Version classiqueVersion mobile

(Ré)aménager une bibliothèque

 | 
Christine Soulas

Partie 1. Quels usages et pour quel public ?

Adapter lieux et espaces pour tous les publics : la médiathèque Françoise Sagan (Paris)

Viviane Ezratty

Texte intégral

  • 1 Michel Melot, La sagesse du bibliothécaire, Paris, L’Œil neuf éditions, 2004 (coll. Sagesse d’un mé (...)

« […] des bibliothèques-jardins plutôt que des bibliothèques-musées… » Michel Melot1

1« Que c’est beau ! » s’exclament les visiteurs qui pénètrent dans le jardin à palmiers de la médiathèque Françoise Sagan, ouverte en 2015 à Paris (10e). Pourtant, rendre ce bâtiment, marqué par une histoire et une architecture fortes, réellement accueillant fut une gageure. Depuis, le public s’approprie ce lieu, situé au cœur d’un quartier « politique de la ville »2, pour des usages et besoins multiples3.

Une réhabilitation : confort et bien-être en bibliothèque

2Quand en 2004, le fonds patrimonial Heure joyeuse, menacé par une crue de la Seine, a quitté le Quartier latin, une nouvelle implantation fut recherchée au sein d’une bibliothèque de lecture publique. Les locaux de l’ancien hôpital de la prison Saint-Lazare étaient disponibles. Les transformer en médiathèque a été un véritable défi relevé par les architectes Stéphane Bigoni et Antoine Mortemard, chargés de réhabiliter ce bâtiment construit en 1824 par Louis-Pierre Baltard.

Focus

Le projet culturel repose sur quatre axes : la rencontre entre patrimoine et actualité, l’attention portée aux publics jeunes, la médiation renforcée avec les publics éloignés des pratiques culturelles et la présence forte du numérique.

La maîtrise d’ouvrage représentée à la Ville de Paris par la Direction du patrimoine et de l’architecture (DPA) a élaboré, en collaboration avec la Direction des affaires culturelles et les bibliothécaires et sans l’aide d’un programmiste, un projet architectural et technique (PAT), l’équivalent d’un document de programmation, qui a été soumis aux architectes.

3Ce bâtiment de 3 600 m2 utiles pour 100 000 livres, CD, DVD en prêt et 80 000 documents pour le fonds patrimonial, offre des plateaux de 600 m2 et deux ailes étroites, l’une ouverte au public, l’autre destinée aux espaces internes. En dehors des façades, de la galerie du rez-de-chaussée et des deux escaliers inscrits au registre des Monuments historiques, tout a été reconstruit à neuf et un sous-sol a été creusé pour abriter locaux techniques et magasins de conservation. Les architectes ont également été missionnés sur l’aménagement des espaces. Ils ont veillé au choix et à l’implantation du mobilier.

Préalables et objectifs : le dialogue bibliothécaires-architectes

4Le dialogue a été permanent entre bibliothécaires et architectes. Même si le PAT encadrait précisément le projet sur le plan technique, il fallait que les architectes traduisent dans les espaces notre « bibliothèque rêvée ».

5« Un beau lieu, avec des matériaux et éclairages à la hauteur de l’architecture et de la qualité artistique des ouvrages qui y seront présentés.

6Un lieu confortable, bien sonorisé, avec des possibilités de lecture variées (seul, assis, debout, par terre, en groupe, en discutant, en silence, etc.) et permettant la cohabitation de publics aux motivations différentes.

7Un lieu “flexible” et modulable car les bibliothèques connaîtront de nombreux changements dans les années à venir.

  • 4 Document de travail rédigé en équipe en 2004, retravaillé et communiqué en 2008 aux architectes.

8Une organisation des lieux qui permette de percevoir la synergie passé/présent dans l’ensemble des espaces […] en “désacralisant” la notion de patrimoine et en montrant l’importance de la création contemporaine […] »4

9Il fallait d’abord s’entendre sur l’esprit du lieu et aussi assimiler nos « jargons » respectifs, pour aboutir à une prise en compte des besoins professionnels et techniques de chacun.

  • 5 L’Heure joyeuse, 70 ans de jeunesse : 1924-1994, témoignages réunis par Viviane Ezratty, Françoise (...)

10Nous avons présenté aux architectes des photos d’archives de L’Heure joyeuse5 et expliqué que l’intégration de ce fonds de conservation devait se faire de façon dynamique au sein d’une bibliothèque « généraliste ». La taille de l’établissement ne devait pas être un obstacle à l’appropriation du lieu qui se devait d’être chaleureux et accueillant. L’idée était de séduire, éveiller la curiosité, tout en s’accordant sur une volonté de simplicité, de sobriété dans l’esthétique.

11La cohérence du projet devait être perceptible et les différentes sections – jeunesse, adultes, discothèque ou vidéothèque – ne pas apparaître cloisonnées dans un lieu de vie qui permette aussi bien l’étude que la détente, la convivialité ou encore l’apprentissage.

12L’aménagement devait pouvoir évoluer car il est difficile d’imaginer aujourd’hui ce que sera demain l’offre en bibliothèque, qu’il s’agisse d’avancées technologiques, d’évolution des habitudes de lecture, d’écoute, de recherche, ou encore d’ouverture à des pratiques collaboratives.

Une bibliothèque sur 5 niveaux

13Le visiteur arrive par un jardin, inspiré des jardins d’acclimatation du xixe siècle ou des Voyages extraordinaires de Jules Verne. Il fait office d’antichambre où l’on se repose, converse, déjeune, lit.

14Le rez-de-chaussée s’organise autour du hall d’accueil, espace de convivialité, séparé par une baie vitrée d’une salle polyvalente pour 99 personnes qui accueille concerts, projections, débats, ateliers ou sinon des tables de travail, puis en bout de galerie, une salle d’exposition de 70 m2 et un modeste espace de détente.

15L’entrée dans les collections se fait par la salle d’actualité qui jouxte l’accueil. Elle a été étudiée pour donner une image dynamique et non intimidante de la bibliothèque. Les nouveautés des sections, les revues d’actualité et les informations sur l’actualité culturelle de la bibliothèque sont présentées sur table ou en vitrine pour le patrimoine.

16Au 1er étage, le pôle enfance et famille accueille les 0-12 ans, les parents et accompagnateurs, les professionnels de l’enfance, les usagers du fonds patrimonial – étudiants, chercheurs, nostalgiques et curieux, enfants et adultes. Les collections pour la jeunesse ou le fonds parents, en prêt, et la salle de référence et de consultation du fonds patrimonial sont séparées par une simple cloison vitrée pour faciliter la perméabilité. L’espace petite enfance peut être isolé par un rideau acoustique pour l’heure du conte, ou les accueils de groupes.

17Les publics à partir de 13 ans, adolescents et adultes, sont accueillis sur 3 niveaux. Au 2e, les bandes dessinées, les documentaires, l’espace autoformation, deux salles de travail et l’atelier numérique. Au 3e,en mezzanine, les collections sur l’art et des places de travail. Au dernier étage, la fiction et la littérature, la musique avec postes d’écoute et le cinéma avec écrans de visionnement.

Aménagement et confort

18Le plus compliqué a été de répartir les collections sans surcharger les espaces contraints – fenêtres de part et d’autre, absence de murs – et respecter les normes d’accessibilité.

19Faute de place, nous avons dû nous résoudre à changer d’étage les bandes dessinées et à supprimer l’espace pour les adolescents. Leurs collections sont tout de même présentées à part.

20Les architectes ont réalisé les plans d’implantation à l’intention du fournisseur de mobilier et dessiné les tables de présentation pour rompre la monotonie des rayonnages et multiplier les présentations faciales comme en librairie.

21L’acoustique a été particulièrement soignée avec des plafonds en tissus tendus et autres « attrape sons ». Les lecteurs désireux de bénéficier d’un silence total ont à disposition une salle de travail dite « silencieuse » par rapport à sa voisine où il est possible de travailler en groupe.

22En revanche, la sonorisation n’a pas été traitée de façon optimale sur le plan technique. Pour diffuser de la musique, des solutions « maison » ont été trouvées avec une simple chaîne hi-fi… et surtout il a fallu établir des règles de limite sonore et de choix des musiques. Le confort visuel est assuré par des éclairages confortables et variables en fonction de la lumière du jour. L’ambiance est d’autant plus lumineuse que le blanc est omniprésent (murs et mobilier).

23Les assises : banquettes, fauteuils, chaises, poufs, coussins sont répartis dans tous les espaces pour donner une ambiance « comme à la maison » et multiplier les positions de lecture. Près de 300 sièges sont répartis dans les étages (hors salle polyvalente et atelier) dont 150 places de travail et quelques chaises de 1924 en chêne provenant de L’Heure joyeuse en section jeunesse.

24La lisibilité des espaces a été travaillée. Ainsi, à chaque étage, sont disposés côté jardin, les postes de renseignements, automate de prêt et assises ou tables. Les collections sont regroupées au centre des plateaux. Des ordinateurs en accès libre sont positionnés contre le mur opposé.

25Un mobilier identique a été choisi en jeunesse comme en adulte, en variant juste les hauteurs de rayonnage ou d’assises.

26La signalétique est sobre (noir sur fond blanc), claire et ludique. Les indications directionnelles sont complétées par des séries de vignettes dessinées, système également adopté pour une frise sur l’œuvre de Françoise Sagan ou un panneau retraçant l’histoire de L’Heure joyeuse. Le logo a été réalisé par l’artiste graveuse Julia Chausson6.

Le dialogue avec les publics

27L’appropriation des espaces par le public a été immédiate, favorisée également par un travail en amont sur le territoire et de nombreuses présentations du projet par les bibliothécaires et les architectes. Cela a même suscité des améliorations. Ainsi, le piano de la salle d’animation a été mis en libre accès à l’espace musique (avec casque).

28Certaines activités prennent désormais place dans les espaces publics : le Blabla thé (échanges autour de coups de cœur) ou le Blabla lunch (ateliers de conversation en français) se font dans l’espace romans. Tous les lieux peuvent être « réquisitionnés » pour des lectures, animations, accueils de libraires lors d’événements comme le salon littéraire « Écoute on lit », ou le festival de BD « Formula Bula ».

29Les aspects pratiques n’ont pas été négligés. Il fallait des lieux facilement « surveillables », avec peu de personnel. La solidité, l’entretien des matériaux et des locaux ont été pris en compte autant que possible… dans la mesure où les plafonds sont parfois à 9 mètres de haut et qu’il est difficile de chauffer l’immense hall d’accueil. Des prises supplémentaires ont été installées pour des besoins futurs. Des rails pour cimaises ont été rajoutés pour exposer en jeunesse, dans les salles de travail ou sur la mezzanine.

De rares regrets

30En dehors des contraintes des marchés publics, nous aurions aimé avoir plus de souplesse au niveau du choix du mobilier et la possibilité de travailler avec des écoles comme Boulle ou des créateurs.

31Et, s’il avait été possible de « pousser » les murs, il aurait fallu agrandir la section jeunesse, disposer de quelques salles « libres » supplémentaires, d’un local pour poussettes et trottinettes et de locaux de stockage plus nombreux.

32Mais l’un de nos vœux les plus chers est devenu réalité puisque la terrasse de la médiathèque avec une vue à 360° sur Paris sera aménagée avec un café, de l’agriculture urbaine, et pourra être utilisée pour certaines activités de la médiathèque7.

33Au final, la bibliothèque rêvée en 2003 est devenue réalité en 2015, et même en mieux. Nous étions loin d’imaginer que ce bâtiment imposant et abîmé deviendrait aussi agréable à vivre pour les usagers comme pour les bibliothécaires.

Fiche technique. Médiathèque Françoise Sagan (Paris)

Maîtrise d’œuvre : Stéphane Bigoni et Antoine Mortemard, architecture et paysage.

Signalétiques : Laboratoire IRB, David Thoumazeau et Denis Coueignoux.

Acousticien : Peutz et associés, Robin Pottier.

Mobilier de bibliothèques : DPC.

Assises : Quercy, Arro.

Surface : 4 300 m2 dont 3 600 m2 en accès public.

Notes

1 Michel Melot, La sagesse du bibliothécaire, Paris, L’Œil neuf éditions, 2004 (coll. Sagesse d’un métier).

2 Le quartier dit des Portes (Saint-Martin et Saint-Denis), où se situe la médiathèque Françoise Sagan, fait partie des quartiers définis comme prioritaires par la Ville de Paris. Partenaires sociaux, associatifs, culturels et institutionnels s’y associent pour mettre en place une politique partenariale forte et transversale, au sein de laquelle la médiathèque s’est intégrée dès sa préfiguration. Soizic Cadio, Viviane Ezratty, « Ouvrir une nouvelle bibliothèque à tous les publics : des intentions à la réalité », Bibliothèque(s), juin 2017, n° 88-89, pp. 60-65.

3 Voir le blog de la médiathèque : < https://mediathequeducarresaintlazare.wordpress.com/ >.

4 Document de travail rédigé en équipe en 2004, retravaillé et communiqué en 2008 aux architectes.

5 L’Heure joyeuse, 70 ans de jeunesse : 1924-1994, témoignages réunis par Viviane Ezratty, Françoise Lévèque et Françoise Tenier (éd.), Paris, Agence culturelle de Paris, 1994.

6http://www.juliachausson.com/ >. Ses livres d’artiste sont au Fonds patrimonial.

7http://www.parisculteurs.paris/ >.

Auteur

Directrice de la médiathèque Françoise Sagan (Paris, 10e)

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search