Version classiqueVersion mobile

Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

 | 
Martine Poulain

Glossaire

Texte intégral

1Archives militaires de l’État russe

2Voir Rossiiskii gosudarstvennyi voennyi archive (RGVA)

3Bibliotheksschutz

4Au sein des forces d’occupation Militärbefehlshaber in Frankreich existait un Bibliotheksschutz, service de « protection » des bibliothèques françaises, dirigé par le Dr Wermke, puis par le Dr Fuchs. Si le Bibliotheksschutz protégea certains dépôts de livres évacués, il s’intéressa particulièrement à toutes les collections concernant l’Allemagne et son histoire. Il fut chargé d’une surveillance des bibliothèques françaises, de faire revenir les collections évacuées, de faire appliquer les listes Otto, ou encore de contrôler la bonne application du STO, service du travail obligatoire, obligeant les jeunes âgés de 20 à 22 ans à aller travailler en Allemagne.

5Brigades des trophées

6Les pouvoirs soviétiques créèrent en 1942 au sein de l'Armée rouge des « brigades des trophées », chargées du retour d'objets de valeur trouvés en Allemagne et dans les pays d’Europe de l’est « libérés » vers l'Union soviétique. La « Commission de réception et d'inventaire des trophées de valeurs », créée en avril 1945, était responsable de la répartition de ces biens au sein de l’URSS. On estime que plus de 12 mètres de livres furent saisis sur les territoires « libérés » par l’Armée rouge, envoyés à Moscou, puis répartis après-guerre, entre les bibliothèques russes ou appartenant à l’empire soviétique.

7Central Collecting Point (CCP)

8Le Central Collecting Point de Munich était un dépôt utilisé par le Monuments, Fine Arts and Archives program après la fin de la Seconde guerre mondiale pour traiter, photographier et restituer aux pays d’origine les œuvres d’art et objets culturels confisqués par les nazis et cachés à travers l’Allemagne et en Autriche. Une base de données donne accès aux property cards (fiches indiquant les mentions de provenance connues) et les photographies des œuvres passées par le CCP de Munich (http://www.dhm.de/​datenbank/​ccp/​dhm_ccp.php?seite=).

9Commission pour l’indemnisation des victimes de spoliations (CIVS)

10La CIVS, rattachée aux services du Premier ministre, a été créée en 1999. Elle a pour mission d’informer les victimes juives et leurs ayants droit sur le sort des biens qui leur ont été spoliés sur le territoire français sous l’Occupation, tant par l’occupant allemand que par les autorités de Vichy, et de proposer des mesures d’indemnisation appropriées à chaque cas (www.civs.gouv.fr).

11Commission de choix

12Le 30 septembre 1949 sont instituées auprès du ministère de l'Éducation nationale deux Commissions de choix. L’une est chargée de procéder à un choix des œuvres d'art retrouvées hors de France et n’ayant pu être restituées à leur propriétaire. La direction des Musées de France fut chargée de procéder à leur affectation ou à leur mise en dépôt dans les musées. L’autre présidée par l'administrateur général de la Bibliothèque nationale fut chargée de répartir auprès de bibliothèques publiques ou universitaires près de 14 000 livres et documents, précieux ou spécialisés, dont les propriétaires n'avaient pu être retrouvés. Il est mis fin à leurs travaux le 31 décembre 1953.

13Commission de récupération artistique (CRA)

14La CRA, instituée par un arrêté du ministère de l’Éducation nationale du 24 novembre 1944, est un organisme chargé d’identifier les œuvres d’art spoliées à des ressortissants français. Sur les 60 000 œuvres pillées, la CRA en a restitué 45 441 et en a fait vendre par l’administration des Domaines un peu plus de 12 000. Au sein de cet organisme, la sous-commission des livres (SCL), créée par une ordonnance du 11 avril 1945, est en charge de la recherche et du rapatriement des livres, archives et manuscrits. Les travaux de la CRA et de la SCL sont arrêtés à la fin de 1949. Les restitutions aux familles victimes des spoliations sont assurées par l’Office des biens et intérêts privés (OBIP) dépendant du ministère des Affaires étrangères et par le service des Restitutions dépendant du ministère des Finances.

15Conference on Jewish Material Claims Against Germany, dite souvent Claims Conference

16Organisation dont le siège est à New York, a été créée en 1951. Composée d'associations juives, son but est de réclamer des dédommagements pour les victimes du nazisme et de la Shoah, d’aider les survivants. Soucieuse de la mémoire de la Shoah, elle soutient des recherches s’y rapportant.

17Conférence de Washington

18La conférence de Washington, organisée par le département d’État des États-Unis du 30 novembre au 3 décembre 1998 réunit 44 pays, dont la France. Les principes adoptés peuvent se résumer ainsi : tous les pays doivent s’efforcer d’ouvrir leurs archives et de simplifier les recherches ; les biens culturels confisqués par les nazis doivent être signalés et il faut s’efforcer de centraliser ces informations ; l’exigence d’apport de preuves doit tenir compte des circonstances historiques ; lorsqu’une œuvre d’art est reconnue comme spoliée, il faut trouver rapidement une solution juste et équitable (« a just and fair solution »). Ces principes marquèrent une étape décisive en encourageant à reprendre les recherches de provenance, à faciliter les demandes des requérants et à accélérer et simplifier les procédures de restitution. Voir la liste des principes adoptés à cette conférence.

19DBFU pour Der Beauftragte des Führers für die Überwachung der gesamten geistigen und weltanschaulichen Schulung und Erziehung der NSDAP

20Le 24 janvier 1934, Hitler chargea Alfred Rosenberg de superviser l'ensemble de la formation intellectuelle et idéologique du parti nazi (NSDAP) et de toutes les institutions qui lui étaient affiliées en le nommant « Représentant du Führer pour la supervision de toute formation spirituelle et idéologique et éducation du NSDAP », en allemand « Der Beauftragte des Führers für die Überwachung der gesamten geistigen und weltanschaulichen Schulung und Erziehung der NSDAP (DBFU) », plus souvent nommé Amt Rosenberg.

21Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR) ou équipe d'intervention du Reichsleiter Alfred Rosenberg, l’un des principaux idéologues du nazisme

22L’ERR, bras armé du DFBU, fut l’un des principaux acteurs des saisies et spoliations d’objets culturels, effectuées dans tous les pays occupés par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Elle fut active à Paris dès la fin juin 1940.

23Hohe Schule

24École supérieure des cadres du parti nazi créée à Francfort-sur-le-Main le 29 mars 1941 comprenant une bibliothèque (Zentralbibliothek der Hohen Schule, ZBHS, bibliothèque centrale de la Hohe Schule) active dès 1939 et constituée des grandes bibliothèques, notamment maçonniques, pillées dans toute l’Europe. Dans cette même « école », est créé « l’Institut de recherche sur la question juive » dont la bibliothèque est constituée des grandes bibliothèques juives saisies dans les territoires occupés.

25Kunstschutz

26Service de « protection » des œuvres d'art du commandement militaire allemand en France (Militärbefehlshaber in Frankreich). Le Kunstschutz fut dirigé par le comte von Wolff-Metternich, trop francophile aux yeux des nazis, et remplacé en 1943 par Bernhard von Tieschowitz.

27Listes Otto

28Nom donné à trois listes d’« ouvrages retirés de la vente par les éditeurs ou interdits par les autorités allemandes », émises les 28 septembre 1940, 8 juillet 1942 et 10 mai 1943, à la suite d’une première liste, dite liste Bernhard, publiée en 1940. Ces listes, établies avec la participation du Syndicat des éditeurs français, interdisent à la vente et à la diffusion un nombre croissant de titres et d’auteurs, anti-allemands, communistes, juifs puis tout livre anglais ou américain. Lors de l’émission de la première liste Otto, plus de 700 000 livres furent saisis chez les éditeurs et libraires et détruits. Les bibliothèques, notamment publiques, étaient tenues d’appliquer les listes Otto.

29Livres trophées

30Voir Brigades des trophées

31Monuments Men

32Le programme de sauvegarde de l'art, des monuments et des archives (Monuments, Fine Arts and Archives Program) est un groupe créé en juin 1943 par le général Eisenhower. Ses membres, les Monuments Men, conservateur de musée, historien de l'art, architecte, bibliothécaire ou archiviste, sont chargés de préserver des combats, les églises, musées et monuments nationaux au cours de la progression des Alliés puis, à la fin de la guerre de retrouver les biens pillés par les nazis et de les expertiser.

33Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei (NSDAP)

34Parti national-socialiste des travailleurs, fondé en 1919, dont Adolf Hitler prend le pouvoir en 1921. En septembre 1930, le NSDAP obtient 6,4 millions de voix aux élections générales et 107 sièges au Reichstag, le Parlement allemand. Début 1932, le parti compte 1,5 million d'adhérents. Les Sturm Abteilung (SA, Sections d'assaut) se livrent à de nombreuses manifestations et violences. Battu à l’élection présidentielle de mars-avril 1932 par le maréchal Hindenburg, le 30 janvier 1933 Hitler devient chancelier du Reich.

35Offenbach Archival Depot (OAD)

36Le dépôt central d’Offenbach, près de Francfort, était un point de rassemblement central du secteur américain de l'Allemagne pour les livres, manuscrits et documents d'archives confisqués par l'armée allemande ou le gouvernement nazi dans les pays occupés pendant la Seconde Guerre mondiale. Après triage et identification du pays d’origine, les documents étaient restitués à ces pays.

37Office des biens et intérêts privés (OBIP)

38Placé sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères, l’OBIP est créé en 1919 pour recueillir les déclarations de personnes physiques et morales dont les biens étaient tombés aux mains de l’ennemi. Réactivé lors du second conflit mondial, il est chargé de recueillir les déclarations de biens spoliés transférés par l’ennemi en dehors du territoire national. En 1955, il devient service des Biens et Intérêts privés.

39Principes de Washington

40Voir conférence de Washington

41Rossiiskii gosudarstvennyi voennyi archive (RGVA)

42En français Archives militaires de l’État russe. Outre des archives produites ou reçues par la Russie, ces archives contiennent aussi nombre d’archives étrangères, dont beaucoup appartenant à des organisations juives, saisies dans toute l’Europe par les « brigades des trophées » juste après la Seconde Guerre mondiale. Une introduction officieuse à ces fonds est accessible en langue allemande sur < http://www.sonderarchiv.de/​ >.

43Reichssicherheitshauptamt (RSHA)

44Afin d'accroître l'efficacité de la lutte contre les « ennemis du Reich » et les « indésirables », Heinrich Himmler crée en septembre 1939 le RSHA, Office central de la sécurité du Reich, qui fusionne le Sicherheitsdienst (SD, Office central de sécurité) et la Hauptamt Sicherheitspolizei (SIPO, Office central de la police de sécurité), incluant la Geheime Staatspolizei (Gestapo) et la Kriminalpolizei (Kripo). À partir de 1941, le RSHA est chargé d'organiser « la solution finale de la question juive », soit la déportation et l'extermination des Juifs d'Europe.

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search