Version classiqueVersion mobile

Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

 | 
Martine Poulain

Partie 3. Des livres spoliés dans les bibliothèques publiques françaises

Chapitre 13. Octobre 1942 à la Bibliothèque nationale. Des faits de collaboration par les livres

Eve Netchine

Texte intégral

  • 1 Cet article a paru une première fois dans la revue Les Temps modernes, novembre-décembre 2017, n° 6 (...)
  • 2 BnF, Littérature et langues orientales, archives, registre des dons imprimés, n° 335966.
  • 3 J’adresse toute ma reconnaissance à ceux qui ont soutenu cette recherche, qu’ils soient historiens (...)

1Le registre des dons de la Bibliothèque nationale mentionne, en octobre 19421, l’entrée dans ses collections d’un peu moins de 400 ouvrages dont l’origine est indiquée par la seule mention « saisie Hôtel Drouot »2. Les livres, les brochures, et les journaux énumérés dans ce lourd volume attirent l’œil par la succession de titres en caractères hébreux et cyrilliques qu’il rassemble, concernant aussi bien les mouvements socialistes juifs ou le syndicalisme en Europe que l’agriculture juive en Bessarabie ou au Birobidjan… On y relève également quelques œuvres littéraires en anglais, en français ou en russe, des ouvrages d’histoire et d’économie, des dictionnaires et des guides de voyage. Ces livres se trouvent aujourd’hui immergés dans la collection de la Bibliothèque nationale de France et seul le cachet portant leur numéro d'entrée marque leur origine3 (ill. 1).

Illustration 1. Les volumes de registres des dons imprimés de la Bibliothèque nationale, BnF, LLA, archives

Illustration 1. Les volumes de registres des dons imprimés de la Bibliothèque nationale, BnF, LLA, archives

Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.

2Depuis 1942, l’histoire de ce qu’il faut bien appeler un don s’est perdue. Et en février 2015, quand j’entrepris son étude, j’avais peu d’espoir d’identifier une collection et son ancien possesseur. Les efforts menés pour la restitution des objets d’art et des tableaux, ou même celle des livres de bibliophilie ne sont, ici, pas un horizon : les catalogues de vente prisent les livres de peu de prix par paquet ; les archives des commissaires-priseurs mentionnent rarement ces biens modestes. Il s’agissait plutôt de déplacer notre regard vers l’étude d'objets humbles qui ont marqué la vie intellectuelle et militante de mondes aujourd’hui disparus, de rendre au livre, objet multiple, la dignité de sujet d’histoire, et de comprendre comment la collection nationale a pu se charger d’un tel fardeau, aujourd’hui perdu dans l’immensité de ses fonds (ill. 2).

Illustration 2. Une page du registre des dons imprimés, 1942, folio 63, BnF, LLA, archives

Illustration 2. Une page du registre des dons imprimés, 1942, folio 63, BnF, LLA, archives

Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.

De la spoliation à la collection nationale

  • 4 Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées. Les bibliothèques françaises sous l’Occupatio (...)
  • 5 Rapport d’Alfred Rosenberg, un des principaux idéologues nazis, chef d’Einsatzstab Reichsleiter Ros (...)
  • 6 Ibid., p. 30, n. 23 et p. 59.

3En octobre 1942, les saisies ne concernent plus les collections des grandes familles juives comme celle des Rothschild, du bibliophile Hans Fürstenberg (1890-1982), des émigrés politiques allemands et des antinazis, ou les livres des bibliothèques juives institutionnelles (Alliance israélite universelle, école rabbinique de Paris, Consistoire…)4. Ces premières saisies entreprises dans le but explicite de contribuer à l’instruction et à l’éducation du parti nazi, visaient avant tout « les grandes œuvres d’art qui sont la propriété des Juifs ou des francs-maçons »5. Depuis juillet, les déportations de masse s’accompagnent de pillages systématiques. La mise en place de la solution finale change la nature des saisies6. Il s’agit désormais de la destruction d’une culture.

  • 7 Déclarations de vente de la chambre des commissaires-priseurs, Archives de Paris DE 3178 (26 juin 1 (...)

4Martine Poulain a montré comment les bibliothèques provenant des appartements pillés ont subi des tris successifs, les manuscrits et ouvrages de bibliophilie étant souvent orientés vers les collections privées de dignitaires nazis, d’autres ensembles venant enrichir la bibliothèque de la Hohe Schule ou celles d’organisations nazies, le reste étant, suivant les cas, vendu aux enchères ou au vieux papier, à moins de finir à la décharge. Le calendrier de la Gazette de Drouot montre la fréquence des ventes dites de « biens israélites », que le registre des Déclarations de vente de la société des commissaires-priseurs7 permet de chiffrer : environ 500 ventes en 1942, soit 8 % de l’activité de Drouot, la moitié en 1943, et presque rien (35) en 1944.

  • 8 Antoine Compagnon, Le cas Bernard Faÿ. Du Collège de France à l'indignité nationale, Paris, Gallima (...)

5Depuis la nomination de Bernard Faÿ8 comme administrateur de la Bibliothèque nationale, le 6 août 1940, l’institution se positionne en tant que candidate à l’attribution du contenu des saisies, à côté de l’administration des Domaines et de celle des Archives. La Bibliothèque est pendant cette période un des points de convergence de collections spoliées, qui arrivent selon des modalités diverses.

  • 9 Adrien Dansette, Rapport sur la création d’une bibliothèque d’histoire de la IIIe République, 11 p. (...)

6Les archives de la Bibliothèque témoignent, en 1941, de plusieurs tentatives destinées à obtenir des autorités de Vichy l’attribution de documents « saisis chez les particuliers », « dans les organisations politiques et sociales » dissoutes, ou « chez un certain nombre de personnalités déchues de leur nationalité française ». Les courriers de février et d’avril 1941 d’Adrien Dansette (1901-1976), historien proche de l’Action française à qui Bernard Faÿ a confié en février 1941 la création d’une « Bibliothèque d’histoire de la France contemporaine » (BHFC) sont à cet égard éloquents. Cette bibliothèque dans la bibliothèque devait être constituée à partir de collections qui, d’après la terrible expression de Dansette relevée par Martine Poulain, « deviennent disponibles »9.

7La Bibliothèque d’histoire de la France contemporaine s’est ainsi enrichie des bibliothèques de personnalités politiques et intellectuelles éminentes et d’archives saisies dans les organisations et associations interdites, comme celles du journal L’Humanité, de la Fédération des cheminots, de la CGT, ou du parti communiste. En mai 1941, la BN reçoit une liste précise de fonds auxquels elle peut prétendre, accompagnée d’une note non signée émanant de l’administration des Domaines :

  • 10 Non signé, adressé à Bernard Faÿ, 30 mai 1941, BnF, Archives administratives, pièce 16 48/4/1.

« Je ne vois pas d’inconvénient, toutefois, à prescrire la remise à vos services des documents ou livres de propagande sans valeur marchande [souligné dans la note] qui dépendent du séquestre des organisations communistes et des Français déchus désignés ci-dessus et dont la vente ne pourrait avoir lieu qu’à charge de mise au pilon. Par contre, je ne vois pas la possibilité en l’état des dispositions législatives actuellement en vigueur, d’autoriser la remise à la Bibliothèque d’histoire de la France contemporaine des autres documents ou livres qui présentent une valeur certaine et dont la distraction de l’actif séquestré serait de nature à léser les droits des créanciers et les intérêts des organismes attributaires, spécialement du Secours national. »10

  • 11 « Pendant l’année 1942, l’activité du service des acquisitions s’est chiffrée par un nombre d’entré (...)
  • 12 La Bibliothèque nationale, l’École normale supérieure et d’autres institutions bénéficiaient depuis (...)

8En août 1942, Philippe Poirson, homme de main de Bernard Faÿ, qui succède à Adrien Dansette à la tête du Centre d’histoire contemporaine qui réunit la BHFC et le Musée des sociétés secrètes, dédié, lui, aux collections des organisations maçonniques dissoutes, peut recevoir des fonds remis directement par les Domaines en provenance des personnes déchues de leur nationalité et des organisations politiques et syndicales dissoutes. Mais en octobre 1942, ce Centre d’histoire contemporaine se trouve en concurrence avec d’autres services aux missions semblables à l’extérieur de la Bibliothèque et s’efface. Un mois plus tôt (1er septembre 1942), la Bibliothèque nationale avait créé en son sein un département des Entrées. Le rapport annuel de 1942 comporte une Note sur l’activité du service des acquisitions11 qui fait partie de ce nouveau département, et mentionne une réorganisation des relations avec l’hôtel Drouot et la nomination d’une « chômeuse intellectuelle »12, chargée du suivi des ventes. Ce même rapport évoque l’arrivée « [d’] un lot important d’ouvrages provenant d’une saisie (ouvrages en hébreu et en yiddish) ». Il s’agit selon toute vraisemblance du fonds qui nous intéresse, seul qui comporte ces caractéristiques parmi les entrées de l’année.

  • 13 Parfois désignée comme « Don Hôtel Drouot », dans le catalogue général de la BnF.

9C’est dans ce contexte qu’il faut interpréter cette « saisie Hôtel Drouot »13, don de l’hôtel des ventes constitué d’invendus, considérés comme sans valeur marchande, dont l’attribution à la bibliothèque avait été dûment autorisée par l’administration des Domaines (ill. 3).

Illustration 3. Cachet « Don 335966 » porté sur un ouvrage, BnF, EST, TF-479-4

Illustration 3. Cachet « Don 335966 » porté sur un ouvrage, BnF, EST, TF-479-4

Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.

Des livres sur les rayons

10Si l’on en juge par le placement des livres sur les rayons, qui respecte la plupart du temps la chronologie de leur traitement, c’est peu après la guerre que les ouvrages ainsi offerts à la BN ont été intégrés sur ses rayonnages et dispersés suivant leur discipline dans les sections adéquates, comme c’est l’usage : le classement qui organise les collections selon un ordre créé au XVIIe siècle s’est toujours, ou presque, imposé aux ouvrages nouvellement entrés, quelle que soit la collection dont ils provenaient. Rien donc, sinon leur numéro de don – encore faut-il pouvoir décrypter celui-ci, ce qui est évidemment hors de portée du lecteur non averti – ne permet d’en identifier l’origine dans le catalogue ou sur l’ouvrage lui-même.

11Le recours à la liste dressée dans le registre des entrées reste aujourd’hui le seul chemin vers ces livres, dont on retrouve ensuite la cote, car il s’agit le plus souvent d’unica repérables sans risque d’erreur. Il est à noter que la Bibliothèque n’a pas manqué de poursuivre l’acquisition de certains périodiques, de compléter des ouvrages dont l’un des volumes se trouvait être manquant. Une telle pratique est en continuité avec l’histoire de la Bibliothèque, dont les collections reposant sur le dépôt légal se sont également enrichies, dès ses origines, de multiples achats, dons et confiscations. La provenance particulière des livres spoliés se voit ainsi effacée par la collection dans laquelle ils se trouvent absorbés (ill. 4).

Illustration 4. Deux volumes de La Révolution russe en Ukraine de Nestor Makhno, publiés en russe à Paris, le premier entré par « don » en 1942, le second par acquisition après la guerre, BnF, PHS, 16° M. 457

Illustration 4. Deux volumes de La Révolution russe en Ukraine de Nestor Makhno, publiés en russe à Paris, le premier entré par « don » en 1942, le second par acquisition après la guerre, BnF, PHS, 16° M. 457

Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.

  • 14 Une étiquette « Kaufhaus des Westens », littéralement le grand magasin de l’Ouest (ancêtre du KDW, (...)
  • 15 Envoi d’auteur de l’écrivain russe Zinoviĭ Arbatov, sur Путь скорби (= Via dolorosa), Berlin, 1926, (...)

12L’étude d’une telle collection déçoit les attentes de l’historien du livre, habitué à interpréter chacun des éléments matériels des ouvrages : mis à part quelques marques de possession comme l’étiquette d’une librairie de Berlin14 ou l’envoi autographe d’un écrivain russe émigré à Paris à ses amis15, les habitudes bibliophiliques qui ont longtemps marqué les livres d’un ex-libris ou d’une reliure au nom du possesseur n’étant pas à l’honneur ici, l’espoir d’identification des anciennes bibliothèques et des lecteurs spoliés s’efface. L’absence de cachet semble, quant à elle, exclure une appartenance associative, syndicale ou institutionnelle (ill. 5).

Illustration 5. Envoi de l’auteur Zinoviĭ Arbatov, sur son roman Путь скорби, Berlin, 1926, BnF, 8° Y2-87363

Illustration 5. Envoi de l’auteur Zinoviĭ Arbatov, sur son roman Путь скорби, Berlin, 1926, BnF, 8° Y2-87363

Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.

13L’étude des provenances est une activité partagée par le libraire, le bibliophile et l’historien du livre. Multiples sont donc les questions posées aux ex-libris et autres marques d’appartenance. Le silence des 346 livres, de leurs reliures banales, leurs pages de garde sans ex-libris et leurs marges laissées vierges, est en soi un message et conduit à caractériser ces volumes comme des livres d’usage, acquis au fur et à mesure des désirs et des besoins, sans intention de former une collection.

14Ces livres partagent pourtant aujourd’hui une histoire commune. Histoire précisément perdue certes, celle d’un ensemble construit par les persécutions, qui garde néanmoins trace de la diversité des chemins empruntés par ceux qui ont souvent lutté pour construire des vies détachées d’une assignation collective qu’ils n’avaient pas choisie, leurs livres en font foi. Et ce destin commun autorise un regard sur ce qu’il convient de considérer comme un corpus.

Faire parler des livres

15L’examen des éléments bibliographiques et des dates d’édition de l’ensemble des ouvrages montre un ensemble très contemporain. Un seul titre est publié au XIXe siècle, et l’écrasante majorité des livres est parue depuis moins de vingt ans.

Tableau 1. Le corpus par année de publication

ANNÉES LIVRES
XIXe siècle 1
1900-1910 8
1911-1920 11
1921-1930 143
1931-1940 161
Post 1940 0
Sans date 22
TOTAL 346

16Les lieux d’édition dessinent, quant à eux, un assemblage essentiellement européen. Paris et Berlin, Moscou et Varsovie, ont vu paraître plus de 60 % de ces livres. Les mondes nouveaux sont eux aussi présents par les deux Amériques, et dans une moindre mesure l’Australie et la Palestine.

Tableau 2. Les principales villes d’édition

VILLES LIVRES %
Paris 64 19
Berlin 63 19
Moscou 36 10
Varsovie 35 10
New York 22 6
Vilnius 17 5
Léningrad 14 4
Buenos Aires 8 2
Genève 4 1
Tel-Aviv - Jérusalem 2 0,5
Perth - Melbourne 2 0,5
Autres 79 23
TOTAL 346 100
  • 16 Birobidjan, Brest-Litovsk, Bucarest, Charlottenburg, Dantzig, Dresde, Francfort, Haarlem, Hambourg, (...)
  • 17 Henri Minczeles, Vilna, Wilno, Vilnius. La Jérusalem de Lituanie, Paris, La Découverte, 2000.

17Cette image n’est pas contredite par l’examen des villes d’édition les moins citées, qui représentent 10 % de l’ensemble des livres16. Soulignons la présence de Vilnius (qu’elle apparaisse sous la forme de Wilne, de Wilna, ou de Wilno), qui rappelle le rôle brillant de cette ville, riche milieu d’intellectuels et d’écrivains et foyer d’épanouissement du yiddish comme langue de culture17.

18Les langues de ces livres évoquent elles aussi une expérience largement internationale. Le yiddish (un tiers du corpus) et le russe (un quart de celui-ci) sont les plus représentés. Les autres langues d’Europe viennent ensuite, dominées par l’allemand, l’anglais et le français.

Tableau 3. Le corpus par langue

LANGUES LIVRES %
Yiddish 116 33
Russe 84 24
Allemand 61 17
Anglais 32 9
Français 25 7
Polonais 16 5
Italien 4 1
Espagnol 2 0,6
Ukrainien 1 0,4
Multilingue 6 2
TOTAL 346 100

19Lieu et langue d’édition évoquent la dispersion des origines de la collection, et probablement celle de leurs anciens possesseurs ; ces éléments affirment plus encore sans doute la culture internationale de ceux qui furent les lecteurs de ces livres.

  • 18 Catherine Gousseff, « Les Juifs russes en France. Profil et évolution d’une collectivité », Archive (...)

20Les quelques marques d’appartenance relevées dessinent l’image de possesseurs ayant souvent acquis leurs livres avant d’arriver à Paris, et conservant éventuellement des liens avec leur pays d’origine. Certains des ouvrages ont voyagé dans les valises de leurs propriétaires comme celui que l’un d’entre eux, sans doute, s’est procuré dans une librairie à Berlin. Mais une part essentielle n’a pu être acquise qu’à Paris, par le biais des réseaux culturels, militants, syndicaux et associatifs les plus divers, si vivants dans le Paris d’avant-guerre. C’est le cas des livres imprimés en Russie dans les années 1930, alors qu’il était devenu quasiment impossible de quitter le territoire soviétique. Leur répartition géographique et chronologique dans les mondes russe, polonais, lithuanien et allemand ne reflète pas précisément la succession des vagues d’immigration juive à Paris18. La faiblesse numérique et les tris subis par ce corpus portent une part de responsabilité dans cette constatation.

Encyclopédisme

21Mis à part les sciences dites exactes, la plupart des champs disciplinaires sont représentés. Les ouvrages politiques et économiques de toute tendance pèsent particulièrement lourd. On trouve aussi de la géopolitique et de la démographie, de la littérature et de l’histoire de l’art, sans oublier une abondante littérature pratique. Cet ensemble, qui compte des monographies et des périodiques, de lourds dictionnaires et de minces brochures, des ouvrages théoriques et de la vulgarisation, se caractérise par son ouverture sur un monde international.

22Les sciences économiques et sociales sont bien présentes, en particulier celles issues du monde russe. Citons parmi d’autres les œuvres de Piotr Lavrov, membre du mouvement « Terre et liberté » exilé à Paris, qui fut historien du mouvement socialiste russe et de la Commune de Paris. Mentionnons également les travaux d’Alexeï Gastev (1882-1939), qui fut à la fois poète et spécialiste de l’organisation du travail et du taylorisme, présent par un ouvrage publié en 1936 à Moscou, deux ans avant que cet ancien camarade de Lénine (1870-1924) et de Kroupskaïa (1869-1939) ne disparaisse dans les purges, comme traître contre-révolutionnaire. Les œuvres de Marx se trouvent absentes du corpus, mais non pas celles du philosophe et économiste Vladimir Bazarov (1874-1939), qui fut l’auteur en 1909 d’une des grandes traductions en russe du Capital.

  • 19 Jan-Maurycy Borski, Sprawa zydowska a socjalizm. Polemika z Bundem (i. e. La question juive et le s (...)
  • 20 B. I. Trotsky, Birabijan : in 1935 aun in 1936 yar : fartrag afn flenum fun gezerd dem 4 fevral, Mo (...)

23Une large part de l’échiquier politique de l’Europe de l’Est apparaît, depuis les brochures de propagande jusqu’aux ouvrages théoriques ou historiques : les mémoires du dirigeant de l’armée blanche Anton Denikine (1872-1947) voisinent avec les souvenirs de Pavel Milioukov, dirigeant du parti KD (parti constitutionnel démocrate), représenté par une édition de ses mémoires en russe parue à Paris en 1937. La Révolution russe en Ukraine de Makhno (Nestor Ivanovitch Makhno, 1889-1934) figure également, dans une édition publiée en russe à Paris en 1929 (collection « Les Amis de Makhno », imprimerie Pascal). Plusieurs publications évoquent le Bund. L’une d’entre elles discute les positions de ce mouvement socialiste favorable à une autonomie juive dans les pays d’Europe de l’Est19. Les débats sur la fondation d’une république juive au Birobidjan (dont une contribution d’un homonyme de Léon Trotsky, 1879-1940) sont également présents20.

24Le nazisme et l’antisémitisme sont dénoncés dans une dizaine de titres qui émanent d’organismes internationaux, de la IIIe Internationale communiste ou d’associations militantes comme l’« Organisación popular contra el antisemitismo » à Buenos Aires, dont le « Folks komitet kegen antisemitizm un fashizm » publie en 1934 une traduction en yiddish du Livre brun sur l’incendie du Reichstag et sur la terreur hitlérienne de Willi Muzenberg (1889-1940). On trouve même une édition du Discours prononcé au Reichstag, le 7 mars 1936, par Adolf Hitler, publiée à Berlin chez Müller und Sohn.

25La préoccupation omniprésente est celle de l’émigration, appréhendée aussi bien sur le plan économique et démographique que pratique : un annuaire des chemins de fer polonais, des guides de voyage, un guide du Paris yiddish avec indicateur des rues, de multiples dictionnaires, des manuels de langue, de prononciation, de conversation allemand-anglais, yiddish-français ou yiddish-portugais pour l’émigration au Brésil, tous attestent de besoins et d’espoirs qu’on peut aisément imaginer.

  • 21 Boris Brutskus,

26Il faut noter plusieurs travaux sur l’agriculture « juive », qui témoignent de la volonté de faire de ces immigrants des hommes nouveaux, tournés vers le travail de la terre, au Birobidjan ou aux États-Unis21.

27Près du tiers des titres est consacré à la littérature, en traduction ou en langue originale. La littérature classique est bien représentée (Le marchand de Venise et Le roi Lear en anglais, mais aussi Henri IV en allemand), celle du XXe siècle également, de Knut Hamsun (1859-1952, Das letzte Kapital, Berlin, 1935) à H. G. Wells (1866-1948, The Dream traduit en allemand, Berlin, 1927) ou Francis Jammes (1868-1938, Pomme d'anis, ou l'Histoire d'une jeune fille infirme, traduit en allemand, Hellerau, 1921). Pierre Ier de Tolstoï (1828-1910) apparaît dans deux éditions, toutes en russe (Berlin, 1930 ; Léningrad, 1934). Le reportage a aussi sa place grâce à un recueil d’articles de Larissa Reisner (1895-1926), jeune écrivain révolutionnaire correspondante des Isvestia et à un reportage du journaliste Egon Erwin Kisch (1885-1948), qui fut membre des Brigades internationales et s’exila ensuite au Mexique pour fuir le nazisme. Son Paradies America (Berlin, 1930) était alors un best-seller. Signalons également la traduction en russe (Moscou, 1933) du roman naturaliste de Theodore Dreiser consacré au meurtre d’une ouvrière par le neveu du patron de son usine dont elle était éprise… Nombre d’auteurs yiddish figurent dans cet ensemble : Joseph Opatoshu (1886-1944) avec une édition de La danseuse publiée à Vilnius en 1930, Israël Joshua Singer (1893-1964) avec Yoshe le fou… On trouve aussi une anthologie littéraire du Birobidjan publiée en yiddish à Moscou en 1936, un recueil de chansons et un autre de blagues ! Les livres pour enfants ne sont pas oubliés, comme ce merveilleux album Bagag, du poète Samouil Iakovlevitch Marchak (1887-1964) illustré par Vladimir Lebedev (1891-1967, Léningrad, 1934) [ill. 6 et 7].

Illustration 6. Alexander Moszkowski, Auserwählte Volk's-Witze. 399 Jewelen aus den jüdischen Kronschatz echt gefasste, Berlin, 19.., BnF 8° Z-29089 (2)

Illustration 6. Alexander Moszkowski, Auserwählte Volk's-Witze. 399 Jewelen aus den jüdischen Kronschatz echt gefasste, Berlin, 19.., BnF 8° Z-29089 (2)

Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.

Illustration 7. Samouil Iakovlevitch Marchak, Bagag, Léningrad, 1935, BnF Y2 Pièce 3265 ppt 18

Illustration 7. Samouil Iakovlevitch Marchak, Bagag, Léningrad, 1935, BnF Y2 Pièce 3265 ppt 18

Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.

28Les grands mouvements d’avant-garde sont réunis dans ce corpus qui semble ne rien ignorer des courants qui parcourent l’Europe de l’entre-deux-guerres : une rarissime édition de la pièce d’Ernst Toller (1893-1939), Die Wandlung, écrite en prison puis montée par Erwin Piscator (1893-1966), habitée par le courant expressionniste (ill. 8), une livraison de la revue Kitovras fondée par l’un des maîtres du mouvement futuriste, l’Ukrainien David Bourliouk (1882-1967), ancien membre du groupe Der Blaue Reiter.

Illustration 8. Ernst Toller, Die Wandlung, Potsdam, 1932, 8-Z-29074 (3) hors ppt

Illustration 8. Ernst Toller, Die Wandlung, Potsdam, 1932, 8-Z-29074 (3) hors ppt

Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.

29On trouve enfin trace d’un monde juif aujourd’hui englouti, monde doublement défunt, dont l’un de ses acteurs fut Chaim Zhitlovsky (1865-1943), membre fondateur du parti socialiste révolutionnaire Narodnaya Volya. Hésitant entre l’assimilation et son rejet, il se tourna en 1888 vers l’étude de la culture et de l’histoire des Juifs et devint l’un des pères de l’étude du yiddish comme langue, comme littérature et comme culture, et l’un des fondateurs du YIVO, institut scientifique juif créé à Vilnius, avec Einstein et Freud. Le corpus comprend les Mélanges Zhitlovsky (Varsovie, 1929), publiés par ses amis à l’occasion de son soixantième anniversaire, en yiddish bien sûr.

30On rencontre aussi quelques publications issues du théâtre yiddish comme celle du Yidisher Dramatisher Studio, troupe fondée en Argentine en 1932, qui a parcouru ensuite l’Amérique latine pendant une vingtaine d’années.

31Tout autant que la richesse de cet ensemble, ses silences évoquent, avec fragilité sans doute, les choix et les volontés de rupture de ceux qui ont réuni ces livres. Ainsi, les questions de religion en sont quasi absentes, si l’on excepte un traité sur le judaïsme et la question chrétienne publié à Berlin en 1921, œuvre du philosophe partisan d’un dialogue œcuménique Vladimir Soloviev, un traité de morale juive, le Kav ha-yashar, écrit par un rabbin au début du XVIIIe siècle, et un livre de Martin Buber (1878-1925) en allemand sur le Baal Shem Tov, à l’origine du mouvement de renouveau religieux que fut le hassidisme au XVIIIe siècle. Enfin, la Palestine semble un espoir bien discret, présent par le seul Sturm und Drang in Zionismus (Vienne, 1937), où Saul Raphael Landau (1870-1943) évoque la naissance du sionisme et critique ce mouvement, dont il fut l’un des fondateurs.

Des possesseurs à jamais inconnus ?

32Sans doute bien plus que ne l’aurait été l’identification d’anciens possesseurs, l’immersion dans le monde qui s’est dessiné ici est éclairante : les spoliés sont pour une part d’entre eux des immigrés récents dont les bibliothèques réunissaient des livres apportés dans leurs valises. Nombreux sont ceux qui gardent des liens avec les groupes culturels et politiques de leurs origines dont ils pratiquent les langues, et se procurent à Paris des livres dans les réseaux militants et associatifs, publiés sur les petites presses des imprimeries coopératives, témoins de la vivacité des mouvements politiques du Paris d’avant-guerre… Ces écrits portent la trace d’une soif qui dépasse les questionnements identitaires et les besoins pratiques, d’une curiosité qui va de la visite de la ville de Rome et de la lecture de Shakespeare ou de H. G. Wells à l’apprentissage de l’agriculture.

33Oubliés aujourd’hui sont les livres spoliés dispersés aux enchères de Drouot, ceux qui ont trouvé acquéreur parce qu'ils représentaient une valeur bibliophilique et une culture partagée. Ces invendus forment un ensemble qui dessine des courants culturels, littéraires et politiques infiniment variés. Le corpus est à l’image des rapports qui unissent et qui désunissent, pour les Juifs de l’époque, l’art, la littérature et la Révolution, en Russie et dans le reste de l’Europe dans le premier XXe siècle.

34Considérons enfin ce qu’a représenté, en 1942 (mais aussi plus tard), la volonté d’absorber ces modestes livres dans la collection de la Bibliothèque nationale. C’est là qu’apparaît, dans le positionnement de l’administrateur d’alors, la volonté de faire acte de continuité, ou plutôt d’y prétendre, comme si ce geste était celui d’un professionnel dans l’exercice ordinaire de son métier. Depuis sa création, la bibliothèque a absorbé, tout aussi discrètement que celui-ci, de multiples fonds confisqués, parmi lesquels la bibliothèque de Nicolas Fouquet (destitué par Louis XIV en 1661) et bien sûr, les ouvrages issus des confiscations révolutionnaires. En France, l’histoire jalonne l’enrichissement de la collection nationale, marquée par son caractère fortement régalien.

35Tout se passe comme si la période que nous venons d’étudier se situait dans la ligne adoptée par l'institution depuis sa fondation, qui, malgré les temps troublés, entendait garder son cap et ses principes, absorbant les collections des vaincus de l’histoire comme elle l’a toujours fait. Et tout se passe comme si, après-guerre, les professionnels avaient poursuivi l’œuvre de leurs immédiats prédécesseurs en englobant, sans mentionner leur origine, ces livres dans la collection nationale.

36Ces volumes spoliés n’ont pas traversé l’Europe, mais la rue, entre l’hôtel Drouot et la Bibliothèque nationale… et plutôt qu’un voyage vers l’Allemagne, c’est un parcours non moins marquant à l’intérieur des institutions françaises que cette enquête s’est donnée d’évoquer. Le chemin qui consiste à tirer des livres de l’anonymat où les ont placés successivement le dessein des exterminateurs et l’oubli des professionnels d’après-guerre est une démarche qui s’impose, afin de restituer ce qui se peut bien sûr, et de révéler l’histoire de volumes porteurs de vies et d’espoirs engloutis.

37Les anciens possesseurs de ces livres resteront inconnus. Cette ombre est en elle-même un paradigme de la destruction d’un monde, de la perte de ses acteurs et de leur histoire, dont les traces ténues gisent pourtant dans les collections d’une institution par essence dépositaire de la mémoire. Faire acte d’histoire à propos de ces quelques centaines de livres est une manière de refuser, ici et maintenant, le mythe de la continuité.

Notes

1 Cet article a paru une première fois dans la revue Les Temps modernes, novembre-décembre 2017, n° 696, p. 147-162.

2 BnF, Littérature et langues orientales, archives, registre des dons imprimés, n° 335966.

3 J’adresse toute ma reconnaissance à ceux qui ont soutenu cette recherche, qu’ils soient historiens (Martine Poulain, Anastasia Shapovalova, Danièle Voldman, Annette Wievorka), conservateurs aux Archives de Paris (Vincent Tuchais), membres de la Bibliothèque nationale de France (Laurence Engel, Eitan Grosfeld, Isabelle Le Masne de Chermont, Anne Leblay-Kinoshita, Lucie Mailland et Olivier Sifrin), ou qu’ils aient éclairé mon chemin de leurs réponses et surtout de leurs questions (Liliane Kandel, Serge Netchine).

4 Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées. Les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2013 (coll. Folio Histoire ; 224), p. 22 et 57 (première édition Gallimard, 2008).

5 Rapport d’Alfred Rosenberg, un des principaux idéologues nazis, chef d’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR), 13 novembre 1940, cité par Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées, op. cit., p. 27.

6 Ibid., p. 30, n. 23 et p. 59.

7 Déclarations de vente de la chambre des commissaires-priseurs, Archives de Paris DE 3178 (26 juin 1941-31 décembre 1942) ; Céline Leglaive-Perani, « Quand l’hôtel Drouot vendait les biens des entreprises juives “aryanisées” », Cahiers du judaïsme, 2009, no 27, p. 23-31.

8 Antoine Compagnon, Le cas Bernard Faÿ. Du Collège de France à l'indignité nationale, Paris, Gallimard, 2009.

9 Adrien Dansette, Rapport sur la création d’une bibliothèque d’histoire de la IIIe République, 11 p., [début 1942 ?], BnF, Archives administratives, A 48 F7, cité par M. Poulain, Livres pillés, lectures surveillées, op. cit., p. 270, n. 90.

10 Non signé, adressé à Bernard Faÿ, 30 mai 1941, BnF, Archives administratives, pièce 16 48/4/1.

11 « Pendant l’année 1942, l’activité du service des acquisitions s’est chiffrée par un nombre d’entrées supérieur à celui des années antérieures… c’est également en cette année, qu’on a travaillé à mettre sur pied la section d’achat de livres d’occasion. C’est ainsi qu’a été assuré le dépouillement à peu près régulier depuis le mois d’avril des catalogues de libraires d’occasion reçus aussi bien que des ventes à l’Hôtel Drouot, la gazette de l’Hôtel Drouot étant consultée chaque semaine. » Le fonctionnement et la réorganisation de la Réunion des Bibliothèques nationales de Paris : 15 juin 1940-31 décembre 1942, rapport présenté à M. le Maréchal de France, par M. Bernard Faÿ, Paris, Bibliothèque nationale, p. 132.

12 La Bibliothèque nationale, l’École normale supérieure et d’autres institutions bénéficiaient depuis 1936 de l’affectation d’intellectuels au chômage dont le travail était la contrepartie d’une indemnité financée par une surtaxe sur le timbre-poste. Alain Chatriot, « La lutte contre le “chômage intellectuel” », Le Mouvement social, 2006, n° 214, p. 188.

13 Parfois désignée comme « Don Hôtel Drouot », dans le catalogue général de la BnF.

14 Une étiquette « Kaufhaus des Westens », littéralement le grand magasin de l’Ouest (ancêtre du KDW, grand magasin de Berlin fondé en 1905 par Abraham Adolf Jandorf), collée sur Tokunaga Naoshi, Die Strasse ohne Sonne, ein japanischer Arbeiter, Berlin-Viennes-Zurich, Internationaler Arbeiter-Verlag, 1930, BnF, 8-Y2-87235 (5).

15 Envoi d’auteur de l’écrivain russe Zinoviĭ Arbatov, sur Путь скорби (= Via dolorosa), Berlin, 1926, BnF, 8° Y2-87363 : « Дорогимъ друзьямъ моимъ Дижурамъ сердечно привязанный » (« Dorogimʺ druzʹjamʺ moimʺ Dižuramʺ serdečno privjazanny » j) З.Ю. Арбатов. (Арбатов), Paris 21 I 1934 " = à mes chers amis les Dijour, Votre dévoué Z.U. Arbatov. Paris 21 I [janvier]1934. Le dédicataire est probablement Ilya Dijour, né en Ukraine, enseignant, écrivain et dirigeant important de plusieurs organisations d’aide aux réfugiés juifs des années 1930 successivement à Berlin, à Paris puis, après 1940, à Lisbonne et enfin, jusqu’à la fin des années 1950, à New York.

16 Birobidjan, Brest-Litovsk, Bucarest, Charlottenburg, Dantzig, Dresde, Francfort, Haarlem, Hambourg, Hellerau, Kiev, Leipzig, Minsk, Montréal, Mukacevo, Postdam, Prague, Riga, Rome, Saratov, Trieste, Washington.

17 Henri Minczeles, Vilna, Wilno, Vilnius. La Jérusalem de Lituanie, Paris, La Découverte, 2000.

18 Catherine Gousseff, « Les Juifs russes en France. Profil et évolution d’une collectivité », Archives juives, 2001/2, vol. 34, p. 4-16.

19 Jan-Maurycy Borski, Sprawa zydowska a socjalizm. Polemika z Bundem (i. e. La question juive et le socialisme. Polémique avec le Bund), Varsovie, s. n., 1937.

20 B. I. Trotsky, Birabijan : in 1935 aun in 1936 yar : fartrag afn flenum fun gezerd dem 4 fevral, Moscou, Farlag Emes, 1936, BnF, 8-M-26268 (i. e. Le Birobidjan en 1935 et 1936 : discours au plenum du 4 février 1936 du GezErd, i. e. Société pour l’activité agricole des travailleurs juifs en URSS).

21 Boris Brutskus,

Di eydishe landvirtsaft in mzrkh eyrafe : ir geshikhtlikher aoyfkum aun antviklung zint der velt-mlkhmh (i. e. L’agriculture juive en Europe Orientale : son histoire, essor et développement depuis la guerre mondiale), Berlin, Ort, 1926

 ; Annual report of the Jewish agricultural society, New York, 1927.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Les volumes de registres des dons imprimés de la Bibliothèque nationale, BnF, LLA, archives
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Illustration 2. Une page du registre des dons imprimés, 1942, folio 63, BnF, LLA, archives
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7965/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Illustration 3. Cachet « Don 335966 » porté sur un ouvrage, BnF, EST, TF-479-4
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7965/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Illustration 4. Deux volumes de La Révolution russe en Ukraine de Nestor Makhno, publiés en russe à Paris, le premier entré par « don » en 1942, le second par acquisition après la guerre, BnF, PHS, 16° M. 457
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7965/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Illustration 5. Envoi de l’auteur Zinoviĭ Arbatov, sur son roman Путь скорби, Berlin, 1926, BnF, 8° Y2-87363
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7965/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Illustration 6. Alexander Moszkowski, Auserwählte Volk's-Witze. 399 Jewelen aus den jüdischen Kronschatz echt gefasste, Berlin, 19.., BnF 8° Z-29089 (2)
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7965/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Illustration 7. Samouil Iakovlevitch Marchak, Bagag, Léningrad, 1935, BnF Y2 Pièce 3265 ppt 18
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7965/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Illustration 8. Ernst Toller, Die Wandlung, Potsdam, 1932, 8-Z-29074 (3) hors ppt
Crédits Source : Bibliothèque nationale de France, 2019.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7965/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

Auteur

Directrice du département des Cartes et Plans, Bibliothèque nationale de France, Paris

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search