Version classiqueVersion mobile

(Ré)aménager une bibliothèque

 | 
Christine Soulas

Partie 2. Les élus, le programmiste et le bibliothécaire

Lecture publique et ruralité : la BDP (« bibliothèque départementale du pré »)

Franck Caputo

Texte intégral

1Dans le département du Gard, la BDP devient Direction du livre et de la lecture (DLL) et a fait voter son schéma départemental de lecture publique pour la période 2017-2020. Ce changement d’appellation s’explique par le nouveau découpage administratif du territoire, par l’évolution de la demande des publics : nous passons de la notion d’usager à celle de sujet. Il ne s’agit plus seulement de construire une offre documentaire légitime en espérant que le public s’en empare, mais de reconnaître chacun dans sa singularité. Définir les publics-cibles qui doivent se sentir en terrain familier pour faire usage de la bibliothèque. Mettre en place un nouvel équilibre entre offre documentaire, offre numérique, médiation et accueil spécifique. L’évolution est importante :

  • ressources et services, il y a bien la notion de ressources documentaires à laquelle s’ajoute celle de « services » qu’il faut définir et proposer aux attentes des publics ;
  • la bibliothèque joue un rôle important dans l’accès aux connaissances, mais aussi en termes de développement personnel.

Petit rappel historique : la notion de territoire

2Initiées à l’après-guerre, transférées par les lois de décentralisation de 1983, les BDP constituent aujourd’hui un outil central au service des politiques de lecture publique des conseils départementaux, structurées autour d’un schéma de développement. Il prévoit l’appui, le conseil et l’expertise du département aux projets de BM au sein d’un réseau intercommunal – ce qui explique que la limite « historique » des 10 000 habitants est aujourd’hui obsolète – la formation de leurs personnels, majoritairement des bénévoles, identifie des publics-cibles au regard des compétences départementales, favorise les actions culturelles.

3Pour la DLL du Gard, le principe de la diffusion et le prêt des documents (livres, presse, CD, DVD, expo) s’organise toujours sur le principe de la tournée en bus (225 communes desservies dont 200 communes de moins de 1 000 habitants sur un total de 346 communes) mais aussi avec l’intervention de navettes auprès de bibliothèques relais, ainsi que la possibilité de venir sur place soit à Nîmes, soit à l’annexe située dans la commune Le Vigan.

4D’une manière générale dans les bibliothèques publiques, et d’une façon particulière dans les zones rurales, la notion d’utilisateurs se développe. Les emprunteurs de documents s’emparent des lieux pour y pratiquer toutes sortes d’activités en plus de la lecture.

5La bibliothèque du village devient le lieu de convivialité, de rencontres, d’échanges, d’animations, de discussions, d’offre multi-services, recréant dans ses locaux l’usage du café combiné à celui de la place du village aux beaux jours.

6Se développe alors l’usage non documentaire de la bibliothèque. L’information instantanée et en continue sur les canaux de l’Internet d’un côté, la perte d’identité locale que peuvent générer les intercommunalités de l’autre, renforcent l’envie et la demande d’une vie sociale et culturelle dans le village. La BM devient la porte locale d’accès à la connaissance et aux loisirs.

7Plus les offres sont globalisées, plus l’individu recherche une singularité locale, qui se caractérise par un niveau d’exigence citoyenne importante : services publics, écoles, loisirs, sports, culture, santé, mais aussi une offre alimentaire saine et naturelle. En somme, on demande au village une qualité de vie qui ne se ressent plus en ville. Les grands centres urbains sont perçus et vécus comme des lieux liés au mal-être, le village comme lieu de vie. La bibliothèque participe à cette perception d’une qualité de vie locale et humaine. Le conseil départemental et sa DLL sont les acteurs publics de cette mise en valeur d’une identité locale.

8Les bibliothèques sont les derniers lieux d’échanges, de rencontres, d’animations disponibles près de chez soi, intergénérationnels, ouverts à tous. Les élus qui sont les moteurs de ces dispositifs y gagnent en qualité de vie à offrir à tous les citoyens. Ces mêmes citoyens surinvestissent le local, le territoire, le village. Le risque est de s’enfermer dans le repli de soi avec la peur de l’autre, l’antidote restant le champ culturel et social.

Spécificité du territoire gardois

9La plupart des communes du Gard cherchent à valoriser un patrimoine souvent à l’abandon : ancienne filature, école, maison de maître, épicerie, café, etc.

10Redonner vie à ces bâtiments inscrits dans la mémoire collective du village pour redonner sens à une histoire commune. C’est aussi les inscrire dans un projet culturel important : le livre, la lecture, les animations. Bien souvent, ces bibliothèques sont les seuls lieux disponibles ouverts à tous, des lieux de vie familiers. Le recrutement d’un·e professionnel·le est la principale difficulté des communes. La DLL et la DRAC peuvent cofinancer un emploi intercommunal sur trois ans.

11Le fonctionnement de ces bibliothèques s’articule sur un réseau de bénévoles qui participent au service public. Il est intéressant de noter que ces bénévoles, majoritairement des femmes pas forcément retraitées, sont des nouveaux arrivants qui participent le mieux à la vie du village.

Encadré. Préconisations du schéma départemental de la lecture publique pour la création de bibliothèques/médiathèques

L’engagement de la collectivité porte sur un service de lecture publique disposant :

• d’une équipe suffisante, impliquée et disponible ;
• d’horaires d’ouverture (de 4 à 12 heures minima par semaine) avec une amplitude horaire significative (au moins 2 heures d’affilée) ;
• d’un local exclusivement réservé d’une superficie minimum de 25 m², chauffé, éclairé, équipé de téléphone, d’une connexion internet et facile d’accès (personnes handicapées, places de stationnement public et bibliobus) ;
• de mobilier adapté permettant de recevoir des livres et autres supports et d’accueillir les lecteurs.

Lieu culturel et d’échanges, une médiathèque n’est pas seulement un lieu de passage et d’emprunt. Pour la rendre accueillante certains aménagements sont nécessaires ou utiles :

• le local se présentera comme un espace multimédia, destiné à l’ensemble des publics, offrant des documents variés (livres, CD, DVD), et sera équipé de rayonnages solides et stables, tous les documents n’ayant pas le même format. Une hauteur maximum de 1,70 m pour le public adulte et de 1,50 m pour le public jeunesse, une profondeur minimum de 27 cm (ces normes prises en compte par les fournisseurs spécialisés sont indispensables). Des bacs pour les albums, CD et DVD ;
• une table et des sièges pour permettre aux lecteurs de lire sur place, de se connecter à Internet et de choisir aisément les documents ;
• pour les enfants, des bacs à albums accessibles sans oublier du mobilier adapté à leur taille (coussins, petits fauteuils) ;
• un présentoir pour la mise en valeur des nouveautés, des beaux livres, des revues…

12L’objectif du schéma 2013-2016 de la DLL sur sa contribution à la construction ou à l’aménagement de bibliothèques est atteint : 21 bibliothèques construites ou aménagées sur le territoire pour un objectif de 1 par an, auquel il convient d’ajouter l’aide à l’acquisition de mobilier pour 11 projets durant la même période.

Quelques exemples de réalisations récentes

Aigremont (727 habitants)

13Commune du Piémont Cévenol, la bibliothèque est au cœur du village avec au rez-de-chaussée une épicerie, à l’étage les locaux de la bibliothèque. L’accès par l’escalier est raide, les petits en profitent pour effectuer un salutaire exercice de psychomotricité, les anciens bénéficient d’un portage à domicile. La municipalité et l’équipe de bénévoles souhaitent se singulariser dans leur offre documentaire, en demandant à la DLL des malles thématiques sur un fonds en langue cévenole.

Garons (4 726 habitants)

14Nous sommes ici dans une autre dimension : Garons, son aéroport, son restaurant étoilé. La médiathèque, inaugurée en 2015, est un établissement municipal proposant plus de 15 000 documents, une ludothèque, un espace multimédia avec postes informatiques, tablettes, liseuses, consoles de jeux. En partenariat avec la médiathèque Valentin Haüy, elle est la bibliothèque de référence pour le Gard avec une offre vers le handicap visuel.

Remoulins (2 339 habitants)

15C’est la commune que l’on traverse pour aller sur le site du Pont du Gard. Entièrement relookée par les services techniques de la Ville, la bibliothèque vient s’inscrire dans la récente rénovation du groupe scolaire, elle fonctionne comme BCD et BM avec une offre de 5 500 documents.

Vallabrix (414 habitants)

16Réalisation un peu plus ancienne (2014), la bibliothèque de ce village mérite notre attention.

17Il vous suffit parfois de pousser une porte, vous arrivez dans la cour d’une ancienne dépendance agricole, vous levez la tête et découvrez une façade renaissance (inscrite au patrimoine). La municipalité s’engage à restaurer la façade et à aménager une bibliothèque. En associant le lycée des métiers d’art d’Uzès, le projet prend une dimension pédagogique originale. Dans la cour, une cave voûtée accueille un atelier de poterie. En face, la cage de verre de l’ascenseur vous mène à la bibliothèque : 65 m², 4 000 documents, un poste informatique. Transparence et patrimoine pouvant ainsi cohabiter sans problème. Seule (petite) critique : les rayonnages, création très originale, mais peu pratique à l’usage.

18Dans ces réalisations, la DLL a participé à toutes les phases de réflexion : conseils (sauf les rayonnages), propositions de fonctionnement, mise en place, aides financières, constitution des fonds, desserte.

  • 1 4e lieu : nouveau modèle de circulation des savoirs, lieu d’apprentissage social, communauté d'étud (...)

19Ainsi, le nouveau schéma affirme le positionnement territorial de la DLL du Gard qui devient le soutien et l’opérateur de développement des lieux municipaux à vocations multiples, à partir d’un projet politique et culturel : faire des bibliothèques un lieu d’accueil privilégié, un lieu de vie, de rencontres et de socialisation des populations et les faire évoluer vers le 3e ou 4e lieu.1

Accompagnement de projet de création, rénovation de bibliothèque/médiathèque, mise en réseau, action culturelle

20Chaque bibliothèque/médiathèque est rattachée à une unité territoriale de lecture publique (UTLP), au sein de laquelle une coordinatrice répond aux questions concernant les projets.

21Ces coordinatrices se déplacent également dans la commune ou communauté de communes pour aider dans différents domaines de gestion quotidienne.

L’Escale : Espace solidaire communal d’accompagnement, de liens et d’échanges : un autre exemple de la spécificité gardoise

22La DLL accompagne depuis plusieurs mois un projet original et innovant sur la commune de Sumène, 1 600 habitants, dans les Cévennes.

23Il s’agit d’intégrer une bibliothèque dans un espace citoyen nouvellement créé dans le bâtiment de l’ancienne mairie.

24Cet espace, dédié à la population, a été baptisé L’Escale : Espace solidaire communal d’accompagnement, de liens et d’échanges, autrement dit du 3e lieu sans le dire.

25Le lieu est soutenu par l’Assemblée participative des habitants et abrite un certain nombre de services : Point info administratives, point internet, tourisme et Natura 2000, info ado, une permanence d’assistante sociale, une salle de réunion prêtée aux associations. Ne manquait plus qu’un espace lecture.

26La DRAC Occitanie a manifesté son intérêt pour ce projet et pourrait apporter son soutien financier.

27Le conseil départemental du Gard, via son service évaluation, travaille en partenariat avec l’université de Nîmes, autour de la notion de « design social », démarche qui vise à concevoir et améliorer le service public en plaçant le public au centre.

28Convaincue de l’intérêt de la démarche, la DLL décide de travailler en transversalité sur un projet de design social appliqué au monde des bibliothèques. La commune de Sumène et sa volonté d’impliquer les habitants apparaissent comme un terrain d’expérimentation idéal. Une convention encadrera ce projet.

  • 2 Étudiants de la faculté de Nîmes (Unîmes) Master 1 « Culture, innovation et société ».

29Dans le cadre d’un projet pédagogique, un groupe de huit étudiants de Master 1 Design Innovation et Société2 est intervenu pendant le premier trimestre 2017, afin de proposer une offre de design social sur la totalité de l’espace, la bibliothèque devenant l’élément moteur du lieu pensé comme lieu ouvert et fonctionne en même temps que les autres services, dans une amplitude horaire la plus large possible. Une équipe de dix bénévoles est d’ores et déjà opérationnelle.

  • 3 Idéation : processus créatif de production, de développement et de communication de nouvelles idées (...)

30À des phases d’immersion sous forme d’une résidence de trois jours sur place (mise à disposition d’un gîte), ont succédé des phases de production d’idées avec les habitants.
Le travail d'idéation3 et de conception a ensuite été mené à l'université de Nîmes où les étudiants ont réalisé des prototypes scénarisés dans leur usage, assortis d'une première lecture de leur faisabilité (coût, pré-phasage, etc.). Puis ils ont présenté, en avril 2017, à Sumène, leurs trois prototypes devant une trentaine de participants, élus et habitants :

  • la Rando du livre, un projet « hors murs de l'Escale », visant à faire le lien entre Escale et village et à valoriser les commerces ;
  • l'Inventerie, un lieu entre « découverte et création » ;
  • l'Agora, un lien entre l'Escale et le tissu associatif au moyen de thèmes rassembleurs.

31Ce projet novateur et inédit va servir de tremplin, d’inspiration possible, à d’autres projets sur le département, mettant ainsi en œuvre le schéma départemental de lecture publique de manière innovante.

Aller vers le 4e lieu

32À l’image de ce qui se réalise en sciences sociales ou bien dans le monde de la culture, la mise en œuvre d’une interaction multidisciplinaire permet de décloisonner et mettre en synergie toutes les bonnes volontés.

33Il y a transformation de l’usage de la mémoire, qu’il est possible d’externaliser, et création d’un rapport indifférencié entre sphère publique et sphère privée, nous conduisant vers la bibliothèque 4e lieu, nouveau modèle de circulation des savoirs, lieu d’apprentissage social, communauté d'études, où l'apprentissage, l'activité (faire) et la conversation se croisent : mélange de bibliothèque 3e lieu (espace de rencontre) et d’espace d’étude et d’atelier.

34Une des évolutions que les acteurs culturels doivent prendre en compte par exemple : le smartphone, qui est devenu un objet de première nécessité alors que le livre ne l’a jamais été, même s‘il fait partie de notre quotidien.

35Les bibliothèques doivent se rendre indispensables, se distinguer pour rester dignes de trouver encore de l’argent public. À court d‘arguments parfois avec nos élu·e·s, je compare l’utilité de financer une bibliothèque à une histoire d’amour : on peut vivre sans, mais quand nous en vivons une c’est mieux !

36La bibliothèque est la plus belle définition du lieu partagé, commun à toutes et tous, lieu d’expérimentation pour y rechercher la stabilité des liens sociaux.

37Nous devons faire évoluer nos pratiques culturelles et professionnelles, inventer un nouveau langage basé sur l’émotion positive.

38Finalement, l’action de la DLL ressemble au travail d’un « Top chef » : mélanger, émulsifier des ingrédients hétérogènes, qu’on n’imagine pas forcément aller ensemble, dans une approche traditionnelle de la politique culturelle !

Notes

1 4e lieu : nouveau modèle de circulation des savoirs, lieu d’apprentissage social, communauté d'études, où l'apprentissage, l'activité (faire) et la conversation se croisent : mélange de bibliothèque 3e lieu, d’espace d’étude et d’atelier. < http://gutenberg2.com/la_bibliotheque_quatrieme_lieu.pdf >.

2 Étudiants de la faculté de Nîmes (Unîmes) Master 1 « Culture, innovation et société ».

3 Idéation : processus créatif de production, de développement et de communication de nouvelles idées. L'idéation comprend tous les stades d'un processus de pensée original, de l'innovation au développement de l'idée et jusqu'à son achèvement.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search