Version classiqueVersion mobile

Publier la bande dessinée

 | 
Sylvain Lesage

Des sources pour l’histoire de l’édition de bande dessinée

Texte intégral

1Pour appréhender les mutations du paysage éditorial pendant la période, nous étions confronté à une singulière pénurie d’archives ; situation paradoxale en histoire contemporaine, où l’historien est plutôt confronté au vertige d’innombrables sources. Pourtant, les archives permettant de traiter le plus directement la question faisaient singulièrement défaut. Parmi les archives publiques, les données renseignant directement sur notre question étaient en effet rares : si elles offrent un éclairage précieux sur l’encadrement réglementaire de la bande dessinée et la mise en place d’une politique culturelle liée au neuvième art, elles s’avèrent en revanche peu utiles pour évaluer la structuration d’un marché du neuvième art. À l’exception notable du dépôt légal, il a fallu recourir à d’autres sources.

Dépôt légal

  • 1 Isabelle de Conihout, « Police de la librairie et mesure du livre au xixe siècle : le dépôt légal, (...)

2Le projet de quantifier la production de livres n’est pas une démarche nouvelle ; dans le cas de la bande dessinée, cette approche constitue cependant une nouveauté, et doit affronter des limites inédites. Élaborées à l’origine dans un but plus policier que bibliographique1, les archives du dépôt légal sont d’une fiabilité bien supérieure au xxsiècle, où elles enregistrent efficacement l’ensemble de la production sur le sol français. Deux catégories principales d’ouvrages échappent aux mailles du filet bibliographique des services du dépôt légal : les ouvrages imprimés à l’étranger et les ouvrages clandestins. Par définition, le nombre et l’importance de ceux-ci sont difficiles à évaluer, mais il est indubitable qu’ils jouent un rôle non négligeable dans plusieurs franges du spectre éditorial, particulièrement à partir de la fin des années 1970 : ouvrages pornographiques, albums pirates, pastiches… On peut cependant se risquer à considérer que les volumes d’ensemble ne sont pas totalement faussés par cette production clandestine.

  • 2 Olivier Piffault, « Destinées et aléas : la bande dessinée dans les bibliothèques françaises », Bib (...)
  • 3 Les éditeurs belges n’entrent donc dans le circuit du dépôt légal que par le circuit du dépôt légal (...)

3Hors de la production clandestine, le dépôt de la bande dessinée s’avère cependant fragmenté, négligé ou retardé2 : toute la production imprimée en Belgique (Marcinelle, Tournai, Fleurus…) ou en Italie échappe ainsi au dépôt imprimeur, tandis que tout ce qui est diffusé en France mais édité en Belgique (Lombard, Casterman, Dupuis…) connaît des lacunes non négligeables selon les époques3 : la « Collection du Lombard », par exemple, n’est ainsi déposée que lors de la réédition par Dargaud en 1957, sept ans après le lancement de la collection. Bien que le spectre couvert par le dépôt légal s’améliore dans les années 1950, les lacunes persistent : celles-ci empêchent d’une part de considérer le dépôt légal comme une panacée mais, surtout, interrogent le statut occupé par la « littérature dessinée » au sein de la Bibliothèque nationale, en charge du dépôt.

  • 4 Sur l’adoption du dépôt légal en Belgique, voir Jozef Brock, « Le dépôt légal », Bulletin des bibli (...)
  • 5 Par ailleurs, un certain nombre de spécificités de la Bibliographie de Belgique s’avèrent, à l’usag (...)

4Les fiches de dépôt légal procurent des renseignements précieux, permettant de préciser les dates de sortie des ouvrages et offrant une indication du tirage. Ces archives sont réparties entre les Archives nationales et la Bibliothèque nationale de France, qui conserve la partie postérieure à 1967. Cependant, après 1974, les données ne sont plus réellement exploitables, car les fiches ne sont plus classées par éditeur mais par ordre d’arrivée. Nous n’avons donc pu utiliser les données du dépôt légal sur l’ensemble de notre période. Par ailleurs, il n’était malheureusement pas envisageable de compléter l’analyse par le dépouillement du dépôt légal belge. Celui-ci n’est en effet créé que par la loi du 8 avril 19654 ; la Bibliographie de Belgique se montre particulièrement lacunaire et n’offre pas de solution satisfaisante, tant la mauvaise volonté des éditeurs à déposer leurs ouvrages est manifeste5.

Statistiques de branche

  • 6 Pour un historique de cet affinage des rubriques, voir Michèle Piquard, L’édition pour la jeunesse (...)

5Les données statistiques collectées dans le cadre des enquêtes de branche s’avèrent précieuses pour appréhender les tendances de l’édition de bande dessinée : elles offrent un aperçu de l’évolution du chiffre d’affaires, du nombre de titres, du tirage moyen, et permettent de se faire une première idée approximative de la physionomie du marché. La loi du 7 juin 1951 définit les statistiques obligatoires ; l’arrêté du 13 février 1954 donne mandat au Syndicat national des éditeurs (SNE) de réaliser l’enquête de la branche « édition de livres ». Les premiers résultats probants ne datent cependant que de 1959, et l’enquête est progressivement affinée dans les années 1960, notamment par un changement de la nomenclature, qui passe progressivement de 5 à 53 catégories6. Ce n’est qu’en 1974 que la branche « bande dessinée » est distinguée, dans les statistiques de production, de l’édition de jeunesse, et c’est en fait surtout dans les années 1980 que l’on voit proliférer enquêtes statistiques et études de marché.

  • 7 L’enquête de 1969 précise ainsi que 578 maisons ont répondu à l’enquête, mais que seules les répons (...)
  • 8 Dans leur enquête sur « le printemps des éditeurs », Jean-Marie Bouvaist et Jean-Guy Boin relèvent (...)

6Le SNE établit ses statistiques par consultation des éditeurs, mais ne prend pas en compte l’intégralité de la production. À partir de 1966, la barre minimum pour être comptabilisé dans l’enquête annuelle est fixée à 100 000 F de chiffre d’affaires (126 300 € actuels), puis relevée en 1977 à 200 000 F (112 500 €). Le poids économique des maisons d’édition au chiffre d’affaires inférieur serait, selon les estimations du SNE, relativement négligeable (moins de 1 % du CA global de l’édition7). Pourtant, ces petits éditeurs jouent un rôle important de défricheurs et de découvreurs de talents. Cette observation s’applique à l’édition en général, mais plus encore à l’édition de bande dessinée où quelques albums, même tirés à quelques milliers d’exemplaires, peuvent peser d’un grand poids symbolique et jouir d’une considération critique importante. Le dynamisme et la créativité des petites maisons d’édition s’avèrent déterminants dans l’évolution du secteur, tant ils aiguillonnent les plus gros des éditeurs à diversifier leur production, à tenter de s’approprier des auteurs, des formes ou des genres nouveaux8.

7L’importance de la microédition dans le processus de renouvellement du marché, dans la découverte de nouveaux auteurs, est donc mécaniquement sous-estimée dans ces enquêtes. On pourrait postuler cependant que les maisons qui réussissent finissent par entrer dans le cadre de l’enquête ; les statistiques ne se pencheraient donc que sur les réussites. Les chiffres du SNE ne sont qu’un point de départ, et indiquent des tendances plus que des valeurs absolues. Un autre problème couramment posé par l’utilisation de ces statistiques concerne la méthode de ventilation des ouvrages dans chacune des rubriques – ou plutôt l’absence de méthode, qui interdit là aussi de prendre ces chiffres pour autre chose que des indicateurs.

Presse professionnelle et outils spécialisés

8Les publications de la presse professionnelle soulèvent des problèmes plus classiques. Créée en 1814, la Bibliographie de la France paraît jusqu’en 1979, sous l’égide du Cercle de la librairie. La première partie de cette publication, « Bibliographie officielle », recense l’ensemble des ouvrages reçus au titre du dépôt légal ; établies par la Bibliothèque nationale, ses notices fournissent une information bibliographique très complète, du moins en théorie : l’étendue de sa couverture dépend justement du respect par les éditeurs du dépôt légal, qui pose problème avec les éditeurs belges. Les catalogues de livres d’étrennes paraissent annuellement et représentent une ressource précieuse pour reconstituer des catalogues d’éditeurs. En janvier 1972, la Bibliographie de la France fusionne avec Biblio (Mensuel) pour devenir Bibliographie de la France (Biblio) jusqu’en juillet 1979.

9Paraissant de 1958 à 1979, le Bulletin du livre constitue un outil d’information pour l’interprofession : cadre législatif et politique, informations sur le marché national, sur les innovations étrangères… La dernière-née de ces publications, Livres Hebdo, concentre à partir de 1979 ces deux missions de la presse professionnelle : annoncer et informer. La nouvelle revue résulte en effet de la fusion de la Bibliographie de la France et du Bulletin du livre et condense informations professionnelles et parutions, mêlant enquêtes, dossiers, avis de parution et publicités. Ces trois revues interprofessionnelles présentent le même type de biais que les statistiques du SNE, notamment une surreprésentation des plus gros éditeurs – en particulier dans les annonces et publicités. Les chiffres avancés sont hautement sujets à caution : rendus publics auprès de l’ensemble des professionnels du livre, ils sont au moins autant une arme stratégique qu’un outil de mesure fiable.

10Livres Hebdo témoigne et construit tout à la fois cette segmentation du marché entre éditeurs. Dans un marché en très nette expansion dans les années 1980, l’enjeu principal devient de faire connaître sa production. Dans ce contexte, l’accès à l’information interprofessionnelle s’avère stratégique : pour toucher les librairies de premier niveau susceptibles d’accueillir leur production, l’outil promotionnel est incontournable.

11L’outil interprofessionnel Éditeurs et diffuseurs de langue française constitue une source supplémentaire précieuse pour cartographier ce marché de l’album. Cette publication connaît plusieurs titres : successivement Répertoire international des éditeurs de langue française (1971), Répertoire international des éditeurs et diffuseurs de langue française (1975-1978), puis Les éditeurs et diffuseurs de langue française (1979-2004). Diffusé en France par le Cercle de la librairie, le répertoire est édité par l’Union des éditeurs de langue française, qui regroupe les principales associations d’éditeurs francophones (Belgique, Québec, France, Suisse romande). Ce répertoire, dans la mise en série d’éditions successives, permet de restituer les circuits de diffusion-distribution, le spectre des spécialités éditoriales déclarées, les adresses et raisons sociales ; il offre par ailleurs la possibilité de faire émerger l’activité de petits éditeurs négligés des histoires canoniques de la bande dessinée. Les données obtenues ont bien évidemment été affinées à l’aide de la presse spécialisée, de fanzines, ou d’outils comme, notamment, L’année de la bande dessinée, publication qui multiplie les enquêtes chiffrées sur le secteur de la bande dessinée dans les années 1980.

  • 9 Ces circulations sont cependant loin d’être négligeables de la France vers le Canada, comme l’indiq (...)
  • 10 Voir notamment sur ce point particulier Mira Falardeau, La bande dessinée au Québec, Montréal, Boré (...)

12Le spectre du répertoire international permet de prendre en compte les circulations intenses de l’imprimé dans l’espace francophone, en particulier à l’échelle régionale (France, Belgique, Suisse). De ce point de vue, l’édition canadienne nous importe moins, car les circulations sont très faibles du Canada vers la France en matière de bande dessinée9. Cependant, la faiblesse de l’édition canadienne de bande dessinée n’est pas sans intriguer : faut-il la comprendre comme la conséquence de la proximité avec le système américain des comics ? Ou l’inscription dans une culture littéraire différente ? Ou encore la conséquence d’un système de diffusion qui cantonne la bande dessinée au kiosque à journaux ? Autant d’hypothèses auxquelles il n’a pour l’instant été apporté que des réponses partielles10.

Archives d’éditeurs

  • 11 Celles-ci sont cependant relativement restreintes, avec seulement vingt-trois boîtes d’archives au (...)

13Les recherches menées en histoire du livre ont montré depuis longtemps la difficulté d’accès aux archives d’éditeurs. Les archives éditoriales sont rarement disponibles, et cette rareté est sans doute plus marquée encore dans le domaine de la bande dessinée, où les recompositions et concentrations du secteur dans les années 1980 ont fait disparaître bien des archives à la faveur d’un rachat. Nous disposions cependant de quelques fonds accessibles qui, à défaut d’être représentatifs, présentaient l’avantage non négligeable d’être disponibles et nous permettaient d’étudier des profils d’éditeurs variés. L’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC) contient ainsi plusieurs fonds d’archives d’éditeurs actifs dans le secteur, en particulier les archives d’Éric Losfeld11 et les archives du groupe Hachette. Monumentales, celles-ci promettent de riches perspectives sur la bande dessinée – en particulier parce que la tentation monopolistique qui caractérise Hachette conduit les services à accumuler la documentation sur la concurrence. Par ailleurs, la tentative de rachat des éditions Dupuis est éclairée par un volumineux fonds d’archives issues de la maison de Marcinelle, qui fournit de riches enseignements sur la santé économique de l’entreprise et permet d’observer les nombreuses tensions accumulées au sein du groupe familial à la faveur de la transmission générationnelle dans les années 1980.

  • 12 En Belgique, État fédéral, les archives nationales sont délocalisées ; seize villes accueillent des (...)
  • 13 Pour une présentation plus détaillée de ces archives, voir la notice que nous y avons consacrée : « (...)
  • 14 Florian Moine poursuit actuellement une thèse à partir de ces archives : Casterman : un éditeur dan (...)

14Lorsque Flammarion rachète Casterman en 1998, les archives de la société sont versées aux archives de l’État belge à Tournai12. Alors que la localisation tournaisienne est abandonnée par la société au profit de Bruxelles, les archives de l’État, qui manquent cruellement de place, s’installent dans les locaux libérés par Casterman. Ainsi, une partie des anciens locaux de cette entreprise emblématique de la ville du Hainaut abrite sa mémoire même13. Ces archives d’une très grande richesse étaient malheureusement difficilement exploitables. Les archives de l’État continuaient de réceptionner des cartons ; lorsque nous avons commencé à dépouiller ce fonds, celui-ci représentait 2,5 km linéaires, dont seule une faible partie était déballée – le catalogage, quant à lui, constitue une perspective bien plus lointaine encore14.

15Le dépouillement systématique des archives de la maison tournaisienne s’avérait donc matériellement impossible mais, au gré des trouvailles, et grâce au soutien précieux de l’ensemble du personnel des archives de l’État belge, nous avons pu multiplier les éclairages sur la vie économique de l’entreprise (dossiers juridiques, documents comptables ou administratifs…), sur la production de livres (dossiers d’auteurs, relevés de droits, courriers divers, notes de composition, dossiers de mise en vente, argumentaires commerciaux…). La double activité de Casterman, imprimeur et éditeur, offrait par ailleurs de belles séries (malheureusement discontinues) de fiches de fabrication, qui ouvrent des perspectives inédites et à approfondir sur les tirages précis, les procédés d’impression, les programmes de fabrication…

16Nous avons découvert plus tardivement dans ce travail de recherche l’existence d’archives de Futuropolis. Figure centrale du mouvement d’élargissement du périmètre de la bande dessinée et de la structuration d’une double démarche patrimoniale et résolument artistique, Futuropolis s’identifie largement à la figure de son fondateur, Étienne Robial. Celui-ci a conservé une partie conséquente des archives de l’entreprise : documents comptables, bons de commande, catalogues, photographies, projets de publication…

  • 15 Michèle Piquard, L’édition pour la jeunesse en France de 1945 à 1980…, op. cit.

17Pour élargir le spectre du paysage éditorial, nous avons également eu recours aux archives de l’Institut national de la propriété intellectuelle, dont Michèle Piquard avait fait un usage pionnier15 : structures juridiques des entreprises, raisons sociales ou adresses offraient autant de clés d’entrée dans une histoire éditoriale élargie alors que, de leur côté, les entretiens avec d’anciens éditeurs révélaient leurs limites.

18Enfin, les catalogues d’éditeurs s’imposaient également comme une source indispensable pour restituer la manière dont sont élaborés des fonds d’éditeurs. Pour une partie nouveaux venus dans l’univers du livre, les éditeurs font l’apprentissage progressif de logiques de fonds et de collections. Le recours au catalogue permet ainsi d’interroger la manière dont les œuvres sont diffusées, et dont les paratextes éditoriaux organisent des protocoles de lecture différenciés.

Notes

1 Isabelle de Conihout, « Police de la librairie et mesure du livre au xixe siècle : le dépôt légal, la Bibliographie de la France et la bibliométrie », in Alain Vaillant (dir.), Mesure(s) du livre, Paris, Bibliothèque nationale, 1992 (coll. Les colloques de la Bibliothèque nationale), pp. 23-39.

2 Olivier Piffault, « Destinées et aléas : la bande dessinée dans les bibliothèques françaises », Bibliothèque(s), juillet 2010, no 51, pp. 11-15.

3 Les éditeurs belges n’entrent donc dans le circuit du dépôt légal que par le circuit du dépôt légal des distributeurs, moins bien appliqué que le dépôt légal éditeur et le dépôt légal imprimeur – à moins d’opérer par l’intermédiaire d’une filiale française, auquel cas ils sont, parfois, considérés comme astreints au dépôt légal éditeur.

4 Sur l’adoption du dépôt légal en Belgique, voir Jozef Brock, « Le dépôt légal », Bulletin des bibliothèques de France, janvier 1966, no 1. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1966-01-0015-004 >.

5 Par ailleurs, un certain nombre de spécificités de la Bibliographie de Belgique s’avèrent, à l’usage, problématiques, en particulier l’existence d’une distinction entre publications pour enfants (Kinderboeken) et « littérature populaire » (Volksliteratuur) : au fil des numéros, des publications monographiques ou périodiques de bande dessinée peuvent passer de l’une à l’autre des rubriques (notamment les Héroïc-Albums).

6 Pour un historique de cet affinage des rubriques, voir Michèle Piquard, L’édition pour la jeunesse en France de 1945 à 1980 : stratégies et discours des éditeurs, Thèse de doctorat en sciences de l’information, sous la direction de Michel Palmer : Université de Paris III, 2000, 676 p.

7 L’enquête de 1969 précise ainsi que 578 maisons ont répondu à l’enquête, mais que seules les réponses des 375 maisons dont le CA dépasse 100 000 F ont été exploitées, un sondage ayant permis « d’évaluer à environ 0,5 % du chiffre d’affaires global de l’édition la part des 203 maisons non exploitées », qui « peuvent donc être négligées sans fausser l’image de l’édition française ».

8 Dans leur enquête sur « le printemps des éditeurs », Jean-Marie Bouvaist et Jean-Guy Boin relèvent qu’en 1980, 37 % seulement des nouveaux éditeurs qu’ils étudient dépassent les 200 000 F de chiffre d’affaires. Voir Jean-Marie Bouvaist et Jean-Guy Boin, Du printemps des éditeurs à l’âge de raison : les nouveaux éditeurs en France : 1974-1988, Paris, La documentation française, 1989.

9 Ces circulations sont cependant loin d’être négligeables de la France vers le Canada, comme l’indique Sylvain Lemay, Le « printemps » de la bande dessinée québécoise (1968-1975), Thèse de doctorat en littérature, sous la direction de Jacques Pelletier : Université du Québec à Montréal, 2010. Voir aussi Michel Viau, BDQ. Répertoire des publications de bandes dessinées au Québec des origines à nos jours, Laval (Québec), Mille-Îles, 2000.

10 Voir notamment sur ce point particulier Mira Falardeau, La bande dessinée au Québec, Montréal, Boréal, 1994. Il n’entre pas dans le cadre de ce travail d’éclaircir la question de cette faiblesse de l’édition canadienne de bande dessinée ; espérons cependant que les bases que nous tâchons d’apporter ici fourniront le socle d’une future réflexion à cette question d’importance pour la compréhension des circulations culturelles entre l’Europe et le Canada.

11 Celles-ci sont cependant relativement restreintes, avec seulement vingt-trois boîtes d’archives au total, contenant dossiers éditoriaux, catalogues, dossiers de presse et archives iconographiques ; nous n’y avons cependant pas trouvé d’éléments probants concernant le maigre catalogue d’albums de bande dessinée publiés par l’éditeur.

12 En Belgique, État fédéral, les archives nationales sont délocalisées ; seize villes accueillent des dépôts d’archives.

13 Pour une présentation plus détaillée de ces archives, voir la notice que nous y avons consacrée : « Les archives Casterman : un continent inconnu », Strenæ, 2016, no 10, Fonds d’archives et collections. [En ligne] < http://strenae.revues.org/1623 >.

14 Florian Moine poursuit actuellement une thèse à partir de ces archives : Casterman : un éditeur dans la cité, 1919-1998, Thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Pascal Ory et Sylvain Lesage : Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

15 Michèle Piquard, L’édition pour la jeunesse en France de 1945 à 1980…, op. cit.

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search