Version classiqueVersion mobile

(Ré)aménager une bibliothèque

 | 
Christine Soulas

Partie 1. Quels usages et pour quel public ?

Du relais-lecture à la bibliothèque Oscar Niemeyer : l’aménagement au cœur de l’expérience du réseau havrais

Dominique Rouet

Texte intégral

1Lorsqu’en 2012 la Ville du Havre a souhaité mettre en œuvre une politique publique en faveur du livre et de la lecture, Lire au Havre, un des axes d’emblée retenus s’est attaché à multiplier dans la ville des lieux de rencontre avec la lecture et à repenser ceux qui existaient, avec comme but de toucher différents publics, des plus éloignés aux plus aguerris. On se contentera ici de n’évoquer que deux d’entre eux. Sans réduire Lire au Havre à une politique des bibliothèques – ce qu’elle n’est pas –, le réseau de lecture publique joue naturellement un rôle structurant dans sa mise en œuvre. Sa réorganisation en vue d’un meilleur maillage du territoire, d’abord appréhendé à l’échelle des bibliothèques de quartier, a consisté ensuite à créer aussi bien des « relais-lecture », qu’un établissement de centre-ville, la bibliothèque Oscar Niemeyer.

2Alors que l’information et la connaissance sont largement dématérialisées, le besoin de lieux physiques reste plus que jamais prégnant pour lire, comprendre, étudier, s’évader, découvrir, se familiariser avec les nouveaux outils, découvrir la lecture quand on est tout petit, vivre ensemble. La transformation des bibliothèques d’aujourd’hui en lieux de vie ouverts à tous et intergénérationnels, répondant aux multiples usages du lecteur ou du simple visiteur invite à les concevoir comme des lieux de rencontre, de sociabilité et d’ouverture au monde. À cette aune, l’aménagement intérieur tient une place centrale pour inviter le public à s’approprier ces lieux.

3En dépit des différences d’ambition, de calendrier, de cibles visées et de surfaces destinées au public, la création des sept relais-lecture intégrés au réseau de lecture publique du Havre, tout comme l’élaboration de la bibliothèque Oscar Niemeyer, ont répondu à un questionnement semblable portant sur l’aménagement.

Les relais-lecture : des espaces de découverte et d’échanges

4Pour diversifier les opportunités de contact avec le livre et aller à la rencontre d’un public qui de lui-même ne fréquente pas les bibliothèques, sept relais-lecture ont été – dans un premier temps – créés. La démarche a consisté à s’implanter dans des structures que ce public utilise pour d’autres besoins, en raison de leur accessibilité, des activités et des services variés qu’elles proposent aux habitants : salles d’animation municipales (relais-lecture Soquence, Aplemont, Massillon), centres sociaux (Le Parvis, Le Satellite, Pré fleuri), Maison de quartier (Sanvic).

5Ces unités de lecture publique de toute proximité, gérées par le personnel de la structure accueillante, déploient un rayon d’impact sur 500 à 1 500 habitants environ, chiffre variable selon le type de quartier et la densité de population.

6Cette offre novatrice constitue une formule d’accès à la lecture complémentaire des bibliothèques dans des lieux où elle n’est pas attendue. Chaque relais-lecture met 2 000 à 3 000 ouvrages à disposition, des revues, un accès Internet et permet l’accueil de groupes et de classes. Ces espaces de découverte et d’échanges s’enracinent progressivement dans la ville à mesure que s'étoffent les actions de médiation culturelle qu’ils accueillent également.

L’aménagement intérieur

7Les relais-lecture constituent, par leur proximité, leur dimension et leur contenu documentaire, un tremplin vers les bibliothèques municipales et leur offre plus étendue et diversifiée, avec lesquelles ils fonctionnent en réseau. Leur aménagement répond à plusieurs objectifs parmi lesquels figurent, malgré une surface réduite, celui d’offrir un cadre attractif et des conditions d’accueil de qualité permettant l’emprunt, la consultation de documents et d’Internet, la lecture et le travail sur place, individuel ou en petits groupes, les actions de médiation. Il respecte également plusieurs principes :

  • la surface des relais-lecture ne peut être inférieure à 50 m² environ. Ils doivent être accessibles aux personnes à mobilité réduite ;
  • livres, revues et journaux sont en libre-service, présentés dans des mobiliers adaptés (bacs à albums, à BD, étagères et présentoirs modulables, etc.) ;
  • les relais-lecture offrent un minimum de quatre places de lecture en fauteuil et huit places assises à table ;
  • les mobiliers sont acquis par la bibliothèque municipale (BM), montés et installés par la direction accueillant le relais-lecture, selon le plan prévu conjointement par la direction accueillant le relais-lecture et la BM ;
  • les relais-lecture doivent pouvoir accueillir dans de bonnes conditions un groupe d’une trentaine d’enfants. Une articulation avec un local situé dans le même bâtiment, permettant la répartition en deux groupes, est recherchée.

La bibliothèque Oscar Niemeyer : un bâtiment emblématique

8Exilé en France et proche du parti communiste, l’architecte brésilien Oscar Niemeyer (1907-2012) est connu pour avoir conçu l’architecture de Brasilia caractérisée notamment par l’omniprésence des courbes. En 1972, la Ville du Havre le sollicite pour concevoir de nouveaux locaux pour la Maison de la culture : l’Espace Oscar Niemeyer inauguré en novembre 1982 figure, de l’aveu même de l’architecte, parmi ses œuvres les plus réussies. Les lignes hyperboliques de la Maison de la culture tranchent radicalement avec l'orthogonalité architecturale d’Auguste Perret, qui fut chargé de reconstruire Le Havre au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

9Avec l’autorisation de l’architecte, la ville du Havre entreprend en 2010 la rénovation des deux « Volcans », le grand, abritant la scène nationale, et le petit avec les espaces contigus destinés à devenir une bibliothèque.

10Ouverte en novembre 2015, cette bibliothèque se veut un marqueur urbain puissant, dont l’attractivité et la visibilité sont servies par un bâtiment emblématique. Spacieuse, confortable, conviviale et adaptée à toutes les formes de lecture, la bibliothèque est devenue une figure de proue, qui dynamise également l’ensemble du réseau dont elle est la tête, témoin de la place accordée à la lecture, mais aussi aux usagers.

11Autour du Petit Volcan, la bibliothèque déploie sur un espace de 5 000 m2 une offre documentaire et culturelle de tout premier plan, composée de collections imprimées, musicales, audiovisuelles et numériques. La bibliothèque se distingue par son haut niveau d’équipement et de services, et permet, selon les besoins des publics, la consultation et le travail de recherche, les échanges et les débats, la formation et l’auto-formation, le travail en groupe, les pratiques de création, l’écoute de musique, le visionnage de films, les pratiques culturelles individuelles et collectives.

Ambiances : espaces hors norme, mobiliers décalés, éclairages différenciés…

12La bibliothèque Oscar Niemeyer concrétise le souhait de permettre à chacun de s’approprier un lieu offrant par lui-même de multiples espaces hors norme, fortement caractérisés, ce qui a conduit à un choix d’aménagement mobilier homogène dans sa typologie tout en y intégrant quelques mobiliers décalés dont la présence au sein des espaces peut être surprenante et singulière. Les volumes du bâtiment originel et le travail sur l’organisation de la bibliothèque ont permis à chaque « espace » de trouver une place juste et cohérente, citons par exemple :

  • un salon presse, prisé par les lecteurs sédentaires, traité en jardin d’hiver, avec un mobilier d’extérieur sous une verrière apportant une abondance de lumière ;
  • le salon Niemeyer, doté d’un mobilier de design classique ou signé par Niemeyer lui-même, situé dans un espace en retrait et très identifiable ;
  • la salle du conte où le fauteuil fantastique du conteur puise aux sources des contes de fées classiques, installé dans un espace lové le long d’une paroi existante et dominé d’un ciel étoilé ;
  • l’espace petite enfance/enfance/parentalité d’où les mobiliers émergent comme des îlots constituant des refuges ludiques ou structurant l’espace ;
  • le mur des Arts, mis en scène par un lumineux rayonnage de livres ponctué de vitrines, à proximité de places de consultation rappelant les aménagements des bibliothèques de conception plus classique ;
  • les salons musique et cinéma sont traités comme un studio d’enregistrement ou une salle de cinéma grâce à l’éclairage indirect, le mobilier, et les œils-de-bœuf ;
  • l’espace bandes dessinées/mangas, au cœur du Petit Volcan, espace vertical et rond, baigné par la lumière de la verrière monumentale, est ponctué d’assises de dimensions variables, de tapis, d’une banquette en forme de serpent et de chauffeuses introspectives permettant des postures variées pour des publics mélangés ;
  • les espaces romans et littérature, rendus plus intimes par une hauteur sous plafond moindre, par la présence de tapis, de poufs en forme de galet, de banquettes dissimulées dans une paroi épaisse.

13L’intégration des mobiliers à la configuration du bâtiment et à l’organisation des pôles documentaires répond au souci de s’adapter au public concerné, aux ambiances souhaitées, ou au type d’éclairage. Outre les caractéristiques intrinsèques du bâtiment et les mobiliers, l’éclairage apporte également sa contribution à la différenciation d’ambiances : luminaires ronds encastrés, nappes lumineuses suspendues dans l’atrium, corniches lumineuses soulignant le bâtiment, spots de valorisation.

Fiche technique. Bibliothèque Oscar Niemeyer

Maîtrise d’œuvre : Dominique Deshoulières et Hubert Jeanneau, architectes mandataires.

Groupement constitué de : Françoise Sogno, architecte associée, Thierry Guignard, scénographe, Rémi Raskin, acousticien, Sara Castagné, concepteur lumière, et SLH Île-de-France, économiste de la construction.

Surface : 5 270,30 m².

Nombre de places : 645.

Collections : 114 000 documents.

Mobiliers : Silvera (mobilier de présentation) ; Majencia (bureaux).

Agencement : Bois Industrie agencement.

Rénovation, accessibilité, évolutivité : des problématiques communes

14En relais-lecture ou dans une grande bibliothèque tête de réseau, les usagers s’approprient d’autant mieux les lieux qu’ils fréquentent que lorsqu’ils s’y sentent bien, qu’ils soient tour à tour seuls, ensemble ou « seuls ensemble ». Ces lieux cherchent à créer des espaces favorisant la présence du lecteur et les conditions du plaisir de lire, mais aussi invitent à une appropriation des lieux non pas uniquement fondée sur le travail et l’étude, mais plutôt sur la rencontre et l’échange.

15Au Havre, bibliothèque Oscar Niemeyer et relais-lecture ont au départ en commun d’avoir été aménagés dans des lieux non conçus à l’origine pour les accueillir. Dans les deux cas, il a fallu composer pour leur trouver la meilleure organisation fonctionnelle possible, une entrée visible, et tirer parti de contraintes structurelles pour garantir un accès aisé et une accessibilité à tous les publics.

16Relais et bibliothèque fondent leur aménagement sur l’idée de modularité* et de flexibilité* des espaces : le temps n’est plus à la conception d’établissements immuables pour des décennies, mais elle doit anticiper la possibilité d’accueillir de nouveaux usages ou de modifier les espaces. Les standards désormais requis dans les bibliothèques permettent d’accompagner dans le temps l’évolution des activités, des outils, en tenant compte de la raréfaction des financements, et de la difficulté à anticiper l’évolution. La question se pose également dans l’instant : la bibliothèque peut être amenée à se transformer le temps d’un événement, d’une programmation culturelle ou non.

17Le principe retenu de modularité a invité à privilégier des mobiliers sur roulettes et, dans la bibliothèque, à imaginer une cloison mobile permettant de n’ouvrir qu’une partie de l’espace au public.

Confort, acoustique, bien-être : diversifier les conditions d’accueil des publics

18Au-delà de l’évolutivité, le dimensionnement humain des mobiliers de présentation a constitué un autre principe justifié par le souhait de privilégier la mise en valeur des collections plutôt que leur quantité. À l’exception de ceux adossés à des murs, les rayonnages, sans fond pour voir à travers, hauts de 1 mètre 20 à 1 mètre 50 maximum évitent le syndrome du mur de livres intimidant, ce qui est d’autant plus crucial quand on cherche à s’adresser à un public éloigné des bibliothèques ou impressionnable, ou qui fuit les lieux de culture institutionnalisés.

19D’une manière générale, ces lieux placent au cœur de leur conception la notion de confort aujourd’hui attendue par le public et qu’on ne considère plus comme frivole : mobiliers variés qui autorisent les postures non traditionnelles, lecture allongée sur des banquettes aménagées dans les murs épais, lecture à plusieurs ; des fauteuils confortables au lieu d’assises dures et de dossiers droits pour vous rappeler que vous êtes là pour travailler !

20À la variété des usages en bibliothèque répond une variété d’ambiances induite par les formes mêmes de la bibliothèque Oscar Niemeyer, mais que les éclairages, les couleurs, les mobiliers viennent aussi caractériser. À la rigueur du béton brut, peint ou lasuré, veiné par l’empreinte des coffrages en bois, répondent la vivacité des couleurs (jaune citron et bleu-violet) et la chaleur du parquet de châtaigner.

21À une autre échelle, ces moyens de créer des atmosphères différenciées sont aussi utilisés dans les relais, comme par exemple pour matérialiser un espace petite enfance, grâce à un mobilier adapté, à des tapis.

22L'ambiance acoustique, à laquelle on ne pense pas toujours, a également été prise en compte. Cette problématique s’est surtout posée dans la bibliothèque Oscar Niemeyer en raison de ses volumes et des propriétés du béton : plafonds perforés, parquet, épais rideau, lustres acoustiques y répondent.

23Un autre aspect intégré à l’aménagement des relais comme de la bibliothèque, consiste en la prise en compte de services « plus », comme un café dans la bibliothèque, ou l’accès à une terrasse, à un jardin, dont la présence permet de diversifier les conditions de l’accueil des usagers.

24La bibliothèque Oscar Niemeyer a été désignée par le jury du Grand prix Livres Hebdo 2016 lauréate du « prix de l’espace intérieur ». Cette distinction est venue confirmer l’impression donnée par un public qui s’est, dès l’ouverture, rapidement approprié les lieux et les services proposés. La diversification des usagers marquée par un retour des adolescents ou, le dimanche, par un public familial, s’est accompagnée d’une fréquentation en hausse. Le succès de la bibliothèque Oscar Niemeyer entraîne l’activité de l’ensemble du réseau, relais-lecture compris, dans cette dynamique.

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search