Version classiqueVersion mobile

L'éducation à la culture informationnelle

 | 
Françoise Chapron
, 
Éric Delamotte

Annexe. Le rôle des associations professionnelles

Jean-Louis Charbonnier

Texte intégral

1Le comité d’organisation de ce colloque a décidé de faire une place spécifique, à travers une table ronde, aux associations professionnelles de l’information et de la documentation, car elles ont porté, souvent contre vents et marées, le projet d’une formation de leurs publics particuliers. Elles ont ainsi contribué à l’émergence d’une problématique d’identification des objets sur lesquels la formation, là où elles agissent, devait porter et, aussi, d’exploration des voies qui rendraient celle-ci possible. Mais, bien plus, il faut reconnaître qu’elles ne se sont pas contentées d’énoncer le souhaitable à leurs yeux, elles se sont concrètement confrontées à sa réalisation, à l’expérimentation de ce qu’elles entendaient promouvoir. Elles sont donc détentrices d’une expérience vivante dont il faudra nécessairement tenir compte. Sont donc réunies les associations suivantes : l’Association des bibliothécaires de France (ABF), l’Association des professionnels de l’information et de la documentation (ADBS), l’Association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation (ADBU), l’Association des documentalistes de l’enseignement privé (ANDEP) et la Fédération des enseignants documentalistes de l’éducation nationale (Fadben).

INTERROGER LES ACTEURS

2C’est pourquoi, tout au long de cette table ronde, nous souhaitions que l’on s’attachât à interroger les dispositifs de formation que les différentes organisations documentaires, dont les associations représentent les acteurs, ont conçus et mis en œuvre. Quand on sait les difficultés qui ont dû être affrontées, il a parfois fallu user d’expédients, car il fallait bien, pour commencer, qu’on fît quelque chose à l’intention des étudiants, des élèves ou des usagers, sachant bien qu’ainsi, si l’on ne résolvait pas le problème de manière satisfaisante, on pouvait, du moins, contribuer à mieux le poser. Mais aujourd’hui, maintenant que l’expérience s’est constituée, qu’on a de quoi prendre du recul, que des corpus à enseigner se sont institués, que des démarches se sont élaborées, il semble que l’on peut s’interroger au fond. « Promouvoir la culture informationnelle », qu’est-ce que cela signifie, compte tenu de cette expérience, réfléchie dans les instances de ces organisations ? En effet leur socialisation, leur mutualisation dans le cadre associatif se sont révélées un puissant moyen non seulement pour agir professionnellement dans les différents contextes, mais aussi pour agir sur la définition même de la profession. Et c’est ainsi qu’un métier s’est construit [J. -L. Charbonnier, 2006], qu’une identité pédagogique s’est mise à émerger dans un champ professionnel qui, jusqu’alors, vivait aux marges de la formation ou de l’enseignement. Que les responsables des politiques conduites à moindre coût n’aient pas mesuré la nature et l’importance des enjeux ainsi posés est, certes, un problème, il n’empêche que les pratiques qui se sont instaurées, le corps de doctrine qui a, déjà, émergé, ne peuvent pas ne pas porter d’effets à plus longue échéance.

3Mais, plus précisément, nous pourrions affiner notre questionnement autour des interrogations suivantes :

  • Quel sens donner à « formation de l’usager à… », quelle différence fait-on avec « information des usagers sur… » ?

  • Quels savoirs formels paraissent nécessaires ou utiles, et pour quels publics ? Peut-on, doit-on, leur donner un ordre, selon quelle(s) cohérence(s) ? Quel sens donne-t-on au mot « culture » dans cette expression ?

  • Comment perçoit-on les interférences, les interactions, le jeu, la combinaison, voire la concurrence… avec les savoirs académiques ?

  • Comment, en quoi, la formation délivrée se distingue-t-elle de celle que l’on doit à des professionnels de l’information et de la documentation ?

  • Comment se situer vis-à-vis des problèmes posés par la prégnance des usages spontanés, voire des mésusages, des instruments matériels informatisés de mise à disposition de l’information, désormais incontournables, même s’il ne s’agissait que des OPAC ?

  • Comment travailler, sur toutes ces pratiques d’information, les représentations spontanées, mais socialement construites, qui sont en action dans les consciences des usagers – élèves – étudiants dont nous avons la charge ?

  • Et aussi, comment intégrer dans nos interrogations la posture de « lettrés » qui est, « naturellement », celle des personnels dans ce domaine (c’est-à-dire aussi de nous-mêmes) ?

  • Au total, quel type de démarche pédagogique, quel style, pensez-vous plus propice à votre ambition ? Au-delà de tout ce questionnement, théorique et pratique à la fois, et sachant que réfléchir est aussi une modalité de l’action, quelles résistances, quelles difficultés ont été rencontrées ? Comment les a-t-on analysées ? Quelles actions estimons-nous nécessaire de conduire, maintenant et à moyenne échéance ?

4Toutes ces questions n’ont pas nécessairement reçu les mêmes réponses dans les différents types d’institution concernés, certaines peuvent se transformer en de nouvelles questions auxquelles nous n’avons pas encore trouvé de réponses. On peut hasarder aussi que certaines réponses pourraient aboutir à des impasses, au moins provisoirement, en attendant que le questionnement soit reformulé. Ce qui nous paraît, pourtant, essentiel, c’est que la dynamique dans laquelle les divers métiers ici représentés se sont engagés s’est enclenchée, qu’elle a déjà produit des résultats, et qu’à travers cela, c’est l’ensemble de la profession qui porte une bonne partie de l’avenir de cette entreprise.

5Compte tenu de la massivité du problème, les interventions se sont concentrées sur des questions lourdes touchant à l’exigence de la formation, à sa légitimité, au dégagement des moyens institutionnels, symboliques et financiers pour y satisfaire.

LA FORMATION À L’INFORMATION : UN PASSAGE OBLIGÉ

6D’une manière ou d’une autre, cette exigence s’exprime dans l’ensemble des prises de position, qu’il s’agisse de la formation des usagers/clients (ADBS) ou de celle des élèves ou des étudiants (Fadben, ADBU, ANDEP), qu’il s’agisse, aussi, de la formation initiale ou continue des personnels, dans leur version qualifiante ou diplômante. Le renouvellement permanent est le trait qui caractérise les objets communs aux diverses familles de la profession (les documents, l’information et les systèmes qui les présentent et les diffusent), leur stabilisation est un rêve qui jusqu’à présent n’a pas pu se réaliser, entraînant la nécessité de suivre, non seulement les évolutions technologiques, mais surtout leurs conséquences dans les modalités dont ces objets produisent du sens… ou troublent les sens habituellement reçus.

La formation des professionnels

  • 1 Enssib. Formist : formation à l’information scientifique et technique. [En ligne] < http://www.enss (...)

7Selon des modalités qui diffèrent d’une organisation à l’autre, la préoccupation des associations professionnelles est très marquée par l’exigence de formation des professionnels : on y sent un enjeu stratégique qui fait référence explicitement aux mutations que connaissent les instruments et les systèmes, largement influencés par le renouvellement des techniques numériques à leur service. C’est vrai de l’ADBS, dont c’est une des activités principales, à travers ses programmes nationaux et régionaux de formation, mais aussi ses publications scientifiques, dont l’intérêt déborde largement le champ de la documentation et de l’information « spécialisée » et concerne tous ceux qui œuvrent dans le domaine de l’information et de la documentation ; c’est aussi le cas de l’ANDEP, qui en fait un axe prioritaire de son action avec les programmes de ses associations régionales et ses journées professionnelles, de la Fadben avec ses congrès, ses ateliers, ses journées d’étude et ses publications ; enfin, l’ADBU, quant à elle, s’appuie sur le dispositif « Formist1 » et les Urfist afin de renforcer le potentiel de formation universitaire et d’« intégrer les bibliothécaires aux équipes pédagogiques ».

La formation des « apprenants »

8Par « apprenants », il faut entendre tous ceux qui sont dans la situation d’être des non professionnels de l’information et de la documentation, quel que soit leur statut par ailleurs (élèves, étudiants, usagers), mais qui ont besoin d’accéder à une connaissance suffisante de ces moyens de l’information. Plusieurs problèmes se rencontrent et se mêlent vis-à-vis de ces publics : la question des objets de la formation et de leur organisation, la question de la liaison avec les contextes de la formation (insertion dans les cursus), celle de la reconnaissance de leur légitimité par les institutions, celle, enfin, des moyens à dégager pour la rendre possible.

Les objets de la formation dans leur contexte

9Plusieurs situations sont à envisager selon les contextes où ils sont censés s’insérer.

POUR L’ADBS

10La formation d’usagers s’élabore dans une discussion, dans une co-élaboration entre les formateurs de l’association et les organismes commanditaires, en fonction de l’identification des besoins résultant de leur analyse de la condition professionnelle des sujets de la formation.

LES ENSEIGNEMENTS DU SECONDAIRE

11La définition des objets n’étant pas prise en charge dans le cadre des programmes nationaux définis par le Ministère, les professeurs-documentalistes ont dû affronter, seuls, la difficile question de leur identification, de leur hiérarchisation, de leur didactisation et de leur légitimation par leurs propres moyens. Ce fut une tâche à laquelle l’ANDEP pour l’enseignement privé, et tout spécialement la Fadben pour l’enseignement public, se sont attelées, à force de séminaires, de journées d’études et de groupes de travail, en vue d’élaborer des « référentiels de compétences des élèves » (1997), un référentiel du métier (2006) et récemment, dans le cadre d’un groupe de travail interne à la fédération avec Alexandre Serres et Pascal Duplessis, d’une publication intitulée « Les savoirs scolaires en information documentation : sept notions organisatrices » (2007), et, pour finir l’énumération, un « Manifeste 2008 en faveur de la formation à la culture de l’information ». Quoi qu’il en soit, les acteurs de ce travail fondé sur la capitalisation réflexive d’une expérience professionnelle estiment « que donner cohérence à ces apprentissages reste une difficulté sans un cadrage national ». Ce souci de cohérence est à double face, cohérence longitudinale sur la dimension allant de la 6e à la terminale, cohérence synchronique en relation avec les contextes d’exercice, les liaisons à établir avec les autres enseignements dispensés aux élèves. Reste, enfin, la question considérable du travail proprement didactique, non seulement la définition des objets d’apprentissage, mais aussi la mise en situation d’apprentissage permettant aux élèves de s’approprier les notions et compétences requises.

L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

12L’ADBU peut s’appuyer sur des études statistiques qui, depuis la fin de la décennie 1990, permettent d’évaluer les évolutions des dispositifs de formation mis en œuvre avec les services communs de documentation. Il en ressort que ces formations ne touchent encore qu’une minorité d’étudiants, bien que leur nombre n’ait cessé d’augmenter d’année en année et que les formations soient devenues pérennes, s’orientant de plus en plus vers les étudiants de licence, depuis la réforme « LMD ». Par ailleurs, les données montrent une progression constante des formations intégrées dans les cursus suivis par les étudiants. Cependant, « les conclusions de l’enquête de 2005 [ADBU & Formist, 2005 ; M. -A. Cazaux et E. Noël, 2005] mettent en avant les difficultés liées à la visibilité de ces formations à la méthodologie documentaire dans l’université, en raison de son aspect transversal » et la France est encore loin d’atteindre le niveau que connaissent les universités de beaucoup d’autres pays. C’est ce qui a motivé l’association à produire en 2007 un document (en cours de refonte) intitulé « Refonder la politique documentaire de l’enseignement supérieur et de la recherche : 10 propositions de l’ADBU » [ADBU, 2008], dont la 6e est : « Développement d’une véritable formation à la recherche documentaire obligatoire, intégrée aux maquettes d’enseignement et articulée au C2i, donnant lieu à une évaluation réelle des acquis et à l’obtention d’ECTS ». À la différence de l’enseignement secondaire, la conception de programmes de formation dépend en grande partie de l’articulation avec les enseignements suivis par les étudiants dans les différentes filières d’étude. Il n’en reste pas moins que la ressource manque pour couvrir tous les besoins. Pour autant, l’association s’efforce de « valoriser les bonnes pratiques » en prenant appui sur Formist et sur les Urfist, et elle « souhaite une évolution des pratiques pédagogiques à l’université, facilitée par une meilleure autonomie des étudiants dans leurs recherches documentaires, et par une plus grande visibilité de la bibliothèque en ligne et sur le campus ». Elle manifeste aussi sa volonté de coopérer avec la Fadben pour améliorer la liaison lycée/université.

UNE CONVERGENCE À APPROFONDIR

13Il convient de noter d’abord une convergence entre les organisations qui se sont retrouvées autour de problématiques voisines, sinon identiques. On a remarqué que des appels d’une organisation à l’autre avaient été lancés, ou bien que les organisations signalaient leurs collaborations déjà à l’œuvre. Surtout, la convergence la plus importante à noter dans le contexte de ce colloque de recherche est celle qui se manifeste entre les travaux qu’il a révélés et les sujets traités par les associations professionnelles. Bien entendu, les discours ne sont pas, ne peuvent pas être, interchangeables, mais ils se réfèrent à des préoccupations communes, à des réflexions, voire à des recherches pragmatiques et à des constructions intellectuelles, qui se rejoignent. C’est, sans doute, l’indice d’une certaine pertinence des investigations conduites dans cette équipe de recherche, et d’une synergie possible. Dans la mesure où le diagnostic d’un besoin de formation à la culture de l’information est reconnu comme nécessaire à l’accomplissement d’une scolarité (secondaire ou universitaire) réussie, le renoncement à cette formation serait indubitablement coupable.

Bibliographie

ADBU. Refonder la politique documentaire de l’enseignement supérieur et de la recherche : 10 propositions de l’ADBU. ADBU, 2008. [En ligne] < http://www.adbu.fr/article.php3?id_article=477 > (consulté le 28 juin 2009).

ADBU, Formist. Enquête sur la formation à la méthodologie documentaire. Enssib, 2005, 24 p. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-21314 > (consulté le 28 juin 2009).

Cazaux Marie-Annick, Noël Élisabeth. Enquête sur la formation à la méthodologie documentaire. Bulletin des bibliothèques de France, t. 50, n° 6, 2005, p. 24-28. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2005-06-0024-003 > (consulté le 28 juin 2009).

Charbonnier Jean-Louis. « Le professeur documentaliste entre “mission” et “curriculum” ». In : Frisch Muriel. Nouvelles figures de l’information documentation : être enseignant-documentaliste aujourd’hui : identité, compétences et savoirs spécifiques. Colloque de l’IUFM de Metz, 1er juin 2006. Nancy, 2008, p. 13-20.

Fadben. Les savoirs scolaires en information documentation. Médiadoc, mars 2007. Fadben, janvier 2008. [En ligne] < http://www.fadben.asso.fr/spip.php?article22 > (consulté le 28 juin 2009

Notes

1 Enssib. Formist : formation à l’information scientifique et technique. [En ligne] < http://www.enssib.fr/formist > (consulté le 28 juin 2009).

© Presses de l’enssib, 2010

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search