Version classiqueVersion mobile

(Ré)aménager une bibliothèque

 | 
Christine Soulas

Partie 3. De l’infiniment petit à l’infiniment complexe

Le rêve à l’épreuve de la réalité, vivre et faire vivre un bâtiment après son ouverture : l’exemple de l’Alpha, médiathèque de GrandAngoulême

Mathilde Garcin

Texte intégral

1L’inauguration d’une médiathèque est l’aboutissement d’un long processus. C’est aussi un moment délicat où s’opère une bascule entre le projet, le rêve, et la réalité concrète et parfois brutale du quotidien. Ce passage s’accompagne souvent de frustration voire de déception, pour les équipes qui ont travaillé sur le projet, pour les élus qui l’ont financé et même pour le public qui l’a espéré parfois pendant de longues années. Aucune méthode de travail, aussi rigoureuse soit-elle, ne pourra empêcher la réalité d’être différente de ce qui avait été imaginé. Mais cet écart apparent n’en est pas un. Il faut considérer l’inauguration comme le point de départ d’une nouvelle étape.

2Au travers de l’exemple de l’Alpha, médiathèque de GrandAngoulême inaugurée en décembre 2015 après une période de préfiguration qui a duré près de neuf ans, cette contribution présente comment poursuivre après l’inauguration et après une nécessaire évaluation, le projet de la médiathèque.

L’Alpha : un projet à plusieurs dimensions

Un projet de médiathèque

3L’Alpha a été conçue sur le modèle d’une bibliothèque troisième lieu : un lieu moderne, accueillant et convivial où culture et information se conjuguent avec rencontres, loisirs et plaisirs. C’est également un équipement culturel au service de la cohésion sociale, de la citoyenneté et de l’accès à la culture pour le plus grand nombre. Elle offre :

  • une collection encyclopédique de 130 000 documents ;
  • une programmation culturelle et événementielle composée de plus de 150 propositions par an ;
  • des espaces de convivialité, de rencontres et de débats : 400 places assises, un café, deux jardins et un auditorium ;
  • un ensemble de services complémentaires : instruments de musique en libre accès, ateliers multimédias et loisirs créatifs, un service de garde d’enfant unique en France permettant aux parents d’accéder à l’offre culturelle de l’Alpha.

Un projet architectural

4Le bâtiment imaginé par Françoise Raynaud (agence Loci Anima) est un empilement de cinq blocs rectangulaires. Les espaces dédiés aux collections occupent trois blocs appelés « Mondes ». Au rez-de-jardin, le « Monde Imaginer » rassemble petits et grands autour des livres : fiction et littérature pour les adultes, fiction et documentaire jeunesse jusqu’au niveau collège. Le « Monde Créer » est consacré à l’image, aux Beaux-Arts, à la musique, au cinéma et aux jeux vidéo. Dans le « Monde Comprendre », où sont rassemblés documentaires adultes et jeunesse à partir du niveau collège, l’ambiance est plus studieuse. Le bloc le plus élevé accueille le café, la salle d’exposition et un atrium dédié à la presse magazine généraliste. Enfin, le cinquième et dernier bloc, baptisé « La Fabrique des Mondes » est dédié aux locaux de travail du personnel. Chaque bloc dispose à ses deux extrémités d’une grande baie vitrée et d’une terrasse qui offre une vue sur la ville. Toutes les terrasses sont accessibles au public. Du bloc le plus haut descendent deux façades de verre traversées par un jardin intérieur et extérieur. Le bâtiment, vu du ciel, a la forme d’un A. Il est traversant et offre deux entrées : l’une du côté de la gare, l’autre du côté du quartier de L’Houmeau.

Un projet de coopération intercommunale

5L’Alpha, médiathèque administrée par une agglomération qui gère les équipements structurants d’intérêt communautaire mais qui n’a pas la compétence lecture publique, concrétise la coopération en matière de lecture publique sur le territoire. Gestionnaire pour GrandAngoulême de l’infastructure informatique du réseau, l’Alpha collabore, par le biais de conventions, avec 11 médiathèques :

  • une carte unique ;
  • un catalogue commun et une bibliothèque numérique ;
  • un festival jeunesse.

Un projet environnemental

6Afin de limiter à court et long terme les impacts environnementaux de l’équipement, une attention particulière a été apportée au traitement des caractéristiques environnementales du projet. L’Alpha est ainsi le premier ouvrage public de Charente qui atteint les performances d’un bâtiment basse consommation (BBC). Ses besoins énergétiques sont réduits par une conception optimisée : isolation renforcée, luminosité naturelle, appareils performants, gestion automatisée. Le chauffage et le rafraîchissement sont assurés par géothermie.

Un projet urbain au service de l’attractivité de GrandAngoulême

7L’Alpha est un équipement emblématique du projet d’aménagement et développement de GrandAngoulême au service de l’attractivité de l’agglomération dans un contexte de mutation économique, de recomposition administrative et dans la perspective de l’arrivée de la ligne à grande vitesse (LGV) reliant Paris à Bordeaux en 2017 :

  • le premier acte d’une opération de reconfiguration urbaine incluant la rénovation du quartier de la gare SNCF et la requalification d’un ancien quartier industriel en un pôle culturel et économique ;
  • un bâtiment remarquable, visible depuis la gare, facile d’accès et pratique à utiliser, à proximité de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image et du Campus de l’image ;
  • un équipement capable de rayonner au niveau régional et national grâce à l’organisation de manifestations d’envergure et à des partenariats majeurs, notamment avec le Festival international de la bande dessinée.

Constats

8L’Alpha est un succès. En une année, l’Alpha a enregistré 17 000 inscriptions (34 000 sur le Réseau intercommunal de lecture publique), 200 000 passages et 570 000 prêts. 90 % des 600 commentaires laissés par les usagers au cours des six premiers mois étaient positifs. La qualité de l’offre documentaire et la richesse de la programmation culturelle constituent les premiers motifs de satisfaction des usagers. La qualité architecturale du bâtiment joue également un rôle indéniable. Les points les plus fréquemment évoqués sont les volumes globaux, la luminosité, la vue panoramique sur le vieil Angoulême depuis le café.

9Toutefois, malgré ce bilan positif en termes de fréquentation et ce succès d’estime, plusieurs points posent encore question et méritent d’être améliorés.

Un usage encore marqué par l’image de la bibliothèque traditionnelle

10Les usagers ne se sont pas encore saisis de l’ensemble des possibilités offertes par l’Alpha. L’utilisation du bâtiment se concentre encore essentiellement sur les espaces documentaires. Alors que l’Alpha a été pensée comme un lieu de détente, de loisirs et de convivialité, ces usages demeurent limités. Certes, le café, le toboggan ou le baby-foot ont trouvé leur public. Mais les nombreux espaces de détente et de convivialité sont encore sous-utilisés. Les adolescents notamment ont peu investi le lieu comme lieu de sociabilité et de détente, alors que l’Alpha est située à proximité immédiate de deux collèges et d’un lycée. Ils limitent encore essentiellement leur utilisation du lieu à une pratique studieuse.

11De même, peu de gens profitent réellement de la possibilité de parler ou de consommer boissons et nourriture sur place. Au contraire, la cohabitation entre les publics, notamment entre public adulte et public enfantin dans les mondes « Imaginer » et « Comprendre », reste délicate. De nombreux usagers n’acceptent pas que la médiathèque ne soit pas un lieu silencieux.

Une accessibilité et une lisibilité imparfaite

12Malgré une politique très active pour informer le public et l’inciter à venir, pousser les portes de l’Alpha n’est pas encore une évidence pour tous les habitants du territoire de GrandAngoulême. Le bâtiment est situé dans un quartier qui ne figure pas encore dans les circuits habituels. Il est en outre encore peu signalé dans la ville. L’accès en transport en commun est possible mais peu commode. Enfin, le stationnement demeure limité. Ces questions sont d’autant plus actuelles que le quartier de l’Alpha va connaître dans les années qui viennent, d’ici à 2020, encore de nombreuses modifications et qu’à terme les alentours de la médiathèque en seront complètement modifiés à tous points de vue : stationnement, circulations piétonne et cycliste, signalisation, etc.

13À l’intérieur, il demeure quelques obstacles à une accessibilité complète pour les personnes en situation de handicap : portes des sanitaires insuffisamment contrastées, portes des « Mondes » très lourdes.

14Enfin, le bâtiment demeure pour l’instant difficile à décrypter pour le public. Vu de l’intérieur, l’empilement des cinq blocs peut parfois prendre l’aspect d’un labyrinthe. C’est un atout de l’Alpha car cela renforce la dimension ludique et culturelle, mais c’est également une contrainte. Rendre « lisible » un tel bâtiment et la diversité de son offre dès l’entrée et en tout point constitue un réel défi.

La maîtrise incomplète des installations techniques

15La prise en main d’un bâtiment, surtout lorsqu’il utilise des technologies encore émergentes, nécessite toujours des efforts d’adaptation de la part des techniciens qui en ont la responsabilité. Dans le cas de l’Alpha, la régulation de la température intérieure associant géothermie, ventilation naturelle et contrôle de l’exposition des nombreuses baies vitrées, demeure passablement complexe.

16En ce qui concerne l’informatique, le réglage du système de prêt et de retour automatisé et des équipements RFID requiert patience et ténacité, comme dans la plupart des médiathèques qui ont choisi des organisations et des systèmes comparables.

Des conditions de travail contraintes par le bâtiment et peu ergonomiques

17L’ouverture de l’Alpha modifie les conditions de travail de l’équipe et lui impose de nombreuses contraintes. La taille du bâtiment, le nombre de documents à ranger, des chariots lourds et peu maniables, ainsi que le franchissement obligatoire et répété de portes non-automatisées génèrent une fatigue à laquelle le personnel n’est pas habitué et l’exposent à un risque accru de troubles musculo-squelettiques. L’éclairage naturel des locaux de travail est également problématique alors qu’il est un atout dans tout le reste du bâtiment. Certains bureaux en sont presque totalement privés tandis que d’autres en sont inondés sans qu’il soit facile de moduler l’usage des stores de protection.

18La configuration des locaux a encouragé une certaine forme d’organisation du travail. Le programme architectural comportant trois espaces dédiés aux collections et un espace plus général dédié aux fonctions d’accueil et de circulation (baptisé D’un Monde à l’autre), le choix a été fait d’organiser les équipes de la même manière. Il y a donc, au sein d’un pôle dédié aux services aux publics, quatre équipes : une équipe par Monde et l’équipe Accueil. Un choix logique et prudent pour assurer le fonctionnement de l’équipement en phase d’ouverture. Mais ce choix entraîne un certain cloisonnement entre les équipes : un cloisonnement symbolique et fonctionnel accentué par le cloisonnement architectural du bâtiment.

19La taille et la superficie du bâtiment modifient le rapport à l’usager. L’impact de l’autonomie de l’usager a été anticipé. Un important travail a été fait en amont, pour préparer le personnel de l’Alpha à ce changement important dans sa pratique professionnelle. La taille du bâtiment, le nombre important de personnes qui le fréquentent quotidiennement (600 à 1 500 personnes selon les jours) génèrent une ambiance de travail plus intense et plus bruyante qui sollicite davantage et différemment la résistance du personnel au stress et à la fatigue.

Poursuivre le projet

20Les constats exposés ci-dessus mettent en lumière le fait que la construction et l’aménagement d’une médiathèque drainent un ensemble d’enjeux et mettent en œuvre des techniques et des compétences qui dépassent très largement la bibliothéconomie, l’architecture ou l’aménagement intérieur. La poursuite du projet initié à l’occasion de la construction de l’Alpha combinera ces approches, à celles de spécialistes de la communication, de l’urbanisme, du management, de la prévention des risques professionnels, du marketing et de la relation à l’usager, voire du commerce et de la restauration. Plusieurs actions sont ainsi envisageables.

Apporter des modifications techniques au bâtiment

21Des travaux pour renforcer l’isolation sont programmés. De même, des silhouettes féminines et masculines vont être dessinées sur les portes des sanitaires pour en rectifier le contraste. L’automatisation de certaines portes ou l’asservissement d’autres au déclenchement du système de détection incendie pour améliorer l’accessibilité et l’ergonomie est à l’étude tout en atténuant le cloisonnement des espaces.

Compléter l’aménagement mobilier

22Pour inciter le public à s’emparer de la dimension conviviale et décontractée de l’Alpha, l’acquisition de mobilier supplémentaire plus confortable, voire totalement décontracté, semble pertinent. Le test opéré pendant quelques mois à l’aide de simples transats en bois et tissu fut sur ce point concluant. Un travail sur la signalétique sera également utile.

23Pour améliorer les conditions de travail du personnel, une réflexion est en cours pour remplacer les actuels chariots, peu pratiques, mais aussi pour acquérir du mobilier à même de recevoir temporairement les documents tout juste rendus avant leur rangement définitif en rayon.

Participer à l’aménagement urbain du quartier

24La transformation du quartier autour de l’Alpha au cours des années à venir va profondément modifier l’environnement urbain de l’équipement, les conditions d’accès pour le public, et, très probablement, la fréquentation, tant du point de vue des rythmes que des types d’usagers. Avec la réalisation d’une passerelle passant au-dessus des voies de chemin de fer pour aboutir juste devant l’entrée, l’Alpha vivra en partie au rythme de la gare. Ces transformations pourront être l’occasion de renforcer la visibilité et le signalement de l’Alpha dans l’espace public. Dans ce contexte mouvant, il sera essentiel d’être acteur et non simple spectateur.

Transformer la relation à l’usager

25La modification du rapport des usagers au lieu culturel qu’est l’Alpha, leur capacité à se saisir de toutes les modalités d’usage qui leur sont proposées passe aussi et surtout par une évolution des pratiques d’accueil. Les médiathèques, et d’une manière générale la plupart des services publics culturels, ont beaucoup progressé dans ce domaine au cours des deux dernières décennies. L’idée que l’usager soit au cœur de la bibliothèque est désormais acquise. Mais les outils manquent encore parfois. Des outils et des méthodes issus du domaine marchand peuvent être utiles. L’Alpha étudie ainsi la possibilité de recourir au design de service, mais également à une démarche issue du marketing, l’expérience client, qui suppose de se mettre totalement à la place de l’usager et d’analyser la somme de petits détails qui influe sur la sensation qu’il conservera de son passage à l’Alpha, du site à Internet, à la porte d’entrée, jusqu’au choix de son document en passant par l’ambiance sonore et lumineuse.

Faire évoluer l’organisation du travail et développer de nouvelles compétences

26Au terme d’une année de fonctionnement, des ajustements concernant l’organisation du travail vont être examinés pour prévenir un certain nombre de risques professionnels et lutter contre le cloisonnement interne de l’équipe. Il est indispensable de penser une autre organisation du rangement des documents, notamment en profitant de l’attirance du public pour les ouvrages fraîchement rendus. Des formations complémentaires vont également être proposées, avec une attention particulière pour tout ce qui concerne la relation aux usagers.

Auteur

Directrice de l'Alpha, médiathèque de GrandAngoulême

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search