Version classiqueVersion mobile

Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

 | 
Martine Poulain

Partie 3. Des livres spoliés dans les bibliothèques publiques françaises

Chapitre 10. Les livres spoliés déposés à la Bibliothèque des langues orientales. Une source pour l'histoire de la destruction des diasporas d'Europe centrale et orientale en France

Benjamin Guichard

Texte intégral

1La BULAC, Bibliothèque universitaire des langues et civilisations, a ouvert ses portes au public en 2011. Sa création est l’aboutissement d'un projet de rassemblement des fonds des bibliothèques universitaires parisiennes en langues du monde non occidental et d’Europe centrale et orientale autour des collections de la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales (BIULO), née dans le sillage de l’École des langues orientales, fondée en 1795.

  • 1 Bibliothèque universitaire des langues et civilisations, « Aire culture Europe balkanique, centrale (...)

2En 2003, dans le contexte de ce projet, une analyse approfondie des collections concernées a été menée ; l'historique des fonds d'Europe centrale de la Bibliothèque interuniversitaire des langues orientales comporte la mention suivante : « À partir de 1953, […] les registres [d’inventaire] mentionnent des dons massifs inscrits comme “récupération” ou “rattrapage” sans plus de précision : il est donc difficile de savoir qui en est à l'origine »1.

Une amnésie institutionnelle

  • 2 Sophie Cœuré, La mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, (...)

3Cinquante ans après leur catalogage, les collections spoliées pendant l’Occupation et déposées à la BIULO, car c’est bien d’elles qu’il s’agit, sont ainsi totalement sorties de la mémoire de l'établissement. Des pages entières des registres de dons marqués comme « récupérations » avaient ainsi perdu toute signification. Signe de l'importance de cette amnésie institutionnelle, cette même année 2003, pourtant, dans le cadre de la restitution des archives trophées spoliées par les nazis et évacuées vers l’URSS2, l’établissement se voyait remettre, par le ministère français des Affaires étrangères, les notes de cours de Marcel Lévy, ancien étudiant du cours de russe de Paul Boyer (1864-1949) à l'École des langues orientales, victime des répressions antisémites.

  • 3 Martine Poulain, « De mémoire de livres. Des livres spoliés durant la Seconde Guerre mondiale dépos (...)

4C'est à l'instigation de Martine Poulain en 2014, qui a transmis à l'établissement les informations sur ces dépôts figurant dans les archives de la sous-commission des livres au sein la Commission de récupération artistique3 que l'établissement a pris conscience de la présence dans ses collections d'un grand nombre d'ouvrages issus des spoliations perpétrées pendant l'Occupation nazie et de leur importance singulière. La recherche de ces documents est donc une opération toute récente pour la BULAC.

5En 2016 et 2017, un travail d'identification de ces ouvrages, reposant sur le dépouillement des registres d'inventaire et un examen systématique livres en main, a été mené pour dessiner le profil de ces dépôts, relever les marques de provenance et les possibilités d'identification de leurs propriétaires.

La sélection de la Commission de choix à destination de la BIULO

6Fin 1949, une « Commission de choix » est créée à l’issue de la dissolution de la Commission de récupération artistique et de sa sous-commission des livres, chargée de recenser les collections spoliées, de les rapatrier et de les restituer. Cette Commission de choix est tenue d’organiser le dépôt de ce qui reste des collections spoliées dans diverses bibliothèques publiques. La bibliothèque de l’École des langues orientales est choisie pour être attributaire d’un grand nombre d’ouvrages. Elle reçoit :

  • le 14 décembre 1949 (1re commission de choix) : 12 manuscrits arabes et persans et un ouvrage du XVIIe siècle sur la Chine ;

    • 4 Et non 6 425, coquille dans le tableau récapitulatif, voir Martine Poulain, « De mémoire de livres  (...)

    le 4 mai 1950 (2e commission de choix) : 15 caisses de livres rassemblés par langue ou par thématique, représentant un total de 2 645 documents4 ;

    • 5 Ce décompte se trouve dans AN : F17/17993 et F17/17994. Nous remercions Martine Poulain pour la com (...)

    le 14 décembre 1950 (3e commission de choix) : 3 caisses d'ouvrages classés par langue, totalisant 460 volumes, dont deux imprimés polonais du XVIIe siècle5.

7La Bibliothèque des langues orientales reçoit ainsi un total de 3 105 ouvrages et 15 documents anciens particulièrement signalés, soit 3 120 documents. En établissant des moyennes estimatives à partir des descriptions des caisses contenues dans les archives de la Commission de choix des livres, mentionnant les langues des documents ou les thématiques dominantes, on peut élaborer une description sommaire de cette sélection :

  • les publications orientalistes et africanistes en diverses langues européennes représentent 13,5 % de l'ensemble ;

  • les ouvrages sur l'Europe centrale et orientale en langues occidentales, 10 % ;

  • les documents en langues d'Europe centrale et orientale constituent les trois quarts du dépôt, le hongrois représentant à lui seul un gros tiers de l'ensemble (36,5 %), le polonais, le tchèque et le roumain respectivement entre 10 % et 15 % chacun.

  • 6 Martine Poulain, « De mémoire de livres », op. cit.

8Le critère linguistique semble donc le premier motif de choix de la Bibliothèque des langues orientales comme lieu de dépôt pour ces ouvrages visiblement issus de bibliothèques constituées par des membres de la diaspora juive d’Europe centrale et orientale en France. Il explique d’évidence l’importance du volume de documents déposé à la BIULO, comparable aux affectations réalisées au bénéfice de la Bibliothèque nationale qui, avec l’Arsenal, se voit remettre 3 681 ouvrages6.

  • 7 AN F17/17993, fo 14, attribution de la 1re commission de choix du 14 décembre 1949.
  • 8 Lettre de Colette Meuvret à l’inspecteur général des bibliothèques chargé du service des bibliothèq (...)
  • 9 Athanase Kircher, La Chine d'Athanase Kirchere... illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que (...)

9Seuls les trois imprimés anciens sont accompagnés de références bibliographiques précises dans la correspondance entre la Commission de choix et l'établissement ; ni les manuscrits (« arabes ou persans, sur papier, la plupart reliés en maroquin »7) ni les autres ouvrages ne sont décrits d’une façon permettant d’être identifiés. L’établissement d’attribution était chargé, par circulaire, d'inscrire les leurs sur un inventaire provisoire à diffuser largement pour permettre aux propriétaires de reconnaître éventuellement leurs ouvrages. Pendant trois ans, ils ne devaient y apposer aucune marque de propriété. En 1950, la directrice de la bibliothèque souligne les difficultés que présente l’établissement d'un inventaire dans de brefs délais, compte tenu de la diversité linguistique des documents déposés8. Cet inventaire provisoire, s'il a été réalisé, n’a pu être retrouvé et, sur les trois ouvrages anciens précisément répertoriés dans les archives, un seul titre a pu être localisé dans les collections actuelles de la BULAC9. Les archives de la Commission de récupération artistique permettent donc d’attester l’attribution d’un grand nombre d’ouvrages et leur réception par la BIULO, mais elles ne fournissent donc pas d’éléments pour les identifier.

Quelles traces de ces collections spoliées à la BULAC ?

10La relation entre les documents transmis par Martine Poulain et les mentions de « récupération » figurant dans les registres de dons des collections de la BIULO fut relevée pour la première fois par Francis Richard, directeur scientifique de la BULAC jusqu’en 2014. Parallèlement aux registres d'acquisitions, ces livres d'inventaires des « dons » regroupent tous les types d'entrées non onéreuses (dons à proprement parler, dépôts d'administration, échanges) : chaque document enregistré dans le catalogue de la bibliothèque l’est avec un numéro et une date d’entrée, une cote, son titre, une date de publication et une provenance. On y relève 1 142 numéros d'inventaire associés à la mention de « récupération » entre janvier 1951 et février 1965. Il faut souligner que 92 % de ces inscriptions furent réalisées entre mai et août 1954. Quatre ans après le dépôt de ces collections, l'établissement s'est donc engagé dans une opération de catalogage massif et d'intégration dans ses collections des ouvrages déposés par la Commission de choix (ill. 1).

Illustration 1. Une opération de catalogage massive à l’été 1954 pour les ouvrages issus des spoliations. Extrait du registre des dons de la Bibliothèque de l’École des langues orientales pour l’année 1954

Illustration 1. Une opération de catalogage massive à l’été 1954 pour les ouvrages issus des spoliations. Extrait du registre des dons de la Bibliothèque de l’École des langues orientales pour l’année 1954

Source : Archives de la BULAC. Cliché de l’auteur, diffusion CC-0.

11Les entrées ne sont pas inscrites sous un numéro de « don » unique, chaque titre correspondant à un numéro d’inventaire propre. Seule la mention de « récupération » permet donc de faire la liste des documents issus des commissions de choix. L’usage du terme de « récupération » semble toutefois avoir rapidement perdu une partie de sa signification au sein de l’établissement : on relève 11 entrées, notées comme « récupérations » qui s’avèrent évidemment erronées, car elles correspondent à des ouvrages publiés après 1945.

12Un travail de recoupement de ces registres de dons avec le catalogue permet d’aboutir à une liste de 1 289 titres et 1 404 exemplaires. Quatorze documents se sont révélés manquants, deux volumes ont été pilonnés. Ce sont donc 1 389 exemplaires d'ouvrages spoliés qui sont aujourd'hui localisés à la BULAC. Ce chiffre correspond à seulement 45 % du nombre de volumes initialement déposés par les commissions de choix.

  • 10 Signet figurant dans le manuscrit BULAC MS.ARA.722.

13On ne peut qu’émettre des hypothèses pour déterminer les raisons de cet écart. Une restitution semble improbable. Outre la piste de l'élimination, on peut supposer que leur catalogage a été effectué sans signaler l'origine du dépôt, mais on dispose de peu d'éléments pour retrouver les autres documents. Le dépouillement de ce corpus a révélé que les ouvrages considérés ne portent qu'exceptionnellement le timbre de la sous-commission des livres (14 cas) ; aucun ouvrage appartenant à une série de documents spoliés mais ayant échappé à l'inscription « récupération » n'a été identifié. Les registres d'inventaire restent bien la seule piste pour identifier le corpus d'ouvrages spoliés. La situation est encore plus indéterminée pour les manuscrits dont on a signalé la description fort sommaire et qui ne figurent pas dans ces inventaires. Malgré un relevé attentif des marques de provenance au cours des chantiers de catalogage menés depuis plusieurs années à la BULAC, un seul document est nettement assignable aux dépôts d'ouvrages spoliés : un Coran ottoman copié au début du XVIIIe siècle qui comporte un simple signet mentionnant « Mnst [sic pour ms., manuscrit] attribué par la Commission de récupération en 1950 »10. Il est fort à craindre que les autres mentions susceptibles d’apparaître ainsi sur un morceau de papier aient été perdues.

  • 11 Cette liste est présentée et contextualisée sur le carnet de recherche de la bibliothèque : Benjami (...)

14Aujourd'hui, l'ensemble des ouvrages est signalé dans le catalogue informatisé et porte la mention : « Ouvrages spoliés pendant la Seconde Guerre mondiale, déposés à la BIULO par la Commission de choix de récupération artistique (1949-1953) » au niveau de la notice d'exemplaire, information récapitulée dans une liste disponible pour le public11. Le signalement sera prochainement assuré au niveau du catalogue collectif de l’enseignement supérieur, le Système universitaire de documentation (SUDOC). Quarante-neuf ouvrages encore absents du catalogue informatisé (documents en arménien, grec ou hébreu) ont été revêtus d’une mention de provenance manuscrite afin de garder la trace de cette identification.

Des pièces orientalistes et des bibliothèques domestiques de la diaspora

15Quel est le profil de cet ensemble de 1 389 documents et que peut-il nous apprendre sur le mécanisme de la spoliation ?

16La répartition linguistique et thématique des ouvrages identifiés est la suivante : ceux en langues d'Europe centrale et orientale représentant 72 % des titres, le hongrois à lui seul 40 %, suivi par le tchèque et le polonais (respectivement 12,5 % et 10,5 %). La place des langues extra-européennes est anecdotique (0,6 %), celle de l'hébreu et du yiddish à peine plus importante (19 documents, soit 2,7 %). Les ouvrages en langues occidentales (23 %, dont 13,5 % pour les ouvrages en français) se répartissent de façon assez similaire entre documents sur l'Europe centrale et orientale, d'une part, et documents sur les mondes extra-européens. Si le corpus identifié ne correspond qu'à 45 % des dépôts effectués en 1949-1950, le profil du corpus ne révèle donc pas d'écart significatif avec la répartition des langues et des thématiques représentées par rapport aux descriptifs figurant dans les archives de la Commission de récupération artistique.

17Les dates de publication vont de 1617 à 1943, mais seulement 29 ouvrages sont antérieurs à 1850, soit 2 % de l'ensemble. La moitié des dates d'édition de la collection est postérieure à 1913, 16 % sont postérieures à 1930 – 11 % des documents ne sont toutefois pas datés.

18Deux ensembles se distinguent ainsi nettement. Un petit nombre d'ouvrages de collectionneurs amateurs d'orientalisme constituent les quelques pièces anciennes et éditions rares et les manuscrits arabes et persans, qui représentaient évidemment des pièces de prix. Nos investigations n’ont pas permis d'identifier leur dernier propriétaire, mais l'histoire de la circulation marchande récente de certains exemplaires peut être partiellement retracée. Deux exemples parmi d’autres :

    • 12 Cotes BIULO HEB.IV.152, BIULO HEB.IV.153 et BIULO HEB.IV.154.

    les plus anciens documents sont les volumes d'une bible hébraïque imprimée à Genève en 1617, portant l'ex-libris du séminaire de Saint-Sulpice à Paris, collection dispersée sous la Révolution – ces exemplaires ayant donc probablement échappé à la nationalisation au profit de propriétaires privés12 ;

    • 13 Cote BIULO PB.II.437.

    une grammaire russe de la langue mongole, imprimée à Saint-Pétersbourg par les presses du Saint-Synode, porte le timbre de l'ambassade du tsar à Pékin, mais également un cachet du département commercial de la section moscovite des éditions d’État soviétiques et un prix en rouble – l'ouvrage a donc certainement fait partie des nombreux livres de prix et œuvres d'art vendus à l'Ouest par le pouvoir soviétique à la recherche de devises dans les années 193013.

19À l'autre bout du spectre, le nombre prédominant d'ouvrages en langues d'Europe centrale aux dates de publication très récentes donne plutôt l'image de bibliothèques domestiques. L'âge médian des livres relatifs à l'Europe centrale et orientale, toutes langues confondues et en excluant la Hongrie, car nous verrons que l’origine de ce fonds est particulière, est 1923. Il s’agit donc pour moitié de livres publiés moins de vingt ans avant leur spoliation. La nature des ouvrages corrobore ce constat : romans, ouvrages de vulgarisation, livres illustrés (une collection très complète des œuvres de Karel Čapek [1890-1938] par exemple), lexiques pratiques, encyclopédies populaires et savantes ou livres de cuisine donnent le témoignage saisissant de documents arrachés à un foyer : les dates d'achat sont souvent indiquées au crayon, une dédicace mentionnant un simple prénom et l'occasion d'une visite ou d'un anniversaire, des gribouillis d'enfants sur une page de garde. Plusieurs conservent également le timbre de leur libraire, en France ou en Europe de l'Est.

20Ces documents ont été catalogués à une période de développement accéléré des collections d'Europe centrale et orientale à la Bibliothèque des langues orientales. Si les chaires de polonais, de tchèque, de hongrois ou de roumain sont créées dans le sillage de la Première Guerre mondiale, la place de ces collections reste très marginale, à la différence du russe qui a connu un développement marqué depuis la fin du XIXe siècle. Le milieu des années 1950 est une période de structuration de ces fonds, comprenant la mise en place de systèmes d'échanges et dons institutionnels dont les nouvelles démocraties populaires sont prolixes. À cette occasion, des cotes « linguistiques » sont créées pour regrouper ces nouvelles entrées : les collections spoliées occupent ainsi une place de choix à la racine des cotes HON, TCH, POL ou ROU de la bibliothèque, représentant parfois plusieurs travées d'affilée et donnant à voir la volumétrie de ces spoliations. Au sein des collections, ces « récupérations » représentent 30 % des ouvrages hongrois antérieurs à 1945 issus du fonds de la BIULO, moins de 6 % pour les autres langues d’Europe centrale. L'arrivée de ces livres spoliés a donc contribué à faire évoluer le profil des collections de la Bibliothèque des langues orientales dans un contexte d'intérêt accru pour l'Europe centrale.

Chantier d'identification, perspectives de restitution et d'étude

  • 14 Base réalisée par Martine Poulain, avec le soutien de plusieurs institutions. [En ligne] < http://w (...)

21Les documents identifiés ont été intégralement examinés de visu pour relever des marques de provenance (librairies, institutions) ou de propriétaires individuels. Cent soixante-quinze exemplaires, soit seulement 12,5 % du corpus, comportent une marque permettant d’identifier le propriétaire spolié : une dédicace, un ex-libris, une reliure nominative, une estampille, etc. Cent quinze autres exemplaires font également apparaître des marques d’appartenance, mais elles restent indéchiffrables : des initiales non identifiées, une dédicace, une signature, etc. Ces traces ont été systématiquement relevées, recoupées et regroupées ; la base d'institutions et de personnes spoliées mise en ligne par le Mémorial de la Shoah, à partir des dossiers de réclamation présentés après-guerre auprès de la sous-commission des livres à la récupération artistique et à l’Office des biens et intérêts privés (OBIP) permet de vérifier et de compléter les hypothèses d'attribution14. À une exception près, l’enquête ne révèle qu’une présence très émiettée de bibliothèques identifiable.

22Parmi les victimes de spoliations répertoriées dans les archives de la sous-commission des livres, on relève la présence d'ouvrages attribuables à :

  • Jules Romains (1885-1972, 1 livre) ;

  • l’écrivain et traducteur d’origine tchèque, figure de la résistance tchèque à Londres, Gustav Winter (1889-1943, 5 livres) ;

  • Bela Szilasi (dates inconnues, 1 livre) ;

  • les juristes S. Stern (prénom complet et dates inconnus) et Bernard Lavergne (1889-1975) (1 livre chacun) ;

    • 15 Patricia Kennedy Grimsted, The Odyssey of the Turgenev Library from Paris, 1940-2002. Books as Vict (...)

    la bibliothèque russe Tourgueniev de Paris15 (1 livre) ;

  • Emil Horn (1858-1937, 124 livres).

23On trouve également sur les ouvrages d'autres mentions de provenance, qui ne correspondent pas à des victimes répertoriées dans les dossiers de réclamation :

  • le peintre Oktawian Jastrzembski (1899-1982), ministre du gouvernement polonais en exil à Londres (13 documents) [ill. 2] ;

  • le cabinet de lecture de la librairie polonaise du boulevard Saint-Germain (2 livres) ;

  • l’organisation de scouts tchécoslovaques des Sokols (les faucons) à Paris (1 livre) ;

  • la bibliothèque du musée provincial polonais de Kolomyja en Galicie orientale, aujourd’hui Kolomya en Ukraine (1 livre) ;

  • la bibliothèque de l’Académie des sciences de Hongrie (1 livre).

Illustration 2. Une rare trace explicite de l’attribution par les commissions de choix. Le nom du propriétaire d’un ouvrage, Oktawian Jastrzembski (1899-1982), est surchargé par le timbre de la sous-commission des livres de la Commission de récupération artistique et une sortie d’inventaire datée du 1er février 1950 (BIULO POL.III.58)

Illustration 2. Une rare trace explicite de l’attribution par les commissions de choix. Le nom du propriétaire d’un ouvrage, Oktawian Jastrzembski (1899-1982), est surchargé par le timbre de la sous-commission des livres de la Commission de récupération artistique et une sortie d’inventaire datée du 1er février 1950 (BIULO POL.III.58)

Source : Collections de la BULAC. Cliché de l’auteur, diffusion CC-0.

24D’autres noms et initiales ont pu être relevés, mais sans parvenir à les faire correspondre de façon certaine à des victimes identifiées. On trouve ainsi les mentions de J. Stobrov, Karel Wendl, Miklos Wahl, Olga Kovacs, Rose Brener, une dédicace probablement adressée au professeur belge Henri Grégoire (1881-1964).

25Le cas d'Emil Horn se distingue nettement par le nombre d'ouvrages qui lui sont facilement attribuables grâce à des dédicaces, des ex-libris ou la mention de ses initiales en lettres dorées sur le dos des reliures. La présence de ce fonds explique à lui seul la très forte représentation de documents hongrois dans cet ensemble. Fils d'un exilé hongrois de 1848, Emil Horn a eu une activité intense de traducteur, journaliste et publiciste, correspondant de différentes académies et spécialiste de l’histoire de l’Église catholique hongroise. Son père, Ignác Einhorn (1825-1875), était un rabbin réformateur à l’engagement politique libéral qui l’a conduit en exil en Belgique puis en France après 1848, où il a mené une activité de publiciste sous le pseudonyme de J. Édouard Horn. Il a épousé une catholique belge, Louise Ragondet, et ses enfants ont tous embrassé cette religion après sa mort en 187516. Emil Horn est décédé en 1937, mais sa bibliothèque a très certainement été spoliée sur critères raciaux. Un dossier en restitution a été constitué après-guerre par Emma Horn-Ragondet, sans doute sa sœur survivante, qui a récupéré en 1946 quelque 800 ouvrages retrouvés dans les locaux de l’Alliance israélite universelle17. C'est donc une partie de sa bibliothèque de travail qui a été retrouvée à la BULAC : outre le soin accordé aux reliures et les nombreuses traces d’envois, les exemplaires sont truffés de notes ou de coupures de presse, voire d'images pieuses. Cent vingt-quatre ouvrages sur les 451 titres hongrois comportent ainsi une mention de provenance explicite. La moitié des documents relatifs à la Hongrie sont antérieurs à 1907, un profil qui les distingue du caractère plus récent des ouvrages tchèques, roumains et polonais et signale le poids d’une bibliothèque savante d’érudition et de piété, comme en témoignent les nombreuses images saintes qui servent de marque-pages. On peut donc s’étonner que l’origine de ces livres n’ait pas été identifiée par la sous-commission des livres, alors qu’elle avait fait l’objet d’une demande honorée par une restitution partielle.

Des restitutions à l’archéologie de la spoliation

26À l’exception notable de la bibliothèque d’Emil Horn, les perspectives de restitution ouvertes par ce chantier restent donc limitées et complexes, la recherche des ayants droit et les initiatives de restitutions étant balbutiantes dans le domaine du livre. Il est toutefois de la responsabilité historique de la BULAC de s’y atteler. Les chantiers de publication et de mise en commun des marques de provenance à l’échelle des bibliothèques européennes sont indispensables pour faciliter ce travail.

  • 18 Mihajl M. Izûmov, Opyt ’’ slovarâ russkago âzyka sravnitelʹno s’’ âzykami indo-evropejskimi, Saint- (...)

27L’immense majorité des documents reste malheureusement sans provenance identifiée. Le dépouillement de ce corpus fait toutefois émerger d’autres pistes d’analyse. Issus de bibliothèques domestiques, ces documents permettent d’éclairer la culture livresque de la diaspora d’Europe centrale : circulation à partir des marques de libraires, étude de la valeur accordée à l’objet à travers les dédicaces, les annotations liées à un achat, les appropriations du texte sous forme d’annotations. La recherche des marques de provenance a également permis de relever des traces récurrentes des manipulations dont ces livres ont fait l’objet, au cours de la spoliation ou dans le cadre de la restitution : marques, numéros d’inventaire, etc. Leur interprétation reste le plus souvent obscure et, là encore, seul un travail de comparaison avec les ouvrages spoliés déposés dans d’autres bibliothèques peut permettre de comprendre leur signification et de les relier au processus de spoliation ou aux circuits de restitution. Un dictionnaire étymologique des racines indo-européennes de la langue russe présente ainsi un florilège de ces marques18. Un timbre du libraire russe parisien Jacques Povolozky (1881-1945) permet de supposer un achat réalisé en France au sein de la diaspora russe. Une partie arrachée de la page de titre trahit une volonté probable d’anonymisation de la provenance du livre. Un tampon ERR, pour Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg, conserve la trace du circuit de la spoliation (ill. 3a et 3 bis).

Illustrations 3a et 3 bis. Marques de libraire, tampon et annotations de l’état-major de l'Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg. Gardes et revers de la page de titre de l’ouvrage BIULO PB.III.375

Illustrations 3a et 3 bis. Marques de libraire, tampon et annotations de l’état-major de l'Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg. Gardes et revers de la page de titre de l’ouvrage BIULO PB.III.375

Source : Collections de la BULAC. Cliché de l’auteur, diffusion CC-0.

  • 19 Patricia Kennedy Grimsted, “Library Plunder in France by the Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg: Te (...)

28Alors que la majorité des ouvrages identifiés n’ont pas de véritable valeur commerciale, ces marques éclairent le processus de spoliation. Plusieurs portent la trace de noms effacés ou de pages de titre maculées, moins d’efforts d’anonymisation de leur origine. Cinq ouvrages d'histoire militaire et un livre rédigé par le rabbin roumain Meyer Abraham Halévy (1900-1972) conservent par ailleurs la trace explicite d'une saisie par l'ERR à destination de la bibliothèque centrale de la Hohe Schule, l’École des cadres du parti nazi à Francfort, du commandement de l'état-major de l'ERR ou de la Bibliothèque d'étude de la question juive constituée à Francfort-sur-le-Main par Rosenberg. Sept autres documents présentent dans les pages de garde des numéros d'enregistrement, précédées de la mention « Tzb », et laissent penser qu'ils furent également découverts parmi les collections spoliées de l'ERR – les ouvrages de la bibliothèque centrale de la Hohe Schule ayant été retrouvés par les Alliés dans le dépôt de Tanzenberg19. Parfois, le caractère raciste du tri des ouvrages spoliés saute au visage : une traduction allemande d'un roman de l'écrivain hongrois d'origine juive Lajos Hatvany (1880-1961), converti au catholicisme, porte ainsi dans la garde au crayon gras la preuve d'un tri nazi : « Ungarn, Jude » (Hongrois, Juif).

29Entre la recherche de livres précieux, la collecte d’informations pour l’appareil national-socialiste ou le pillage des biens mobiliers des familles persécutées, les ouvrages spoliés conservés à la BULAC illustrent toutes les facettes de la persécution dont ces livres sont le témoignage. La recherche de provenance peut ainsi s’enrichir d’une archéologie minutieuse et complexe de ces marques d’appropriation, susceptibles d’éclairer les mécanismes et les logiques de cette entreprise de destruction.

Notes

1 Bibliothèque universitaire des langues et civilisations, « Aire culture Europe balkanique, centrale et orientale (EBCO). Politique documentaire. 1re phase : état de l'existant », rapport de juillet 2003. On retrouve cette mention pour les notes relatives aux fonds polonais et baltes.

2 Sophie Cœuré, La mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, de 1940 à nos jours, Paris, Payot, 2007.

3 Martine Poulain, « De mémoire de livres. Des livres spoliés durant la Seconde Guerre mondiale déposés dans les bibliothèques : une histoire à connaître et à honorer », Bulletin des bibliothèques de France, 2015, no 4, p. 176-190. Les archives concernées sont consultables aux Archives nationales, cartons AN F 17/17993 et F 17/17994.

4 Et non 6 425, coquille dans le tableau récapitulatif, voir Martine Poulain, « De mémoire de livres », op. cit., p. 189.

5 Ce décompte se trouve dans AN : F17/17993 et F17/17994. Nous remercions Martine Poulain pour la communication de ces documents.

6 Martine Poulain, « De mémoire de livres », op. cit.

7 AN F17/17993, fo 14, attribution de la 1re commission de choix du 14 décembre 1949.

8 Lettre de Colette Meuvret à l’inspecteur général des bibliothèques chargé du service des bibliothèques spoliées, 28 juin 1950, accusant réception des caisses attribuées par la 2e commission de choix. AN F17/17994, fo 157.

9 Athanase Kircher, La Chine d'Athanase Kirchere... illustrée de plusieurs monuments tant sacrés que profanes, et de quantité de recherchés [sic] de la nature et de l'art, Amsterdam, 1670. BULAC RES-Fol-850 (inventaire D.45393).

10 Signet figurant dans le manuscrit BULAC MS.ARA.722.

11 Cette liste est présentée et contextualisée sur le carnet de recherche de la bibliothèque : Benjamin Guichard, « Des livres spoliés par les nazis, conservés à la BULAC », 22 mars 2017. [En ligne] < https://bulac.hypotheses.org/5384  >.

12 Cotes BIULO HEB.IV.152, BIULO HEB.IV.153 et BIULO HEB.IV.154.

13 Cote BIULO PB.II.437.

14 Base réalisée par Martine Poulain, avec le soutien de plusieurs institutions. [En ligne] < http://www.memorialdelashoah.org/upload/minisites/bibliotheques_spoliees/index.php >.

15 Patricia Kennedy Grimsted, The Odyssey of the Turgenev Library from Paris, 1940-2002. Books as Victims and Trophies of War, Amsterdam, International Institute of Social History, 2003 (coll. Research Paper ; 42).

16 Notices biographiques dans The Yivo Encyclopedia of the Jews in Eastern Europe et sur data.bnf.fr. < http://www.yivoencyclopedia.org/article.aspx/Einhorn_Ignac ; http://data.bnf.fr/12519517/j__edouard_horn/ >.

17 Dossier OBIP n° 26895, selon la base de données. [En ligne] < http://www.memorialdelashoah.org/upload/minisites/bibliotheques_spoliees/index.php >.

18 Mihajl M. Izûmov, Opyt ’’ slovarâ russkago âzyka sravnitelʹno s’’ âzykami indo-evropejskimi, Saint-Pétersbourg, Izd. N.A. Šigina, 1880. Cote : BIULO PB.III.375.

19 Patricia Kennedy Grimsted, “Library Plunder in France by the Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg: Ten ERR Seizure Lists of Confiscated French Libraries”, ERR Project, mars 2017. [En ligne] < https://www.errproject.org/docs/ERRParisLibraryLists2017.03.01.pdf >.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Une opération de catalogage massive à l’été 1954 pour les ouvrages issus des spoliations. Extrait du registre des dons de la Bibliothèque de l’École des langues orientales pour l’année 1954
Crédits Source : Archives de la BULAC. Cliché de l’auteur, diffusion CC-0.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7941/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Illustration 2. Une rare trace explicite de l’attribution par les commissions de choix. Le nom du propriétaire d’un ouvrage, Oktawian Jastrzembski (1899-1982), est surchargé par le timbre de la sous-commission des livres de la Commission de récupération artistique et une sortie d’inventaire datée du 1er février 1950 (BIULO POL.III.58)
Crédits Source : Collections de la BULAC. Cliché de l’auteur, diffusion CC-0.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7941/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Illustrations 3a et 3 bis. Marques de libraire, tampon et annotations de l’état-major de l'Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg. Gardes et revers de la page de titre de l’ouvrage BIULO PB.III.375
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7941/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Crédits Source : Collections de la BULAC. Cliché de l’auteur, diffusion CC-0.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7941/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search