Version classiqueVersion mobile

(Ré)aménager une bibliothèque

 | 
Christine Soulas

Partie 3. De l’infiniment petit à l’infiniment complexe

LILLIAD Learning center Innovation : l’aménagement d’un troisième lieu dans l’université

Julien Roche

Texte intégral

1LILLIAD Learning center Innovation a ouvert ses portes au public le 7 septembre 2016. 10 ans de gestation ont été nécessaires pour faire émerger le projet scientifique, réunir les soutiens politiques essentiels à sa mise en œuvre, écrire un programme fonctionnel pour le bâtiment, sélectionner l’architecte, réaliser les travaux, et enfin ouvrir le bâtiment au public.

Cibler les attentes des utilisateurs : une série d’enquêtes pour définir les espaces

2Le public traditionnel d’une BU est connu : les étudiants de l’université et les personnels qui y travaillent. Ce public reste évidemment le premier utilisateur de LILLIAD, dans sa composante BU. Appréhender les attentes souvent implicites voire confuses des étudiants n’est pas chose aisée. Pour ce faire, plusieurs enquêtes (2008, 2011, 2014, 2016) aux modalités différentes ont permis de définir plus précisément les ambiances et postures de travail attendues par les usagers. C’est d’abord une demande massive d’espaces de travail en groupe, d’une jauge de 4 à 6 places, afin de répondre à un besoin non satisfait ailleurs sur le campus, qui a dominé. C’est ensuite la confirmation d’un besoin d’espaces d’étude silencieux, demandé par les étudiants. C’est également le souhait d’espaces conviviaux et confortables, – y compris pour une restauration légère, permettant aux usagers de travailler « autrement » qui s’est dégagé. Enfin, les enquêtes ont permis l’expression claire d’attentes diversifiées à satisfaire dans un même lieu, mais à divers moments de la journée ou de la période d’étude, incitant à déployer dans LILLIAD une diversité d’ambiances de travail.

3À côté du public universitaire, la nouveauté tient à un élargissement des publics dans trois directions nouvelles, qui marquent ainsi l’originalité du projet. Le public lycéen tout d’abord, dans un double souci d’attractivité des futurs étudiants vers l’université et de transition réussie entre le lycée et l’université. Les entreprises et les acteurs de l’innovation ensuite, à qui il s’agit d’offrir un cadre de rencontre privilégié avec le monde universitaire. Le grand public enfin, dans un souci d’ouverture de l’université sur la Cité. Tous ces publics concourent à la création d’un lieu inédit, porteur d’une alchimie nouvelle au cœur du campus.

Articuler les espaces pour un usage collectif

4LILLIAD est un projet singulièrement plus ambitieux qu’une « simple » rénovation, extension de la BU centrale. Véritable « adieu » à la « BU », le projet a permis de transformer en profondeur les missions de l’actuelle bibliothèque, enrichissant son offre de services et d’espaces. Le nouvel équipement comprend ainsi trois dimensions : la bibliothèque, qui en constitue le cœur et l’essentiel en termes d’espaces, un espace événementiel, en appui à la vie scientifique de l’université, et Xperium, un espace de promotion de la recherche de l’innovation partenariale. C’est à ce titre qu’une politique de marque a été conçue puis mise en œuvre, qui a abouti au choix d’un nom à la fois original, source d’identification et évocateur, « LILLIAD ».

5Bibliothèque, espace événementiel, espace de promotion de la recherche de l’innovation partenariale, trois dimensions qui n’ont pas vocation à être simplement juxtaposées, mais bien articulées les unes aux autres. Symbole de cette articulation, le système d’antivol de la bibliothèque a été placé à l’entrée même du bâtiment. Ainsi l’usager est invité à circuler, avec des documents physiques si souhaité, à l’intérieur de l’ensemble de LILLIAD. Quant au guichet d’accueil, placé en face de l’entrée du bâtiment, il accueille et oriente sur l’ensemble des fonctions de LILLIAD.

S’orienter, être renseigné, travailler, se détendre, se restaurer, innover…

6La force du projet architectural tient à une organisation parfaitement lisible des espaces de LILLIAD, dans leur spatialité comme dans leur progressivité, du plus animé au plus calme. Un hall d’entrée distribue ainsi les espaces : à gauche Xperium, à droite le complexe événementiel, en face les espaces de convivialité et de la bibliothèque. Avec un cheminement progressif depuis l’animation de l’entrée vers le silence et calme du cœur de la bibliothèque.

7La bibliothèque et les espaces de convivialité associés occupent une place de choix dans le nouveau bâtiment. Symboliquement tout d’abord, puisqu’elle reste dans l’ancien bâtiment, rénové, alors que les nouveaux services, le complexe événementiel et Xperium, intègrent l’extension. L’accueil est organisé à deux niveaux, orientation et renseignement. Si l’orientation trouve sa place à l’entrée même de LILLIAD, avec le guichet d’accueil, le renseignement nécessite de rentrer plus avant dans le bâtiment, au premier étage. Ce premier étage est organisé autour d’un espace de sociabilité, un atrium central, qui distribue la circulation des usagers vers les deux équipements principaux de cet étage : le café et l’espace isolable de bibliothèque. Le premier étage est en effet pensé pour permettre aux usagers de travailler – espace isolable de la bibliothèque –, de se détendre – espace de sociabilité –, et de se restaurer – café – dans un même périmètre. Il s’agit là du cœur de vie de LILLIAD, espace ouvert avec des horaires adaptés à la fréquentation du campus (de 8 heures à 20 heures). Le reste de la bibliothèque occupe l’ensemble du 2e étage du bâtiment, pour un total de 850 places de travail et de plus de 100 000 documents en libre accès. Parce qu’un « Learning center » est, étymologiquement, un « lieu pour apprendre », LILLIAD comprend un ensemble de 49 salles de travail en groupes, qui permettent aux usagers d’intégrer de nouveaux modes de travail en commun, ainsi qu’une salle d’innovation pédagogique. Pensée avec l’ensemble des acteurs concernés au sein de l’université, cette salle offre, aux enseignants un lieu propice à l’innovation pédagogique, et aux chercheurs en sciences de l’éducation un terrain idéal d’observation des pratiques pédagogiques émergentes.

La diversité des espaces au service d’une ambition commune

8Espace complètement scénographié pour l’accueil de public et la présentation de manipulations scientifiques, Xperium s’appuie sur une équipe d’accueil composée d’enseignants-chercheurs de l’université et de doctorants qui présentent les expériences développées par leur laboratoire. Valorisant les liens entre l’université et les acteurs de l’innovation au sein du monde socio-économique, Xperium montre la recherche scientifique en cours, à travers des manipulations tant pédagogiques que de « recherche ». La thématique choisie a été renouvelée lors qu’Xperium a migré vers LILLIAD, pour une ouverture mi-octobre 2016. Projet inédit, Xperium n’est ni un espace de vulgarisation scientifique, ni un lieu de promotion culturelle, ni même un outil de développement professionnel pour les enseignants du secondaire. Il présente trois caractéristiques essentielles qui, combinées, en constituent la signature originale : les expériences montrées sont révélatrices de la créativité scientifique des chercheurs, ces expériences constituant un « itinéraire » ; l’itinéraire, comme les expériences elles-mêmes, sont par nature transdisciplinaires, favorisant et même recherchant les croisements entre sciences et techniques, sciences humaines, sociales et économiques ; les expériences sont mises en relation avec les enjeux techniques, scientifiques, éthiques, sociaux et sociétaux qu’elles interrogent, permettant ainsi une plus forte mise en perspective et en actualités de la recherche.

9Dernière composante de LILLIAD, un complexe événementiel qui, sur 1 500 m2 environ, occupe toute la partie ouest de l’extension. L’intégration de ce lieu au sein d’un ensemble plus vaste incluant une bibliothèque et des espaces de vie participe d’une volonté affirmée de l’université de faire se rencontrer le monde socio-économique et l’université dans toutes ses composantes : personnels, enseignants et chercheurs en tête, bien sûr, mais aussi étudiants. Organisé autour d’un patio central – accessible – le complexe événementiel constitue en outre un microcosme en soi, qui répond à l’ambition de concentration réputée favorable à l’émergence d’une ambiance propice à l’innovation : un grand et un petit amphithéâtres, deux salles de commission en complément, un espace d’exposition/cocktail déjeuner, un espace enfin dit « de promotion de l’innovation », dans lequel sont regroupés un ensemble de services relatifs à l’innovation, en appui à une politique volontariste pour faire de LILLIAD une vitrine de l’innovation qui se mène au sein de l’université, à travers des événements, des expositions, des actions de promotion et de valorisation, menées en propre ou en relation avec ses partenaires du monde socio-économique. Le complexe événementiel fonctionne en interaction avec le reste de LILLIAD : salle d’innovation pédagogique – en proximité immédiate –, Xperium, autres salles de réunion, espaces de sociabilité et de restauration, fonds documentaires enfin.

Auteur

Directeur de LILLIAD, Learning center Innovation (Lille)

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search