Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'éducation à la culture informationnelle

 | 
Françoise Chapron
, 
Éric Delamotte

Chapitre I. Les cultures informationnelles : définitions, approches, enjeux

Bouillon de cultures : la culture de l’information est-elle un concept international ?

Olivier Le Deuff

Texte intégral

  • 1 Rencontres annuelles sur la formation des usagers, organisées par l’enssib. Voir : < http://www.ens (...)

1La culture de l’information est un concept peu évident à définir, tant les visions rencontrées au cours de nos recherches diffèrent, voire divergent. L’examen de son existence dans d’autres langues que le français pose par conséquent question. Ce sont les propos de Sheila Webber, qui se demandait comment traduire en anglais « culture de l’information », à propos de travaux publiés lors des rencontres Formist1, qui nous ont fait prendre conscience de la nécessité de cet examen. Nous avons d’abord examiné les traductions littérales du terme, notamment lorsqu’elles existaient, avant de prêter plus d’attention au sens conféré au concept. Notre étude montre que la recherche d’une traduction littérale ne peut suffire. C’est pourquoi, outre la recherche bibliométrique, il convient de procéder à une réelle analyse de contenu pour aller au-delà des seules expressions. Le bouillon de culture de l’information literacy et de toutes les littératies émergentes actuelles [O. Le Deuff, 2007] a ainsi constitué un terreau d’études permettant de mesurer la présence d’une culture de l’information au sein de ces divers projets. Par conséquent, notre propos est également de redéfinir le concept d’information literacy au travers du concept de « culture de l’information ». Brigitte Juanals (2003) avait analysé le concept en le faisant prendre racine à l’époque des Lumières et notamment durant le projet encyclopédique, qui marquait une volonté de diffusion du savoir à l’ensemble des citoyens. La culture de l’information reposerait donc sur une forme d’universalisme « à la française ». Nous souhaitons montrer ici que le concept doit être retravaillé et repensé dans une stratégie internationale qui veille à ce que le mot culture ne soit pas synonyme d’uniformité. Les réflexions et les projets du chercheur américain Alan Liu sont ici précieux pour faire avancer un concept trop chargé de représentations parfois contradictoires.

LE RENVERSEMENT DE TRADUCTION

  • 2 Information literacy uncorked/la culture de l’information débouchée. 37e Workshop for Instruction i (...)

2Nous avons souhaité revenir une nouvelle fois sur l’épineux problème de la traduction d’information literacy en français. L’Unesco préconise « maîtrise de l’information », mais le succès grandissant du concept de « culture de l’information » et son emploi comme équivalent d’information literacy lors d’un récent colloque canadien2 méritent que nous procédions à un réexamen. Seulement, nous avons choisi de procéder de manière inverse en recherchant comment pouvait être traduit « culture de l’information » dans d’autres langues. Pour des raisons méthodologiques, liées au temps mais également à l’impossibilité de tester toutes les langues, nous nous sommes centrés sur les principales, notamment l’anglais et l’espagnol. Il existe un équivalent en italien (cultura dell’informazione) du fait des travaux de Carla Basili en la matière. Nous n’avons rien trouvé de comparable en allemand, qui est structuré sur une approche par compétences (Informationskompetenz) – ce qui nous a été confirmé par Thomas Hapke qui travaille autour des thématiques de la formation à l’information en Allemagne et se montre intéressé par le concept. Par conséquent, nous avons simplement recherché une traduction proche sans pour autant aborder de suite le sens conféré à l’expression. Il s’agit donc d’une démarche de recherche principalement bibliométrique, basée sur des proximités de terme. Il faut bien distinguer d’emblée les divergences conceptuelles qui pourraient exister malgré les similitudes linguistiques. Nous partageons ici les mises en garde de Michel Foucault [M. Foucault, 1969] face aux fausses ressemblances et à la tentation trop facile d’établir des liens évidents, à l’instar de l’histoire des idées.

3Les premières requêtes se sont portées sur les usages en langue anglaise. Nous avons donc choisi d’effectuer des requêtes sur les termes de culture of information et d’information culture, qui correspondent aux traductions littérales les plus proches. Nous signalons également que nous n’avons pas cherché dans cet article à distinguer les concepts « culture de l’information » et « culture informationnelle ».

  • 3 Mesures effectuées le 22 août 2008.

4Mesure des occurrences dans les titres d’articles3 de plusieurs bases de données

Expression

Google Scholar

Science direct

Eric

OAIster

« information cultuer »

155

4

0

11

« culture of information »

30

1

5

4

5Nous trouvons parmi les résultats l’article pionnier de David L. Altheide qui a beaucoup travaillé sur les rapports entre information et technique [D. L. Altheide, 1990]. Trois des quatre références de OAIster sont en fait des analyses de l’ouvrage d’Alan Liu [A. Liu, 2004] que nous allons présenter ultérieurement. De même, dans les 15 textes répertoriés sur OAIster, un tiers concerne l’ouvrage de Liu, d’autres utilisent l’expression associée à un autre terme comme culture of information use. Il existe donc de nombreux biais qui influent sur les résultats, quelle que soit la langue. Nous avons élargi la recherche aux langues italienne et espagnole, afin d’effectuer de plus amples comparaisons.

  • 4 Mesures effectuées le 23 août 2008.

6Tableau comparatif du nombre d’articles recensés dans des bases de données à partir de requêtes dans les titres ou résumés4

Requête

Langue

Yahoo

Science direct

Eric

OAIster

Hal

Total bases de données

« cultura de información »

espagnol

9 780

0

0

17

0

17

« cultura de la información »

espagnol

40 800

0

0

10

0

10

« cultura informacional »

espagnol/portugais

12 100

0

0

17

0

17

« cultura of information »

anglais

65 100

2

12

22

3

39

« information culture »

anglais

910 000

12

11

67

23

113

« cultura dell’ informazione »

italien

27 600

0

0

0

11

11

LA PISTE ESPAGNOLE

7Nous avons procédé de même pour la langue espagnole, notamment avec la requête cultura de información. En effet, le blog de l’ALFIN emploie l’expression cultura de la información ainsi que celle d’information culture5. Malgré tout, le terme est parfois non traduit comme dans le blog de la bibliothécaire et formatrice en bibliothéconomie, Nieves Gonzalez, qui reprend le titre d’un de nos articles sur la culture de l’information et le Web 2.0 pour en faire un billet6. Nous avons rencontré de nombreux textes signés Michel Menou. Or, Michel Menou est, comme son nom le laisse présager…, un Français. Il s’agit d’un consultant en information, docteur en information-communication, qui est professeur à l’Université de Londres. Il a transposé en plusieurs langues l’expression, notamment dans plusieurs articles en espagnol. Certaines de ses interventions ont été également traduites et sont donc souvent citées, comme dans l’article de Saray Cordoba7.

8Nous trouvons également des traces du terme sous la forme de cultura de información dans une logique d’opposition ou tout au moins de prérequis [A. Cornella, 1998], face à une société de l’information écrasante qui abolit toute distance critique. Nous constatons ici des similitudes avec l’analyse que fait Alan Liu de cette « société de l’information » régie par « les lois du cool ». Les travaux du Mexicain Jesus Galindo Cacéres (2001) définissent d’ailleurs la culture de l’information comme une autre culture politique, basée sur des aspects sociaux qui relèveraient d’une cyberculture : « Les personnes relevant de la cyberculture ont une très forte culture de l’information, une soif de connaissance ainsi qu’une forte culture de la communication, des habitudes de contact, des interactions et des liens avec différentes personnes de différents horizons ».

9L’expression cultura informacional se rencontre également, mais s’avère surtout être employée en portugais, notamment par la Brésilienne Régina Maria Marteleto. Un texte important [R. M. Marteleto, 1995] tente de définir le concept en montrant les fortes liaisons entre la culture et l’information. La culture est le premier moment de la construction conceptuelle de l’information, soit comme artefact, soit comme processus.

10Cet aspect, insistant plus sur la culture que sur de simples habiletés, se rencontre également en Europe.

LA PISTE EUROPÉENNE

  • 8 Basili Carla. About Enil. EnIL : a network for a Culture of Information in Europe. [En ligne] < htt (...)

11La chercheuse italienne Carla Basili avait examiné si le concept de l’information literacy n’était pas, non seulement d’essence états-unienne, mais présentait également des visées avant tout nationales. Elle rejoint finalement le point de vue francophone actuel en traduisant information literacy par cultura dell’informazione dans une volonté d’élargissement du concept [C. Basili, 2001]. Cette dernière a d’ailleurs voulu impulser une dynamique européenne en la matière, qui se retrouve derrière le réseau ENIL, par ailleurs désormais sous-titré for a culture of information. La culture de l’information serait donc un discours européen8 : « L’idée d’un discours européen sur l’information literacy a émergé de l’absence de voix européenne dans le débat sur la maîtrise de l’information pour lequel depuis plus d’une décennie, les initiatives américaines apparaissent dominantes. »

12Même si le concept n’est pas spécifiquement européen, puisque nous trouvons des références notamment en Amérique du Sud, il semble qu’une tendance se dégage en ce qui concerne une volonté de développer des actions communes au niveau européen, par opposition à une uniformité qui pourrait résulter de l’adoption des modèles américains de l’information literacy. La principale différence européenne résulte de la volonté de mettre en place le caractère social et culturel de l’information, qui dépasse les visions procédurales et les référentiels dans le domaine. Carla Basili souhaite un élargissement et enrichissement conceptuel autour de trois axes principaux qui permettraient de voir l’information literacy à la fois :

  • comme une discipline d’études scientifiques ;

  • comme un objectif politique et citoyen ;

  • comme une compétence (incluant des capacités techniques mais aussi cognitives).

13La culture de l’information se trouve au sommet de ces perspectives en constituant la forme scientifique du concept Culture of Information as a Form of Study of Information [C. Basili, 2008] ; une perspective disciplinaire qui peut rejoindre les objectifs actuels de la didactique de l’information.

LA PISTE ALAN LIU

14Alan Liu, professeur d’anglais à l’université de Californie de Santa Barbara, effectue une critique des nouveaux modes de management, en qualifiant de « loi du cool » cette volonté de faire paraître le travail plus agréable. Il critique aussi cette culture qui, en prétendant jouer sur la diversité, ne fait en fait qu’accroître l’uniformité culturelle : une doxa managériale niant la division travail et loisir et qui prétend à une supériorité vis-à-vis de la science. Alan Liu prône une destruction créative et un regain d’intérêt pour la culture face à ce mouvement qualifié de « nouvelles lumières » (new enlightment ou post-enlightment), qui s’avère destructeur en fait pour la construction de l’individu [A. Liu, 2004] : « Nous comprenons ainsi que la société postindustrielle doit agir pour gérer l’identité des groupes et des classes en profondeur afin qu’elle élimine leurs derniers vestiges. Elle cherche à cacher leur histoire. De même que la Révolution française a tenté de supprimer l’identité historique des régions afin de veiller à ce que tous, haut placés comme citoyen lambda, parisiens et provinciaux soient fraternels, c’est désormais la nouvelle société qui fait de même pour les classes et les groupes de sujets. »

  • 9 Boyd Danah. Information Access in a Networked World. Talk presented to Pearson Publishing, Palo Alt (...)

15C’est probablement pour cette raison qu’Alan Liu insiste sur la « literary ». Pourquoi literary plutôt que literacy ? Literacy renvoyant plus au domaine de l’usuel, Literary à une notion plus culturelle, quasi proche de ce qu’en français, nous emploierions pour qualifier quelqu’un de lettré. L’archéologie des termes montre une proximité mais également une branche divergente. Il faut également prendre en considération le fait que l’ouvrage d’Alan Liu concerne principalement les knowledge workers ainsi que les enseignants-chercheurs à l’université. Il cherche donc à valoriser les valeurs culturelles face à la montée en puissance des formations uniquement basées sur des compétences. Literary renvoie à une vision opposée au développement d’une subculture uniformisante. Une sous-culture qualifiée par Alan Liu de cool et qui aboutit à un relativisme. Ce dernier pouvant être symbolisé par l’encyclopédie Wikipédia, où les internautes peuvent trouver une page sur Paris Hilton qui paraît avoir une importance similaire à celle d’un article sur un philosophe. Finalement, la culture de l’information souhaitée par Alan Liu repose autant sur la literary que sur la literacy. Certes le terme de literacy n’apparaît jamais dans l’ouvrage d’Alan Liu, néanmoins ce dernier est un des instigateurs initiaux du projet de transliteracy, qui a évolué depuis. Ce projet anglo-saxon mêle essentiellement des chercheurs anglais et américains qui partagent le constat de la nécessité de revoir les formations et de mettre en place une transliteracy, prenant en compte les évolutions technologiques et la nécessité qui incombe à chacun de savoir rechercher l’information, la comprendre et la communiquer via les nouveaux dispositifs techniques. Des dispositifs souvent prisés par les jeunes générations mais dont l’exploitation pédagogique demeure encore minoritaire, face aux usages ludiques ou phatiques, ce que déplore la chercheuse américaine Danah Boyd, spécialiste des réseaux sociaux : « Plutôt que diaboliser les nouvelles technologies, et les déclarer anti-éducatives, essayons de trouver les moyens d’aider les jeunes à faire leur éducation au sein de ce nouvel environnement interconnecté »9.

16La question des moyens d’organiser la formation et la transmission avec ces nouvelles générations et ces nouveaux médias se trouve donc posée.

LA TRANSMISSION

17Le concept de « culture de l’information » s’inscrit dans une nouvelle vision de l’information literacy, moins ancrée sur une vision procédurale, pour accéder à celles des notions et des concepts plus proches des sociétés des savoirs que d’une société de l’information. Les différentes acceptions rencontrées en langue espagnole, anglaise, italienne ou portugaise confirment cette richesse de points de vue, qui n’est donc pas seulement francophone ni même européenne. Cette culture repose sur une culture politique et civique, une analyse critique mêlant les diverses « littératies » et éducations (aux médias, à l’image, etc.). Cela implique de nouveaux rapports avec les objets techniques sur lesquels reposent notamment les nouveaux médias et la convergence soulignée par la transliteracy, même s’il nous faut rappeler que la « littératie » perdure en poursuivant l’héritage de formes héritées [Y. Jeanneret, 2004]. La culture de l’information est d’essence technique, ni technophile ni technophobe, mais veillant aux possibilités de se construire individuellement au sein de collectifs d’humains et de machines : les milieux associés [B. Stiegler, 2006]. Ces derniers constituant des milieux adéquats pour effectuer une transmission, pour ce qui concerne la formation à l’information, via un processus pédagogique, voire didactique, incluant une progression curriculaire et une formation permanente tout au long de la vie. La culture de l’information peut alors être considérée comme un concept vraiment international par son association et sa forte proximité avec l’information literacy et la transliteracy. Les acteurs de la culture de l’information devront veiller toutefois à ce que cette culture ne soit pas productrice d’uniformité, bien au contraire, afin que le bouillonnement demeure.

Bibliographie

Altheide David L. The Culture of Information. Journal of Education for Library and Information Science, 1990, 31.2, p. 113-21.

Basili Carla. Information literacy : un concetto solo statunitense ? AIDA informazioni, 2001, n ° 2.

Basili Carla. Theorems of Information Literacy. A Mathematical-like Approach to the Discourse of Information Literacy, 2008. [En ligne] < http://eprints.rclis.org/13509/1/Theoremspaper.pdf > (consulté le 26 juin 2009).

Cornella Alphons. La cultura de la información como institución previa a la Sociedad de la Información. Bibliodoc : anuari de biblioteconomia, documentació i informació, 1998, p. 39-50. [En ligne] < http://www.raco.cat/index.php/Bibliodoc/article/viewFile/56620/66042 > (consulté le 28 juin 2009).

Foucault Michel. L’archéologie du savoir. Paris, Éditions Gallimard, 1969.

Galindo Cacéres Jesus. De la sociedad de información a la comunidad de comunicación. La cibercultura en evolución a través de la vida social de las tecnologías de información y comunicación. Kairos, revista de temas sociales, 2001, 8. [En ligne] < http://www2.fices.unsl.edu.ar/~kairos/k8-d02.htm > (consulté le 28 juin 2009).

Juanals Brigitte. La culture de l’information. Du livre au numérique. Paris, Éditions Lavoisier, 2003.

Jeanneret Yves. Le procès de numérisation de la culture : un défi pour la pensée du texte. Protée, vol. 32, n° 2, automne 2004, p. 9-18. [En ligne] < http://id.erudit.org/iderudit/011168ar > (consulté le 28 juin 2009).

Le Deuff Olivier. « La culture de l’information : quelles “littératies” pour quelles conceptions de l’information ? » In : Regimbeau Gérard, Couzinet Viviane (dir.). Organisation des connaissances et société des savoirs : concepts, usages, acteurs : actes du 6 e colloque international du chapitre français de l’ISKO, 7 et 8 juin 2007. Toulouse, université Paul Sabatier.

Liu Alan. The Laws of Cool : Knowledge Work and the Culture of Information. Chicago, London, The University of Chicago Press, 2004.

Marteleto Régina Maria. Cultura informacional : construindo o objeto informação pelo emprego dos conceitos de imaginário, instituição e campo social. Ciência da Informação, 1995, vol. 24, número 1. [En ligne] < http://dici.ibict.br/archive/00000145/ > (consulté le 28 juin 2009).

Menou Michel J. « La culture de l’information ». In : Cacaly Serge (dir.). Dictionnaire encyclopédique de l’information et de la documentation. Paris, Nathan, 1997, p. 167-169.

Stiegler Bernard, Crépon Marc, Collins Georges, Perret Catherine et al. Réenchanter le monde : la valeur esprit contre le populisme industriel. Paris, Flammarion, 2006.

Thomas Sue et al. Transliteracy : Crossing divides. First Monday, december 2007, Vol. 12 Number 12 – 3. [En ligne] < http://www.uic.edu/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/viewArticle/2060/1908 > (consulté le 28 juin 2009).

Webber Sheila. « Framework for Masters and Doctoral Students ». In : Webber Sheila. Information literacy weblog.

[En ligne] < http://information-literacy.blogspot.com/2007/07/framework-for-masters-and-doctoral.html > (consulté le 28 juin 2009).

Notes

1 Rencontres annuelles sur la formation des usagers, organisées par l’enssib. Voir : < http://www.enssib.fr/formist/rencontres >

2 Information literacy uncorked/la culture de l’information débouchée. 37e Workshop for Instruction in Library Use (WILU). Kelowna, Colombie britannique, 14 et 16 mai 2008.

3 Mesures effectuées le 22 août 2008.

4 Mesures effectuées le 23 août 2008.

5 [En ligne] < http://alfin.blogspirit.com > (consulté le 28 juin 2009).

6 Bibliothecarios 2.0. Culture de l’information et Web 2.0. 1er juillet 2007. [En ligne] < http://bibliote-carios2-0.blogspot.com/2007/07/culture-de-linformation-et-web-20.html > (consulté le 28 juin 2009).

7 Cordoba Saray. La Cultura de Información. 2002. [En ligne] < http://www.citebase.org/abstract?id=oai:eprints.rclis.org:8075 > (consulté le 28 juin 2009

8 Basili Carla. About Enil. EnIL : a network for a Culture of Information in Europe. [En ligne] < http://www.ceris.cnr.it/Basili/EnIL/network.htm > (consulté le 28 juin 2009).

9 Boyd Danah. Information Access in a Networked World. Talk presented to Pearson Publishing, Palo Alto, California, November 2, 2007. Traduit par Tilly Bayard-Richard : Accéder à l’information dans un monde interconnecté. [En ligne] < http://www.danah.org/papers/talks/Pearson2007-French.pdf > (consulté le 28 juin 2009).

© Presses de l’enssib, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540