Version classiqueVersion mobile

(Ré)aménager une bibliothèque

 | 
Christine Soulas

Partie 3. De l’infiniment petit à l’infiniment complexe

Les Biblios.1, petites mais futées

Marie-Laure Habérard

Texte intégral

  • 1 Serge Bouffange et Marie-Laure Habérard, « La “Biblio.” : entre concentré et fantasme de bibliothèq (...)

1« J’ai gagné ! Je suis arrivée dernière au criquet de la reine de cœur. Tu veux bien m’aider à résoudre l’énigme avant mon cours de paddle ? » ; voici le type de phrase que l’on n’entend qu’aux Biblios., ces structures décloisonnées et déclinables, sans murs mais nettement identifiées, proches des publics, que l’on voit s’égrainer de façon exponentielle depuis quelques années.

2Bien qu’il ne s’agisse pas de dispositifs autosuffisants, du fait même de leur petitesse (50 m² pour le Biblio.bato par exemple [Bordeaux], 90 m² pour la bibliothèque de l’aéroport de Schiphol) qui les oblige/contraint à une proposition minimale bien que circonstanciée, ces bibliothèques de plage, de gare, de métro, d’aéroport, ou encore flottantes, sportives ou théâtrales font voler en éclat règlements et codes et proposent un ailleurs, complémentaire et souvent original, aux propositions dans les murs.

3Localisées sur le parcours de vie des citoyens, elles ancrent la bibliothèque sur un territoire donné dont elles s’imprègnent, à tel point que la structure, l’offre, les visiteurs et le bibliothécaire s’en trouvent profondément et joyeusement affectés. En matière d’organisation interne, elles permettent d’expérimenter nouveaux services et valorisations des collections, quand elles ne réinterrogent pas les habitudes de travail ou le management en place.

4Envie de proposer votre propre Biblio. ? Rendez-vous page 133 pour des détails pétillants sur l’organisation très concrète de ces mini-bibs.

Penser les Biblios. : de l’expérience à l’expérimentation

5Sommées de sortir du concept traditionnel de la bibliothèque pour proposer des espaces de vie ouverts sur le territoire et la société, les Biblios. modifient en profondeur l’expérience vécue par l’usager et, à terme, par le bibliothécaire impliqué. Un changement de paradigme qui conduit à réinterroger les services ordinairement proposés et les pratiques internes.

Offrir une expérience originale et ludique aux citoyen·ne·s…

… pour attirer un nouveau public en inscrivant autrement la bibliothèque dans l’espace

6Propositions d’ailleurs, les Biblios. investissent le territoire en un espace-temps soigneusement pensé afin de faire découvrir la bibliothèque et ses services aux citoyen·ne·s. Le souhait premier de transformer l'image de la bibliothèque en lui donnant un caractère ludique, convivial et coloré, vise ainsi à attirer un nouveau public.

7Un noble opportunisme puisque par leur présence sur le parcours quotidien des habitants, les Biblios. gagnent en visibilité et créent les conditions d’un autre rapport à la culture, détendu et convivial, où l’échange et le débat sont replacés au sein de la sphère publique, afin de mieux distribuer la connaissance.

8Les outils et modalités de communication mis en place, souvent plus directs et interactifs, en lien avec les pratiques constatées de la population (réseaux sociaux, radio, presse non institutionnelle), soutiennent cette démarche.

9Il ne s’agit alors plus de valoriser des collections ou une animation particulière, mais de proposer au citoyen une expérience.

… pour renouveler le rapport entre les citoyens et les lieux culturels

  • 2 Olivier Bomsel, L’économie immatérielle : industries et marchés d’expériences, Paris, Gallimard, 20 (...)

10Aujourd’hui, la valeur intrinsèque d’un bien – ici de l’offre de la bibliothèque – ne suffit plus à justifier la demande. Prévaut désormais ce qu’Olivier Bomsel2 nomme « la valorisation de l’expérience individuelle et sociale » de l’usager. Il s’agit pour les structures de créer du sens, un référentiel et un imaginaire communs, pour rendre sensible une expérience.

11Cette opération est d’abord technique puisqu’il s’agit de proposer une expérience « lisible », « différenciée » et « crédible ». Les Biblios. jouent pleinement cette carte en ciblant un lieu, une thématique, voire des publics.

12Il s’agit ensuite de valoriser cette expérience, in situ certes mais aussi en utilisant les outils de réseautage humains et numériques, en favorisant le partage et l’évaluation par les citoyens, qu’ils soient ou non consommateurs de l’expérience proposée.

13Prenant place sur un radeau au beau milieu du lac Minnesota, la Floating Library3 propose ainsi une expérience innovante et ludique : lire en naviguant, au fil de l’eau. Une expérience individuelle et personnalisée que les marins-lecteurs peuvent ensuite partager via force réseaux sociaux.

… qui induit des comportements spécifiques…

… des publics : une consultation nomade, sans emprunt et ludique

  • 4 Floriane de Rivaz, Bibliothèques et jardins : quelles alliances possibles ?, Mémoire d’étude de con (...)

14Comme l’a souligné Floriane de Rivaz4 dans son mémoire sur les bibliothèques et jardins, sortir des murs qui cloisonnent influe sur l’ambiance de la structure et développe le sentiment de convivialité. Les visiteurs, déjà présents sur site, n’ont pas à se rendre à la bibliothèque. Ils acceptent simplement d’interrompre, pour quelques minutes ou plus longtemps, leur parcours quotidien. Plus large et diversifié de fait, le public induit n’en est pas pour autant captif.

15La proposition culturelle et ludique faite aux citoyens dans un lieu qui ne s’y prête pas a priori, renouvelle leur rapport à la bibliothèque et réduit les distances intellectuelles (échanges horizontaux), physiques (tenue décontractée de rigueur) et psychiques (porte à franchir non matérialisée).

... des bibliothécaires : pragmatiques et polyvalents

16Pour répondre aux attentes de ce public en transit, le bibliothécaire se transforme. Déménageur aux heures d’ouverture et de fermeture, il se meut aussi en plombier, électricien, agent d’entretien, médiateur voire animateur ou assistant social diront certains, au gré des turpitudes, le plus souvent climatiques. Plus que l’expertise, la polyvalence, la créativité, l’adaptabilité et la médiation constituent alors des compétences précieuses. D’autant que les Biblios. valorisent le mode projet dont découlent de nouvelles formes managériales basées sur le volontariat, la transversalité et la co-construction des services avec les équipes constituées.

Expérimenter la bibliothèque de demain

Des propositions nouvelles pour le public…

17Une Biblio. peut voir le jour pour pallier une absence de bibliothèque, (fermeture d’une structure de proximité à Dunkerque par exemple). Parfois aussi, elle permet d’apprécier en grandeur réelle les attentes du public d’un quartier donné. Souvent, elle sert de laboratoire pour imaginer la bibliothèque de demain, anticiper de nouveaux lieux, de nouveaux services et de nouvelles relations avec les citoyens.

Focus

À la Seyne-sur-Mer, l’expérience de bibliothèque de plage a questionné l’unicité de la boîte de retour du fait de la démultiplication réussie des points de dépôt pendant l’été.

18Si les services sont ainsi soumis à une saine introspection, la scénographie et la signalétique des collections ne sont pas en reste. À Bordeaux, suite à l’utilisation de mobilier de récupération au Biblio.sport, des banques d’accueil pour le moins originales ont fleuri à la bibliothèque Mériadeck, suscitant curiosité et amusement des visiteurs.

19Ce type d’expérimentation influe sur les modes de relation au public. L’utilisation, souvent ludique et décalée des réseaux sociaux, en est une émanation fréquente, tout comme l’assouplissement du règlement intérieur : par exemple, depuis sa réouverture après travaux, la bibliothèque centrale de Mériadeck ne met plus en avant, tels des barrières, les interdits (manger, boire, téléphoner) et le règlement. Elle propose, depuis janvier 2015, un espace ouvert, « À la une », où les publics ont le dernier mot.

… qui réinterrogent les habitudes de travail

20Ces zones de test impactent l’organisation interne, allant de l’achat de certains titres de presse spécialisée à l’unité et non plus par abonnement (La Seyne-sur-Mer) à la diversification et l’intensification des partenariats. Les Biblios. imposent de ne plus raisonner par type d’établissement mais par thématique et par public, pour travailler en transversalité et en complémentarité avec les autres services de la collectivité. Des liens qui se tissent aussi avec d’autres lieux culturels (le théâtre investi à Dunkerque) ou des structures privées, allant de commerces acceptant d’héberger des boîtes de retour à un solide partenariat public-privé permettant une complémentarité de pratiques et de publics (Biblio.bato).

21Enfin, bien que le coût des Biblios. reste modeste grâce à un budget pour les collections réduit a minima (documents souvent issus des fonds courants) aux partenariats noués avec d’autres services de la collectivité et aux forces internes puisqu’elles voient en général le jour à effectifs constants, elles nécessitent néanmoins un budget propre, en grande partie dédié à l’achat de mobilier et de matériel d’une part, à la communication et la signalétique d’autre part. Mécènes et partenaires privés peuvent alors s’avérer un précieux soutien, qui dépasse souvent la stricte manne financière, pour constituer un échange professionnel riche et dynamisant. La librairie La machine à Lire a par exemple accompagné les projets de Biblio. bordelais en 2015 au travers de subsides monétaires, de dons en nature, mais aussi par un échange de pratiques et une mutualisation de la communication et de la médiation autour de ces projets.

Aménager sa Biblio. : applications concrètes

22Les Biblios. investissent le territoire avec force et légèreté et repensent la proximité (tant géographique que sociale et sociétale), pour proposer des contenus audacieux dans des espaces de vie atypiques, conviviaux et accessibles à tous.

Créer, inventer… ou la bibliothèque audacieuse

Un emplacement original

23Un bateau (New-York, Stockholm), une plage, un métro (Madrid), une gare (Haarlem), un théâtre (Dunkerque) ou encore une zone dédiée aux sports sous toutes ses formes (Bordeaux), voici les nouveaux emplacements qui accueillent, le temps d’un été ou pour plus longtemps, ces mini-structures. Incongrus de prime abord, ces lieux se révèlent fortement complémentaires de l’offre proposée du réseau existant et accueillent tous les publics et les envies durant la journée.

Une structure atypique… souvent à flots

24Quant à la structure proprement dite, elle semble se jouer des incompatibilités supposées puisque lorsqu’elle ne se trouve pas en bord d’eau, elle flotte : version radeau pour la Floating Library, option ferry pour le Biblio.bato ou chic du bateau-phare à vapeur pour le Lilac Museum Steamship. De dignes descendants du Bokbaten5, petit cargo militaire reconverti, qui sillonne l'archipel de Stockholm depuis 1953 pour desservir les populations éloignées.

Une scénographie et un agencement des collections inventifs

25Impertinentes de par leur emplacement et leur forme, ces structures sont aussi l’occasion de faire preuve de créativité et d’audace dans la scénographie choisie, comme d’oser les couleurs vives et chatoyantes. Les blanc, gris ou noir des rayonnages traditionnels disparaissent alors au profit de teintes primaires, ou d’associations détonantes. Une ressourcerie créative bordelaise a ainsi créé des rayonnages à partir de caisses de vin (culture locale oblige) pour habiller le Biblio.bato alors qu’à Schiphol, la table de lecture évoque une porte d’embarquement.

26Côté classement des collections, la Dewey s’efface devant des tags thématiques, d’heureux fourre-tout à l’intérieur de glacières, piscines gonflables et autre paniers colorés au Biblio.plage.

Focus

À Haarlem, la bibliothèque de gare a choisi de façon astucieuse de diviser espaces et collections en fonction du temps dont dispose le visiteur : « rapide » pour les personnes pressées de monter dans leur train, « lent » pour combler agréablement leur attente en gare.

S’intégrer au territoire… ou la bibliothèque caméléon

Des contraintes environnementales spécifiques

27L’ailleurs qu’elles proposent se situant souvent hors des murs, les Biblios. sont tributaires des vicissitudes climatiques et ne disposent pas du confort de la bibliothèque-centre : cantine, salle de pause isolée du public, etc.

28Pour préserver le bien-être du bibliothécaire, un kit de base est à prévoir, allant des ventilateurs au chauffage d’appoint en passant par l’eau potable et les toilettes à proximité. Gel hydro-alcoolique, lingettes et balais, sont eux indispensables pour lutter contre la poussière, ou le sable.

29Côté technique, un micro-casque ménageant les cordes vocales des collègues lors des animations et un smartphone permettant à la fois de photographier, filmer et poster sur les réseaux sociaux sont des outils de communication indispensables à la vie de la Biblio.

30Quant à l’indispensable évaluation, elle prend la forme d’un retour aux fondamentaux : bâtons sur papier ou tableur pour comptabiliser les passages, ou les visiteurs à un instant T, satisfaction mesurée par les rires et le volume sonore constaté, etc.

Un mobilier polyvalent et léger

31Le bibliothécaire ne se rêvant pas plus Hulk que Mooglie, un temps d’installation/rangement de 15 minutes semble un maximum à prévoir. Des dispositifs sur roulettes, légers, pliables ou compactables sont donc à privilégier, d’autant que les lieux investis se trouvent parfois partagés avec d’autres structures. Ainsi, les éléments de l’Open bar bibliotheek se rangent le soir venu dans un réduit attenant, pendant qu’au Biblio.bato, les 9 caissons assemblés et cadenassés n’occupaient plus que quelques mètres carrés de la piste de danse nocturne.

32Léger, mobile, le mobilier se pense aussi de manière évolutive. Deux options s’offrent alors : choisir un mobilier jetable, de qualité discutable mais répondant à un usage intensif pendant une saison avant d’en changer pour mieux s’adapter au projet suivant, ou investir dans du matériel de qualité, à transformer au gré des Biblios. proposées ou à réinvestir sur d’autres actions le reste de l’année. Quand il existe, le budget alloué au projet guide aussi les choix effectués, sachant que dans bien des cas, l’acquisition du petit matériel se réalise hors marché public et à moindres frais : demande d’autorisation préalable, paiement en espèces dans une grande surface quelconque, puis remboursement sur facture.

Des collections en connexion

33Collections et lieu se répondent, parfois avec humour. Les documents s’adaptent à une consultation nomade, sans emprunt et ludique. À commencer par des ouvrages rapides à lire, légers et aisément transportables.

34L’environnement peut aussi induire des pratiques spécifiques. À l’aéroport de Schiphol (Pays-Bas), les personnes en transit bénéficient d’un large choix de livres traduits en une trentaine de langues étrangères. Un raisonnement poussé à l’extrême par la Floating Library dont les ouvrages waterproof côtoient des livres comestibles imprimés avec une encre à base de soja et sur un papier fait de pommes de terre et d'amidon et destinés à nourrir les poissons du lac.

Ouvrir grand les portes… ou la bibliothèque citoyenne

35Les Biblios. ne requièrent généralement pas le passage de commissions de sécurité* dédiées du fait de leur situation en extérieur ou de leur intégration à d’autres lieux ou manifestations qui se chargent de cette opération. Toutefois, le bon sens reste de mise. Les mouvements de foule sont à canaliser, une zone sur terrain dur ainsi qu’une rampe pour les personnes à mobilité réduite à proposer, ou encore des partenariats à établir pour éviter qu’un membre de l’équipe se retrouve seul sur site.

Des horaires d’ouverture élargis et circonstanciés

36Les Biblios. n’hésitent pas à s’adapter aux amplitudes horaires des lieux dans lesquels elles s’implantent : jusqu’au début des spectacles les soirs de représentation pour l’Open bar bibliotheek ou à l’heure des départs et arrivées massifs de trains pour les travailleurs journaliers susceptibles de se rendre dans la bibliothèque de la gare de Haarlem.

Facilitation des usages et sécurité des documents

37Prime aussi l’accessibilité, tant physique que réglementaire des documents et animations (absence d’antivols, de cartes, de codes divers), certes pour des questions de coût et de difficulté technique, mais aussi et surtout par volonté de créer une relation nouvelle, avec le citoyen, basée sur une confiance affichée. Une ouverture récompensée puisque les statistiques effectuées attestent que les pertes ne sont pas supérieures à celles constatées dans les structures centrales pourtant dotées d’un appareil sécuritaire perfectionné.

La gratuité comme règle d’or

38Marqueur de ce nouveau mode de relation au citoyen, la gratuité se pose tel un prérequis indispensable dans la quasi-totalité des structures, qu’elles aient choisi ou non de permettre l’emprunt, que la consultation se fasse sur place ou à distance. Certaines offrent même une carte temporaire donnant gratuitement accès à l’ensemble des BM du territoire.

Accompagner les équipes

39De par leur forme et leurs propositions, les Biblios. nécessitent une implication forte des équipes et des compétences de chacun, du service manutention aux acquéreurs en passant par la communication, l’administration et le circuit du document. Elles proposent ainsi un autre rapport à la culture, en des lieux et sous des formes nouvelles. Elles touchent un public nouveau, très diversifié, de tous âges, et nombreux.

Encadré. La recette magique des Biblios.

• une bonne dose d’impertinence pour envoyer valser les codes les plus stricts de la vie bien ordonnée du bibliothécaire, du catalogage à l’équipement minutieux des documents ;
• une grande cuillère d’optimisme pour résister aux pressions des élus, accompagner et convaincre les plus réticents dans les équipes qui soutiendront que non, jouer avec des ados sous une tente et des palmiers ne fait pas partie du métier ;
• un soupçon de créativité car vos élus vous seront reconnaissants du caractère peu onéreux du système D ;
• une pincée de pragmatisme et de bon sens. Se faire respecter d’un ado ? Gagner à Just dance ! ;
• le fameux ingrédient magique, clé du succès et qui vient de tout ce qui n’a pas été mentionné dans cette contribution : l’énergie, la motivation, l’entraide et la bienveillance des équipes comme des partenaires, mus par l’envie de transmettre, de faire vivre et d’accueillir.

Vous obtiendrez : d’abord du public, en nombre, car sur ces espaces-temps spécifiques, les visiteurs sont plus souvent au rendez-vous que dans les grands temples de la connaissance pourtant climatisés et confortables et satisfait. Ensuite, une équipe, heureuse de constater que non, son/notre cœur de métier n’a pas changé, le partage, la transmission et la découverte pour et avec tous restant l’intention première de toutes ces Biblios.

Notes

1 Serge Bouffange et Marie-Laure Habérard, « La “Biblio.” : entre concentré et fantasme de bibliothèque », Bulletin des bibliothèques de France, 2012, n° 2, pp. 12-17. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2012-02-0012-002 >.

2 Olivier Bomsel, L’économie immatérielle : industries et marchés d’expériences, Paris, Gallimard, 2010 (coll. NRF essais).

3https://thefloatinglibrary.org/ >.

4 Floriane de Rivaz, Bibliothèques et jardins : quelles alliances possibles ?, Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Michel Melot : Enssib, 2015. [En ligne] < http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/65107-bibliotheques-et-jardins-quelles-alliances-possibles.pdf >.

5 Bokbaten. [En ligne] < http://regionbiblioteket.se/bokbaten/ >.

Auteur

Directrice du réseau des médiathèques, Communauté d'agglomération de Castres-Mazamet

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search