Version classiqueVersion mobile

L'éducation à la culture informationnelle

 | 
Françoise Chapron
, 
Éric Delamotte

Chapitre II. Regard international

Développer des conditions pédagogiques pour la culture informationnelle : l’impact des contextes disciplinaires27

Stuart Boon, Bill Johnston et Sheila Webber

Texte intégral

  • 27 Cette contribution a été traduite par Sylvie Chevillotte.

1L’objectif de cette recherche était d’étudier les conceptions de la culture informationnelle des enseignants-chercheurs du Royaume-Uni et la pédagogie qu’ils utilisent pour l’enseigner, en lien avec leur discipline. Ce projet sur trois ans (novembre 2002 – octobre 2005) a reçu un financement de 130 000 livres de l’Arts and humanities research council (AHRC).

2La méthode de recherche suivie est la phénoménographie, suivant le modèle utilisé par C. Bruce (1997). 20 interviews ont été menées dans 4 disciplines différentes, auprès de 80 enseignants de 26 universités, en distinguant sciences « dures » et « molles », pures et appliquées. Les disciplines retenues étaient la littérature anglaise, le marketing, la chimie, le génie civil. Parallèlement, une enquête plus large a été menée sous forme de questionnaires et d’analyse.

3Les conclusions de l’étude prouvent que les différences disciplinaires sont bien réelles.

4À titre d’illustration, pour les enseignants de génie civil, la culture informationnelle, c’est :

  • accéder à, lire et écrire l’information ;

  • interpréter, exploiter des sources d’information ;

  • savoir mener une recherche et comprendre l’information ;

  • manipuler et présenter des données ;

  • devenir autonome, responsable et confiant en tant qu’ingénieur professionnel.

5Tandis que l’éducation à la culture informationnelle est :

  • le travail de quelqu’un d’autre ;

  • fournir l’information essentielle ;

  • une forme d’apprentissage focalisé sur l’étudiant ;

  • encourager la pensée indépendante, confiante, critique.

6Greffer des cadres et modèles existants (type SCONUL, 7 Piliers ou ACRL) pour l’éducation à l’information sur les programmes risque de créer un effet de dissonance par rapport aux pratiques et aux perceptions des universitaires. Une éducation efficace à l’information nécessite un engagement et une collaboration de la part des bibliothécaires et des universitaires. Les auteurs préconisent donc, pour un travail constructif des professionnels de l’information et des universitaires de considérer les contextes disciplinaires et les perceptions des universitaires de la culture informationnelle et de redéfinir les rôles et les rapports.

7Le développement et l’amélioration de la culture informationnelle des étudiants nécessitent des approches nouvelles au travail collaboratif et à l’intégration de l’information-documentation dans les programmes disciplinaires. Il est nécessaire d’intervenir au niveau de la construction des cours et des programmes en raison de la variabilité des concepts et des approches pédagogiques.

8Se pose la question d’établir un « réseau pour l’amélioration de la culture informationnelle » au niveau des départements universitaires, au niveau professionnel et de chercher un consensus autour d’un projet de développement et d’évaluer les expériences.

Bibliographie

Johnston Bill and Webber Sheila. “Information Literacy in Higher Education : A Review and Case Study”. Studies in Higher Education, 2003, 28 (3), 335-352.

Marton Ference and Booth Shirley. Learning and Awareness. Mahwah, Lawrence Erlbaum, 1997.

Notes

27 Cette contribution a été traduite par Sylvie Chevillotte.

© Presses de l’enssib, 2010

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search