Version classiqueVersion mobile

(Ré)aménager une bibliothèque

 | 
Christine Soulas

Partie 1. Quels usages et pour quel public ?

Les espaces faciles à lire

Françoise Sanorwski

Texte intégral

1Née dans le cadre du Pacte avenir pour la Bretagne signé en décembre 2013, visant la reconstruction économique et la résorption de l’illettrisme, l’idée d’expérimenter des espaces faciles à lire (FAL) dans plusieurs types de bibliothèques a émergé en Bretagne à partir de 2014, avec le soutien fort de la Direction des affaires culturelles de Bretagne (DRAC).

2Les bibliothèques pilotes se sont donc emparées de cet outil amené « clé en main » et en ont fait un véritable levier d’actions en direction des populations éloignées du livre.

3Le concept de « lectures faciles » intéresse aujourd’hui les bibliothécaires de toute la France, grâce au volontarisme des BDP qui, en mettant ce thème dans leur catalogue de formation ou au cœur de leurs journées d’étude, permettent des mises en œuvre adaptées à chaque territoire et une véritable réflexion de fond sur le rôle social de la bibliothèque.

Le facile à lire dans les pays du nord

4Le concept de facile à lire est nouveau en France mais pas en Europe. Depuis longtemps déjà, les pays du nord ont développé des Easy to read squares, appellation en anglais ou Makkelijk lezen plein en néerlandais ou Lättläst en suédois, c’est-à-dire des espaces ou « carrés » pour le facile à lire.

5Aux Pays-Bas, la démarche est partie de la volonté d’offrir des livres faciles d’accès à des enfants qui ne lisent pas ou difficilement, dans un espace attractif, différent de l’ensemble de la bibliothèque. Des mobiliers spécifiques constituaient alors une véritable révolution :

  • coloris très vifs, orange, rouge, vert pomme ;
  • livres exposés le plus possible de face ;
  • pas de classement ;
  • des mots repères à la place des cotes ;
  • des supports différents : DVD, livres-audio, jeux.

6En Suède, l’État commandite la parution de livres « nativement faciles à lire », publiés par l’éditeur Förlaget. Chaque année, les bibliothèques concourent au prix de la bibliothèque la plus méritante pour le facile à lire.

  • 1 En Belgique, l’action très dynamique de l’association francophone « Lire et écrire » a impulsé la c (...)

7Il n’y a cependant pas de mobilier spécifique ni de recherche de mise en espace, de même qu’en Belgique où de nombreuses bibliothèques ont un rayon en « français facile », proche de l’entrée1.

Les espaces FAL en Bretagne

8La Bretagne n’est pas la région française la plus touchée par l’illettrisme. Néanmoins, les fermetures d’usines d’abattage dans le Finistère ont révélé des situations humaines dramatiques, lorsque des familles entières d’ouvriers qui y travaillaient depuis 20 ans, se sont retrouvées bloquées dans une éventuelle reconversion en raison de situations d’illettrisme. Comment imaginer une recherche d’emploi, une acquisition de nouvelles compétences, une mobilité professionnelle, quand on ne maîtrise pas les écrits du quotidien ?

9Le point de départ a donc été pour la DRAC Bretagne d’accompagner les enveloppes budgétaires consacrées à la formation, d’un volet lecture qu’elle a pris en charge en finançant des espaces FAL2 à créer dans des bibliothèques pilotes.

10La structure régionale Livre et lecture en Bretagne a été missionnée pour la mise en œuvre et le suivi. Bibliothécaire libérale du cabinet Bibliopass3, je travaillais déjà sur ce sujet et je me suis occupée de la première sélection de livres correspondant aux besoins du FAL, et de la formation des bibliothécaires visant à bien accueillir les « lecteurs débutants » en s’appuyant sur ces fonds.

11Concrètement, les bibliothèques se sont vues offrir le pack de 100 livres de cette sélection, une subvention pour le mobilier de leur choix, et un budget pour développer un atelier d’écriture ou plutôt d’expression, mené par l’auteure Frédérique Niobey.

12Si le projet est fortement ancré dans le cadre de la lutte contre l’illettrisme, il était évident dès le début qu’il serait également pertinent d’ouvrir cette offre nouvelle de lecture adaptée à bien d’autres publics : adultes dyslexiques, personnes avec déficience cognitive, personnes malades, fatiguées ou hospitalisées, adultes âgés, populations très éloignées du livre, etc., sans oublier ce lectorat présent en bibliothèque et de plus en plus demandeur de livres qui « vident la tête » ou « permettent d’oublier le stress ».

Focus

Le principe de base d’un fonds FAL, c’est qu’aucun livre ne répondra aux besoins de tous les publics mais que chacun de ces publics y trouvera des propositions.

Une autre mise en scène

13L’idée de base est de sélectionner des livres FAL selon leur forme (textes courts, mise en page aérée, structuration par chapitres, vocabulaire simple, construction linéaire du récit, etc.), attractifs et valorisants dans leur contenu, avec cette notion qu’expliquent bien les adultes en réapprentissage des savoirs de base, de « livres dans lesquels on se retrouve ».

14La France offre peu d’édition FAL. Il faut effectuer une veille éditoriale pour repérer des livres correspondant aux critères, en espérant que les éditeurs réaliseront bientôt qu’il y a un fort potentiel d’acheteurs et que les écrivains verront dans cette contrainte de la simplification un défi intéressant à relever.

15La seconde idée forte est de faire voisiner tous ces livres dans un même espace, sans se préoccuper de classification, à l’image d’une vitrine de libraire où se côtoient beaux livres, albums, romans, etc.

16Cette approche constitue une grande fenêtre ouverte pour une personne qui n’a aucun des codes prérequis pour savoir, en mettant les pieds dans une bibliothèque, si elle veut un livre « jeunesse » ou « adulte », « documentaire » ou « fiction ».

La mise en espace

Coloris, implantation, parcours atypique : attirer l’œil

17Les mobiliers des espaces FAL ne sont absolument pas standardisés, ils offrent une grande diversité de styles mais ont tous en commun leur capacité à attirer l’œil, à séduire d’emblée, donc à faire s’approcher le visiteur, familier ou pas de la bibliothèque. Comment s’opère cette séduction ? La couleur peut être importante, c’est la carte qu’ont jouée les Pays-Bas avec des coloris frais et acidulés comme le rose fuchsia ou le vert pomme. En Bretagne, les couleurs sont plus neutres, allant même vers le carton de recyclage. La séduction se fait alors par l’implantation même du module, mis en évidence dans une zone dégagée de la bibliothèque, avec la présentation en façade des livres qui, par le pouvoir attractif des jaquettes, ne peut manquer d’accrocher l’œil.

18Les bibliothèques utilisent peu les techniques de marketing. Pourtant, il est indispensable aujourd’hui de revoir nos pratiques de présentation des collections, qui ne s’adressent qu’à une minorité d’usagers sachant, en entrant dans la bibliothèque, quel document ils veulent trouver et capables de le dénicher au cœur de nos classifications absconses.

19Partons du principe que le visiteur, pas forcément usager, ne sait pas ce qu’il veut, et souhaite peut-être simplement passer un moment au chaud.

20Utilisons donc des techniques d’accroche visuelle, de « tête de gondole », voire d’étiquetage, de recommandations comme font les bons libraires « coup de cœur de la semaine ! », pour susciter l’envie et voir repartir le visiteur avec une pile de documents sous le bras.

Implantation, matériaux, posture du visiteur : donner confiance

21Notre visiteur peut faire le tour du module, il est ainsi dans une démarche d’approche, de familiarisation, au lieu d’une position statique, inconfortable, devant un linéaire classique. Il est en mode flânerie, comme dans une boutique, tenté par l’ensemble avant de choisir un objet en particulier.

22Il peut aussi prendre un livre, le feuilleter et le remettre sans angoisse, puisqu’il n’y a pas de classement, pas de serre-livres compliqué à faire coulisser.

23Le choix des matériaux est important dans cette optique de rassurer : les mobiliers issus de recyclage industriel, voire de brocante, ou les modules réalisés en cartonnage correspondent à une philosophie plus écologique, proche de ce que les gens aiment avoir aujourd’hui chez eux. Le lieu bibliothèque devient ainsi plus rassurant, plus familier.

Offrir un parcours

De l’espace FAL aux autres collections

24Un fonds FAL est prévu pour être tournant. Puisque l’idée est de créer l’attractivité, il faut que les livres changent régulièrement, comme un espace vitrine à réaménager régulièrement pour que le passant le remarque et s’arrête. Il n’est pas non plus conçu comme un tout qui satisferait à lui seul les visiteurs peu initiés. Ceux-ci, un peu rassurés par cette première accroche innovante et accompagnés de la médiation du bibliothécaire, doivent pouvoir trouver ensuite des propositions de parcours dans l’ensemble des collections. Ce parcours est favorisé par la rotation des livres qui, après quelques mois dans l’espace FAL, peuvent être réintégrés dans le fonds général mais identifiés par un pictogramme.

25C’est dans cet objectif que les livrets « Sélection de livres faciles à lire », parus en 2014 et 20164, indiquent, pour la plupart sous la forme de fiches descriptives, des « livres-cousins » qui peuvent être conseillés en prolongement, afin d’aider les personnes à établir des chemins de lecture.

Des modules nomades et hors les murs : à la Maison pour tous, dans le salon de coiffure

26Un autre point fort des espaces FAL est de savoir sortir de la bibliothèque. La médiathèque de Landerneau, par exemple (Finistère, 15 400 habitants), a créé un bel espace central au milieu des rayonnages traditionnels, mais elle ne s’est pas contentée de cela : un module léger en carton recyclé a été installé dans le hall de la Maison pour Tous située à deux kilomètres de là ; localisation essentielle au projet global puisque ce centre social accueille un espace familles, des activités de formation aux savoirs fondamentaux, d’aide à la scolarité, un point d’information jeunesse, des ateliers cuisines du monde, etc. Ce petit kiosque est une accroche et une invitation à venir à la médiathèque pour un choix plus large.

27À Lesneven (Finistère, 6 300 habitants), des petits mobiliers en bois très classiques sont venus s’installer dans le salon de coiffure et dans la salle d’attente du kinésithérapeute, manière habile d’associer au projet les commerçants et professions libérales, rarement sollicités sur des actions culturelles.

Les choix de mobiliers et l’appropriation du public

28Comme abordé précédemment, les solutions d’aménagement de mobilier ont été diverses selon les territoires et les budgets. Cette variété et la manière dont le public s’est approprié ou pas les espaces est intéressante à observer5. Certaines bibliothèques sont restées sur un mobilier classique de fournisseur de bibliothèque. C’est le choix de Landerneau avec un kiosque biface et celui de Lesneven avec le modèle Emma Quick Pick, tous deux de chez BCI. On peut noter que ces fournisseurs ont un choix de plus en plus large de meubles présentoirs originaux.

29D’autres bibliothèques ont donné carte blanche à un artiste pour réaliser un mobilier sur mesure répondant à un cahier des charges : capacité d’une centaine d’ouvrages, présentation en façade ou petits bacs, légèreté et/ou mobilité. Ainsi, Guillaume Le Quément a imaginé un concept tout à fait original pour la bibliothèque de Lesneven : il a aménagé une vieille malle-cabine, qui se positionne sur la hauteur, en intégrant des tiroirs colorés dans la base, plusieurs niveaux de présentoirs dans le couvercle mobile et des roulettes. L’ensemble est très coloré et surprenant. Les usagers ont trouvé cette malle très « cosy » mais n’y touchaient pas trop, jusqu’à ce que l’équipe ait la bonne idée de la déplacer dans un espace plus central et de lui adjoindre un présentoir simple BCI. Dès lors, les emprunts se sont accrus, comme si l’objet d’artiste seul avait été perçu comme un tout, une œuvre à contempler…

30Sarah Williams a choisi pour la médiathèque de Betton (Ille-et-Vilaine) un ensemble en carton d’inspiration poétique, représentant un arbre fleuri. Des bacs mobiles s’agrègent autour, pour s’asseoir ou poser des livres. L’équipe doit encore trouver des idées pour faire vivre cet espace, parfois perçu lui aussi comme une œuvre et non comme un outil fonctionnel.

31Hors de Bretagne, à Neufchatel-en-Bray, c’est aussi un artiste qui a imaginé un espace FAL constitué de présentoirs en bois, sur une passerelle menant de l’espace des enfants à celui des adultes, avec rénovation de la cage d’escalier.

  • 6 Les chemins d’accès au savoir et à la culture des personnes en grande précarité : < http://www.mediatheque35.fr/fr/article/culture-pour-tous >.
  • 7http://atelier-despossibles.blogspot.fr/ >.

32La politique volontariste de la médiathèque d’Ille-et-Vilaine en direction des publics empêchés, initiée dès 2012 par un travail de fond avec Agir tous pour la dignité (ATD Quart Monde)6 l’a amenée à constituer un véritable « kit de services » à la disposition des bibliothèques du réseau qui s’engagent dans un vrai projet autour du FAL, après une formation de départ : deux modules en forme de cube de bois brut rehaussé de petits bacs colorés ont été conçus par la scénographe Lisa Lepeinteur de l’Atelier des possibles7. Chaque module se présente soit en cube, soit en deux triangles à placer devant un mur. Les lettres découpées dans le bois « C’est facile de lire » sont d’un joli effet avec un éclairage de fond. Les mobiliers sont prêtés avec le fonds de livres correspondant pour une durée longue de 4 à 6 mois. Les mêmes modules vont être mis en place dans l’Hérault par la médiathèque pierresvives, pour son réseau.

33Dans les sept établissements pénitentiaires de Bretagne, l’idée s’est imposée tout de suite de faire réaliser les modules de mobiliers par les détenus eux-mêmes, sous forme d’ateliers de cartonnage. Le projet devenait ainsi plus motivant. De plus, les espaces FAL n’ont pas été installés dans les bibliothèques mais dans les lieux d’usage : cour de promenade, salle de sport, etc.

34D’autres bibliothèques réfléchissent à cette même idée de faire réaliser les meubles par les publics eux-mêmes pour les intégrer très en amont du projet dans une dynamique de co-construction du projet : ateliers d’insertion, établissements et services d’aide par le travail (ESAT), lycées professionnels…

35Enfin, à Renac (Ille-et-Vilaine, 900 habitants) les modules sont « faits maison » : l’élu a sorti bois, scie et clous, et les bibliothécaires ont peint les présentoirs. L’élu de Dinard a dessiné également les étagères qui garnissent un simple mur blanc, et la réussite de l’espace est due à la signalétique très explicite, directement appliquée sur le mur : « Vous êtes fatigué ? Vous manquez de temps ? Le français n’est pas votre langue maternelle ? Lire vous impressionne ? Les livres identifiés par ce logo sont faits pour vous. »

  • 8 Fédération française d’associations de représentation et de défense des intérêts des personnes hand (...)

36Le logo est celui du « facile à lire et à comprendre », normalisé au niveau européen par l’Association française de normalisation (Afnor) et l’Union nationale des associations de parents d'enfants inadaptés (UNAPEI)8. Utilisé au démarrage des projets d’espaces FAL, il a été remplacé en Bretagne par un logo spécifique, qui s’inspire de celui-ci mais ne se restreint pas au handicap mental.

37Le logo FAL Bretagne, créé par les Ateliers Art-Terre9, devient désormais un label. Il peut être décliné pour d’autres régions sur demande.

38En conclusion, la démarche du Facile à lire est un puissant levier qui permet de réinterroger toutes nos pratiques professionnelles : politique d’acquisition, choix des mobiliers et de la signalétique, partenariats, liens vers l’extérieur, médiations… mais surtout l’accueil ; ces publics dits « empêchés », il faut avoir vraiment envie de les accueillir, en apprenant à faire évoluer nos postures professionnelles, souvent prescriptives d’une culture légitime. Il s’agit d’écouter leurs besoins, de savoir les rassurer sur leurs compétences, de co-construire des projets, et de leur proposer, avec délicatesse, le livre ou le document qu’il faut… au bon moment.

39Facile à lire : facile à faire !

Encadré. Préconisations pour un module FAL

Type de mobilier : un module mobile ou rails sur un mur.

Matériaux : bois ou carton.

Fournisseur : privilégier la réalisation par les personnes représentant le public potentiel : en insertion/ESAT/lycées pro/détenus.

Capacité d’accueil : une centaine de documents (tous supports).

Documents : tous genres, tous types d’édition, tous supports mais critères du facile à lire.

Mode de présentation : de face et petits bacs.

Signalétique explicite.

Logo du facile à lire.

Notes

1 En Belgique, l’action très dynamique de l’association francophone « Lire et écrire » a impulsé la création d’une collection de romans simples, mais pas simplistes, pour adultes lisant avec difficulté. La Traversée, collection comprenant dix-huit titres édités par Weyrich, est une expérience remarquable puisqu’elle repose sur un cahier des charges donné à des écrivains confirmés, avec un comité éditorial composé d’apprenants. Les rencontres entre lecteurs novices et auteurs sont source de valorisation pour les premiers et de remise en question du travail d’écriture pour les seconds.

2 Blog Le facile à lire en Bretagne, Livre et lecture en Bretagne. [En ligne] < https://facilealirebretagne.wordpress.com/ >.

3www.bibliopass.fr >.

4http://fr.calameo.com/books/00471992344affd564825 > ; < http://fr.calameo.com/books/0033302948cf03f46d375 >.

5 Voir des exemples de mobilier : < http://chronique.bibliopass.fr/ >.

6 Les chemins d’accès au savoir et à la culture des personnes en grande précarité : < http://www.mediatheque35.fr/fr/article/culture-pour-tous >.

7http://atelier-despossibles.blogspot.fr/ >.

8 Fédération française d’associations de représentation et de défense des intérêts des personnes handicapées mentales et de leurs familles.

9 Ateliers Art-Terre : < http://www.art-terre.com/ >.

Auteur

Bibliothécaire, cabinet Bibliopass, formation et conseil en accessibilité (Cesson-Sévigné)

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search