Version classiqueVersion mobile

Bibliothèque publique et Public Library

 | 
Anne-Marie Bertrand

Préambules

Texte intégral

PRÉAMBULE 1 : BREF RÉCIT

  • 30 Ce récit est inspiré de mes travaux, Les bibliothèques municipales : enjeux culturels, sociaux, po (...)

1L’histoire des bibliothèques municipales en France depuis 1945 peut être écrite comme une lente avancée, une croissance, une marche qui s’accélère. Un mouvement presque immobile, puis lent, puis rapide. Ce tempo général est lié, évidemment, au mouvement de la société mais d’une liaison décalée, différée. Toujours un peu en retard, un peu à côté. Tentons un bref récit de ce demi-siècle30.

Largo

2Après la guerre, la situation des bibliothèques municipales est doublement problématique : à l’inertie des décennies précédentes s’ajoutent les effets du conflit.

3En 1944, l’inspecteur général des bibliothèques, Pierre Lelièvre, décrit ainsi l’état de ces bibliothèques : « Dans la plupart des grandes villes, la Bibliothèque Municipale est essentiellement une bibliothèque de conservation (manuscrits, livres anciens, reliures de prix, éditions rares), d’étude et de documentation, fréquentée par les érudits locaux, le corps enseignant, les étudiants et les élèves de l’enseignement secondaire ou supérieur. La lecture populaire ne s’y trouve qu’en parente pauvre ou déshéritée. Dans beaucoup de petites villes, où le public studieux se réduit à quelques retraités, la Bibliothèque Municipale tend vers le cabinet de lecture, mais bien rarement réalise ce type de bibliothèque accueillante et vivante qui seule peut gagner au livre de nouveaux lecteurs […]. Est-ce à dire qu’il n’existe point de bibliothèques de prêt ? Tout au contraire, l’abstention de l’État et la nonchalance des municipalités ont favorisé l’éclosion et la multiplication des bibliothèques semi-publiques : cercles, ligues, associations, patronages, sociétés littéraires ou savantes, syndicats professionnels ou “amicales” ont très souvent de petites collections d’ouvrages qu’ils prêtent à leurs membres. Mais la bonne volonté ne compense point l’incompétence, et aux inconvénients d’une mauvaise gestion technique, s’ajoutent les difficultés financières. »

  • 31 La lecture publique en France. La Documentation française, 1948.

4En 1948, la jeune Direction des bibliothèques et de la lecture publique dresse à son tour un panorama de la situation à la Libération : « En dépit des nombreux projets et rapports qui depuis 1930 avaient été proposés, en dépit de quelques expériences qui donnaient la voie à suivre, la situation dans laquelle se trouvait la France au début de 1945 en matière de lecture publique pouvait surprendre bien des étrangers et, disons-le sans hésiter, consternait également tous les bibliothécaires français impatients de rattraper le temps perdu, mais toujours paralysés à un moment donné dans leurs entreprises par le manque de crédits, et déplorant l’absence d’un organisme central pour les appuyer ou les aider.31 »

5Désintérêt, consternation, nonchalance, incompétence : tel est le contexte dans lequel vivotent les bibliothèques municipales en France. On compte alors environ 400 bibliothèques municipales – comptées par un outillage statistique bien rudimentaire. Parmi ces quelques centaines d’établissements, on estime à une soixantaine le nombre des bibliothèques « sinistrées » soit dans la campagne de 1940 soit dans les bombardements des années 1943-1944, dont 29 ont été complètement détruites, bâtiments et collections confondus, les plus importantes étant celles de Brest, Caen, Chartres, Dieppe, Douai, Saint-Nazaire ou Tours.

6De cette situation léthargique, les administrations et les bibliothécaires sont conscients. Pour y remédier, ils comptent sur l’État, sommé d’agir par le biais d’une administration centrale, d’une organisation du territoire et d’une loi sur les bibliothèques. Ce triptyque, on le sait, a innervé toute la période étudiée ici.

  • 32 Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard. Discours sur la lecture (1880-1980). BPI, 1989, p. 78-79.

7Le regard, l’analyse des contemporains, cependant, sont sans complaisance. La situation est alors décrite et vécue comme catastrophique mais pleine d’espérance. Constante, là aussi, de la rhétorique : « Un schéma discursif durable est ainsi mis en place : dire l’importance décisive de la lecture publique dans une nation démocratique et éclairée ; reconnaître l’état insatisfaisant de la situation actuelle (héritage du passé, conséquence de la crise, ou de la guerre, ou des faiblesses du gouvernement précédent) ; annoncer que cela ne saurait durer ; relever les signes qu’on a d’espérer […]. Le temps passe : dix ans, trente ans, cinquante ans plus tard, on retrouve le même discours, pétri de la même farine.32 »

8Pendant les décennies 1950 et 1960, c’est bien ce schéma qui est à l’œuvre : on glose sur ce qu’il faut faire (une loi, une organisation du territoire) mais on fait bien peu. Les villes sont hors d’état (politique et budgétaire) d’agir, l’État s’intéresse d’abord à ses bibliothèques universitaires. La lecture publique est soutenue par le seul biais des bibliothèques centrales de prêt, organismes créés en 1945 pour desservir les zones rurales à un moment où l’exode rural s’accélère.

9Mouvement immobile…

Adagio

10Le milieu des années 1960 marque le début de l’accélération, grâce à la conjoncture entre l’évolution de la société et la volonté politique du premier ministre, Georges Pompidou. Ce frémissement aurait pu, une fois de plus, rester sans lendemains mais, à partir des années 1970, les villes prennent le relais et le mouvement, dès lors, est lancé.

11On a déjà beaucoup glosé sur le « Tout est à faire » en matière de lecture publique, formule de Georges Pompidou, normalien adepte de la diffusion du livre et de la lecture. Le comité interministériel mis en place à la fin 1966, aiguillonné par les bibliothécaires modernistes, formalise une nouvelle doctrine de la bibliothèque publique qui prend en compte les bouleversements sociaux et urbains de la société : l’augmentation de la population scolarisée, les grands ensembles, les maisons de jeunes sont évoqués comme arguments pour une nécessaire modernisation des bibliothèques. Les préconisations techniques s’inspirent clairement du modèle anglo-saxon, avec le libre accès aux rayons, la création de collections de disques, la création de bibliothèques dans les quartiers et, partout, des sections pour les enfants.

  • 33 Marcelle Bouyssi. « Les sections pour la jeunesse dans les bibliothèques municipales de province » (...)

12C’est que, sur ce point en particulier, la situation continue à être désastreuse : en 1964, une enquête ne recense que 49 bibliothèques pour enfants, auxquelles il faut ajouter 7 « coins pour les jeunes ». Les enfants sont généralement accueillis à partir de 7 ans. Faute de personnel, seules 22 de ces bibliothèques peuvent ouvrir tous les jours33. La création de la Joie par les livres, en 1965, grâce à un mécénat hérité du modèle américain, est un ferment décisif pour montrer ce que peut être une bibliothèque enfantine et pour former les bibliothécaires français qui, à l’époque, étaient encore nombreux à se demander si l’accès direct aux livres en rayons n’était pas un encouragement au vol des livres…

  • 34 La lecture publique en France. La Documentation française, 1968.
  • 35 Dominique Lorrain. « La montée en puissance des villes ». Économie et humanisme, n° 305, 1989.

13La postérité du comité interministériel de 1966-1967, dont le rapport est publié amputé du volet financier34, sera surtout incitative. Non seulement, le taux de subvention accordé par l’État peut désormais monter jusqu’à 50 % des dépenses mais encore tout un outillage pédagogique est créé et mis en place par l’administration centrale : des statistiques, des normes, des réunions avec les élus au cours desquelles le discours modernisateur passe peu à peu. D’autant plus que les moyens des villes, qui sont les opérateurs et les décideurs, progressent sensiblement dans la décennie 1970 : le budget des collectivités locales augmente de 80 % de 1970 à 1985, l’effectif du personnel communal de 331 000 agents en 1962, à 590 000 en 1977 et 833 000 en 198335. Et ce personnel est de plus en plus qualifié : le nombre des diplômés de l’enseignement supérieur parmi le personnel municipal s’accroît de 144 % entre 1974 et 1986. Les villes, dotées d’un véritable pouvoir d’expertise, peuvent désormais mener de véritables politiques municipales, et donc des politiques culturelles.

  • 36 41 000 m² dans la décennie 1960, 324 000 m ² dans la décennie 1970.

14Les années 1970 voient ainsi la conjonction entre une société de plus en plus urbanisée et scolarisée, un modèle de bibliothèque diffusé par l’appareil d’État, des opérateurs (les villes) aptes à prendre en charge le développement de ces établissements. Et le mouvement s’accélère : 1972, une très grande bibliothèque s’ouvre à Lyon ; Caen (1972), Montreuil (1974), Argenteuil (1975), Cambrai (1975) suivent… La décennie 1970 aura construit huit fois plus que la décennie précédente36. La Bibliothèque publique d’information, ouverte en 1977, est le symbole de ce mouvement modernisateur.

Allegro

  • 37 Le Monde, 9 juin 1995.

15Le mouvement de modernisation s’accélère. Non seulement les moyens des villes augmentent, mais encore les établissements ouverts dans les années 1970 rencontrent le succès : argument très fort auprès des élus. Le nombre des inscrits double en dix ans (entre 1977 et 1987). Cet argument, au départ employé par les inspecteurs généraux et les bibliothécaires pour emporter la conviction des élus, est désormais intégré par les élus eux-mêmes : leurs efforts en faveur des bibliothèques sont légitimés par la réponse qu’y apporte la population. Ainsi, Jean-Pierre Sueur, maire d’Orléans, répondant à son challenger aux élections municipales de 1995 qui l’accusait de mener une politique élitiste : « La médiathèque a reçu 250 000 personnes depuis son ouverture, soit quatre fois plus que l’ancienne bibliothèque rue Dupanloup.37 »

16C’est pourquoi les interrogations du début du XXIe siècle sur la pérennité de ce succès ont des échos importants. Le nombre des fréquentants reste encore aujourd’hui, alors même que les services à distance se multiplient, l’aune à laquelle on mesure le succès de l’établissement et la légitimité des efforts qui sont consentis pour lui.

Trente ans de développement

1971

1977

1980

1983

1987

1991

1995

1999

2004

Nombre de BM

715

948

1 106

1 366

1 885

1 885

2 315

2 795

2 913

Emplois

3 062

5 815

7 169

9 590

11 632

13 330

16 374

19 315

21 500

Surfaces (m2)*

355

598

679

825

1 093

1 308

1 634

1 852

2 300

Inscrits*

1 182

2 251

2 609

3 394

4 236

5 812

6 250

6 582

6 740

* en milliers
Source : Direction du livre et de la lecture

  • 38 Bernard Pingaud, Jean-Claude Barreau. Pour une politique nouvelle du livre et de la lecture. Dallo (...)

17Les progrès les plus visibles sont, évidemment, ceux qui concernent les bâtiments. Les aides de l’État continuent à avoir un effet démultiplicateur. Les surfaces des locaux dépassent désormais ceux que, par exemple, le rapport Pingaud-Barreau en 1981 estimait nécessaire d’atteindre (1 million de m²) comme ceux que le rapport Vandevoorde préconisait (2 millions de m²)38. Après une période (les années 1970 et 1980) où la modestie architecturale avait pour ambition de fondre la bibliothèque dans le tissu urbain pour la fondre dans le tissu social, depuis la fin des années 1980 on a vu apparaître une autre logique, logique d’image et d’affirmation. Désormais, dans les villes où la concurrence est rude pour faire venir des emplois qualifiés, il faut mettre la qualité de vie dans la balance (un arrêt TGV, des classes préparatoires, une politique culturelle attractive) : la construction de bâtiments prestigieux, confiée à de grands noms de l’architecture, participe de ce « négoce de la notoriété » (Emmanuel Wallon). Les bibliothèques en bénéficient elles aussi.

  • 39 Michel Melot, « Le temps des médiathèques », Regards sur un demi-siècle : cinquantenaire du Bullet (...)
  • 40 Ainsi, le conseil municipal de Metz décide de baptiser son nouveau bâtiment « médiathèque », terme (...)

18Cette importance accordée à la qualité architecturale est un des éléments de la « médiathèque » qui fleurit aujourd’hui en France, et qui fait « sortir la bibliothèque de son traditionnel quadrilatère, morceau de sucre ou boîte à chaussures, et lui donne des formes surprenantes, qui sont l’expression de sa diversité, de son ouverture et un signal dans la ville.39 » Médiathèque, mot intraduisible, surinvesti par les élus pour qui il est synonyme de modernité40. Modernité symbolique, modernité technique. Les bibliothèques municipales sont aujourd’hui envahies par les écrans, proposent des revues électroniques, des DVD, l’accès à Internet…

19« D’ici une décennie, la bibliothèque ne sera plus, pour le chercheur, qu’une borne de consultation publique, pratique et facilement accessible de n’importe où, même de chez lui. Dans l’avenir des bibliothèques, les livres ne sont plus support de la culture, mais objets d’encombrement, de gêne », écrivait-on dans le Magazine littéraire, en octobre 1989. Aujourd’hui, on continue à construire des bibliothèques (plus de 200 chantiers par an). Mais elles ont à se confronter avec le nouveau continent qu’est la documentation numérique, à prouver leur légitimité à une société dont l’imaginaire est séduit, happé par le « tout est accessible » d’Internet. L’offre privée d’information et de culture (presse, musique, films…) remet en question l’offre publique que proposent les bibliothèques.

  • 41 Au début des années 1980, où les projets des villes pouvaient être soutenus par un bon budget du m (...)
  • 42 Pour les sigles, se reporter à la liste en fin d’ouvrage.
  • 43 « Mise à niveau des bibliothèques municipales et centrales de prêt avant l’entrée en vigueur de la (...)

20Autre contrepied : au moment où le dispositif d’incitation étatique connaissait sa plus grande productivité41, la décentralisation y mettait fin. À compter de 1983, la globalisation prévue des aides de l’État, c’est-à-dire la fin des crédits fléchés, est considérée comme un danger redoutable pour le développement des bibliothèques qui auraient alors été soumises (abandonnées, disait-on alors) à la seule bienveillance des villes. La liberté d’action, disait-on aussi, entraîne la liberté d’inaction. Perspective qui mobilise au ministère comme dans le monde professionnel des bibliothèques. Ainsi, la Direction du livre et de la lecture appelle à un moratoire de la fin des aides, voire à leur maintien : « Le retard historique de la France dans le domaine des bibliothèques publiques rend particulièrement aiguë l’échéance du transfert des compétences, en 1986 […]. En ce qui concerne les bibliothèques municipales, l’effort de développement lancé en 1982 doit absolument être poursuivi et amplifié pour assurer enfin une dynamique irréversible. Les subventions, notamment en équipement, ont un effet très incitatif auprès des communes […]. Pour assurer un développement raisonné et irréversible des bibliothèques publiques, il me paraît crucial que l’État puisse encore pendant quelques années assurer le développement des services les plus fragiles (BCP42) et assister par des subventions la prise de conscience des collectivités locales en faveur de la lecture publique.43 »

21Ce plaidoyer sera entendu, et une mesure dérogatoire sera instituée sous l’appellation « Concours particulier des bibliothèques municipales » : l’action incitative de l’État demeure – elle est simplement déconcentrée dans les Directions régionales des affaires culturelles.

22Pour l’analyse du contexte politique, ce dispositif a une importance qui dépasse la technique budgétaire : désarmée par cette déconcentration, la Direction du livre et de la lecture semble hésiter sur sa place et sur son rôle. La prégnance de la logique de décentralisation annihile toute velléité d’aménagement du territoire – on l’a vu dans le programme « bibliothèques municipales à vocation régionale », utilisé pour augmenter les enveloppes budgétaires et non pour créer un réseau structurant et cohérent. L’une des grandes différences avec les autres pays de niveau comparable de développement est ainsi la non-organisation du réseau de bibliothèques : une multiplicité d’opérateurs (plus de 3 000 bibliothèques municipales aujourd’hui), aucune articulation entre elles, pas de services communs. La seule organisation structurante est celle des bibliothèques départementales, chargées de desservir (autrefois) et organiser (aujourd’hui) les zones rurales et peu peuplées. Les bibliothèques forment un archipel, non un réseau. Chacune est donc restreinte à l’étendue de ses propres moyens et ne bénéficie pas de la richesse collective.

PRÉAMBULE 2 : A SHORT STORY

23L’histoire des Public Libraries aux États-Unis depuis 1945 peut être écrite comme une symphonie, tantôt harmonieuse, tantôt dissonante – mais puissante, vigoureuse.

24Contrairement à l’histoire française, c’est, en effet, une avancée collective que voit cette période.

Le constat de départ

  • 44 Dix-huit enquêtes thématiques ont été menées. La synthèse est publiée par Robert D. Leigh, The Pub (...)

25À la fin des années 1940, l’American Library Association (ALA) commandite une grande enquête, financée par la Carnegie Corporation et réalisée par le Social Science Research Council sous la direction de Robert Leigh : la Public Library Inquiry44. Grâce à elle, nous avons une photographie précise de la situation des bibliothèques publiques.

26On compte alors 7 400 Public Libraries, qui desservent 100 millions d’habitants et réalisent 350 millions de prêts de livres par an. Environ 40 000 personnes y sont employées, dont 15 000 ont une formation professionnelle.

27Si les établissements sont nombreux, le service rendu est considéré comme de faible qualité. Paradoxe par rapport à la vocation éducative de la bibliothèque, ce sont les livres de fiction qui sont surtout empruntés ; le service de prêt est beaucoup plus développé que le service de référence, qui reste sous-utilisé. Il y a là, analysent les enquêteurs, un problème de moyens et d’organisation : 65 % des 7 400 Public Libraries alors recensées se trouvent dans des communes de moins de 5 000 habitants. Cette dispersion n’empêche pas que le tiers de la population (48 millions d’habitants) ne soit pas desservi du tout. Au niveau national, seulement 18 % de la population adulte fréquentent une Public Library.

  • 45 Les bibliothécaires modernistes français ont largement insisté sur la nécessité d’organiser les bi (...)

28Pour y remédier, Robert Leigh préconise une meilleure organisation des bibliothèques : il faut des unités plus grandes, « pour réduire les inégalités de services nées de l’inégalité des ressources de l’impôt » et constituées en réseau pour que chaque usager ait accès « aux ressources des bibliothèques de tout le pays ». Proposition qu’un pays jacobin ne renierait pas…45

  • 46 Oliver Garceau, The Public Library in the Political Process : A Report of the Public Library Inqui (...)

29Les analystes de la Public Library Inquiry soulignent aussi le peu de soutien que les bibliothèques ont su susciter. « Les bibliothécaires ont échoué, à travers tout le pays, à faire partager aux enseignants d’Amérique l’idée que la bibliothèque fait partie intégrante du système éducatif […]. Bien que la bibliothèque n’ait pas d’ennemis naturels, elle souffre de ne pas avoir d’alliés politiques naturels […]. Le domaine des bibliothèques est un secteur sous-doté géré par un personnel sous-payé. Ce n’est pas là l’effet de l’hostilité publique ; aucune bibliothèque dans notre étude n’a à affronter une opposition active à ce qu’elle fait. Personne ne s’oppose à la bibliothèque ; presque tout le monde l’approuve. Mais, avec une égale unanimité, personne ne veut payer beaucoup pour elle. Ce contre quoi les bibliothécaires ont à lutter, c’est l’apathie.46 »

30Pour que les bibliothèques, au-delà des discours, tiennent toute leur place, il convient de les organiser en réseau et de leur trouver des alliés. L’ALA va s’y employer.

L’organisation du réseau

  • 47 Carleton Joeckel, Lowell Martin. National Plan for Public Libraries Service. ALA, 1948.

31Dès 1934, l’ALA adopte le National Plan for Libraries. En 1948, elle publie un nouveau plan pour le développement des bibliothèques publiques, élaboré par deux bibliothécaires chevronnés et estimés : Carleton Joeckel et Lowell Martin47. C’est le démarrage d’un long travail pédagogique de construction du réseau. À partir de cette date, les Public Libraries ne se conçoivent plus seules : elles sont, d’une part, un maillon dans le réseau des bibliothèques ; elles sont, d’autre part, intégrées dans leur communauté pour en obtenir le soutien actif.

  • 48 Les standards de 1956 disent ainsi : « Les Public Libraries doivent être liées (tied) ensemble en (...)

32Pour organiser le réseau, l’ALA entreprend d’élaborer et diffuser des standards : après les “Post-War Standards for Public Libraries” (1943), citons “Public Library Service, a Guide to Evaluation, with Minimum Standards” (1956) ou “Minimum Standards for Public Library Systems” (1966). Désormais, les standards sont élaborés dans le cadre de « systèmes de bibliothèque », c’est-à-dire des bibliothèques liées, formellement ou non, pour mettre ensemble leurs collections et leurs services à disposition d’un territoire – par définition, une bibliothèque non intégrée dans un système est considérée comme hors standard. Seules des bibliothèques liées entre elles peuvent apporter un service de qualité à tous. Ce parti clair et clairement affirmé48 a probablement contribué au développement massif des Public Libraries pendant les décennies suivantes – doublement du nombre des bibliothèques, triplement du personnel, quintuplement des collections.

33Ce développement est, par ailleurs, soutenu par les aides fédérales : en 1956 est adopté le Library Services Act (LSA) qui, sous des formes diverses, a perduré jusqu’à nos jours. La philosophie de cette aide est le soutien aux bibliothèques par le développement du réseau : incitation aux regroupements, aide au prêt inter-bibliothèques, développement des State Library Agencies, chargées de coordonner le réseau sur le territoire d’un état. Les aides sont attribuées sous réserve de l’existence d’un plan de développement au niveau de l’état.

34Peu à peu, le LSA, devenu LCSA (Library Construction and Services Act), devint une sorte de dispositif fourre-tout destiné à aider le développement des Public Libraries dans les zones rurales, mais aussi les constructions, la mise en réseau des bibliothèques, les services destinés aux handicapés, les services pour les personnes âgées, les services de référence à vocation régionale des grandes bibliothèques métropolitaines, la recherche et le développement des State Library Agencies dont le pouvoir croissant semble bien être un des principaux effets de ces aides.

35De soutien aux zones rurales qu’elles étaient, les State Library Agencies sont, en effet, devenues des agences de développement et de planification sur l’ensemble de l’état, y compris pour les grandes bibliothèques. Les plans de développement prennent en compte l’accès aux documents, la desserte de publics spécifiques (handicapés, minorités ethniques) et la formation des personnels. Les grandes bibliothèques, comme les Public Libraries de Chicago, Detroit ou Philadelphie sont aidées parce que et pour autant qu’elles autorisent un accès libéral à leurs collections de référence et de recherche. Au fur et à mesure que le réseau s’organise et se renforce, le prêt entre les bibliothèques augmente : il passe de 5,5 millions de documents en 1974 à 14 millions en 1992 et 36 millions en 2005.

  • 49 Alice Gertzog, Edwin Beckerman. Administration of the Public Library. The Scarecrow Press, 1994, p (...)
  • 50 Michael Gorman. “Laying Siege in the Fortress Library”. American Libraries, May 1986.
  • 51 Public Libraries in the United States : Fiscal Year 2005. NCES, 2007.
    [En ligne] < http://nces.ed.g (...)

36Car cette organisation volontariste permet bel et bien de mettre tous les documents de toutes les bibliothèques à disposition de tous. Les bibliothèques sont vues comme un service à la fois local et national (a natural resource and a nationwide service49) et doivent être organisées au niveau national – mais pas par l’État fédéral, par les bibliothécaires suivant les programmes de l’ALA. En 1986, Michael Gorman résume ainsi cette organisation en réseau : « Il n’y a plus désormais une bibliothèque, il y a LA bibliothèque – fusion de toutes les bibliothèques grâce à leur coopération.50 » En 2005, 76 % des Public Libraries faisaient partie d’un réseau51.

Une marche en avant (entravée ?)

  • 52 Mary N. Maack. “Public Libraries in Transition : Ideals, Strategies and Research”. Libraries & Cul (...)
  • 53 Une statistique similaire n’existe pas en France. À ma connaissance, ce n’est le cas que de deux b (...)

37Entre 1948 et 1983, le nombre des Public Libraries est passé de 7 400 à 15 500, le personnel de 40 000 à 105 000, les collections de 125 à 600 millions de volumes, les usagers de 18 % de la population à 51 %52. Dès 1984, la quasi-totalité de la population est desservie. À l’époque, 48 Public Libraries possédaient plus d’un million de documents53.

  • 54 “Little League baseball”, cité dans Your Right to Know : ALA Library Campaign Book. ALA, 1992, p. (...)

38En 1992, l’ALA souligne fièrement qu’il y a plus de Public Libraries aux États-Unis que de MacDonald’s, que 66 % des adultes fréquentent une bibliothèque, que les prêts se sont élevés à 1,3 milliard et que plus d’enfants (700 000) ont participé à un atelier de lecture pendant les vacances d’été qu’à des stages de base-ball54.

  • 55 Public Libraries in the United States, op. cit. Il est frappant que les statistiques françaises co (...)

39En 2005, les 9 198 Public Libraries ont prêté 2,1 milliards de documents, dont 716 millions aux enfants. 99 % de la population ont un accès public à Internet grâce aux Public Libraries. Elles disposent de 138 000 emplois (équivalent temps-plein) qui ont répondu à 302 millions de questions des usagers. Le nombre d’entrées dans les Public Libraries était de 1,4 milliard55.

40La fierté avec laquelle les bibliothécaires parlent de leurs bibliothèques a sans doute deux raisons : la réalité de chiffres impressionnants et la nécessité de conserver l’appui de la population, qui décide (bien plus directement qu’en France) du montant des budgets alloués. D’où l’accent mis sur les services rendus.

  • 56 Lawrence White. The Public Library in the 1980s : The Problems of Choice. Lexington Books, 1983, p (...)
  • 57 Bowker Annual 1976, p. 230-231, 1981, p. 274-276, 1985, p. 478-479.

41En effet, l’adhésion de la population est plus que jamais nécessaire : la marche en avant, majestueuse, des Public Libraries trébuche une première fois pour des raisons économiques dans les années 1960. Les grandes villes, sous l’effet des difficultés budgétaires et des révoltes raciales, se vident des classes aisées au profit des banlieues. Les États-Unis deviennent une « nation suburbaine » (André Kaspi). Les bibliothèques en subissent vite les conséquences : dans la décennie 1960, alors que les prêts augmentent au niveau national de 18 %, ils diminuent de 12 % dans ces grandes villes ; dans la décennie 1970, les prêts augmentent au niveau national de 9 % et diminuent de 10 % dans les grandes villes. Deuxième faux pas dans les années 1980 sous l’effet de la Tax Revolt. En Californie, l’adoption de la Proposition 13 par référendum en 1978 limite le montant des impôts : dès l’année suivante, le budget d’achat de documents y diminue de 20 % en moyenne et les heures d’ouverture des bibliothèques de 22 %56. Cette logique de diminution des impôts fait tache d’huile et on en voit vite les conséquences. Les dépenses d’acquisitions qui avaient augmenté, au niveau national, de 161 millions de dollars à 382 millions entre 1973 et 1978 stagnent entre 1978 et 1983 (de 382 à 388 millions)57. Désormais, le combat pour de bons budgets est le fil rouge de cette histoire.

  • 58 Charles R. Mc Clure, John C. Bertot. “Creating a Future for Public Libraries : Diverse Strategies (...)

42Fil rouge qui est, évidemment, marqué de la singularité de chaque histoire : « La Public Library dans un village ou une ville particulière ne dessert pas le public ; elle dessert sa communauté spécifique, quelle que soit la définition qu’on lui donne.58 » Ce combat est donc marqué de succès et d’échecs, en raison de la place que chaque ville, comté, communauté, reconnaît à sa Public Library.

  • 59 Statistiques annuelles publiés dans le Bowker Annual.
  • 60 Bowker Annual. 1989, p. 373.
  • 61 Bowker Annual. 1999, p. 489.

43Un signe encourageant est la surface des bâtiments construits ou réhabilités chaque année : il s’est construit ou réaménagé 250 000 m² en 1977, avant une chute sévère en 1978 (184 000) mais la situation s’est rétablie dès 1979 et, bon an mal an, tourne autour des 300 000 m² annuels jusqu’au début des années 1990 et ensuite autour de 400 000, dans environ 200 chantiers annuels. Les budgets consacrés aux bâtiments dépassent les 300 millions de dollars depuis 1991, les 500 millions depuis 1994, les 600 millions depuis 200159. Ce flux d’argent étonne même les analystes des statistiques : « Le budget cumulé pour 1988 atteint 243 millions de dollars, en hausse sur les 217 millions de 1987. L’argent est clairement disponible et l’avenir des bibliothèques est brillant, du moins en ce qui concerne les constructions.60 » Ou bien : « Si le public accepte de dépenser plus d’un demi-milliard de dollars pour de nouvelles installations, cela signifie indubitablement qu’il considère les bibliothèques comme essentielles à son bien-être et à son avenir.61 »

44La place de la bibliothèque dans la société : voilà ce qui importe aux États-Unis. La place de la bibliothèque dans les programmes gouvernementaux : voilà le souci français. Dès le récit du dernier demi-siècle, l’écart semble considérable.

Notes

30 Ce récit est inspiré de mes travaux, Les bibliothèques municipales : enjeux culturels, sociaux, politiques, Éditions du Cercle de la Librairie, 2002 et Les villes et leurs bibliothèques : légitimer et décider (1945-1985), Éditions du Cercle de la Librairie, 1999, auxquels on pourra se reporter pour une analyse développée.

31 La lecture publique en France. La Documentation française, 1948.

32 Anne-Marie Chartier, Jean Hébrard. Discours sur la lecture (1880-1980). BPI, 1989, p. 78-79.

33 Marcelle Bouyssi. « Les sections pour la jeunesse dans les bibliothèques municipales de province ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 9, n° 7, 1964.

34 La lecture publique en France. La Documentation française, 1968.

35 Dominique Lorrain. « La montée en puissance des villes ». Économie et humanisme, n° 305, 1989.

36 41 000 m² dans la décennie 1960, 324 000 m ² dans la décennie 1970.

37 Le Monde, 9 juin 1995.

38 Bernard Pingaud, Jean-Claude Barreau. Pour une politique nouvelle du livre et de la lecture. Dalloz, 1982 : « Passer de 600 000 m² à 1 million » ; Les bibliothèques en France. Dalloz, 1982 : « Il serait indispensable de construire ou reconstruire environ 1 400 000 m² de nouveaux bâtiments ».

39 Michel Melot, « Le temps des médiathèques », Regards sur un demi-siècle : cinquantenaire du Bulletin des bibliothèques de France, BBF, 2006, p. 226. Michel Melot souligne que le concept de médiathèque n’est, au fond, que l’adoption en France de pratiques bibliothéconomiques, « bien connues des Public Libraries anglo-saxonnes, comme le libre accès, l’information et la documentation, le lieu civique ou convivial de rencontres et d’animations, bref tout ce qui peut la distinguer de la vieille bibliothèque savante réservée aux notables et aux érudits, dont elle a servi à faire le procès et à dépasser le modèle. Voilà pourquoi sans doute, le mot médiathèque désigne un phénomène français, utilisé désormais dans d’autres pays latins, mais intraduisible chez les Américains, où la question d’un aggiornamento ne se pose pas. » (Ibid., p. 208-209)

40 Ainsi, le conseil municipal de Metz décide de baptiser son nouveau bâtiment « médiathèque », terme « qui a l’avantage de supprimer l’aura poussiéreuse, l’image de marque désuète et peu flatteuse qui s’attache au mot “Bibliothèque” dans bien des milieux » (délibération du Conseil municipal, 18 octobre 1977).

41 Au début des années 1980, où les projets des villes pouvaient être soutenus par un bon budget du ministère de la Culture.

42 Pour les sigles, se reporter à la liste en fin d’ouvrage.

43 « Mise à niveau des bibliothèques municipales et centrales de prêt avant l’entrée en vigueur de la loi de transfert des compétences », note du Directeur du livre au Directeur de cabinet, 31 mai 1983.

44 Dix-huit enquêtes thématiques ont été menées. La synthèse est publiée par Robert D. Leigh, The Public Library in the United States : The General Report of the Public Library Inquiry, Columbia University Press, 1950. Il est notable que cette enquête a été lancée par l’association des bibliothécaires (l’ALA), alors que, à la même époque, c’est l’État qui réalisait une enquête en France (La lecture publique en France. La Documentation française, 1948).

45 Les bibliothécaires modernistes français ont largement insisté sur la nécessité d’organiser les bibliothèques en réseau. Par exemple, Michel Bouvy : « Pour en sortir, il serait nécessaire de privilégier la notion de réseau, redéfinir les unités de base et prévoir entre elles une collaboration organique » (« Examen d’un projet », Médiathèques publiques, n° 52, 1980). La lutte pour la bibliothèque de secteur fut un de leurs combats majeurs.

46 Oliver Garceau, The Public Library in the Political Process : A Report of the Public Library Inquiry, Columbia University Press, 1949, p. 115, 135 et 111.

47 Carleton Joeckel, Lowell Martin. National Plan for Public Libraries Service. ALA, 1948.

48 Les standards de 1956 disent ainsi : « Les Public Libraries doivent être liées (tied) ensemble en un réseau qui mènera à l’égalité d’accès au service et offrira les ressources des bibliothèques les plus riches à toute la population. »

49 Alice Gertzog, Edwin Beckerman. Administration of the Public Library. The Scarecrow Press, 1994, p. 36 (à propos du National Plan for Libraries de 1936).

50 Michael Gorman. “Laying Siege in the Fortress Library”. American Libraries, May 1986.

51 Public Libraries in the United States : Fiscal Year 2005. NCES, 2007.
[En ligne] < http://nces.ed.gov/surveys/libraries >

52 Mary N. Maack. “Public Libraries in Transition : Ideals, Strategies and Research”. Libraries & Culture, Winter 1994.

53 Une statistique similaire n’existe pas en France. À ma connaissance, ce n’est le cas que de deux bibliothèques municipales (Paris et Lyon).

54 “Little League baseball”, cité dans Your Right to Know : ALA Library Campaign Book. ALA, 1992, p. 21.

55 Public Libraries in the United States, op. cit. Il est frappant que les statistiques françaises comptent les inscrits en bibliothèque alors que les statistiques américaines comptent les entrées.

56 Lawrence White. The Public Library in the 1980s : The Problems of Choice. Lexington Books, 1983, p. 23-24 et 12. À propos des grandes villes, Lawrence White évoque « la fuite des classes moyennes vers les banlieues, son remplacement par des individus à moindres revenus et moins enclins à fréquenter les bibliothèques. »

57 Bowker Annual 1976, p. 230-231, 1981, p. 274-276, 1985, p. 478-479.

58 Charles R. Mc Clure, John C. Bertot. “Creating a Future for Public Libraries : Diverse Strategies for a Diverse Nation”. Library Trends, Summer 1997.

59 Statistiques annuelles publiés dans le Bowker Annual.

60 Bowker Annual. 1989, p. 373.

61 Bowker Annual. 1999, p. 489.

© Presses de l’enssib, 2010

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search