Version classiqueVersion mobile

(Ré)aménager une bibliothèque

 | 
Christine Soulas

Partie 1. Quels usages et pour quel public ?

Faire évoluer les espaces pour aménager les horaires d’ouverture

Chloé Dumas

Texte intégral

  • 1 Ainsi, la moyenne pour les bibliothèques municipales est de 19 heures par semaine mais surtout la s (...)

1Que ce soit en bibliothèque de lecture publique ou en BU, les horaires d’ouverture des bibliothèques françaises semblent encore insuffisants1. La problématique des horaires d’ouverture s’est invitée dans le débat public et fait l’objet de nombreux échanges chez les professionnels à l’heure où la satisfaction et le confort des usagers sont au cœur du projet de service. Des horaires d’ouverture adaptés impliquent des bâtiments flexibles et des services adaptables en fonction de l’évolution des besoins.

  • 2 Dominique Arot, « L’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques : progrès et obstacles », (...)

2La configuration des locaux a été pointée par Dominique Arot comme l’un des principaux freins aux extensions des horaires des bibliothèques : des locaux organisés sur plusieurs niveaux, très grands et cloisonnés ne permettent pas de mettre en place facilement l’extension des horaires car ils demandent trop de personnel de surveillance2.

Focus

La nécessité d’englober horaires d’ouverture et aménagement dans une même réflexion concerne aussi bien les projets de création que de réaménagement.

Un projet d’établissement

3Les horaires d’ouverture sont à inscrire dans le projet d’établissement dès le programme fonctionnel ; qu’il s’agisse d’une construction, agrandissement, rénovation* ou de l’aménagement d’un bâtiment, que ce soit à la demande des élus, des présidents d’université ou des directions de bibliothèque.

4Par exemple, à Lezoux (Puy-de-Dôme) le projet de la future médiathèque intercommunale3, porté par la Communauté de communes Entre Dore & Allier, est conçu comme un véritable outil de développement culturel, social et éducatif. Dès la phase de diagnostic, la question du développement de l’amplitude des horaires d’ouverture a été abordée comme un véritable service supplémentaire à offrir à la population permettant de toucher des publics différents.

5En fonction des horaires proposés, on insistera plus ou moins sur l’aspect lieu de convivialité, de sociabilité ou d’apprentissage.

6Ainsi, si on choisit d’ouvrir plus pendant les périodes d’examens avec des espaces de travail en silence c’est sur l’aspect « lieu d’étude » que l’on mettra l’accent. À Montpellier, par exemple, Christelle Amblard, alors responsable de la mission gestion des temps sociaux à la mairie et chargée d’une étude visant à élargir l’amplitude horaire des services, a démontré que la volonté d’ouvrir la bibliothèque municipale le dimanche participait d’une stratégie voulant positionner l’établissement en tant que lieux important de la vie culturelle et d’espace de loisirs de la ville.

Encadré. « Rêver » et construire ensemble la bibliothèque de demain : Lezoux, Prix Livre Hebdo de l’innovation 2016

Cette expérience a été menée en partenariat avec l’association « la 27e région » associant la population à la réflexion et interrogeant « la bibliothèque de demain » en utilisant la technique du design de service.

Les habitants, les élus et les bibliothécaires ont pu exprimer, au cours d’ateliers participatifs, leurs idées, leurs envies, à une équipe de designers. Ils ont ainsi produit un plan des usages de la future médiathèque en imaginant de nouveaux services : mise en place d’un bar à l’accueil, d’ateliers de production de vidéos, d’étagères en libre-service 24 heures/24.

Accessibilité, partenariats et horaires d’ouverture

  • 4 Georges Perrin (dir.), Ouvrir plus, ouvrir mieux : un défi pour les bibliothèques, Villeurbanne, Pr (...)

7La bibliothèque inscrit son action dans la perspective d’un développement territorial4 et harmonise ses horaires avec les équipements de proximité.

8La volonté d’accueillir plus et mieux le public est souvent un axe politique au sein de la ville ou de l’université à partager avec les autres « partenaires ». Au niveau des bibliothèques, c’est non seulement entre les équipements d’un même réseau mais aussi avec les BU que cette mutualisation est intéressante en intensifiant l’offre de services sur un même territoire.

  • 5 Apparus en Italie au cours des années 1990, les bureaux des temps ont pour mission de mieux coordon (...)

9Pour parvenir à saisir pleinement tous ces enjeux, le bibliothécaire peut solliciter d’autres professionnels au sein de la collectivité. Ainsi, il est intéressant de demander l’expertise sur les rythmes de vie, à un bureau des temps5 dans les grandes villes ou les grandes collectivités qui en sont dotées ou au service de l’aménagement du territoire*.

Assurer l’accessibilité et la sécurité du bâtiment

10Le bâtiment doit être accessible à tous, public et personnel, et à tous les horaires d’ouverture, suivant le principe d’équité et en respectant les normes de sécurité et d’accessibilité des ERP. Il faut aussi prendre en compte la sécurité des personnes lors des déplacements pour se rendre ou quitter l’établissement, en particulier lors de la programmation de nocturnes.

Les services supports indispensables

11Le fonctionnement de la bibliothèque nécessite parfois l’ouverture d’autres services sur les mêmes plages horaires : présence de personnel de sécurité sur le campus universitaire, maintenance des services informatiques ou des astreintes techniques et définition des procédures en cas de panne durant la fermeture des services supports.

Ouvrir en décalé : le rythme des publics. Des services adaptés à des espaces adaptables

12La bibliothèque accueille tous les publics, mais elle doit aussi s’adapter à chacun individuellement et parfois sur des temps différents.

13En bibliothèque de lecture publique, on peut ouvrir une partie des locaux uniquement tôt le matin, pour permettre à ceux qui veulent venir chercher leurs réservations, de rendre leurs documents, d’avoir accès à la presse ou à des ordinateurs publics et de profiter aussi de moments de moindre affluence. De même, les secteurs jeunesse et petite enfance peuvent fonctionner sur des créneaux horaires d’ouverture harmonisés avec les rythmes scolaires.

14Ce type de planning modulable est pertinent quand il s’adresse à un public-cible et il convient de pouvoir fermer ces espaces quand les autres services sont ouverts.

15En BU, l’exemple emblématique est celui de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC) qui a créé une « bibliothèque de nuit ».

Encadré. Une bibliothèque de nuit à la BULAC

Ce service permet de satisfaire les enseignants-chercheurs, les doctorants et les étudiants à partir du Master2 qui souhaitent bénéficier d’espaces de travail ouverts la nuit pendant que le reste de la bibliothèque est fermé. Les usagers accèdent à cet espace par une entrée différente de l’entrée habituelle. C’est le service de sécurité du bâtiment de l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), dans lequel se trouve la bibliothèque, qui assure la surveillance des espaces en faisant une ronde toutes les heures. Les usagers peuvent s’adresser à eux si besoin.

Il est prioritaire, avant de mettre en place ce type de proposition, de s’appuyer aussi, en plus des enquêtes auprès des publics, sur les équipes pour que cette ouverture en décalé des différents espaces ne soit pas perçue comme une dégradation du service au public.

L’organisation des espaces : les éléments essentiels

La cartographie des espaces

16Présenter un plan général de la bibliothèque dans l’espace d’accueil et sur le site web de la bibliothèque pour préparer sa visite.

17Afficher le plan des collections dans chaque secteur reprenant les codes de la signalétique.

18Indiquer clairement les espaces d’accueil, de renseignements, l’emplacement des automates de prêt et des toilettes. Suivant la même logique, des grands plateaux demanderont moins de présence humaine pour surveiller une salle que des espaces cloisonnés.

Les contraintes du bâtiment

19Dans un espace contraint par les zones de circulation (escalier, ascenseur, escalator), il faut parfois recourir à des cloisonnements pour ne pas créer d’enclaves.

20Le cloisonnement des espaces doit se faire prioritairement à l’aide de cloisons mobiles pour modifier l’agencement en fonction des besoins (animations, accueils de groupe, réaménagements futurs). Toujours pour favoriser la surveillance ou la réactivité des agents dans les périodes d’affluence, les salles de travail seront vitrées en totalité et à mi-hauteur pour les bureaux avec une possibilité d’occultation (stores).

21Les services internes ne doivent pas être accessibles au public, il est néanmoins important qu’ils se trouvent proches des espaces publics afin d’éviter les déplacements trop longs lors des changements de poste ou de la mise à disposition rapide des documents en réserve.

22La banque d’accueil doit être située de manière à garantir une bonne visibilité des espaces, fluidifier les files d’attente et gérer les déplacements du public.

Un mobilier modulable pour une polyvalence optimale des espaces

23Si l’on souhaite que les espaces de la bibliothèque changent d’affectation au cours de la journée, il est utile de pouvoir déplacer le mobilier facilement, sans faire appel à de l’aide extérieure et donc de privilégier un mobilier sur roulettes. C’est le choix qui a été fait à la BU Lyon 1 dans l’espace Quartier libre. Celui-ci est, dans la journée, un espace de calme où les étudiants peuvent trouver des monographies, des journaux, des DVD… Les livres sont rangés dans des rayonnages sur roulettes, l’espace peut être reconfiguré selon les besoins du service : des animations culturelles peuvent s’y dérouler.

24Se pose aussi la question des moyens en personnel nécessaires au fonctionnement lors d’une extension des horaires. Pour réduire le personnel dévolu à ces tâches de surveillance, il faut choisir du mobilier bas d’1 mètre 50 maximum qui permettra une meilleure visibilité tout en assurant la stabilité des rayonnages sur roulettes.

Accueillir, orienter, accompagner : donner à voir et comprendre les horaires

25Toujours en lien avec cette problématique de la gestion du personnel, il convient de mettre en place les conditions favorisant l’autonomie de l’utilisateur. L’idée étant de privilégier l’implication des personnels dans des tâches à forte valeur ajoutée : accueil, renseignement spécialisé, médiation, action culturelle…

26Plusieurs éléments sont alors à prendre en compte.

La signalétique

  • 6 Voir la contribution de Laurence Madrelle : « Signes d’attention : la signalétique et sa relation a (...)

27Élément important dans la mesure où c’est elle qui garantit une bonne lecture des espaces, facilite les déplacements et favorise les recherches individuelles. La signalétique doit être facilement lisible de loin et par tous : veiller à la taille des caractères et utiliser un code couleur ou des pictogrammes selon les secteurs permet de favoriser la compréhension de l’organisation des lieux et des collections6.

L’information et la communication

28Tous les documents d’information et de communication favorisent l’indépendance de l’utilisateur dans les lieux et lui permettent de trouver seul les informations utiles lors de son « séjour » à la bibliothèque.

29Les supports d’information seront pensés en fonction du public auquel ils s’adressent pour communiquer sur les horaires, les recommandations d’usages, les règles de fonctionnement, l’annonce des animations soit par écran à l’accueil avec diapos ou vidéo, messages sonores pour annoncer la fermeture, écran d’accueil des postes de consultation informatique, guides papier, campagne d’affichage…

30Étendre ou aménager les horaires d’ouverture est un projet important qui mobilise des moyens et de l’énergie.

31Chaque modification des horaires implique de repenser tous ces documents de communication, d’en améliorer la lisibilité pour le public et, pour l’aménagement intérieur, de revoir la signalétique des espaces et des collections, d’où un coût financier à anticiper.

Penser le provisoire : le paradoxe de l’aménagement

32Faire évoluer les espaces pour aménager les horaires d’ouverture c’est prendre en compte :

  • le contexte territorial ;
  • la politique d’établissement ;
  • la modularité des espaces et du mobilier ;
  • l’autonomie de l’usager.
  • 7 Jacqueline Gascuel, Un espace pour le livre. Guide à l’intention de tous ceux qui construisent, am (...)

33Tous ces critères vont permettre de proposer une offre en réelle adéquation avec les besoins des usagers de la bibliothèque. Il est également essentiel de garder à l’esprit que ces besoins évolueront au fil du temps. Le contexte territorial est mouvant alors que l’objectif de bâtir une offre en cohérence s’impose en permanence. En cela, il convient de souligner le caractère provisoire des choix faits et de garder en tête l’impératif de ne pas entraver la possibilité de changements futurs. Ainsi, comme le disait Eugène Morel en parlant de la Bibliothèque nationale de France : « La grande, la plus grande, la seule qualité d’une bâtisse à bibliothèque est celle-ci : être provisoire »7.

Notes

1 Ainsi, la moyenne pour les bibliothèques municipales est de 19 heures par semaine mais surtout la situation selon les villes est très différente y compris pour des villes de même taille. En BU, les établissements français restent encore en dessous de la moyenne européenne qui est de 65 heures hebdomadaires et varient sensiblement selon les disciplines.

2 Dominique Arot, « L’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques : progrès et obstacles », Rapport n° 2012-005, Paris, Inspection générale des bibliothèques, 2012, p. 36. [En ligne] < http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2012/35/3/horairesouverture_rapport_definitif_236353.pdf >.

3 La médiathèque a ouvert le 8 juin 2017 : < http://www.livreshebdo.fr/article/la-mediatheque-collaborative-est-ouverte >.

4 Georges Perrin (dir.), Ouvrir plus, ouvrir mieux : un défi pour les bibliothèques, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2014, (coll. La Boîte à outils ; 31).

5 Apparus en Italie au cours des années 1990, les bureaux des temps ont pour mission de mieux coordonner les horaires sur un territoire donné afin de permettre une amélioration de la qualité de vie.

6 Voir la contribution de Laurence Madrelle : « Signes d’attention : la signalétique et sa relation avec le public », in Jean-Marc Vidal (dir.), Faire connaître et valoriser sa bibliothèque : communiquer avec les publics, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2012 (coll. La Boîte à outils ; 27), pp. 156-165.

7 Jacqueline Gascuel, Un espace pour le livre. Guide à l’intention de tous ceux qui construisent, aménagent ou rénovent une bibliothèque, nouv. éd. entièrement refondue, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1993 (coll. Bibliothèques).

Auteur

Responsable du pôle Sciences, service commun de la documentation, Bibliothèque des grands moulins (Paris)

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search