Version classiqueVersion mobile

(Ré)aménager une bibliothèque

 | 
Christine Soulas

Mémento

Christine Soulas

Texte intégral

1Comme le démontre la variété des témoignages présentés dans cet ouvrage, chaque aménagement ou réaménagement de bibliothèque est unique puisqu’il correspond à un projet : le vôtre. Il n’existe pas de kit du parfait aménagement mais un ensemble de pistes et de propositions inspirantes que nous reprenons ci-après comme autant d’étapes méthodologiques, pour gérer l’incertitude… sans inquiétude.

Le projet culturel, scientifique, éducatif et social (PCSES)

2Outil de gouvernance et de pilotage stratégique, il guide et motive le projet d’aménagement ou de réaménagement.

3Ce document contractuel, de formalisation des arguments en faveur du projet de construction, de réhabilitation ou d’extension, est un outil d’aide à la décision qui permet de débuter les premières études, dont la faisabilité, puis la programmation.

Bilan de l’existant : phase de diagnostic

4L’état des lieux et les perspectives d’amélioration se traitent en concomitance, le questionnement étant identique : analyser les modes d’organisation actuelles de la bibliothèque, espaces, collections, aménagement et pointer les manques pour l’améliorer.

Analyser ses modes d’organisation : collections, usages et aménagement des espaces

Quelle place pour la bibliothèque dans la collectivité ?

5Deux actions sont nécessaires :

  • identifier son environnement proche, son insertion urbaine, son accessibilité par les axes de circulation, les transports en commun et les cheminements doux ;
  • procéder à une étude du site d’implantation, des enquêtes de terrain, une analyse des rythmes de vie sur le territoire.

Pour quel public ?

6Utiliser les méthodes d’enquête et d’analyse du public : étude Libqual (université), les statistiques de la collectivité, les démarches participatives et de co-construction : du mur de post-it au design de service.

7Enquêter sur les pratiques culturelles des publics éloignés ou empêchés, des habitués et des fréquentants.

Les perspectives d’amélioration : imaginer ce que sera la bibliothèque de demain

8Nous l’avons rappelé, la bibliothèque est un élément structurant à l’échelle d’une ville, d’un quartier ou d’une université, créatrice de lien social. Inclusive, elle adapte ses usages et s’adapte aux publics empêchés : situations d’illettrisme, de dyslexie, de déficiences cognitives, des personnes malades fatiguées ou hospitalisés, des personnes âgées, en milieu carcéral, en proposant des espaces faciles à lire et en observant les règles d’accessibilité des personnes à mobilité réduite…

9La bibliothèque associe les usagers au mode de fonctionnement et à l’identité de l’établissement en construisant avec eux et pas uniquement pour eux.

10Elle propose une variété d’ambiances et d’usages, du travail collaboratif au travail individuel mais aussi des espaces de détente ; renforce ses partenariats avec les acteurs de la vie sociale, éducative et culturelle et met en place des ateliers de concertation tout au long du projet.

Prendre en compte les rythmes de vie et de travail en s’appuyant sur des données statistiques précises et fiables

11Avec trois objectifs :

  • proposer, aménager ou étendre les horaires d’ouverture, offrir des services à distance ou sur place, pendant les temps de loisirs ou en nocturne ;
  • permettre aux parents de profiter de la bibliothèque avec leurs enfants : service de garde dans la bibliothèque ;
  • utiliser la bibliothèque pendant les pauses (travail, cours…) : déjeuner à la bibliothèque.

Un modèle qui s’installe : le troisième lieu

12Les bibliothèques se réinventent autour des notions de bien-être, de solidarité et d’échanges.

Une bibliothèque comme à la maison

C’est proposer :

13des atmosphères différenciées en fonction des usages ;

14des espaces agréables et chauffés ;

15des lieux de confort individuel ;

16la possibilité d’être assis, couché, debout ;

17des espaces pour retrouver une intimité ;

18un confort visuel (couleur et lumière naturelle), acoustique et thermique ;

19des sièges confortables mais aussi pratiques… pour se relever ;

20de pouvoir boire, grignoter dans les espaces ;

21des prises électriques à proximité et en nombre pour recharger (téléphone, ordinateur portable, tablette, etc.) ;

22des vestiaires, des consignes de tailles différentes en fonction du matériel à stocker, un local à poussettes, un parking à vélo, etc.

C’est veiller :

23à la qualité de l’air : système de rafraîchissement d’air ;

24à la propreté des locaux, du mobilier et des collections ;

25à la dégradation des locaux : faire effectuer les petites réparations, les opérations de maintenance ;

26au choix des matières pour les sièges et les matériaux pour les murs et sols ;

27au bruit : équilibre zone de bruit et de silence. Les zones de silence ne sont pas situées uniquement dans des salles de travail ;

28à introduire la nature dans la bibliothèque : plantes vertes dépolluantes, arbres dans les patios, jardins pédagogiques, etc.

Et c’est accepter :

29le détournement d’usages par le public ;

30une appropriation plus ou moins longue des innovations proposées ;

31de se remettre en question.

Un lieu de rencontres et d’échanges pour tous

32Vivre ensemble dans un même lieu, pendant un temps plus ou moins long où l’on souhaite être tout à la fois « seuls, ensemble ou seuls ensemble » nécessite de créer des espaces de convivialité, mais aussi des zones de « silence » et d’intimité confortables. En fonction de l’emplacement des sièges, les relations créées seront différentes ; le face-à-face favorise le dialogue tandis que la position côte à côte relève plus de l’ambiance studieuse.

33Pour un traitement équitable des usages, les connexions réseau, la qualité du signal wi-fi, les points d’eau seront répartis dans l’ensemble de l’équipement sans zonage particulier. Le prêt de matériel : liseuses, tablettes, PC, clés USB, lunettes, parapluies, etc. sera proposé sur place ou à domicile.

Proposer une scénographie des lieux et des collections

34L’objectif est d’inviter le visiteur à entrer et à séjourner.

Les espaces publics : une traduction spatiale du projet

35Dès l’entrée, les plans et la signalétique orientent, informent, dirigent le public dans l’établissement et communiquent sur le projet.

36Privilégier les grands plateaux avec la création de pôles ouverts pour créer des zones plus confidentielles. Et quand le bâtiment n’est pas prévu au départ pour être une bibliothèque, il faut composer avec les contraintes et les transformer en atouts en utilisant des cloisons mobiles ou vitrées.

37Veiller au dégagement des zones de circulation et signaler les ascenseurs, escaliers ou escalators.

38Positionner les automates près des banques d’accueil pour en assurer l’accompagnement par les équipes.

Les « coulisses »

39Souvent désignées comme espaces internes, elles regroupent les bureaux des bibliothécaires, la logistique générale et technique.

40Les bureaux des équipes sont la partie cachée de l’iceberg et doivent permettre le travail collectif, mais aussi de souffler, se ressourcer entre les plages de service public et ne pas être sous qualifiés au moment de la conception du projet. Le back office doit offrir des locaux tout aussi confortables et agréables que les espaces ouverts au public. Prévoir un espace détente pourvu d’une véritable cuisine.

Les collections

41Adieu les « murs de livres », maintenant les collections sont mises en scène. La mise en valeur des collections est plus importante que la quantité des documents.

42Pour cela :

43appliquer certaines techniques de marketing : accroches visuelles, « tête de gondole », présentation de face ;

44apporter la même attention à la présentation des collections numériques que physiques (tables tactiles, sites web, signalétique, etc.).

  • 1 DAISY (pour Digital Accessible Information SYstem) est une norme pour livres audio destinés aux per (...)

45Présenter les collections adaptées dans des espaces qui le sont aussi – faciles à lire, fonds en braille et au format Daisy1.

  • 2 Voir l’exemple de la « communauthèque » de Marmande : « la Communauthèque de Marmande : et si chacu (...)

46Afficher les recommandations du style « coup de cœur » directement sur les documents. Fractionner les collections pour créer des îlots thématiques2.

Focus

Faire attention aux documents défraîchis posés sur des tablettes neuves.

Le mobilier : attirer, séduire un nouveau public mais aussi le fidéliser

47Détourner le mobilier en s’inspirant des librairies et des surfaces culturelles pour le faire entrer en bibliothèque.

48Le mobilier doit être adapté et adaptable aux usages du Learning Center, aux bibliothèques troisième lieu en passant par les bibliothèques nomades, insolites ou les espaces faciles à lire.

Des recommandations spécifiques

49Les qualités à privilégier : modularité, flexibilité, simplicité, sécurité, accessibilité, créativité, sobriété, esthétique, ergonomie.

50Proposer des tablettes en bout de travée pour poser les ouvrages lourds (gestes et postures).

51Adapter le mobilier aux espaces spécifiques : par exemple, en section jeunesse, qui accueille un public de 0 à 13 ans en général, où le mobilier doit être adapté à la taille des enfants.

52Choix des matériaux du mobilier : on peut utiliser des matériaux de recyclage industriel, notamment du carton dans l’esprit du développement durable.

53Les rayonnages de 1m50 de hauteur et sur roulettes permettent de les déplacer facilement et rapidement.

54Fonctionnalité : les mobiliers connectés (goulottes dans les tables ou rayonnages pour éclairage) doivent se raccorder au réseau électrique.

Le récit de l’aménagement : les grandes étapes, du projet à l’installation

Un cadre réglementaire

55La loi relative à la Maîtrise d’ouvrage publique du 12 juillet 1985 (loi MOP) constitue une des bases du droit de la construction publique en France avec le Code des marchés publics et détermine les différentes missions qui peuvent être confiées à la maîtrise d’œuvre dans un projet de construction, de réhabilitation ou d’extension.

Le Concours particulier

56Dans les collectivités, le conseiller pour le livre et la lecture instruit les demandes de subventions de construction, rénovation, restructuration, extension ou mise en accessibilité des bibliothèques. Membre du comité de pilotage il accompagne le porteur de projet. Il veille au respect des normes de sécurité, d’accessibilité et des préconisations techniques en vigueur.

L’étude de faisabilité et le programme fonctionnel et technique

57Réalisée par un programmiste ou en interne par les services de la maîtrise d’ouvrage, l’étude de faisabilité, définit et vérifie les besoins techniques et fonctionnels à partir d’un préprogramme : l’étude du site, le tableau des surfaces, les exigences environnementales, les grandes lignes du projet (PCSES), les effectifs, les horaires d’ouverture, etc.

58Lors d’un réaménagement et au cours de cette étude, il est conseillé de faire abstraction de l’aménagement actuel pour se projeter dans le futur et tendre vers l’idéal.

59Le programme fonctionnel et technique*, réalisé à l’issue de l’étude de faisabilité, comprend un tableau des surfaces, des fiches détaillées par espace incluant les préconisations d’aménagement intérieur et un organigramme fonctionnel : qui travaille avec qui ?

60Il a pour objectifs de :

  • créer un cadre confortable et attrayant ;
  • favoriser l’autonomie des usagers ;
  • offrir une variété d’activités ;
  • permettre la flexibilité et l’évolutivité des aménagements.

L’Assistance à maîtrise d’ouvrage mobilier

61C’est au stade de l’étude de faisabilité que doit intervenir cette mission d’assistance à l’aménagement intérieur pour saisir au mieux les enjeux du projet et intégrer le comité de pilotage.

Le marché public mobilier

62C’est un outil d’aide au choix qui permet de faire jouer la concurrence entre les fournisseurs, en travaillant en amont avec les responsables administratifs ou le service des marchés.

63Afin d’effectuer au mieux la sélection des candidats, la fourniture d’un cahier de tendances*, d’échantillons, de notices d’entretien ou la possibilité de tester du mobilier (Show-room) peut être demandé.

64Le choix de l’allotissement autorise de choisir le meilleur fournisseur en termes de prix et/ou de qualité en fonction de sa spécificité.

Calendrier des opérations et planning d’intervention

65Indispensable, le planning est le document de base qui permet d’anticiper les actions pendant toute la durée du projet, de sa conception à l’ouverture de l’équipement en passant par les phases de déménagement, de recrutement des personnels et d’installation des mobiliers. Ce tableau de bord régulièrement actualisé est le garant de la bonne gestion de l’organisation de l’aménagement.

Le rôle du bibliothécaire, chef de projet

66Le bibliothécaire/chef de projet doit être un interlocuteur pertinent et écouté dans le processus de construction ou d’aménagement. Il devra acquérir des compétences techniques de base associées à celles de la gestion de projet.

67Tout au long du processus il veillera à :

  • associer les équipes à la réflexion en constituant des groupes de travail thématiques : accueil, médiation, action culturelle, jeux, actions innovantes et hors les murs ;
  • prévoir la formation et l’acculturation des agents aux outils numériques et multimédias ;
  • organiser la rupture du service public pendant les travaux et prévoir un fonctionnement de substitution ;
  • mettre en valeur les aptitudes individuelles de chacun des membres de l’équipe et prévoir leur formation.

68Un projet réussi est celui qui apporte une garantie de qualité de service et qui sait s’adapter à son public, à ses attentes et à l’évolution de ses pratiques culturelles.

69Pour tendre vers l’objectif, il est nécessaire de se réinterroger continuellement, d’étudier les usages, de mesurer l’impact de tel ou tel réaménagement, d’évaluer et d’apprécier la satisfaction des usagers, pour adapter, s’adapter et… évoluer.

Notes

1 DAISY (pour Digital Accessible Information SYstem) est une norme pour livres audio destinés aux personnes empêchées de lire des documents imprimés (aveugles, malvoyants, dyslexiques, handicapés voyants mais ayant du mal à tourner les pages d’un livre, etc.). Il s’agit de livres structurés permettant une navigation aisée à l’intérieur du texte.

2 Voir l’exemple de la « communauthèque » de Marmande : « la Communauthèque de Marmande : et si chacun pouvait classer les livres ? », Bibliobsession, 4 septembre 2017. [En ligne] < http://www.bibliobsession.net/2017/09/04/communautheque-de-marmande-chacun-pouvait-classer-livres/ >.

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search