Version classiqueVersion mobile

(Ré)aménager une bibliothèque

 | 
Christine Soulas

Partie 2. Les élus, le programmiste et le bibliothécaire

Quand les futur·e·s professionnel·le·s apprennent à aménager :

l’exemple du Master esDOC (université de Poitiers)

David Guillemin et Christine Soulas

Texte intégral

Cet entretien présente l’intégration du thème de l’aménagement des espaces des bibliothèques dans un cursus universitaire : le Master information-communication spécialité documentation (esDOC) proposé par l’université de Poitiers. L’approche choisie souhaite rendre compte de l’évolution de cette formation, à la croisée des métiers de l’information-documentation et des bibliothèques, dans une logique interdisciplinaire, autour des enjeux, connaissances et pratiques qui réunissent ces métiers. Il s’agit d’expliciter ici les choix de contenus d’enseignement et tout particulièrement leur agencement dans la formation. Ces choix amènent à positionner la question de l’aménagement à l’intersection de différentes compétences, au service de la politique de médiation mise en œuvre par une structure documentaire.

Christine Soulas : Depuis quand la formation existe-t-elle et qui concerne-t-elle ?

David Guillemin : Le Master information-communication spécialité documentation (esDOC) a ouvert en septembre 20081. Son contenu est articulé avec les référentiels de compétences des métiers de l’information-documentation et des bibliothèques. Les étudiants construisent leur parcours de formation par leurs choix de projets en première et seconde année, le mémoire de fin d’études et les stages. Ils développent des connaissances et compétences transversales et spécialisées en fonction de leur objectif d’insertion professionnelle2.

Le programme de formation constitué par l’équipe du Master (enseignants et professionnels) se nourrit à la fois d’expériences de terrain, de la littérature scientifique et professionnelle, des échanges de pratiques et bilans de projets menés dans différents contextes.

Les étudiants qui intègrent le Master étant originaires de différentes disciplines (information-communication, lettres, sciences humaines, etc.) et parfois également titulaires d’un diplôme professionnel (DUT, licence professionnelle), nous sommes amenés à proposer dès le début du Master, un certain nombre de cours permettant de consolider un socle commun en sciences de l’information-communication, discipline de rattachement du Master, et en documentation et bibliothéconomie. Ces enseignements sont ensuite réactivés pendant le stage de première année et approfondis en seconde année. En ce qui concerne l’insertion professionnelle, les diplômés parviennent à exploiter cette transversalité des compétences voulue par le Master et s’insèrent dans les métiers visés. Le suivi des diplômés réalisé sur les trois premières années de leur parcours professionnel confirme également leur capacité à évoluer sur différents postes.

La formation à l’aménagement des espaces : un positionnement progressif dans le Master

CS : On parle parfois de la fin des bibliothèques physiques, alors pourquoi l’aménagement est-il aussi important dans un cursus de formation ?

DG : Même si la formation comporte une forte dimension numérique, celle-ci n’épuise pas le spectre des pratiques professionnelles des métiers. Les bibliothèques ou centres de documentation en tant qu’espace restent bien présents, et ce qui est proposé aux usagers au sein de ces espaces peut être très divers et évolutif. Ils ne sont plus dédiés aux ressources documentaires, aux collections et sont pensés afin de pouvoir intégrer différents usages, toujours dans le cadre d’un projet défini bien sûr. L’objectif est donc de permettre aux étudiants de développer des savoirs et savoir-faire leur permettant de comprendre les enjeux sous-jacents et d’être en mesure de concevoir l’aménagement des espaces au service des usagers, quel que soit le contexte.

CS : Comment le contenu des enseignements relatif à l’aménagement a-t-il été élaboré par l’équipe du Master ?

DG : Les contenus et modalités pédagogiques se sont affinés lors des premières années d’existence du Master. L’approche des questions d’aménagement a ainsi évolué progressivement, en lien avec l’émergence de nouvelles problématiques professionnelles.

  • 3 Mathilde Servet, Les bibliothèques troisième lieu, Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèque (...)
  • 4 Suzanne Jouguelet, « Les Learning centres : un modèle international de bibliothèque intégrée à l’en (...)

Les publications en 2009 du mémoire de Mathilde Servet sur les bibliothèques troisième lieu3 et du rapport de l’Inspection générale des bibliothèques réalisé par Suzanne Jouguelet consacré aux Learning Centres4 ont créé une dynamique dans les réflexions d’une partie des professionnels des bibliothèques. Loin de se limiter à la question de l’espace, ces deux publications amenaient à reconsidérer celui-ci en fonction du projet d’une bibliothèque.

  • 5 Selon l'enquête du cabinet Histen Rillet mené en 2010 dans les 200 plus grandes entreprises françai (...)

La question du lieu était également interrogée par le secteur de l’information-documentation, comme en témoignaient certaines enquêtes, notamment relayées en 2011, dans la revue Documentaliste – Sciences de l’information5.

Les publications qui suivirent, ainsi que les échanges entre professionnels au cours de diverses manifestations ou encore via des espaces d’échanges en ligne (forums ou blogs) ont nourri les enseignements du Master. Ils ont permis d’approfondir l’articulation entre le projet documentaire (la finalité poursuivie) et les différentes composantes de la politique documentaire (les objectifs fixés en fonction du projet, les méthodes et outils de mise en œuvre).

La manière d’aborder l’aménagement a pu aussi s’appuyer sur les expériences de professionnels membres de l’équipe pédagogique. Plusieurs professionnels de lecture publique étaient impliqués dans différents projets de réaménagement ou de construction, notamment dans le réseau de la médiathèque François Mitterrand de Poitiers. D’autres professionnels du milieu de l’information-documentation qui intervenaient plus ponctuellement dans la formation se posaient également la question du rôle d’un espace documentaire physique à l’heure du tout numérique souvent mis en avant.

  • 6 Aujourd’hui réseau Canopé. Le réseau s’est ensuite structuré autour d’espaces documentaire et de fo (...)
  • 7 Agence d’urbanisme et de développement de la Vallée de l’Oise, stage réalisé entre avril et août 20 (...)

Enfin, ce questionnement transversal aux différents métiers s’observait à travers les missions de stage qui pouvaient, au début des années 2010, être confiées aux étudiants. En bibliothèque, cela pouvait renvoyer au réaménagement d’espaces existants pour favoriser la venue et les usages des publics, à la construction de bibliothèques s’inspirant de l’approche troisième lieu, à une réflexion sur les médiations à mener dans des espaces existants, quitte à les faire évoluer temporairement… Certaines missions dans le secteur de l’information-documentation renvoyaient également à ces problématiques. C’était le cas dans les centres de documentation du réseau Scéren-CNDP6, ou encore dans un centre de documentation d’une agence d’urbanisme7 souhaitant redynamiser son activité en répondant mieux aux besoins de ses usagers, aussi bien au niveau de l’offre documentaire, des services que de l’espace proposé. La mission de ce dernier stage consistait en une analyse fine des besoins et des expériences déjà en place dans d’autres structures documentaires, pour proposer un nouvel aménagement. L’étudiante stagiaire a ainsi pu proposer et mettre en œuvre un ensemble de préconisations permettant de transformer l’espace documentaire en lieu de sociabilité à même de favoriser l’échange d’informations entre personnels.

L’aménagement comme déclinaison du volet médiation de la politique documentaire

CS : Au regard de ces différents retours du terrain, comment l’aménagement des espaces est-il aujourd’hui articulé avec les autres enseignements ?

DG : Le choix a été fait de ne pas aborder ce sujet isolément mais de le positionner dans un ensemble plus large, plus précisément autour de la politique documentaire. Celle-ci était appréhendée, dès le début du Master, comme une notion permettant d’englober non seulement les politiques d’acquisition, de conservation et de communication, constitutives traditionnellement de cette notion, mais aussi l’idée de politique de médiation. C’est en lien avec l’idée de concrétisation de la politique de médiation dans un espace physique que la thématique de l’aménagement des espaces documentaires s’intègre aujourd’hui dans les enseignements du Master esDOC, en première année puis de manière plus approfondie en deuxième année8.

CS : N’est-ce pas un paradoxe de penser l’aménagement comme déclinaison du volet médiation de la politique documentaire, tandis que les nouvelles formes de médiation laissent moins de place aux collections ?

  • 9 Sur la notion de médiation, voir entre autres, les travaux de Jean Caune, Bernard Lamizet, Alex Muc (...)

DG : Avec l’idée de politique de médiation, nous prenons en compte la médiation réalisée sur l’ensemble des ressources documentaires et sur leur contenu, pas strictement les documents sur support physique. Il s’agit ainsi de se baser à la fois sur les apports des sciences de l’information et de la communication (SIC) et des écrits de professionnels de terrain. La médiation peut alors s’appréhender, de manière synthétique9autour de trois objets, non exclusifs les uns des autres : la culture, l’information, et les savoirs. Pour être mise en œuvre, elle s’appuie sur un ensemble de dispositifs. Comme les autres volets de la politique documentaire, la politique de médiation détermine différentes orientations et mobilise des méthodes et outils pour permettre la conception et la mise en œuvre d’actions, de services, de produits ou contenus. Cette politique de médiation va prendre forme dans un espace aussi bien physique que numérique.

Progression des enseignements et pédagogie de projet au service du développement des compétences des étudiants

CS : Pourquoi une première approche en Master 1 et un approfondissement en Master 2 au lieu d’un bloc unique ?

DG : En première année, une unité d’enseignement (UE) est consacrée aux fondamentaux de la bibliothéconomie. La politique documentaire y est traitée et les enseignements consacrés à la politique de médiation sont articulés autour de trois entrées : l'accueil, l'information et la formation des usagers. L'aménagement des espaces s'y trouve abordé en tant qu'outil au service de ces pratiques professionnelles. À cela s’ajoute une intervention par un professionnel permettant aux étudiants d’appréhender la diversité des approches possibles en fonction des projets d’aménagement ou réaménagement. Cette intervention explicite également la place des différents acteurs, leurs rôles (maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre entre autres) et les étapes liés à ce type de projet. Le stage de fin de première année permet une observation en contexte et, en fonction des missions, une première mise en œuvre.

En seconde année, une UE est spécifiquement dédiée à la médiation. C’est dans cette UE que l’aménagement des espaces est abordé à nouveau, mais dans une approche plus concrète. En se basant sur des cas réels, les étudiants doivent travailler sur plan et proposer des solutions d’aménagement pour des bibliothèques de différentes natures, avec pour objectif de comprendre comment les projets et politiques documentaires conditionnent les choix d’aménagement.

CS : Qu’apporte cette étude de cas en Master 2 ?

DG : En travaillant sur des projets de réaménagement dans des contextes réels, les étudiants font émerger différents types de questionnement pour lesquels, en groupe, ils tentent de trouver les réponses adéquates, en s’appuyant sur l’expertise des professionnels qui encadrent ces séances. Cette approche inductive est particulièrement porteuse de sens en termes d’apprentissage. Les séances sont co-animées par des professionnels responsables de projets dans des contextes différents. Cela permet ainsi des croisements de points de vue riches d’enseignement pour les étudiants. Suite à ces séances, certaines propositions faites par les étudiants ont été retenues par les professionnels dans leurs projets. Pour prolonger ces études de cas, les étudiants ont la possibilité de réinvestir ces connaissances et compétences dans le cadre des projets tutorés réalisés au second semestre. À partir d’une commande de la part d’une bibliothèque ou d’un centre de documentation, ils doivent formuler un ensemble de recommandations opérationnelles sur un volet documentaire. Ces projets peuvent donc amener les étudiants à proposer des recommandations dans le domaine de l’aménagement, si les enjeux de médiation identifiés le justifient. Enfin, les stages ou le mémoire peuvent également les conduire vers des missions ou des problématiques touchant de près ou de loin à l’aménagement.

Cette progression sur les deux années permet aux étudiants de développer des connaissances et compétences spécifiques, mais aussi transversales. Pour les connaissances et compétences spécifiques, on peut citer, en lien avec les référentiels métiers : la mise en espace des collections et des services, les principes de construction et d’aménagement de l’espace spécifique aux bibliothèques10, la participation à la programmation d'aménagements et d'équipements11, « Concevoir l'aménagement de l'espace d'une grande structure de documentation ou d'information » ou encore « Prendre en charge un projet de création d'un centre de documentation, d'un centre d'archives ou d'une bibliothèque, en liaison avec des professionnels de l'aménagement : ergonome, architecte, acousticien, etc. »12. Du côté des connaissances et compétences plus transversales, on peut mentionner la gestion de projet, l’analyse et le diagnostic d’un existant ou encore la gestion budgétaire.

Mise en perspective : de l’aménagement des espaces à l’architecture de l’information ?

CS : Les principes de l’aménagement physique d’un espace sont-ils identiques pour un espace virtuel ?

DG : La question de la médiation numérique n’est pas nouvelle en soi et est bien installée dans les pratiques professionnelles. Les problématiques de l’environnement numérique dans lequel elle se déploie possèdent en effet un certain nombre de points communs avec celles liées à l’espace physique. Dans les deux cas, en investissant un espace, il va s’agir de proposer une offre de services, de permettre l’accès à l’information et/ou au document, et de faciliter l’appropriation.

La conception ou l’investissement de ces espaces numériques peuvent être menés pour tout ou partie par les professionnels. Plusieurs types de compétences sont alors nécessaires en fonction des situations, entre la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage : des compétences techniques allant jusqu’à la capacité à concevoir des cahiers des charges pour des projets numériques et à dialoguer avec les prestataires dans le cadre d’appels d’offres.

  • 13 « L’expérience utilisateur (UX) résulte de l’ensemble des perceptions, interactions ou ressentis qu (...)
  • 14 Sur ces sujets, voir les supports du congrès 2016 de l’Association des directeurs et des personnels (...)
  • 15 Pour une compréhension du design thinking en bibliothèque, voir le guide en ligne : < http://lrf-blog.com/design/ >.

En définitive, aussi bien pour un espace numérique que physique, il est nécessaire de s’appuyer sur les principes de l’ergonomie ou sur des approches orientées User eXperience13 (ou UX design)14. L’implication des usagers au moment de la conception, par exemple à travers des approches de type design thinking15, constitue aujourd’hui de plus en plus une étape indispensable. La prise en compte de l’accessibilité des services ou ressources pour les publics en situation de handicap est également incontournable.

Depuis septembre 2016, un nouveau parcours de formation est proposé en deuxième année du Master esDOC. Ce parcours réunit des enseignements allant de la modélisation des données à l’UX design web, en passant par l’architecture de l’information. Les étudiants peuvent ainsi appréhender au mieux l’aménagement des espaces de médiation physiques et numériques.

Notes

1 Le Master a d’abord porté l’intitulé de « Compétences documentaires avancées ».

2 Pour une présentation complète du Master : < http://sha.univ-poitiers.fr/masteresdoc/ >.

3 Mathilde Servet, Les bibliothèques troisième lieu, Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction d’Yves Desrichard : Enssib, 2009. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/21206-les-bibliotheques-troisieme-lieu.pdf >.

4 Suzanne Jouguelet, « Les Learning centres : un modèle international de bibliothèque intégrée à l’enseignement et à la recherche », Rapport n° 2009-022, Paris, Inspection générale des bibliothèques, 2009. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/48085-learning-centres-les-un-modele-international-de-bibliotheque-integree-a-l-enseignement-et-a-la-recherche.pdf >.

5 Selon l'enquête du cabinet Histen Rillet mené en 2010 dans les 200 plus grandes entreprises françaises, alors que la moitié de ces entreprises employaient des professionnels de l'information-documentation, à peine 1/4 disposaient d'un centre « physique ». L'enquête métiers ADBS de 2010 soulignait également que les services d’information-documentation étaient de moins en moins structurés autour d’un lieu.

6 Aujourd’hui réseau Canopé. Le réseau s’est ensuite structuré autour d’espaces documentaire et de formation, déclinaison du concept de Learning Training Center, et portant le nom d’Ateliers Canopé.

7 Agence d’urbanisme et de développement de la Vallée de l’Oise, stage réalisé entre avril et août 2012.

8 Le programme des enseignements de 1re et 2e année : < http://sha.univ-poitiers.fr/masteresdoc/formation >.

9 Sur la notion de médiation, voir entre autres, les travaux de Jean Caune, Bernard Lamizet, Alex Mucchielli, Jean Davallon, Vincent Liquète ou Cécile Gardiès pour la recherche universitaire, Bertrand Calenge, Anne-Marie Bertrand, Xavier Galaup, Silvère Mercier ou encore Étienne Cavalié pour les écrits et perspectives des professionnels. Pour une liste de références professionnelles, voir la bibliographie réalisée pour la rencontre Les bibliothèques et la médiation des connaissances (Bibliothèque nationale de France, 2015). [En ligne] < http://www.bnf.fr/documents/biblio_mediation_connaissances.pdf >.

10 Bibliofil < http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/15/6/156.pdf >.

11 Répertoire des métiers de la fonction publique territoriale : < http://www.cnfpt.fr/node/146/repertoire-metiers/metier/104?mots_cles=&gl=YWViMTM5NTU >.

12 Euroréférentiel Information-Documentation : < http://www.adbs.fr/amenagement-et-equipement-2168.htm?RH=METIER8REFCOMP >.

13 « L’expérience utilisateur (UX) résulte de l’ensemble des perceptions, interactions ou ressentis qu’un utilisateur éprouve vis-à-vis d’un produit ou service, avant, pendant et après son utilisation », in Christine Michel et Guillemette Trognot, « L’expérience utilisateur au cœur de la stratégie », I2D – Information, données & documents, 2015, vol. 53, n° 4, pp. 40-41. [En ligne] < http://www.cairn.info/revue-i2d-information-donnees-et-documents-2015-4-p-40.htm >.

14 Sur ces sujets, voir les supports du congrès 2016 de l’Association des directeurs et des personnels de direction des bibliothèques universitaires (ADBU) consacré à l’UX. [En ligne] < https://adbu.fr/adbu2016-jeux/ > et la publication numérique Amanda Etches et Aaron Schmidt, Nathalie Clot (dir.), Utile, utilisable, désirable : redessiner les bibliothèques pour leurs utilisateurs, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2016 (coll. La Numérique). [En ligne] < http://www.enssib.fr/sites/www/files/documents/presses-enssib/La-numerique/Etches-Schmidt_Utile-utilisable-desirable.pdf >.

15 Pour une compréhension du design thinking en bibliothèque, voir le guide en ligne : < http://lrf-blog.com/design/ >.

Auteurs

Enseignant, responsable du Master 2 Information-communication spécialité documentation (esDOC), université de Poitiers

Conservatrice honoraire des bibliothèques, formatrice et consultante indépendante, en particulier sur les problématiques d'aménagement (La Rochelle)

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search