Version classiqueVersion mobile

Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

 | 
Martine Poulain

Partie 3. Des livres spoliés dans les bibliothèques publiques françaises

Chapitre 9. Les documents spoliés déposés à la Bibliothèque nationale. Les résultats d’une enquête

Anne Pasquignon et avec la collaboration de Cécile Bellon

Texte intégral

  • 1 Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées. Les bibliothèques françaises sous l’Occupatio (...)

1En juin 2013, suite aux différentes publications parues sur le sujet dont l’ouvrage de Martine Poulain Livres pillés, lectures surveillées. Les bibliothèques françaises sous l’Occupation1, la direction de la Bibliothèque nationale de France (BnF) a souhaité disposer d’une synthèse historique et bibliographique sur la question des biens spoliés remis à la bibliothèque après la guerre.

2Cette synthèse a été rédigée par Isabelle le Masne de Chermont, directrice du département des Manuscrits de la BnF. Dans l’intervalle, en septembre 2015, la mission a été confiée à Cécile Bellon, conservateur de bibliothèque, détachée à mi-temps sur ce travail, d’identifier et de signaler dans les catalogues les documents imprimés spoliés ayant abouti dans ses murs. Les premiers résultats des recherches effectuées sur les documents imprimés avaient été présentés lors du colloque « Où sont les bibliothèques spoliées par les nazis ? » des 23 et 24 mars 2017. Depuis, la BnF, comme sa présidente s’y était engagée en clôture de la manifestation, a procédé à l’identification et au signalement des documents spoliés dans les collections spécialisées (manuscrits, estampes, musique, cartes et plans, monnaies et médailles, etc.) conservés dans ses fonds. La mémoire de la provenance de ces documents s’était perdue avec le temps et a nécessité de remonter aux sources, soit les listes conservées aux Archives nationales sous les cotes F/17/17993 et F/17/17994, les deux cartons conservant les archives des commissions de choix créées après la suppression de la sous-commission des livres de la Commission de récupération artistique.

Les travaux de la Commission de choix

3Le travail de la sous-commission des livres à la Commission de récupération artistique, qui avait restitué aux spoliés des centaines de milliers de livres, avait été salué quelques mois avant sa fin, en avril 1949, par l’organisation d’une exposition à la Bibliothèque nationale, à l’exemple de l’exposition d’objets d’art restitués présentée à l’Orangerie en juillet 1946. L’exposition de la Bibliothèque nationale présentait une sélection de livres spoliés parmi les plus précieux, soit un ensemble de 80 manuscrits, autographes, livres imprimés, ainsi que des reliures. Il s’agissait d’ouvrages qui avaient pu être restitués à leurs propriétaires, et d'autres dont les propriétaires n’avaient pu être identifiés. Cette exposition donna lieu à la publication d’un petit catalogue, Manuscrits et livres précieux retrouvés en Allemagne2, en partie financée par les familles auxquelles des ouvrages avaient été restitués. Ce catalogue a été numérisé et peut être consulté sur Gallica3, la bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France.

  • 4 Sur les travaux de la Commission de choix, voir la contribution de Martine Poulain dans ce livre et (...)

4À l’issue des travaux de la sous-commission des livres, une « Commission de choix » fut chargée de l’attribution de quelque 14 000 documents présentant un intérêt particulier, dont 613 considérés comme précieux4. Elle était placée par arrêté du 12 octobre 1949 sous la présidence de l’administrateur général de la Bibliothèque nationale, Julien Cain (1887-1974), lui-même rescapé du camp de Buchenwald. Celui-ci était également, depuis le 1er mars 1946, directeur de la Direction des bibliothèques et de la lecture publique, créée en août 1945. Cette commission était composée de différents représentants de l’administration des bibliothèques, du directeur de l’OBIP, du directeur de l’administration des Domaines, du directeur des Archives de France, des inspecteurs généraux des bibliothèques, dont André Masson (1900-1986), rapporteur de la commission. Cette commission fut réunie à quatre reprises entre le 14 décembre 1949 et le 11 décembre 1953. Les réunions furent toutes présidées par Julien Cain (sauf la dernière). Certains responsables de département de la BN, qui avaient expertisé les documents, furent parfois invités, selon la nature des collections examinées.

5Dans son exploitation des listes conservées aux Archives nationales dans les dossiers des commissions de choix, Martine Poulain a pu estimer à 3 680 environ le nombre de documents remis à la Bibliothèque nationale, ce qui fait de celle-ci l’un des principaux établissements dépositaires de tels ouvrages. La Commission de choix a travaillé à partir de deux types de listes : des listes numérotées et des listes non numérotées.

6Trois commissions, les première, troisième et quatrième, ont examiné des listes numérotées constituées de respectivement 200, 221 et 192 pièces. Ces listes recensaient les documents jugés les plus précieux, manuscrits, estampes et livres dont il avait été impossible de retrouver les propriétaires. Les résultats des attributions et l’identité des établissements dépositaires ont été consignés de façon manuscrite sur l’exemplaire de la liste dactylographiée conservé aux Archives nationales. Les procès-verbaux des séances ne précisent toutefois pas les raisons de ces choix.

7Les ouvrages courants étaient, eux, consignés sur des listes établies rapidement, comme le montrent les nombreuses coquilles qu’elles contiennent. Les ouvrages mis en caisse, accompagnés d’états très sommaires donnant peu d’indications sur les documents, ou parfois juste d’une feuille précisant le nombre d’articles contenus dans la caisse, avaient été regroupés par grands domaines thématiques par les équipes de Jenny Delsaux, qui avait été en charge durant plus de quatre ans de la sous-commission des livres : des ouvrages en langues rares (éthiopien, malais, sanscrit, japonais, chinois, arabe, persan), des ensembles de pièces de théâtre, des partitions musicales et des livres sur la musique. Il s’agissait de lots bien entendu hétéroclites provenant d’origines diverses après les nombreux tris que les documents avaient subis. Ces ensembles devaient néanmoins être représentatifs, par leur nombre, de la constitution des bibliothèques spoliées : ouvrages en langues étrangères, ouvrages sur la musique, ouvrages littéraires. C'étaient également des ouvrages souvent contemporains des événements de la guerre, non découronnés pour certains. Il semble que les bibliothèques aient pu y faire leur choix, récupérer certains titres, en rendre d’autres, sans que le détail de ces transactions ait été toujours conservé. En effet la ventilation des ouvrages ayant été faite très rapidement par un personnel qui n’était pas forcément très qualifié, il a pu y avoir d’innombrables erreurs d’aiguillage.

  • 5 AN F/17/17794, 4 CC4 n Instr.

8Les placements étaient accompagnés d'une note signée de Julien Cain précisant les modalités de conservation des ouvrages dans les bibliothèques. Il y spécifiait notamment que : « l'établissement dépositaire est tenu d'inscrire ces livres, dès qu'il les a reçus, sur un inventaire provisoire […] Pendant une période de trois ans, aucune marque de propriété ne sera apposée sur les livres ainsi mis en dépôt ». Julien Cain, par une circulaire en date du 25 février 1952, avait prolongé la durée d’attente initiale de trois ans demandée aux bibliothèques avant d’intégrer les ouvrages dans leurs collections : « Aucun texte n'ayant encore fixé l'expiration du délai de revendication, il n'y a pas lieu de retenir la période de trois ans qui avait été envisagée et il convient d'attendre des instructions ultérieures avant d'apposer aucune marque de propriété. »5

  • 6 AN F/17/17794, 4 CC4 o Instr Ars 1 à 4b.

9Or ces instructions ultérieures ne sont jamais venues. Jacques Boussard (1910-1980), conservateur à la bibliothèque de l'Arsenal, demandant par un courrier en date du 18 juillet 1953 ce qu'il lui convenait de faire, n'a reçu qu'une réponse téléphonique le 20 juillet, mentionnée par une note figurant dans le dossier aux Archives nationales : « Téléphoné le 20 juillet 1953 à J. Boussard pour lui rappeler la lettre du 25 février 1952 prescrivant de ne porter aucune marque de propriété sur les attributions de la Commission de choix jusqu'à nouvel ordre. Ce nouvel ordre pourrait d'ailleurs intervenir avant peu. »6

10À part les ouvrages reçus par la section orientale du département des Manuscrits, traités et intégrés dans les collections dès les années 1950, les choses sont restées en l’état jusqu’en 1978, faute de directives venues du ministère. De plus, les inventaires que Julien Cain avait demandés aux départements d’établir à réception des documents et qui avaient notamment pour fonction de pouvoir être communiqués et mis à la disposition des collectionneurs pillés ou spoliés, n’avaient pas tous vu le jour, surtout en ce qui concerne les lots attribués postérieurement à la première commission de choix.

Le traitement préconisé par la note de Georges Le Rider (1978-1979)

11En 1978, soit près de trente ans plus tard, considérant que le délai de prescription était écoulé et sans doute aussi en partie pour des raisons matérielles, car les cartons encombraient le service des Entrées, Georges Le Rider (1928-2014), administrateur général de la Bibliothèque nationale, décida de donner un traitement à ces documents et de les intégrer dans les collections, ce qui signifiait les cataloguer et les estampiller. Il le fit toutefois avec prudence, réaffirmant dans la note du 3 avril 1979 adressée aux conservateurs en chef des départements que la propriété de ces documents n’était pas dévolue à la bibliothèque, conformément à l’article 2236 du Code civil : « Ceux qui possèdent pour autrui ne prescrivent jamais par quelque laps de temps que ce soit » (ill. 1). Cette opération fut l’occasion d’une nouvelle vérification de la présence ou non d’estampilles ou marques de propriété sur les documents afin, éventuellement, de pouvoir engager des démarches de restitution.

Illustration 1. Note de l’administrateur général de la Bibliothèque nationale, Georges Le Rider, du 3 avril 1978, autorisant le département des Imprimés à intégrer dans ses collections les ouvrages provenant des commissions artistiques [sic]

Illustration 1. Note de l’administrateur général de la Bibliothèque nationale, Georges Le Rider, du 3 avril 1978, autorisant le département des Imprimés à intégrer dans ses collections les ouvrages provenant des commissions artistiques [sic]

Source : BnF, Archives administratives, E 369 b 3.

12La mesure consistant à affecter un numéro d’inventaire à chacun des documents permet de disposer aujourd’hui d’éléments fiables pour identifier ceux qui en ont été bénéficiaires. Elle a été garante aussi pour eux d’une meilleure conservation en se voyant appliquer le même traitement que le reste des collections dans les magasins. En revanche la mention du numéro de « don » seulement sur les fiches décrivant les ouvrages a été regrettable, dans la mesure où cela ne contribuait pas à conserver la mémoire de leur provenance. Toutefois, bien qu'adressée à tous les départements, cette note de Georges Le Rider ne semble avoir eu d'effets qu'à celui des Entrées : les documents ont été affectés principalement au département des Imprimés, mais certains ont rejoint le département des Manuscrits ou la bibliothèque de l’Arsenal. Les ouvrages furent regroupés sans tenir compte des listes d’attribution établies par les commissions : un lourd travail de recherche des documents, de vérification dans les inventaires, de comparaison avec les listes établies par la Commission de choix a été nécessaire au cours des trois dernières années, afin de repérer les documents que cette dernière avait attribués à la BN.

13Donc, à partir de décembre 1979, les documents qui étaient restés jusque-là au service des Entrées ont fait l'objet d'un traitement : ils ont, pour certains, été inscrits dans le registre des Dons (parce qu'il n'existe pas de registre de dépôts), avec en tête la mention « Commission de récupération artistique ». Les plus précieux ont reçu le numéro de don 79-2444 ; ce don mentionne 77 numéros, qui ont été transmis à la Réserve des imprimés. Ceux qui ont été jugés plus ordinaires ont été enregistrés sous le numéro de don 79-2443 qui totalise 136 numéros : ils devaient normalement rejoindre le fonds général des imprimés. Enfin, c'est à ce moment-là que les imprimés qui avaient trait à la franc-maçonnerie (27 pièces) ont été adressés au département des Manuscrits, où se trouve un important fonds maçonnique, et y ont été intégrés sous le numéro de don 35685.

Les listes des sous-commissions et leur exploitation à la Bibliothèque nationale (1949-1953)

14Il convenait pour donner un état exact de la situation de s’appuyer sur les dossiers conservés aux Archives nationales. Outre les listes établies par les commissions, ces archives contiennent les états dressés par les départements destinataires des documents, mais pas de façon systématique toutefois. Ces listes rédigées par les départements attributaires intègrent parfois des ouvrages non mentionnés sur les listes des commissions et donnent un descriptif des ouvrages généralement différent de celui des autres listes. Une incertitude persiste sur les contours exacts de ce qui a été réellement remis à la bibliothèque.

15La première commission de choix, réunie le 14 décembre 1949, a procédé à la sélection et à l’attribution « d’un petit nombre de manuscrits, estampes et livres précieux de grande valeur dont il a été impossible de retrouver les propriétaires » (F/17/17993). C'est ainsi que la Bibliothèque nationale s'est vue attribuer 54 articles (8 manuscrits, 25 imprimés, 19 lots d'estampes, 1 partition musicale, 1 document sur les médailles), parmi ceux recensés dans la liste de 200 numéros examinée en séance. La description bibliographique en est précise et indique le type de reliure lorsque celle-ci est précieuse, les numéros d’exemplaire, les dédicaces, les ex-libris et marques de propriété éventuelles. D’autres notices sont moins détaillées, notamment pour les estampes réunies en lot, comme la notice du no 188 qui mentionne seulement « six gravures allemandes sur bois, tirées de livres imprimés en Allemagne au XVIe siècle ». La première commission a aussi attribué à la Bibliothèque nationale des documents courants non numérotés, parmi lesquels un ensemble de 516 « catalogues imprimés de divers fonds de la Bibliothèque nationale » représentant 6 caisses. Aucune liste de titres n'accompagne cet envoi dont il est probable qu’il a rejoint les ensembles de doubles ou a été pilonné.

  • 7 AN F/17/17793, 2 CC2 e PV1 à 3.

16La deuxième séance, réunie le 4 mai 1950, soit cinq mois après la première, examina des lots plus quantitatifs que qualitatifs. Annoncée dans le procès-verbal de la première commission, elle était « consacrée aux instruments de travail susceptibles de compléter les collections des grandes bibliothèques », pour reprendre la formulation d’André Masson, inspecteur général des bibliothèques : « Il s’agit de documents de valeur beaucoup moindre, pris isolément, mais dont le groupement pour certaines disciplines telles que l’orientalisme, la linguistique, la philologie, l’archéologie présente un intérêt »7 : soit des dictionnaires, méthodes de langue, vocabulaires dans des langues orientales aussi diverses que l’indien, le turc, le persan, l’arabe, le syriaque, l’éthiopien, le sanscrit, le chinois et le japonais, l’annamite… et de langues d’Afrique. Les listes décrivent très sommairement les ouvrages sans indication de date, ni de lieu d’édition ni d’éditeur. Dans le cas des langues en caractères non latins, est seulement indiquée la langue des textes, suivie du nombre de volumes concernés, sans précision de titres. La deuxième commission n'a travaillé qu'avec ce type de listes. Des retours à la commission ont été effectués dans la foulée. Le dossier des Archives nationales contient notamment un petit dossier relatif au département de la Musique, qui s'est vu attribuer des imprimés et des partitions. On a d'une part quatre listes établies par la Commission de récupération artistique, totalisant huit pages avec des parties barrées, listes extrêmement sommaires en ce qui concerne le descriptif des volumes, d’autre part une liste de cinq pages signée « E. Lebeau, conservateur à la Bibliothèque nationale », du 11 juillet 1950, et recensant environ 33 partitions et 98 livres. Ces documents semblent repris, avec un peu plus de détails descriptifs, dans les parties non biffées des listes précédentes. On doit assez logiquement pouvoir conclure que les 8 pages de listes indiquent ce qui a été proposé au département de la Musique, mais que seuls les documents recensés dans la liste portant la signature d'Élisabeth Lebeau (1900 ?-1997) ont effectivement été conservés. La bibliothèque a notamment reçu de cette commission 142 documents musicaux et 483 imprimés en langues orientales.

  • 8 AN F/17/17794, 3CC3 e Liste.

17De façon similaire à la première Commission de choix, le procès-verbal des débats de la troisième commission tenue le 14 décembre 1950 fait mention d’une liste de 221 numéros de documents d’archives, manuscrits, estampes, autographes, incunables, imprimés… constituant le socle de travail des membres de la commission. Le rapporteur André Masson mentionne également « 2 caisses de gravures attribuées à la Bibliothèque nationale et à la bibliothèque municipale de Douai »8, s’ajoutant aux 221 lots de la liste précitée. Il semblerait que les lots aient été cette fois-ci de valeurs très variables. La Bibliothèque nationale a ainsi été destinataire de 34 manuscrits ou imprimés, de 83 lots d’estampes représentant un dépôt beaucoup plus considérable en termes quantitatifs que celui issu de la première commission de choix, de 121 lots de cartes, de 72 documents musicaux et de 143 imprimés précieux.

  • 9 AN F/17/17794, 4 CC4 a PV du 11 décembre 1953.

18La quatrième et dernière commission de choix a été réunie trois ans après la précédente, le 11 décembre 1953. D’après son procès-verbal, cette ultime session avait pour but de liquider le reliquat de livres et documents précieux récupérés dans les dépôts de guerre, alors que la Commission de récupération artistique avait déjà été dissoute. André Masson indique qu’il « s’agit de disposer du petit nombre de livres rapatriés ou triés après la dissolution du Service de la sous-commission des livres [...] Quelques-uns des ouvrages, non identifiables mais en bonne condition de reliure ou d’édition, méritaient qu’on laisse aux spoliés une dernière chance de les retrouver »9. La Bibliothèque nationale fut alors dépositaire de 35 imprimés, de 49 lots d’estampes japonaises, de 6 imprimés orientaux, de 7 lots de cartes et plans et d’un ensemble de 753 monnaies dont un ensemble important de monnaies lorraines.

Le cas de l’Arsenal

  • 10 AN F/17/17793, 2 CC2 i ARS 1a à 13.

19La bibliothèque de l'Arsenal avait quant à elle reçu deux ensembles. Un premier lui a été remis à la suite de la deuxième commission de choix. Nous n'avons aucune trace de ce que cette commission lui a attribué, mais nous disposons de l'inventaire établi à réception par l'Arsenal, qui a ainsi parfaitement suivi les instructions : une liste de 13 pages, datée du 26 juillet 1950, comporte 353 numéros. La commission s'étant réunie le 4 mai, l'Arsenal n'a donc pas tardé pour récupérer les livres et établir sa liste. Un second ensemble lui est arrivé à la suite de la troisième commission de choix, pour lequel le dossier est complet : tous les documents attribués proviennent de la liste de 221 numéros examinée en séance. Une liste spécifique à l'Arsenal a été dressée, qui comprend trois pages et est datée à la main du 22 décembre 195010.

20Les instructions données dans les années 1950 avaient été suivies à la lettre à l'Arsenal tandis que la note de Georges Le Rider de 1978 n'y a pas été appliquée : les choses sont en conséquence restées en l'état pendant près de soixante-dix ans. En 2015, les documents, conservés dans des cartons, ont dû être triés et séparés, à l'aide des listes, d'autres ouvrages de provenance inconnue. Ils ont ensuite fait l'objet de notices dans le catalogue et ont été cotés pour pouvoir y être signalés. Sur les 353 numéros de la liste de la deuxième commission, 61 manquent, dont une trentaine située entre les numéros 294 et 326, ce qui fait songer à la disparition d'un ou deux cartons.

21En ce qui concerne les dépôts décidés par la troisième commission, la liste comprend 47 ouvrages, dont 2 avaient déjà été intégrés aux collections et 2 restent introuvables… mais on a pu retrouver dans les cartons 5 volumes qui, s'ils n'apparaissent pas dans les listes, doivent sans doute être rattachés à notre ensemble (cette liste en effet fait état de 36 volumes de pièces de théâtre, presque toutes dédicacées au nom de Francisque Sarcey [1827-1899] et on en a retrouvé 5 qui correspondent au descriptif, mais n'apparaissent pas sur les listes).

Un bilan de l’opération

22La recherche et le traitement de cette masse de documents attribués à la BN par la Commission ont demandé une forte mobilisation de la bibliothèque en 2016-2017. Des pièces remarquables, de toute nature, y furent déposées. Sur les 613 documents précieux attribués à diverses bibliothèques, sur les listes numérotées, lors des première, troisième et quatrième commissions, 160 furent déposés à la bibliothèque, soit presque un tiers. Parmi ceux-ci, on peut mentionner 5 manuscrits orientaux des XVIe-XVIIIe siècles, dont 3 corans, 4 incunables dont une édition mantouane d’Albert le Grand de 1479, 44 albums d’estampes japonaises datant de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle illustrés par Katsushika Hokusai (1760 ?-1849 ?), Utagawa Hiroshige (1797-1858), Kitagawa Utamaro (1753 ?-1806). L’examen de la nature des œuvres déposées au département des Estampes permet de caractériser trois ensembles prédominants : les estampes des écoles du Nord des XVIe et XVIIe siècles (dont notamment des œuvres d’Albrecht Dürer [1471-1528], Hans Burgmaier [1473-1531, ill. 2] ou Daniel Hopfer [1470-1536]), des recueils de gravures d’architecture romaine du XVIIsiècle, des pièces licencieuses et érotiques rares. Parmi les partitions musicales, un manuscrit autographe de Jean-Louis Tulou (1786-1865), intitulé Divers morceaux pour la flûte mérite d’être signalé. Enfin, il convient de mentionner les 474 monnaies lorraines des XVIIe et XVIIIe siècles déposées au département des Monnaies, Médailles et Antiques par la quatrième commission de choix du 11 décembre 1953.

Illustration 2. Estampe de Hans Burgmaier, Saint Luc faisant le portrait de la Vierge, gravure sur bois, 1517, déposée à la Bibliothèque nationale (département des Estampes) lors de la première séance de la commission de choix du 14 décembre 1949 (no 180 de la liste des documents numérotés)

Illustration 2. Estampe de Hans Burgmaier, Saint Luc faisant le portrait de la Vierge, gravure sur bois, 1517, déposée à la Bibliothèque nationale (département des Estampes) lors de la première séance de la commission de choix du 14 décembre 1949 (no 180 de la liste des documents numérotés)

Source : EST : Réserve Ea-18 (C,2)-PET FOL.

23Quelques ouvrages figurant sur les listes de la troisième commission proviennent de la bibliothèque personnelle d’Adolf Hitler au Berghof, près de Berchtesgaden. Il s’agit, à côté des documents issus des spoliations, de « saisies de guerre » effectuées par la 2e DB en mai 1945. Ainsi les six volumes de la Topographia de Merian, éditée à Francfort entre 1645 et 1688, correspondant au n° 25 de la liste établie lors de la 4e séance de 1953, portent le cachet qui authentifie cette origine.

24Les livres les plus précieux couvrent toutes les époques : incunables, livres anciens du XVIe au XVIIIe siècle, coloriés, annotés ou de provenance intéressante, souvent en reliures soignées ou à décor ; livres des XIXe et XXe siècles en tirage de tête ou avec envois ou enrichis de lettres ou notes manuscrites. Les ouvrages du XVIIIe siècle sont nettement prédominants.

25Les recherches menées depuis 2015 ont permis d'appréhender la façon dont les ouvrages de moindre valeur avaient été traités par les différents départements. La présence plus ou moins grande de doubles des collections de la bibliothèque dans les ensembles remis par les commissions a été déterminante dans la décision de traiter ou non ces documents. Le département des Imprimés s’est montré le plus rigoureux en affectant un numéro d’entrée à ces ouvrages avec la mention « double » inscrite en rouge sur les registres. Les 54 ouvrages ainsi réputés doubles ont rejoint les autres doubles de la bibliothèque. Certains titres figurant sur les listes des commissions restent introuvables. Il s’agit vraisemblablement d’ouvrages retournés aux commissions, juste après leur dépôt, car attribués « par erreur » mais sans trace écrite de leur renvoi. D'autres départements, devant la proportion élevée d’ouvrages en double et le mauvais état de conservation de certains, n’ont pas traité ces ensembles, faute aussi peut-être de personnel suffisant pour appliquer en 1979 les directives de Georges Le Rider. Certains dépôts, laissés sur place dans les départements, gardèrent leur intégrité, comme à la bibliothèque de l’Arsenal où les ouvrages sont restés stockés dans des cartons et au département de la Musique où le fonds appelé « Récupérations » déployé en rayons était conservé tel quel en magasin. Au département des Estampes, le dépôt de la première commission avait bien été enregistré sur le registre des dons au numéro 7533 : « 3 mars 1950. Biens spoliés : le tout empaqueté et rangé au magasin de la Réserve (armoire grillée n° 3) », mais les estampes, lots d’estampes et recueils ont été stockés isolément des autres collections à la Réserve du département ou à l’Enfer, section particulière de la Réserve, sans être traités jusqu’en 2009 pour certaines et 2017 pour les autres. Quant au département des Cartes et Plans, devant la masse de documents à traiter, il a fini par envoyer la quasi-totalité des documents qui lui avaient été remis dans son fonds de doubles, soit des lots de cartes, plans et atlas, au nombre de 125 représentant un ensemble estimé à 959 feuilles. Qu’il s’agisse des imprimés ou des cartes, enregistrés ou non, qui ont rejoint des fonds de doubles, il est impossible maintenant de pouvoir les identifier avec certitude dans la masse des quelques centaines de milliers de documents en double de la bibliothèque, faute de marque de provenance.

26L’absence de toute indication d'origine sur les documents dans les ensembles qui ont été dispersés constitue en effet une des principales entraves aux recherches. Ainsi le département des Estampes avait classé dans des recueils appartenant à des séries non reliées ou dans le fonds Matières les œuvres en feuilles, remises par la troisième commission, présentant une importance jugée secondaire et dont la bibliothèque conservait déjà le plus souvent un exemplaire ; or il n’a réussi à identifier qu’un tiers environ de ce qui avait été ainsi classé.

27Quelques documents ont été rendus aux commissions : les quatre volumes de planches gravées (contrairement aux lots d’estampes en feuilles qui furent gardés), correspondant aux numéros 88, 104, 105 et 176 de la liste numérotée de la première commission ont par exemple été renvoyés aux services de la Commission de récupération artistique par la Bibliothèque nationale en 1950, pour la raison que les volumes auraient été « attribués par erreur » au département des Estampes. Mais les retours ou restitutions ont été ensuite extrêmement rares, les ouvrages ayant été maintes fois examinés. Deux manuscrits déposés par la première commission du 14 décembre 1949, correspondant aux Heures de la famille Carpentin du XVe siècle (n° 1) et à La vie de sainte Radegonde du début du XVIe siècle (n° 4) furent remis à l’Office des biens et intérêts privés le 30 octobre 1952, la commission interministérielle des restitutions artistiques et culturelles ayant décidé lors de sa séance du 21 octobre précédent qu’ils seraient remis à la galerie Wildenstein. Une note du 14 octobre 1953 de Jean Porcher (1892-1966), directeur du département des Manuscrits, à Julien Cain propose par ailleurs la restitution de l’autographe de Maïmonide à l’Alliance israélite universelle, ainsi que deux fragments de l’Ecclésiaste du Ier siècle, provenant de la collection d’Edmond de Rothschild.

28Un autre cas de figure se présente à la Réserve des imprimés où il fut établi en 1980, lors du catalogage des documents, que le volume réunissant deux impressions vénitiennes de Michele Tramezino (1453 et 1544) provenait de la collection de Maurice de Rothschild. L’offre de restitution fut déclinée par la famille.

  • 11 Victor Basch, philosophe, cofondateur de la Ligue française pour la défense des droits de l’homme e (...)

29L’examen effectué pièce par pièce des ouvrages conservés à l’Arsenal a permis de repérer aussi six ouvrages comportant des marques de provenance, dont le no 252 de la liste dressée par l'Arsenal, ouvrage dédicacé au philosophe Victor Basch (1863-1944)11 par son auteur, Pierre Paraf (1893-1989), Les métiers du théâtre, paru en 1923 (ill. 3).

Illustration 3. Page de titre de l’ouvrage de Pierre Paraf, Les métiers du théâtre, paru en 1923, portant la dédicace à Victor Basch. L’ouvrage a été restitué à la famille le 27 mars 2017 à l'issue du colloque international « Où sont les bibliothèques spoliées par les nazis ? » par la présidente de la BnF

Illustration 3. Page de titre de l’ouvrage de Pierre Paraf, Les métiers du théâtre, paru en 1923, portant la dédicace à Victor Basch. L’ouvrage a été restitué à la famille le 27 mars 2017 à l'issue du colloque international « Où sont les bibliothèques spoliées par les nazis ? » par la présidente de la BnF

Source : Bibliothèque de l'Arsenal

30Les informations ont été transmises à la Commission pour l’indemnisation des victimes de spoliations (CIVS) mais sans résultat jusqu’à présent. À l’issue du colloque de mars 2017 sur les spoliations et restitutions de bibliothèque, Laurence Engel, présidente de la Bibliothèque nationale de France, a solennellement remis l’ouvrage ayant appartenu à Victor Basch à sa famille.

31À l’issue de cette opération, on peut considérer que 70 % environ des ouvrages déposés par les quatre commissions à la bibliothèque ont pu être identifiés. Le bilan chiffré est toutefois délicat à établir dans la mesure où les unités de comptage entre les listes et les catalogues ne correspondent pas toujours : un volume peut correspondre à plusieurs titres, un lot a pu être traité à la pièce. Les recherches ont permis d’établir que 2 666 documents avaient été retenus par la bibliothèque : les 516 catalogues de la bibliothèque n’ont pas été conservés et des ouvrages apparaissent en double sur les listes. Sur ce total, 1 943 pièces ont été identifiées : 450 à la bibliothèque de l’Arsenal, 6 aux Cartes et Plans, 55 aux Estampes, 70 aux Imprimés, 498 aux Manuscrits (dont 420 imprimés en langues orientales), 474 au département des Monnaies, Médailles et Antiques, 198 au département de la Musique, et 192 au département de la Réserve des livres rares. Sur les 723 documents manquants, il convient de retrancher 273 monnaies, susceptibles d’être conservées avec une partie des collections du département des Monnaies, Médailles et Antiques à la Banque de France jusqu’à la fin des travaux de Richelieu prévue en 2021. Il est par ailleurs très probable que 124 imprimés, qui ne sont pas inscrits sur le registre des entrées en tant que doubles, ont été retournés aux commissions. Le soin pris par le département des Imprimés à garder une trace écrite de chaque document reçu, que celui-ci soit intégré ou non aux collections, conduit à formuler cette hypothèse. À l’inverse, des dépôts ne furent pas enregistrés à leur arrivée. C’est le cas au département des Estampes où les pièces remises par la troisième commission de choix du 14 décembre 1950, n’ont pas été signalées sur les registres d’entrée. Il n’est donc pas possible d’attester que tous les lots ont été effectivement réceptionnés et conservés. Cette dernière supposition ne pouvant être certifiée, on peut estimer que manqueraient à l’appel 326 documents. Ce chiffre toutefois, qui comptabilise en grande partie des lots, peut recouvrir un nombre de pièces beaucoup plus élevé. Ainsi, il est estimé que les 125 lots attribués au département des Cartes et Plans par la troisième commission de choix du 14 décembre 1950 et conservés sur un site extérieur avec des collections de doubles du département, correspondent à plus de 950 feuilles.

32Le signalement de ces ouvrages dans les catalogues de la bibliothèque (BnF-Catalogue général et BnF-Archives et manuscrits) est maintenant achevé. Les notices d'exemplaire comprennent toutes la mention de la provenance de l’ouvrage, soit « Dépôt de la Commission de récupération artistique », suivie de la date de la commission. Une recherche par cette expression dans la barre de recherche du catalogue général permet de retrouver l’ensemble des notices concernées. Les documents signalés dans le catalogue Archives et manuscrits nécessitent encore une interrogation séparée. En 2018, un nouveau chantier a été mis en place à l’initiative du ministère de la Culture afin de terminer le catalogue des ouvrages qui avaient été remis aux autres bibliothèques, municipales et universitaires, par les quatre commissions dans l’optique d’une base commune s’appuyant sur le Catalogue collectif de France (CCFr) pour faciliter la recherche de ces documents et garder mémoire de leur origine.

Notes

1 Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées. Les bibliothèques françaises sous l’Occupation, Paris, Gallimard, 2008.

2 Manuscrits et livres précieux retrouvés en Allemagne : exposition organisée par la Commission de récupération artistique, Paris, Bibliothèque nationale, 1949.

3http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5837686h >.

4 Sur les travaux de la Commission de choix, voir la contribution de Martine Poulain dans ce livre et « De mémoire de livres. Des livres spoliés durant la Seconde Guerre mondiale déposés dans les bibliothèques : une histoire à connaître et à honorer », Bulletin des bibliothèques de France, 2015, no 4, p. 176-190.

5 AN F/17/17794, 4 CC4 n Instr.

6 AN F/17/17794, 4 CC4 o Instr Ars 1 à 4b.

7 AN F/17/17793, 2 CC2 e PV1 à 3.

8 AN F/17/17794, 3CC3 e Liste.

9 AN F/17/17794, 4 CC4 a PV du 11 décembre 1953.

10 AN F/17/17793, 2 CC2 i ARS 1a à 13.

11 Victor Basch, philosophe, cofondateur de la Ligue française pour la défense des droits de l’homme et du citoyen, assassiné par la milice le 10 janvier 1944.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Note de l’administrateur général de la Bibliothèque nationale, Georges Le Rider, du 3 avril 1978, autorisant le département des Imprimés à intégrer dans ses collections les ouvrages provenant des commissions artistiques [sic]
Crédits Source : BnF, Archives administratives, E 369 b 3.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7931/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Illustration 2. Estampe de Hans Burgmaier, Saint Luc faisant le portrait de la Vierge, gravure sur bois, 1517, déposée à la Bibliothèque nationale (département des Estampes) lors de la première séance de la commission de choix du 14 décembre 1949 (no 180 de la liste des documents numérotés)
Crédits Source : EST : Réserve Ea-18 (C,2)-PET FOL.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7931/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Illustration 3. Page de titre de l’ouvrage de Pierre Paraf, Les métiers du théâtre, paru en 1923, portant la dédicace à Victor Basch. L’ouvrage a été restitué à la famille le 27 mars 2017 à l'issue du colloque international « Où sont les bibliothèques spoliées par les nazis ? » par la présidente de la BnF
Crédits Source : Bibliothèque de l'Arsenal
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7931/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

Auteurs

Adjointe au directeur des collections pour les questions scientifiques et techniques, Bibliothèque nationale de France, Paris

Adjointe au directeur des collections pour les questions scientifiques et techniques, Bibliothèque nationale de France, Paris

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search