Version classiqueVersion mobile

(Ré)aménager une bibliothèque

 | 
Christine Soulas

Partie 2. Les élus, le programmiste et le bibliothécaire

Réaliser une étude de faisabilité, avec ou sans programmiste

Laurence Régnier

Texte intégral

1Avant d’entrer dans la phase opérationnelle de réalisation d’un projet d’aménagement d’une bibliothèque, l’étude de faisabilité* est une étape déterminante qui va permettre de vérifier l’opportunité du projet et de préciser les contours de la future opération.

2La description de la méthode employée pour réaliser une étude de faisabilité pourra servir aux responsables de bibliothèques amenés à participer à l’élaboration d’une telle étude qui, en général, fait l’objet d’une mission d’AMO. L’objectif est de leur donner des clés afin qu’ils s’impliquent pleinement dans le travail de définition des besoins de leur équipement.

3Cette méthode peut également servir de fil conducteur à des responsables de bibliothèques qui doivent mener seuls, sans l’aide d’architectes ou de techniciens, des projets de petite envergure mais qui nécessitent toutefois un investissement important.

4La suite à donner au projet dépendra du travail réalisé dans le cadre de l’étude de faisabilité.

Focus

L’étude de faisabilité doit répondre aux questions suivantes : le projet est-il réalisable techniquement ? Quel sera son coût ? Quels seront les délais nécessaires aux travaux ?

5À l’issue de cette étude, le maître d’ouvrage sera alors en mesure de lancer une consultation de maîtrise d’œuvre et disposera d’un document comprenant les informations nécessaires pour présenter le projet à ses différents partenaires (élus, financeurs potentiels, usagers, etc.).

6L’étude de faisabilité est réalisée par le programmiste. Ce professionnel, dont les compétences recouvrent divers domaines (urbanisme, architecture, économie de la construction), a pour mission d’assister le maître d’ouvrage lors des études préalables à la conception. Il apporte un œil extérieur dans un travail qui conduit à préciser la demande en approfondissant et en analysant les attentes relatives à l’évolution et la modernisation de la bibliothèque. À un stade où le projet est encore ouvert, les orientations d’aménagement n’étant pas encore arrêtées, ce temps de réflexion permet de cibler et de hiérarchiser l’ensemble des objectifs fonctionnels qu’il serait souhaitable d’atteindre.

7L’étude de faisabilité est réalisée en deux temps. Elle comprend une première étape de collecte des informations et une seconde étape de vérification de la faisabilité technique du projet.

8Lors de la première étape, deux études sont effectuées : la définition des besoins et l’étude du site. La seconde étape est une étude de capacité réalisée sous la forme de scenarii d’aménagement dont l’examen doit permettre d’apporter des réponses aux questions qui sont posées avant de s’engager dans une phase de conception.

9Quelles que soient les étapes de l’étude, le travail doit s’appuyer sur une concertation approfondie avec les partenaires du projet.

La concertation : réunions, groupes d’usagers, visites de bibliothèques…

10Les échanges réguliers entre le programmiste et les responsables du projet sont indispensables pour appréhender le concept du nouvel équipement.

11Un planning des réunions et une proposition de thématiques à aborder lors de ces rencontres de travail sont définis au préalable (par exemple : les orientations à privilégier en matière d’aménagement, les spécificités de la future bibliothèque par rapport aux autres bibliothèques situées dans un proche environnement, l’inventaire des espaces à prévoir, etc.).

12Les thématiques constituent un fil conducteur mais la discussion doit être la plus ouverte possible. Entre chaque réunion, des documents sont transmis aux participants. Des mises au point et des validations régulières sont effectuées pour avancer sur les bases d’une connaissance partagée du projet.

13Suivant le contexte, la concertation ne peut concerner qu’un ou deux responsables ou être étendue à des groupes d’usagers composés des membres du personnel ou du public. Dans le cas d’équipements qui ont pour objectif de favoriser le lien social, la concertation offre l’opportunité de créer un projet dans le projet. Des ateliers sur la vision du futur aménagement de la bibliothèque peuvent ainsi être mis en place sur la base de cette pratique participative.

14Des visites de bibliothèques organisées dans le cadre de la concertation se révèlent très enrichissantes si elles s’accompagnent d’une analyse critique mettant en évidence les idées innovantes qui ont rencontré l’adhésion du personnel et du public et les erreurs à ne pas répéter.

L’étude des besoins

15L’étude des besoins doit prendre en compte les besoins fonctionnels des bibliothèques actuelles, les caractéristiques du site d’implantation du projet et le fonctionnement actuel de la bibliothèque.

16Dans un premier temps, il est souhaitable de faire abstraction de l’aménagement actuel de la bibliothèque et de se projeter sur la situation idéale qu’il serait souhaitable d’obtenir car un regard fixé sur les contraintes actuelles peut créer une auto-censure à un stade où la réflexion doit être la plus ouverte possible.

17La connaissance du fonctionnement repose sur le travail de concertation et une recherche documentaire sur l’aménagement des bibliothèques.

  • 1 Marie-Françoise Bisbrouck (dir.), Bibliothèque d’aujourd’hui : à la conquête de nouveaux espaces, P (...)

18Ainsi, l’ouvrage collectif dirigé par Marie-Françoise Bisbrouck1, aide à comprendre les changements importants qui se sont opérés dans l’aménagement des bibliothèques, notamment par l’analyse des exemples innovants et très inspirants des bibliothèques « décomplexées » du nord de l’Europe.

L’aménagement : quatre objectifs clés

19L’aménagement des nouvelles bibliothèques peut se caractériser par la recherche de quatre objectifs clés :

  • créer un cadre confortable et attrayant ;
  • donner une grande autonomie aux usagers ;
  • proposer une offre variée d’activités ;
  • permettre la flexibilité et l’évolutivité des aménagements.

20Pour chacun de ces quatre objectifs, les pistes d’aménagement les plus adaptées au projet seront à définir dans le cadre de la concertation.

21L’étude du site d’implantation va permettre de cerner au mieux le profil des utilisateurs potentiels de la bibliothèque. Les informations relatives à la situation géographique et à l’histoire du quartier, aux projets urbains à l’étude ou en cours de réalisation, à l’accessibilité du projet (sa proximité du centre urbain, des axes de circulation, des cheminements doux* et des lignes de transport en commun), au profil sociologique de la population, aux équipements publics situés dans un proche environnement ainsi que les possibilités de partenariats ou de mutualisation d’espaces avec ces derniers sont inventoriés.

22Une bonne connaissance de la population peut aider à identifier des pistes qui viendront enrichir le projet et lui donner sa spécificité. Les statistiques sur la population, des enquêtes de terrain, la rencontre de responsables d’équipements publics existants dans un proche environnement vont être utiles pour cerner le profil des habitants du quartier. La connaissance de leurs pratiques, de leurs rythmes journaliers et hebdomadaires sera utile pour offrir des services judicieusement adaptés. Il pourra s’agir, par exemple, de services, tel que le portage de livre à domicile pour les personnes âgées ou une ouverture étendue en début de soirée ou une borne extérieure de prêt pour les personnes qui rentrent tardivement du travail, de partenariats qui pourront être envisagés avec les établissements d’enseignements, des maisons de retraite, des centres de loisirs ou diverses associations…

23Ces informations peuvent se révéler également utiles pour orienter le projet autour d’une ou plusieurs thématiques qui seront en résonance avec le cadre urbain du projet, par exemple l’histoire du patrimoine, la nature, les sports, les arts, etc.

  • 2 La bibliothèque de quartier de Caudéran (Bordeaux) : ouverture prévue fin 2018.

24Ainsi, pour une bibliothèque2 donnant sur un parc arboré et située entre une place accueillant un marché hebdomadaire et un skate-parc, il a été choisi une orientation thématique sur la nature et les sports urbains et pour faciliter l’accueil des habitués de cet espace, l’entrée de la bibliothèque est équipée de consignes pour les caddies et les skateboards.

Une analyse fonctionnelle de l’existant

25Une analyse fonctionnelle de l’existant permet d’identifier les points forts et les points faibles de l’équipement. Elle s’étend à l’examen de son mode d’organisation, du profil du public, du taux de fréquentation, des collections, des usages et de l’aménagement des espaces. Ces données viennent compléter ou justifier les demandes fonctionnelles issues de la démarche prospective.

26L’étude des besoins sert de base à l’élaboration du pré-programme. Dans ce document, le fonctionnement futur de la bibliothèque doit être détaillé dans les grandes lignes : les effectifs, les heures d’ouverture, les services offerts au public, son positionnement dans un réseau de bibliothèques.

27La présentation générale peut se dérouler comme une visite qui commencerait par l’extérieur du bâtiment, se poursuivrait par l’accueil et les espaces ouverts aux publics, puis les locaux de travail, et les locaux annexes et techniques.

28La définition de la gestion des flux est établie en détaillant les accès extérieurs et les types de relation entre les espaces (relation directe, relation de proximité, relation visuelle, etc.). Les conditions qui vont permettre le fonctionnement autonome de certains espaces accueillant du public en dehors des heures d’ouverture de la bibliothèque sont décrites.

29Deux documents synthétiques, le tableau des surfaces utiles et l’organigramme fonctionnel* sont établis. Le tableau des surfaces indique la surface utile de chaque local. Il s’agit de la surface intérieure. Elle est inférieure à la surface qui sera réellement nécessaire au projet car il faudra lui ajouter le cloisonnement, les murs, les circulations. Les contraintes spatiales d’un bâti existant rendent difficile l’évaluation de ces surfaces complémentaires à l’aide de ratios, mais l’étape suivante de réalisation des scenarii permettra de se rapprocher plus finement de la réalité.

Schéma. Exemple d’organigramme fonctionnel

Schéma. Exemple d’organigramme fonctionnel

Bibliothèque de Caudéran.

30Les locaux sont regroupés par ensembles fonctionnels :

  • espace d’accueil du public (hall, espace de consultation et d’animation, salles de travail, salles d’activités, etc.) ;
  • services internes (bureaux, espace de traitement des documents, réserves, espace de détente du personnel, etc.) ;
  • logistique générale (local entretien, locaux techniques, etc.).

31Pour chaque local, une fiche espace regroupe les informations clés : les usages pratiqués, le nombre de personnes accueillies simultanément, la surface, le type des liaisons fonctionnelles avec d’autres espaces, la description de l’aménagement intérieur, les conditions de conforts (visuel, acoustique, thermique), les équipements (ordinateurs, tablettes, points d’eau, etc.), le mobilier (banque d’accueil, rayonnage, structure de jeux, etc.).

32Les préconisations d’aménagement de l’espace principal de la bibliothèque, la salle de lecture et d’animation, doivent faire l’objet d’une attention particulière. Cet espace est composé de sous-espaces ou pôles ouverts les uns sur les autres et reliés par des zones de circulation. Le nombre de pôles à créer est défini en fonction des thématiques qui seront représentées et, à l’intérieur de chaque pôle le nombre et la nature des documents, les types de rayonnage, le mobilier sont précisés. Les espaces de circulation doivent être situés en périphérie pour préserver le calme au sein de chaque pôle.

33L’aménagement proposé n’étant pas destiné à être figé dans le temps, il devra également être pensé pour permettre une grande flexibilité et s’adapter aux nouvelles tendances et à l’évolution des technologies.

34Les recommandations spécifiques concernant le confort visuel, thermique, acoustique et les exigences environnementales, seront listées dans le programme technique* détaillé qui sera réalisé à l’issue de l’étude de faisabilité. Toutefois, certains de ces aspects sont à prendre en compte dans les scenarii d’aménagement tel que, par exemple, l’orientation des locaux qui aura un effet sur l’apport de lumière naturelle, le positionnement des équipements techniques qui pourront générer des nuisances sonores…

L’étude du site

35La méthode qui consiste à réduire progressivement l’étendue du territoire étudié, peut servir de fil conducteur à l’analyse urbaine du site, en décrivant successivement les caractéristiques du quartier, de l’îlot, de la parcelle et du bâti existant.

36Une description du bâtiment est réalisée : la date de sa construction, son mode constructif, son état, ses équipements techniques et les points de non-conformités sont signalés.

37En fonction des documents qu’il sera plus ou moins aisé de se procurer sur le bâtiment, une liste d’études complémentaires à réaliser (relevé géomètre, étude de sol, diagnostic structurel, parasitaire, plomb, amiante, etc.) devra être établie en vue de la préparation du dossier de consultation des concepteurs (DCC).

38Le contexte réglementaire du site est étudié pour connaître les conditions d’intervention sur le bâti dans le cadre d’une extension, d’une surélévation, de la création d’ouvertures ou de la démolition d’une partie du bâtiment et les éventuelles demandes d’aménagement.

Encadré. Les règles d’urbanisme

Les règles d’urbanisme applicables au projet peuvent être consultées en mairie ou sur le site web de la ville. Ce règlement définit, en fonction de la zone urbaine du site, les règles à respecter pour une construction concernant notamment les distances du bâtiment par rapport aux limites, la hauteur, le pourcentage d’espace libre à conserver, etc.

Si le projet est implanté dans un site qui présente un intérêt patrimonial, il faudra se référer à une réglementation plus détaillée définissant les éléments du bâti à conserver impérativement, la nature des matériaux à employer, les proportions des ouvertures, etc.

La vérification de la faisabilité

39Les scenarii d’aménagement sont réalisés à partir du pré-programme, du tableau des surfaces, de l’organigramme fonctionnel et du diagnostic fonctionnel de l’existant.

40Il ne s’agit pas d’une esquisse, mais de schémas permettant de vérifier la capacité du site à accueillir le projet dans le respect des exigences fonctionnelles précédemment définies et des contraintes réglementaires concernant notamment le droit des sols, l’accessibilité des personnes handicapées, etc.

41Chaque scénario fait l’objet d’une description : les types d’intervention à réaliser (démolition, ouverture d’un élément porteur, extension, etc.), les points forts et les points faibles des principes d’aménagement et l’estimation prévisionnelle du montant des travaux. Ces éléments sont comparés dans le cadre d’une analyse multi-critères des scenarii, et constituent une aide à la décision lorsque différentes options sont envisageables. Si les scenarii mettent en évidence des difficultés à réaliser l’ensemble du programme, un travail de hiérarchisation des objectifs d’aménagement doit être réalisé.

42Les scenarii sont aussi l’occasion d’anticiper la réflexion sur les possibilités de maintien en fonctionnement d’une partie de la bibliothèque pendant les travaux, en vérifiant les possibilités de réserver une zone dédiée au chantier, de sécuriser les espaces fréquentés par les différents usagers et de gérer efficacement les flux.

43L’estimation de l’enveloppe prévisionnelle du projet doit comprendre notamment le coût des travaux de démolition, de construction, d’aménagement des espaces extérieurs puis le montant des études complémentaires à réaliser, les honoraires des différents intervenants dans les phases de conception et de chantier (l’architecte, les bureaux d’études*, le contrôleur technique, etc.), l’assurance dommage ouvrage.

44Dans le cadre du projet d’une bibliothèque, des coûts complémentaires importants sont à intégrer pour l’achat des documents nécessaires à la constitution du fonds et l’acquisition du mobilier et des équipements informatiques.

Anticiper le fonctionnement futur de la bibliothèque

45La réalisation d’un planning de l’opération est nécessaire pour évaluer la date de livraison du bâtiment. L’ensemble des phases du projet y sont détaillées : le choix de l’architecte, le travail de conception, l’instruction du permis de construire, le choix des entreprises, les travaux de démolition, les travaux de construction et la phase dédiée à l’aménagement intérieur des espaces qui ne doit pas être négligée. Le désir de raccourcir les délais doit être parfois refréné car le temps consacré à la conception, aux échanges entre les différents intervenants, à la validation des documents par le maître d’ouvrage contribuera à la qualité du projet.

46Ce planning sera une aide utile pour le responsable du futur équipement qui doit anticiper les réponses à apporter aux questions d’organisation de son équipe sur les années à venir. Il s’agit de faire le point sur les tâches affectées au personnel pendant les travaux et la nécessité d’augmenter les effectifs ou de faire évoluer les horaires d’ouverture de la bibliothèque une fois le projet terminé.

47Lorsque l’étude de faisabilité aura été validée, le programmiste pourra établir le programme technique détaillé qui sera remis aux architectes.

Notes

1 Marie-Françoise Bisbrouck (dir.), Bibliothèque d’aujourd’hui : à la conquête de nouveaux espaces, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2014 (coll. Bibliothèques).

2 La bibliothèque de quartier de Caudéran (Bordeaux) : ouverture prévue fin 2018.

Table des illustrations

Titre Schéma. Exemple d’organigramme fonctionnel
Crédits Bibliothèque de Caudéran.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/8226/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

Auteur

Programmiste et urbaniste, Agence A2M (Lormont)

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search