Version classiqueVersion mobile

Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

 | 
Martine Poulain

Partie 3. Des livres spoliés dans les bibliothèques publiques françaises

Chapitre 11. Le « fonds Séquestres » de la BDIC, histoire d’une spoliation invisible

Dominique Bouchery

Texte intégral

1Cette contribution se propose de présenter le cas de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC) du point de vue de la problématique des fonds de bibliothèques spoliés par les nazis et d’une façon plus générale de la circulation des imprimés dans l’après Seconde Guerre mondiale. Nous présenterons succinctement la BDIC, une bibliothèque qui se situe au « cœur des deux guerres mondiales ». Puis on étudiera la manière dont cette institution, plus qu’une autre sans doute, s’est trouvée prise, eu égard à son identité de départ, dans un échange de courriers ayant trait aux questions de réparations-restitutions de l’après-guerre. Enfin seront présentés l’histoire du fonds spolié, la façon dont il a été traité sur le temps long et les projets qui y sont rattachés aujourd’hui où l’on pose de manière nouvelle les problématiques de provenance et de restitution.

2L’arrivée fortuite à la BDIC de ce fonds spolié fut le fruit de circonstances et d’un contexte qui méritent d’être ici relatés. Pour étayer l’ensemble du propos, nous nous sommes principalement appuyés sur les archives internes de la bibliothèque, qui ne sont pour l’heure qu’incomplètement classées. Beaucoup de ces dossiers non classés ont été consultés et ceux qui pouvaient offrir une pertinence pour la compréhension de ce sujet l’ont été en priorité. Des documents ont pu échapper à notre vigilance, et seront susceptibles d’ajouter des pièces au puzzle et de compléter utilement nos conclusions dans un temps futur.

La BDIC, bibliothèque des guerres mondiales

3La Contemporaine, bibliothèque, archives, musée des mondes contemporains, BDIC, Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, vit aujourd’hui un tournant dans son histoire dans la mesure où elle fête son centenaire en même temps qu’elle s’achemine, à l’horizon 2020, vers un projet de construction d’un nouveau bâtiment lui permettant de déployer ses collections et services de manière enfin satisfaisante. Cette bibliothèque-musée, domiciliée depuis 1970 à la fois sur le campus de Nanterre Paris 10, et aux Invalides pour la partie « musée », prend son origine dans une collection privée rassemblée dès septembre 1914 par Louise Leblanc, née Charlier, et son époux Henri. La collection présente la double particularité d’être conçue de façon très large, si ce n’est exhaustive, autour de son objet, la Grande Guerre, mais aussi selon une approche résolument internationale. Sont ainsi collectés des imprimés, des affiches, des tracts, des tableaux, des objets, des images (cartes postales, photographies), en somme tout ce qui pourra servir de sources pour écrire l’histoire de la Première Guerre mondiale. Une telle complétude dénote, de la part des Leblanc, une sorte de prescience sur la nature profondément nouvelle du conflit et son caractère total.

  • 1 Chambre des députés, 11e législature, session de 1917, « Rapport présenté par Louis Deshayes au nom (...)

4Leur projet trouve certes des pendants en Europe et notamment en Allemagne avec la Weltkriegsbücherei (WKB), collection de guerre fondée par Richard Franck en 1915 à Berlin, ou en Grande-Bretagne avec l’Imperial War Museum de Londres, créé en 1917. Toutefois, le périmètre de collecte de ces entreprises est dans la majorité des cas moins ambitieux que celui des Leblanc. Rapidement à l’étroit, la collection des Leblanc fait « sagement » l’objet d’une donation à l’État (4 août 1917). Cette décision se conjugue avec l’initiative politique d’un parlementaire, André Honnorat, député des Basses-Alpes, qui allait devenir le fondateur de la Bibliothèque-musée de la Guerre (BMG), premier nom porté par la BDIC. Il ne s’agit rien de moins que de créer un « laboratoire d’histoire »1 à vocation à la fois scientifique et d’instruction populaire. En 1926, la BMG est intégrée à la « Réunion des bibliothèques nationales » (décret du 28 décembre). En 1934, la bibliothèque-musée acquiert son nom actuel et change de tutelle en étant rattachée à l’Université de Paris (décret du 30 juin).

  • 2 Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées. Les bibliothèques françaises sous l’Occupatio (...)
  • 3 Félix Debyser, Rapport du directeur de la BDIC et musée de la Grande Guerre sur l’incendie du 24 ao (...)

5La BMG/BDIC est, depuis ses débuts, marquée par une grande instabilité quant à son insertion physique sur un site fixe, ce que la Seconde Guerre mondiale ne va faire qu’aggraver. Installée depuis 1925 au château de Vincennes dans le pavillon de la Reine, elle en est partiellement délogée en 1939 par le Quartier général français, puis par l’occupant allemand. Les collections les plus précieuses sont évacuées à Chambord2. Mais la majorité d’entre elles reste à Vincennes : au moment de la Libération en 1944, les Allemands font sauter plusieurs dépôts de munitions3, provoquant un gigantesque incendie au château qui endommage considérablement les collections (ill. 1). Après-guerre, les bibliothécaires continuent d’accueillir le public dans un hôtel de la rue du Bac (1939-1948), puis dans la rue Auguste Vacquerie (1948-1970) avant de rejoindre l’université de Nanterre à partir de 1970. Ces quelques éléments liminaires permettent de comprendre ce qui se passe dans les années de l’immédiat après-guerre.

Illustration 1. Le château de Vincennes en flammes, 24 août 1944

Illustration 1. Le château de Vincennes en flammes, 24 août 1944

Source : Collection BDIC.

La BDIC dans l’après 1945 face à l’afflux des « séquestres allemands »

61945 représente pour la BDIC une année zéro à bien des égards. En raison de son histoire pendant la guerre et de son domaine de spécialité, la bibliothèque va se retrouver au centre d’une correspondance suffisamment abondante pour mériter d’être signalée. Celle-ci concerne sa reconstruction et la reconstitution de ses collections, ainsi que la récupération d’ouvrages allemands au titre de dédommagement de guerre ou simplement en raison de l’orientation de ses fonds. C’est ce dernier aspect, la « récupération », qui nous intéresse ici, car c’est par ce canal que le fonds spolié des « Socialistica » entre de façon imprévue dans l’établissement. À l’époque, la BDIC correspond sur ces sujets « documentaires », si l’on peut les qualifier ainsi, non seulement avec son instance de tutelle, la toute jeune Direction des bibliothèques de France (DBF), créée en août 1945, mais aussi avec des services spécialisés comme l’administration des Domaines, la direction du Service central des ventes du mobilier de l’État. Enfin, elle a également des contacts avec les autorités d’occupation françaises en Allemagne.

  • 4 F delta res 778, dossier 140.
  • 5 Ibid.

7Ces courriers échangés avec de nombreux interlocuteurs nous apprennent qu’une quantité « invraisemblable » de livres ont été abandonnés par les Allemands partout sur le territoire français. On trouve ainsi des échanges de courriers avec les directions générales de l’Enregistrement des domaines et du timbre de Chambéry, Bordeaux, Mont-de-Marsan, Toulouse, Vannes. Ces échanges se font « en direct » avec le service, qui établit des listes de documents au sein desquelles le directeur de la BDIC Félix Debyser opère ses choix, ou bien par l’intermédiaire de l’archiviste départemental (comme c’est le cas pour la récupération d’une partie de la Frontbuchhandlung [Librairie du Front] de Mont-de-Marsan dans les Landes en février-avril 1946)4, ou bien encore avec le concours de tout autre intermédiaire non clairement qualifié (exemple de Carcassonne, mars 1946)5. Les prix sont négociés au mieux et font l’objet de procès-verbaux officiels de cession.

  • 6 Le directeur des Bibliothèques de France à M. le directeur général des Domaines, 18 janvier 1946, F (...)
  • 7 F. Debyser à M. Cazeaux, chef du 2e Bureau, DBF [Direction des bibliothèques de France], 6 novembre (...)
  • 8 Le directeur des bibliothèques de France à M. le bibliothécaire en chef, directeur de la Bibliothèq (...)

8Tout cela semble s’insérer dans le cadre de ce que l’on pourrait appeler une politique documentaire volontariste de la part de la BDIC, comme l’atteste le courrier du directeur envoyé à la direction du Service central des ventes du mobilier de l’État (SCVM) en février 1947 qu’accompagne une note documentaire visant à préciser pour son correspondant le contour des collections de la bibliothèque. Face à l’afflux de livres récupérés, la Direction des bibliothèques de France au ministère de l’Éducation nationale assure de son côté un rôle de coordination-transmission avec la direction des Domaines. Un important travail de tri est à effectuer dans ces masses de livres, et considérant « l’intérêt médiocre » de cet océan de papier « en majeure partie composé d’ouvrages de propagande » trouvés en multiples exemplaires, il est proposé de les vendre au « poids du papier »6 après avoir récupéré un exemplaire de chaque titre. Surtout, la correspondance entre la Direction des bibliothèques de France et la BDIC nous permet de « pister » l’entrée d’une partie de ce qui sera amené à devenir le « fonds Séquestres » de la bibliothèque : un courrier du 6 novembre 1946 de Félix Debyser rappelant à un agent de la DBF qu’« une partie de la bibliothèque de la Kriegsmarine a été attribuée [à la BDIC] par la Direction des bibliothèques de France au titre de bibliothèque sinistrée »7. Autre exemple : un échange de courriers au printemps 1948 entre Félix Debyser et Pierre Lelièvre, alors inspecteur général des bibliothèques et adjoint au directeur de la DBF mentionne la répartition des ouvrages issus de la bibliothèque de l’ancien Institut culturel allemand de Madrid, au profit de la Bibliothèque nationale, de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg et de la BDIC (ill. 2)8. Fort curieusement, on ne retrouve aucune trace de l’entrée de ces ensembles de livres dans les registres de dons de la bibliothèque. Il s’agit pourtant de plusieurs centaines d’unités à chaque fois.

Illustration 2. Courrier de Félix Debyser, directeur de la BDIC à la Direction des bibliothèques de France, 6 novembre 1946

Illustration 2. Courrier de Félix Debyser, directeur de la BDIC à la Direction des bibliothèques de France, 6 novembre 1946

Source : Archives BDIC.

  • 9 Le directeur de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine à M. l’inspecteur des (...)

9Dès 1945, la BDIC entretient également sur ces questions de récupération des relations directes avec les autorités d’occupation française en Allemagne, peut-être en raison de sa spécialisation très « politique ». Une pièce de la correspondance avec les services français des Domaines est intéressante, car elle fait le lien entre le « national » et « l’international » et renseigne sur le processus à l’œuvre ; Félix Debyser, répondant en février 1948 à l’inspecteur des Domaines de Vannes, l’informe explicitement : « Nous n’achetons pas les livres allemands de l’époque nazie, étant donné que les services d’occupation en Allemagne nous envoient gratuitement tous les ouvrages de cette période qui tombent entre leurs mains »9. Ainsi, les autorités d’occupation françaises relaient la BDIC dans cette collecte.

  • 10 Voir notamment Claude Lorentz, La France et les restitutions allemandes au lendemain de la Seconde (...)
  • 11 Ibid., p. 79.
  • 12 Stefan Zauner, Erziehung und Kulturkommission. Frankreichs Bildungspolitik in Deutschland 1945-1949(...)
  • 13 Claude Lorentz, La France et les restitutions allemandes, op. cit., p. 80 (en note).
  • 14 Félix Debyser à M. Boisnier, MMAA, division Réparations et Restitutions, 9 juin 1945, F delta 2129, (...)

10Grâce aux travaux de synthèse universitaires qui leur ont été consacrés10, on connaît le caractère polyarchique des services d’occupation français en Allemagne, avec en particulier une organisation administrative bicéphale, ce qui est une spécificité française par rapport aux trois autres forces alliées d’occupation11. Les autorités françaises sont ainsi déployées à la fois à Berlin (Groupe français du comité de contrôle ou GFCC) et à Baden-Baden (gouvernement militaire en zone française occupée ou GMZFO). Un courrier de Félix Debyser envoyé à la Mission militaire pour les affaires allemandes/division Réparations et restitutions à Paris (MMAA), qui assure entre autres le recrutement et la formation du personnel d’occupation12 et nomme les membres du GFCC13, laisse transparaître la même préoccupation documentaire, le désir de ne pas laisser s’évanouir une « documentation qui risque de disparaître rapidement »14. L’incendie de Vincennes, encore tout récent, est abondamment évoqué et la question des réparations « éventuelles » qui en découlent aussi abordée.

  • 15 Échanges de lettres entre M. Debyser et M. François, chef du Service des beaux-arts (DEP) entre le (...)
  • 16 Échanges de courriers entre le 13 septembre et le 4 novembre 1948.
  • 17 Sur la lettre du 4 novembre 1948 de M. Richand, chef du SAG de Mayence, on peut lire en effet la me (...)

11D’autres correspondances relatent les pérégrinations de « livres nazis » depuis l’Allemagne jusqu’à la BDIC, le plus souvent par l’intermédiaire de tiers : la Bibliothèque nationale où transita un envoi émanant du GMZFO/direction de l’Éducation publique15, le chef du service historique de la Défense dans le cas d’un envoi depuis Berlin transitant par le commandement en chef français en Allemagne de Mayence-Gonsenheim16. Certains de ces transferts de livres se font parfois complètement « à l’aveugle ». Lors de l’expédition via Mayence-Gonsenheim de 25 caisses (d’un poids de 1 750 kg), les bibliothécaires de la BDIC n’ayant pu obtenir d’informations fiables sur leur contenu, la transaction fut très probablement abandonnée en cours de route17. Les coûts de transport ont sans doute été dissuasifs, de même que l’ampleur du travail de tri et de vérification à effectuer a posteriori. Ces envois de livres se font « tous azimuts », car les services qui en sont à l’initiative sont multiples et n’ont pas toujours mandat de s’occuper des questions de récupération-réparations.

Le « fonds Séquestres » : un traitement long et un tiroir « à double fond »

  • 18 La consultation des archives des administrations françaises et des organisations tripartites de la (...)
  • 19 Il s’agit, aux côtés des Ordensburg Vogelsang, Ordensburg Krossinsee et Ordensburg Marienborg d’un (...)
  • 20 « Écoles Adolf Hitler », qui accueillaient des enfants sélectionnés par le régime à partir de 12-13 (...)
  • 21 « Front du travail allemand », syndicat unifié allemand des travailleurs et employeurs sous tutelle (...)
  • 22 Michel Leiberich, Les tampons des séquestres, 1982, Q 19017.

12Mais ni le contenu des correspondances ni les registres de dons des années 1945-1950 ne permettent d’avoir une idée un tant soit peu précise du contenu et de la provenance de ces dons d’un genre particulier18. Dans les années d’après-guerre, la BDIC approfondissant sa vocation d’établissement spécialisé dans la documentation et l’étude des guerres mondiales est donc fort mobilisée par la récupération de bibliothèques allemandes, provenant à la fois de la France libérée et de l’Allemagne nouvellement occupée. Les modalités d’entrée de ce qui est devenu communément nommé à la bibliothèque le « fonds Séquestres » sont donc fort mal documentées, mis à part, comme on a pu le voir, les mentions sibyllines concernant le fonds de la Kriegsmarine (1 750 livres) et celui de l’Institut culturel allemand de Madrid. Il faut donc considérer que ces fonds, intégrés dans les collections à diverses reprises, sont issus d’un grand nombre de provenances, comme en atteste la multiplicité des tampons recensés (en plus de ceux déjà mentionnés figurent par exemple les tampons Ordensburg Sonthofen19, AHS pour Adolf Hitler Schulen20, Deutsche Arbeitsfront21). Un répertoire exhaustif établi dans les années 1980 en dénombre 12522. Les contours exacts de ces fonds sont devenus, le temps passant, difficiles, voire impossibles, à définir. Les livres récupérés l’ayant été par vagues successives et en s’agrégeant à la collection existante sans en être toujours clairement démarqués, une « zone de flou » s’est installée. Le seul marqueur de provenance fiable est la présence de tampons. Le nombre total de pièces dans ces fonds est évalué à environ 9 500.

  • 23 Celle-ci a été retrouvée à partir d’un numéro de don inscrit sur des ouvrages qui renvoie au regist (...)
  • 24 Rapport d’activité pour 1981, archives (non classées) de la BDIC, rapport ESGBU 1981.
  • 25 Rapport d’activité pour 1982, archives (non classées) de la BDIC, rapport ESGBU 1982.
  • 26 « Séquestres allemands de 1945 », Matériaux pour l’histoire de notre temps, juillet-septembre 1991, (...)
  • 27 Voir Franz Albert Heinen, NS-Ordensburgen. Vogelsang, Sonthofen, Krössinsee, Berlin, Christoph Link (...)

13Nous ne possédons que peu d’informations sur les entrées et le traitement de ces documents, qui s’étale sur un temps très long. Une partie est arrivée à la BDIC dans les années qui suivent immédiatement 1945, mais la première mention interne qui en est faite date de 196423 ! Un second numéro, sur une autre série de livres, renvoie à la date du 22 juin 1982 : même si les ouvrages ont intégré les collections bien avant, ces dates d’entrée successives indiquent en fait un (re)commencement de traitement par les bibliothécaires. Autant le travail de traitement qui a pu être fait en 1964 n’est pas détaillé, autant celui qui a été effectué dans les années 1980 est bien documenté. Les rapports d’activité de 1981 et 1982 sous la rubrique « Exploitation des fonds anciens » mentionnent un travail sur une partie des séquestres allemands grâce à des crédits de la Mission de la recherche : « Le traitement des ouvrages d’idéologie nazie a été commencé. Celui des ouvrages saisis par les nazis dans les syndicats ou organismes de gauche qui figuraient dans les écoles de cadre de haut niveau n’a pu encore être entamé, mais le tri est en grande partie fait. »24 Il s’agit là de la première mention écrite connue du fonds spolié des « Socialistica » encapsulé à l’intérieur du « fonds Séquestres ». Le rapport de 1982 ajoute quelques précisions : « Une partie des séquestres allemands (il y en a plus de 9 000) a été traitée, non plus comme en 1981 sur l’idéologie nazie, mais sur les ouvrages saisis par les nazis dans les syndicats ou organisations de gauche qui figuraient dans les écoles de cadres de haut niveau : 403 volumes traités ont permis de constater que ce fonds contient beaucoup d’éditions rares introuvables en Allemagne »25. Par la suite le « fonds Séquestres » et le « sous-fonds Socialistica » sont bien documentés et donnent lieu à quatre articles publiés entre 1982 et 1991 dans la revue Matériaux pour l’histoire de notre temps, coédité par la BDIC et l’Association des amis de la bibliothèque. Ces articles donnent essentiellement une typologie du fonds, à grands traits, en retenant trois ensembles distincts : les livres de la bibliothèque du ministère de la Marine relevant de l’histoire militaire, le « fonds nazi » relevant de la littérature idéologique et enfin la partie dénommée « Socialistica », évaluée à environ 1 800 titres, et jugée la plus « étonnante »26 du lot, les livres qui la composent portant, en sus du tampon de l’organisation syndicale ou ouvrière dont ils étaient la propriété, celui du « camp éducatif » de l’Ordensburg Sonthofen (l’une des quatre écoles des jeunes cadres du parti nazi). On peut donc émettre l’hypothèse que les « fonds Socialistica » ont été saisis par les nationaux-socialistes dans les années 1930 pour alimenter les bibliothèques de l’Ordensburg Sonthofen (ill. 3 et 4). Cette Ordensburg, située aux confins sud-ouest de la zone américaine, à proximité immédiate de la zone française, a servi à héberger de 1937 à 1945 des élèves des Adolf Hitler Schulen auxquels était dispensée une formation destinée aux futures élites (Kader) du parti national-socialiste27.

Illustration 3. Page de titre de Arbeitersekretariate und Arbeiterversicherung in Deutschland d'August Müller, avec le tampon Zentr. Arb. Bibliothek de Francfort-sur-le-Main. En haut à droite : le n° de don

Illustration 3. Page de titre de Arbeitersekretariate und Arbeiterversicherung in Deutschland d'August Müller, avec le tampon Zentr. Arb. Bibliothek de Francfort-sur-le-Main. En haut à droite : le n° de don

Source : Collection BDIC.

Illustration 4. Dos de la page de titre avec le tampon Ordensburg Sonthofen Bibliothek

Illustration 4. Dos de la page de titre avec le tampon Ordensburg Sonthofen Bibliothek

Source : Collection BDIC.

14La manière dont le fonds a été traité à une époque où l’informatique n’existait pas encore soulève aujourd’hui un certain nombre de problèmes. Les ouvrages n’ont pas été rassemblés en magasins selon une logique d’ensemble dont les frontières mêmes n’étaient pas établies de façon pérenne. L’intégrité de ce fonds, traité comme un simple « fonds courant », n’a pas été respectée. Seuls les numéros de don permettent de retrouver les ouvrages, la collection présentant donc des discontinuités physiques. La reprise du traitement du reliquat du « fonds Séquestres », entamée en 2011, a permis d’ajouter dans le catalogue informatique de la bibliothèque en zone de notes la notion de « séquestres », ce qui permet de retrouver instantanément lors d’une interrogation la globalité des titres concernés. Un travail rétrospectif serait à mener pour restituer à l’ensemble du « fonds Séquestres » et du « sous-fonds Socialistica » toute leur visibilité. Depuis que le « sous-fonds Socialistica » a été identifié, personne ne s’était posé la question de sa provenance et de sa restitution éventuelle. Ce fonds a simplement été intégré aux collections, qu’il vient idéalement compléter :

  • 28 Michel Prat, « Où l’on reparle des séquestres », La Lettre de l’Association des amis de la BDIC et (...)

« La BDIC possédait déjà à la suite d’une politique d’achat audacieuse et de nombreux dons, une très riche documentation sur le monde ouvrier allemand dans la république de Weimar, notamment sur la période révolutionnaire initiale de l’immédiat après-guerre [après Première Guerre mondiale]. Avec l’apport des livres provenant des séquestres, elle devient sans conteste le centre le plus important en France pour tout ce qui touche au mouvement socialiste de langue allemande depuis la fin du XIXe siècle. »28

15La réflexion sur les questions de restitution était alors inexistante.

  • 29http://lootedculturalassets.de/ >.
  • 30 Bibliothèque de la Fondation nouvelle Synagogue – Centrum Judaicum, Bibliothèque universitaire de l (...)
  • 31 Bibliothèque du Land de Bade (Karlsruhe) et Institut pour l’histoire des Juifs allemands.
  • 32 Contenu (traduit) d’un message électronique de Ringo Narewski de la bibliothèque universitaire de l (...)

16La plateforme allemande Looted Cultural Assets29, lancée à la fin de l’année 2015 à l’initiative de quatre institutions allemandes (Die Bibliothek der Stiftung Neue Synagoge Berlin – Centrum Judaicum, die Universitätsbibliothek der Freien Universität Berlin, die Universitätsbibliothek der Universität Potsdam et die Zentral- und Landesbibliothek Berlin)30, rejointes depuis par deux autres (Badische Landesbibliothek et Institut für die Geschichte der deutschen Juden)31 se présente sous la forme d’une base de données dans laquelle sont saisies et numérisées toutes les marques de provenance visibles sur les exemplaires identifiés comme spoliés. L’interface propose une double modalité de recherche, par type d’objet et par nom de personne privée. La coopération sur cette plateforme repose sur les principes de réciprocité, d’échange et de travail en commun. Les données saisies sont enregistrées de façon pérenne, sous licence « Creative Commons ». La base est pour l’instant spécialisée dans les collections de bibliothèques et répertorie aussi bien les livres pillés par les nazis (NS-Raubgut) que les livres pillés en tant que butin/trophée de guerre (Beutegut)32. Des contacts préliminaires ont été noués en vue d’une coopération éventuelle. Les études sur la faisabilité d’une telle coopération et sur la participation d’une institution étrangère comme la nôtre sont en cours. Un tel projet paraît toutefois fortement hypothéqué par le fait que la plateforme Looted Cultural Assets se limite jusqu’à présent à une coopération entre institutions allemandes.

  • 33 Voir à ce sujet : Anne-Marie Pavillard, « Les bibliothécaires de la BDIC sous l’Occupation », Matér (...)

17Cette contribution vise à susciter l’intérêt des chercheurs et des bibliothécaires pour ce « double fonds » et son histoire. De nombreuses zones d’ombre subsistent quant aux pérégrinations de ces livres depuis l’Allemagne. Quoi qu’il en soit, la consultation des archives d’après-guerre de la BDIC témoigne d’une volonté opiniâtre de reprendre l’activité de collecte des sources et de la documentation relative au conflit qui vient tout juste de prendre fin. D’une guerre à l’autre, la continuité de la démarche de l’institution est évidente. L’activité de collecte est relancée après l’immobilisme relatif des difficiles années de l’Occupation33. Il s’agit pour les bibliothécaires de l’époque de dépasser l’immense traumatisme subi, quitte à mener inconsciemment une politique documentaire qui pourrait être assimilée à celle des « trophées de guerre », saisissant à distance, aussi bien sur le territoire national qu’en Allemagne, les ouvrages au titre de « réparations » des crimes subis. La désorganisation et les problèmes matériels sont palpables et les rapports d’activité des années 1940 à 1950, voire postérieurs, ne font pas mystère des difficultés de l’établissement à absorber cette nouvelle masse de travail et à reprendre une activité normale. L’histoire singulière du fonds pillé/caché des « Socialistica » et de son traitement apparaît féconde : il soulève de nombreuses questions sur ces tribulations chaotiques de livres à travers toute l’Europe et sur la manière dont sont appréhendées les questions de spoliation et de restitution au fil des époques successives.

Notes

1 Chambre des députés, 11e législature, session de 1917, « Rapport présenté par Louis Deshayes au nom de la Commission de l’enseignement et des beaux-arts », p. 3, cité dans Bruno Van Dooren, « La Bibliothèque de documentation internationale contemporaine », in Martine Poulain (dir.), Histoire des bibliothèques françaises. Les bibliothèques au XXe siècle, 1914-1990, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1992 [rééd. Enssib/Éd. du Cercle de la Librairie, 2009].

2 Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées. Les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2008, p. 73.

3 Félix Debyser, Rapport du directeur de la BDIC et musée de la Grande Guerre sur l’incendie du 24 août 1944, Q pièce 6307.

4 F delta res 778, dossier 140.

5 Ibid.

6 Le directeur des Bibliothèques de France à M. le directeur général des Domaines, 18 janvier 1946, F delta res 778, dossier 88. Pas moins de vingt départements ont signalé des livres abandonnés par l’occupant allemand. De la permanence de ce sujet des « livres allemands abandonnés par l’occupant » témoigne un échange sur la liste de diffusion professionnelle Bibliopat au printemps 2016.

7 F. Debyser à M. Cazeaux, chef du 2e Bureau, DBF [Direction des bibliothèques de France], 6 novembre 1946, F delta res 778, dossier 88. Cette lettre nous permet notamment d’apprendre que cette récupération de bibliothèques allemandes intervient au titre de « réparation de guerre ».

8 Le directeur des bibliothèques de France à M. le bibliothécaire en chef, directeur de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, le 25 mars 1948 ; M. le bibliothécaire en chef, directeur de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine à M. l’inspecteur général P. [Pierre] Lelièvre, Direction des bibliothèques de France, 24 avril 1948, F delta res 778, dossier 88.

9 Le directeur de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine à M. l’inspecteur des Domaines de Vannes, 13 février 1948, F delta res 778, dossier 88.

10 Voir notamment Claude Lorentz, La France et les restitutions allemandes au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (1943-1954), Paris, La documentation française, 1998.

11 Ibid., p. 79.

12 Stefan Zauner, Erziehung und Kulturkommission. Frankreichs Bildungspolitik in Deutschland 1945-1949, Munich, Oldenbourg, 1994, p. 59.

13 Claude Lorentz, La France et les restitutions allemandes, op. cit., p. 80 (en note).

14 Félix Debyser à M. Boisnier, MMAA, division Réparations et Restitutions, 9 juin 1945, F delta 2129, dossiers 31-32, correspondance avec les institutions étrangères, Allemagne occupée. Voir aussi Claude Lorentz : « Tout au long du printemps 1945, les demandes des différents ministères affluent à la délégation économique et financière de la MMAA. Les demandes à caractère économique sont les plus importantes sans pour autant être les seules. Ainsi, le ministère de l’Éducation nationale, arguant que les Allemands ont pillé les écoles françaises durant l’occupation, souhaite-t-il récupérer du mobilier des établissements scolaires, des collections scientifiques et du matériel de laboratoire […], des bibliothèques privées spécialisées, les bibliothèques des universités et des établissements d’enseignement de toutes sortes […] », ibid., p. 127-128.

15 Échanges de lettres entre M. Debyser et M. François, chef du Service des beaux-arts (DEP) entre le 9 avril 1947 et le 21 décembre 1947. En mars de la même année, Félix Debyser, toujours actif dans son travail de collecte, adresse un courrier de présentation succinct de la BDIC à M. Schmittlein, directeur de la DEP, car il a appris que ses services procèdent à « l’épuration des bibliothèques allemandes », F delta 2129, dossiers 31-32.

16 Échanges de courriers entre le 13 septembre et le 4 novembre 1948.

17 Sur la lettre du 4 novembre 1948 de M. Richand, chef du SAG de Mayence, on peut lire en effet la mention manuscrite « M. Debyser dit “ne pas répondre” ».

18 La consultation des archives des administrations françaises et des organisations tripartites de la ZFO (Centre des archives diplomatiques de La Courneuve) serait susceptible d’apporter des informations complémentaires sur ce point.

19 Il s’agit, aux côtés des Ordensburg Vogelsang, Ordensburg Krossinsee et Ordensburg Marienborg d’un des quatre camps-forteresses destinés à accueillir les écoles de cadres nazis.

20 « Écoles Adolf Hitler », qui accueillaient des enfants sélectionnés par le régime à partir de 12-13 ans.

21 « Front du travail allemand », syndicat unifié allemand des travailleurs et employeurs sous tutelle du parti nazi.

22 Michel Leiberich, Les tampons des séquestres, 1982, Q 19017.

23 Celle-ci a été retrouvée à partir d’un numéro de don inscrit sur des ouvrages qui renvoie au registre de dons à la date du 7 mars 1964.

24 Rapport d’activité pour 1981, archives (non classées) de la BDIC, rapport ESGBU 1981.

25 Rapport d’activité pour 1982, archives (non classées) de la BDIC, rapport ESGBU 1982.

26 « Séquestres allemands de 1945 », Matériaux pour l’histoire de notre temps, juillet-septembre 1991, n° 24.

27 Voir Franz Albert Heinen, NS-Ordensburgen. Vogelsang, Sonthofen, Krössinsee, Berlin, Christoph Links, 2011, p. 165.

28 Michel Prat, « Où l’on reparle des séquestres », La Lettre de l’Association des amis de la BDIC et du musée, août décembre 1984, n° 13-14, p. 9-10.

29http://lootedculturalassets.de/ >.

30 Bibliothèque de la Fondation nouvelle Synagogue – Centrum Judaicum, Bibliothèque universitaire de l’université libre de Berlin, Bibliothèque universitaire de l’université de Potsdam, Bibliothèque centrale et régionale de Berlin.

31 Bibliothèque du Land de Bade (Karlsruhe) et Institut pour l’histoire des Juifs allemands.

32 Contenu (traduit) d’un message électronique de Ringo Narewski de la bibliothèque universitaire de la FUB, Berlin, 3 mars 2017, au nom de la plateforme Looted Cultural Assets.

33 Voir à ce sujet : Anne-Marie Pavillard, « Les bibliothécaires de la BDIC sous l’Occupation », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2010, n° 100, p. 32-41.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Le château de Vincennes en flammes, 24 août 1944
Crédits Source : Collection BDIC.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Illustration 2. Courrier de Félix Debyser, directeur de la BDIC à la Direction des bibliothèques de France, 6 novembre 1946
Crédits Source : Archives BDIC.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7949/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Illustration 3. Page de titre de Arbeitersekretariate und Arbeiterversicherung in Deutschland d'August Müller, avec le tampon Zentr. Arb. Bibliothek de Francfort-sur-le-Main. En haut à droite : le n° de don
Crédits Source : Collection BDIC.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7949/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Illustration 4. Dos de la page de titre avec le tampon Ordensburg Sonthofen Bibliothek
Crédits Source : Collection BDIC.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7949/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

Auteur

Chargé des collections en langue allemande à La contemporaine (ex-BDIC), Nanterre

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search