Version classiqueVersion mobile

Publier la bande dessinée

 | 
Sylvain Lesage

Remerciements

Texte intégral

1Je ne peux remercier ici toutes les personnes qui, par leurs conseils, encouragements, critiques ou relectures, ont facilité cette étude, en ont accueilli des intuitions en devenir et en ont guidé le développement. Si elles ont grandement contribué à améliorer ce travail, les limites de celui-ci restent, bien sûr, de mon seul fait.

2Anne-Marie Sohn et Jean-Paul Gabilliet ont joué un rôle décisif dans la genèse de la thèse dont ce livre est issu, la première en me guidant dans mes débuts d’apprenti chercheur, le second en me fournissant l’intuition initiale de cette recherche. Denis Pelletier, le premier, m’a montré le chemin d’une histoire culturelle ambitieuse et inventive qui pouvait s’approprier la bande dessinée. Parmi celles et ceux qui ont enrichi mon travail, je voudrais remercier tout particulièrement Benoît Berthou, Thierry Crépin († 2012), Jacques Dürrenmatt, Xavier Guilbert, Laurent Gerbier, Éric Maigret, Jean-Matthieu Méon, Pascal Ory ainsi que Caroline Moine.

3Une partie de ces recherches a été accueillie par la Bibliothèque nationale de France ; merci à Jean-Marie Compte, Jacques Vidal-Naquet, Olivier Piffault et toute l’équipe du Centre national de la littérature pour la jeunesse – La joie par les livres pour leur soutien, ainsi qu’à l’équipe de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême. Merci également à Bernard Desmaele et Étienne Robial pour la générosité avec laquelle ils m’ont ouvert leurs archives. Les équipes du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (CHCSC), d’Interactions, transferts, ruptures artistiques et culturels (InTRu) à l’université François-Rabelais de Tours et de l’Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHiS) à l’université de Lille ont soutenu mes travaux ; innombrables sont celles et ceux qui, au sein de ces trois laboratoires, ont contribué à cette recherche.

4Cette thèse n’aurait jamais vu le jour sans les échanges féconds que j’ai pu avoir tout particulièrement avec Anaïs Albert, Anne Urbain et Géraldine Poels. Pendant la durée de ces investigations, une génération nouvelle de chercheurs en petits mickeys a émergé : ma reconnaissance va donc aussi à Maaheen Ahmed, Jean-Charles Andrieu, Julien Baudry, Magali Boudissa, Benjamin Caraco, Benoît Crucifix, Julie Demange, Benoît Glaude, Tanguy Habrand, Jessica Kohn, Claire Latxague, Irène Le Roy Ladurie, Isabelle Licari-Guillaume, Catherine Mao, Côme Martin, Florian Moine, Pierre Nocérino, François Poudevigne, Bounthavy Suvilay et tant d’autres encore, dont les travaux accompagnent et stimulent les miens.

5Je voudrais également remercier tous ceux, amis, proches, collègues, libraires et bibliothécaires, qui me font partager leurs plaisirs de lecture, nourrissent mon regard et embellissent ainsi ma vie.

6Je tiens, surtout, à exprimer toute ma gratitude à Jean-Yves Mollier, qui, dès le départ, a soutenu ce projet et qui, à chaque étape, l’a nourri de son expérience et de cette exigence bienveillante qu’il a exercée sur des générations d’étudiant(e)s. Il a fait de moi le chercheur que je suis. Ce livre lui est dédié, avec toute mon amitié.

© Presses de l’enssib, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search