Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une nation de lecteurs ?

 | 
Marie-Françoise Cachin

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Maurice Crubellier. « L’élargissement du public ». In Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.). H (...)

1Au terme de cette étude, il reste donc difficile de répondre à la question posée dans le titre. L’Angleterre est-elle une nation de lecteurs ? Certes, en 1945, la population dans son ensemble est alphabétisée, certes la lecture a pris de plus en plus d’importance dans la vie de chaque individu, certes l’accès au livre s’est amélioré, mais de telles affirmations générales ne sauraient rendre compte de la situation exacte de la lecture dans ce pays. Car « de “savoir lire” à “lire” […] du simple déchiffrement à la consommation délectable, le chemin est long, jalonné de toutes sortes d’étapes », comme l’écrit Maurice Crubellier1. À la manière de William St Clair dans son ouvrage déjà cité, The Reading Nation in the Romantic Period, il faut donc nuancer et distinguer ce qu’il appelle la literate nation et la reading nation. Selon lui, à l’époque qu’il étudie :

  • 2 William St Clair, op. cit., p. 13-14.

The reading nation was probably far smaller than the ‘literate nation’ among whom I include those many others whose reading was largely confined to the reading of commercial documents, manuscript ledgers and letters, directly associated with their employment and to the reading of newspapers. The non-reading nation consisted of those members of society whose experiences of written texts were mainly oral and visual.2

2Cette description peut s’appliquer à la nation Anglaise pour toute la période considérée dans ce livre, au cours de laquelle la part relative de chacune des trois catégories ainsi définies par lui, literate, reading et non-reading s’est modifiée au profit de la reading nation. En d’autres termes, les progrès accomplis tant en matière d’alphabétisation que d’instruction ont fait augmenter la proportion des lecteurs par rapport aux simples alphabétisés et aux non-lecteurs. Mais ceci ne permet pas d’affirmer pour autant que l’Angleterre était devenue en 1945 “a nation of readers”.

3À défaut de pouvoir répondre de manière catégorique à cette question initiale, je voudrais essayer en conclusion de dégager et de récapituler certaines des spécificités de la lecture en Angleterre entre 1815 et 1945.

4En premier lieu, on discerne la lente mais inéluctable progression de l’alphabétisation de la nation dans son ensemble. À cet égard, l’influence de la religion et plus particulièrement du mouvement évangéliste a incontestablement été primordiale tout au long du XIXe siècle. De même, les Sunday Schools ont joué un rôle fondamental en contribuant à l’alphabétisation des classes populaires. Cette primauté des institutions religieuses a cependant été contrebalancée par l’action de courants laïques et d’organisations comme les Mechanics’Institutes et la Society for the Diffusion of Useful Knowledge. Les uns comme les autres s’appuyaient sur deux valeurs principales caractéristiques de l’époque victorienne : d’une part la respectabilité que pouvait procurer la lecture, d’autre part la foi dans le progrès personnel et l’autodidactisme. Mais il a fallu attendre la fin du XIXe siècle et les lois de 1870 et 1880 pour voir l’État prendre enfin en charge l’instruction généralisée des enfants, en assurer la gratuité et réaliser l’alphabétisation totale de la nation.

  • 3 Richard Hoggart. “Critical Literacy and Creative Reading”. in Brian Cox (ed.). Literacy Is Not Enou (...)
  • 4 Jean-Yves Mollier et alii (dir.). Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amér (...)

5Deuxième point à souligner : l’évolution des pratiques de lecture, qui s’est faite sur plusieurs plans. Alors que la lecture était au départ majoritairement orale et collective à l’église, au sein des familles le soir ou le dimanche, ou dans certains lieux publics comme les coffee houses, elle est devenue un acte solitaire, une activité silencieuse. Pour le sociologue Richard Hoggart, il n’est de véritable lecture autrement : “Reading is initially and inherently a solitary occupation […]. It is not and cannot be in the first place a group activity3. De ce point de vue, les Anglais sont donc devenus de véritables lecteurs. Par ailleurs, le temps consacré à la lecture ayant peu à peu augmenté grâce à la réduction du temps de travail, au développement des périodes de congé, la lecture est devenue une activité de loisir. Elle s’est aussi généralisée et démocratisée. Comme le note Jean-Yves Mollier, « l’alphabétisation généralisée » a été « la condition de base de l’apparition d’une culture de masse »4, qui s’est développée en Angleterre à partir des années 1900 en dépit de la persistance d’une société marquée par de fortes différences de classe.

6Un troisième aspect important concerne les difficultés de l’accès au livre pour les nouveaux alphabétisés. Le prix des livres est resté longtemps très élevé, d’une part en raison des fameuses taxes on knowledge qui n’ont été complètement abolies qu’en 1855, d’autre part en raison de la méfiance des classes supérieures à l’égard des couches laborieuses. Un vif débat autour de la lecture s’est prolongé pendant de nombreuses décennies, entraînant la censure de certains ouvrages jusqu’au début du XXe siècle, débat qui connut un regain de vigueur avec les actions intentées contre auteurs et éditeurs par la National Vigilance Association. Un moindre mal a été la diffusion à cette même époque de listes d’ouvrages conseillés comme celles de la National Home Reading Union dans les années 1890, une démarche qui ressemble fort à de la prescription.

7Afin de permettre malgré tout l’accès au livre et d’éviter que les nouveaux lecteurs ne perdent rapidement leur capacité de lire, sont apparus très tôt divers types de publication bon marché comme les Cheap Repository Tracts d’Hannah Moore, dont on a vu qu’ils s’inspiraient de la littérature de colportage, ou le Penny Magazine de Charles Knight. Par la suite, de multiples expériences furent tentées, parfois avec succès, afin de fournir aux lecteurs des ouvrages pas trop onéreux. De ces tentatives, les plus réussies ont été sans conteste les yellowbacks et autres railway libraries au milieu du XIXe siècle, puis les paperbacks de Penguin à partir de 1935, une production liée directement à l’évolution de l’édition.

8Par ailleurs, faute de pouvoir acheter les livres, les Anglais ont pris l’habitude de la lecture en bibliothèque. Les classes moyennes avaient à leur disposition des bibliothèques commerciales privées, du type cabinet de lecture, tandis que les classes inférieures pouvaient se tourner vers les bibliothèques mises à leur disposition par des institutions confessionnelles ou laïques évoquées plus haut, voire par leurs employeurs. Il fallut bien des années avant que l’Angleterre dispose de bibliothèques publiques et gratuites et, qui plus est, qu’elles soient utilisées par les lecteurs de toutes les classes sociales. L’apparition des twopenny libraries en 1930, la survie des circulating libraries jusque dans les années 1960 et la pérennité de la London Library confirment cette réticence à l’égard des établissements de lecture publique. Mais, dans tous les cas de figure, au moins jusqu’en 1945, les Anglais sont restés fondamentalement des lecteurs en bibliothèque et ils ont continué à préférer emprunter plutôt qu’acheter leurs livres.

  • 5 Richard D. Altick. The Common Reader, op. cit., p. 385.

9Il faut aussi noter certaines tendances quant à leurs goûts en matière de lecture. Sur la période considérée, on relèvera tout d’abord la présence d’ouvrages lus dans quasiment toutes les couches sociales, et qui constituent en fait le fondement culturel de la société. L’un de ces ouvrages, lu au moins en extraits par une majorité sinon la totalité de la population, est bien entendu la Bible, même si elle n’est plus autant lue en 1945 qu’en 1815. Robinson Crusoe, sorte de petit manuel pratique de la self-help, décliné en toutes sortes de formats et de prix, est un autre exemple de livre qui parcourt le temps. Cependant, les ouvrages distrayants se sont progressivement imposés dans les pratiques de lecture des Anglais, à côté de lectures utilitaires et instructives. Le roman, qu’il soit historique, sentimental, sensationnel ou policier, a occupé et occupe encore une place de choix. Les bestsellers ont fait florès, écrits par des écrivains britanniques ou non. On peut évoquer ici par exemple le succès incroyable d’Uncle Tom’s Cabin de Harriet Beecher-Stowe, dont Altick dit qu’il a été probablement “the greatest short-term sale of any book published in nineteenth-century England”, avec dix éditions différentes en deux semaines et un total de quarante en un an5. Mais si la fiction a été et reste un type de lecture particulièrement privilégié et apprécié, on constate la présence d’autres genres très prisés du lectorat Anglais, désignés par le terme de non-fiction, comme les biographies ou autobiographies, les livres d’histoire et les récits de voyage. Cet intérêt pour ce genre d’ouvrages est certainement une caractéristique Anglaise qui a perduré.

10Enfin, parmi les lectures favorites des Anglais, on ne saurait négliger la lecture de la presse, qu’il s’agisse de quotidiens, d’hebdomadaires, ou de magazines variés, de qualité (quality papers) ou populaires, qui a progressivement pris une place considérable dans le pays. Une fois supprimées les taxes qui les frappaient, les journaux ont été abondamment lus et encore plus ceux du dimanche parce qu’ils sont restés longtemps avec la Bible une des rares lectures autorisées le Jour du seigneur, et parce qu’on en a créé à des prix accessibles pour les différentes catégories sociales.

  • 6 Roger Chartier (dir.). Pratiques de lecture, op. cit., p. 220.

11À travers ce parcours de 130 années qui ont permis d’éclairer son évolution, la lecture en Angleterre apparaît bien comme une pratique culturelle avec ses caractéristiques propres. Si, comme le dit Roger Chartier, « aussi bien les capacités de lecture, mises en œuvre à un moment donné par des lecteurs donnés face à des textes donnés, que les situations de lecture, sont historiquement variables »6, elles le sont aussi géographiquement.

Notes

1 Maurice Crubellier. « L’élargissement du public ». In Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.). Histoire de l’édition française, vol. III. Paris, Fayard/Cercle de la Librairie, 1990, p. 20.

2 William St Clair, op. cit., p. 13-14.

3 Richard Hoggart. “Critical Literacy and Creative Reading”. in Brian Cox (ed.). Literacy Is Not Enough. Book Trust and Manchester University Press, 1998, p. 63.

4 Jean-Yves Mollier et alii (dir.). Culture de masse et culture médiatique en Europe et dans les Amériques 1860-1940. Paris, Presses universitaires de France, 2006 (Le nœud gordien) p. 69.

5 Richard D. Altick. The Common Reader, op. cit., p. 385.

6 Roger Chartier (dir.). Pratiques de lecture, op. cit., p. 220.

© Presses de l’enssib, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access