Version classiqueVersion mobile

L'éducation à la culture informationnelle

 | 
Françoise Chapron
, 
Éric Delamotte

Chapitre III. Formats de l'information mobilisés par les apprenants et les professionnels de l'information

Journalistes, documentalistes, universitaires : une triple alliance informationnelle

Dominique Wolton

Texte intégral

1À côté des journalistes, les bibliothécaires et les documentalistes sont dans le camp des vainqueurs de ce demi-siècle, et ce pour quatre raisons, liées aux valeurs, à la technique, à l’économie et à la culture.

2Pour les valeurs, le changement est considérable, même si on l’oublie trop souvent. La liberté de s’informer est devenue une des composantes de la liberté des individus. Même si elle n’est pas toujours respectée, loin s’en faut, la valeur en est acceptée. Ce sont les régimes autoritaires et dictatoriaux qui doivent maintenant se justifier. La deuxième victoire, après celle des idées, est celle des techniques. Les satellites, la radio, la télévision et Internet permettent maintenant de produire et d’envoyer des informations, presque en temps réel, de n’importe quel coin du monde. Impensable il y a encore trente ans. La troisième rupture est économique. Les industries de l’information et de la communication sont en pleine expansion au plan mondial. Les quatre plus grandes multinationales ne sont-elles pas les industries de la communication dans lesquelles on trouve à la fois des journaux, des radios, des télévisions, des maisons d’édition, du cinéma, de la musique, des logiciels ? Le nombre de documentalistes au monde, et particulièrement dans les pays occidentaux, a presque triplé en deux générations. Cela ne veut pas dire que le métier s’exerce facilement, car les pressions sont proportionnelles à l’élargissement du champ de l’information. Enfin la quatrième victoire est d’ordre culturel. Les professionnels de l’information sont omniprésents dans la vie publique, culturelle et économique. Toute structuration de l’information passe par eux, ce qui leur confère un pouvoir réel. D’autant que l’idée de liberté, de contre-pouvoir, d’information est au cœur de la culture contemporaine : le Web en est le symbole.

3Néanmoins, toutes ces victoires posent de redoutables défis à des professions inévitablement fragiles. En effet, elles reposent sur l’information, qui n’est jamais une donnée naturelle, mais une donnée construite par des hommes, à destination d’autres hommes, et dont personne ne sait jamais comment elle est reçue. D’autant que, par exemple, les professeurs-documentalistes déploient leurs activités au sein de CDI, qui sont le plus souvent des petites unités au sein des établissements scolaires. Les professionnels de l’information ont donc apparemment du pouvoir, ils en ont d’ailleurs, mais leur action est beaucoup plus difficile qu’ils ne le croient, ou même le disent. En dehors de la technique, qui s’est considérablement améliorée, leur métier n’est pas plus simple qu’hier. L’élargissement et la diversification du champ de l’information se traduisent par des pressions et des dérives croissantes. Et comme l’information est devenue une marchandise et un enjeu de pouvoir, il est évident que les documentalistes, tout comme les journalistes, sont alors au cœur des conflits.

4Quant aux publics récepteurs, ils sont, avec le temps, de plus en plus sceptiques et critiques à l’égard de l’information, et donc à l’égard des documentalistes. Le triomphe de l’information visible ; dans l’économie de l’information, l’idéologie des nouvelles technologies de l’information et le thème de la société de l’information pourraient, paradoxalement, conduire à un effritement de la légitimité de ces métiers.

5En réalité, ces professions sont confrontées à plusieurs défis.

INFORMER N’EST PLUS COMMUNIQUER

6Hier, les deux étaient synonymes. Les techniques de production, diffusion, réception de l’information étaient si contraignantes que toute information était reçue, et la plupart du temps acceptée par les publics. À cette difficulté technique s’ajoutait la rareté de l’information.

7Aujourd’hui, c’est l’inverse. Grâce à la technique, un nombre considérable d’informations circule dans tous les sens. Cela rompt la chaîne traditionnelle émetteur-message-récepteur qui fonde la communication. Les professionnels sont beaucoup moins certains qu’hier, dans un univers saturé d’informations, que les informations seront repérées, comprises et acceptées. Cela révèle l’autonomie du récepteur, on y reviendra, mais aussi le décalage entre les domaines de la réalité sur lesquels existe une grande quantité d’information, et ceux sur lesquels il n’y a pas beaucoup d’information. Non seulement le volume d’information repose la question de la communication, c’est-à-dire de son acceptation par les publics, mais il révèle aussi les disproportions entre les domaines saturés d’informations et ceux sur lesquels on ne sait rien. Non seulement il y a des inégalités dans le traitement de l’information, mais en outre l’abondance d’information ne suscite pas forcément davantage de confiance à l’égard des médias.

8Il n’y a plus de lien direct entre information et communication, et, entre les deux, le récepteur est de plus en plus actif. La communication n’est plus naturelle, il faut la construire. Aujourd’hui, non seulement il n’y a pas d’information possible, quel que soit le support, sans une stratégie de communication, mais de plus le problème de la communication, c’està-dire des conditions d’acceptation par les publics, devient crucial, par le simple fait de l’élargissement du champ de l’information. Plus il y a d’informations sur des sujets mondiaux, liées à de multiples cultures, accessibles sur de multiples supports, plus la question de la compétence des publics, eux-mêmes de plus en plus nombreux, est importante.

9C’est la victoire même de l’information qui remet la question de l’éducation à la communication au centre du rapport information-communication. Produire et transmettre ne suffit plus à informer. Informer suppose de prendre en compte la problématique du récepteur, tout en sachant que cette prise en compte a ses limites. En effet, l’information ne peut pas être faite seulement en fonction du destinataire, sinon c’est la liberté d’information qui est en cause ! Informer, la plupart du temps, c’est bousculer les idées reçues.

10La vitesse de circulation pose aussi un problème nouveau. Hier, l’information circulait lentement. Aujourd’hui tout circule très vite, empêchant bien souvent les publics de prendre le temps de comprendre. Cela oblige donc à un effort considérable de pédagogie. La vitesse de production de l’information et son volume croissant laissent entière l’autre question, celle de la compréhension du monde. L’information ne suffit pas à « dissoudre » la complexité du monde.

LES CONNAISSANCES SONT AUJOURD’HUI LE COMPLÉMENT INDISPENSABLE DE L’INFORMATION

11Les journalistes doivent rendre compréhensibles les événements d’un monde compliqué et instable. Les enseignants, les universitaires et les spécialistes de la documentation doivent fournir les clés de la connaissance et de la culture pour essayer d’interpréter ces informations. Les connaissances, avec leur épaisseur historique, permettent en général de donner une certaine perspective à la logique événementielle.

12Le changement de statut de l’information va obliger les journalistes à définir les critères déontologiques qui permettent de valider une information-presse. Si tout le monde peut mettre n’importe quoi sur Internet et y accéder, il faut bien que le public puisse distinguer rapidement l’information labellisée par des professionnels – les journalistes de l’information –, de celle produite et distribuée par tous ceux qui ont un accès à Internet.

13Labelliser l’information-presse par rapport à toutes les autres informations est un impératif catégorique. À côté de l’information-presse, on trouve l’information-service en pleine expansion dans le monde entier, et qui est probablement le principal atout des nouvelles technologies ; l’information-institutionnelle très bien gérée par les acteurs économiques et politiques qui ont compris la nécessité d’être présents dans l’espace public ; l’information-connaissance liée à toutes les bases de données et aux systèmes d’information professionnels qui vont croître, au fur et à mesure des échanges et de la croissance d’une économie de la connaissance au niveau mondial. Aujourd’hui, tout est information, dans la « société de l’information », mais on comprend vite qu’il ne s’agit pas de la même information selon que l’on parle de la bourse, de l’économie, des services, du savoir, de la culture, de la politique !

14C’est l’information-presse qui dérange, depuis toujours et pour toujours. Même si, évidemment, à côté d’elle, peuvent exister d’autres informations et connaissances aussi, importantes pour le fonctionnement de la société. L’idée n’est pas que l’information-presse soit systématiquement meilleure que les autres, ou que les connaissances universitaires soient également de meilleure qualité que les connaissances produites par d’autres acteurs. Simplement l’information-presse et la connaissance universitaire, chacune dans leur domaine, constituent des points de repères indispensables pour comprendre le monde.

15Pour défendre le statut de l’information-presse, les journalistes doivent s’allier avec les archivistes et documentalistes qui, dans l’économie de l’information, jouent un rôle considérable. Le pôle journaliste-documentaliste pourra plus facilement distinguer les autres types d’information, notamment tout ce qui concerne le publi-reportage et les multiples formes d’informations institutionnelles.

16Ce travail sur les différents types d’information obligera aussi les journalistes et les médias à augmenter les liens avec le milieu éducatif et universitaire au sens large. Les uns et les autres regardent la même réalité, mais avec un regard différent. Et plus il y a d’informations et de connaissances, de toute nature, plus les individus ont besoin de repères.

17À vrai dire, face à l’explosion de l’information, la préservation du statut de l’information comme enjeu politique de la démocratie passe par la constitution d’une sorte de triangle : journaliste-documentaliste-universitaire.

L’ÉMERGENCE DU RÉCEPTEUR ET LE RAPPORT À LA MONDIALISATION

18Plus il y a d’information, plus le rôle du récepteur devient central, car contrairement à ce que l’on a longtemps cru, et qui a été invalidé par les faits, le récepteur n’est jamais passif. Il sélectionne, trie, hiérarchise, accepte, refuse, et plus il est exposé à un flux croissant d’information, plus il se tiendra à distance. Les journalistes ne doivent pas écrire en fonction des publics, mais ils ne peuvent non plus ignorer la capacité active que ceux-ci ont, d’accepter ou de refuser l’information.

19Le public d’aujourd’hui, plus éduqué et informé, est donc plus critique à l’égard de l’information et des journalistes. Ce qui va obliger beaucoup plus les journalistes à tenir compte de la diversité culturelle des récepteurs. C’est un des plus gros enjeux politiques de la mondialisation de l’information. L’information bâtie sur un modèle occidental est aujourd’hui distribuée dans le monde entier, de manière identique, sans tenir compte des diversités culturelles. Comme si tout le monde avait la même conception de l’information. Comme si tout le monde avait la même conception de la liberté, du rapport au pouvoir, de la hiérarchie, du droit de critique. Il suffit déjà de se rendre compte des différentes conceptions de l’information existant au sein de l’Europe et entre celle-ci et les États-Unis ! L’Occident, un peu arrogant, s’imagine qu’il détient, pour le monde entier, la vérité de ce que sont l’information et la liberté de l’information, tout simplement parce que c’est en Europe que ces concepts essentiels ont été inventés entre le xviiie et le xixe siècle et que l’Europe les a exportés dans le monde entier. Parfois pour de bonnes raisons, parfois pour de moins bonnes…

20Le Sud, après avoir été demandeur, à juste titre, d’informations, se retournera contre l’Occident en lui reprochant une vision unilatérale du monde. La critique de l’impérialisme culturel de l’information occidentale est un enjeu majeur pour l’avenir. Il faut se rappeler que le problème avait déjà été posé en 1980 à l’Unesco à l’occasion du débat sur le Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication (NOMIC). Les pays du tiers-monde, appuyés par l’URSS à l’époque, avaient déjà dénoncé la domination culturelle, en matière d’information, du Nord sur le Sud. L’Occident avait gagné, en rappelant que, de toute façon, l’URSS et la plupart des pays du Sud n’étaient pas suffisamment eux-mêmes démocratiques pour faire des leçons de démocratie. Trente ans après, le déséquilibre du flux d’information Nord/Sud est encore plus grand. Et l’URSS n’est plus là comme grand méchant ! En outre, la mondialisation de l’information, à laquelle on assiste depuis vingt ans, montre non seulement le déséquilibre Nord/Sud, mais surtout combien l’Occident – et en cela l’Europe ne se distingue pas assez des États-Unis – n’est pas assez sensible aux différences culturelles.

21Le dialogue interculturel et l’obligation d’organiser la cohabitation culturelle au niveau mondial sont un des enjeux politiques majeurs du xxie siècle. Mais cela passe par un effort sérieux de formation. À la fois pour mieux comprendre les enjeux de la mondialisation de l’information, les réalités et contradictions des sociétés occidentales et pour s’ouvrir aux autres sociétés et cultures.

N’ABANDONNONS PAS LE PAPIER

22Depuis toujours, il existe une fascination des hommes pour les techniques qu’ils inventent. Je me souviens d’être allé dans le sud-ouest au début des années 1980 pour observer les premiers essais de la fibre optique : tout le monde était absolument fasciné alors que la qualité de la transmission n’avait rien à voir avec ce que nous avons connu depuis. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui de quoi s’enthousiasmer devant le développement des nouveaux supports et des nouveaux écrans. Mais on se trompe totalement si l’on croit que cela va suffire pour améliorer la communication entre les hommes.

23Il s’agit uniquement de techniques et d’outils. Facebook n’a rien inventé mais se contente de répondre, dans l’univers électronique, au besoin fondamental des individus de se rencontrer et d’échanger entre eux. Tant mieux. C’est bien mais ça ne suffit pas pour établir une véritable communication entre les êtres. Bien au contraire, un membre très actif de ces réseaux peut souffrir, dans la vie réelle, d’une solitude affreuse. De plus, les réseaux sociaux ne remplacent en aucun cas l’expérience incomparable de la rencontre physique et du contact direct.

24On peut, d’ailleurs, conclure de tout cela que le papier a encore de beaux jours devant lui. J’en suis intimement convaincu, pour deux raisons. La première raison, c’est qu’un support électronique n’aura jamais la souplesse, le goût, la couleur ou la sensation du papier. Il faut se rappeler que l’invention de l’écriture date de 5 000 ans avant notre ère et que celle-ci est indissociable d’un support physique. C’est une question de nature anthropologique : l’homme a besoin de toucher. Bien sûr, il peut y avoir d’autres supports mais le contenu culturel et humain de l’information dépasse la question du support. Il y a une dimension anthropologique, c’est comme la peinture, le théâtre ou d’autres secteurs essentiels de la culture.

25La seconde raison est que, plus il y aura d’électronique, plus il y aura de papier. De sorte que le papier est la nouvelle frontière du multimédia. Le défi de la concurrence va obliger le support papier à se réinventer. Dans les années cinquante, tout le monde considérait que le secteur de l’édition était voué à s’effondrer : pourtant l’arrivée du Livre de Poche a permis de totalement refonder le modèle économique du secteur et a entraîné plusieurs décennies florissantes pour les maisons d’édition.

26C’est pourquoi, si j’avais un conseil à donner, ce serait de réfléchir sur la longue durée et la complémentarité. Il ne faut pas confondre le progrès technique avec les changements culturels si compliqués dans ce secteur. La technique n’est pas tout. C’est même l’enchevêtrement technique, culture, économique qui est passionnant.

© Presses de l’enssib, 2010

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search