Version classiqueVersion mobile

Bibliothèque publique et Public Library

 | 
Anne-Marie Bertrand

Chapitre III. Pouvoirs et bibliothèques

Texte intégral

1Après cette analyse de l’origine, des racines, des bibliothèques publiques des deux pays, il convient d’étudier la façon dont ces modèles sont mis en œuvre. Dans ce chapitre, je souhaite explorer l’hypothèse que le point central de divergence pourrait bien être la place de ces bibliothèques dans le champ du pouvoir. Leurs relations aux pouvoirs. La prise en charge par les pouvoirs. Les contre-pouvoirs. Le pouvoir d’influence. Le pouvoir de décision.

2En la matière, il est indéniable que la situation française et la situation américaine, que l’histoire française et l’histoire américaine ont de profondes différences. Pourtant, les racines sont communes, de deux pays démocratiques dont le pouvoir par le peuple appelle, exige des citoyens éclairés et, donc, de deux pays pour qui le partage du savoir, l’éducation, l’école sont des enjeux politiques primordiaux. Mais ce terreau commun est très vite partagé, comme par une ligne de séparation des eaux, en des développements divergents : en ce qui concerne notre problématique, quatre différences importantes peuvent être identifiées.

  • 204 « Le gouvernement le meilleur est celui qui gouverne le moins », dit une célèbre phrase de H. D. Th (...)

3La première d’entre elles est bien sûr le fait que les États-Unis sont une fédération, où l’État fédéral est, depuis l’indépendance, considéré comme une institution potentiellement dangereuse dont il convient de se méfier et de se protéger204. De Jefferson à Nixon (pardon pour le rapprochement), le Big Government, voilà l’ennemi – à la brève exception du New Deal de Roosevelt où des conditions économiques et sociales dramatiques justifièrent, appelèrent l’intervention de l’État fédéral (les interventions de l’État, aujourd’hui dans la crise économique, sont vues comme des héritières de cette période si particulière). Il est à noter que cette tendance idéologique lourde n’interdit pas l’intervention de l’État fédéral ; mais elle la rend plus difficile car contraire au substrat constitutionnel. Point besoin de souligner la différence avec la France où, jusqu’à ces vingt dernières années, nul salut ne pouvait venir que de l’État.

4Si, dans les deux pays, les bibliothèques publiques sont des institutions locales, dépendant des pouvoirs locaux, elles sont nées telles aux États-Unis mais ont été, en France, voulues, inspirées, soufflées par l’action de l’appareil d’État, avant, là aussi, que les collectivités territoriales ne jouent pleinement leur rôle d’acteur politique. Les communes américaines voulaient des bibliothèques et ont été autorisées à en créer ; les communes françaises ne s’en souciaient guère et ont été incitées à en créer.

5La troisième différence tient au caractère pas tout à fait public, vu par un œil français, de l’administration de ces Public Libraries. Même si leur origine locale implique une grande diversité de statuts, la plupart sont gouvernées par un Library Board, sorte de conseil d’administration, soit nommé par le maire soit élu par la population. C’est lui qui détermine la politique de la bibliothèque, politique mise en œuvre par le directeur de la bibliothèque, avec, on s’en doute, un jeu de pouvoir subtil et changeant entre le pouvoir politique (le Library Board) et le pouvoir scientifique (le bibliothécaire). En France, les bibliothèques municipales sont des services municipaux qui dépendent des élus et seulement d’eux.

6Enfin, quatrième différence, les lois qui gouvernent les Public Libraries donnent soit aux élus locaux soit directement aux citoyens (par referendum) le pouvoir de décider des ressources des bibliothèques, en particulier lorsqu’il s’agit d’opérations spécifiques comme la construction d’un bâtiment. Les bibliothèques ont donc besoin du soutien de la population (Public Support) pour se développer. Et ont donc besoin de déployer toute une stratégie de communication, conviction, alliances, vis-à-vis de la population, des groupes qui la composent et des leaders qui l’influencent. Il s’agit de l’application normale de la Constitution américaine, qui entend que les politiques mises en œuvre le soient avec l’approbation des citoyens (The Consent of Governed). En France, seuls les élus ont le pouvoir de décision en matière budgétaire et le budget des bibliothèques n’est pas traité de façon singulière. Les élections municipales, tous les six ans, donnent quitus ou non de la politique suivie par les élus et des choix qu’ils ont faits, notamment en matière de bibliothèque – entre deux élections, l’usager-électeur n’a pas la parole.

7Ce chapitre a donc pour propos d’analyser ces deux contextes et l’influence qu’ils peuvent avoir (ou avoir eue) sur le développement des bibliothèques. Avant d’entamer cette analyse, il convient sans doute de souligner la diversité des situations non seulement entre les deux pays, mais à l’intérieur de chacun d’eux. Quoi de commun entre la New York Public Library et la Rutherford Library (New Jersey, 18 000 habitants), entre la Chicago Public Library et la Free Urbana Library (Illinois, 43 000 habitants) ? Quoi de commun entre la Public Library d’une métropole, celle d’un comté, celle d’une petite ville, celle d’un état ? Quoi de commun entre la Bibliothèque municipale de Lyon et celle de Laon, entre la Bibliothèque de Limoges et celle de Larmor-Plage ? Beaucoup et peu : beaucoup d’objectifs partagés, d’outils communs, de procédures et de réglementation communes. Mais aussi, beaucoup de différences, des contextes politiques, économiques, sociaux différents, des populations dont les profils, les attentes et les souhaits ne sont pas les mêmes, des moyens sans comparaison possible, une image, des projets différents. C’est en gardant à l’esprit cette diversité qu’il convient d’entreprendre cette analyse.

LES BIBLIOTHÈQUES ET LE POUVOIR CENTRAL

8Deux flux différents, on l’a vu : en France, jusque dans les années 1970, le flux est descendant, de haut en bas, de l’État vers les communes pour irriguer les régions françaises. Aux États-Unis, la jonction ne se fait pas entre niveaux de pouvoir mais par le biais du lobbying de l’ALA qui plaide auprès du gouvernement fédéral pour une aide en faveur des régions (surtout rurales) mal desservies, dans l’indifférence, semble-t-il, des états et des communes vis-à-vis de ce projet. Contrairement à la situation locale où les positions sont établies dans une rigidité structurelle, ce qui se passe au niveau central est marqué au cours de ce demi-siècle par une conjoncture changeante – sur les plans politique et idéologique.

Émergence, résurgence et évaporation

9On peut dater des années 1930, des deux côtés de l’Atlantique, l’émergence d’une demande d’intervention du niveau central en faveur des bibliothèques. Émergence : les prémices souterraines sont plus anciennes. Mais, ici comme là-bas, les voix s’élèvent, plus nombreuses et plus fortes, à l’occasion de la crise, de la dépression et de la mise en place de politiques étatiques plus volontaristes. Le New Deal et le Front Populaire, pour faire vite, amènent au grand jour la question de l’égalité entre les territoires et entre les populations. La politique d’aide aux bibliothèques est fille de l’État-providence, qu’il se prononce ou non Welfare State. Des deux côtés de l’Atlantique, des demandes sont formulées dans les années 1930 pour que le niveau central ou fédéral prenne en charge ce dossier. En France, la multiplication des politiques publiques, après la Libération, est la traduction de cette confiance dans le rôle de l’État, seul à même d’assurer, selon la formule de François Bloch-Lainé, « un développement volontaire et organisé » du pays.

  • 205 La Documentation française. Rapport émanant de la jeune Direction des bibliothèques et de la lectur (...)
  • 206 Cahiers des bibliothèques de France, 1954.

10En France, c’est une succession de rapports qui suggèrent d’organiser les bibliothèques sous la houlette de l’État : une administration centrale, une loi sur les bibliothèques, l’organisation raisonnée du territoire sont les constantes que l’on retrouve dans les travaux de la Commission de la lecture publique (1929), dans le plan de Grolier (1938), dans le rapport d’Henri Vendel présenté au nom de l’ABF (1942) ou dans la note de Pierre Lelièvre sur l’« organisation d’un service de la lecture publique » (1944). Si les mêmes solutions sont avancées et répétées avec constance, c’est que l’analyse est, elle aussi, constante : les villes ne faisant rien pour leurs bibliothèques, c’est à l’État de prendre en charge leur développement. Le rapport La lecture publique en France, en 1948205, est sans équivoque : « Les crédits qui peuvent leur être accordés [aux bibliothèques municipales] varient selon l’importance du budget municipal total et aussi malheureusement selon l’intérêt que portent les municipalités à leur bibliothèque. » A contrario, ce rapport attribue à l’État la paternité des progrès enregistrés : « Sans cette aide de l’État, il est à présumer que bien des travaux n’auraient jamais été entrepris et que bien des services nouveaux n’auraient jamais été créés. » En 1954, c’est le même constat désolé qui est dressé : « Dans les villes, la création des bibliothèques publiques, sections ou annexes pour enfants, dépend des municipalités. La Direction des bibliothèques de France ne peut intervenir que pour susciter de telles créations et apporter éventuellement une aide financière et technique. Un grand effort reste à faire et sur ce point la France marque un retard regrettable par rapport à l’étranger.206 »

  • 207 La lecture publique en France. La Documentation française, 1948.
  • 208 Pascal Ory souligne la volonté de « l’Assemblée constituante, visant à éradiquer jusqu’aux moindres (...)

11Pour lancer l’impulsion nécessaire, moderniser, rationaliser, la jeune Direction des bibliothèques et de la lecture publique propose et fait adopter, en 1945, un plan d’aménagement du territoire, « un programme qui devait en fin de compte doter la France d’un réseau de bibliothèques suffisamment dense pour que toute demande de livres quelle qu’elle soit et d’où qu’elle vienne fût satisfaite.207 » Ce programme comprend, à l’échelon départemental, les bibliothèques centrales de prêt, dont les huit premières furent créées par ordonnance du 2 novembre 1945, comme services extérieurs de l’État (ce qu’elles resteront jusqu’en 1986). Et « à l’échelon régional, une bibliothèque “centrale régionale” créée auprès d’une bibliothèque municipale classée ou d’une bibliothèque universitaire, chargée de prêter des ouvrages de référence (les usuels des grandes bibliothèques), de réorganiser le prêt interbibliothèques, de faciliter les recherches des travailleurs grâce à l’existence de catalogues collectifs analogues à ceux qui existent en Angleterre, en Allemagne, aux États-Unis […]. » Créées sur le papier le 24 octobre 1945, ces neuf premières bibliothèques régionales ne virent jamais le jour, d’une part parce que l’échelon régional éveillait de malheureux souvenirs vichyssois208, d’autre part parce que leur rattachement à une bibliothèque existante posait de très sérieux problèmes fonctionnels et administratifs.

12Cette première tentative de mise en place d’un schéma national n’a donc connu comme postérité que les bibliothèques centrales de prêt, chargées de la desserte des zones rurales. Les services structurants, destinés à animer le réseau des bibliothèques urbaines, n’ont pas vu le jour, et ont donc réduit le champ du dialogue à ces deux acteurs que sont l’État et les villes – deux acteurs aux objectifs, aux moyens, au calendrier si différents. Pour les bibliothèques municipales, aucune structure d’appui ou de coordination n’est prévue.

  • 209 Pour donner une idée de l’écart entre la situation américaine et la situation française, on comptai (...)
  • 210 Oliver Garceau estime à 25 % les adhérents de l’ALA qui protestèrent par écrit, proportion considér (...)
  • 211 Dennis Thomison. A History of the American Library Association (1876-1972). Chicago, ALA, 1978. Mic (...)

13Aux États-Unis, évidemment, les attendus sont tout différents. Il ne s’agit pas de demander au gouvernement fédéral de se substituer à des villes défaillantes mais de contribuer à l’égalité d’accès sur tout le territoire, notamment en combattant l’injuste situation des zones rurales, dont les ressources insuffisantes ne permettent pas de créer des Public Libraries, comme les villes le font209. En 1934, l’ALA adopte un « Plan national pour les bibliothèques » qui demande une aide fédérale pour les zones rurales et la création d’une agence fédérale, chargée d’attribuer et contrôler cette aide. Cette initiative, absolument révolutionnaire dans ce pays fédéral, provoqua un vif émoi chez les membres de l’ALA qui protestèrent en grand nombre210, à la fois sur le principe d’une aide fédérale, qui impliquait un contrôle fédéral sur l’emploi de cette aide, mais aussi parce que l’association entrait ainsi dans le jeu politique211. Cette demande est alors abandonnée par l’ALA – au reste, la conjoncture économique rendait son adoption par le gouvernement fédéral bien improbable.

  • 212 On estime à 2 500 le nombre de bibliothécaires sans emploi à l’été 1933, la moitié ayant été licenc (...)

14De façon moins directe, les bibliothèques et les bibliothécaires ont profité d’une autre aide, celle des programmes fédéraux destinés à soutenir puis relancer l’activité du pays pendant la Dépression. Intégrée dans des programmes non spécifiques (ceux de la Federal Emergency Relief Administration puis de la Works Progress Administration), cette aide fédérale rencontra une moindre opposition – elle fut largement définie en liaison avec l’ALA et son puissant directeur exécutif, Carl Milam. Au demeurant, ses objectifs rejoignaient ceux des bibliothécaires : améliorer les services des bibliothèques, surtout en zones rurales, encourager l’éducation des adultes et, objectif évidemment consensuel, redonner du travail aux bibliothécaires chômeurs212. Cette collaboration entre l’ALA et le gouvernement fédéral fut un premier pas pour reconnaître les Public Libraries non seulement comme des institutions (administratives) locales mais comme une institution (symbolique) nationale.

  • 213 Loleta D. Fyan. “Progress and Policies under the Library Services Act”. The Library Quarterly, oct. (...)

15Après la guerre, il n’est donc pas étonnant que l’ALA ait renouvelé sa demande d’une aide fédérale, qu’elle appuie désormais d’un intense lobbying auprès du Congrès. À partir de 1947, tous les ans, l’ALA intervient auprès des parlementaires pour faire adopter cette aide fédérale – en vain. La dixième année, en 1956, est enfin adopté le Library Services Act (LSA), maigrement doté par le gouvernement (7 millions de dollars, dont le Congrès n’inscrivit que 2 millions au budget). L’objectif est de fournir aux 25 millions d’Américains dépourvus de Public Libraries et aux 50 millions qui n’ont à leur disposition que des services « inadéquats » un service de bibliothèque digne de ce nom. L’aide fédérale n’est donc pas, loin de là, inconnue des bibliothèques américaines. Nous reviendrons plus loin sur les argumentaires employés, tant par les promoteurs que par les opposants à cette aide – et même par ses bénéficiaires potentiels, l’Indiana et le Wyoming refusant d’en bénéficier213.

  • 214 De fait, par le vote d’amendements successifs, le LCSA devint une sorte de dispositif fourre-tout d (...)

16Depuis les années 1950, donc, une aide fédérale est instituée. Elle connaîtra des développements successifs dans son contenu, élargissant son objet aux zones urbaines et à la construction de bâtiments en 1964 (Library Construction and Services Act, LCSA214), puis à l’informatisation et à la mise en réseau des établissements en 1996 (Library Services and Technology Act), cette dernière aide étant étendue à tous les types de bibliothèque et non plus seulement aux Public Libraries.

17Même si les sommes attribuées sont relativement modestes, 626 millions de dollars entre 1956 et 1974, les fonds attribués restent toujours menacés : à partir de 1973 le gouvernement tente de mettre fin au LCSA, sauvé d’année en année par le Congrès. Car la volonté politique varie en fonction de la conjoncture, les Congrès à majorité démocrate se montrant régulièrement plus généreux que les Congrès à majorité républicaine, toujours désireux de diminuer le pouvoir et l’influence de l’État fédéral. Après la lutte de Nixon pour réduire le Big Government, les années Reagan-Bush sont, elles aussi, clairement défavorables à l’investissement de l’État fédéral. Sous Clinton, une majorité républicaine est élue au Congrès dès 1992 sur la base du programme Contract with America qui met en avant la responsabilité des individus, des familles et des niveaux de gouvernement les plus bas (états, comtés et villes), considérant l’intervention fédérale comme illégitime. Si l’aide fédérale est donc effective depuis un demi-siècle maintenant, elle est en même temps toujours menacée, peu élevée et soupçonnée d’illégitimité.

  • 215 « L’État et les collectivités locales ». Esprit, janvier 1970.

18Côté français, c’est évidemment un autre discours que l’on entend. L’État jacobin est à la fois le garant de l’intérêt général et le détenteur de l’expertise. Il lui revient donc d’orienter l’action des villes : « Orienter l’action de la société civile locale en faisant prévaloir le bon sens et la raison centrale. Tout se passe en effet comme si, abandonnée à ses propres intuitions, la société locale n’était capable que de déraison, ou, du moins, était inapte à trouver par elle-même la solution à ses propres problèmes. D’où l’extraordinaire volonté de “pédagogie”, sincère ou calculée, que l’on rencontre dans l’administration française à l’égard des acteurs locaux », écrivent en 1970 Pierre Grémion et Jean-Pierre Worms215.

  • 216 Dont le rapport est publié sous le titre La lecture publique en France, La Documentation française, (...)
  • 217 Anne-Marie Bertrand. Les villes et leurs bibliothèques, op. cit.

19Pour tenter de faire évoluer la situation des bibliothèques municipales, tributaires de l’action ou de l’inaction des élus locaux, un dispositif d’incitation est élaboré au niveau gouvernemental avec le soutien actif du groupe professionnel des bibliothécaires. Dispositif politique (appeler les villes à leurs responsabilités), pédagogique (diffuser le modèle de bibliothèque publique) et financier (subventionner les dépenses de fonctionnement et d’équipement). Mis en place avec de vrais moyens à partir de 1968, à la suite du comité interministériel sur la lecture publique216, ce dispositif portera ses fruits à partir de la fin des années 1970 quand il trouva – enfin ! – des interlocuteurs locaux, les élus issus des élections municipales de 1977, souvent de gauche, souvent jeunes, souvent intéressés par le domaine éducatif et culturel. Les subventions de l’État sont un puissant levier à la création et au développement des bibliothèques municipales : levier financier, bien sûr, mais aussi symbolique car recevoir l’aval ministériel est la légitimation d’un projet local et de ceux qui le portent217. Ce système fonctionnera pendant une vingtaine d’années.

  • 218 C’est bien 1986 qui marque le changement des procédures, alors que le nouveau ministère Lang et la (...)

20Lui succède, à partir de 1986 dans le cadre de la décentralisation, un système légèrement modifié218. Légèrement mais pas radicalement modifié : alors que la décentralisation appelait leur disparition, le travail pédagogique et l’aide financière perdurent sous la forme dérogatoire du « Concours particulier des bibliothèques municipales ». C’est l’échelon central lui-même (la Direction du livre et de la lecture) qui considère que la tâche de mise à niveau des établissements est loin d’être achevée et que, en conséquence, l’État ne peut se priver du levier que sont les subventions spécifiques. Son plaidoyer est entendu : les subventions destinées au fonctionnement et à la construction des bibliothèques n’ont pas été mêlées (globalisées) à l’ensemble des aides de l’État décentralisées auprès des collectivités territoriales sous la forme de la dotation générale de décentralisation. Elles continuent à être spécifiquement attribuées sur projets pour les aides à l’équipement des bibliothèques. Cette intervention étatique perpétuée est complétée du lancement de programmes dotés de subventions spécifiques (les bibliothèques municipales à vocation régionale, grands projets en région en 1992, les « ruches », bibliothèques de proximité en 2003). En France, même si la conjoncture politique évolue nettement au cours du dernier demi-siècle, on constate donc une permanence dans l’aide de l’État et dans la légitimité qui lui est reconnue.

Standards, normes et programmes

  • 219 C’est en tant qu’outil éducatif que les bibliothèques sont dignes d’être soutenues et les deux expr (...)
  • 220 « Groupe de travail sur les bibliothèques municipales. Document préparatoire ». Service de la lectu (...)

21Même si les argumentaires justifiant l’intervention de l’échelon central ne sont pas les mêmes en France et aux États-Unis, ils se rejoignent sur un point : il s’agit de développer les bibliothèques, en les mettant à niveau (France) ou en favorisant l’égalité d’accès à l’éducation (equalization of educational opportunity, États-Unis)219. Dans les deux cas, il convient donc de déterminer un niveau d’intervention : soit un plancher en dessous duquel les services sont considérés comme de qualité insuffisante et donc éligibles à l’aide fédérale ; soit un optimum vers lequel tirer les projets municipaux et les rendre éligibles aux subventions de l’État. Cette question a été traitée tout à fait différemment des deux côtés de l’Atlantique. En France, c’est l’État qui élabore et diffuse des documents techniques et pédagogiques. Celui de ces documents qui a eu la plus riche postérité est sans doute « Bibliothèques municipales, construction, équipement », diffusé pour la première fois en 1975 et « destiné à faciliter la tâche des services communaux ou préfectoraux, des bibliothécaires et des architectes, chargés d’établir ou d’approuver les plans de bâtiments à construire […]. Plutôt que de proposer des programmes-types, il s’agit d’offrir le plus d’éléments d’information et de réflexion possible de façon à permettre d’établir un programme particulier dans une situation donnée. Le document devra néanmoins présenter à titre indicatif des normes en surfaces, en livres et en personnel, ainsi que des recommandations d’ordre technique.220 »

  • 221 Le rapport Vandevoorde, Les bibliothèques en France, Dalloz, 1982, avait dans l’esprit de ses auteu (...)

22Les « normes » sont ainsi destinées à chiffrer les objectifs à atteindre, surtout pour les bâtiments, mais aussi pour les collections (et donc les crédits d’acquisition) et le personnel (effectif et qualification). Cette analyse chiffrée permet d’estimer le déficit en locaux, en collections et en emplois des bibliothèques municipales par rapport à l’optimum considéré. Elle peut donc être utilisée (et elle le sera) vis-à-vis de deux types d’interlocuteurs : au sein du ministère, elle permet de chiffrer le « retard français » et de plaider pour avoir un bon budget d’équipement221 ; aux villes, elle précise le seuil normatif qu’il faut chercher à atteindre et en regard duquel le projet de construction va être débattu. Le terme de « normes » est évidemment ambigu. Qui parle de normes, parle logiquement d’obligations à respecter, de seuils à atteindre : ici, le ministère publie des « normes » à « titre indicatif », c’est-à-dire sans caractère contraignant. Ce document affiche ainsi non des obligations mais des objectifs, vers lesquels il faut tirer les villes : il y a un écart entre les projets initiaux des villes (qui s’inspirent de ce qu’elles connaissent) et les projets acceptés par le ministère (qui se rapprochent de ce qui est souhaitable), les « normes » sont destinées à combler cet écart. Elles sont donc forcément ambitieuses, puisqu’elles sont un moteur, un levier. « Elles ne doivent pas être conçues à partir d’une pénurie », dit le Service de la lecture publique en décembre 1973, lors de la première réunion du groupe qui les élabora. Mais elles ne sont pas impératives.

  • 222 Les services administratifs qui existent ont un rôle de gestion des budgets fédéraux et non un rôle (...)

23Aux États-Unis, où l’équivalent de la Direction des bibliothèques puis de la Direction du livre n’existe pas222, c’est l’ALA et, en première ligne, sa division des Public Libraries (en 1950 Public Libraries Division, puis à partir de 1959 Public Library Association, PLA) qui élaborent des « standards », indissociables de l’organisation et de la planification : on se souvient que la Public Library Inquiry, en 1950, plaidait fermement pour le rassemblement des bibliothèques en unités plus larges, seules à même de dispenser un service de niveau satisfaisant. Il est, bien sûr, ironique de constater que ce qu’un pays centralisé avec une longue tradition de programmes pluri-annuels n’a pas réussi à faire pour ses bibliothèques, un pays fédéral et aux collectivités autonomes l’a pour une large part réalisé.

  • 223 Albert Ronsin. Intervention devant le Congrès de l’ABF, à Colmar en 1972.

24Pourtant, l’ironie n’est pas de mise : car un tel regroupement de bibliothèques a bel et bien été proposé en France. Il s’agissait des bibliothèques de secteur, promues dans les années 1960 et 1970 avec un succès d’estime réel tant elles étaient une réponse à une vraie question, l’émiettement des moyens et l’absence d’intérêt de beaucoup d’élus locaux engendrant une grande inégalité de l’offre à travers tout le territoire. Les attendus étaient convaincants : « Le projet de bibliothèque de secteur repose sur l’idée générale suivante : il ne doit pas y avoir une lecture publique urbaine et une lecture publique rurale. Tous les citoyens quels que soient leur âge, leur situation sociale ou familiale, leur lieu de travail, de repos ou de loisir, leur niveau de culture générale, technique ou professionnelle doivent avoir accès librement au livre et aux autres moyens de formation et de distraction dans les mêmes conditions, avec les mêmes facilités.223 » Mais ce projet ne vit pas le jour car il était inadapté à la réalité géopolitique française : ici, pas d’états pour jouer les relais de l’État et prendre en charge, sur leur territoire, l’organisation du système des bibliothèques. Ce ne sont pas seulement les échelons politiques qui diffèrent mais, évidemment, leur capacité à inter-agir.

  • 224 Cité par Verna Pungitore, Innovation and the Library : The Adoption of New Ideas in Public Librarie (...)

25Nouveau contre-pied : les travaux nombreux, l’abondante production des bibliothécaires américains en matière de standards s’achèvent dans une auto-dissolution du concept même de standards. À partir du début des années 1970, la PLA considère qu’il n’est plus approprié d’élaborer des standards qui seraient valides pour toutes les Public Libraries. La bonne méthode, suggère-t-elle, est de donner des outils aux bibliothèques pour que chacune puisse élaborer des standards appropriés aux besoins de la population qu’elle a à desservir. Évaluant cette idée à la demande de la PLA, Mary Jo Lynch et Ralph Blasingname écrivaient en 1974 : « Ce dont les bibliothécaires ont besoin maintenant, ce sont des outils qui leur permettent d’analyser une situation, de définir des objectifs, de prendre des décisions et d’évaluer leurs activités […]. Penser à organiser l’avenir plutôt que revenir sur le passé. Penser à la gestion de la bibliothèque plutôt qu’à la comparaison avec d’autres bibliothèques. S’intéresser aux résultats, c’est-à-dire ce que l’usager obtient de la bibliothèque plutôt qu’aux moyens, c’est-à-dire le personnel, les collections et le bâtiment.224 »

  • 225 Edward J. Elsner. “The Evolution of PLA’s Planning Model”. Public Libraries, July-August 2002. Les (...)
  • 226 Mary N. Maack, “Public Libraries in Transition”, op. cit., dit que beaucoup de directeurs de biblio (...)

26Cette nouvelle logique sera mise en pratique dans le Planning Process for Public Libraries, publié en 1980 par l’ALA, qui construit son propos sur la nécessité pour les bibliothèques de connaître les besoins de la communauté qu’elles ont à desservir et d’y répondre : il s’agit bien de définir « des standards appropriés à la situation locale » et à elle seule225. Est-ce à dire que les bibliothécaires américains renoncent à partager valeurs, objectifs, politiques et méthodes ? Le débat est ouvert226 et le passage de standards nationaux à des outils locaux n’a pas convaincu l’ensemble de la profession.

27Malgré, on le voit, quelques grincements de dents, la logique s’est cependant imposée, avec ses deux tendances lourdes : d’une part, le lien étroit entre les objectifs que se fixent la bibliothèque et la situation locale ; d’autre part, l’accent mis sur l’évaluation des résultats plutôt que sur le niveau des moyens. Réponse tardive à la déception que provoqua chez les bibliothécaires la publication de la Public Library Inquiry ? Pour ne plus être confrontés à cet écart entre les discours et la réalité, il faut rester proches de la réalité et la connaître bien. La logique de cette démarche peut donc être vue comme un glissement de la définition des objectifs à celle des rôles et de la définition des rôles à l’évaluation des résultats. Le tout se faisant dans une relation étroite avec le contexte local. Sans renier la valeur fondamentale : Service to all.

L’intervention de l’État central comme chevalier blanc ?

28L’intervention de l’État au niveau central, qu’il soit national ou fédéral, a connu des débuts comparables dans les deux pays : la montée en puissance de l’État-providence dans les années 1950 et 1960 s’est traduite par une nouvelle implication en faveur des bibliothèques publiques. Mais les différences sont apparues rapidement : dans un cas, aux États-Unis, l’aide fédérale a soutenu le développement d’un échelon intermédiaire, les State Libraries, agences des états, qui l’a largement relayée, organisée et amplifiée. Avec la conséquence que cette amplification des moyens a engendré une pratique de la planification et de l’évaluation qui s’est largement recentrée sur l’échelon local. En France, l’aide étatique a peiné à trouver des relais, ses seuls bénéficiaires et partenaires, les villes, jouant un jeu purement local – sans le détour américain par l’organisation de réseaux régionaux. L’intervention de l’État est donc toujours attendue dans un dialogue exclusif, puisqu’elle n’a pas d’alternative.

  • 227 “Not a single state has transmitted to the committee in writing or even orally a request for this p (...)
  • 228 Ibid.

29Un second constat peut être tiré de l’analyse de ces aides, discutées ici, demandées là. Car les États-Unis, pays fédéral, répugnent à l’intervention du niveau national. Les péripéties du lancement laborieux du LSA sont éclairantes : entre 1947, où l’ALA intervient pour la première fois auprès des parlementaires en faveur d’une aide fédérale aux bibliothèques, et 1956 où elle obtient gain de cause, les débats ont été rudes. La question centrale est celle de la légitimité des acteurs : en quoi l’ALA est-elle légitime pour défendre cette demande ? En quoi l’aide fédérale serait-elle une réponse légitime ? Le demandeur, l’ALA, a quelquefois suscité l’ironie des parlementaires : qu’est-ce qui l’autorise à demander l’aide fédérale, alors même que ni les états, ni les comtés, ni les villes ne la demandent227 ? Qu’est-ce donc que ces « pickpockets professionnels », ce « petit groupe professionnel, avec une minuscule poignée de voix, qui veut pousser le grand Congrès des États-Unis à sauter dans le cerceau pour obéir à ses instructions ou désirs228 » ? Au-delà de l’agacement, qui fait sans doute partie du jeu de la négociation, la question de fond qui est posée est celle de la légitimité de l’intervention fédérale.

  • 229 Peter Fuller. “LSA and LCSA, 1956-1973 : A Legislative History”. Library Trends, July 1975.

30Douglas Raber, qui a analysé finement ces débats, souligne que tous les parlementaires considèrent les Public Libraries comme dignes d’intérêt et de soutien. Mais qui doit les soutenir ? Des ressources existent au niveau local, argumentent les opposants au projet : c’est à ce niveau qu’elles doivent être mobilisées. L’intervention de l’État fédéral n’aboutirait qu’à augmenter les impôts et à déresponsabiliser les citoyens. Position traditionnelle des républicains, qui est combattue par les démocrates (mais pas par tous), décidés, eux, à promouvoir le principe d’égalité d’accès (equal opportunity). L’intérêt général n’est pas la somme des intérêts particuliers et la communauté a « l’obligation morale de compenser les différences injustes entre les individus. » Cette frontière argumentaire, traditionnelle entre les deux grands partis américains, se prolonge jusque dans les années 1990 : pour l’administration Reagan et Bush, le LCSA n’a pas de raison d’être, car les Public Libraries ne sont pas du ressort de l’État fédéral. L’aide a pourtant été maintenue, car elle est peu coûteuse et efficace229 – le retour sur investissement est bon.

  • 230 Ils permettent de subventionner 46 700 m² de constructions en 1974, et seulement 13 000 m² en 1981.
  • 231 Pour une politique du livre : rapport à monsieur le Premier ministre. La Documentation française, 1 (...)

31En France, ce débat est hors de propos : la légitimité de l’intervention de l’État est assise depuis longtemps. Ce qui fait dissension, pour les bénéficiaires potentiels, c’est l’importance de l’aide de l’État – toujours considérée comme insuffisante. Du côté gouvernemental ou parlementaire, les bibliothèques sont un sujet trop mince pour susciter des débats comparables à ceux que l’on vient d’évoquer. Rappelons simplement que le volet financier du plan de développement de la lecture publique, en 1968, ne fut ni publié ni appliqué – Olivier Guichard, alors ministre de l’Éducation et donc en charge des bibliothèques publiques, se contenta de regretter, lors du débat parlementaire sur le budget 1970, que les bibliothèques soient les « victimes privilégiées des conjonctures budgétaires malheureuses. » (Assemblée nationale, séance du 12 novembre 1969). Le septennat de Valéry Giscard d’Estaing est, lui, plus politique de ce point de vue : si les budgets disponibles pour subventionner les constructions des bibliothèques municipales vont diminuant d’année en année230, le ministère n’en accuse pas la conjoncture mais assume le refus de l’État de s’impliquer. Les bâtiments ne sont pas un élément essentiel du développement des bibliothèques, dit ainsi le rapport Granet, qui décide de « privilégier l’aide au livre par rapport à l’aide à la pierre231 » ; une politique incitative de l’État est dépassée, estime pour sa part Jean-Philippe Lecat, ministre des Affaires culturelles : « En ce qui concerne l’action culturelle, l’époque où l’État avait un rôle d’entraînement à l’égard des collectivités est dépassée ». Cette brève parenthèse giscardienne (libérale) mise à part, la légitimité des aides de l’État aux bibliothèques publiques n’a jamais été mise en cause.

32Il est clair que l’on ne peut comprendre la politique américaine sans la relier à l’intense activité de lobbying menée par l’ALA. Nous y reviendrons. Ici, contentons-nous de constater que, en France, ce travail de promotion, d’influence, de conviction, s’est plutôt fait au sein même de l’appareil administrativo-politique qui a conçu, en lien avec les avant-gardes du groupe professionnel, un dispositif pédagogique, technique et financier en faveur du développement des bibliothèques publiques. Porte-parole des besoins de la population en matière de bibliothèques, ce segment administratif s’est régulièrement appuyé sur l’ABF. La décentralisation, en déconcentrant le pouvoir de décision au niveau régional (les Directions régionales des affaires culturelles), a privé l’échelon central de ce rôle de porte-parole. Les parlementaires, les élus, les citoyens : en regard de la situation américaine, tous les appuis possibles semblent frappés de mutisme.

  • 232 Expression reprise par le Premier ministre, Georges Pompidou, en 1966.

33Dernière question à poser : de quelle influence parle-t-on ? Uniquement en termes de moyens ou également en termes de projets ? Autrement dit, l’intervention de l’échelon central a-t-elle eu des effets surtout quantitatifs ou a-t-elle joué aussi sur les objectifs, l’organisation, l’activité des établissements ? Il semble que dans les deux cas, on peut dire que l’influence a été à la fois quantitative et qualitative. Quantitative comme soutien au développement, dans les deux pays. Qualitative de façon dissemblable. Aux États-Unis, le passage obligé de l’aide fédérale par les State Libraries a orienté tout le dispositif vers l’organisation de réseaux et de services communs, l’activité et les objectifs de chaque bibliothèque étant définis au niveau local. En France, où en 1945 tout était à faire232, l’échelon central, avec le relais actif de l’Inspection générale des bibliothèques, a propagé un véritable modèle de bibliothèque : par le biais des « normes » évoquées plus haut, c’est la création des sections pour les enfants, puis l’introduction de disques et de films, puis l’adoption de l’outil informatique (les systèmes de gestion de bibliothèque), puis des documents numériques qui ont été, tour à tour, encouragés et soutenus. En somme, c’est le modèle de la médiathèque qui a été promu sur l’ensemble du territoire. Mais ce modèle n’a pas été imposé : il a été suggéré, soutenu, encouragé – et n’a connu une telle diffusion que parce qu’il a rencontré l’intérêt des élus locaux et le succès public (l’intérêt des élus locaux parce que le succès public, pourrait-on écrire plus justement).

LE POUVOIR À L’ÉCHELON LOCAL

  • 233 Alice Gertzog, Edwin Beckerman. Administration of the Public Library, op. cit. En 1993, les États-U (...)

34Ici aussi, il convient sans doute de rappeler la diversité des situations, non seulement entre les deux pays mais à l’intérieur même de chacun des pays étudiés. Si, en France, c’est le facteur de la taille qui provoque les différences (en pouvoir, expertise, projet) alors que la structure administrative est uniforme, aux États-Unis, la taille, le type et même le pouvoir des collectivités sont très variés : d’un état à un comté, d’une ville à pouvoir politique fort à celle où il ne joue qu’un rôle de gestion, l’éventail est large. En 1993, des 9 097 Public Libraries recensées, 59 % étaient sous juridiction municipale, 11 % dépendaient des comtés, 12 % d’associations (non-profit corporations), 4 % de l’administration scolaire (school districts), 9 % de juridictions spéciales (independent taxing districts, souvent en banlieue, elles correspondraient à nos anciens Sivom) et 4 % avaient un régime mixte, dépendant de plusieurs juridictions233.

35Mon propos n’étant pas de faire une description de cette situation compliquée mais de tenter de l’analyser en regard de la situation française (et réciproquement), je vais traiter cette question sous trois angles : la place du pouvoir politique (les élus) d’une part, l’exercice du pouvoir par le Library Board d’autre part, enfin les sources de financement.

Le pouvoir politique

  • 234 Robert D. Leigh. The Public Library in the United States, op. cit.
  • 235 Alice Garrigoux. La lecture publique en France. La Documentation française, 1972.

36Dans les deux pays, les bibliothèques publiques sont des institutions locales dépendant des élus locaux. « La Public Library aux États-Unis est aujourd’hui d’abord une institution locale », affirme sans ambiguïté Robert Leigh234. En France, on l’a vu, la traditionnelle demande d’État fait que l’affirmation est moins claire, plutôt empesée, interrogative : « Certains prôneraient volontiers la totale prise en charge par l’État de la lecture publique. Ne serait-ce pas faire fi de la collectivité locale, qui peut considérer comme lui revenant en propre une action étroitement liée à la politique éducative, sociale et culturelle de la commune ?235 »

37Les relations entre pouvoirs locaux et bibliothèques s’exercent très différemment en France et aux États-Unis : dans le premier cas, les bibliothèques municipales sont tout simplement des services municipaux, dont le personnel, le budget, la politique sont définis et décidés par les élus locaux. Aux États-Unis, la majorité des Public Libraries est administrée par des Library Boards : on parle souvent de la « situation duale » des Public Libraries, services municipaux dont le personnel, la politique et même quelquefois le budget échappent au pouvoir local – la spécificité des Library Boards et leur influence sur le développement des bibliothèques seront évoquées plus loin.

  • 236 James A. Ubel. “Library Board Forms”. Library Trends, July 1962.
  • 237 Robert D. Leigh. The Public Library in the United States, op. cit. Il écrit que le bas budget ne gé (...)

38Que signifie pour les villes ce partage du pouvoir ? Sauf dans les cas (très minoritaires) où le Library Board a légalement autorité pour lever l’impôt, les élus ne sont impliqués dans la vie de la bibliothèque que dans deux circonstances : le vote du budget et la désignation des membres du Library Board. L’expression « semi-indépendante » est souvent employée pour caractériser la place de la Public Library vis-à-vis du pouvoir municipal. Cette distance a été analysée comme une des faiblesses des Public Libraries car l’éloignement engendre le désintérêt. Héritage des social libraries, les Library Boards sont aussi une manifestation de défiance visà-vis du monde politique. Mais cette défiance pouvait se justifier au XIX e siècle et peut, au contraire, avoir aujourd’hui des effets désastreux : « Dans la plupart des cas, ce statut a été adopté à une époque où les Public Libraries étaient dans l’enfance et où les élus locaux étaient réputés pour leur incompétence et leur corruption. Tant les bibliothèques que les pouvoirs locaux ont fait des progrès considérables depuis ces débuts. À une époque, il a pu sembler raisonnable de protéger la bibliothèque et le bibliothécaire du politique, mais c’est déraisonnable aujourd’hui. La Public Library moderne fait clairement partie du système politique », analyse ainsi James Ubel, dès 1962236. Cette distance au pouvoir politique, longtemps entretenue, a longtemps engendré des budgets faibles : à la fin des années 1940, Robert Leigh avance un chiffre de 2 % du budget municipal et parle de « l’insignifiance fiscale » des bibliothèques – l’avantage, remarque-t-il aussi, c’est que ces budgets médiocres sont revotés sans encombre d’année en année237. Les Library Boards, jadis protecteurs, peuvent aujourd’hui devenir des obstacles à l’établissement de relations étroites avec le pouvoir local.

  • 238 Edwin Beckerman. Politics and the American Public Library : Creating Political Support for Library (...)

39L’implication des bibliothèques – et des bibliothécaires – dans la vie politique locale fait aujourd’hui l’objet d’un discours unanime : tout en se gardant, bien sûr, d’adopter une posture partisane, le bibliothécaire doit établir des liens étroits, confiants et que l’on espère fructueux avec le monde politique local, les élus comme les administratifs. Il ne suffit pas de plaider, une fois par an, pour avoir un bon budget, il faut, toute l’année, se faire connaître et faire reconnaître la Public Library. Le problème, analyse Edwin Beckerman, est de trouver la bonne distance : « Certains bibliothécaires ou administrateurs semblent penser que la neutralité de la bibliothèque est quelque peu compromise si les responsables de la bibliothèque tentent d’acquérir de l’influence sur les politiques. Ces craintes peuvent paraître déplacées, mais ne sont pas tout à fait sans fondement. En un sens, le lobbyiste de la bibliothèque a besoin d’être comme les bons journalistes qui entretiennent une relation amicale avec les politiciens tout en restant à distance.238 »

  • 239 Edwin Beckerman écrit encore : « En général, les hommes politiques sont bien disposés à l’égard des (...)

40Depuis deux ou trois décennies, un des atouts pour être reconnu, crédible, efficace sur la scène politique locale est l’usage par les bibliothécaires de la planification. « À cause de cette attention plus grande portée à la planification, en particulier aux méthodes de la PLA, les bibliothécaires ont une idée plus précise de leurs buts, ont développé de meilleurs outils d’évaluation et sont capables de mieux expliciter leurs objectifs opérationnels que dans le passé », écrit encore Edwin Beckerman. En effet, un des handicaps des Public Libraries (mais c’est vrai aussi, bien sûr, pour les bibliothèques municipales) est la difficulté à mesurer, montrer, rendre visibles les services rendus par la bibliothèque. Des citoyens mieux informés, des adultes en formation, des étudiants soutenus dans leur cursus, des immigrés apprenant leur nouveau pays, des enfants familiarisés avec les livres, des foyers non équipés profitant d’Internet : tous ces effets de la bibliothèque, et bien d’autres, sont difficiles à faire valoir. Les hommes politiques ne sont pas hostiles aux Public Libraries, ils sont même plutôt bienveillants239. Mais pour passer de la sympathie à l’intérêt actif, les analystes et les bibliothécaires semblent penser que la meilleure façon d’avoir de l’influence est de s’en remettre au « bouclier » traditionnel qu’est le Library Board et au soutien de la population.

  • 240 L’intercommunalité va sans doute changer non seulement l’organisation mais le poids des bibliothèqu (...)

41La situation est toute différente en France. Les bibliothèques municipales sont clairement et absolument des services municipaux240. C’est le maire et le conseil municipal qui décident du budget alloué, des postes créés, qui recrutent le personnel, qui décident des horaires d’ouverture, du tarif des adhésions, de la création d’un nouveau service, de la construction d’un nouveau bâtiment, etc. Il y a un lien de dépendance entre la bibliothèque et la mairie, entre le bibliothécaire et le maire – qui l’a choisi et peut s’en séparer. Par rapport aux bibliothèques américaines, ce lien consubstantiel engendre deux différences fondamentales. D’une part, le dialogue est exclusif, puisque seuls deux acteurs sont sur scène. D’autre part, le contexte peut être beaucoup plus politisé, au sens partisan du terme. Ces deux éléments ont évolué au fil du temps.

  • 241 Anne-Marie Bertrand. Les villes et leurs bibliothèques, op. cit.
  • 242 Pouvoirs, n° 73, 1995.

42Le dialogue exclusif, c’est celui qu’appelle la structure : un employeur, qui plus est bénéficiant de la légitimité que donne une élection populaire, un employé. On sait que la réalité est plus complexe, se déployant au contraire en un jeu d’acteurs multiples241 : le maire, l’adjoint à la culture, les adjoints de poids (en particulier, l’adjoint aux finances), le secrétaire général de la mairie (aujourd’hui directeur général des services), le directeur des affaires culturelles, les autres chefs de service, les directeurs des autres établissements culturels (le musée, l’opéra, les archives, etc.) – pour s’en tenir à la scène interne. Le bibliothécaire, dans cet environnement, occupe sa place, noue des alliances, porte son projet, plaide sa cause. Tout en nuançant donc mon affirmation initiale, je ne la considère cependant pas comme invalide. La décision, le pouvoir de décision, est tout entier dans les mains du maire. Qui peut la déléguer ou non, la partager ou non, être attentif aux arguments des autres acteurs ou non, être dans un calendrier électoral ou non, être préoccupé par les affaires culturelles ou non, etc., etc. Le maire, la personne du maire, ses convictions, son parcours, son projet ont indéniablement une importance beaucoup plus grande en France qu’aux États-Unis. Et de plus en plus : la fonction exécutive a pris un poids considérable au fil des trente dernières années, au fur et à mesure que les villes acquéraient du pouvoir (politique et économique), que le champ des politiques municipales s’étendait et que la politique municipale s’identifiait à la personne du maire. Le maire en son royaume, pourrait-on résumer à en croire Albert Mabileau qui évoque « la monarchie municipale à la française242 ». Face à ce pouvoir fort, le bibliothécaire français est sans contexte beaucoup plus fragile, car plus isolé, que son collègue américain.

  • 243 Dans la France urbaine, les listes « hors partis » ont disparu. Sur ce point, Élisabeth Dupoirier, (...)
  • 244 Alain Faure. « Pouvoir local en France : la management mayoral à l’assaut du clientélisme », Politi (...)

43L’autre grande différence est la politisation de la scène. Ce constat est, lui, de moins en moins avéré – mais n’en marque pas moins une différence sensible avec la situation américaine. Les élections municipales étaient politiques, elles le sont de moins en moins. Ou, plus exactement, les élus sont de plus en plus clairement identifiés à une préférence partisane243 mais les programmes des élus et les choix des électeurs sont de moins en moins politiques – au sens partisan. C’est l’avenir de la ville qui est en question, avec la qualité de vie qu’elle sera capable d’offrir à ses habitants. Sur ce registre, c’est la compétence qui est mise en avant, non une étiquette politique. « De plus en plus de maires redéfinissent pour partie leur rôle autour des notions d’efficacité, de rentabilité et de performance socio-économiques », écrit ainsi Alain Faure244. Cette évolution n’est ni achevée ni univoque. Les élections municipales sont, en effet, toujours considérées comme un bon baromètre de la situation politique : qu’on pense aux élections de 1977, gagnées par l’Union de la gauche, ou à celles de 1983 qui marquaient le réveil de la droite ; qu’on pense aux victoires symboliques qu’ont été l’élection de Bertrand Delanoë à Paris ou Gérard Collomb à Lyon (2001). Qu’on pense au coup de tonnerre qu’a été l’élection de listes du Front national dans trois communes en 1995. Occasion violente de reconsidérer la nature politique du pouvoir des élus, eux qui prônaient la guerre culturelle, eux qui faisaient dire au responsable d’une de leurs bibliothèques : « La médiathèque doit être la vitrine idéologique de la municipalité. »

44Ces deux caractéristiques, un maire fort, une mairie politique, rendent plus visibles la faiblesse de la place de la bibliothèque municipale dans le système politique local. Faiblesse d’autant plus grande qu’elle n’a pas d’alliés.

Les Library Boards

45Le Library Board est-il un allié ? Sans doute : à la fois décideur et défendeur, il est en tout cas le porte-parole des intérêts des Public Libraries. Avant d’examiner son rôle, quelques mots sur son identité.

46Le mode d’administration des Public Libraries peut prendre trois formes : soit celle d’un service municipal intégré, comme le sont les bibliothèques municipales en France ; soit celle d’une association ; soit, la plus courante, celle d’un service public administré par un « conseil d’administration », traduction imparfaite pour Board, expression que je me garderai désormais de traduire. Ces Boards sont, la plupart du temps, spécifiques à la bibliothèque : ce sont des Library Boards ; dans le cas, très minoritaire (4 %), des bibliothèques rattachées à un district scolaire, le Board est le même que celui de l’école (School Board). C’est le Library Board classique, ordinaire, que je vais évoquer ici.

  • 245 Edwin Beckerman. Politics and the American Public Library, op. cit., p. 23. Oliver Garceau cite des (...)
  • 246 Phyllis Dain. “American Public Libraries and the Third Sector : Historical Reflections and Implicat (...)

47Son origine, dès la Boston Public Library, on s’en souvient, se trouve dans la volonté des promoteurs de la bibliothèque de la confier aux pouvoirs publics sans en faire un outil politique, partisan, ni priver ses usagers des moyens de contrôler son activité. En somme, il s’agissait à la fois de mettre la Public Library à l’abri de la « sale politique » et de garder l’esprit participatif de l’association d’origine. La « sale politique » ? De nombreux analystes soulignent la difficulté des bibliothécaires à admettre que la bibliothèque, institution démocratique et généreuse, est liée au processus politique. Du côté des bibliothécaires américains, la conjonction avec la sphère politique a souvent été considérée avec répugnance : « Pour certains bibliothécaires, l’idée que le développement des Public Libraries est lié en quoi que ce soit à la politique est sacrilège », écrit Edwin Beckerman245 . Cette méfiance est largement partagée depuis le XIXe siècle et un certain nombre de services publics (à commencer par les écoles) sont administrés de façon autonome « pour isoler certains services municipaux de la politique et des politiciens présumés vénaux.246 » L’esprit participatif ? Il s’agit de prolonger l’idée que la bibliothèque est la mise en commun de ressources, au bénéfice de tous, et que les besoins de tous doivent donc pouvoir s’exprimer – et que tous doivent pouvoir participer, y compris par des financements privés. Protéger et participer sont donc les maîtres mots qui ont guidé la création des Library Boards. Ils sont l’émanation de ce que Phyllis Dain appelle « le mélange pragmatique de contrôle et de financement publics et privés ».

48Le Library Board est généralement désigné par le maire et le conseil municipal, plus rarement élu par les citoyens. L’étendue de son pouvoir, vis-à-vis de la mairie, est définie, dans chaque état, par la State Library Law – en particulier sur le point de savoir qui décide les recettes (l’impôt, soit levé spécialement pour la bibliothèque, soit une part des recettes fiscales globales), et les dépenses. Usuellement, c’est la mairie qui détermine le budget, sur proposition du Board, et le Board qui engage les dépenses. Le Board recrute le directeur de la bibliothèque, décide du montant des salaires du personnel, éventuellement licencie, décide les modes de fonctionnement (horaires d’ouverture, création de services, montant des adhésions ou amendes, participation à des réseaux), programme le développement (création de nouvelles bibliothèques, construction), analyse les résultats. Il est le porte-parole des besoins de la communauté desservie auprès du bibliothécaire comme il est le porte-parole des besoins de la bibliothèque auprès des pouvoirs locaux.

  • 247 Oliver Garceau cite la définition que donne l’ALA : « Le Board décide de la politique. Le bibliothé (...)
  • 248 Oliver Garceau encourage les bibliothécaires à « garder toujours un œil sur eux, les tenir occupés, (...)
  • 249 Virginia Young, qui fut présidente de l’association des membres des Library Boards (American Librar (...)

49Vis-à-vis de la bibliothèque, l’étendue du pouvoir du Library Board est claire : la politique de la bibliothèque est du ressort du Board, la gestion de la bibliothèque de celui du bibliothécaire247. Sauf que, disent en chœur tous les analystes, cette formule ne définit rien. Les relations sont fonction de la personnalité des uns et des autres, de l’idée qu’ils se font de leur propre rôle et de leur poids réciproque. Un bibliothécaire débutant, timoré ou proche de la retraite pourra accepter sans problème un Board puissant, voire envahissant. Dans d’autres cas, un bibliothécaire mieux assis pourra « gérer » son Board248, avoir avec lui des relations constructives et confiantes : dans l’ensemble, les Boards et les bibliothécaires ont appris à travailler ensemble. Même s’il s’agit d’une institution souvent considérée comme archaïque, nul n’envisage sérieusement aujourd’hui sa suppression249. Cependant, les motifs de friction ne manquent pas, en particulier sur le choix des acquisitions, j’y reviendrai.

  • 250 Jane Robbins. Citizen Participation and Public Library Policy, The Scarecrow Press, 1975. À titre d (...)

50Autre sujet de réticence de la part des bibliothécaires : le Library Board, supposé représenter la population, ses besoins, ses attentes, n’est en rien représentatif. Une abondante littérature fait le constat répétitif que les membres des Library Boards sont plutôt des hommes, des Blancs, des personnes d’un certain âge et des membres des classes supérieures. Ils ne sont représentatifs ni de la population, ni des usagers. Jane Robbins dit plaisamment qu’ils « représentent plutôt les élus de la ville ou du comté qui les ont désignés que les citoyens de ces collectivités. » Dans l’enquête qu’elle a réalisée en 1972 auprès d’un échantillon représentatif de 165 Public Libraries, elle constate, par exemple, que les administrateurs représentent à 91 % le profil social traditionnel des Library Boards (cadres supérieurs, professions libérales et femmes au foyer), que les deux tiers des Boards sont uniquement composés de Blancs (alors que seulement 14 % des bibliothèques de l’échantillon ont une population uniquement blanche), que 99 % des administrateurs ont plus de 40 ans et que 76 % d’entre eux sont des hommes250.

  • 251 James A. Ubel. “Library Board Forms”, op. cit.

51Pourtant, l’idée que le Library Board représente la population est encore très vivace. Ses membres sont souvent désignés, entre autres, pour cette raison – mais pas mécaniquement et nullement sous un quelconque régime de quotas. Plutôt, grossièrement, en fonction de l’idée que l’on se fait des usagers des bibliothèques : ainsi, les femmes au foyer sont supposées représenter les intérêts des enfants ou les enseignants représenter les jeunes scolarisés. D’autres critères de choix sont la reconnaissance (pour un don fait à la bibliothèque – ou au parti du maire), la notabilité (par exemple, un responsable de la Chambre de commerce ou un membre du clergé) ou des compétences précieuses pour la bibliothèque (en matière d’emprunts, de bâtiments ou de relations publiques, par exemple)251.

52Ainsi, si l’on parle de représentativité, il conviendrait d’en parler sous l’angle de la capacité à représenter, à prévoir, à plaider, à défendre, à argumenter – plutôt que sous l’angle d’une hypothétique proximité entre la population desservie et le Board. En bref, le Board représente davantage la bibliothèque auprès des autorités et de la population que la population auprès de la bibliothèque. Une des raisons en est, peut-être, l’importance que tient, dans ses activités, la recherche de financement.

Le financement local

  • 252 Virginia G. Young. “Library Governance by Citizen Boards”, op. cit.
  • 253 En 1977, les ressources venaient en moyenne du budget public local pour 75 %, de l’État pour 7 %, d (...)
  • 254 Anne-Marie Bertrand. Les villes et leurs bibliothèques, op. cit, p. 114. En 1982, la part municipal (...)

53« La première responsabilité des Library Boards est de veiller à ce que la bibliothèque soit convenablement financée », écrit clairement Virginia Young252. Car le financement d’origine locale est très majoritaire. Aux États-Unis, même s’il varie, évidemment, au cours du temps et selon les états et les villes, il représente généralement entre 80 et 90 % du budget de fonctionnement, soit 75 à 85 % de budget public local et 5 à 10 % de dons ou participations des usagers. L’aide de l’état et l’aide fédérale représentent ainsi entre 10 et 20 % de ce budget253. En France, entre 1969 et 1989, le budget de fonctionnement a toujours été alimenté à plus de 90 % par les villes – à l’exception des années 1982 et 1983 où l’augmentation spectaculaire du budget du ministère de la Culture a permis une progression importante, mais éphémère, des subventions de fonctionnement254. Dans les années 1990, les dotations de l’État s’élèvent à moins de 5 % des dépenses de fonctionnement des villes pour leurs bibliothèques.

54La source locale de financement est, on le voit, capitale. Obtenir un bon budget (en France et aux États-Unis), décider les contribuables à faire un effort (aux États-Unis) sont donc des préoccupations primordiales. Or, on s’en doute, l’organisation actuelle et l’histoire font que les bibliothèques municipales et les Public Libraries n’ont pas les mêmes atouts dans ce jeu. Deux différences essentielles dans le plaidoyer auprès des décideurs locaux : la présentation du bilan d’une part, les acteurs concernés d’autre part. Et un point commun, lui aussi, essentiel : ici, comme là-bas, les bibliothèques sont en concurrence avec d’autres services publics dans l’affectation des budgets publics. Ce qu’on dépense pour la bibliothèque, on ne le dépense pas pour d’autres. Il s’agit donc non seulement d’être convaincant dans la présentation de ses besoins (ses demandes budgétaires) mais de l’être plus que d’autres.

55En France, comme service municipal, la bibliothèque municipale (le directeur de la bibliothèque municipale) présente ses demandes à travers les échelons administratifs et politiques dont il dépend (direction des affaires culturelles, direction générale, adjoint à la culture, maire). Son discours est d’autant plus audible qu’il est lui-même reconnu et que les services rendus par la bibliothèque sont reconnus. Las, sauf exception, le bilan de l’activité est succinct : le nombre d’inscrits, le nombre de prêts restent les éléments les plus usuels. L’évaluation est toujours balbutiante et l’implicite sur les objectifs limite les arguments mobilisables.

  • 255 Une enquête menée sous la direction de George D’Elia en 1992 montre que le public plébiscite le(s) (...)
  • 256 Edwin Beckerman. Politics and the American Public Library, op. cit., p. 40. Ainsi, en mai 2002, pou (...)

56Aux États-Unis, où les missions sont plus explicites, la liste des arguments est plus longue : le nombre de documents prêtés mais aussi le nombre d’entrées à la bibliothèque, le nombre de documents ayant circulé dans le prêt entre bibliothèques ou le nombre de questions posées par les usagers : la fonction éducative est, reste un élément essentiel255. Mais la différence majeure tient au dispositif. Si c’est, comme en France, le pouvoir politique local qui décide des ressources allouées, les demandes sont présentées par ou avec le Library Board. Par ailleurs, des auditions (hearings) peuvent être organisées, où des usagers convaincants peuvent servir d’avocats à la cause de la bibliothèque : « La présentation du budget implique des arguments raisonnablement convaincants en faveur des dépenses liées aux objectifs présentés. Cela suppose un soutien public aux programmes proposés. Bien sûr, un tel soutien n’est jamais une certitude, mais son existence devrait être évidente. Cette évidence peut être statistique, sous forme d’enquêtes ou autres, ou sous forme de témoignages personnels lors des auditions publiques ultérieures.256 »

57Ce soutien public (Public support) étant un élément essentiel, sans doute le plus important, de différence entre les bibliothèques municipales et les Public Libraries, il convient de le traiter en détail.

AMIS, ALLIÉS ET SOUTIENS

  • 257 Anne-Marie Bertrand, Martine Burgos, Claude Poissenot, Jean-Marie Privat. Les bibliothèques municip (...)
  • 258 Eugène Morel. La librairie publique, op. cit., p. 7.
  • 259 Il écrit aussi : « Si la France se caractérise par la moindre intensité de la vie d’association et (...)

58Les deux caractéristiques principales dont se réclament les Public Libraries, leur visée démocratique, leur enracinement local, appellent et engendrent un soutien public. Comme en France, ce soutien existe à l’état latent : les Français aiment leurs bibliothèques municipales, les Américains aiment leurs Public Libraries. En France, une enquête menée en 1997 par IPSOS montrait une estime générale, une reconnaissance du rôle joué par les bibliothèques257. Aux États-Unis, régulièrement, les sondages et les enquêtes montrent cette même estime. Comment la transformer en soutien actif ? En France, les bibliothèques souffrent à la fois d’une vie associative faible et de leur origine aristocratique, soulignée à maintes reprises par Eugène Morel : « On peut dire qu’en France les bibliothèques viennent de haut. Elles sont comme les officiers, d’une autre race que les soldats : elles ne se mêlent pas au public.258 » Cette origine si peu démocratique a pénalisé leur développement depuis le XIXe siècle, comme l’a si bien montré Jean Hassenforder, qui écrit notamment : « La bibliothèque publique est une institution destinée à tous. Son développement suppose, en conséquence, un assentiment de la part d’une majorité au moins de la population. Il exige un intérêt partagé, la conscience d’un bien commun. Les tensions propres à la société française à la fin du XIXe siècle, se révèlent défavorables à la bibliothèque publique. Alors qu’aux États-Unis et en Grande-Bretagne, le mouvement en faveur des bibliothèques recrute des partisans dans l’ensemble des milieux sociaux, en France, ces assises se révèlent beaucoup plus restreintes.259 »

Des soutiens organisés

59L’histoire des bibliothèques mais aussi la vie politique et la vie sociale aux États-Unis permettent plus facilement ce passage de l’estime (abstraite) à l’implication (concrète).

  • 260 Je parle ici non pas des lobbys (industrialo-militaires, agro-alimentaires, pharmaceutiques, etc.) (...)
  • 261 Stanley Hoffmann. Essais sur la France : déclin ou renouveau ? Éditions du Seuil, 1974, p. 173. Il (...)
  • 262 Pascal Viot. « Enjeux et perspectives de l’engagement associatif », Lecture publique et territoires (...)

60En France, la faiblesse des associations est fréquemment soulignée. Elle est due, on l’a souvent dit, à la centralisation du pouvoir (central ou local), ou à une tradition intériorisée d’un pouvoir éloigné qui rend à peu près inopérant le pouvoir d’influence des citoyens ou des groupes constitués260. Observateur avisé, Stanley Hoffmann a jadis souligné les spécificités françaises de ce point de vue : « Au lieu de résoudre des conflits par la coopération et le compromis, les individus et les groupes renvoient ces conflits à une autorité supérieure et centrale, ainsi rendue responsable du résultat. Cette attitude conduit tout d’abord à la centralisation (dans les entreprises et les administrations, comme dans l’ensemble du système politique) ; en second lieu, à la fragilité des associations volontaires auxquelles l’individu appartient – leur fonction est essentiellement de le protéger contre un arbitraire possible d’en haut et de promouvoir ses intérêts “publics”, tout en évitant d’empiéter sur son indépendance en tant qu’individu privé.261 » Pour une période plus contemporaine, Pascal Viot, en rappelant la faible appartenance syndicale ou l’affaiblissement des associations de parents d’élèves, souligne un déplacement des formes d’adhésion volontaire : « Avec la fin des grands discours idéologiques, il y a un changement d’horizon ; il semble qu’il s’agit moins aujourd’hui, dans les associations, de se battre pour des lendemains meilleurs que davantage se prémunir ou de conjurer de nouveaux risques envahissants (la pauvreté, le saccage de la planète, les conflits, la globalisation).262 »

61Loin d’être conçues pour peser dans des conflits, les associations d’amis des bibliothèques, en France, sont souvent des associations créées, voulues et pilotées par les bibliothécaires pour leur fournir un peu de souplesse dans la gestion financière de leur établissement – souplesse concernant ici plutôt la procédure (payer des factures vite, ou par avance) qu’un apport financier. Ces associations sont ainsi, par nature, proches de la direction de la bibliothèque et nullement représentatives des usagers. Elles aident la bibliothèque à enrichir leurs collections, à monter des événements mais non (ou très peu) à nouer des relations avec son environnement.

  • 263 « L’administration est porteuse de l’intérêt général, à la fois parce qu’elle est subordonnée aux r (...)

62Comme son nom l’indique, une autre institution, les comités d’usagers, a pour fonction de permettre le dialogue entre la bibliothèque et ses publics. Elle existe très rarement, car les bibliothécaires éprouvent une méfiance farouche vis-à-vis de la parole de « profanes » sur leur activité professionnelle. Fréquente, voire habituelle, dans les administrations, cette défiance des fonctionnaires vis-à-vis des usagers relève de l’idée que les fonctionnaires sont détenteurs de l’intérêt général – et non les usagers, immédiatement soupçonnés de défendre des intérêts privés, ni d’ailleurs les élus soupçonnés, eux, de défendre des intérêts partisans263. Des « comités consultatifs », essentiellement composés de notables, ont été institués par décret en 1961 et sont peu à peu tombés en désuétude, tant leur composition était inadaptée.

  • 264 Hugues Van Besien. « Comités d’usagers : le retour ? », Bulletin d’informations de l’ABF, n° 187, 2 (...)

63Des re-créations ou tentatives de renaissance de ces comités ont lieu régulièrement sous une autre forme et un autre nom. Quelques municipalités en ont mis en place. Déjà peu enclins à les accueillir favorablement, les bibliothécaires sont aujourd’hui (depuis l’agression du Front national) encore plus réticents : alors que leur seule défense dans cet épisode a été corporatiste (c’est leur professionnalisme, dirent-ils, qui doit leur garantir l’exclusivité des politiques d’acquisitions), l’implication de non-professionnels dans la marche de l’établissement est plus que jamais vécue comme une intrusion injustifiée. Chroniqueur dans le Bulletin d’informations de l’ABF, Hugues Van Besien nous fournit une illustration de cette méfiance : « Découvrant qu’au fond elles ne connaissaient rien à la façon dont s’effectuaient les acquisitions à propos des affaires des bibliothèques gérées par des municipalités FN, des collectivités assez nombreuses ont pensé à mettre en place ce type de conseil par précaution, et sans voir à quels risques de noyautage, ou simplement de confiscation, elles s’exposaient, à une époque où des militants politiques vérifiaient liste en main le respect de leur conception du pluralisme dans les bibliothèques […]. Mémoire et prudence s’imposent donc.264 » Il ajoute, cependant, que, par leur appui, « nos usagers peuvent devenir notre force ». Vœu pieux, ou du moins isolé, tant c’est la méfiance qui prime.

  • 265 Jean-Luc Gautier-Gentès. « Réflexions exploratoires sur le métier de directeur de bibliothèque », B (...)

64Jean-Luc Gautier-Gentès, inspecteur général des bibliothèques, explicite les raisons de cette méfiance : « Un comité consultatif est susceptible de présenter au moins deux dangers. Le premier est de servir de tribune à un groupe agissant pour le compte d’une idéologie (au sens large du terme) et qui se servira de lui pour tenter d’infléchir la politique d’acquisitions conformément à cette idéologie. C’est à ce danger qu’une composition véritablement plurielle est destinée à parer, les pressions des différents groupes présents étant susceptibles de se neutraliser les unes les autres. Plus insidieux, mais non moins réel, est l’autre danger : celui que les difficultés soulevées par une de ces acquisitions problématiques que nous évoquions plus haut se résolvent par l’abstention, autrement dit, dans une sorte de “consensus mou”, cette abstention pouvant d’ailleurs revenir, dans certains cas, à céder aux exigences d’un groupe de pression. Prenons un exemple. Le désir de ne pas choquer une éventuelle communauté musulmane locale, ne conduirait-elle pas le comité à préconiser de ne pas acquérir Les Versets sataniques de Salman Rushdie ?265 »

  • 266 Christophe Evans. « La place des publics dans le modèle français : une approche sociologique ». Que (...)

65Les usagers ont peu de place dans les bibliothèques municipales, même dans les relations informelles, comme le souligne encore Jean-Luc Gautier-Gentès : « Mais dans ce mode d’association du public à la marche de la bibliothèque, le public est cantonné au plus petit rôle possible. Quel que soit son nom, doléance ou suggestion, sa prise de parole tient peu ou prou de la supplique. L’usager propose, le bibliothécaire dispose […]. Et si les bibliothécaires sont si peu pressés de voir des conseils consultatifs refleurir à leur côté, n’est-ce pas aussi – osons dire ce que chacun sait bien – parce que, comme tout groupe professionnel, ils n’éprouvent aucun plaisir à l’idée que l’on empiète sur leur champ de compétence, autrement dit, sur le territoire où s’exerce leur pouvoir propre, réel et symbolique ? » Le sociologue présente une analyse plus distanciée : « On peut donc formuler l’hypothèse que les professionnels des bibliothèques, au sens large, qu’ils soient militants de la lecture publique ou gestionnaires pragmatiques, sont, pour la plupart d’entre eux, dépositaires à des degrés divers de valeurs anciennes qui concernent le rôle qu’ils doivent tenir et celui qu’ils réservent aux publics.266 »

  • 267 Christophe Evans ajoute : « On ne remplace pas facilement et rapidement un symbole soutenu par un s (...)

66Acteurs plus ou moins engagés ou praticiens méfiants, les bibliothécaires français admettent, reconnaissent cette distance, cette méfiance entre les usagers et eux. Ce constat ne va pourtant que rarement jusqu’à suggérer ou engager des changements sur ce point267. Comme si un autre type de relation, de dialogue, de considération n’était que difficilement possible – l’apparition du Web 2.0 incite à nuancer cette analyse, les bibliothécaires semblant désireux, par cet outil, de donner la parole aux usagers ; mais sur quels sujets ? Des coups de cœur, des commentaires, des suggestions d’achat. Des goûts – pas des projets, des priorités ou des arbitrages.

67La situation est toute différente aux États-Unis. La Public Library, émanation populaire, a besoin de l’assentiment et du soutien populaires pour exister, pour se développer, pour être financée. La recherche permanente de ce soutien a des effets sur les services proposés ou les documents achetés par la Public Library mais aussi, bien entendu, sur sa communication, ses relations publiques, l’affirmation de son image. Au niveau national, c’est l’ALA qui mène cette politique de communication. Au niveau local, chaque bibliothèque tisse ces liens avec sa community. Depuis les années 1960, un souci majeur est d’être user-oriented : de mettre l’usager au cœur des préoccupations.

  • 268 Entretien avec Fred Schlipf, directeur de la bibliothèque, 15 juin 2005.

68Le premier aspect est la satisfaction des usagers. Une Public Library ne peut espérer (et d’ailleurs ne mériterait pas) le soutien de sa population si elle n’était pas attentive à ses attentes et à ses demandes. Si la Urbana Free Public Library (Illinois, 43 000 habitants) est si populaire, si fréquentée, c’est qu’elle « rencontre la demande des habitants », elle est « réactive et chaleureuse », un best-seller peut être acheté en 30 ou 40 exemplaires pour qu’on puisse vraiment le trouver en rayons, on répond vraiment aux questions posées par téléphone, on ne se contente pas de basculer sur un poste qui ne répond pas – et « tout le monde sourit »268. La bibliothèque, construite en 1917, avait sérieusement besoin d’être réaménagée et agrandie : le maire tergiversait, il a été battu aux élections. Sur les 8 millions de dollars qu’ont coûté les travaux, 6 millions venaient du budget municipal et 2 millions de 1 200 donateurs, des citoyens de la ville. Soutien actif.

  • 269 John Jaeger. “User Fees, Community Goods and the Public Library”. Public Library Quarterly, 1999, n (...)

69Un autre élément de cette relation positive est la gratuité des services : aujourd’hui encore très majoritaire, la gratuité est défendue comme faisant partie de l’identité même de la Public Library – au reste, Public Library et Free Library sont des synonymes. Dans la plupart des cas, les seuls éléments payants sont ce qui est considéré comme excédant les services de base (les photocopies, la location d’une salle) ou les amendes pour retard. L’introduction d’Internet pour le public a suscité des questions : prise en charge partielle, totale ou nulle par les usagers ? La grande majorité des Public Libraries ont opté pour un service gratuit (mais limité dans le temps). Les arguments employés contre le paiement sont proches de ceux que l’on utilise en France (les sommes collectées sont dérisoires, la collecte du paiement coûte plus cher qu’elle ne rapporte, le budget risque d’être diminué du fait de ces recettes supplémentaires et, bien sûr, l’information est un bien public qui doit être facilement accessible) à l’exception d’un argument, propre aux Public Libraries : « la perte du soutien public si des coûts d’utilisation sont institués. Un des aspects en est le danger que, s’il y a des coûts d’utilisation, les usagers verront la Public Library comme différente, comme une institution commerciale. L’image de la bibliothèque pourrait donc être sévèrement atteinte par l’établissement de ce paiement […]. L’identité même de la Public Library, forgée depuis plus d’un siècle en étroite relation avec la population locale, serait mise en danger par l’instauration de ce paiement.269 » Cet argument n’est pas utilisé en France, et c’est normal puisque l’« étroite relation avec la population locale » n’est pas un des éléments de l’identité de la bibliothèque.

  • 270 Virginia G. Young. “Library Governance by Citizen Boards”, op. cit.

70Revenons sur les soutiens organisés et, au premier chef, sur les Library Boards. Car ils sont le premier avocat de la bibliothèque, son premier porte-parole. Ils sont le bouclier grâce auquel les bibliothécaires ne se sentent pas « nus et sans défense ». Les membres du Library Board, les Trustees, apportent à la bibliothèque leur énergie, leurs compétences, leurs relations, leur entregent, leur courage – « Ceux qui assument la responsabilité d’être des trustees ne peuvent pas être des âmes timides. Les citoyens qui acceptent le défi de gérer une bibliothèque doivent être dotés d’une ampleur de vision, de convictions profondes et du courage d’oser l’impossible. Voilà l’engagement qui est attendu des citoyens qui participent aux Library Boards.270 » Vision évidemment idyllique, mais qui a l’avantage de souligner le caractère militant de cet engagement. Cet activisme positif n’est pas universellement répandu, et on cite aussi des trustees qui n’assistent pas aux réunions, ignorent tout des bibliothèques ou n’ont pour seule influence que celle de faire retirer des rayons les livres qu’ils désapprouvent. En tant qu’organisation, ils sont cependant le premier soutien des Public Libraries. Mais soutien par essence, par nature : il ne suffit pas à créer ni même à manifester le soutien de la population à sa bibliothèque.

  • 271 « Dans cette vie urbaine sous pression, certains peuvent plus facilement faire un chèque que donner (...)

71D’autres relais sont indispensables. Le premier d’entre eux est, comme en France, les associations d’amis de la bibliothèque (Library Friends). Chargés de « tisser des liens avec la communauté », les amis de la bibliothèque sont d’abord « un groupe de soutien » : quelques personnes qui forment le noyau d’un groupe actif dont les activités (expositions, rallyes, concerts) aideront la bibliothèque à être appréciée et, incidemment, pourront engendrer des dons271 – dans les grandes et anciennes Public Libraries, cet intérêt est souvent lié à l’enrichissement d’un fonds particulier et contribue à entretenir d’excellentes relations avec les collectionneurs. Ces associations peuvent servir de relais, de chambres d’écho. Elles sont regroupées dans une association, Friends of Library USA (FOLUSA), qui regroupe plus de 2 500 associations d’amis, soit plus d’un million de personnes à travers le pays. Oui, un million de personnes.

72De façon moins formelle, les « volontaires » (Volunteers) apportent à la Public Library non seulement du temps de travail gratuit, mais aussi un lien avec la communauté auprès de qui ils peuvent devenir le porte-parole de la bibliothèque, la connaissant de l’intérieur. Les volontaires ne sont pas toujours bien accueillis par le personnel de la bibliothèque, qui craint évidemment que ce travail gratuit n’en vienne à remplacer leur travail payé. De la même façon, il arrive que les associations d’amis soient mal perçues – notamment par les Library Boards qui peuvent y voir des concurrents. Mais dans la grande majorité des cas, ces groupes sont considérés comme des outils précieux dans la communication de la bibliothèque et dans ses relations avec la population qu’elle doit desservir.

  • 272 Miriam Sawyer. “Centennial Birthday Bash”, Public Libraries, January-February 1996.

73Prenons, à titre d’illustration, l’exemple du centenaire de la Rutherford Library (New Jersey, 18 000 habitants) en 1994 : le but de cette célébration est, écrit la bibliothécaire, « d’élever le niveau de connaissance qu’a la population de notre travail et de créer un canal de communication à travers lequel les habitants pourraient exprimer leur opinion272 ». La bibliothèque crée un comité d’organisation dont elle confie l’animation à la présidente des Amis de la bibliothèque. La première tâche est de mobiliser des volontaires : on fait appel à quelques personnes, civic-minded movers and shakers, expression évidemment intraduisible littéralement – car nous n’avons pas l’équivalent en France ? Une dizaine de personnes forment le noyau initial. Elles contribuent, avec les bibliothécaires, à définir les buts de la célébration du centenaire : « renforcer les liens de la bibliothèque avec tous les secteurs de la population ; recueillir une substantielle somme d’argent », somme qui sera affectée spécifiquement à l’achat de cédéroms (« pour éviter que la municipalité n’en profite pour diminuer le budget de la bibliothèque »). Des associations (en particulier l’influent Rutherford’s Women’s Club), des groupes informels, les écoles, le musée, des commerçants, des personnes jugées importantes (car relais d’opinion) sont peu ou prou associés à la préparation de l’événement. Une loterie, une visite des maisons centenaires de la ville, des expositions, un calendrier, une lecture-marathon (read-a-thon, entamée par le maire), une chorale, l’oblitération d’un timbre souvenir, un livre d’or, du café et, bien sûr, des cookies marquent la journée. L’opération rapporte 24 000 $. « Mais, peut-être plus important, des voies de communication ont été ouvertes entre la bibliothèque et la population et des approbateurs passifs ont été transformés en soutiens actifs », conclut la bibliothécaire.

74Car là est le cœur du problème : rendre manifeste le soutien de la population à sa Public Library. Passer de l’approbation passive au soutien actif. De l’estime à l’implication. Pour sensibiliser la population, des événements nationaux sont organisés, dont la National Library Week, des enquêtes mettent régulièrement en évidence l’impact des Public Libraries dans le pays – 84 % de satisfaits, plus de livres prêtés chaque jour que de paquets transportés par FedEx, plus d’un milliard d’entrées par an (seulement 240 millions dans les stades), il y a plus de Public Libraries que de MacDonald’s, etc., etc. Au-delà des campagnes de communication, un instrument de mesure efficace est l’aspect financier : les Américains apprécient leurs Public Libraries et acceptent de dépenser de l’argent pour elles.

Des soutiens actifs

  • 273 Support or strongly support increasing taxes for Public Library services in their community”, “The (...)

75Dans une enquête menée en 2003 pour l’ALA, 63 % des personnes interrogées disent qu’elles approuveraient peu ou prou une augmentation des impôts pour leur Public Library273.

76Il ne s’agit pas que de sondages, où l’on peut prendre une pose généreuse à bon compte. De trois façons, les usagers, les contribuables, les citoyens manifestent leur engagement : soit en poursuivant la tradition philanthropique en faveur des bibliothèques ; soit en votant en faveur de l’un des referendums organisés au niveau local ou au niveau de l’état pour autoriser la création d’un impôt spécifique pour la Public Library (ou l’augmentation ponctuelle de l’impôt pour construire une bibliothèque) ; soit en intervenant comme défenseurs, avocats des services de la bibliothèque quand ils sont menacés.

77Même si l’époque où les grands mécènes donnaient aux bibliothèques semble révolue (au bénéfice des musées ?), un petit courant persiste. Petit courant qui peut prendre des allures de fleuve majestueux, quand les fondateurs de Microsoft, Paul Allen et Bill Gates, donnent chacun vingt millions de dollars à la Public Library de Seattle, l’un en 1998, l’autre en 2000. Dons exceptionnels, bien sûr, mais on trouve régulièrement mention de legs ou de dons plus modestes, effectués à la bibliothèque en reconnaissance des services qu’elle a rendus : ainsi, un enseignant retraité lègue 6,8 millions de dollars à la Boston Public Library (Boston Globe, 7 décembre 2000), un couple du Kansas donne 1,2 million à la Topeka and Shawnee County Public Library (American Libraries, avril 2000) ou un couple de philanthropes de Baltimore un million de dollars à la Enoch Pratt Public Library de Baltimore pour développer la « Maryland Collection », son fonds régional (American Libraries, janvier 2002). Un donateur anonyme dote la Public Library de Philadelphie de 15 millions de dollars, pour l’aider à meubler son bâtiment en cours de rénovation (American Libraries on line, posté le 20 avril 2007). Les grandes bibliothèques sont, bien sûr, les mieux placées pour attirer les donateurs.

  • 274 Richard B. Hall. “Referenda for Public Library Buildings 1988”, Library Journal, 15 June 1989. Rich (...)
  • 275 Richard B. Hall. Financing Public Library Buildings. Neal-Schuman Publishers, 1994, p. 190.

78S’il y a des périodes plus ou moins fastes (plus ou moins marquées par la Tax Revolt, l’opposition à l’impôt), les referendums instituant des dépenses en faveur des bibliothèques sont majoritairement gagnés : depuis une vingtaine d’années dans une proportion des deux tiers ou des trois quarts. En 1987, année « euphorique », 93 % des referendums pour des constructions sont gagnés ; en 1988, 64 %274. En 1988, les 45 referendums organisés à travers tout le pays représentaient un montant total de 138,5 millions de dollars : 29 ont été gagnés, pour un total de 104 millions, dont un gros projet de 55 millions pour la Phoenix Public Library (Arizona), remporté par 58 % des votes. Entre 1987 et 1991, 245 referendums sont organisés à travers le pays : 80 % d’entre eux sont approuvés avec une moyenne de 64 % de votes favorables275. En 2003, 59 des 89 referendums organisés (soit les deux tiers) sont approuvés ; en 2004, 82 sur 133 (soit 61 %). L’importance des sommes en jeu (sous forme d’un emprunt dont le remboursement augmentera les impôts) ne semble pas être rédhibitoire : de gros projets comme Seattle (193 millions de dollars, en 1998) ou Minneapolis (140 millions, en 2000) sont adoptés facilement. Un travail de terrain, de conviction, de pédagogie est nécessaire pour entraîner l’adhésion des contribuables.

79À Seattle, la directrice de la Public Library explique ainsi que le vote a été positif parce que ce travail de communication a été fait : « On a parlé aux gens, on les a écoutés, on a changé le projet pour tenir compte de ce qu’ils disaient » (American Libraries, décembre 1998). À Deerfield (Illinois), exemple inverse, un projet de 25 millions de dollars a été nettement repoussé (par 69 % des votes) : « Je pense que les bibliothécaires fournissent un service si bon que la population ne s’est pas vraiment rendue compte des insuffisances du bâtiment actuel », commente un des administrateurs de la Deerfield Public Library (American Libraries, janvier 2005).

80Enfin, dernier mode d’intervention des usagers : la défense de la Public Library en cas de besoin. Les crises budgétaires que traversent régulièrement les Public Libraries (tous les dix ans, disent les observateurs désenchantés) donnent l’occasion aux usagers de se mobiliser. La presse professionnelle fait largement écho à ces manifestations de soutien, si bien que l’on peut se demander si elles sont d’autant plus soulignées qu’elles sont rares. Sans préjuger, donc, de leur fréquence (qui n’est mesurée nulle part), il convient de les mentionner – d’autant plus qu’elles sont, elles aussi, un élément de différenciation d’avec les bibliothèques municipales françaises. Le scénario est simple : les pouvoirs publics annoncent que le prochain budget de la bibliothèque sera en baisse ; les bibliothécaires expliquent à la population ce que cela voudra dire en termes de services rendus (réduction des horaires d’ouverture, fermeture de bibliothèques de quartier, licenciement de personnel, etc.) ; les citoyens protestent ; souvent (mais pas toujours), les élus reviennent partiellement ou totalement sur leur décision.

  • 276 “Recession 2003 : More Cutbacks and Closures”, American Libraries on line.

81Ainsi, à la Mansfield/Richland County Public Library (Ohio), où l’état avait annoncé la suppression pure et simple de l’aide aux Public Libraries, « notre population a réagi par des coups de téléphone, des e-mails et des lettres à leurs députés. Nous savons qu’ils ont entendu ces protestations, puisqu’ils ont modifié le budget. » (Public Libraries, septembre-octobre 2003). En juin 2003, les administrateurs du Los Angeles County (Californie) redonnent à la County Library les 7 millions de dollars dont ils voulaient amputer son budget, après avoir été inondés (flooded) d’appels de soutien de la part des habitants276. Le gouverneur du Wisconsin a renoncé en 2003 à proposer de nouvelles diminutions de budget pour la State Library, après l’avalanche de protestations de l’année précédente (deluged by the public).

  • 277 Postés les 22 juillet, 28 octobre et 18 novembre 2002, American Libraries on line.

82La Cincinnati Public Library annonce le 16 juillet 2002 que la diminution de son budget va l’amener à fermer 5 de ses 41 bibliothèques de quartier, dont celle de Greenhill. Le lendemain, 17 juillet, 70 personnes se réunissent à la bibliothèque de Greenhill pour protester et témoigner de leur attachement : « La bibliothèque est le bâtiment le plus important de cette ville », déclare une habitante. Lors d’une audition avec le Library Board, en octobre, 400 personnes viennent protester. En novembre, le Library Board renonce à la fermeture des bibliothèques car « cette idée a rencontré l’opposition des habitants277 ».

  • 278 “Recession 2003 : More Cutbacks and Closures”, American Libraries on line.

83D’autres modes d’intervention sont plus inventifs : ainsi les concessionnaires automobiles de Ventura ont réuni les 67 000 dollars qui manquaient à la Ventura County Library pour garder ouvert son centre d’aide aux devoirs. « Si notre don permet à un seul enfant de recevoir une meilleure éducation, cela lui donnera toute sa valeur », dit Bob Gregory, président de Paradise Chevrolet278. Peut-être moins étonnant pour nous, une soirée de gala à Hollywood, à la Saint-Sylvestre 1999, a rapporté 2 millions de dollars à la Los Angeles Public Library. « Moins étonnant », si l’on considère qu’il est étonnant que des concessionnaires automobiles s’intéressent assez aux bibliothèques pour mettre la main à la poche : on peut dire qu’en France c’est un geste inusité.

  • 279 Posté le 26 août 2002, American Libraries on line.

84Le pouvoir d’influence des citoyens peut, évidemment, jouer aussi dans l’autre sens, contre les projets de la Public Library. On en cite quelques exemples, mais qui finissent bien : après avoir protesté contre un projet d’implantation, les habitants approuvent un autre projet ; après avoir voté contre un referendum augmentant les ressources de la bibliothèque, ils votent pour l’année suivante. Par contre, une position de principe intangible est celle des militants anti-impôts (anti-tax crusaders). Un exemple est celui, en 2002, d’un comté de l’état de Washington, le Stevens County : lassés de payer pour un service qu’ils n’utilisent pas, outrés par le salaire de la bibliothécaire, convaincus qu’Internet rend obsolète l’idée même de bibliothèque, ils réunissent assez de signatures pour faire organiser un referendum sur la fermeture de la bibliothèque du comté279. Un exemple proche, celui de l’état de Californie : le referendum, organisé en juin 2006 et destiné à financer à hauteur de 600 millions de dollars les projets de la State Library a été repoussé par 53 % des votants – un habitant de Palo Alto commente : « Il faut en finir avec ces dépenses déraisonnables. Internet a changé le monde et les bibliothèques sont beaucoup moins utiles aujourd’hui qu’avant » (American Libraries on line, posté le 9 juin 2006). En l’absence de statistiques nationales, il est difficile de dire si ce cas de figure est fréquent.

  • 280 Dans ma recherche sur la décision de construire une bibliothèque, j’ai montré que des influences po (...)

85En tout cas, en positif ou en négatif, l’implication des citoyens/contribuables est réelle. Les modes d’intervention le leur permettent : en France, nul referendum ne permet de compter ses partisans. Mais il serait loisible qu’ils interviennent auprès des décideurs, ce qui semble être très rarement le cas280. Par ailleurs, j’y reviendrai, les attaques contre les bibliothèques municipales de Marignane, d’Orange ou de Vitrolles n’ont pas suscité de mobilisation populaire.

86On peut en tirer deux enseignements complémentaires. Le premier est que rien n’est fait, en France, pour que les habitants, les usagers, les citoyens, les contribuables, s’expriment sur ce qu’ils attendent de leur bibliothèque et sur le prix qu’ils sont prêts à y mettre. Le second est que si rien n’est fait et si tout le monde semble trouver cette absence normale, c’est que les bibliothèques ne participent pas réellement de la vie démocratique locale. Au-delà de la rhétorique habituelle, force est de constater que, en France, les bibliothèques publiques ne sont pas un sujet qui concerne les citoyens. Dans les deux sens : cela ne les regarde pas et ils ne se sentent pas concernés. Un océan nous sépare bien des États-Unis.

Notes

204 « Le gouvernement le meilleur est celui qui gouverne le moins », dit une célèbre phrase de H. D. Thoreau. Dans son discours d’investiture, en 1801, Thomas Jefferson défend « un gouvernement sage et frugal, qui retiendra les hommes de se porter tort les uns aux autres et qui, pour le reste, les laissera libres de régler leurs propres efforts d’industrie et de progrès. »

205 La Documentation française. Rapport émanant de la jeune Direction des bibliothèques et de la lecture publique, qui avait pour principal objet de dresser un constat sévère (mais juste) de la réalité des bibliothèques municipales, pour conforter la Direction et son budget.

206 Cahiers des bibliothèques de France, 1954.

207 La lecture publique en France. La Documentation française, 1948.

208 Pascal Ory souligne la volonté de « l’Assemblée constituante, visant à éradiquer jusqu’aux moindres traces de la régionalisation, soupçonnée d’esprit “vichyste”. » (« Le rôle de l’État : les politiques du livre ». Histoire de l’édition française, tome 4, sous la dir. d’Henri-Jean Martin et Roger Chartier, Fayard-Cercle de la Librairie, 1992).

209 Pour donner une idée de l’écart entre la situation américaine et la situation française, on comptait environ 7 400 Public Libraries en 1945 et environ 400 bibliothèques municipales en 1948.

210 Oliver Garceau estime à 25 % les adhérents de l’ALA qui protestèrent par écrit, proportion considérable. (Oliver Garceau. The Public Library in the Political Process, op. cit., p. 177)

211 Dennis Thomison. A History of the American Library Association (1876-1972). Chicago, ALA, 1978. Michael Blayney ajoute un autre argument, celui que l’aide fédérale tuerait l’investissement local, en semblant dédouaner l’échelon local des responsabilités assumées jusque-là. (Michael Blayney. “Libraries for the Millions : Adult Public Library Services and the New Deal”. Journal of Library History, Summer 1977)

212 On estime à 2 500 le nombre de bibliothécaires sans emploi à l’été 1933, la moitié ayant été licenciés, l’autre étant des jeunes professionnels récemment diplômés et ne trouvant pas d’embauche.

213 Loleta D. Fyan. “Progress and Policies under the Library Services Act”. The Library Quarterly, oct. 1957. Ces deux états, dit-elle, montrèrent une « insurmontable opposition » à ce programme fédéral de subventions.

214 De fait, par le vote d’amendements successifs, le LCSA devint une sorte de dispositif fourre-tout destiné à aider le développement des Public Libraries.

215 « L’État et les collectivités locales ». Esprit, janvier 1970.

216 Dont le rapport est publié sous le titre La lecture publique en France, La Documentation française, 1968.

217 Anne-Marie Bertrand. Les villes et leurs bibliothèques, op. cit.

218 C’est bien 1986 qui marque le changement des procédures, alors que le nouveau ministère Lang et la Direction du livre alors dirigée par Jean Gattégno assument dès 1982 la politique suivie avant eux : « Non seulement la DLL a pu financer en 1982 près de 60 000 m² de bibliothèques municipales, contre 13 000 m² en 1981, mais la politique qu’elle a menée a eu pour effet capital de redonner aux élus le désir et la volonté d’équiper leur commune, donc de faire surgir des programmes et des plans là-même où jusque-là l’intérêt d’un service public de la lecture n’était pas perçu » (Brochure du ministère de la Culture, 2 ans de politique culturelle 81-83. Livre). Où l’on trouve plus que des traces du rôle d’entraînement de l’État, capable de donner ou redonner « aux élus le désir et la volonté » de construire une bibliothèque. Phrase qui n’aurait pas de sens aux États-Unis.

219 C’est en tant qu’outil éducatif que les bibliothèques sont dignes d’être soutenues et les deux expressions equalization of educational opportunity et equalization of library opportunities sont employées.

220 « Groupe de travail sur les bibliothèques municipales. Document préparatoire ». Service de la lecture publique, novembre 1973.

221 Le rapport Vandevoorde, Les bibliothèques en France, Dalloz, 1982, avait dans l’esprit de ses auteurs la mission de montrer chiffres en mains la situation très préoccupante des bibliothèques.

222 Les services administratifs qui existent ont un rôle de gestion des budgets fédéraux et non un rôle d’incitation politique comme en France.

223 Albert Ronsin. Intervention devant le Congrès de l’ABF, à Colmar en 1972.

224 Cité par Verna Pungitore, Innovation and the Library : The Adoption of New Ideas in Public Libraries. Greenwood Press, 1995.

225 Edward J. Elsner. “The Evolution of PLA’s Planning Model”. Public Libraries, July-August 2002. Les versions successives des manuels de la PLA vont toutes dans le sens d’une singularisation des établissements, centrés sur leur propre population à desservir (a community centered planning process, résume Edward Elsner). Après le Planning Process de 1980, il s’agit du Planning and Role Setting for Public Libraries (1987), de Planning for Results : A Public Library Transformation Process (1998) et de The New Planning for Results : A Streamlined Approach (2001).

226 Mary N. Maack, “Public Libraries in Transition”, op. cit., dit que beaucoup de directeurs de bibliothèque se trouvaient mal à l’aise (uncomfortable) dans cet abandon de standards nationaux. Des compromis furent passés sur ce point (notamment dans Planning and Role Setting Manual, en 1987), mais sans renoncer à mettre en avant la singularité de chaque situation : Excellence must be defined locally.

227 “Not a single state has transmitted to the committee in writing or even orally a request for this program”, argumente le Républicain Walter Judd en 1950 (cité par Douglas Raber, “Ideological Opposition to Federal Library Legislation : The Case of the Library Services Act of 1956”, Public Libraries, May/June 1995)

228 Ibid.

229 Peter Fuller. “LSA and LCSA, 1956-1973 : A Legislative History”. Library Trends, July 1975.

230 Ils permettent de subventionner 46 700 m² de constructions en 1974, et seulement 13 000 m² en 1981.

231 Pour une politique du livre : rapport à monsieur le Premier ministre. La Documentation française, 1975.

232 Expression reprise par le Premier ministre, Georges Pompidou, en 1966.

233 Alice Gertzog, Edwin Beckerman. Administration of the Public Library, op. cit. En 1993, les États-Unis comptaient 7 175 villes et 3 043 comtés. La structure du pouvoir dans les comtés étant comparable à celle des villes, je ne traiterai que de ces dernières.

234 Robert D. Leigh. The Public Library in the United States, op. cit.

235 Alice Garrigoux. La lecture publique en France. La Documentation française, 1972.

236 James A. Ubel. “Library Board Forms”. Library Trends, July 1962.

237 Robert D. Leigh. The Public Library in the United States, op. cit. Il écrit que le bas budget ne génère qu’une basse température lors des débats budgétaires (low cost, low temperature).

238 Edwin Beckerman. Politics and the American Public Library : Creating Political Support for Library Goals. The Scarecrow Press, 1996, p. 27. Il parle, bien sûr, des journalistes américains.

239 Edwin Beckerman écrit encore : « En général, les hommes politiques sont bien disposés à l’égard des bibliothèques, comme ils le sont à l’égard de Dieu, de la maternité, du base-ball et (aije besoin de le dire) de la tarte aux pommes. » Oliver Garceau le disait déjà, cinquante ans plus tôt : « Personne ne s’oppose à la bibliothèque ; presque tout le monde l’approuve. Mais, avec la même unanimité, presque personne ne veut payer beaucoup pour elle. Ce que les bibliothécaires combattent, c’est l’indifférence. » (Oliver Garceau. The Public Library in the Political Process, op. cit., p. 111)

240 L’intercommunalité va sans doute changer non seulement l’organisation mais le poids des bibliothèques dans le système politique local. Il est trop tôt, aujourd’hui, pour en faire une analyse historique.

241 Anne-Marie Bertrand. Les villes et leurs bibliothèques, op. cit.

242 Pouvoirs, n° 73, 1995.

243 Dans la France urbaine, les listes « hors partis » ont disparu. Sur ce point, Élisabeth Dupoirier, Gérard Grunberg, Béatrice Roy. « L’évolution électorale de la France urbaine (1971-1983) ». Revue française de science politique, n° 1, 1985.

244 Alain Faure. « Pouvoir local en France : la management mayoral à l’assaut du clientélisme », Politiques et management public, n° 3, 1991.

245 Edwin Beckerman. Politics and the American Public Library, op. cit., p. 23. Oliver Garceau cite des bibliothécaires qui « se sentiraient nus et sans défense s’ils devaient aller seuls à la mairie ou devant les administrateurs du comté » (Oliver Garceau. The Public Library in the Political Process, op. cit., p. 54)

246 Phyllis Dain. “American Public Libraries and the Third Sector : Historical Reflections and Implications”. Libraries & Culture, Winter 1996. Elle parle du “total disdain for the political process » qui animait les bibliothécaires pendant tout le XIX e siècle. Et James Ubel souligne : « Il y a une idée presque universelle chez les bibliothécaires qui est que la Public Library doit être protégée de la politique par un puissant Library Board – le Board devant agir comme un tampon entre la bibliothèque et la mairie. » (James A. Ubel. “Library Board Forms”, op. cit.)

247 Oliver Garceau cite la définition que donne l’ALA : « Le Board décide de la politique. Le bibliothécaire a le plein contrôle de la gestion et prend toutes les décisions professionnelles. » Il commente : « It definites nothing. » (Oliver Garceau. The Public Library in the Political Process, op. cit., p. 107)

248 Oliver Garceau encourage les bibliothécaires à « garder toujours un œil sur eux, les tenir occupés, leur rendre la vie agréable » (keep them busy, keep them happy).

249 Virginia Young, qui fut présidente de l’association des membres des Library Boards (American Library Trustee Association), une des branches de l’ALA, dit fièrement : « Qu’ils soient grands ou petits, forts ou faibles, efficaces ou incompétents, ce sont eux qui gèrent les Public Libraries américaines » (Virginia G. Young. “Library Governance by Citizen Boards”. Library Trends, vol. 26, n° 2, Fall 1977)

250 Jane Robbins. Citizen Participation and Public Library Policy, The Scarecrow Press, 1975. À titre d’exemple, le Library Board de la Chicago Public Library est composé, en 1968, de neuf membres : un ingénieur, un pasteur, un syndicaliste, un opticien, un journaliste, un professeur d’université, un bibliophile (spécialiste de l’époque de Lincoln) et deux femmes dont on sait seulement qu’elles sont des militantes associatives ; soit sept Blancs et deux Noirs (Lowell Martin. Library Response to Urban Change : A Study of the Chicago Public Library. ALA, 1969).

251 James A. Ubel. “Library Board Forms”, op. cit.

252 Virginia G. Young. “Library Governance by Citizen Boards”, op. cit.

253 En 1977, les ressources venaient en moyenne du budget public local pour 75 %, de l’État pour 7 %, du niveau fédéral pour 8 % et des ressources propres pour 10 % (Donald Sager, Managing the Public Library, op. cit.). À Chicago, en 1968, l’impôt local produisait 83 % du budget, l’aide de l’état 16 % et les ressources propres 1 % (Lowell Martin, Library Response to Urban Change, op. cit.).

254 Anne-Marie Bertrand. Les villes et leurs bibliothèques, op. cit, p. 114. En 1982, la part municipale descendait à 78,7 % des dépenses, en 1983, 82,5 %. Dès 1985, la jauge revenait à 90 %.

255 Une enquête menée sous la direction de George D’Elia en 1992 montre que le public plébiscite le(s) rôle(s) éducatif(s) de la Public Library : est considéré comme « très important » le rôle de la bibliothèque (dans l’ordre) comme soutien éducatif pour les étudiants (88 %), comme centre de ressources pour les adultes en formation (independent learners, 85 %) et comme centre de découverte pour les enfants d’âge pré-scolaire (83 %) (George D’Elia. The Roles of the Public Library in Society : The Results of a National Survey. Final Report. Evanston, Urban Libraries Council, 1993). George D’Elia note que, comme dans la plupart des enquêtes de pratiques culturelles, il y a un écart entre ce que les gens disent apprécier, estimer (value) (la bibliothèque comme ressource éducative, au sens large) et ce qu’ils utilisent (use) réellement (l’emprunt de documents principalement, des fictions, popular materials).

256 Edwin Beckerman. Politics and the American Public Library, op. cit., p. 40. Ainsi, en mai 2002, pour expliquer les dommages que pourraient causer les coupes budgétaires envisagées pour la New York Public Library, un petit Croate de 10 ans vient témoigner devant le Conseil que, jeune immigrant, il avait appris l’anglais grâce à la bibliothèque (American Libraries on line, posté le 3 juin 2002).

257 Anne-Marie Bertrand, Martine Burgos, Claude Poissenot, Jean-Marie Privat. Les bibliothèques municipales et leurs publics. BPI, 2001. 93 % des usagers des bibliothèques municipales et 75 % des non-usagers considèrent que la bibliothèque est « utile à tous » (p. 64).

258 Eugène Morel. La librairie publique, op. cit., p. 7.

259 Il écrit aussi : « Si la France se caractérise par la moindre intensité de la vie d’association et la faiblesse relative du gouvernement local, ce sont là deux facteurs conjugués qui ne favorisent pas la prise de conscience des besoins réels de la population et la traduction de cette prise de conscience dans les faits par la mise en œuvre de réalisations concrètes destinées à répondre à ces besoins ». Jean Hassenforder, Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, op. cit., p. 105.

260 Je parle ici non pas des lobbys (industrialo-militaires, agro-alimentaires, pharmaceutiques, etc.) mais des associations ou groupes locaux, tels les associations de parents d’élèves ou les amis de la bibliothèque.

261 Stanley Hoffmann. Essais sur la France : déclin ou renouveau ? Éditions du Seuil, 1974, p. 173. Il ajoute que la France, « une nation qui a traditionnellement accepté l’idée, développée sous l’Ancien Régime et reprise par la Révolution, que seul l’État représente l’intérêt général, continue à considérer les groupes privés avec suspicion », p. 503.

262 Pascal Viot. « Enjeux et perspectives de l’engagement associatif », Lecture publique et territoires : trente ans de mutations en BDP. Presses de l’enssib, 2005.

263 « L’administration est porteuse de l’intérêt général, à la fois parce qu’elle est subordonnée aux représentants élus de la nation, et parce qu’elle est dépositaire d’un savoir qui lui permet de s’élever au-dessus des querelles partisanes traversant la représentation politique », écrivent François d’Arcy, Claude Gilbert et Guy Saez, « Nouveaux clivages dans les élites étatiques », Administration et politique sous la Cinquième République, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1981.

264 Hugues Van Besien. « Comités d’usagers : le retour ? », Bulletin d’informations de l’ABF, n° 187, 2000.

265 Jean-Luc Gautier-Gentès. « Réflexions exploratoires sur le métier de directeur de bibliothèque », Bulletin des bibliothèques de France, t. 44, n° 4, 1999.

266 Christophe Evans. « La place des publics dans le modèle français : une approche sociologique ». Quel modèle de bibliothèque ?, op. cit., p. 86-87.

267 Christophe Evans ajoute : « On ne remplace pas facilement et rapidement un symbole soutenu par un système de normes et valeurs professionnelles. »

268 Entretien avec Fred Schlipf, directeur de la bibliothèque, 15 juin 2005.

269 John Jaeger. “User Fees, Community Goods and the Public Library”. Public Library Quarterly, 1999, n° 2.

270 Virginia G. Young. “Library Governance by Citizen Boards”, op. cit.

271 « Dans cette vie urbaine sous pression, certains peuvent plus facilement faire un chèque que donner de leur temps », Merrily Taylor, “It’s Hard to Make New Friends : What to Think About in Creating a Friends of the Library Group”, Library Trends, Winter 2000.

272 Miriam Sawyer. “Centennial Birthday Bash”, Public Libraries, January-February 1996.

273 Support or strongly support increasing taxes for Public Library services in their community”, “The Public Library : A National Survey”, sur le site de l’ALA :
< http://www.ala.org/ala/pio/piopresskits/2004placonferencepresskit/004PublicLibraryNatio.htm >.

274 Richard B. Hall. “Referenda for Public Library Buildings 1988”, Library Journal, 15 June 1989. Richard Hall signale que les données étant déclaratives, elles ne sont pas forcément exactes, certaines bibliothèques pouvant s’abstenir de faire part de leur échec.

275 Richard B. Hall. Financing Public Library Buildings. Neal-Schuman Publishers, 1994, p. 190.

276 “Recession 2003 : More Cutbacks and Closures”, American Libraries on line.

277 Postés les 22 juillet, 28 octobre et 18 novembre 2002, American Libraries on line.

278 “Recession 2003 : More Cutbacks and Closures”, American Libraries on line.

279 Posté le 26 août 2002, American Libraries on line.

280 Dans ma recherche sur la décision de construire une bibliothèque, j’ai montré que des influences pouvaient s’exercer soit par le biais des amis de la bibliothèque, soit par celui des enseignants, soit par celui de militants politiques. Mais les cas semblent rares et ne concernent pas l’expression des citoyens ordinaires (Anne-Marie Bertrand, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit).

© Presses de l’enssib, 2010

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search