Version classiqueVersion mobile

Bibliothèque publique et Public Library

 | 
Anne-Marie Bertrand

Chapitre II. Deux histoires, deux héritages

Texte intégral

1La lecture a une histoire – « Lire n’est pas un invariant anthropologique sans historicité », dit Roger Chartier.

2Les bibliothèques ont une histoire (et une géographie).

  • 110 Michel Melot. « Pour une géopolitique des bibliothèques », in Anne-Marie Bertrand, Anne Kupiec, Ou (...)

3Les bibliothèques publiques ont une histoire – à la fois commune et très différente. Chaque pays, dans son histoire politique, sociale, religieuse, culturelle, intellectuelle développe, a développé un modèle particulier de bibliothèque, même si certains grands traits sont communs à beaucoup d’entre eux. Ou, plus exactement, même si certaines grandes familles peuvent être distinguées. Ainsi, pour les pays occidentaux, les familles « doctrinale » et « libérale », baptisées et décrites par Michel Melot : d’un côté, le modèle doctrinal, qui prend essor en Europe chez les humanistes italiens et les libres penseurs français et qui, de Montaigne à Naudé, fait de la bibliothèque une construction intellectuelle, « une institution fragile, contestée, une arme dans la lutte d’une libre pensée », « une bibliothèque choisie […] par des penseurs qui devenaient, en quelque sorte, les auteurs de leur collection. » De l’autre côté, le modèle libéral, « où l’on peut voir l’œuvre de la Réforme, animée par un rapport nouveau au savoir qui n’est plus ni doctrinal ni anecdotique, un savoir intégré dans la pratique religieuse, un devoir de connaissance. À partir de cette époque et de ce lieu, la bibliothèque n’est plus un puits au fond duquel il faut aller chercher la science, mais une rivière qui irrigue et fertilise la vie quotidienne et permet à chacun de gagner son salut.110 » D’un côté (disons ici, du côté français), une bibliothèque qui tient un discours sur le monde et où « la primauté de la politique de l’offre » s’appuie sur le rôle collectionneur des bibliothécaires ; de l’autre côté (donc, du côté américain), une bibliothèque où la connaissance sert à la maîtrise du monde, qui doit « répondre mot pour mot à toutes les demandes » et à qui « un empirisme élevé à la dignité de doctrine [peut] donner sa véritable dimension », écrit encore Michel Melot.

  • 111 Alexis de Tocqueville. De la démocratie en Amérique, tome 2, Gallimard (Folio), 1961, p. 17.
  • 112 Blandine Kriegel. Philosophie de la République. Plon, 1998, p. 145.

4Le poids de la tradition religieuse, Alexis de Tocqueville, évidemment, l’avait déjà souligné : « C’est la religion qui a donné naissance aux sociétés anglo-américaines : il ne faut jamais l’oublier ; aux États-Unis, la religion se confond donc avec toutes les habitudes nationales et tous les sentiments que la patrie fait naître.111 » Les bibliothèques, elles aussi, ont été façonnées par cette influence. L’analyse de Blandine Kriegel propose un raccourci éclairant de l’origine calviniste des bibliothèques « libérales » : « L’aboutissement du calvinisme radical, c’est une Église libre dans un pays libre où, de surcroît, chacun a le droit d’interpréter, à son gré, la parole de Dieu […]. Le jardin d’Eden a été abandonné, et la seule chance de l’homme, son salut, réside dans le labeur du travail et dans les affaires de la cité, dans l’ordre économique et politique, dans la possibilité de bâtir, par l’exercice de la raison et par la tension de l’effort corporel, un monde plus puissant et plus prospère, où il est exclu de trouver, sur terre, la maison de Dieu.112 » Et aussi : « Le nihilisme radical restitue l’homme à une liberté aussi revigorante que le climat froid de l’Europe du Nord a été fatal à Descartes. Elle a conduit à conquérir l’Amérique du Nord, à abattre les bouleaux et à épierrer les champs de la Nouvelle-Angleterre au moment même où les Espagnols pillaient les trésors d’une nature généreuse et dispendieuse. » Elle a conduit les Américains à concevoir des bibliothèques publiques, ouvertes et utiles, au moment où Espagnols et Français thésaurisaient le trésor inaccessible des siècles passés.

  • 113 Cette transformation de « l’être-au-monde », Marcel Gauchet, d’ailleurs, la constate bien avant «  (...)
  • 114 « Les boutiquiers puritains qui avaient appris à parler à Dieu devant leurs apprentis, leur femme (...)
  • 115 L’historien des bibliothèques québécoises, Marcel Lajeunesse, insiste sur le poids du clergé comme (...)

5Le protestant qui fait fructifier les dons du Seigneur dans ce monde « intégralement occupable » (Marcel Gauchet113), l’homo œconomicus, « l’homme rationnel et industrieux » (Locke) qu’appelait nécessairement ce continent à découvrir et à peupler, ont une approche particulière du livre, du savoir et, donc, de la bibliothèque. Approche non médiée, approche utilitaire : non médiée car l’accès direct au Livre est la norme dans une religion qui se fonde sur « le sacerdoce de tous les croyants » et prône la responsabilité individuelle114 ; utilitaire car la réussite ici-bas suppose une prise sur le monde et l’acquisition des savoirs nécessaires. Le faible développement des bibliothèques du sud de l’Europe (latines, catholiques), l’écart de temporalité entre le développement des bibliothèques québécoises (catholiques) et du Canada anglophone (protestant)115 sont des manifestations bien connues de ce différentiel dû à l’histoire religieuse.

  • 116 Robert Damien. Bibliothèque et État : naissance d’une raison politique dans la France du XVIIe siè (...)
  • 117 Robert Damien. Le conseiller du Prince de Machiavel à nos jours : genèse d’une matrice démocratiqu (...)

6Michel Melot brièvement, Jean Hassenforder ou Robert Damien plus longuement ont à leur tour souligné le poids des héritages catholique ou réformé sur le rapport au livre et à la bibliothèque. Car la bibliothèque dans son expansion sans fin « atteste de l’absence d’une vérité totale et unique et en conséquence, de l’insuffisance de chaque livre puisqu’il y faut toujours ajouter », analyse Robert Damien116. La bibliothèque serait la conséquence de l’insuffisance de la Bible, idée sacrilège qui explique l’hostilité structurelle que la tradition catholique oppose aux bibliothèques : « La désacralisation consiste à admettre la pluralité abondante des livres, sans qu’aucun puisse revendiquer le privilège ontologique d’être. Le Livre où tout se tient et qui contient le tout. Il s’agit bien de se délivrer de cette névrose du texte référentiel et vénéré. Le fantasme religieux du Texte est l’obstacle épistémologique qui empêche le développement séculier de la bibliothèque et de son savoir déposé. La logique du Livre est en effet de réduire la bibliothèque au texte unique de la Bible.117 »

  • 118 “The library is an artifact of our historical landscape”. Kenneth Carpenter, Thomas Augst. “The Hi (...)

7Ainsi, les bibliothèques sont des artefacts construits par l’histoire118. En particulier, on le voit, par l’histoire religieuse. Ici, tout en intégrant cette analyse, je traiterai principalement d’autres héritages, les héritages politiques qui ont aussi, on s’en doute, une importance matricielle. Pour comprendre l’identité des bibliothèques publiques aujourd’hui, il faut nécessairement remonter à leur naissance, à leur socle et à leurs fondations.

AUX ÉTATS-UNIS

8Si l’histoire des bibliothèques en France est parsemée de légendes et de figures héroïques, cette caractéristique est encore bien plus vraie des bibliothèques américaines. C’est ainsi non seulement les origines de la Public Library qui sont narrées dans des pages enthousiastes, mais aussi les valeurs, l’éthique, la Library Faith, qui animent les bibliothécaires américains, qui font l’objet de développements innombrables et vertueux – au point d’avoir suscité un courant historique critique. Cet enthousiasme, voire cette emphase, font partie du regard porté sur la Public Library, de la représentation qu’en a la population américaine. Ils magnifient l’histoire et le présent. Ils sont peut-être l’une des premières différences sensibles entre bibliothèques françaises et bibliothèques américaines.

La naissance de la Public Library

  • 119 Jesse Shera est l’auteur des Foundations of the Public Library. The Shoe String Press, 1965, et, a (...)
  • 120 La moitié n’a pas duré plus de 35 ans.

9De même que Naudé serait (à tort) considéré comme l’inventeur de la bibliothèque publique, de même Benjamin Franklin est considéré à tort comme l’inventeur de la Public Library. À Philadelphie, avec son club d’amis, son Junto, il fut cependant un des premiers à décider de mettre en commun des livres, pour le bien de tous : en ce sens, il peut être considéré comme un des initiateurs du « concept de propriété collective » des livres (Jesse Shera119). Sa Library Company of Philadelphia, fondée en 1732, est un des premiers exemples des social libraries, bibliothèques associatives destinées à donner accès à des livres par la mise en commun de ressources, pour nourrir la curiosité, la soif de savoir et l’organisation de débats – et créées à l’initiative d’individus ou de groupes d’individus, à l’image des book clubs anglais. La forme associative, si importante pour la future organisation des bibliothèques, n’est, au départ, qu’une commodité, le système le plus efficace pour mener un projet commun. De la même façon, dans la jeune Amérique qui conquiert son continent, la construction des routes, l’alimentation en eau ou la lutte contre les incendies sont prises en charge par des individus regroupés en associations. Ces bibliothèques (collectives mais non publiques) ont connu leur âge d’or dans la première moitié du XIXe siècle. En 1850, on en comptait plus d’un millier en Nouvelle-Angleterre. Mais leur espérance de vie excédait rarement celle de leurs fondateurs : une fragilité récurrente était liée au caractère volontaire, et forcément éphémère, du groupement des fondateurs de la bibliothèque120.

  • 121 Les historiens avertis rappellent que la première bibliothèque financée sur budget public a vu le (...)
  • 122 Il faudra plus de dix ans aux promoteurs de cette idée pour vaincre l’apathie de la population, di (...)

10L’évolution de ces premières activités vers une forme « publique » est rendue possible par l’urbanisation rapide de la Nouvelle-Angleterre et par l’amélioration du niveau de vie. La naissance officielle, consacrée, de la Public Library a lieu à Boston en 1854, premier exemple célèbre (et célébré) où une bibliothèque est prise en charge par les pouvoirs publics – et, donc, premier exemple d’une bibliothèque financée par l’impôt (tax-supported library)121. Boston, alors la quatrième ville des États-Unis (93 000 habitants) et la plus importante pour le commerce des livres, est dans une phase de croissance rapide et de centralisation de ses services. Au-delà du pittoresque et des aléas de cette création122, il faut retenir la forme sous laquelle cette bibliothèque a été créée. Il s’agit de la réunion sous les auspices publiques de plusieurs social libraries. Le service est municipal, mais doté d’une instance de gouvernement autonome. Le financement est public et privé. Quel sens donner à ces choix ?

11Réunir les social libraries sans perdre le contrôle de l’institution : voilà les raisons pour lesquelles c’est un fonctionnement proche du fonctionnement associatif qui est adopté à Boston, et qui le sera presque partout, car il est devenu une des clés de l’identité de la Public Library. La création d’un Board of Trustees est votée dès 1852, il sera composé de deux membres du Common Council et de cinq citoyens désignés par le maire.

12Comme pour les social libraries, la participation financière (volontaire) des citoyens est un mode usuel de financement. À quoi s’ajoute, grande nouveauté, le financement public : l’impôt. Le financement public n’est possible, souhaitable, accepté que parce que la bibliothèque est reconnue comme utile à l’ensemble de la population (parce qu’elle est un service public, dirait-on en France). C’est pourquoi le but de la bibliothèque, la population au bénéfice de qui elle est créée sont des sujets d’importance capitale – et abondamment étudiés. Pour en rester à l’exemple de Boston, trois types d’arguments sont avancés pour justifier l’ouverture à l’ensemble de la population. Le premier est que la démocratie naissante a besoin d’électeurs qui prennent des décisions éclairées. Le deuxième est que la société et l’économie ont besoin d’outils qui permettent la qualification de chacun. Enfin, le troisième est qu’il faut canaliser la rudesse et les mauvais penchants des masses ignorantes, au premier rang desquelles les nombreux immigrants qui viennent peupler l’Amérique du XIXe siècle. Reprenons cet argumentaire.

  • 123 Sidney Ditzion. Arsenals for a Democratic Culture, op. cit, p. 52.
  • 124 Rappelons cependant que les Noirs ni les femmes, alors, ne votent.
  • 125 Sidney Ditzion. Arsenals for a Democratic Culture, op. cit., p. 60.

13Dès le milieu du siècle, le principe démocratique est acquis par la population elle-même. « Les concepts de droits de l’homme, d’égalité politique, et d’autorité résidant dans le peuple tout entier sont désormais fermement fixés dans le credo américain.123 » L’exercice du droit de vote, libéralement attribué entre tant de mains124, doit être exercé par des citoyens conscients et informés. Les livres, et donc la bibliothèque, sont les outils de cette éducation. « Les livres étaient à la fois les catalyseurs et les guides pour l’esprit créatif qui gît dans tout être humain. Ils étaient la machinerie qui produirait des citoyens plus intelligents, mieux informés, utiles et respectables.125 » « Éclairez le peuple », demandait Thomas Jefferson. Et James Madison : « Un gouvernement populaire sans information pour le peuple, ni les moyens pour le peuple d’y avoir accès n’est qu’un prologue à une farce, à une tragédie ou les deux à la fois. Le savoir l’emportera toujours sur l’ignorance. »

  • 126 Adrien Lherm. « Existe-t-il une culture américaine ? », in André Kaspi, François Durpaire, Hélène (...)

14La deuxième famille d’arguments est proche : cette fois ce n’est plus la démocratie, c’est la société, c’est l’économie qui ont besoin que l’ignorance soit combattue, car elles ont besoin de chefs de famille aptes à prendre les meilleures décisions, de fermiers compétents, d’ouvriers qualifiés. S’y ajoute le rêve américain de l’ascension sociale qui ne peut se faire que par le travail et sa propre amélioration (self-improvement) – le self-made man a besoin de bibliothèques. L’éthique du travail, le souci du rendement, la mobilisation des énergies induisent une approche utilitaire du savoir : « Il n’y a pas de place pour d’autres cultures que celles des champs, de l’atelier, de la boutique, ou du bureau.126 » La bibliothèque est un outil de formation. À ce titre, le financement public lui est dû au même titre qu’il est dû aux écoles publiques.

  • 127 Mais que Shera et Ditzion mentionnent clairement.
  • 128 Michael H. Harris. “The Role of the Public Library in American Life : a Speculative Essay”, Univer (...)
  • 129 Ibid.

15Enfin, type d’arguments moins positif127, il s’agit aussi d’exercer un contrôle social sur les foules de pauvres, de Noirs, d’immigrants qui peuplent, de plus en plus nombreux, les métropoles naissantes. Car les fondateurs tant loués de la Boston Public Library n’avaient pas que des buts désintéressés, dit Michael Harris128 : le débat des années 1850 entre ses fondateurs Edward Everett et George Ticknor doit être revisité. Il ne s’agit pas tant d’un désaccord technique sur le projet (une bibliothèque de référence pour Everett, une bibliothèque populaire pour Ticknor) : ni l’un ni l’autre ne sont des libéraux et ni l’un ni l’autre n’ont vraiment confiance en l’homme ordinaire (the common man). La bibliothèque largement ouverte à tous, dans l’idée de Ticknor, est le meilleur moyen de faire de tous des « hommes sobres, vertueux, conservateurs, endurants et dévots, en bref, d’en faire des hommes comme lui.129 » Le vice, la pauvreté, l’étrangeté : voilà ce que la Public Library doit contribuer à combattre. Elle sera un facteur de moralité (pour les pauvres en voie de dépravation) et d’américanisation (pour les immigrants).

16Affichés, demi-avoués ou cachés, les objectifs assignés aux Public Libraries sont désormais fixés dans leurs grandes lignes. Former un peuple de citoyens, contribuer à l’élévation de chacun et au progrès de tous, intégrer le peuple si divers de ce jeune pays. Ces objectifs ont su mobiliser largement autour d’eux, grâce à la profession naissante des bibliothécaires dont l’association professionnelle, the American Library Association (ALA) créée en 1876, eut pour premier slogan dès 1879 : « Les meilleurs livres pour le plus grand nombre au moindre coût ».

  • 130 Citations extraites de Gwladys Spencer. The Chicago Public Library : Origins and Backgrounds. Univ (...)

17Ils ont cours, depuis lors, de façon à peu près intangible. Ils ont notamment été les pierres de touche de la création de si nombreuses bibliothèques dans les villes grandes et moyennes dans la seconde moitié du XIXe siècle. On les retrouve ainsi dans la création de la Chicago Public Library. Alors qu’une social library, créée en 1841 et gérée par la Young Man’s Association, faisait office de bibliothèque publique, les appels à la prise en charge publique (par l’impôt) restèrent longtemps vains. En 1866, le président du Library Committee appelait la ville à reconnaître « de manière claire la nécessité et la grande valeur d’une Public Library comme instrument de développement intellectuel et de réelle prospérité. ». En 1871, le Chicago Tribune fait campagne en faveur de la création d’une tax-supported library : « L’école bénéficie de cet avantage », explique l’éditorialiste : « Il y a exactement le même besoin d’une bibliothèque publique que d’une école publique et il y a les mêmes fortes raisons pour soutenir l’une comme l’autre par des taxes levées sur la population.130 » La mobilisation des lecteurs et de quelques leaders d’opinion permit d’aboutir en 1872. L’historienne fait de cette création un exemple parfait du modèle de bibliothèque publique : « Dès son origine, cette bibliothèque fut populaire, autorisée par l’état, soutenue par l’impôt, administrée par un conseil, à caractère indépendant, service municipal promouvant l’objectif général d’éducation, de loisir et de culture dans la ville de Chicago. »

  • 131 Cité par Michael Harris. “The Role of the Public Library in American Life”, op. cit.
  • 132 Une bibliothécaire en 1903, citée par Michael Harris. “The Role of the Public Library in American (...)

18On les retrouve, ces principes de départ mais quelque peu déformés, dans la grande œuvre philanthropique de Carnegie, qui voulait à la fois rendre à la société ce qu’elle lui avait donné (de l’argent), aider les jeunes gens pauvres et méritants à s’élever dans la vie comme il l’avait lui-même fait et, par l’éducation, contribuer à maintenir l’ordre : « La connaissance fait des hommes non pas de violents révolutionnaires, mais de prudents réformistes ; non pas des destructeurs mais de soigneux progressistes.131 » Les ouvriers, les pauvres et surtout les immigrants sont l’objet avoué de ce mouvement d’acculturation qui, lié à l’idée d’intégration dans une nouvelle patrie, portera le nom d’américanisation, la bibliothèque étant ainsi désignée comme une Americanizing institution132.

19La fin du XIXe siècle, le début du XXe siècle, et pas seulement sous l’influence des philanthropes, sont ainsi marqués par une interprétation morale, voire moralisante, des principes démocratiques originels. Sidney Ditzion analyse cette déformation des premiers idéaux comme un paternalisme conservateur qui ira jusqu’à l’imposition de ses propres idées ou préjugés.

20Autre écart, non seulement les principes sont appliqués de façon quelquefois lointaine, mais surtout la distance entre les principes affichés et la réalité des services rendus est considérable. C’est ce que montre la grande enquête de 1948, la Public Library Inquiry.

La Public Library Inquiry

  • 133 Robert D. Leigh. The Public Library in the United States : The General Report of the Public Librar (...)
  • 134 Bernard Berelson, avec la participation de Lester Asheim. The Library’s Public : A Report of the P (...)
  • 135 Oliver Garceau. The Public Library in the Political Process : A Report of the Public Library Inqui (...)

21Commanditée par l’ALA en 1947, financée par la Carnegie Corporation, réalisée par le Social Science Research Council sous la direction de Robert Leigh, la Public Library Inquiry mobilise pendant deux ans vingt-quatre chercheurs, sociologues, politologues, économistes, qui menèrent 19 études différentes pour apprécier le rôle de la Public Library dans les États-Unis d’après-guerre. Trois des rapports publiés nous intéressent particulièrement, le rapport général133, l’étude sur le public et ses usages134, l’analyse de la place de la Public Library dans le monde politique135. Ils analysent finement la relation entre les grands principes affichés et partagés par les responsables des bibliothèques comme par les bibliothécaires, les services effectivement rendus (et les collections effectivement proposées) et l’usage réel qui en est fait par la population.

  • 136 Robert D. Leigh. The Public Library in the United States, op. cit., p. 13.

22Après la deuxième guerre, la Public Library continue à être gouvernée par les grands principes démocratiques que ses fondateurs avaient promus : proposer des collections aptes à former des citoyens éclairés et à enrichir la vie de chacun ; être un centre d’information pour toute la population ; aider et encourager enfants, jeunes, hommes et femmes dans leur formation tout au long de leur vie. Ces grands principes reposent sur la Library Faith, « la croyance en la vertu du texte écrit, en particulier du livre, dont la lecture est bonne en soi et dont sort ce qui est bon.136 » La Public Library est donc vue d’abord comme un outil d’éducation et de formation, de self-improvement, basé sur la diffusion de livres. Ces principes, qu’élus, membres des Library Boards, citoyens, bibliothécaires, semblent toujours approuver, devraient être mis en œuvre par des collections et des services adaptés qui, eux-mêmes, devraient recevoir un accueil chaleureux, voire enthousiaste, de la population. Or, l’enquête montre que ces effets attendus ne sont pas au rendez-vous. Quarante ans avant que les bibliothèques françaises soient également confrontées par des sociologues à leurs résultats décevants au regard de leurs ambitions, les bibliothèques américaines sont mises en question.

  • 137 Ibid., p. 136.

23La formation des citoyens, l’éducation après l’école, hors de l’école (after school, post-school, out of school sont également employés), la formation d’un jugement éclairé, l’intérêt pour les affaires publiques, tous ces objectifs ne peuvent s’appuyer que sur des collections de documents d’un bon niveau, habilement sélectionnés et conseillés, et sur des services de référence (nous dirions – nous disions – salles d’étude). La Public Library Inquiry montre, au contraire, des collections faibles en nombre, d’une qualité médiocre, où la fiction occupe une place de choix. « Excepté dans les grandes villes, la bibliothèque n’est pas dotée des moyens qui lui permettraient de rendre les services définis par les objectifs officiels ou issus de l’idée que dans une démocratie le peuple doit bénéficier des mêmes chances d’apprendre (equal opportunities to learn)137 » : telle est la conclusion sévère de Robert Leigh.

  • 138 Les adhésions (registration) sont valables 3 ans. L’enquête ne compte que les emprunteurs actifs.
  • 139 Bernard Berelson. The Library’s Public, op. cit., p. 10.

24Ces bibliothèques, même infidèles à leurs principes fondateurs, sont-elles aussi fréquentées que leur image le laisse supposer ? Non. Après correction des données statistiques138, c’est le chiffre de 10 % d’usagers dans la population adulte qui est obtenu si on compte les personnes ayant emprunté au moins un livre dans le mois précédent, 18 % si l’on prend en compte les emprunts dans les douze mois précédents. Pour les enfants, les estimations correspondantes sont respectivement de 33 et 50 %139.

25De son côté, Bernard Berelson met en évidence l’écart entre l’image positive qui est attachée à la Public Library et son faible usage. « Bien que la plupart des adultes aiment la Public Library, la plupart d’entre eux ne la fréquentent pas. » Il cite même un sondage mené dans des grandes villes, où était posée la question : « Est-ce que ce serait très différent 1. Pour vous, 2. Pour la ville, s’il n’y avait pas de Public Library dans la commune ? »

Pour vous

Pour la ville

Très différent (great deal)

21 %

78 %

Un peu différent (quite a bit)

16 %

16 %

Pas vraiment différent (not much)

61 %

2 %

Sans opinion

2 %

4 %

  • 140 Ibid., p. 85-87.

26Commentaire de Bernard Berelson : « Le grand public semble considérer qu’il est bien que la population bénéficie d’une Public Library – et que les autres gens la fréquentent140 ».

27Les personnes qui fréquentent la bibliothèque sont surtout des jeunes (les trois-quarts des utilisateurs ont moins de 35 ans), des étudiants, des personnes diplômées et des femmes au foyer. La fréquentation de la bibliothèque chute brutalement à l’âge où les jeunes sortent du système scolaire. « La Public Library sert les classes moyennes, définies par leur profession ou par leur statut économique, plus que les classes supérieures ou populaires. » Toutes analyses que l’on retrouvera en France dans les années 1980.

  • 141 Bernard Berelson. The Library’s Public, op. cit., p. 130. L’italique et les guillemets sont de lui

28Bernard Berelson le dit radicalement. La Public Library touche un petit nombre d’usagers et c’est normal : « On peut raisonnablement avancer que dans les conditions actuelles, la fréquentation doit être faible et que la bibliothèque devrait être organisée pour le petit nombre de gens qui, dans la population, peuvent faire un usage “sérieux” des collections de la bibliothèque.141 » Ce serait renoncer à toucher toute la population ? Oui : « Le bibliothécaire devrait peut-être redéfinir explicitement l’objectif de toucher l’ensemble de la population pour offrir à la minorité des “sérieux” utilisateurs de livres et de chercheurs d’information les livres dont ils ont besoin. »

  • 142 Robert Leigh l’explique par le fait que l’enquête présentait un panorama réaliste de la situation (...)
  • 143 Cité par Douglas Raber et Mary N. Maack, “Scope, Background and Intellectual Context of the Public (...)
  • 144 Douglas Raber et Mary N. Maack soulignent que cette proposition reprenait simplement l’analyse de (...)

29Quelle fut la réception de cette enquête ? Dans un premier temps, les bibliothécaires manifestent de la surprise, de l’incompréhension ou du désaccord devant cet exercice de dévoilement142. L’un d’eux, Ralph Munn, alors directeur de la Carnegie Library de Pittsburgh, décrit l’impact de l’enquête sur le public (le travail de Berelson) comme « ayant fracassé nos egos et bouleversé tout le folklore dans lequel nous avons été éduqués.143 » Alors que l’on attendait les habituelles louanges tressées à la Public Library et à son rôle démocratique, le constat de la faible fréquentation par un public non représentatif de la population est un choc. Sur le long terme, les réactions les plus vives concernent, on s’en doute, l’hypothèse d’offrir en priorité un service de qualité aux « sérieux » utilisateurs de livres, d’admettre de ne servir qu’une minorité de lecteurs éclairés, leaders d’opinion, par qui, indirectement, l’ensemble de la population serait touchée. Considérée comme élitiste144, cette proposition fut ardemment combattue au fil des ans.

30Service to all, servir tout le monde : cet objectif fondamental (fondateur) n’a en rien été modifié ni par le constat de l’écart entre les objectifs et les résultats ni par la proposition de réorientation vers un public cible. En 1956, par exemple, les standards établis par la section des Public Libraries de l’ALA affirment d’entrée que « les services de la Public Library devraient être disponibles pour tous » et que chaque individu doit avoir accès à une Public Library dans sa communauté. La version de 1966 de ces standards reprend la même formulation. À partir des années 1980, c’est une vision différente du public qui est affichée, où la valeur du Service to all se déplace vers le service de chacun, tout en refusant de ne servir que des segments de la population. En 1982, l’ALA adopte officiellement le texte « The Public Library : Democracy’s Resource », qui commence par ces mots : « Les Public Libraries offrent gratuitement l’accès à leurs collections et à leurs services à tous les membres de la communauté sans considération de race, de citoyenneté, d’âge, de niveau scolaire, de statut économique ou de quelque autre qualité ou condition. »

31Pendant une trentaine d’années, cette enquête, ces débats, ces discussions ont ainsi profondément influencé l’évolution des bibliothèques américaines, tant sur la clarification des principes de base (desservir l’ensemble de la population) que sur les moyens d’y parvenir (par des bibliothèques plus fortes car regroupées au sein de réseaux). La Library Faith sort de cet épisode renforcée et clarifiée : la Public Library Inquiry a servi de détonateur pour la relance d’une ambition pour les Public Libraries. Comme le fera en France, en son temps, le comité inter-ministériel de 1966-1967.

Bibliothèques et démocratie

  • 145 Citées par Sidney Ditzion en exergue de son livre, ces phrases sont réputées lui avoir inspiré son (...)

32Que la bibliothèque soit un élément important de la vie démocratique, voilà une assertion qui rassemble des deux côtés de l’Atlantique. Les Américains le disent peut-être avec plus d’emphase : « Les démocraties ont besoin des bibliothèques », « Les bibliothèques sont des institutions suprêmement démocratiques », ou bien « La relation symbiotique entre bibliothèques et démocratie est souvent célébrée ». Ils citent souvent, avec ferveur, ces phrases de Franklin D. Roosevelt prononcées en 1942 : « Dans cette première année de la guerre, nous avons vu grandir le pouvoir des livres comme armes. Cela est justifié car la guerre des idées a besoin de livres comme une guerre navale a besoin de bateaux […]. Les bibliothèques sont directement et immédiatement impliquées dans le conflit et ceci pour deux raisons : d’abord, parce qu’elles sont essentielles au fonctionnement d’une société démocratique ; ensuite parce que le conflit actuel concerne l’intégrité du savoir, la liberté intellectuelle et même la survie de notre culture et que les bibliothèques sont de grands outils de savoir, de grands dépôts de culture et de grands symboles de la liberté intellectuelle.145 »

33Il n’y a pas qu’une différence de ton entre Français et Américains à ce propos. Il y a, surtout, une différence de contenu. Pour les Français, la démocratisation des bibliothèques c’est atteindre un public plus nombreux et dont la composition reflète mieux celle de la société. Pour les Américains, les bibliothèques dans la vie démocratique c’est, d’une part, offrir équitablement leurs services à l’ensemble de la population ; d’autre part, contribuer effectivement à la vie démocratique et à l’exercice de la citoyenneté.

  • 146 « Certains Américains manquent du savoir, des ressources, de l’équipement ou de la formation néces (...)
  • 147 Bien que traitant de la création d’une bibliothèque universitaire (celle de l’université d’Alabama (...)

34Cette double ambition s’affirme au long du XXe siècle. Les années 1970 marquent le début d’une époque où, plus clairement qu’avant, l’égalité d’accès aux services de la bibliothèque ne semble plus une formule suffisante. Parce qu’elle n’est pas établie encore sur tout le pays ; et parce que l’égalité d’accès n’est pas l’équité d’accès. La distribution uniforme de l’offre n’en fait pas une offre équitable. D’où le recours à la discrimination positive (affirmative action) : faire plus pour ceux qui sont le plus éloignés des services de la bibliothèque – même s’ils sont proches, physiquement, d’une bibliothèque146. Cette politique, disent ses propres promoteurs, demande à être appliquée subtilement car donner plus à certains peut être considéré (est considéré) par les autres comme injuste. Or, dans une démocratie, tout repose sur l’approbation des gouvernés (The Consent of the Governed) : pour ne pas se couper des citoyens, il faut donc assurer à la fois l’égalité d’accès et l’équité d’accès. Desservir la majorité et les minorités. Service for all147.

35Desservir toute la population, c’est lui proposer des services de bibliothèque adéquats dans tout le pays. La lutte pour le développement des établissements, pour leur financement, pour leur organisation en réseaux, pour la formation des personnels, continue sans relâche. Reste toujours présente à l’esprit l’idée (et la réalité) que, pour obtenir des financements corrects (voire plus), les Public Libraries ont besoin du soutien populaire. Or, les années 1980 inaugurent, sous la présidence Reagan, une ère libérale qui dans tout le pays tendra à diminuer sensiblement l’impôt – et donc les dépenses publiques. Les Américains se voient désormais plus comme contribuables que comme citoyens et donc, dans cette ère de la Tax Revolt, le soutien des usagers est plus que jamais un enjeu stratégique. L’image des bibliothèques, les relations publiques, le lobbying, l’advocacy en faveur des bibliothèques prennent alors une importance encore jamais vue. L’ALA y jouera un rôle majeur.

36La nouveauté de cette période est le soin apporté à répondre aux besoins de certaines minorités, phénomène contemporain de leur émergence et de celle de leurs porte-paroles et de leurs revendications dans le champ social. Après la lutte pour les droits civils dans les années 1960, ce sont d’autres minorités qui se constituent, se reconnaissent comme telles, revendiquent comme telles – dans un premier temps les minorités ethniques et sociales puis, progressivement, les minorités culturelles, sexuelles, religieuses, etc. La Public Library ne doit oublier personne.

  • 148 Michael Gorman. The Enduring Library : Technology, Tradition and the Quest for Balance. ALA, 2003, (...)

37L’autre versant de cet investissement démocratique est l’aide, le soutien, les outils que la Public Library propose aux citoyens pour leur participation à la vie démocratique. Dans les Public Libraries, on peut s’inscrire sur les listes électorales ; elles servent de bureaux de vote. Au quotidien, elles permettent l’exercice de la citoyenneté de multiples façons. Il s’agit de rendre disponible l’information gouvernementale (au niveau fédéral comme au niveau des états, des comtés ou des communes), notamment grâce aux sites Web des bibliothèques, qui apparaissent comme un outil très performant pour la diffusion de ce genre d’informations. Dates, ordres du jour, comptes rendus des réunions diverses : le citoyen, s’il ne peut y assister, doit pouvoir joindre les décideurs et faire part de son opinion. On y trouve les informations dont les personnes qui cherchent un emploi ont besoin (annonces, conseils, formation, etc.). On y propose des services dédiés aux immigrants nouvellement arrivés, apprentissage de l’anglais, informations sur la vie aux États-Unis, sur l’école, la santé, le travail, la loi, les transports – la Queens Borough Public Library de New York est réputée dans tout le pays pour son intense activité en ce domaine. On anime aujourd’hui sur le site Web de la bibliothèque, un réseau local (Community Network) en hébergeant les sites locaux publics (la ville, les écoles) comme privés (associations et groupes divers). Cent cinquante ans après la fondation de la Boston Public Library, l’objectif de former des citoyens éclairés est toujours vivace : « Les bibliothèques sont des institutions suprêmement démocratiques. Elles prennent position pour la liberté, l’égalité et les droits de l’homme. L’idée que la démocratie a besoin de citoyens bien informés est peut-être un truisme, mais n’en est pas moins vraie. Plus généralement, la démocratie repose sur l’éducation et les bibliothèques sont partie prenante de l’éducation. Nous devrions toujours nous souvenir des phrases du grand penseur H. G. Wells : “L’histoire humaine devient de plus en plus une course entre l’éducation et la catastrophe.”148 »

38Objectifs intangibles à travers les générations, la formation des citoyens et le soutien à la participation à la vie publique perdurent, avec ces contraintes et ces spécificités nouvelles que sont le cloisonnement de l’espace public et la raréfaction des budgets publics. Mais ces difficultés, ces contre-pieds semblent ne motiver que davantage le monde des bibliothèques, à lire Michael Gorman : « Nous croyons en un bien commun – croyance en grand désaccord avec la pensée sociale et politique dominante aujourd’hui en Amérique. Nous croyons dans des valeurs qui réconfortent les sans-pouvoir et défendent les minorités, dans un monde où le profit règne en maître sans rival. Nous nous battons pour un service désintéressé, pour l’égalité d’accès et pour l’intégration, dans un monde d’égoïsme, d’exclusion et de division. »

39Si l’emphase de ce discours nous est étrangère, voire exotique, voire incompréhensible, c’est sans doute, au-delà des différences culturelles (le patriotisme naïf, tranquille des Américains, leur fierté), parce que les bibliothèques publiques en France ne sont pas du tout considérées comme jouant un rôle comparable : si on reconnaît qu’elles participent à la lutte contre les exclusions, leur position (éventuelle) de contrepoids à « la pensée sociale et politique dominante » n’est ni reconnue ni même souhaitée. En France, les bibliothèques ne sont pas perçues comme un moyen pour les citoyens de se forger librement leur propre opinion.

40Ces objectifs démocratiques de la Public Library sont comme couronnés, magnifiés, depuis quelques années, par une intense activité en faveur de la liberté d’information.

La liberté d’information

41Aujourd’hui, en effet, ce qui frappe particulièrement l’analyste étranger (depuis « l’angle européen », pour reprendre la formule d’Axel Munthe), c’est l’énergie dépensée à propos de la liberté d’information : tant du côté de l’ALA que de chaque bibliothèque, on semble très impliqué dans la lutte contre la censure sous toutes ses formes et, plus généralement, contre toute atteinte à la liberté d’information.

42Cette préoccupation n’a pas toujours été celle des bibliothèques américaines, occupées à éduquer, former, formater, « américaniser ». Elle a surgi, radicalement nouvelle, à l’orée de la deuxième guerre, guerre d’idées comme Roosevelt le soulignait. Dans ce cadre, ce ne sont plus les bons livres, les bonnes idées, les bons journaux destinés à former des bons citoyens qui sont à mettre à disposition de la population. Mais « tout le spectre de la connaissance humaine » afin que chacun puisse se forger sa propre opinion, contrairement à ce qui se passait dans les pays fascistes que l’Amérique en guerre affrontait alors.

  • 149 Paul K. McMasters. “Libraries : Where the First Amendment Lives”. Libraries & Democracy, op. cit.
  • * Voir en annexe.

43Le Premier Amendement est abondamment cité à l’appui de cette nouvelle doctrine. La bibliothèque doit être neutre et faire entrer dans ses collections tous les points de vue, les opinions, les théories. La bibliothèque (les bibliothécaires et leurs soutiens) doit se battre pour que les opinions même impopulaires, même très minoritaires, même odieuses trouvent leur place à la bibliothèque. « Nous devons défendre de mauvais textes en vertu de bons principes.149 » C’est l’esprit du principal texte adopté par l’ALA, le Library Bill of Rights*.

  • 150 « Est-ce que les bibliothécaires devraient bannir des livres parce qu’ils ne décrivent que des fem (...)
  • 151 Alexis de Tocqueville. De la démocratie en Amérique, op. cit., I, p. 381-383.

44On soupçonne bien qu’un parti aussi radical est difficilement tenu. C’est plus qu’un soupçon à l’heure où le politiquement correct s’ajoute aux foudres des conservateurs, créationnistes, homophobes et intolérants de toute nature pour demander le retrait d’ouvrages des rayons des bibliothèques. Aujourd’hui, la critique du Library Bill of Rights est devenue possible non en ce que ce texte est trop peu ou trop mal appliqué, mais en ce qu’il est angéliquement inadapté. Gordon Baldwin, par exemple, argue que la tolérance a des limites (envers les livres négationnistes ou antisémites ou ceux qui expliquent comment fabriquer des bombes, par exemple) et qu’une nouvelle intolérance menace, en particulier, semble-t-il dire, celle des féministes150. Je reviendrai sur ces combats, mais il est nécessaire, dès à présent, de souligner les valeurs qui sont mobilisées : l’égal accès à l’information, la tolérance à toutes les opinions, le respect des opinions minoritaires – l’horreur de la tyrannie de la majorité. Tocqueville, on s’en souvient, avait déjà souligné le poids de la pensée majoritaire, son incitation au conformisme intellectuel, culturel, social – « en Amérique, la majorité trace un cercle formidable autour de la pensée », et aussi : « Il n’y a pas de liberté d’esprit en Amérique. L’Inquisition n’a jamais pu empêcher qu’il ne circulât en Espagne des livres contraires à la religion du plus grand nombre. L’empire de la majorité fait mieux aux États-Unis : elle a ôté jusqu’à la pensée d’en publier. On rencontre des incrédules en Amérique, mais l’incrédulité n’y trouve pour ainsi dire pas d’organe151 ».

  • 152 Michael Gorman. The Enduring Library, op. cit., p. 143.

45Contre cette tyrannie de la majorité, s’élève la liberté d’information. Liberté pour les minorités d’opinion ou de goût, liberté pour les individus. Une minorité, résume Michael Gorman, peut ne se composer que d’une personne (« des minorités aussi petites qu’une personne »). Toute tentative d’élaborer des politiques documentaires standardisées ne peut qu’aller à l’encontre des droits des minorités : « Examinons l’idée que les collections dans les petites bibliothèques comme dans les petites communautés devraient être encadrées par des community standards – doctrine qui nous a menés aux nombreuses et tristes absurdités recensées dans la liste annuelle de l’ALA des livres censurés ou interdits. Une Public Library dans une petite ville doit servir les habitants de la ville, mais sa politique d’acquisitions devrait-elle être basée sur les opinions de la majorité (comme c’est suggéré dans leurs community standards) et alors prétendre empêcher un jeune usager de la bibliothèque de lire L’attrape-cœurs ?152 »

  • 153 Nancy C. Kranich. “Libraries, the New Media and the Political Process”. Libraries & Democracy, op. (...)

46Ces débats très vifs et très présents sont compliqués, aujourd’hui, de la menace que représente, aux yeux de beaucoup d’Américains, l’accès libre à Internet dans les bibliothèques. Le libre accès à Internet est devenu un combat à lui seul, un apogée des luttes déjà anciennes pour faire respecter la liberté d’information. Un combat difficile à mener, reconnaît Nancy Kranich : « Dans la révolution de l’information qui est en train de changer la façon dont nous travaillons, vivons et apprenons, nous ne pouvons plus être sûrs que les descendants de l’invention de Franklin continueront à offrir refuge à toutes les idées et tous les points de vue du monde. L’abondance de l’accès ne se traduit pas en diversité d’accès. Au contraire, nous avons maintenant accès à toujours plus d’idées semblables, les idées alternatives étant marginalisées par la course au profit, les expédients politiques et les caprices du marché.153 »

  • 154 Voici comment l’ALA présente sa participation à cette campagne : “The United States is a constitut (...)

47La lutte anti-terroriste, depuis 2001, apporte, à son tour, de nouvelles questions : la liberté d’information a besoin de la confidentialité. Le droit que la loi USA Patriot Act donne aux services de police de savoir ce que lisent, consultent, regardent les usagers des bibliothèques est une nouvelle atteinte aux libertés contre laquelle les bibliothécaires américains se mobilisent. L’ALA est, évidemment, en première ligne dans ce combat. Elle est l’un des moteurs de la Campaign for Reader Privacy, qu’elle mène avec les écrivains, les éditeurs et les libraires américains154.

48Avoir accès librement à l’information pour forger sa propre opinion de citoyen : depuis plus d’un siècle les Public Libraries œuvrent à rendre cet objectif atteignable, à travers des obstacles toujours nouveaux et toujours importants. Nous verrons que cette responsabilité est loin d’être une simple rhétorique mais représente, au contraire, le principal fondement de l’action de l’American Library Association.

Quel héritage ?

49Dans le socle des valeurs qui guident l’activité des Public Libraries, c’est un héritage composite qui s’est construit au cours des deux derniers siècles. Les deux grands courants en sont l’éducation (des citoyens, des jeunes, des immigrants, etc.) et le libre accès à l’information, dans un pays démocratique où chacun doit se forger son propre jugement. Dans l’un, le choix des documents proposés est guidé par leur valeur formatrice, dans l’autre, tout a sa place dans une bibliothèque – contradiction essentielle. À cette contradiction s’ajoute la complexité de concevoir un établissement public dans une société où l’espace public est en voie de fragmentation. Celle de l’égalité d’accès sur tout le territoire dans un domaine où la responsabilité n’est que locale. Celle de la prise en compte des besoins de chaque individu tout en construisant un service collectif. Celle de l’abondance d’information qui menace l’accès même à une libre information.

  • 155 Donald Sager. “Before Memory Fade: Public Libraries in the Twentieth Century”. Public Libraries, M (...)

50En guise de synthèse, alors que je reviendrai sur ces différents points au long de cet ouvrage, je laisse la parole à Donald Sager qui conclut ainsi un mini-sondage qu’il réalisa en l’an 2000 auprès de ses collègues bibliothécaires sur le thème : « Selon vous, qu’est-ce qui a eu le plus d’impact sur les bibliothèques au XXe siècle ? ». Sans doute chagriné que l’informatique et Internet l’aient emporté haut la main, il apporte son propre grain de sel et sa propre réponse : « Je crois que ceux qui ont réussi les plus grandes choses pour les bibliothèques au XXe siècle, ce sont les nombreux femmes et hommes qui sont entrés dans ce métier avec l’objectif de servir leur communauté. Leur but était de servir chacun – jeunes et vieux, immigrants ou hommes d’affaires, riches et pauvres, quelles que soient leur culture et leur origine ethnique. Ce sont ces femmes et ces hommes qui ont reconnu l’importance du libre accès, de l’utilisation des formats bibliographiques, de l’encouragement à la lecture des jeunes, de la défense de la liberté intellectuelle et du partage des collections. C’est le développement de ces valeurs centrales (core values), forgées pendant ce siècle, à travers deux terribles guerres, le brise-cœur de la Grande Dépression, le mouvement pour les droits civils et des batailles sans nombre contre la censure, qui, je crois, représente le triomphe des bibliothèques publiques au XXe siècle. C’est cela qui fournit le socle dont tout va émerger au XXIe siècle.155 »

  • 156 À titre d’exemple, cet extrait du discours d’ouverture du congrès 2005 de l’ALA, à Chicago, par le (...)

51Énumération enchantée, héroïsation du groupe professionnel : on retrouvera, côté français, certains de ces travers. Ce qui frappe, côté américain, c’est que cette emphase reçoit un écho du côté des pouvoirs publics comme du côté de la population. Vanter les mérites, le rôle, l’utilité de la Public Library est un exercice auquel se livrent régulièrement le président des États-Unis (qui adresse chaque année un message au congrès de l’ALA), les parlementaires, les élus locaux, les responsables associatifs, les enseignants, les citoyens, etc.156

  • 157 Alexis de Tocqueville. De la démocratie en Amérique, op. cit., II, p. 57.

52La Library Faith a gagné le pays et la fréquentation importante des Public Libraries est en phase avec les discours positifs tenus sur elles. Nous verrons dans les chapitres suivants que tant cette fréquentation que ces discours sont la résultante d’un important travail de conviction, de communication et d’adaptation réalisé par les bibliothécaires américains. Ils sont également la résultante de la foi en l’éducation : l’acquisition des savoirs, des savoir-faire, le self-improvement ne s’arrêtent pas après l’école. Individus responsables, métaphoriquement « chargés de défricher les forêts157 », héritiers des pionniers, les Américains ont besoin des bibliothèques pour continuer à apprendre, tout au long de leur vie.

EN FRANCE

53La naissance de la bibliothèque publique en France est quelquefois attribuée à Naudé, quelquefois au décret de 1803 qui confia les bibliothèques de districts aux communes. On peut raisonnablement avancer que ces deux affirmations sont fausses. On pourrait tout autant faire naître cette histoire en 1910, avec la publication de La librairie publique d’Eugène Morel ou en 1968 avec celle du rapport interministériel, La lecture publique en France. Tout dépend, évidemment, du sens, de l’ampleur, de l’ambition que l’on donne à « Bibliothèque publique ». On l’entendra, ici, selon l’usage, au sens de bibliothèque encyclopédique, ouverte à tous, sans conditions d’accès.

De Naudé aux bibliothèques populaires

  • 158 Claude Jolly. L’Advis, manifeste de la bibliothèque érudite. Aux amateurs de livres, 1990, p. XVII (...)
  • 159 Ibid., p. XXI.
  • 160 Robert Damien. Bibliothèque et État, op. cit., p. 57 et 32.
  • 161 Le marquis de Méjanes lègue sa bibliothèque à la ville d’Aix « sous la condition d’en tenir une bi (...)

54On assigne à Gabriel Naudé, célèbre auteur de l’Advis pour dresser une bibliothèque (1627), un progrès décisif vers la bibliothèque publique pour autant que, bibliothécaire de Mazarin, il ouvrit cette bibliothèque au public. Raccourci qui mène à un abus de langage. En effet, si Naudé a bien ouvert la bibliothèque de son maître, d’autres bibliothèques lettrées étaient alors déjà ouvertes, notamment celle du président de Thou. Et si ces bibliothèques sont ouvertes, ce n’est nullement à la population dans son ensemble, d’ailleurs encore largement analphabète, mais aux savants qui en auraient besoin, aux citoyens de la République des lettres. L’Advis n’est donc pas l’acte fondateur d’une bibliothèque publique encore dans les limbes, mais est d’une part un traité sur le fonctionnement des bibliothèques modernes et « aussi et surtout le traité de la bibliothèque docte158 »: la bibliothèque de Naudé « s’organise autour d’un unique principe : réunir tout ce qui est utile à la communauté savante ». Et s’il s’agit d’ouvrir la bibliothèque « au moindre des hommes qui en auraient besoin », « le “moindre des hommes” dont il s’agit ici est d’abord un jeune érudit pauvre159 » – Robert Damien montre bien qu’il s’agit d’une étape, celle de la constitution d’une « communion convivialisée d’amateurs lettrés » sur le chemin d’une ouverture universelle qui permettra un « usage public du savoir160 ». C’est à cette même tradition, celle de l’ouverture aux membres de la République des Lettres, que l’on peut associer la création (par le don de bibliothèques privées à la collectivité publique) des bibliothèques d’Aix-en-Provence161, Carpentras ou Grenoble.

  • 162 Robert Damien. Le conseiller du Prince de Machiavel à nos jours, op. cit., p. 197.
  • 163 Ibid., p. 186.

55L’élément fondateur de la bibliothèque publique, au sens où nous l’entendons aujourd’hui, est plutôt le mouvement des Lumières. « La lecture (et le lecteur qui émerge de cette pratique savante) est bien la matrice du grand dessein des Lumières : former le citoyen, par l’instruction.162 » La bibliothèque est, dit Robert Damien, l’élément décisif de cette nouvelle conception du savoir liée à l’exercice du pouvoir. On pourrait « montrer, à travers l’histoire des bibliothèques françaises, la maturation progressive de cet idéal qui se réalise peu à peu », à travers trois éléments « discriminants et conjugués qui, interactivement, déterminent la réalisation : passage d’une gestion privée pour un repos savant et divertissant à une gestion publique d’État, socialisante et utilitaire ; élaboration d’une classification encyclopédique qui tend à éliminer l’axe religieux des manuscrits monastiques, au profit des imprimés diversifiés et abondants ; ouverture publique du savoir humain à une population tendanciellement élargie par cette diffusion même.163 »

  • 164 Rapport sur la bibliographie, 1794, cité par Robert Damien, ibid., p. 221.
  • 165 En 1847, un rapport au ministre de l’Instruction publique stigmatise « un amas de livres dépareill (...)
  • 166 Jean Hassenforder. Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne (...)

56Las, on sait que cette ambition pré-démocratique a été battue en brèche par la soudaineté de la constitution des collections, par l’amoncellement des saisies révolutionnaires. Le rêve de l’Abbé Grégoire – « Ces bibliothèques de parade qui étaient réservées à l’usage de quelque individu, devenues désormais la propriété commune seront accessibles au génie malheureux. L’instruction publique est le creuset qui doit faire distinguer la science de la sottise164 » – ce rêve s’enlisera dans les millions d’ouvrages dépareillés, non recensés, voire porteurs d’obscurantisme (les ouvrages de droit canon, les sermonnaires, les bréviaires, les rituels, les almanachs, etc.). Les saisies de 1792 et 1793 n’ont trouvé ni institution ni expertise capables de les mettre à disposition des citoyens : les fonds saisis dans un indescriptible désordre ne sont pas devenus des bibliothèques, collections raisonnées et organisées165. Jean Hassenforder résume ainsi l’argument explicatif, aux yeux de beaucoup, du retard français en matière de bibliothèques publiques : « En France, le droit a précédé le fait. Les exigences révolutionnaires ont proposé un modèle idéal. Le pouvoir central en a imposé la réalisation. Mais l’initiative locale n’a pas suivi et les vieilles bibliothèques municipales françaises se révéleront de fait, durant la seconde moitié du siècle, un handicap certain pour la réalisation d’un réseau de bibliothèques publiques modernes.166 »

  • 167 Jean-Michel Coupé. Rapport sur les bibliothèques nationales, 1794.
  • 168 On en trouve plus qu’une réminiscence dans la charte adoptée par le Conseil supérieur des biblioth (...)

57Confiées (« abandonnées » serait plus juste) aux communes en 1803, ces nouvelles collections publiques n’ont pu « devenir l’école de tous les citoyens167 ». Cette ambition politique demeure cependant un des substrats de la bibliothèque publique168.

Tentative de généalogie de la bibliothèque publique

58Si les Lumières sont le tronc de cet arbre généalogique qui porte les objectifs et les valeurs de la bibliothèque publique jusqu’à nos jours, les modernistes du début du XXe siècle, les Morel, les Coyecque, les Sustrac, peuvent en être considérés comme la première branche.

  • 169 Eugène Morel. La librairie publique. Armand Colin, 1910, p. 179.

59Figure incontournable de l’histoire des bibliothèques publiques, Eugène Morel en est le porte-parole le plus brillant. On a assez souligné l’énergie, l’enthousiasme, la vigueur de son engagement envers ce qu’il appelait « Librairie publique » (Public Library) pour bien marquer la différence avec ce que l’on connaissait alors, en France, sous le nom de bibliothèque : « Notre mot de bibliothèque pue l’allemand. Si l’on y ajoute le mot municipal, l’épouvantail est complet. Non. Il y a pire. Il y a le mot “populaire”. Théâtre populaire, université populaire, restaurant populaire, bibliothèque populaire… C’est avec ce mot-là que les meilleures intentions dressent de suite une insulte devant l’œuvre qu’elles entreprennent.169 » Ouvrir la bibliothèque à tous, sans dédain et sans populisme : c’est le trait principal du modèle de la « bibliothèque publique », tel qu’il va se constituer tout au long de six ou sept décennies.

  • 170 Comme le résume cette intervention du conseiller municipal socialiste dijonnais, Parizot, en 1901  (...)
  • 171 Eugène Morel. Bibliothèques. Mercure de France, 1909.
  • 172 Graham Barnett indique que c’était, par exemple, le cas des bibliothèques municipales d’Aix, Brest (...)

60La « bibliothèque publique » s’est, en effet, construite contre les deux modèles existant en France à la fin du XIXe siècle : les bibliothèques savantes d’une part, les bibliothèques populaires, d’autre part. Les premières, bibliothèques municipales consacrées, institutionnelles, patrimoniales, pour une bonne part noyées sous l’avalanche des collections confisquées un siècle plus tôt, sont de facto peu accessibles170. Elles sont centrées sur les collections et portent un intérêt mineur à leurs usagers, réels ou potentiels. « Un immense travail accapare les bibliothèques, on catalogue, on en dresse l’inventaire minutieux. Elles revivent tout leur passé, glorieux certes. Elles sauvent nos trésors… Mais elles chassent les lecteurs, mais elles ne suivent en rien le mouvement de la vie […]. Pas un instant il ne semble que les bibliothèques sont faites pour qu’on y lise. Le bibliothécaire va là où il y a des livres, des livres qu’on ne lit plus, à classer, à décrire. Et il fuit, là où il y aurait lecteurs. Besogne vulgaire, rejetée dédaigneusement sous le nom de populaire.171 » Même si, pour les besoins de la démonstration, Eugène Morel force le trait, il semble bien que le prêt aux usagers ait été souvent réservé aux enseignants172. Il est en tout cas avéré que la fréquentation était très faible : 10 lecteurs par jour à Soissons, 22 à Reims, 9 à Bourges, 17 à Orléans, 28 à Grenoble dans les années 1880, selon les décomptes de Graham Barnett.

61L’autre type de bibliothèque, les bibliothèques populaires, est un type composite. Créées et/ou soutenues par des militants de l’éducation populaire (la Société Franklin, la Ligue de l’Enseignement), par le patronat chrétien, par des syndicats, par des municipalités ou par de simples associations, elles se développent jusqu’au début du XXe siècle, où on en compte environ 3 000, mais rencontrent des critiques croissantes de la part de leurs usagers, concernant « l’insuffisance des locaux, la non-qualification du personnel, les heures d’ouverture limitées et, par-dessus tout, les fonds devenus délabrés, inintéressants et périmés. Ces défauts provenaient, directement ou indirectement, du manque de moyens », analyse Graham Barnett. C’est que leur statut, indépendant, fait que leur financement n’est pas assuré. Leur personnel est souvent bénévole, les heures d’ouverture très limitées (souvent seulement le dimanche après-midi) et les crédits d’acquisition sont très faibles. Bref, ces bibliothèques ne rendent pas les services que l’on attend d’elles et ne peuvent être considérées que comme des repoussoirs par les promoteurs de la bibliothèque publique.

  • 173 Eugène Morel. Bibliothèques, op. cit.
  • 174 Jules Laude. « Quelques mots sur les bibliothèques françaises », cité par Graham Barnett, Histoire (...)
  • 175 Michel Bouvy. « Une revue professionnelle de combat : Médiathèques publiques », Mémoire pour demai (...)
  • 176 Eugène Morel. La librairie publique, op. cit., p. 303.

62Contre les « musées de livres » et contre les institutions charitables, « le temps est venu, après un demi-siècle d’efforts qui triomphent aujourd’hui en Angleterre, en Amérique, de concevoir la lecture comme un service public, municipal, analogue à la voirie, aux hôpitaux, à la lumière.173 » Cette bibliothèque publique, ces bibliothèques publiques, « rajeunies et transformées pourraient enfin remplir pleinement le grand rôle d’éducateur qui leur est assigné dans une démocratie et devenir partout, suivant la forte expression américaine, The University of People, l’Université du peuple », écrivait en 1904 le bibliothécaire Jules Laude174. Modèle et vocabulaire américains, anglo-saxons, parfaitement assumés aussi par les « néo-modernistes » des années 1960 : « Il s’agissait [dans les années 1960] de définir la mission de la bibliothèque publique au sens anglo-saxon de l’expression.175 » Ainsi, ouverte à tous, la bibliothèque publique a pour ambition d’être un outil de formation et d’information. Eugène Morel l’oppose radicalement aux bibliothèques municipales de son époque : « Considérez comme rien, comme une sorte de panoplie, la belle bibliothèque, son bibliothécaire et ses milliers de bouquins. C’est en fondant ailleurs une librairie utile que vous attirerez la foule, répandrez le goût de lire, les connaissances exactes, le savoir professionnel, révélerez au pays à quoi servent les livres.176 » Foin du beau inutile. La bibliothèque, la « librairie publique », n’a de sens qu’utile à tous.

  • 177 Noë Richter. La naissance de la lecture publique. Éditions de la Queue du chat, 1992.

63La bibliothèque publique a, en termes d’éducation comme de culture, un souci de déségrégation : il faut en finir avec la bibliothèque pour les bourgeois et la bibliothèque pour le peuple. Le « modernisme bibliothéconomique », défendu par exemple par Charles Sustrac, premier secrétaire général de l’ABF, « s’inscrit dans une idéologie sociale de progrès qui rejette tout privilège, toute exclusion, toute ségrégation dans l’accès à l’information, au savoir, à la culture », écrit Noë Richter. Et aussi : « La bibliothèque publique moderne sera fondée en opposition avec la bibliothèque publique traditionnelle et avec la bibliothèque populaire. La première a privilégié l’érudition historique, littéraire et juridique, et les textes classiques. Elle a rejeté la création littéraire vivante, la vulgarisation et les textes écrits pour distraire. Elle s’est sclérosée et transformée en musée du livre mort. La seconde n’a cherché qu’à conditionner une masse réputée dangereuse et inaccessible aux lumières de la raison en lui concédant une information et une lecture soigneusement triées.177 »

64Ainsi, la bibliothèque publique doit rassembler dans un même projet l’outil que sont les riches collections de la bibliothèque municipale et le souci du lecteur qu’ont les bibliothèques populaires. Il faut casser la dichotomie entre ces deux réseaux, de plus en plus inadaptés car la société évolue, son niveau d’éducation s’élève, ses besoins documentaires, ses pratiques culturelles changent. Tout au long du XXe siècle, des générations successives de bibliothécaires plaident pour un changement radical de la conception et donc de l’utilité de la bibliothèque. Devant le comité interministériel de 1966-1967, Michel Bouvy, alors président de la section lecture publique de l’ABF, est, à son tour, l’ardent promoteur de ce modèle : « À cette conception bi-partite de la bibliothèque municipale, qui me paraît condamnable, s’oppose la conception unitaire, celle qui est adoptée par presque tous les pays étrangers, sinon par tous, celle de la bibliothèque publique. La bibliothèque publique, c’est la bibliothèque unique pour toute la population, prêtant largement ses collections, largement ouverte à tous. Elle est à la fois bibliothèque de distraction et bibliothèque d’étude […]. L’idée de la bibliothèque pour l’élite et celle de la bibliothèque populaire, ce sont les deux idées qui ont toujours fait le plus de mal aux bibliothèques françaises, et malheureusement ce sont les plus répandues à l’heure actuelle dans la plupart des milieux. La bibliothèque publique n’est, il faut le répéter, ni un service de luxe ni une œuvre de bienfaisance. C’est un service public aussi utile que l’école. »

  • 178 Cité dans Anne-Marie Bertrand, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit., p. 100.

65Mais l’éducation des adultes et, plus généralement, tout ce qui est documentation n’est pas resté au cœur du projet de bibliothèque publique tel qu’il a été importé, en ceci donc adaptation fautive du modèle américain. La mise en œuvre du modèle en France, à partir des années 1960 et 1970, a d’abord, surtout, été une rupture avec la bibliothèque savante. La disparition des « sections d’étude », silencieuse et générale, en est un signe manifeste. Conserver cette organisation (section de prêt/section d’étude), analyse-t-on, serait perpétuer la hiérarchie entre deux services, deux collections et deux publics. Il faut donc décloisonner. Les reproches que la Direction du livre adresse au projet de la médiathèque de Nantes, en 1979, sont clairs : « Cette nouvelle prise de parti semble difficilement défendable dans la mesure où elle entérine l’opposition traditionnelle entre lecture savante et lecture populaire et où elle limite le prêt aux besoins les plus immédiats.178 »

  • 179 Lettre à Pierre Gras, 16 janvier 1969. Cité dans Anne-Marie Bertrand, Les villes et leurs biblioth (...)

66Cette adaptation infidèle du modèle anglo-saxon est dénoncée très tôt, dès 1969, par Albert Ronsin, l’un des bibliothécaires modernistes : « Il semble qu’il y ait un malentendu sur la question des “Bibliothèques publiques”. Nous les voyons, en France, sections de prêt ; en réalité, dans l’optique internationale, et c’est ce que M. Bouvy avait vu lorsqu’il avait créé la section, c’est la bibliothèque publique style allemand ou anglosaxon avec livres précieux, collections d’étude de plusieurs millions de livres. Il est vrai que jusqu’alors seul le problème du grand public et du prêt a retenu l’attention. Les fonds anciens et d’érudition ont été si longtemps le seul souci, que tout était à faire en lecture publique.179 »

  • 180 « Réflexions en forme de journal », Médiathèques publiques, n° 48, 1979.
  • 181 « Réflexions en forme de journal », Médiathèques publiques, n° 44, 1978.

67Michel Bouvy revient à plusieurs reprises sur ce désaccord conceptuel. Il oppose ainsi la « lecture publique » (qu’il nomme toujours entre guillemets), pour lui vision erronée et populiste, et la « bibliothèque publique », qui a ses faveurs. Sur les collections : « Le rôle principal de la bibliothèque publique n’est pas de prêter des livres de poche (cela, c’est la “lecture publique”, au sens le plus péjoratif de l’expression), mais de prêter plutôt des livres que le lecteur ne pourrait s’acheter.180 » Sur le concept lui-même (à propos de la jeune BPI) : « C’est là qu’on voit combien la notion de bibliothèque publique a été mal digérée par les promoteurs, obnubilés par celle de “lecture publique” qui prévaut, hélas, encore dans notre pays. Je m’explique. On a appliqué à une grande quantité de documents de tout niveau des principes qui sont valables à un niveau moins élevé. La notion d’ouvrages de référence n’a pas été comprise […]. Je conçois parfaitement que certains collègues ne soient pas de mon avis, et en particulier les tenants de la “lecture publique” qui verront dans cette bibliothèque plus qu’autre chose un symbole, qui feront plus attention à l’ouverture apparente qu’à l’activité réelle et à la qualité du service rendu sous tous ses aspects, et qui oublieront trop facilement l’importance pour une ville comme Paris, comme pour toute la France, de la notion de réseau avec des unités aux caractéristiques bien étudiées.181 »

  • 182 « L’amour du métier ». Médiathèques publiques, n° 71-72, 1988.

68Albert Ronsin, plus tardivement, évoque à nouveau « la transformation de la notion de lecture publique en celle de bibliothèque publique et ce ne fut pas une simple question de vocabulaire : il s’agissait rien moins que de substituer à la notion d’établissement de distraction et d’information celle d’établissement culturel de documentation au service de la population tout entière.182 »

69Ainsi, si c’est le modèle anglo-saxon qui est promu depuis le début du siècle et qui sera adopté dans les années 1960, il ne l’est pas dans son intégralité – dans son intégrité. Il est adopté dans certains de ses objectifs (et dans certains seulement – notamment pas dans le registre éducatif) mais pas dans son substrat politique. L’idée que la nation a besoin de bibliothèques pour éduquer ses citoyens est peu présente ; l’ouverture à tous est vue comme la fin d’un privilège archaïque plutôt que comme une révolution culturelle ; la notion de réseau a disparu ; la responsabilité des pouvoirs locaux est absente tout comme l’intervention de la population elle-même ; l’État, enfin, est supposé y jouer un rôle moteur, ce qui n’est évidemment pas le cas aux États-Unis.

L’État-providence

70Après la seconde guerre mondiale, l’Europe occidentale connaît l’extension des prérogatives de l’État. Politique économique, politique industrielle, politique sociale, politique éducative, politique de santé publique, politique culturelle… : le champ où l’intervention de l’État est légitime est devenu immense.

  • 183 Pierre Rosanvallon. L’État en France de 1789 à nos jours. Éditions du Seuil, 1990 (L’univers histo (...)
  • 184 Dominique Lorrain. « De l’administration républicaine au gouvernement urbain ». Sociologie du trav (...)

71Dans ce continent épuisé par deux guerres atroces, il s’agit de reconstruire le pays mais surtout de le moderniser dans un souci de justice sociale. L’État est (redevenu) l’instituteur de la société. « L’impératif de modernisation », dit Pierre Rosanvallon, « s’appuie sur la dénonciation des retards et des archaïsmes de la société française […]. La génération de hauts fonctionnaires qui émerge après la Libération se sent d’une certaine façon au-dessus de la société, jugée retardataire, archaïque, dans une position de guide et de pédagogue183 ». L’État est chargé de la reconstruction (économique) et de la redistribution (sociale). Cette ambition, en France, l’État « paternaliste-pédagogue » (Pierre Rosanvallon) est le seul à avoir les capacités de la mener à bien. Les collectivités territoriales ne sont pas encore de véritables acteurs politiques et jouent « les belles endormies ». Jusque dans les années 1970, « en pleine période de croissance, les collectivités locales étaient considérées comme archaïques, freins au progrès et à l’expansion, agents supplétifs de la modernisation du pays loin derrière l’État », rappelle Dominique Lorrain184.

  • 185 Cette croyance excède, évidemment, le monde culturel et, a fortiori, celui des bibliothèques. Pour (...)
  • 186 Pierre Lelièvre. Projet d’« organisation d’un service de la lecture publique » (22 septembre 1944)
  • 187 Pierre Gras. « Pour la nationalisation des bibliothèques municipales ». Bulletin d’informations de (...)
  • 188 Lettre du 11 février 1970. Cité dans Anne-Marie Bertrand, Les villes et leurs bibliothèques, op. c (...)

72C’est pourquoi pendant plus de trente ans, c’est de l’État que l’on attendra le développement, la modernisation, la démocratisation des bibliothèques publiques185. Ainsi, Pierre Lelièvre, en 1944 : « La lecture publique doit être un service public, mais un service où l’État comprend et assume sans réserve, comme sans arrière-pensée, un rôle d’éducateur.186 » Pierre Gras, longtemps bibliothécaire de Dijon, est l’un des plus ardents promoteurs de l’intervention de l’État. En 1968, il demande même une intervention radicale car il est, écrit-il, « indispensable de “nationaliser” complètement les bibliothèques municipales et, au moins, leur personnel. C’est ce que l’État a été amené à faire pour l’enseignement primaire.187 » Alors que la Direction ministérielle « veut faire aveuglément confiance aux municipalités », il proteste contre cette cécité, tout particulièrement, « à Dijon, où la Ville ne veut pas développer les bibliothèques188 ».

  • 189 Anne-Marie Bertrand, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit., p. 54-56.

73On verra longtemps, notamment dans les travaux de l’ABF, la croyance que l’intérêt général n’est compris que de l’État et que l’on ne peut confier aux villes la construction d’un service public de la lecture. Ceci à la fois en raison de l’émiettement communal en France (qui rend l’organisation raisonnée du territoire très difficile) mais aussi en raison des responsabilités propres à l’État. Comme le stipule le préambule de la Constitution, « la Nation garantit l’égal accès de l’adulte et de l’enfant à la formation et à la culture ». Il appartient à l’État, disent les bibliothécaires, de garantir cette égalité d’accès – notamment par une loi sur les bibliothèques et par une direction d’administration centrale spécifiquement dédiée à ce secteur, deux gestes éminemment symboliques de l’intérêt porté par l’État aux bibliothèques. Si l’adoption d’une loi sur les bibliothèques a toujours été repoussée ou évitée, nous y reviendrons, la Direction des bibliothèques et de la lecture publique (DBLP), créée en 1944, est un des premiers enfants de l’État-providence. Elle est la manifestation de la volonté et de la capacité à prendre en mains le destin des bibliothèques. Mais, on le sait, la conjoncture économique et sociale (et, en particulier, le baby-boom et l’explosion du nombre d’enfants dans le système scolaire puis de jeunes dans le système universitaire) a conduit la DBLP à s’occuper prioritairement des bibliothèques universitaires. Bibliothèques sur lesquelles, de surcroît, elle avait pouvoir de décision, ce qui n’était pas le cas pour les bibliothèques municipales, dépendantes des communes189.

  • 190 Les bibliothèques municipales à vocation régionale, les contrats ville-lecture, les « ruches », et (...)

74De fait, ce n’est au mieux que dans les années 1970 que la notion même d’un service public communal sera tout à fait légitimée. Encore aujourd’hui, reste vivace l’idée que l’État joue un rôle tutélaire pour les bibliothèques publiques, même si les moyens de son intervention ont évolué, désormais davantage tournés vers des programmes contractuels ciblés sur des objets précis et des périodes limitées190 que vers l’organisation équitable du service public de la lecture sur le territoire. On constate ainsi que, surtout depuis les lois de décentralisation des années 1980, la logique de liberté et de responsabilité des collectivités territoriales l’emporte sur la logique d’aménagement du territoire.

  • 191 Un des derniers exemples en est la réponse aux agissements des municipalités du Front national dan (...)

75Au-delà des faits, demeure cependant toujours une demande d’État comme juge de paix et référent191. Demeure aussi, dans cet héritage de l’État-providence, l’idée de partage (la « démocratisation culturelle ») et l’idée d’intérêt général mis en œuvre par un service public. Le privé, les bénévoles sont vus comme hors de propos, comme des intrusions sans légitimité. Né dans le giron de l’État, le concept de bibliothèque publique exige un service public.

La démocratisation

76En 1948, le rapport La lecture publique en France déplore : « Notre pays, qui est très certainement un de ceux qui possèdent les bibliothèques les plus riches du monde, est donc aussi un de ceux où le livre est le plus inaccessible à la masse […]. En 1945, la grande majorité de nos bibliothèques municipales de province sont ou des bibliothèques de conservation et d’étude, ou de simples cabinets de lecture, refuge d’érudits et de retraités de l’enseignement. Le grand public n’y vient pour ainsi dire pas, ignorant même parfois jusqu’à leur existence. »

77Tous les acteurs, les analystes, les praticiens l’ont dit dès les années 1940. Au milieu du XXe siècle, la France ne manque pas de bibliothèques (publiques), elle en a au contraire un très grand nombre, qu’elles soient municipales, populaires, paroissiales, associatives, etc. Mais ces bibliothèques ne sont en rien adaptées aux besoins de la population. La bibliothèque publique, on l’a vu, est l’outil qui va permettre de répondre à ces besoins. Augmenter, améliorer l’offre de bibliothèque, c’est le moyen de répondre à ces besoins.

  • 192 De 914 000 usagers inscrits en 1969 à 3 394 000 en 1983.
  • 193 On se souvient de l’interpellation célèbre de Gérald Grunberg, alors président de la section des b (...)

78Las, au début des années 1980, ce credo qui avait traversé tout le siècle sans encombres est soudain battu en brèche. Non, ce modèle de bibliothèque publique n’est pas le moyen d’assurer la démocratisation de l’accès au livre et à la documentation. S’il a augmenté nettement le nombre des usagers192, il le fait sur des bases à la fois erronées et insuffisamment ambitieuses193. Ces bibliothèques peuvent bien être publiques, elles ne sont pas populaires.

79Au-delà du diagnostic, deux séries de critiques, d’ailleurs complémentaires, sont avancées : d’une part, les bibliothèques sont faites par les classes moyennes pour les classes moyennes ; d’autre part, c’est le côté patrimonial, savant, qui rebute les classes populaires.

  • 194 Jean-Claude Passeron. « Le polymorphisme culturel de la lecture », 1981, repris dans Le raisonneme (...)
  • 195 Nicole Robine. Les jeunes travailleurs et la lecture. La Documentation française, 1984.

80Ce sont les sociologues, notamment Jean-Claude Passeron et Nicole Robine, qui les premiers mettent en avant le caractère discriminatoire de la fréquentation des bibliothèques. Par leur offre, leur organisation, leurs choix, les bibliothèques municipales sont conçues pour les classes moyennes, voire pour les lettrés. Jean-Claude Passeron : « Il est vain de croire que l’augmentation de l’offre de la lecture en bibliothèque produira mécaniquement, en même temps que l’augmentation globale de l’intensité de lecture, l’augmentation de la part des forts lecteurs dans les classes populaires. Par ses techniques d’offre comme par les ouvrages qu’elle offre, la bibliothèque correspond d’abord aux attentes et aux pratiques culturelles des classes moyennes.194 » Nicole Robine : « Tout ce que les classes favorisées valorisent dans une bibliothèque ou une librairie : l’éclectisme, la variété des choix dans un même genre, le mode de classement des ouvrages [représentent pour les petits lecteurs] des facteurs d’éloignement de ces institutions dont l’agencement est conçu pour des lettrés, par des lettrés.195 »

81Cette analyse sociologique est rapidement intériorisée par les bibliothécaires, qui acquiescent au soupçon qui pèse sur la bibliothèque et dès 1988, Le métier de bibliothécaire, publié par l’ABF, vulgarise ces analyses : « Pendant longtemps on a cru que la simple ouverture de bibliothèques suffirait à gagner de nouveaux lecteurs, que la gratuité du livre en assurerait la démocratisation, et qu’ainsi viendraient progressivement à la lecture des individus et des couches sociales qui auparavant ne lisaient pas. À l’usage, il n’en est rien : 14,3 % seulement de Français de plus de 15 ans sont inscrits en bibliothèques, tous types de bibliothèques publiques confondus (13,2 % en 1973), et parmi ces inscrits se retrouve l’inégale répartition des lecteurs. Fréquentent d’abord les bibliothèques les habitués de la lecture : cadres supérieurs et moyens, élèves et étudiants, bacheliers et diplômés de l’enseignement supérieur, parisiens et habitants des grandes villes sont les fidèles adhérents. Les travaux de Jean-Claude Passeron et de ses élèves dans les bibliothèques de la région parisienne, ceux de Jean-François Barbier-Bouvet et Martine Poulain à la BPI, rappellent que par ses techniques d’offre comme par ses contenus offerts, la bibliothèque correspond surtout aux attentes et aux pratiques culturelles des classes moyennes. » (p. 261-262)

  • 196 Cité par Jean-Claude Utard, « Les préoccupations des bibliothécaires jeunesse par rapport à leur m (...)

82Ce discours autocritique des bibliothécaires stigmatise jusqu’aux bébés des classes moyennes, comme le montrent ces deux citations à propos de l’accueil des bébés-lecteurs : « On a dévoyé cette action. Le but d’ACCES, c’était de toucher des milieux défavorisés qui étaient loin du livre et de la culture. » Ou bien : « ACCES travaillait avec les milieux défavorisés. Ce travail a été détourné par les bibliothécaires. On accueille à tour de bras des crèches, on fait de l’éveil à des enfants déjà acquis. Ce n’est pas la même chose que d’aller en PMI. Trop de bibliothécaires ne savent plus pourquoi on travaille avec des tout-petits.196 »

  • 197 Florence Belot. Le public des fonds anciens des bibliothèques municipales : silences et représenta (...)
  • 198 Joëlle Le Marec. « Public savant, public profane » in L’action culturelle en bibliothèque, sous la (...)

83La deuxième critique avancée contre le modèle de bibliothèque mis en œuvre est qu’il est trop proche de l’ancien modèle de bibliothèque savante. Ce qui plombe le développement des bibliothèques, analyse-t-on, c’est l’étude, c’est le patrimoine. Analyse courante qui conduit à déplorer la présence massive des étudiants ou le poids du patrimoine et qui, on l’a vu, est en rupture avec le modèle importé d’Amérique. Dans son analyse des publics des services patrimoniaux des bibliothèques, Florence Belot souligne le peu de poids symbolique qui leur est reconnu : « Certes, il ne doit pas y avoir de bibliothèques publiques pour les lettrés virtuoses (les bibliothèques d’étude) et d’autres pour les moins habiles lecteurs (les bibliothèques de prêt), mais il n’est pas absurde de se demander si les bibliothèques modernisées n’ont pas – en voulant casser cette dichotomie – de fait, marginalisé, délégitimé l’activité de recherche en leur sein.197 ». L’image de la bibliothèque savante, forcément poussiéreuse et élitiste, sert de repoussoir à la conception moderne des bibliothèques – Joëlle Le Marec le souligne à son tour : « Les institutions culturelles, en particulier musées et bibliothèques, sont aujourd’hui le théâtre d’un phénomène majeur qui leur est commun… Le fameux musée poussiéreux, refuge des dimanches pluvieux, la bibliothèque hantée par quelques érudits silencieux environnés de gros volumes spécialisés sont désormais des figures repoussoirs que s’évertuent à conjurer les établissements engagés dans des rénovations et des restructurations considérables.198 »

84À la fin du XXe siècle, cette double critique adressée à la bibliothèque (n’attirer que les classes moyennes, être une bibliothèque savante) revient à faire le constat de l’échec du modèle de bibliothèque publique, destiné à attirer l’ensemble de la population, tous besoins confondus, de la formation aux loisirs (alors même que le modèle « adapté » qui est mis en œuvre est largement amputé de son ambition formatrice). Derrière ce constat, se dresse, en ombre chinoise, la présence insistante de la bibliothèque patrimoniale, la bibliothèque d’autrefois. Le modèle de bibliothèque publique, disent les analystes, ne fait que prolonger le modèle honni d’autrefois. Une autre politique est à inventer qui tiendra compte des insuffisances de la bibliothèque. C’est donc logiquement que, à partir de 1981, les nouveaux pouvoirs publics, structurellement réticents aux dispositifs institutionnels et conjoncturellement convaincus par une petite avant-garde de sociologues et de bibliothécaires, tiendront un discours offensif contre la bibliothèque (comme institution) et pour la diversification des publics.

  • 199 La Documentation française.

85Ce discours de rupture se retrouve, au plus haut niveau, dans le plan intérimaire (1982-1983), avec le rapport du groupe culture, L’impératif culturel, publié en novembre 1982199 : « Nous n’avons pas voulu réduire le culturel à la création, la diffusion ou la conservation d’œuvres ou de pratiques séparées du quotidien selon des critères issus finalement d’une conception idéologique de la “culture cultivée” ou de normes institutionnelles. » La démocratisation mise en œuvre par l’État ne fonctionne pas et, d’ailleurs, est un objectif non pertinent : « On doit analyser avec un esprit critique la politique de démocratisation de la culture cultivée mise en œuvre par l’État. Une grande partie de cette culture se rattache, en effet, à des arts et des pratiques légitimés dans le passé par des classes sociales dominantes ; en tant que telle, elle mérite tous les soins qui doivent être accordés à un élément essentiel de notre patrimoine. Mais on ne voit guère pourquoi il serait nécessaire d’y acculturer un public qui y reste structurellement rétif […]. »

  • 200 Actes du colloque Lecture et bibliothèques publiques. Hénin-Beaumont, 20-21 novembre 1981. ORCEP, (...)

86En ce qui concerne les bibliothèques publiques, ce nouveau discours est inauguré au colloque d’Hénin-Beaumont, en novembre 1981, un discours de la sociologie critique (par les interventions de Jean-Claude Passeron et Nicole Robine) et un discours politique qui déplace la responsabilité des bibliothécaires vers les élus et les usagers : « J’ai entendu dire », dit Jean Gattégno, directeur du livre, « que, pour beaucoup de professionnels, l’un des risques encourus dans la nouvelle démarche qui est mise en œuvre, dans ce transfert considérable du pouvoir de l’État vers les collectivités locales, vient de ce que les élus locaux sont souvent mal informés, voire peu concernés par le problème de la lecture et de la lecture publique en particulier […]. Il est probable que nous sommes plus compétents pour parler des bibliothèques que tel ou tel élu. Il n’est pas évident du tout que nous soyons plus compétents pour parler de la lecture. En tout cas, quand bien même ce serait vrai, il me semble que l’un des enjeux de la démarche du gouvernement actuel est précisément de prendre ce risque. Mieux vaut que les élus, et la population qui les a élus, se sentent responsables avec leur “impréparation” plutôt que de perpétuer un système où les choses nous sont dictées d’en haut sous forme de normes indicatives, sous forme de programmes types.200 »

  • 201 Isabelle Jan. Rapport sur l’extension de la lecture publique. Hôpitaux, prisons, entreprises. DLL, (...)
  • 202 Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard. Discours sur la lecture, Fayard-BPI, 2000.
  • 203 Ministère de la Culture, La politique culturelle 1981-1985. Bilan de la législature. Le livre et l (...)

87Les bibliothèques publiques sont, alors, considérés comme des institutions élitistes (même si le mot n’est pas prononcé) et comme devant changer leurs objectifs. Appuyée sur le rapport Pingaud-Barrault, cette nouvelle politique est baptisée « extension de la lecture » : elle incite les bibliothèques à travailler avec de nouveaux partenaires (les prisons, les hôpitaux, les comités d’entreprise, les quartiers d’habitat social…) et en direction de « nouveaux publics » (jeunes, immigrés, handicapés, pré-retraités…)201, puisque la lecture (et, donc, l’extension de la lecture) excède le cadre, l’activité et même les missions de la bibliothèque municipale. Les pratiques de lecture, au contraire, se caractérisent par une « multitude indéfinie des publics » et une « multitude indéfinie des lieux202 » d’usage. Le 25 janvier 1984, dans une communication au Conseil des ministres, Jack Lang réaffirme « sa volonté d’étendre le territoire du livre. Il [s’agit] essentiellement de contribuer à l’effort entrepris par les bibliothèques publiques en direction de nouveaux lieux de lecture et de nouveaux publics.203 »

88Cette dernière période, on le voit, est donc porteuse de deux ruptures par rapport au modèle de bibliothèque publique. D’une part, elle cesse de considérer le public (ou la population à desservir) comme une unité mais voit, au contraire, en lui une multiplicité de publics-cibles. D’autre part, la fonction éducative et patrimoniale de la bibliothèque est sévèrement critiquée.

89Le discours de la démocratisation est, ainsi, devenu indissociablement un discours sur l’échec de la démocratisation.

Quel héritage ?

90Cet héritage qui s’est construit au cours des deux derniers siècles est, on le voit, équivoque. Il est composé de deux courants principaux, que l’on peut considérer comme antagonistes. D’abord, dans la lignée des Lumières, la bibliothèque publique est considérée comme devant former les citoyens et comme contribuant ainsi à l’exercice de la démocratie, qui a besoin de citoyens éclairés. Mais l’héritage révolutionnaire a pris la figure déroutante de la bibliothèque patrimoniale, aristocratique, fermée à la population. Il ne pouvait être assumé dans la société urbanisée et éduquée du XXe siècle. L’ouverture du trésor à tous a signifié la fin de la bibliothèque savante (au double sens de celle qui sait et qui enseigne).

91Cette sourde lutte (non dite et non écrite) contre ses propres racines met les bibliothécaires en porte-à-faux avec eux-mêmes. S’ils continuent à se revendiquer des Lumières, ils nient de fait la formation comme un des objectifs de la bibliothèque publique. Les humanités, le patrimoine, la recherche sont considérées comme déplacés car ayant l’effet pervers d’attirer à la bibliothèque ses habituels usagers, les étudiants et les classes moyennes. Ils sont accusés de ramener la bibliothèque vers ses errements passés, d’empêcher l’évolution de la bibliothèque en une institution réellement démocratique. Le partage du savoir est ainsi, de facto, exclu de l’ambition démocratique.

92Le second héritage est celui de la bibliothèque publique, importation de la Public Library. Mais, on l’a vu, importation infidèle, faussée justement par le refus de la bibliothèque savante. Cette « bibliothèque publique » à la mode française a pris le visage des médiathèques : bibliothèques modernes, ouvertes, démocratiques mais dont le substrat politique a disparu. Les caractéristiques techniques, notamment l’introduction de nouveaux médias, ont pris le pas sur le projet politique. La modernité (la modernisation) est devenue le maître mot du développement des bibliothèques en France depuis une trentaine d’années – à commencer par la modernisation de leur nom, « médiathèques », mot intraduisible.

93Le premier héritage (la bibliothèque savante) est refusé. Le second (la bibliothèque publique) est assumé mais de façon fautive. Les conséquences pour les bibliothèques en sont forcément importantes. D’abord, une image confuse de la bibliothèque et, donc, une difficile mobilisation autour d’elle. Il était plus facile, constate Jean Hassenforder, de créer des bibliothèques (aux États-Unis) à partir de rien que d’essayer de développer des bibliothèques publiques à partir des « cimetières de livres » (Eugène Morel) que sont accusées d’être les bibliothèques municipales du XIXe siècle. Mais la table n’est pas rase. Au contraire : même dans la position de rupture qui est celle des tenants de la lecture publique, on trouve encore nombre de survivances et de caractères acquis : la création des médiathèques, à la fin du XXe siècle, a en réalité repris bien des figures des bibliothèques savantes tant décriées – par exemple, la primauté des collections littéraires sur les documents pratiques, une faible place faite à l’actualité, une méfiance profonde vis-à-vis du politique, une culture de service bien souvent défaillante, la faiblesse de l’implication locale.

94La volonté farouche de se démarquer du modèle ancien se traduit plus dans le discours que dans la réalité. Mais, deuxième conséquence, le discours sur la bibliothèque et son utilité sociale met l’accent sur le type de population touché. Est ainsi aujourd’hui considérée comme démocratique la bibliothèque qui accueille non pas l’ensemble de la population mais la part de la population qui en était auparavant exclue. D’où cette valorisation permanente du travail accompli vers ceux qui sont éloignés, exclus de la bibliothèque. D’où cette indifférence si fréquente pour l’accueil réel des usagers réels. Il s’agit de convertir (les non-usagers) plus que de servir (les usagers).

95Étrange interprétation, fantasmatique, de l’ambition de démocratisation. Étrange position de la part des bibliothécaires, du moins dans leurs discours, qui jettent eux-mêmes un doute permanent sur l’achèvement de leurs missions. Alors que, aux États-Unis, la bibliothèque est motif de fierté – et ceci, loin de se fonder uniquement sur le nombre des usagers, mais en raison des objectifs et du rôle des établissements.

96Le lent développement des bibliothèques municipales en France, les modalités de leur tardive expansion, l’ambiguïté des discours des bibliothécaires pourraient ainsi avoir créé de nouveaux obstacles. Car, à comparer les argumentaires développés de part et d’autre de l’Atlantique, on trouve des oppositions radicales. La bibliothèque comme école après l’école, la bibliothèque pour toute la population sont des arguments que les bibliothécaires français ne veulent pas prendre à leur compte. Les bibliothèques sont ainsi coupées de leur enracinement politique (la formation des citoyens, le soutien à la vie démocratique) et fragilisées par une extra-territorialité (un service public national exercé au niveau local) qui porte en germe les limites de leur succès. Elles restent ainsi à l’écart, sans appui politique ni soutien populaire. Sans ennemis mais sans amis.

97Le rapport des bibliothèques au territoire, à la population, aux lieux de pouvoir, aux pouvoirs eux-mêmes, est, on le voit, très différent dans les deux pays. Dans un cas (le cas américain), la Public Library a su s’implanter et se nourrir de cette implantation. Dans l’autre (le cas français), la bibliothèque semble restée « hors-sol », sans racines ni terreau. Le chapitre suivant va examiner plus avant ce rapport des bibliothèques au(x) pouvoir(s).

Notes

110 Michel Melot. « Pour une géopolitique des bibliothèques », in Anne-Marie Bertrand, Anne Kupiec, Ouvrages et volumes : architecture et bibliothèques. Éditions du Cercle de la Librairie, 1997, p. 99-100.

111 Alexis de Tocqueville. De la démocratie en Amérique, tome 2, Gallimard (Folio), 1961, p. 17.

112 Blandine Kriegel. Philosophie de la République. Plon, 1998, p. 145.

113 Cette transformation de « l’être-au-monde », Marcel Gauchet, d’ailleurs, la constate bien avant « l’esprit du protestantisme », dans un Moyen Âge finissant dont le démarrage économique permet « la densification des êtres, l’intensification de leur activité, l’accumulation des biens » : un « immense mouvement souterrain a peu à peu partout imposé l’optimisation active de la sphère terrestre en lieu et place de l’ancienne soumission limitative à l’intangible. » (Le désenchantement du monde, Gallimard, Folio, 1985, p. 175 et 155).

114 « Les boutiquiers puritains qui avaient appris à parler à Dieu devant leurs apprentis, leur femme et leurs enfants étaient déjà sur la voie de l’autonomie. Si inférieur que pût être, au temple, leur rang parmi les fidèles, ils trouvaient chez eux la reconnaissance gratifiante de leur dignité et de leur valeur. » (Elizabeth Eisenstein. La révolution de l’imprimé à l’aube de l’Europe moderne. Hachette, 1991, p. 204)

115 L’historien des bibliothèques québécoises, Marcel Lajeunesse, insiste sur le poids du clergé comme cause du retard des bibliothèques québécoises : une vision de l’individu comme « conscience à diriger » et « fidèle à édifier » a, dit-il, créé « une méfiance certaine envers la lecture et les institutions qui pouvaient l’assurer ». (Marcel Lajeunesse. Lecture publique et culture au Québec, XIXe et XXe siècles. Presses de l’université du Québec, 2004, p. 218). Le développement des bibliothèques publiques québécoises date de la Révolution tranquille, dans les années 1960, celui des bibliothèques des provinces anglophones est contemporain de celui des Public Libraries américaines, dans la seconde moitié du XIXe siècle.

116 Robert Damien. Bibliothèque et État : naissance d’une raison politique dans la France du XVIIe siècle. PUF, 1995, p. 16.

117 Robert Damien. Le conseiller du Prince de Machiavel à nos jours : genèse d’une matrice démocratique. PUF, 2003, p. 182.

118 “The library is an artifact of our historical landscape”. Kenneth Carpenter, Thomas Augst. “The History of Libraries in the United States”. Libraries & Culture, Winter 2003.

119 Jesse Shera est l’auteur des Foundations of the Public Library. The Shoe String Press, 1965, et, avec Sidney Ditzion, (auteur de Arsenals for a Democratic Culture : A Social History of the American Public Library Movement in New England and the Middle States from 1850 to 1900. ALA, 1947), un de nos principaux guides dans cette histoire.

120 La moitié n’a pas duré plus de 35 ans.

121 Les historiens avertis rappellent que la première bibliothèque financée sur budget public a vu le jour en 1833 à Peterborough (New Hampshire), de façon éphémère. La création de la Public Library de Boston n’en demeure pas moins emblématique et est reconnue comme telle. Ainsi, dans le National Millenium Time Capsule, recueil d’objets conservé aux Archives depuis 2001 et destiné à « donner au président américain de 2101 une idée de la culture et des valeurs que les Américains du XXe siècle partageaient », figure une carte d’usager de la Boston Public Library (American Libraries on line, posté le 11 décembre 2000).

122 Il faudra plus de dix ans aux promoteurs de cette idée pour vaincre l’apathie de la population, dix ans de débats, de lutte d’influence et de lentes avancées réglementaires. Jesse Shera évoque “the combined influence of many civic lead ers to overcome the inertia of popular apathy”. La création de la bibliothèque est votée par les autorités municipales en 1848, mais son ouverture n’aura lieu qu’en 1854. L’état du Massachusetts a autorisé en 1851 les villes de l’état à lever l’impôt pour créer et entretenir des bibliothèques (State Public Library Law).

123 Sidney Ditzion. Arsenals for a Democratic Culture, op. cit, p. 52.

124 Rappelons cependant que les Noirs ni les femmes, alors, ne votent.

125 Sidney Ditzion. Arsenals for a Democratic Culture, op. cit., p. 60.

126 Adrien Lherm. « Existe-t-il une culture américaine ? », in André Kaspi, François Durpaire, Hélène Harter, Adrien Lherm. La civilisation américaine, PUF, 2004, p. 181.

127 Mais que Shera et Ditzion mentionnent clairement.

128 Michael H. Harris. “The Role of the Public Library in American Life : a Speculative Essay”, University of Illinois, Graduate School of Library Science. Occasional Papers, n° 117, Jan. 1975.

129 Ibid.

130 Citations extraites de Gwladys Spencer. The Chicago Public Library : Origins and Backgrounds. University of Chicago Press, 1943, passim.

131 Cité par Michael Harris. “The Role of the Public Library in American Life”, op. cit.

132 Une bibliothécaire en 1903, citée par Michael Harris. “The Role of the Public Library in American Life”, op. cit. Il commente : “Les bibliothécaires semblaient croire qu’ils jouissaient d’un mandat divin pour éclairer les immigrants”.

133 Robert D. Leigh. The Public Library in the United States : The General Report of the Public Library Inquiry. Columbia University Press, 1950.

134 Bernard Berelson, avec la participation de Lester Asheim. The Library’s Public : A Report of the Public Library Inquiry. Columbia University Press, 1949.

135 Oliver Garceau. The Public Library in the Political Process : A Report of the Public Library Inquiry. Columbia University Press, 1949.

136 Robert D. Leigh. The Public Library in the United States, op. cit., p. 13.

137 Ibid., p. 136.

138 Les adhésions (registration) sont valables 3 ans. L’enquête ne compte que les emprunteurs actifs.

139 Bernard Berelson. The Library’s Public, op. cit., p. 10.

140 Ibid., p. 85-87.

141 Bernard Berelson. The Library’s Public, op. cit., p. 130. L’italique et les guillemets sont de lui.

142 Robert Leigh l’explique par le fait que l’enquête présentait un panorama réaliste de la situation et non l’habituel florilège des vertus et réussites des Public Libraries, “Changing Concepts of the Public Library’s Role”, The Library Quarterly, October 1957.

143 Cité par Douglas Raber et Mary N. Maack, “Scope, Background and Intellectual Context of the Public Library Inquiry”, Libraries & Culture, Winter 1994.

144 Douglas Raber et Mary N. Maack soulignent que cette proposition reprenait simplement l’analyse de la naissante sociologie de la communication sur l’influence à deux niveaux, des médias vers les leaders d’opinion et des leaders d’opinion vers la population. Les bibliothécaires y virent pourtant une atteinte intolérable au projet démocratique, du « snobisme intellectuel » complètement déplacé dans une institution publique.

145 Citées par Sidney Ditzion en exergue de son livre, ces phrases sont réputées lui avoir inspiré son titre, Arsenals of a Democratic Culture, op. cit.

146 « Certains Américains manquent du savoir, des ressources, de l’équipement ou de la formation nécessaires pour participer » (to play the game), Jorge R. Schement. “Imagining Fairness : Equality and Equity of Access in Search of Democracy”, Libraries & Democracy : The Cornerstones of Liberty, sous la dir. de Nancy Kranich. Chicago, ALA, 2001.

147 Bien que traitant de la création d’une bibliothèque universitaire (celle de l’université d’Alabama, en 1830), ces quelques lignes méritent d’être citées : « Le soleil de la science va bientôt se lever sur la région, dardant ses rayons à travers la forêt vers chaque maison et, avec sa chaleur joviale, dissipant les nuages de l’ignorance et des préjugés qui ont trop longtemps assombri le visage de notre pays. Les flots de connaissance qui vont jaillir de cette fontaine du savoir ne devront pas être monopolisés par quelques privilégiés au détriment de la foule. » Cité par F. Ward Hubbs, « Dissipating the Clouds of Ignorance : The First University of Alabama Library », Libraries & Culture, Winter 1992.

148 Michael Gorman. The Enduring Library : Technology, Tradition and the Quest for Balance. ALA, 2003, p. 79.

149 Paul K. McMasters. “Libraries : Where the First Amendment Lives”. Libraries & Democracy, op. cit.

150 « Est-ce que les bibliothécaires devraient bannir des livres parce qu’ils ne décrivent que des femmes infirmières ou parce qu’ils emploient le pronom masculin pour parler des policiers ou des pompiers ? Si les bibliothèques veulent réellement suivre une politique de lutte contre les stéréotypes sexistes, alors elles ne devraient pas posséder de Bible où Dieu est appelé “il”. » (Gordon B. Baldwin. “The Library Bill of Rights : A Critique”. Library Trends, Summer 1996)

151 Alexis de Tocqueville. De la démocratie en Amérique, op. cit., I, p. 381-383.

152 Michael Gorman. The Enduring Library, op. cit., p. 143.

153 Nancy C. Kranich. “Libraries, the New Media and the Political Process”. Libraries & Democracy, op. cit.

154 Voici comment l’ALA présente sa participation à cette campagne : “The United States is a constitutional republic – a government of the people, by the people and for the people. Popularly called a « democracy », the United States attains that status only when people have access to information on which to base their decisions. That information is available through our nation’s libraries. The Public Library is the ultimate marketplace of ideas. By providing a haven that fosters free inquiry, it allows each of us to participate directly in one of the most important elements of a free democratic society – the open and robust debate among competing ideas. Access to information and reader privacy are not issues of politics – they are fundamentally about the Constitution and the freedoms Americans hold dear. True national security depends on the free flow of information our nation’s libraries have always provided.”

155 Donald Sager. “Before Memory Fade: Public Libraries in the Twentieth Century”. Public Libraries, March/April 2000.

156 À titre d’exemple, cet extrait du discours d’ouverture du congrès 2005 de l’ALA, à Chicago, par le sénateur démocrate Barack Obama, aujourd’hui président des États-Unis : « Quand des groupes tentent de censurer les grandes œuvres de la littérature, vous êtes ceux qui remettez en rayons Huckleberry Finn et L’attrape-cœurs, assurant ainsi notre droit à la liberté de pensée et à la liberté d’information. Et depuis que nous avons à nous inquiéter que le gouvernement nous surveille dans les bibliothèques (looking over our shoulders in the library), vous vous êtes levés pour défendre notre droit à la confidentialité. Vous êtes les défenseurs à temps plein des libertés américaines les plus fondamentales et, pour cette raison, vous méritez la profonde gratitude de l’Amérique.”

157 Alexis de Tocqueville. De la démocratie en Amérique, op. cit., II, p. 57.

158 Claude Jolly. L’Advis, manifeste de la bibliothèque érudite. Aux amateurs de livres, 1990, p. XVIII.

159 Ibid., p. XXI.

160 Robert Damien. Bibliothèque et État, op. cit., p. 57 et 32.

161 Le marquis de Méjanes lègue sa bibliothèque à la ville d’Aix « sous la condition d’en tenir une bibliothèque ouverte en la ville d’Aix pour l’avantage du public auquel elle sera destinée ».

162 Robert Damien. Le conseiller du Prince de Machiavel à nos jours, op. cit., p. 197.

163 Ibid., p. 186.

164 Rapport sur la bibliographie, 1794, cité par Robert Damien, ibid., p. 221.

165 En 1847, un rapport au ministre de l’Instruction publique stigmatise « un amas de livres dépareillés qui ne sera pas plus une bibliothèque qu’un amas de briques n’est un palais » (cité dans Le patrimoine : histoire, pratiques et perspectives, sous la dir. de Jean-Paul Oddos, Éditions du Cercle de la Librairie, 1997)

166 Jean Hassenforder. Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, op. cit, p. 38.

167 Jean-Michel Coupé. Rapport sur les bibliothèques nationales, 1794.

168 On en trouve plus qu’une réminiscence dans la charte adoptée par le Conseil supérieur des bibliothèques en 1991 : « La bibliothèque est un service public nécessaire à l’exercice de la démocratie. Elle doit assurer l’égalité d’accès à la lecture et aux sources documentaires, pour permettre l’indépendance intellectuelle de chaque individu et contribuer au progrès de la société. » (Charte des bibliothèques, article 3)

169 Eugène Morel. La librairie publique. Armand Colin, 1910, p. 179.

170 Comme le résume cette intervention du conseiller municipal socialiste dijonnais, Parizot, en 1901 : « Le coût de cet établissement est beaucoup trop élevé par rapport aux services qu’il rend à l’ensemble de la population […] Les subventions municipales ne peuvent servir à constituer des collections de bréviaires, d’ouvrages historiques et généalogiques, même très rares, des calembredaines des moines de Cîteaux […] La bibliothèque n’est pas seulement à l’usage de quelques chercheurs ayant le loisir d’étudier mais elle appartient au peuple, je demande qu’elle soit accessible à tous. » (cité par Olivier Tacheau, « Bibliothèques municipales et genèse des politiques culturelles au XIX e siècle : Dijon et Besançon entre 1816 et 1914 », Bulletin des bibliothèques de France, t. 40, n° 4, 1995)

171 Eugène Morel. Bibliothèques. Mercure de France, 1909.

172 Graham Barnett indique que c’était, par exemple, le cas des bibliothèques municipales d’Aix, Brest, Nancy ou Valenciennes dans les années 1870 ou 1880. La situation était évidemment variable en raison des conceptions des bibliothécaires : en 1887, le nouveau bibliothécaire de Carcassonne libéralise le prêt, jusque-là réservé aux seuls professeurs ; inversement, en 1885, le nouveau bibliothécaire de Mâcon cesse tout prêt de livres, en raison du désordre qu’il provoque dans les collections. (Graham Barnett, Histoire des bibliothèques publiques en France de la Révolution à 1939. Promodis-Éditions du Cercle de la Librairie, 1987, p. 172-173)

173 Eugène Morel. Bibliothèques, op. cit.

174 Jules Laude. « Quelques mots sur les bibliothèques françaises », cité par Graham Barnett, Histoire des bibliothèques publiques en France de la Révolution à 1939, op. cit., p. 215. Il est notable, significatif et regrettable que les réflexions sur les missions des bibliothèques proviennent, en France, presque exclusivement des bibliothécaires eux-mêmes, alors que la classe politique en parle peu. Par indifférence ? C’est ce qu’avance Jean Hassenforder : « La crise des bibliothèques, au début du XXe siècle, témoigne d’une longue indifférence à leur égard, quelles qu’aient été par ailleurs les intentions affirmées sur le plan politique. Aussi, Eugène Morel, pionnier de la bibliothèque publique en France peut-il écrire : “Les majorités laïques et politiques l’ignorent parfaitement.” » (Jean Hassenforder, Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, op. cit., p. 95)

175 Michel Bouvy. « Une revue professionnelle de combat : Médiathèques publiques », Mémoire pour demain, mélanges en l’honneur de Albert Ronsin, Gérard Thirion, Guy Vaucel. ABF, 1995.

176 Eugène Morel. La librairie publique, op. cit., p. 303.

177 Noë Richter. La naissance de la lecture publique. Éditions de la Queue du chat, 1992.

178 Cité dans Anne-Marie Bertrand, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit., p. 100.

179 Lettre à Pierre Gras, 16 janvier 1969. Cité dans Anne-Marie Bertrand, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit., p. 158.

180 « Réflexions en forme de journal », Médiathèques publiques, n° 48, 1979.

181 « Réflexions en forme de journal », Médiathèques publiques, n° 44, 1978.

182 « L’amour du métier ». Médiathèques publiques, n° 71-72, 1988.

183 Pierre Rosanvallon. L’État en France de 1789 à nos jours. Éditions du Seuil, 1990 (L’univers historique).

184 Dominique Lorrain. « De l’administration républicaine au gouvernement urbain ». Sociologie du travail, n° 4, 1991.

185 Cette croyance excède, évidemment, le monde culturel et, a fortiori, celui des bibliothèques. Pour les musées, Dominique Poulot parle de « cette unique légitimité qui appartient à l’État national – loi d’airain, culturelle et politique, qui surplombe l’histoire française contemporaine ». (Une histoire des musées de France, XVIII e - XX e siècle. La Découverte, 2005, p. 6)

186 Pierre Lelièvre. Projet d’« organisation d’un service de la lecture publique » (22 septembre 1944).

187 Pierre Gras. « Pour la nationalisation des bibliothèques municipales ». Bulletin d’informations de l’ABF, n° 58, 1968.

188 Lettre du 11 février 1970. Cité dans Anne-Marie Bertrand, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit., p. 95.

189 Anne-Marie Bertrand, Les villes et leurs bibliothèques, op. cit., p. 54-56.

190 Les bibliothèques municipales à vocation régionale, les contrats ville-lecture, les « ruches », etc.

191 Un des derniers exemples en est la réponse aux agissements des municipalités du Front national dans les bibliothèques de leurs communes, entre 1995 et 2001.

192 De 914 000 usagers inscrits en 1969 à 3 394 000 en 1983.

193 On se souvient de l’interpellation célèbre de Gérald Grunberg, alors président de la section des bibliothèques publiques de l’ABF : « Nous ne pouvons pas parler de bibliothèque en la définissant simplement comme un équipement qui prête des livres à 20 ou 30 % de la population, ce qui suppose que 70 à 80 % restent à l’écart et que cela regroupe, le plus souvent, les catégorie sociales les plus défavorisées. La bibliothèque draine un public qui socio-culturellement est prédisposé à venir la fréquenter, mais il reste alors une immense majorité du public que l’on ne touche pas. » Intervention au colloque d’Hénin-Beaumont. Lecture et bibliothèques publiques. ORCEP, 1982.

194 Jean-Claude Passeron. « Le polymorphisme culturel de la lecture », 1981, repris dans Le raisonnement sociologique. Nathan, 1991, p. 339.

195 Nicole Robine. Les jeunes travailleurs et la lecture. La Documentation française, 1984.

196 Cité par Jean-Claude Utard, « Les préoccupations des bibliothécaires jeunesse par rapport à leur métier », communication au colloque du 6 juin 2002 organisé par la Joie par les livres (compte rendu dans le Bulletin des bibliothèques de France, t. 47, n° 5, 2002, « Les bibliothèques pour la jeunesse et leurs publics »).

197 Florence Belot. Le public des fonds anciens des bibliothèques municipales : silences et représentations. Mémoire d’étude du diplôme de conservateur des bibliothèques : enssib, 2004. Les formules en italique sont de Jean Gattégno.

198 Joëlle Le Marec. « Public savant, public profane » in L’action culturelle en bibliothèque, sous la dir. de Viviane Cabannes et Martine Poulain. Éditions du Cercle de la Librairie, 1998, p. 29.

199 La Documentation française.

200 Actes du colloque Lecture et bibliothèques publiques. Hénin-Beaumont, 20-21 novembre 1981. ORCEP, 1982.

201 Isabelle Jan. Rapport sur l’extension de la lecture publique. Hôpitaux, prisons, entreprises. DLL, 1983.

202 Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard. Discours sur la lecture, Fayard-BPI, 2000.

203 Ministère de la Culture, La politique culturelle 1981-1985. Bilan de la législature. Le livre et la lecture. Ministère de la Culture, s.d.

Notes de fin

* Voir en annexe.

© Presses de l’enssib, 2010

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search