Version classiqueVersion mobile

L'éducation à la culture informationnelle

 | 
Françoise Chapron
, 
Éric Delamotte

Chapitre III. Formats de l'information mobilisés par les apprenants et les professionnels de l'information

Évaluation de l’information et description des controverses scientifiques : information validée, information située

Hervé Le Men

Texte intégral

  • 13 Voir par exemple les grilles proposées sur leur site par DocInsa, l’Urfist de Paris ou celle de Ren (...)

1Notre point de départ est double. Chargés de formation à l’évaluation de l’information, nous avons repris les grilles d’évaluation habituellement proposées par les bibliothécaires, les documentalistes et les formateurs de l’enseignement supérieur13. Nous avons également parcouru quelques textes édités sur la question [A. Serres, 2005]. Ils posent les enjeux, les voies à explorer et dans les grandes lignes, reprennent les critères des grilles proposées. Notre deuxième point d’entrée vient du Centre de sociologie de l’innovation (CSI) de l’École des mines de Paris et de l’enseignement qui y est fait sur le suivi de controverses scientifiques. L’objectif de cet article est de proposer aux formateurs à l’évaluation de l’information un détour par la perspective du CSI et le suivi des controverses scientifiques, pour enrichir et questionner leur enseignement. Nous décrirons les objectifs, méthodes et perspectives des deux approches et nous explorerons leur proximité et divergence. Nous examinerons leur complémentarité et l’éventuelle pertinence d’un transfert de notions et de méthodes. Enfin, à partir de la perspective du CSI, nous interrogerons la notion même d’évaluation de l’information.

« Le but de l’évaluation est de savoir s’il faut ou non sélectionner, exploiter et s’approprier l’information en question. Il s’agit en fait d’attribuer une valeur, i. e. une signification à l’information au moyen d’un jugement » [P. Duplessis, 2007].
« Savoir identifier et qualifier une information ne s’improvise pas et il importe de reconnaître que la formation à l’évaluation n’est rien d’autre qu’une question éducative globale, celle du rapport à l’information et la connaissance » [A. Serres, 2005].

2L’enseignement à l’évaluation de l’information s’adresse aux profanes. Il se donne deux objectifs pédagogiques convergents :

  • un objectif pratique et opérationnel : donner aux étudiants, confrontés à des domaines qu’ils découvrent, une méthode pour faire des choix raisonnés parmi des textes, des sources, des publications et des auteurs totalement hétérogènes ;

  • un objectif moins immédiat : développer l’autonomie et le jugement des étudiants en les plaçant dans une posture, une attitude, une distance critique dans leur relation à la connaissance, aux savoirs et à ceux qui les portent et qui les diffusent pour les amener à mieux s’approprier et exploiter des textes ou des auteurs.

3Pour atteindre ces objectifs, les formateurs proposent des grilles d’évaluation pour qualifier un processus éditorial et l’autorité d’un auteur ou pour recouper une information. Ces grilles donnent aux étudiants un faisceau d’indices qui, ensemble, les conduisent à mieux distinguer le vrai du faux, le valide de l’invalide, le fiable du douteux, l’expert du profane, l’objectif du subjectif, l’exact de l’inexact. Si l’on se fie aux expressions les plus utilisées – véracité, information validée, vraie, exacte –, il faut postuler l’existence d’une information universellement vraie et conforme et exclure la coexistence d’informations toutes à la fois divergentes et valides. En définitive, les grilles proposées adossent le jugement des étudiants à des catégories dichotomiques pour les aider à rejeter ou garder une information, une référence, un auteur, un document, une source. L’évaluation de l’information est posée comme une opération de vérification.

LA SOCIOLOGIE DES SCIENCES ET LE SUIVI DES CONTROVERSES SCIENTIFIQUES : VISÉE ET MÉTHODE

  • 14 Expressions de Bruno Latour.

4L’analyse des controverses scientifiques a d’abord été une méthode utilisée par les philosophes, les historiens et les sociologues des sciences pour étudier les pratiques scientifiques ou, plus précisément, la science en action, la science en train de se faire, par opposition à la science faite14, celle qui a recueilli un consensus, celle qui est enregistrée dans les manuels et les encyclopédies. Dans un chapitre intitulé « La controverse est au cœur des pratiques de sciences », Dominique Pestre la qualifie ainsi : « … la microanalyse circonstanciée des débats sur les faits et les preuves, la description précise et contradictoire de la fabrication des énoncés. »

5Il poursuit : « L’analyse des controverses est fondée sur l’idée de ne pas séparer essentiellement les contenus et logiques de savoir des contextes et cadres situés de validation dans lesquels ils émergent » [D. Pestre, 2006].

6Bruno Latour et Michel Callon du CSI se sont inscrits dans ce courant, qu’ils ont toutefois fait évoluer en élargissant leur terrain d’observation et en proposant une méthode pour évaluer la force des énoncés et décrire les collectifs qui s’y attachent. Leur objet inclut tous les acteurs qui se réclament d’une controverse scientifique : chercheurs, citoyens, consommateurs, industriels, législateurs ou hommes politiques. Ce faisant, ils décrivent, à l’intérieur d’une même perspective, les sciences, l’innovation et leur discussion. Leur méthode s’appuie sur des enquêtes qui font une large place à toutes les formes écrites : articles scientifiques et articles de presse, brevets, normes, etc. Elle est ainsi résumée par Bruno Latour : « Pour déterminer si un énoncé […] est objectif ou subjectif, nous ne cherchons pas ses qualités intrinsèques mais nous reconstituons l’ensemble des transformations qu’il subit plus tard entre les mains des autres » [B. Latour, 1989].

7Il nomme ces transformations des traductions et donne l’exemple [B. Latour, 1989 : 186] d’un centre de recherche sur des électrodes à un pore, qui sollicite l’appui d’un industriel de l’automobile. Après une large description, il résume l’argumentation des chercheurs à une série d’équivalences, à une série de traductions : « voiture à meilleur rendement » veut dire « piles à combustibles » ; « piles à combustible » signifie « études des électrodes ».

  • 15 Souligné par l’auteur.

8Il explique ensuite pourquoi il utilise le mot traduction pour décrire cette recomposition des intérêts : « En plus de son sens linguistique – l’établissement d’une correspondance entre deux versions d’un même texte dans deux langues différentes – il faut lui donner le sens géométrique de translation. Parler de traduction d’intérêts signifie à la fois que l’on propose de nouvelles interprétations et que l’on déplace des ensembles. “Si construire une voiture neuve” veut dire “étudier un pore d’une électrode”, un grand nombre de gens vont se trouver transportés, déplacés d’un lieu vers un autre. L’avantage principal de cette mobilisation lente réside en ce que des questions particulières (comme celle du modèle à un pore) ont maintenant leur sort SOLIDEMENT15 lié à celui de questions plus larges (l’avenir des automobiles) au point que menacer les premiers termes revient à menacer les derniers » [B. Latour, 1989 : 189].

9La traduction est une traduction d’intérêts, un intéressement d’acteurs utiles à l’avancée d’un projet. C’est une première définition. Pour saisir toute la portée de cette notion, il faut élargir le sens du mot intérêt et le comprendre comme on peut le comprendre dans l’expression : est-ce que cela présente un intérêt ? Est-ce que la traduction posée conduit quelque part ?

10La traduction prend alors une signification plus générale et peut être définie comme une transformation – opérée par un acteur – d’un élément A en un élément B pour créer un lien entre ces deux éléments. Deux énoncés objectivement différents sont posés comme : équivalents, conséquents, consécutifs ou renvoyant l’un à l’autre. Par cette opération, l’élément A cause, suggère, encourage, autorise ou rend l’élément B possible ou nécessaire. Cet élargissement de la définition permet de considérer également les écritures scientifiques – tableaux de chiffres, courbes, indices, images, graphiques – comme le résultat d’opérations de traduction. Une image médicale est la traduction d’un cerveau ou d’un fémur. Un chiffre, un taux de chômage ou un indice de criminalité sont les traductions d’un ensemble d’autres chiffres prélevés par compteurs, enquêtes et divers appareils de mesure traduisant sans cesse d’autres traductions. Un point lumineux sur un écran obtenu par des calculs proprement astronomiques est la traduction (la preuve, la trace) d’une étoile lointaine ; les résultats d’un test sont la trace d’une pathologie incertaine. Bref, les scientifiques vont d’opération de traduction en opération de traduction, qu’ils mettent cependant à l’épreuve, non pas des faits « purs » et « vrais », mais des objections de leurs collègues tout aussi têtus que les faits. Dans le meilleur des cas, ils s’intéresseront aux traductions posées. Parfois, ils les reprendront sans discuter. Un énoncé pourra aussi rester sans suite, sans reprise, sans traductions ultérieures, sans même aucune objection. Il restera isolé et disparaîtra. L’épreuve du collectif peut être tout aussi définitive que l’épreuve des faits.

11Cette perspective présente deux avantages.

12Elle permet de décrire les points de rencontre entre science et société, parce qu’elle associe dans une même chaîne de traductions des arguments habituellement séparés à l’analyse et pourtant reliés par les acteurs des controverses : arguments scientifiques, économiques, politiques ou éthiques. L’approche permet d’embrasser et de démêler l’ensemble des dimensions que portent inévitablement des concepts, des technologies, ou des procédés, quels que soient ceux qui les leur font porter. Elle permet de mieux évaluer, par exemple, TOUT ce qui confère son poids à une notion comme celle d’embryon viable.

13Son deuxième avantage est de donner la possibilité au profane d’entrer dans une controverse sans se poser, d’emblée, la question de la validité des énoncés. Il doit d’abord suivre une histoire : celle du devenir d’un énoncé, la façon dont il est repris, cité, transformé, traduit par le collectif qui le porte. Ce collectif est plus ou moins important, plus ou moins hétérogène, plus ou moins financé, plus ou moins équipé de revues, de laboratoires, de protocoles, de machines. L’examen de la validité d’un énoncé est rabattu sur l’examen de son effectivité. C’est un renoncement. Mais, selon Bruno Latour, il n’amène pas une approche relativiste. Il conduit à une approche relationniste. L’énoncé n’est plus vrai ou faux, il est relié et fort (conceptuellement, économiquement, etc.) ou il est isolé et faible.

14La description des controverses est enseignée à l’École des mines de Paris. Il est demandé aux élèves de recenser l’ensemble des acteurs et de repérer les raisons pour lesquelles une controverse évolue, les raisons pour lesquelles un énoncé l’emporte sur un autre. « L’analyse va consister à expliciter ce qui confère un poids particulier à (un) énoncé : depuis le statut de ses auteurs, le consensus autour des mesures et des modèles sur lesquels il s’appuie, jusqu’aux modalités de sa circulation dans la sphère publique » [M. Rémondet, 2007].

15Prenons un exemple et tentons une rapide description. Le journal Le Monde [P. Benkimoun, 2008] donne les résultats d’une étude publiée le 30 janvier 2008 : « 548 couples hétérosexuels sérodifférents ne montrent pas de cas de transmission avec un traitement bien suivi et une charge virale indétectable ».

  • 16 Commission d’experts clinique et thérapie VIH et sida de l’office fédéral de santé publique suisse.

16Il rapporte qu’en appui de cette étude, la Commission fédérale suisse (CFS) pour les problèmes liés au sida16 a déclaré : « L’application conséquente d’un traitement permet d’exclure tout risque important de transmission. La décision de ne plus utiliser de préservatif incombe à la personne séronégative. »

17Le journal relate également deux avis contradictoires sur la déclaration de la CFS : selon l’animateur du site < http://www.papamamanbebe.net > (réseau des familles vivant avec le VIH), c’est une bonne nouvelle pour les couples hétérosexuels sérodifférents voulant faire un enfant. Pour l’OMS, l’Onusida, le Conseil national du sida et Act Up, les données sont insuffisantes. Sur son site, Act Up Paris qualifie l’avis de la CFS de « miroir aux alouettes17 ».

18Dans la perspective du CSI, l’étude mentionnée par la Commission est déjà le résultat d’une série d’opérations de traduction qui, si elles ont nécessairement répondu à beaucoup d’objections, restent cependant interrogeables et critiquables par tout laboratoire aussi bien ou mieux équipé que celui qui a produit cette étude. Si l’on poursuit l’enquête dans la perspective du CSI, on constate que tous les acteurs en présence mêlent étroitement des arguments scientifiques et des arguments d’une autre nature : l’effort de vingt ans de campagnes de prévention sur le port du préservatif, la capacité des médias à rendre compte correctement de faits, ou bien encore la qualité de la vie des personnes contaminées. En poussant l’exercice jusqu’au bout, nous pouvons analyser l’annonce de la bonne nouvelle comme une opération de traduction tentant de lier l’étude citée – et l’autorité que lui confère son caractère scientifique – et le réseau des familles vivant avec le VIH. De la même manière, les positions de l’Onusida ou d’Act up peuvent être comprises comme une opération de traduction tentant de faire tenir ensemble et sans contradiction l’annonce des résultats de l’étude et la campagne mondiale de prévention du sida sur le port du préservatif.

19Cette analyse très sommaire n’a pas pour objectif de justifier une reprise sans réserve des déclarations de la CFS. Elle ne valide pas, elle situe. Elle donne une description de l’ensemble des éléments qui forment les perspectives des acteurs en débat, elle examine leur articulation et restitue la complexité de leurs positions et de leurs arguments.

PROXIMITÉ DU SUIVI DES CONTROVERSES ET DE L’ÉVALUATION DE L’INFORMATION

20La méthode de description des controverses n’est guère utile pour évaluer une information sur une question a priori consensuelle traitée dans un manuel ou une encyclopédie. Elle est cependant complémentaire de la première quand l’exercice d’évaluation devient plus délicat, parce que le processus éditorial est indéterminable ou contestable ou parce que l’information à évaluer est conflictuelle. Pour explorer plus précisément son intérêt pour l’évaluation, nous allons considérer la description des controverses comme :

21(1) un exercice d’évaluation (2) qui propose une méthode pour recouper une information (3) datée et (4) décrire un ou plusieurs auteurs (5) en évaluant TOUS les arguments mobilisés (6) sur la base de mêmes critères (7) accessibles aux profanes.

  1. Tous les arguments d’une controverse ne se valent pas. Certains n’ont aucun poids, d’autres font évoluer un débat. La description d’une controverse permet d’évaluer les forces relatives d’énoncés en concurrence.

  2. Elle permet de recouper l’information. Comme il est suggéré par l’équipe de formation de DocInsa, il faut rechercher les citations d’un auteur dans d’autres publications. Le CSI propose d’aller plus loin : observer la transformation d’un énoncé quand il passe d’un article à un autre, d’un acteur à un autre. Comment est-il cité ? Quelle est la nature du lien posé par la citation ? Quels sont les collectifs mobilisés ?

  3. Dans une controverse – l’affaire du sang contaminé par exemple –, la date d’une information prend toute sa valeur. Elle renvoie à un événement, un résultat, une prise de position, une loi, un accident, etc. Cela va au-delà d’une simple question de fraîcheur ou de mise à jour de l’information.

  4. Les auteurs sont posés d’emblée comme des acteurs, même s’ils ne prétendent que décrire et expliquer. Dès lors, un étudiant ne peut faire l’impasse sur leur perspective. Que peuvent-ils dire, que peuvent-ils voir là où ils sont, reliés comme ils sont reliés ?

  5. Cette approche examine, à partir des mêmes critères, tous les types d’arguments mobilisés dans un débat. Cela ne veut pas dire qu’elle les confond. Elle les rassemble pour mesurer ce qui, en définitive, l’emporte, non pas un argument scientifique ou un argument économique mais, généralement, une configuration qui renvoie, à la fois, à du scientifique, à du social, à de l’économique, à de l’éthique.

  6. Une seule catégorie, un seul critère suffisent à établir des distinctions entre des énoncés forts et des énoncés faibles : l’association. L’argument relié et repris se renforce. L’argument isolé s’affaiblit.

  7. Ce critère est accessible au profane car il s’agit d’abord de suivre une histoire. Ce même profane ne peut, en revanche, se référer qu’avec beaucoup de prudence à un critère de validité, d’exactitude ou de vérité. Dans un premier temps, il ne peut voir que trois choses : des communautés, des arguments reliés, de la ressemblance et de la dissemblance, c’est-à-dire des transformations, des mobilisations, des traductions.

DEUX PERSPECTIVES COMPLÉMENTAIRES

22La méthode de description des controverses scientifiques ne se substitue pas à l’enseignement sur l’évaluation de l’information. Elle peut cependant l’enrichir pour aider un étudiant à recouper l’information, à décrire un auteur. Plus généralement, elle peut l’aider à prendre une distance critique. En proposant de suivre le fil des transformations des énoncés, de recueillir tous les arguments en jeu dans un débat, elle pointe l’ensemble des éléments qui confère poids et sens à une information, en dehors duquel cette information perd de sa valeur et de son intelligibilité. L’information n’est plus validée, elle est située et c’est déjà beaucoup.

23Si elle invite moins les étudiants à interroger une valeur qui serait binaire (positive ou négative) ou scalaire (mesurable sur une seule échelle de vérité, tout au moins d’épreuves), elle leur demande, dans leurs choix toujours incertains et parfois risqués, d’examiner au plus près des liens pour reconstituer une perspective et identifier les univers de référence convoqués, dans notre exemple : biologie, santé publique, campagne mondiale de prévention, désirs d’enfant, pratiques sexuelles. Cet exercice ne conduit pas à un relativisme souvent reproché à Bruno Latour. Il suppose, au contraire, plus d’exigence, plus d’ascèse pourrait-on dire, pour se repérer dans le champ du savoir.

24La connaissance perd de sa stabilité, de son universalité, de sa neutralité, de sa vérité. Elle devient située, positionnée, légitimée, éprouvée, conflictuelle, temporelle, inscrite dans le champ social. L’expert est lui-même positionné. Il a un objet, mais c’est aussi un sujet qui a un trajet et un projet. Il a des références, des influences, une école et des objectifs.

L’évaluation en question

25Plus encore, la perspective du CSI pointe la nécessité d’interroger la notion même d’évaluation pour dépasser les approches fondées sur une seule liste de critères transdisciplinaires définis à l’avance et qui pourraient être perçus comme transhistoriques. Le postulat de base de ne pas séparer les contenus des savoirs de leur contexte de production invite à distinguer des communautés et des écoles, non pas en étudiant ce qu’elles disent sur le monde mais comment elles le disent, avec quelles précautions et selon quels processus. Ils ne se valent pas tous. Selon Michel Callon : « la rigueur, le doute, l’honnêteté des scientifiques est générée par leur système de validation par les pairs, la qualité de leur espace public, de leur communauté, des conditions du débat, des critiques des collègues : “la vérité est le sous-produit du débat contradictoire” » [M. Callon, 2001 : 16].

26Le CSI nous détourne de l’idée de vérité pour mieux étudier les modes d’assertion et les systèmes de véridiction. Au final, c’est bien d’évaluation qu’il s’agit ; ce détour nous permet de superposer à la question de l’évaluation de l’information celle de l’évaluation des processus de production, de légitimation et de diffusion des savoirs. Ils ne sont pas homogènes, y compris en sciences, et ils se transforment [M. Lefebvre, 2006]. Ils sont nécessairement affectés par les nouvelles formes de publications, les nouvelles métries qu’elles permettent ou qu’elles referment. Ils sont aussi affectés par les réformes des institutions qui produisent et évaluent ces savoirs et par les débats, discussions et négociations qui les accompagnent.

27Nous avons préféré le terme d’information située à celui d’information validée. Nous sommes partis de critères d’évaluation pour finir par interroger la notion même d’évaluation. Dans un premier temps, et pour un public non aguerri à la recherche, cette interrogation peut générer une perte de repère toujours délicate dans un objectif de formation. Dans un deuxième temps, elle apporte à un public universitaire, nous le croyons, une relation critique à la connaissance, une distance nécessaire et salutaire pour évaluer notamment, les documents publiés sur le World Wild Web. Plus encore, elle conduit à observer avec plus d’acuité les transformations à l’œuvre dans l’économie de l’information scientifique et technique.

Bibliographie

Benkimoun Paul. « Protection contre le VIH : les recommandations suisses sur le sida font polémique ». Le Monde, 7 février 2008.

Callon Michel. Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique. Paris, Éditions du Seuil, 2001.

Duplessis Pascal, Ballarini-Santonocito Ivana. Petit dictionnaire des concepts info-documentaires : approche didactique à l’usage des enseignants documentalistes. SavoirsCDI, janvier 2007.
[En ligne] < http://www.savoirscdi.cndp.fr/index.php?id=557 > (consulté le 28 juin 2009).

Latour Bruno. Le métier de chercheur, regard d’un anthropologue. Paris, Inra Éditions, 1997.

Latour Bruno. La science en action. Paris, La Découverte, 1989.

Lefebvre Muriel. « Vers une remise en question des modalités traditionnelles d’évaluation des savoirs scientifiques ? » Séminaire Communication scientifique et valorisation de la recherche à l’heure d’Internet. Urfist Toulouse – SCD Toulouse 1, 13 avril 2006. 2006, 9 p.
[En ligne] < http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00112197 > (consulté le 28 juin 2009).

Pestre Dominique. Introduction aux Sciences Studies. Paris, La Découverte, 2001 (Repères).

Rémondet Martin. Énoncés et pratiques scientifiques dans l’analyse des controverses socio-techniques : cours controverses. Paris, ENSMP, 2007.
[En ligne] < http://controverses.ensmp.fr/index.php?page=GcooJour > (consulté le 28 juin 2009).

Serres Alexandre. « Évaluation de l’information : le défi de la formation ». Bulletin des bibliothèques de France, t. 50, n° 6, 2005, p. 38-44. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2005-06-0038-006 > (consulté le 28 juin 2009).

Notes

13 Voir par exemple les grilles proposées sur leur site par DocInsa, l’Urfist de Paris ou celle de Rennes.

14 Expressions de Bruno Latour.

15 Souligné par l’auteur.

16 Commission d’experts clinique et thérapie VIH et sida de l’office fédéral de santé publique suisse.

17 ActUp. Avis de la CFS : un miroir aux alouettes, 14 février 2008.
[En ligne] < http://www.actupparis.org > (consulté le 12 août 2008).

© Presses de l’enssib, 2010

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search