presses de l’enssib, 2010

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search