Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bibliothèque publique et Public Library

 | 
Anne-Marie Bertrand

Chapitre I. Voisinages

Texte intégral

1Avant d’entamer cette entreprise comparatiste, il me semble opportun d’interroger les points de convergence, les connexions, les influences, les curiosités ou, au contraire, les refus, les évitements qu’ont pu entretenir bibliothèques et bibliothécaires de part et d’autre de l’Atlantique. Avant de comparer chacun dans son identité, voir ce qui est à la frontière, au point de contact ou même, simplement, ce qui est connu de l’autre. Ici, je souhaite donc examiner le contexte du voisinage, avant d’analyser, ensuite, tout au long de cet ouvrage, chacune des entités dans sa singularité et ses différences.

2Il est peut-être inutile de souligner, en préambule, la disparité de ce voisinage, le déséquilibre qui fait que la culture américaine est largement présente en France, que la littérature américaine est largement présente en France, que le modèle de bibliothèque américain est largement présent en France, mais que l’inverse n’est pas vrai.

  • 62 Jacqueline Gascuel, « Réflexions incongrues à partir de quelques chiffres », Bulletin d’information (...)
  • 63 Jacqueline Gascuel, « La Pierre… et la lecture publique », Bulletin d’informations de l’ABF, n° 90, (...)
  • 64 Cité par Sidney H. Ditzion, Arsenals of a Democratic Culture, Chicago, ALA, 1947, p. 168.

3Par contre, il n’est peut-être pas inutile de souligner la diversité des situations des bibliothèques américaines et françaises. Deux exemples : en 1980, Jacqueline Gascuel produit, à l’appui d’un article déplorant le retard français, des statistiques redoutables : en 1975, la bibliothèque de Nice, 300 000 habitants, a la même activité que celle de Boston, 300 000 habitants, en 187562. Dans la même veine, la même Jacqueline Gascuel souligne en 1976 que débattre du modèle de bibliothèque n’est plus alors un exercice abstrait puisque des réalisations sont déjà inscrites dans la pierre : « Pour tous ceux qui depuis des années militent en faveur d’une nouvelle conception de la bibliothèque, la pas qui a été franchi est décisif. Ce n’est plus dans un désert qu’ils ont à évoquer la “bibliothèque publique” comme une oasis inaccessible. Des modèles enfin existent. Une nouvelle génération de bibliothèques municipales est apparue63 ». Cent ans plus tôt, Melvil Dewey écrivait : « Jadis, les bibliothèques étaient peu ouvertes et les visiteurs venaient rarement, comme lorsqu’on vient quelquefois dans un château désert ou une maison hantée. Maintenant, beaucoup de nos bibliothèques sont accessibles aux mêmes heures que les bureaux de poste, et le nombre de nouvelles bibliothèques est si grand que, dans une ville ordinaire, on ne peut plus demander : “Avez-vous une bibliothèque ?” mais : “Où est votre bibliothèque ?”, comme l’on demanderait où est votre école, ou votre bureau de poste ou votre église ? 64 » C’était en 1876.

4Il ne peut donc s’agir de comparer ce qui est si inégal. Mais d’analyser deux situations au miroir l’une de l’autre.

  • 65 Les films américains représentaient 40 % des entrées en France en 2005 ; le cinéma français 2 % des (...)
  • 66 Douze romans américains sont classés parmi les 50 meilleures ventes, dont en numéro 1 le Da Vinci C (...)

Une semaine ordinaire en France (13 au 19 janvier 2005)
Dans la presse, des articles sur le projet de Steven Spielberg de tourner un film sur Abraham Lincoln, le cinquième anniversaire de l’alliance francoaméricaine des musées, des critiques de livres américains (Gentil bébé, Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes Russes), des critiques de films américains (Criminal, The Machinist, Les ex de mon mec), des critiques de disques américains (Bonnie Prince Billy, Paul Westerberg, Home Video, Isis, Xzibit, The Art ensemble of Chicago, Frank Zappa), l’annonce des concerts de Green Day et Hilary Hahn, une critique de l’exposition Shore Stories (Stephen Shore), etc.
Au théâtre, à Paris, douze pièces d’auteurs américains sont jouées (Au nom de l’Amérique, Brooklyn Boy, Chroniques martiennes, Comment devenir une mère juive en 10 leçons, Demande à la poussière, Doux oiseau de jeunesse, J’veux pas être seule(e), Kaddish, Miracle en Alabama, Les Monologues du vagin, Quatre chiens sur un os, Si nous parlions d’amour).
Cinq expositions parisiennes présentent des œuvres américaines (Stephen Shore, Psyke of the wall, Joseph Stieglitz – 2 fois –, Motherwell).
Au cinéma, trois nouveaux films américains sont projetés à Paris (Les Ex de mon mec de Nick Hurran, Le Fantôme de l’Opéra de Joel Schumacher, Melinda & Melinda de Woody Allen), 59 autres films américains continuent à y passer et sept réalisateurs ou acteurs font l’objet d’un festival, Cassavetes (2 films), Humphrey Bogart (6 films), Jim Jarmusch (5 films), Ken Russell (4 films), Nicholas Ray (7 films), Woody Allen (6 films), ainsi que le festival Vicente Minnelli à Beaubourg (18 films)65 .
Dans les librairies, des centaines de titres de livres américains sont disponibles66.

L’INFLUENCE AMÉRICAINE SUR LES BIBLIOTHÈQUES DE FRANCE

5Cette histoire est bien connue – et participe de la saga héroïque des bibliothèques publiques françaises. Mais, nous allons le voir, des débuts prometteurs se sont rapidement enlisés dans l’indifférence du milieu social français.

Tout commence par une solidarité active

  • 67 Mary N. Maack. “Americans in France : Cross-Cultural Exchange and the Diffusion of Innovations”. Jo (...)

6Avant les réalisations philanthropiques de l’après première guerre, le modèle américain s’était déjà invité en France, dès l’Exposition universelle de 1900, où Melvil Dewey et son équipe de la Bibliothèque d’État de New-York présentent une « bibliothèque américaine modèle67 ». En 1906, Maurice Pellisson publie Les bibliothèques populaires à l’étranger et en France où il évoque chaleureusement les bibliothèques américaines. En 1908, Eugène Morel publie son célèbre Bibliothèques, essai sur le développement des bibliothèques publiques, où il compare la situation des bibliothèques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. En 1913, le président de l’ABF, Charles Sustrac, entreprend un voyage d’étude aux États-Unis.

  • 68 Ibid.
  • 69 Noë Richter. La lecture & ses institutions. Plein Chant, 1989.

7Ainsi, dès le début du siècle, des bibliothécaires français connaissent et admirent les bibliothèques publiques américaines. Après la première guerre, des bibliothécaires américains sont sur le sol français des « agents du changement qui implantèrent les nouvelles idées et les pratiques déjà connues et soutenues par des pionniers comme Morel68. » Pionniers qui œuvrent depuis lors à l’implantation de ces pratiques et de la conception qui les sous-tend ; pionniers qui souffrent, dit même Noë Richter, d’une « anglo-saxomanie endémique69 ».

  • 70 Henri Lemaître souligne le caractère spécifique des bibliothèques pour enfants créées grâce aux Amé (...)
  • 71 Le maire de Liévin, lors de la pose de la première pierre, en 1925, salue “un don de la Grande Amér (...)

8La première manifestation de cet échange culturel est une bibliothèque (qui existe toujours), l’American Library in Paris, fondée en 1920, héritière de la bibliothèque de guerre montée en 1917 par l’American Library Association pour les soldats américains. Mais les Américains ne se contentèrent pas de servir leurs propres concitoyens. C’est à la fin de la première guerre que leur solidarité s’est concrétisée en France. Le Comité américain pour les régions dévastées (CARD) est créé en 1917 à l’instigation d’Ann Morgan, l’héritière de la Banque Morgan : d’abord destiné, durant les hostilités, à venir en aide aux populations civiles du département de l’Aisne, le CARD après la guerre prit part à la reconstruction – notamment en créant quatre bibliothèques dans l’Aisne, d’abord dans des petites villes (Bléran court, Anizy-le-Château, Vic-sur-Aisne, Coucyle-Château) en 1920, puis une cinquième, plus grande, à Soissons en 1921. En 1922, c’est la première bibliothèque pour enfants de France qui ouvre grâce à lui à Paris, rue Fessart, bibliothèque municipalisée en 1924. Un autre organisme charitable, the Book Committee for a Children’s Library, crée en 1924 une autre bibliothèque pour enfants, L’Heure Joyeuse, qui connut une postérité plus éclatante70. En 1921, le président de la Fondation Carnegie pose la première pierre de la nouvelle bibliothèque de Reims – qui s’appellera Bibliothèque Carnegie, comme tant de bibliothèques aux États-Unis. De nombreux dons contribuent à reconstituer de petites bibliothèques publiques, comme pour la ville de Liévin, à qui des bibliothécaires de Chicago envoyèrent des livres, du mobilier et de l’argent pour aider à la création d’une bibliothèque pour enfants71.

9Enfin, nouvel intervenant, l’ALA, avec le soutien financier du CARD, crée en 1923 une école de bibliothécaires à Paris. Car philanthropes et bibliothécaires américains savent bien que cette œuvre ne peut être poursuivie que si des bibliothécaires français, à leur tour, sont capables de prendre en charge et, mieux, de promouvoir le modèle américain (c’est-àdire moderne) de bibliothèque publique. L’école vécut jusqu’en 1929, les Américains la confiant progressivement aux mains des modernistes français d’alors (Eugène Morel, Ernest Coyecque, Gabriel Henriot, Henri Lemaître) qui ne purent la faire vivre plus longtemps – Gabriel Henriot réussit cependant à maintenir un enseignement dans le cadre de la bibliothèque Forney.

  • 72 Martine Poulain. “Philanthropy, Benefaction, and Libraries in France, 1916-1929”, Libraries & Cultu (...)
  • 73 Lors de l’inauguration de la bibliothèque, en 1921. Cité par Laure Léveillé, « Fascinations étrangè (...)

10« La poursuite de cette œuvre américaine fut significative et influença l’histoire des bibliothèques françaises au XXe siècle72 », écrit Martine Poulain. Mais cette influence ne fut efficace qu’à long terme, car dans les années 1920 ni les bibliothécaires français ni les pouvoirs publics ne furent capables de prendre le relais. Occasion ratée ? Pourtant, combien les plus convaincus d’entre eux, tel Ernest Coyecque, auraient aimé montrer, seulement montrer, ce qu’était une bibliothèque moderne : « Maintenant, je vais pouvoir dire aux incrédules : “Prenez le train et allez voir à Soissons.” Ce sera une démonstration par le fait.73 »

  • 74 Ibid.

11Au-delà des réalisations, marginales et éphémères, c’est un modèle de bibliothèque qui est introduit en France et cela, par contre, ne mourra pas – comme Laure Léveillé le souligne : « Mais au moment où les Américains quittent la scène, ils laissent derrière eux des expériences fort marginales. Cependant, si les solutions de continuité paraissent inévita - bles dans le domaine des réalisations matérielles, l’aide américaine ou plus exactement le modèle américain venu à la rencontre des professionnels français n’en exercent pas moins une durable influence sur les représentations de la bibliothèque en France.74 » Cette influence a été entretenue par la formation « américaine » reçue par des militants de la modernisation des bibliothèques publiques. Ainsi, Victorine Vérine, bibliothécaire de Soissons et promotrice du premier bibliobus, avait été formée à l’école américaine de Paris. Cette formation sera un des vecteurs les plus efficaces de l’acculturation des bibliothécaires français au modèle américain.

Le modèle américain

12Ce modèle qui a convaincu dès le début du XXe siècle est à la fois un modèle technique (le libre accès aux ouvrages, des bibliothèques pour les enfants, l’introduction de la presse, de la documentation pratique, la gratuité, du personnel qualifié) et un modèle politique : celui des bibliothèques pour toute la population, appuyées et voulues par la population.

  • 75 Texte de 1922, cité par Noë Richter, Introduction à l’histoire de la lecture publique et à la bibli (...)

13Jessie Carson, qui fut l’une des responsables du CARD, décrit avec vigueur l’écart entre la conception américaine des bibliothèques et la réalité qu’elle découvrit en France après la première guerre : « Il ne faut pas croire que le CARD ait introduit en France la bibliothèque publique. Il y en a dans tous les quartiers des grandes villes et dans presque chaque petit village. Mais ces bibliothèques ne sont pas l’équivalent des “public libraries” que nous connaissons aux États-Unis ; elles ne répondent en aucune manière aux besoins de la communauté, elles sont incomplètes et mal organisées : ce sont pour la plupart des salles petites, mal tenues, pauvrement éclairées, avec des rayons resserrés montant jusqu’au plafond ; le public ne peut faire le choix d’un livre qu’en consultant un mauvais catalogue, sale, déchiré, souvent périmé, qu’on doit feuilleter sur un pupitre de bois, à l’entrée de la salle. D’autre part, l’entrée de la bibliothèque est, d’une façon générale, formellement interdite au public, qui est invité à attendre patiemment derrière une balustrade qu’on lui remette le livre dont il a indiqué le numéro.75 » L’ouverture au public se traduisit donc à la fois physiquement par la suppression de la « balustrade » et par l’accueil des enfants, mais aussi par le souci de l’accueil des usagers : il s’agit d’une réelle révolution copernicienne. Ancrés sur les collections, l’intérêt et les compétences des bibliothécaires français se déplacèrent progressivement, tout au long du XXe siècle, vers le souci des usagers.

  • 76 Citée par Viviane Ezratty, « Les bibliothèques françaises pour la jeunesse : quelques questions tou (...)

14Le malentendu qui va rapidement s’instaurer est l’abandon des prémices politiques de ce modèle. On n’en retiendra que les caractéristiques techniques, gages de succès. Et on oubliera le discours de Caroline Griffiths, en 1924, lors de l’inauguration de l’Heure Joyeuse : « La bibliothèque pour enfants est sociale par nature et scientifique par son organisation. Pour réussir, elle doit avoir l’appui des autorités publiques, être guidée par des experts et jouir de la sympathie constante et de l’attention perpétuelle des citoyens patriotes76 ». Les « citoyens patriotes », j’y reviendrai, ne sont pas considérés en France comme des acteurs du développement des bibliothèques.

  • 77 Un voyage d’études aux États-Unis, en 1969, lui permit de visiter 24 bibliothèques américaines (Jea (...)

15L’un des épisodes les plus manifestes de cette admiration infidèle est la conception de la Bibliothèque publique d’information, à partir de 1965 : toute la panoplie technique du modèle américain, et même au-delà, se retrouve dans ce projet lentement mûri et dont son promoteur, Jean-Pierre Seguin, reconnaît explicitement l’influence américaine, notamment dans la création d’une bibliothèque pour les enfants77. Par contre, politiquement, il émane d’une des institutions étatiques les plus vénérables (et les plus institutionnelles) : la Bibliothèque nationale, dont le « département de lecture publique » fut plus tard appelé bibliothèque des Halles, puis Bibliothèque publique d’information. La plus grande, plus moderne et plus fréquentée bibliothèque publique de France est une pure création de l’État.

16Enfin, on peut considérer que, dans les années 1980, le modèle américain a disparu de l’horizon d’attente des bibliothécaires français. L’émergence du modèle français de médiathèque, en effet, non seulement continue à ignorer la substance politique du modèle américain, mais en dépasse les caractéristiques techniques – évidemment datées. L’attention portée à la qualité architecturale, la visée conviviale, l’action culturelle sont des apports purement autochtones au modèle de bibliothèque.

  • 78 Françoise Gaudet, Claudine Liéber. « L’Amérique à votre porte : nouveaux usages, nouveaux services, (...)

17Ce qui continue à motiver l’intérêt des bibliothécaires français pour les bibliothèques américaines, c’est la qualité des services rendus et l’innovation. Ainsi, les bibliothèques américaines ne seraient plus un « Autre » à imiter et atteindre, mais un « Même » un peu en avance – ce que signifie, par exemple, ce préambule à un récit de voyage : « Les bibliothèques américaines ont la réputation d’être belles et riches, dynamiques et accueillantes. On y glane beaucoup d’idées et de savoir-faire bibliothéconomique. L’habitude a été prise par les bibliothécaires français, seuls ou en escouade, de traverser régulièrement l’Atlantique pour découvrir les dernières nouveautés technologiques, avec le sentiment de prendre une longueur d’avance sur la réalité de demain.78 »

  • 79 Voir Pierre Nora (passim), Robert Fossier, « La Bibliothèque de la Sorbonne est en danger », Le Déb (...)

18Les intellectuels français gardent, eux, une image forte et positive des bibliothèques américaines. Demeure aujourd’hui dans les esprits l’image d’une bibliothèque riche de collections et accueillante pour ses lecteurs : c’est le discours, par exemple, d’un Pierre Nora, d’un Robert Fossier ou d’un Jean-Marie Goulemot79 . Mais il s’agit là bien davantage des bibliothèques des universités que des bibliothèques publiques, qu’ils ont peu ou pas fréquentées à l’exception de la New York Public Library – que l’on peut considérer (dans son implantation centrale de la 42e rue) comme une bibliothèque de recherche plus que comme une bibliothèque publique.

D’autres modes d’influence

19Si le modèle même de bibliothèque ne joue plus son rôle mobilisateur auprès des bibliothécaires, l’influence américaine continue à s’exercer, mais à d’autres niveaux.

  • 80 Chroniques de la BnF, n° 29, 2005.
  • 81 La France en Amérique/France in America, < http://gallica.bnf.fr/FranceAmerique/fr > ou < http://in (...)

20D’abord, la richesse des collections des bibliothèques américaines en fait un partenaire incontournable pour tout projet documentaire exhaustif, voire simplement pour tout projet d’envergure. Ainsi, la Bibliothèque nationale de France (BnF) entretient des « relations bilatérales privilégiées avec de nombreuses bibliothèques sœurs, dont la British Library, la New York Public Library, la Bibliothèque du Congrès […] », explique son président, Jean-Noël Jeanneney80 . C’est avec la Bibliothèque du Congrès que la BnF a créé en mai 2005 un site interactif bilingue sur la présence française en Amérique du Nord du XVIe au XIXe siècle81, site qui présente des corpus de documents numérisés. C’est avec la Queens Borough Public Library (de la New York Public Library) que la BPI a conclu une convention de partenariat en 2001, destinée à monter des projets communs ou des formations.

  • 82 Michel Melot. « Le temps des médiathèques », op. cit., p. 214.

21Ensuite, le nombre, la richesse, l’intérêt des bibliothèques américaines suscitent des envies de voyages de la part des bibliothécaires ou futurs bibliothécaires français. Les bourses Fulbright sont le moyen sans doute aujourd’hui le plus utilisé pour entreprendre un voyage d’étude aux États-Unis : depuis 1951, des dizaines de bibliothécaires français ont utilisé cette possibilité. Des bibliothécaires y ont aussi voyagé ou séjourné dans d’autres conditions : stages à la New York Public Library, à la Newberry Library de Chicago, à la Public Library de Boston, dans des écoles de bibliothéconomie (Graduate School of Library and Information Science à l’université d’Illinois), etc. Quelques voyages d’études ont été organisés à l’occasion de congrès de l’IFLA en Amérique du Nord (Toronto 1968, Washington 1975). Les bibliothécaires modernistes ont visité (Michel Bouvy) ou travaillé (Geneviève Le Cacheux à Cleveland, Geneviève Patte à Ann Arbor) dans des Public Libraries. Comme l’exprime joliment Michel Melot, « le voyage en Amérique ou dans les Pays scandinaves fut aux bibliothécaires [français] du XXe siècle ce que le voyage en Italie fut aux peintres du XVIIe.82 »

22Enfin, le nombre et la qualité des bibliothécaires américains en font des éléments moteurs dans de grandes réalisations internationales. Citons la gestion/révision de la classification décimale Dewey, créée par l’Américain Melvil Dewey en 1876 et constamment mise à jour depuis – c’est cette classification que suivent la plupart des bibliothèques publiques du monde. La classification de la Bibliothèque du Congrès, pour sa part, a été adoptée par de nombreuses bibliothèques d’étude et de recherche.

23Le plus grand catalogue collectif de bibliothèques, OCLC, est né dans l’Ohio (Ohio College Library Center) et alimente aujourd’hui des milliers de bibliothèques partout dans le monde. L’attribution des numéros identificateurs des livres, l’International Standard Book Number (ISBN), est l’objet depuis 2004 d’une lutte d’influence où Britanniques et Américains mènent la danse. Les Américains sont pionniers en matière d’accès libre à la documentation électronique – ils ont, par exemple, créé la Public Library of Science (PLoS), gérée par les scientifiques eux-mêmes pour contrer la privatisation de l’accès au savoir à laquelle mène le monopole de quelques consortiums éditoriaux.

24Enfin, pour mémoire, citons le gigantesque chantier de numérisation ouvert par Google : le noyau initial des collections, celui de grandes bibliothèques universitaires américaines (Harvard, Michigan, Stanford…), s’est progressivement étendu à des bibliothèques européennes, britanniques, néerlandaises, suisses et maintenant, françaises.

25Ce contexte scientifique, technique, normatif et économique fait que l’influence américaine sur les bibliothèques françaises est aujourd’hui moins identifiable mais sans doute plus importante que dans les années 1920. S’il n’y a plus de modèle américain évoqué, il y a un environnement américain obligé.

L’influence française sur les bibliothèques américaines

26La question est logique. La réponse sera courte.

  • 83 George Ticknor et Edward Everett, de Boston, Joseph Cosgwell, de New York, par exemple, ont visité (...)
  • 84 Axel Munthe, American Librarianship from an European Angle : An Attempt at an Evaluation of Politic (...)
  • 85 Sidney H. Ditzion, Arsenals of a Democratic Culture, op. cit., p. 2-3.

27Au XIXe siècle, les bibliothèques municipales françaises, savantes, patrimoniales, ont pu susciter l’intérêt de voyageurs américains. La richesse des collections, surtout, semblait un élément d’admiration83. Mais, aujourd’hui, c’est l’héritage anglais que les bibliothécaires américains évoquent (et, en particulier, le Public Libraries Act de 1850) : « Le Library Movement américain a son origine en Angleterre.84 » Héritage à la fois reconnu mais aussi radicalement critiqué, voire dénié : « Le mouvement britannique [des Public Libraries] a rencontré une forte opposition de la part de la classe des propriétaires. Le mouvement américain n’a rencontré que rarement l’opposition des contribuables. Les classes privilégiées en Angleterre craignaient un peuple éduqué. Ceux qui gouvernaient la société américaine le favorisaient. Les humanistes en Angleterre s’exprimaient souvent comme s’il s’agissait d’amener une classe de brutes à la civilisation en créant des bibliothèques. Les promoteurs américains d’une vie meilleure étaient généralement égalitaires et profondément démocrates dans leur approche […]. Sur le long terme, on peut dire que les Britanniques ont plus appris de nous que nous d’eux.85 »

  • 86 Jean Hassenforder, Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne (...)

28Jean Hassenforder souligne, de son côté, les différences considérables qui séparent d’emblée les bibliothèques publiques américaines des bibliothèques municipales françaises : « Aux États-Unis et en Grande-Bretagne, les bibliothèques municipales dès le départ sont des institutions neuves. Elles ne sont point asser vies comme en France à de riches fonds anciens. Elles sont libres d’innover. Le même organisme assure des fonctions diverses selon la variété des besoins du présent. Il n’y a point séparation comme ailleurs entre la fonction documentaire et la fonction de grande diffusion du livre. Par là, la bibliothèque acquiert cette dimension minimum préalable à toute action efficace.86 »

  • 87 Un bibliothécaire californien, Jack Kessler, édite depuis 1992 un journal électronique (FYI France (...)

29Un siècle plus tard, si certains pays considèrent qu’ils ont à apprendre du modèle français de médiathèque, ce ne semble pas être le cas des bibliothécaires américains – ce qui ne signifie pas qu’ils ne soient pas intéressés par les bibliothèques françaises87. Mais elles ne les influencent pas.

ÉCRITURES CROISÉES

30La connaissance, l’intérêt, la curiosité qu’ont les uns pour les autres bibliothécaires français et américains se lisent dans leurs littératures professionnelles. La quantité comme le thème des articles sont significatifs.

Les bibliothèques américaines dans les revues professionnelles françaises

31Le Bulletin des bibliothèques de France (BBF) rend compte régulièrement de la situation des bibliothèques à l’étranger, notamment en matière de modernisation. De 1956 à 2002, le BBF a publié 285 articles (exposés, analyses, comptes rendus de voyages) sur l’étranger. Parmi eux, 59 ont été consacrés aux bibliothèques des États-Unis, de loin la plus importante proportion. Suivent, dans l’ordre, la Grande-Bretagne avec 34 occurrences, l’Allemagne (les deux Allemagnes) 29, l’URSS (puis la Russie) 22, la Scandinavie 15, le Québec 12, etc. L’intérêt pour les bibliothèques américaines porte surtout sur les grandes bibliothèques d’étude et de recherche (à commencer par la Bibliothèque du Congrès) et sur l’adoption de nouvelles techniques (automatisation, audio-visuel, cédéroms, etc.). Les bibliothèques publiques sont peu souvent traitées : un article sur la Boston Public Library en 1981, un sur la Public Library de San Francisco en 1991, deux sur la New York Public Library (1991 et 2002). Des questions transversales, bien sûr, intéressent les bibliothèques publiques, comme la formation des bibliothécaires aux États-Unis ou les questions de censure (2002, 2004). Les comptes rendus de voyages des bourses Fulbright concernent généralement les bibliothèques publiques comme les bibliothèques d’étude (1998, 2002).

32Le Bulletin d’informations de l’ABF, lui aussi voire lui davantage, consacre régulièrement des pages aux bibliothèques étrangères. La rubrique « Nouvelles internationales » existe dès 1957. Mais on y trouve de tout, le compte rendu de l’association des bibliothécaires (ouest-) allemands, le cinquantenaire de l’association des conservateurs belges, un « hommage soviétique à Julien Cain », beaucoup de comptes rendus de voyages d’études (surtout en Allemagne et au Danemark), le développement grâce à l’aide internationale de la lecture publique au Cambodge, la présentation de la bibliothèque du Centre culturel français de Yaoundé ou de Barcelone, etc. Parmi les 103 articles retenus (en ne conservant que les articles sur les bibliothèques, c’est-à-dire en éliminant les comptes rendus des congrès et de toutes sortes de conférences comme la conférence européenne des bibliothèques médicales ou le colloque des bibliothèques d’art), 24 concernent les États-Unis, qui réalisent comme dans le BBF le plus gros score, suivis par la Grande-Bretagne (20), l’Allemagne (16), l’Europe de l’Est (11), l’URSS et la Russie (8), l’Afrique (8), etc. Ces 24 articles sont surtout des comptes rendus (de voyages : 1957, 1958, 1963, 1966, 1968, 1975, 1980, 1988, ou de congrès de l’ALA : 1957 et 1998) mais aussi des articles thématiques, principalement sur les bibliothèques d’étude (catalogues collectifs, coopération, fonds spécialisés) et moins sur des thèmes intéressant les bibliothèques publiques : les bibliothèques pour enfants (1957), les services pour handicapés visuels (1988), la censure (1997) ou le multiculturalisme (1997).

33Dans le BBF, ce sont plutôt des Américains (mais pas seulement) qui écrivent sur les bibliothèques américaines ; dans le Bulletin d’informations de l’ABF, ce sont surtout des Français (mais pas seulement). Comme on le verra plus loin, ces quelques publications, somme toute homéopathiques, n’empêchent pas une ignorance profonde de ce que sont les bibliothèques américaines.

Les bibliothèques françaises dans quelques revues américaines

34Se livrer à un décompte symétrique dans la littérature professionnelle américaine est à peu près impossible : il n’y a pas deux revues à dépouiller, mais des dizaines. Ici, je ne livrerai donc qu’un bref aperçu, établi à partir de trois revues : Journal of Library History, Library Quarterly, Library Trends.

  • 88 Edward A. Goedeken. “What We Wrote About and Who We Were : Historical Writings in JLH/L&C, 1966-200 (...)
  • 89 Mary N. Maack. “Americans in France : Cross-Cultural Exchange and the Diffusion of Innovations”, Jo (...)

35Edward A. Goedeken s’est intéressé aux sujets traités dans le Journal of Library History (devenu Libraries & Culture en 1996) entre 1966 et 200088 . Sur les 602 articles recensés, près de la moitié (286) sont consacrés à l’histoire des bibliothèques à l’étranger (« Non US ») dont 160 à l’Europe et 24 à la France, toutes bibliothèques et toutes périodes confondues. Quatre articles concernent les bibliothèques publiques françaises au XXe siècle89. L’intérêt montré aux bibliothèques françaises y est, on le voit, plutôt mince. Il est pourtant encore plus faible dans les deux autres revues évoquées.

36La revue Library Trends ne publie que des numéros entièrement thématiques. Sur les cinq numéros qui traitent de la situation à l’étranger, entre 1960 et 2000, un seul comporte un article sur les bibliothèques françaises : Paul Poindron, « French University Libraries », dans « European University Libraries : Current Status and Developments », vol. 12, n ° 4, April 1964. Dans quatre autres dossiers, la France est absente : “Education for Librarianship Abroad in Selected Countries” (Oct. 1963), “Metropolitan Public Library Problems Around the World” (July 1965), “Cooperative and Centralized Cataloging” (July 1967), “Library Services to Ethnocultural Minorities” (Fall 1980).

37Quant à la revue Library Quarterly, je n’y ai trouvé aucun article dont le sujet soit une/des bibliothèques(s) française(s) – ce qui ne signifie pas évidemment qu’aucune mention à une/des bibliothèques(s) française(s) ne s’y trouve. Mais, si c’est le cas, c’est au mieux incident. Les bibliothèques françaises ne sont pas, en elles-mêmes, un sujet.

UN VOISINAGE LOINTAIN

38On le voit, le décalage est grand entre l’intérêt porté aux voisins de chaque côté de l’Atlantique : pour les Français, les bibliothèques américaines sont le premier sujet d’intérêt dans la presse professionnelle ; pour les Américains, les bibliothèques françaises existent à peine. L’avance très grande prise par les bibliothèques américaines, leur développement beaucoup plus affirmé, leurs innovations, leurs débats, leur nombre rendent les bibliothèques des deux pays incomparables – et la différence de curiosité bien compréhensible.

39Pour autant, les bibliothécaires français ne sont pas fascinés par leurs lointaines voisines : non seulement d’autres pays semblent les intéresser plus vivement, mais encore leur vision des bibliothèques américaines est assez critique.

Un monde multipolaire

  • 90 Sur ce point, on se reportera à David-Georges Picard. « Un modèle anglo-saxon ? ». Quel modèle de b (...)

40L’univers des bibliothèques, tel que le dessine la presse professionnelle française, est principalement anglo-saxon90. On l’a vu, si les bibliothèques américaines y occupent le premier rang, ce sont les pays européens anglo-saxons qui viennent ensuite : la Grande-Bretagne, l’Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark. Dans cette Europe occidentale, il est frappant de constater la quasi-absence des pays latins (catholiques). Après ce premier groupe, il faut citer un autre ensemble de pays, ceux de derrière le rideau de fer : l’URSS (puis la Russie) mais aussi les pays d’Europe de l’Est (au premier rang desquels la Tchécoslovaquie et la Pologne). Enfin, un troisième pôle géographique est représenté par l’Afrique, particulièrement les (encore ou anciennement) colonies françaises.

  • 91 À part quelques comptes rendus de bourses Fulbright (qui faussent les statistiques), le BBF publie (...)

41Si l’on considère que la connaissance réelle, ici le voyage d’études, est plus efficace et montre plus d’intérêt que la connaissance écrite, on peut affiner ce planisphère en la recentrant encore davantage. Trois pays, en effet, accueillent la quasi-totalité des voyages dont il est rendu compte dans le Bulletin d’informations de l’ABF91 : la Grande-Bretagne, le Danemark et l’Allemagne. La proximité n’explique pas tout : les Pays-Bas, la Suisse, l’Italie sont plus proches que le Danemark…

42À l’appui de ce tropisme européen, on peut aussi signaler que deux seuls ouvrages, dans la collection « Bibliothèques » des Éditions du Cercle de la Librairie, concernent spécifiquement des bibliothèques étrangères : Bibliothèques publiques en Europe (1992), qui, logiquement, ne parlent d’aucune bibliothèque américaine, et Nouvelles Alexandries : les grands chantiers de bibliothèques dans le monde (1996), où l’on traite d’une bibliothèque américaine, la San Francisco Public Library.

43L’intérêt manifesté pour les écrits sur les bibliothèques américaines doit donc être nuancé par l’appétit, la curiosité manifestés pour les bibliothèques du nord de l’Europe. La connaissance et l’intérêt pour les bibliothèques américaines sont surtout livresques, l’appétit et la curiosité pour les bibliothèques européennes sont concrets. L’intérêt porté aux bibliothèques américaines, au demeurant, n’exclut pas une certaine ignorance.

Ignorances et incompréhensions

  • 92 « Compte rendu de la réunion annuelle de la Fédération internationale des associations de bibliothé (...)

44La première apparition des bibliothèques américaines dans le Bulletin d’informations de l’ABF date de 1955. Plus précisément, il s’agit de l’apparition d’un bibliothécaire américain, Lionel McColvin, dont l’intervention est signalée dans le compte rendu des travaux de la Fédération internationale des associations de bibliothécaires (FIAB-IFLA) : « Section des bibliothèques populaires. A adopté avec quelques modifications de détail le memorandum présenté par Marc Colvin [sic] et destiné à étudier les conditions qui doivent permettre dans les différents pays le développement des bibliothèques de lecture publique. Cet exposé est un peu alourdi par des considérations philosophiques et théoriques concernant le droit à la lecture.92 »

  • 93 Odile Altmayer, « Compte rendu du congrès de la FIAB, suivi d’un voyage d’études au Canada et aux U (...)
  • 94 André Thill, à propos de la New York Public Library, Bulletin d’informations de l’ABF, n° 87, 2e tr (...)
  • 95 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 23, 1957.

45On peut comprendre que l’intérêt pour les valeurs qui fondent l’action des bibliothèques publiques ne soit pas partagé par tous les collaborateurs du Bulletin d’informations de l’ABF. Il est plus étonnant de constater l’incompréhension ou, même, l’ironie que suscite le fonctionnement des bibliothèques américaines. Ainsi, le compte rendu admiratif peut reposer sur un malentendu, l’organisation des bibliothèques du comté de Montgomery étant qualifiée de « très démocratique grâce aux comités consultatifs locaux93 », ou sur un tel sentiment d’étrangeté qu’on voit bien qu’aucun enseignement n’en sera tiré : « On est frappé partout par l’abondance des fonds, notamment des livres de référence, et du personnel, par la qualité du service de renseignement, l’importance de la fréquentation du public, les nombreux catalogues et des moyens bien supérieurs aux nôtres.94 » L’accord avec le projet américain est rarement complet : Myriam Foncin conclut une critique élogieuse de l’ouvrage de McColvin (The Chance to read, 1950) par ces lignes : « Il est bien certain que des bibliothécaires français n’accepteront pas en bloc la définition que M. McColvin donne de la bibliothèque de lecture publique, définition qu’il emprunte à Robert D. Leigh. La plupart, en tout cas, intervertiront l’ordre des facteurs, assignant comme premier objectif à la bibliothèque l’enrichissement personnel de l’individu et non sa formation civique et sociale.95 »

46S’il s’agit encore d’un modèle, il est, on le voit, considéré comme lointain, voire inaccessible.

47La vision un peu académique des relations entre les deux mondes professionnels que j’ai présentée ici peut être nuancée par le côté positif des relations entre les deux associations professionnelles, l’ABF et l’ALA, ces dernières années.

  • 96 Motion adoptée par l’Assemblée générale de l’ABF, le 15 juin 2003.

48En 1998, l’ALA a apporté son soutien à l’ABF dans sa protestation contre les agissements des élus du Front national. En 2003, l’ABF a apporté son soutien à l’ALA dans sa lutte contre l’USA Patriot Act : « L’Association des Bibliothécaires Français s’associe à la Résolution votée par l’ALA en janvier 2003 pour demander un amendement du Patriot Act restituant aux usagers des bibliothèques le droit de s’informer et de se cultiver à l’abri de toute investigation non fondée.96 » En 2005, l’ancienne présidente de l’ALA, Nancy Kranich, vient apporter des informations au congrès de l’ABF, à Grenoble, sur la lutte des bibliothécaires américains contre le Patriot Act.

49Au long du siècle, au moins, la solidarité professionnelle ne se dément pas.

Amitié et méfiance

  • 97 Parmi les plus récentes, citons L’Amérique dans les têtes, sous la dir. de Denis Lacorne, Hachette, (...)

50L’intérêt, la connaissance qu’ont les bibliothécaires français pour les bibliothèques américaines ne peuvent être tout à fait étrangers à l’intérêt, la connaissance qu’ils ont des États-Unis eux-mêmes. Tout en renvoyant aux nombreuses publications qui évoquent ces relations97, je n’évoquerai ici que le monde du livre. On peut, en effet, soutenir l’une comme l’autre thèse, celle de liens amicaux comme celle d’une distance assumée – une « fascination réticente », pour reprendre la formule de Jacques Portes.

  • 98 Gallimard, 2005.
  • 99 Publié en anglais sous le titre American Vertigo, chez Random House, le recueil des articles de BHL (...)
  • 100 The New York Times, 14 March 2005.
  • 101 John Baldwin, Paris 1200, Aubier, 2006 ; Kristin Ross, Rouler plus vite, laver plus blanc : moderni (...)

51Quelques exemples récents de liens amicaux, positifs : la parution de la correspondance entre André Gide et Jacques Schiffrin98, le voyage de Bernard-Henry Lévy au travers des États-Unis en 2005 pour répondre à une commande de The Atlantic Monthly99, une éphémère tendance de George Bush Jr à citer Tocqueville100, la nomination d’un Monsieur Livres à l’ambassade de France à New-York, le succès des festivals du livre consacrés à la littérature américaine (Vincennes, Aix-en-Provence), la réunion d’historiens américains à la BnF à l’été 2004, les Belles Étrangères consacrées aux écrivains américains en novembre 2009, le succès en France comme partout dans le monde du Da Vinci Code, ou des ouvrages de Philip Roth ou Paul Auster, Don DeLillo, Jim Harrison ou David Payne, l’intérêt toujours vif pour les ouvrages des intellectuels américains comme Robert Darnton, Robert Paxton, André Schiffrin, Jeremy Rifkin ou Noam Chomsky, ou les ouvrages de chercheurs américains sur la France, comme ceux de John Baldwin, Kristin Ross ou Paul Rabinow101. Ou ce titre du Monde, à propos de la pénurie de passeports biométriques : « 500 000 Français privés d’Amérique » (26 janvier 2006). Privés d’Amérique !

  • 102 Libération, 16 octobre 2004.

52Cet attrait, cette curiosité pour l’Amérique, ses romanciers, ses intellectuels, étonnent quelquefois les Américains. Ainsi, le romancier Percival Everett, invité en 2004 du festival America de Vincennes, se déclare « impressionné et ému par la manière dont les lecteurs français adoptent les lettres américaines. Je ne peux pas imaginer pareille manifestation aux États-Unis et certainement pas à l’échelle de ce festival. La différence, celle qui permet la manifestation de Vincennes, est que les Français de manière générale aiment les livres, ils respectent les écrivains, ils chérissent les intellectuels, je rêverais de pouvoir dire la même chose de l’Américain moyen.102 » Les traductions ne représentaient que 3 % de la production éditoriale américaine en 2003 < http://www.bief.fr >.

  • 103 Perry Anderson, La pensée tiède : un regard critique sur la culture française, Éditions du Seuil, 2 (...)

53Sur le versant négatif, la diminution des traductions de livres – dans un sens comme dans l’autre. Un éloignement croissant des deux mondes intellectuels, à en croire Perry Anderson, qui fustige l’absence de curiosité pour les idées étrangères : « Un pays qui n’a pratiquement rien publié de Fredric Jameson ou de Peter Wollen et n’a même pas pu trouver un éditeur pour traduire Age of Extremes d’Eric Hobsbawn risque de faire figure d’arrière-garde dans l’échange international des idées.103 »

  • 104 S’il correspondait à une réalité, ce dont Pascal Ory doute. Pourtant, on peut en décrire les préjug (...)
  • 105 Jean-Noël Jeanneney, « Quand Google défie l’Europe », Le Monde, 23 janvier 2005.

54Mais aussi, bien sûr, les séquelles de la guerre d’Irak et, plus généralement, le refus de l’approche unilatérale de l’administration américaine. Plutôt qu’une opposition (que le mot « anti-américanisme » résumerait104), c’est la méfiance qui semble surtout animer le monde du livre et des bibliothèques, la volonté de se défendre contre une menace d’hégémonie. Un excellent exemple de ce rejet est la réaction de Jean-Noël Jeanneney, alors président de la BnF, à l’annonce par Google de son projet de numériser et de rendre accessibles 15 millions d’ouvrages : « Le vrai défi est ailleurs, et il est immense. Voici que s’affirme le risque d’une domination écrasante de l’Amérique dans la définition de l’idée que les prochaines générations se feront du monde […]. La production scientifique anglosaxonne, déjà dominante dans une quantité de domaines, s’en trouvera forcément survalorisée, avec un avantage écrasant à l’anglais par rapport aux autres langues de culture, notamment européennes […]. Lorsque s’est posée, depuis la seconde guerre mondiale, du côté du cinéma puis de l’audiovisuel, la question de la riposte française à la domination américaine, vouée, si l’on n’avait pas réagi, à opprimer chez nous toute production originale, une première réaction a été de protectionnisme, selon un système de quotas, dans les salles puis à la télévision. Cela n’était pas illégitime et a été partiellement efficace. Mais, dans le cas qui nous occupe, cette stratégie se révèle, compte tenu de la nature de la Toile, impossible. Reste donc la seconde, qui a fait ses preuves sur nos divers écrans : celle de la contre-attaque, avec un soutien positif à la différence.105 »

  • 106 Les enquêtes d’opinion parlent d’elles-mêmes : en 2008, le soutien de l’opinion française à l’actio (...)
  • 107 À la base de la politique dite de l’exception culturelle.
  • 108 Patrick Bazin, « Après l’ordre du livre », Medium, n° 4, 2005.

55L’élection, en 2008, de Barack Obama et son corollaire, la fin de l’ère Bush, ont modifié ce paysage106. Mais, quelle que soit la durée de l’état de grâce que l’élection de Barack Obama a suscité, quelle que soit la durée de cette « Obamania » française, il n’en demeure pas moins que le besoin de se protéger107, de protéger les productions nationales du monde anglosaxon reste très largement partagé. Ainsi Patrick Bazin, directeur de la Bibliothèque municipale de Lyon, conforte l’analyse de Jean-Noël Jeanneney : « En effet, explique-t-on, en monopolisant les outils qui permettent de structurer les documents et d’y accéder, les États-Unis vont, quand bien même ils ne le voudraient pas, imposer leur point de vue à des œuvres de l’esprit qu’ils n’ont pas produites eux-mêmes et enlever aux peuples du monde la maîtrise de leur propre mémoire culturelle, voire de leur mode de pensée actuel.108 »

  • 109 George Steiner. Une certaine idée de l’Europe. Actes Sud, 2005, p. 53.

56La langue comme culture. Écoutons George Steiner sur ce point : « Chaque langue contient, articule et transmet non seulement une charge unique de mémoire vécue, mais encore une énergie élaboratrice de ses temps futurs, une potentialité pour demain. La mort d’une langue est irréparable, elle diminue les possibilités de l’homme. Rien ne fait peser sur l’Europe une menace plus radicale – à la racine – que la progression exponentielle et détergente de l’anglo-américain et l’uniformité des valeurs et de l’image du monde que cet espéranto dévorant apporte avec lui.109 »

57Dans ce climat de défiance, d’opposition, de désamour (ou de déception amoureuse) ou de retour de flamme, l’étude de la filiation ou de la désaffiliation doit remonter aux sources – à la « matrice bibliothécaire » pour reprendre la formule de Robert Damien.

Notes

62 Jacqueline Gascuel, « Réflexions incongrues à partir de quelques chiffres », Bulletin d’informations de l’ABF, n° 107, 2e tr. 1980.

63 Jacqueline Gascuel, « La Pierre… et la lecture publique », Bulletin d’informations de l’ABF, n° 90, 1976.

64 Cité par Sidney H. Ditzion, Arsenals of a Democratic Culture, Chicago, ALA, 1947, p. 168.

65 Les films américains représentaient 40 % des entrées en France en 2005 ; le cinéma français 2 % des entrées aux États-Unis – 26 millions sur 1,3 milliard (Le Monde, 16 février 2006). En 2003, 8 des 10 plus gros succès étaient des films américains.

66 Douze romans américains sont classés parmi les 50 meilleures ventes, dont en numéro 1 le Da Vinci Code de Dan Brown ; et aussi Patricia MacDonald, Mary Higgins Clark, Danielle Steel, Mitch Albom, Robin Cook, Erica Spindler, Heather Graham, Gwen Hunter, Steve Hodel, Philip Roth et Matthew Pearl (Livres Hebdo, n° 584, 14 janvier 2005).

67 Mary N. Maack. “Americans in France : Cross-Cultural Exchange and the Diffusion of Innovations”. Journal of Library History, 1986.

68 Ibid.

69 Noë Richter. La lecture & ses institutions. Plein Chant, 1989.

70 Henri Lemaître souligne le caractère spécifique des bibliothèques pour enfants créées grâce aux Américains : « La bibliothèque pour enfants fut choisie parce qu’elle parut de création vraiment américaine ; du tempérament américain, elle tient en effet son principe puisqu’elle a en vue de contribuer au progrès de l’éducation volontaire ; l’enfant doit y aller de son plein gré, il doit y être libre de choisir ses lectures, il doit s’y sentir chez lui et à son aise, d’où l’adage américain que la bibliothèque doit être more a home than a school. » (« La bibliothèque enfantine de la rue Boutebrie, L’Heure Joyeuse ». Revue des bibliothèques, n° 1-6, 1925)

71 Le maire de Liévin, lors de la pose de la première pierre, en 1925, salue “un don de la Grande Amérique” (Laurent Wiart, “La bibliothèque de Liévin : un don de la Grande Amérique”, Eulalie, n° 3, 2002).

72 Martine Poulain. “Philanthropy, Benefaction, and Libraries in France, 1916-1929”, Libraries & Culture, Spring 1996.

73 Lors de l’inauguration de la bibliothèque, en 1921. Cité par Laure Léveillé, « Fascinations étrangères et naissance de la lecture publique », Histoire des bibliothèques, Tome IV, sous la dir. de Martine Poulain, Promodis-Éditions du Cercle de la Librairie, 1992.

74 Ibid.

75 Texte de 1922, cité par Noë Richter, Introduction à l’histoire de la lecture publique et à la bibliothéconomie populaire. Bernay, À l’enseigne de la Queue du chat, 1995, p. 208.

76 Citée par Viviane Ezratty, « Les bibliothèques françaises pour la jeunesse : quelques questions toujours d’actualité », Bulletin des bibliothèques de France, t. 44, n° 3, 1999.

77 Un voyage d’études aux États-Unis, en 1969, lui permit de visiter 24 bibliothèques américaines (Jean-Pierre Seguin, Comment est née la BPI, BPI, 1987, p. 45-47). Mais l’influence la plus forte fut produite par sa visite de l’Amerika Gedenk Bibliothek, « équipement offert par le peuple des USA à celui de Berlin, en mémoire des souffrances endurées par lui pendant le blocus, et qui témoignait des progrès les plus récents des Américains dans le domaine des bibliothèques publiques », rappelle-t-il : « Ce fut pour moi un choc, un véritable éblouissement. » (Ibid., p. 16).

78 Françoise Gaudet, Claudine Liéber. « L’Amérique à votre porte : nouveaux usages, nouveaux services, nouveaux concepts de bâtiments… un avant-goût de notre avenir ? », Bulletin des bibliothèques de France, t. 47, n° 6, 2002.

79 Voir Pierre Nora (passim), Robert Fossier, « La Bibliothèque de la Sorbonne est en danger », Le Débat, n° 70, 1992 ; Jean-Marie Goulemot, L’amour des bibliothèques, Éditions du Seuil, 2006, p. 221-244, et notamment la dernière phrase (p. 244) : « Lorsque je déciderai d’effectuer mon ultime voyage aux États-Unis, ce sera pour lire une dernière fois en campus afin d’éprouver un avant-goût du Paradis que j’espère. »

80 Chroniques de la BnF, n° 29, 2005.

81 La France en Amérique/France in America, < http://gallica.bnf.fr/FranceAmerique/fr > ou < http://international.loc.gov/intldl/ >

82 Michel Melot. « Le temps des médiathèques », op. cit., p. 214.

83 George Ticknor et Edward Everett, de Boston, Joseph Cosgwell, de New York, par exemple, ont visité des bibliothèques françaises dans leurs voyages européens. « Ils montraient d’un doigt envieux les bibliothèques municipales en Angleterre, en France, en Belgique et en Allemagne. » (cité par Sidney H. Ditzion, Arsenals of a Democratic Culture, op. cit., p. 20)

84 Axel Munthe, American Librarianship from an European Angle : An Attempt at an Evaluation of Politics and Activities, Chicago : ALA, 1939. W. Boy Rayward se contente de remarquer l’émergence simultanée de la Public Library en Angleterre et aux États-Unis : « Il est intéressant de noter que la Public Library, dans sa version moderne, gratuite et financée par l’impôt a émergé en même temps aux États-Unis et en Angleterre au milieu du XIX e siècle. Un grand nombre de valeurs semblables sous-tendait cette fondation dans les deux pays, mais il n’est pas évident qu’il y ait eu une grande, voire aucune, influence mutuelle » (W. Boy Rayward, “Librarianship in the New World and the Old : Some Points of Contact”, Library Trends, July 1976)

85 Sidney H. Ditzion, Arsenals of a Democratic Culture, op. cit., p. 2-3.

86 Jean Hassenforder, Développement comparé des bibliothèques publiques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, op. cit.

87 Un bibliothécaire californien, Jack Kessler, édite depuis 1992 un journal électronique (FYI France newsletter) uniquement consacré aux bibliothèques et au monde documentaire en France : < http://www.fyifrance.com >

88 Edward A. Goedeken. “What We Wrote About and Who We Were : Historical Writings in JLH/L&C, 1966-2000”, Libraries & Culture, Summer 2002.

89 Mary N. Maack. “Americans in France : Cross-Cultural Exchange and the Diffusion of Innovations”, Journal of Library History, Spring 1986, p. 315-332.
Mary N. Maack. “Women Librarians in France : The First Generation”,
Journal of Library History, Fall 1983, p. 407-449.
Martine Poulain. “Philanthropy, Benefaction, and Libraries in France, 1916-1929”, Libraries & Culture, Spring 1996.
Noë Richter. « Public Libraries »,
Journal of Library History, Winter 1984, p. 47-72.

90 Sur ce point, on se reportera à David-Georges Picard. « Un modèle anglo-saxon ? ». Quel modèle de bibliothèque ?, op. cit.

91 À part quelques comptes rendus de bourses Fulbright (qui faussent les statistiques), le BBF publie très rarement de comptes rendus de voyages d’études.

92 « Compte rendu de la réunion annuelle de la Fédération internationale des associations de bibliothécaires, Zagreb, 1954 », non signé, Bulletin d’informations de l’ABF, n° 16, mars 1955.

93 Odile Altmayer, « Compte rendu du congrès de la FIAB, suivi d’un voyage d’études au Canada et aux USA », Bulletin d’informations de l’ABF, n° 58, 1er tr. 1968.

94 André Thill, à propos de la New York Public Library, Bulletin d’informations de l’ABF, n° 87, 2e tr. 1975.

95 Bulletin d’informations de l’ABF, n° 23, 1957.

96 Motion adoptée par l’Assemblée générale de l’ABF, le 15 juin 2003.

97 Parmi les plus récentes, citons L’Amérique dans les têtes, sous la dir. de Denis Lacorne, Hachette, 1986, Philippe Roger, L’ennemi américain, Éditions du Seuil, 2002, ou, de l’autre côté, Richard Z. Chesnoff, The Arrogance of the French : Why They Can’t Stand us and Why the Feeling is Mutual, Sentinel, 2005.

98 Gallimard, 2005.

99 Publié en anglais sous le titre American Vertigo, chez Random House, le recueil des articles de BHL a suscité dans la presse américaine une kyrielle de critiques négatives (sur les écrivains français « courts sur les faits et longs sur les conclusions ») et de questions peu aimables : « Estce comme ça que les Français parlent ou réservent-ils ça aux livres sur l’Amérique ? » (Le Monde, 10 février 2006) La traduction française, sous le même titre, est parue en mars 2006 chez Grasset.

100 The New York Times, 14 March 2005.

101 John Baldwin, Paris 1200, Aubier, 2006 ; Kristin Ross, Rouler plus vite, laver plus blanc : modernisation de la France et décolonisation au tournant des années soixante, Flammarion, 2006 ; Paul Rabinow, Une France si moderne : naissance du social (1800-1950), Buchet-Chastel, 2006.

102 Libération, 16 octobre 2004.

103 Perry Anderson, La pensée tiède : un regard critique sur la culture française, Éditions du Seuil, 2005, p. 91. Inversement, Perry Anderson louange la curiosité française pour les littératures étrangères.

104 S’il correspondait à une réalité, ce dont Pascal Ory doute. Pourtant, on peut en décrire les préjugés stéréotypiques, ce que fait Philippe Roger en citant Régis Debray (le Régis Debray de 1992) : « le consumérisme sans fin ni répit, le tout-marchandise et la croyance dans la neutralité de la technique, la disparition du citoyen sous le consommateur, l’insensibilité au tragique, la confusion du public et du privé, le culte de la réussite et de l’argent, l’impératif de la réduction de la vie humaine à un ensemble d’activités profitables, etc., etc. » (L’ennemi américain, op. cit., p. 15) Bernard-Henri Lévy se livre au même exercice dans American Vertigo (op. cit., p. 19). André Kaspi souligne que « l’antiaméricanisme reste une valeur sûre dans notre pays. Que nous en soyons conscients ou non, il imprègne notre conversation et notre réflexion. Il constitue l’un des fondements de la culture française. » (Les États-Unis d’aujourd’hui, mal connus, mal aimés, mal compris, Perrin, 2004, p. 33)

105 Jean-Noël Jeanneney, « Quand Google défie l’Europe », Le Monde, 23 janvier 2005.

106 Les enquêtes d’opinion parlent d’elles-mêmes : en 2008, le soutien de l’opinion française à l’action de George Bush s’élevait à 11 % ; en 2009, le soutien à l’action de Barack Obama à 88 % (Étude Transatlantic Trends, Le Monde, 10 septembre 2009).

107 À la base de la politique dite de l’exception culturelle.

108 Patrick Bazin, « Après l’ordre du livre », Medium, n° 4, 2005.

109 George Steiner. Une certaine idée de l’Europe. Actes Sud, 2005, p. 53.

© Presses de l’enssib, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540