Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une nation de lecteurs ?

 | 
Marie-Françoise Cachin

Quatrième partie. 1914-1945 : la lecture consolatrice

Chapitre III. La lecture pendant la seconde guerre mondiale

Texte intégral

1L’entrée en guerre de la Grande-Bretagne fut annoncée à la radio le 3 septembre 1939 par le Premier Ministre Neville Chamberlain, nouvelle à laquelle les Britanniques s’attendaient et se préparaient depuis quelque temps. Davantage encore que le premier conflit, la Seconde Guerre mondiale allait durement frapper le pays, devenu vulnérable à cause des attaques aériennes répétées de l’armée allemande. À partir d’avril 1940, ce qu’on a appelé la Blitzkrieg (guerre-éclair), ou tout simplement le Blitz, entraîna la destruction de quartiers entiers de Londres, mais aussi de villes importantes comme Coventry ou Plymouth. Les conséquences de ces bombardements sur les maisons d’édition et les bibliothèques furent énormes et leurs répercussions sur les pratiques de lecture des Anglais bien plus considérables que lors du conflit précédent.

LES LIVRES SOUS LES BOMBARDEMENTS

  • 61 Valerie Holman. Print for Victory. Book Publishing in England 1939-1945. The British Library, 2008. (...)

2La concentration des maisons d’édition et des entrepôts de livres dans une partie de la cité de Londres, autour de Paternoster Row, s’avéra désastreuse lors des bombardements allemands. Selon Valerie Holman, à lui seul le bombardement de la nuit du 29 décembre 1940 causa la destruction de plus d’un million de livres en raison des incendies qui firent rage61. Elle donne, en annexe, la liste des 17 maisons d’édition totalement détruites, auxquelles il faut ajouter les bureaux du journal professionnel The Bookseller et les entrepôts du principal distributeur, Simpkin Marshall Ltd. D’autres livres encore furent détruits chez des relieurs, ainsi que chez des libraires de livres anciens dans le West End. En 1941, la Publishers’ Association annonça que 37 000 titres étaient indisponibles, soit une diminution de 36 % des livres pour adultes et 46 % des livres pour enfants.

3Une des conséquences de ces destructions fut une réduction de la production de livres compte tenu des difficultés, voire de la disparition de certaines maisons d’édition, à quoi s’est ajouté le rationnement du papier. Quatre jours avant la déclaration de guerre, le ministère de l’Approvisionnement créa un département chargé du contrôle du papier (Paper Control) qui fixa des règles très strictes dès la fin de l’année 1939. En février 1940, il imposa que le fabricant de papier ne fournisse à ses clients que 60 % de la quantité de papier vendu l’année précédente. Au fur et à mesure que la guerre se prolongeait, ce rationnement fut encore plus sévère et la quantité de papier autorisé fut réduite à 37,5 % de la consommation d’avant-guerre. Diverses campagnes furent lancées afin de collecter les vieux chiffons, vieux papiers et vieux livres utilisables dans la fabrication du papier. En 1941, toutes les villes de plus d’un millier d’habitants devaient obligatoirement collecter ces vieux papiers et un million de tonnes furent recueillies de la sorte. L’utilisation de la publicité fut aussi sévèrement contrôlée et, en 1942, brûler ou jeter du papier devint une offense passible d’amende. Cette année-là, un concours fut même organisé par la Waste Paper Recovery Association, incitant les gens à récupérer le papier usagé. Il faut bien comprendre que le ministère de la Guerre avait prioritairement besoin de papier, et en fait, il en consomma même davantage que ce qui était alloué aux éditeurs.

4D’autres lois interdirent la publication de nouveaux titres, sauf dans les secteurs prioritaires comme l’éducation. Pour éviter le gaspillage, tous les moyens possibles furent mis en œuvre et une campagne contre le pilon, la National Book Recovery Campaign, fut lancée à l’automne 1942. À Bristol, en un mois, 764 000 livres furent ainsi récupérés, dont une petite partie fut envoyée aux troupes et une autre conservée afin de reconstituer les fonds des bibliothèques.

LA LECTURE PUBLIQUE ENVERS ET CONTRE TOUT

5Naturellement, les bibliothèques souffrirent aussi beaucoup des attaques aériennes allemandes, en particulier les bibliothèques centrales de Coventry et de Plymouth et la bibliothèque de prêt de Liverpool. Il s’ensuivit une perte de quelques 400 000 volumes. La plus grande partie de la national Central Library fut détruite en avril 1941. Même la British Museum Library fut sérieusement endommagée, avec 200 000 livres et 30 000 volumes de périodiques détruits. En 1942, la bibliothèque centrale d’Exeter fut presque totalement anéantie et les bibliothèques de certains quartiers de Londres subirent des dégâts importants lors des attaques de 1944.

  • 62 Thomas Kelly, op. cit., p. 329.

6Les conséquences de ces destructions furent graves et rendirent l’accès au livre difficile. La situation était complexe et les possibilités d’emprunt dans les bibliothèques furent nécessairement réduites, non seulement en raison des dégâts et détériorations subis, mais parce que, dans certains cas, les locaux étaient réquisitionnés pour d’autres utilisations, même si cela se produisit moins souvent que lors de la Première Guerre mondiale. À Birkenhead, la bibliothèque pour la jeunesse fut transformée en abri et en dortoir ; à Torquay, on y installa des stocks de nourriture. Dans d’autres villes, comme York ou Sheffield, les locaux furent utilisés par les services de défense civile ou les secours. En outre, les établissements non réquisitionnés souffraient tous d’un manque de personnel. Selon Thomas Kelly, en 1942, la plupart des bibliothécaires hommes avaient été appelés par l’armée, et les femmes mises à contribution pour organiser la vie des citoyens. Tout le personnel restant devait aussi consacrer une partie de son temps à des tâches civiques. Il cite, à ce sujet, un commentaire fait par W. A. Munford à la fin de la guerre qui explique les solutions trouvées pour pallier cette défection involontaire des bibliothécaires : “The Librarians left at home to run services, many of which experienced unprecedented demand, found themselves compelled to use temporary assistants of every age, every quality, nay even of every shape and size, often for part-time work only62.

7Le gouvernement était bien conscient de l’importance de la lecture publique en temps de guerre et, dès juin 1939, avait exprimé sa conviction que, dans la mesure du possible, il fallait maintenir l’accès de la population à une certaine quantité d’ouvrages destinés à leur instruction et à leur distraction. En 1940, une circulaire émanant du ministère de l’Éducation insista sur l’importance de préserver, voire d’étendre, les services fournis aux usagers, y compris les groupes de lecture, tables rondes et lecture de pièces de théâtre. Mais, en 1942, la situation des bibliothèques ne cessait d’empirer, car le prix des livres avait augmenté et limitait les possibilités d’acquisition. À ce sujet, une menace avait surgi en mai 1940 lorsque le ministère des Finances avait institué une taxe sur les achats (purchase tax) appliquée à tous les produits non essentiels, dont seules étaient exemptées la nourriture et les matières premières. Cette taxe fut, dans un premier temps, appliquée au livre, malgré l’intervention d’opposants qui mirent en avant l’importance de la lecture pour le moral des citoyens. Heureusement, une campagne lancée par la Publishers’Association aboutit en août 1940 à la décision gouvernementale de ne l’imposer ni aux livres, ni aux journaux, ni aux brochures.

8Face aux destructions de bibliothèques, la construction de nouveaux bâtiments réussit à se maintenir malgré tout et conduisit à l’ouverture de deux nouvelles bibliothèques centrales, l’une à Huddersfield et l’autre dans Londres à st. Marylebone en 1940, tandis qu’une trentaine d’annexes furent ouvertes, en particulier dans le Lancashire. Mais le blackout et la réduction des moyens de transport imposaient par ailleurs une diminution des heures d’ouverture, limitées aux périodes de la journée où l’on pouvait se passer d’éclairage. Ces contraintes incitèrent à la création de points de desserte et à l’utilisation de bibliobus. Des coopérations entre plusieurs bibliothèques furent encouragées de manière à satisfaire la demande des lecteurs autant que faire se pouvait, ce qui permet à Joseph McAleer d’écrire :

  • 63 Joseph McAleer, op. cit., p. 50.

The Second World War rationalized library usage in Britain. The shortage of books, propaganda against unwise spending, difficulties of supply, and an increase in non-fiction interests (such as current affairs) all worked in the public libraries’favour. As during the First World War, public libraries across the country recorded peak levels of usage63.

  • 64 Cité par Joseph McAleer, op. cit., p. 51.

9En effet, la fréquentation des bibliothèques publiques a beaucoup augmenté pendant les années de guerre car, comme l’a dit un habitant de Coventry, ville si énormément détruite par les bombardements, “the distribution of reading matter to the people has become almost as necessary as the distribution of food64.

DES LECTEURS DE PLUS EN PLUS NOMBREUX

  • 65 Cité par Joseph McAleer, op. cit., p. 75.
  • 66 Cités par Valerie Holman, op. cit., p. 25.

10Comme cela s’était passé lors de la Première Guerre mondiale, la lecture était devenue une occupation essentielle de la vie quotidienne des Anglais, pour les mêmes raisons que précédemment. Mais deux facteurs supplémentaires ont joué en sa faveur, d’une part le blackout, d’autre part le temps passé dans les abris lors des bombardements. Il est clair que le blackout a contribué à la promotion de la lecture, à tel point que la Boots Boolovers’ Library l’a utilisé comme argument publicitaire : “ONE BLACKOUT BENEFIT! More time for READING. Long winter evenings at home means lots more leisure for reading. Join BOOTS BOOKLOVERS’ LIBRARY65. On écoutait la radio pour s’informer et on lisait pour se détendre. Des éditeurs lancèrent des slogans allant dans le même sens. Par exemple, Harrap encourageait à la lecture en ces termes : “Always carry your gas mask! Always carry a book!”, une idée formulée un peu différemment par Hutchinson : “Keep a Novel by your Gas-Mask”. Les slogans de The Bookseller étaient parfois plus politiques : “Hitler Burns Books – Civilized People Read Them ou Forget Hitler – Enjoy a Book66.

  • 67 Thomas Kelly, op. cit., p. 333.

11D’ailleurs, les alertes pouvant durer plusieurs heures, les gens prirent l’habitude d’apporter des livres et un éclairage dans les abris. Progressivement s’y créèrent même de petites bibliothèques constituées de livres dont certains mis à la disposition par les bibliothèques publiques. Kelly donne l’exemple du quartier londonien de Marylebone, où, selon leur importance, on trouvait dans chacun des 49 abris dont deux stations de métro, entre 50 et 550 livres, la plupart des paperbacks. Il mentionne également une station de métro inutilisée, Bethnal Green, qui disposait d’une bibliothèque de 4 000 ouvrages pour une clientèle nocturne de 6 000 personnes67. Ces « bibliothèques » étaient gérées par les gardiens des abris et par des volontaires.

  • 68 Chiffres cités par Joseph McAleer, op. cit., p. 74 et 78.

12L’accroissement du nombre des lecteurs durant la Seconde Guerre mondiale est indéniable et s’appuie sur des statistiques fournies par un organisme, le Mass-Observation, créé au début de l’année 1939 dans le but d’analyser les pratiques de lecture des Anglais. Les résultats de ces études statistiques confirment clairement non seulement l’allongement du temps de lecture, mais aussi l’accroissement du nombre des lecteurs tout au long des six années de guerre. Ils montrent aussi l’évolution du comportement des lecteurs. Un premier rapport en septembre 1939 indiquait une chute de la lecture en province, même dans les bibliothèques publiques gratuites, et sans rapport avec le nombre des adultes évacués ou enrôlés dans l’armée. En revanche, l’année suivante a marqué un tournant en matière de lecture, avec une augmentation significative des livres empruntés ou même achetés. Paru en mars 1940, un autre rapport intitulé Report on Book Reading in War Time notait que la lecture augmentait à la campagne et l’expliquait par l’arrivée des adultes qui avaient fui les villes. Par ailleurs, un sondage réalisé en février 1940 estimait que 62 % du public adulte lisaient des livres contre 38 % qui n’en lisaient pas. Il précisait que 75 % des lecteurs des catégories sociales aux revenus élevés lisaient des livres contre 58 % parmi celles aux revenus inférieurs qui, elles, lisaient autant des livres que des magazines68. En 1942, Mass-Observation indique dans son Report on Books and the Public que sur 10 000 personnes interrogées à travers le pays, 40 % des hommes et 40 % des femmes déclarent lire beaucoup. Enfin, en 1944, on trouve dans un autre rapport des précisions sur les motivations des lecteurs. La première d’entre elles est la relaxation pour 53 % des hommes et 57 % des femmes, suivie de l’éducation et de l’acquisition de connaissances pour 50 % des hommes et 26 % des femmes. En troisième position, on trouve le repos, à 17 % chez les femmes et à 10 % chez les hommes, puis la stimulation intellectuelle pour 8 % des hommes et 4 % des femmes.

13D’autres chiffres, fournis par les libraires et les bibliothèques publiques, confirment cette montée de la lecture. Christina Foyle, de la célèbre librairie Foyles dans Charing Cross Road, à Londres, témoigne de cette évolution :

  • 69 Ibid., p. 74.

There’s been a tremendous boom in books… There’s been nothing like it, even in the last war. It’s easily explainable of course – books aren’t rationed, there’s no purchase tax, and they don’t require coupons, and then people have so much more time for reading than they used to have, with troops stationed in lonely places where books are the only things to amuse themselves with, with people unable to go away for holidays or to travel much locally, and with the black-out evenings69.

  • 70 Chiffres donnés par Joseph McAleer, op. cit., p. 63, qui précise en note que les chiffres ont été é (...)

14Autres preuves de cette évolution : d’une part, 86 nouvelles librairies furent ouvertes en Angleterre en 1941, d’autre part, selon le Central Statistical Office, les dépenses personnelles en livres, journaux et magazines passèrent de £ 64 millions en 1938 à £ 67 millions en 1943 et à £ 77 millions en 194570.

15Dans le rapport de février 1944, c’est-à-dire vers la fin de la guerre, on trouve des remarques sur the Effect of War on Reading révélant une diminution un peu inattendue de la lecture dans les classes aisées qui disposent de loisirs, alors qu’elle augmente dans la classe ouvrière :

  • 71 Cité dans Valerie Holman, op. cit., p. 236.

Booksellers and librarians are unanimous in reporting an enormous increase in book sales and book borrowing due to the war… The observations of booksellers also confirm the fact that the greatest decrease in reading has taken place among the former leisured classes, and that this has been counterbalanced by a new growth of reading in the working class71.

  • 72 Thomas Kelly, op. cit., p. 330.

16D’autres enquêtes faites par Mass-Observation auprès des bibliothèques publiques ainsi que les témoignages des bibliothécaires eux-mêmes confirment bien l’augmentation des emprunts. Dans les bibliothèques publiques de Manchester, le nombre des communications mensuelles est passé de 15 000 en temps de paix à 20 000 durant la guerre. Certaines bibliothèques avaient d’ailleurs aménagé les horaires d’ouverture pour satisfaire une demande sans précédent. La Library Association note dans son rapport pour l’année 1940 que : “In reception, evacuation and neutral areas alike, in industrial and urban centres and in small towns and villages, there are libraries reporting an increase in issues of more than 20 per cent as compared to the previous year, as well as big increases in the number of readers72.

LECTEURS EN UNIFORME

17Comme lors de la Première Guerre mondiale, le gouvernement se devait de satisfaire les besoins en lecture des soldats du front auxquels s’ajoutèrent rapidement les blessés et les prisonniers. Dès novembre 1939, le maire de Londres prit l’initiative d’organiser une collecte de livres destinés aux soldats grâce à un organisme intitulé Service Libraries and Books Fund. La réaction du public fut positive et, à la fin de 1942, environ huit millions de livres et à peu près autant de magazines avaient été distribués aux unités des forces armées cantonnées dans le pays ou à l’étranger. L’Association des bibliothèques, qui avait contribué au Service Libraries and Books Fund, aurait souhaité organiser des bibliothèques au sein des unités avec du personnel compétent, mais elle se heurta à l’opposition des Forces armées. Finalement, la seule action qui put être réalisée fut l’envoi de petites collections de 500 à 1 000 livres, distribuées à la fin de 1941, qui comprenaient fiction, non-fiction et quelques ouvrages de référence. En revanche, des contacts furent établis entre les bibliothèques et les garnisons qui prirent la forme de prêt de caisses de livres aux soldats ou d’autorisation pour ceux-ci d’emprunter des livres individuellement auprès des bibliothèques locales. Dans la région de la Mersey, des bibliobus distribuèrent quelques 20 000 ouvrages à 7 000 lecteurs des armées qui s’y trouvaient. En février 1942, le ministère des Armées donna son accord à un projet qui permettait l’emprunt de livres par les unités au coût annuel de £ 70 pour 1 000 volumes renouvelés trois fois par an.

18Par ailleurs, comme lors de la guerre de 14-18, de nombreuses associations confessionnelles ou laïques recueillirent soit de l’argent provenant d’industriels, soit des livres donnés par la population civile et destinés à assurer l’approvisionnement en lecture des militaires. Une initiative intéressante fut prise en mai 1940 lorsqu’il fut décidé que tous les livres et périodiques envoyés par la poste au Services Central Book Depot de Londres le seraient gratuitement. Des camp libraries furent organisées à partir d’une liste de 580 titres, dont 40 % de fiction et 60 % de non-fiction élaborée par des libraires, des bibliothécaires et des écrivains. Il s’agissait d’éditions pour la plupart bon marché, c’est-à-dire coûtant entre 2 s. 6 d. et 4 s. 6 d., mais curieusement, à cette date, pas un seul Penguin. Le choix de titres adéquats avait été établi par les sélectionneurs et comportait aussi bien des thrillers et des manuels techniques que de la poésie et des sciences politiques, mais aussi Mein Kampf et Autant en emporte le vent… En fait, les unités d’hommes souhaitaient surtout des thrillers, des policiers et des romans faciles, tandis que chez les femmes, on trouvait, en outre, un intérêt pour les biographies et la non-fiction.

  • 73 Helen M. F. Jones and Stuart Marriott. “Adult Literacy in England 1945-1975 : ‘Why did it take so l (...)

19Les responsables des armées étaient bien conscients de l’importance de la lecture pour maintenir le moral des troupes, mais, s’ils étaient prêts à expédier des livres récréatifs, ils souhaitaient que d’autres ouvrages servent à l’éducation et à l’instruction des soldats. En effet, il apparut que certaines des nouvelles recrues ne savaient pas lire, ce qui pouvait poser de sérieux problèmes car, comme se plaignait un officier en 1941, “illit erates could not be trained for modern operations73. L’alphabétisation totale de la population Anglais e n’était donc pas vraiment réalisée.

  • 74 Cité dans Valerie Holman, op. cit., p. 119.

20Afin d’instruire mais aussi, dans certains cas, d’alphabétiser les soldats, on créa un War-Time Army Education Scheme, dont une note adressée aux éditeurs disait que “The Trade were invited, through the Publishers’ Association, to produce books of the Penguin type to meet this demand74. Les restrictions de papier ayant toujours cours, Penguin se trouvait là en meilleure position que les autres et se déclara prêt à consacrer tout son quota de papier à la publication des seuls livres destinés aux forces armées. Le projet de Penguin fut accepté en juillet 1942 et le Forces Book Club, administré par le Services Central Book Depot, fut mis en œuvre à partir d’octobre de la même année. En fait, le succès ne fut pas au rendez-vous et les tirages s’avérèrent décevants car les titres proposés, comme Howards End by E. M. Forster ou Growing Up in New Guinea de Margaret Mead, ne correspondaient pas au goût des soldats. Penguin fut alors invité à éditer des livres plus faciles et distrayants, c’est-à-dire des romans d’aventure, des policiers ou des romans érotiques (“warm fiction). Ces publications cessèrent en septembre 1943 après avoir atteint le chiffre de 120 titres.

  • 75 Thomas Kelly, op. cit., p. 332.

21Toutefois, des livres vraiment éducatifs furent publiés à destination des troupes dès 1940, car la publication d’ouvrages de ce type restait prioritaire face au rationnement du papier, dont on avait aussi besoin pour les cours par correspondance institués à partir de l’automne 1941. En mai 1942, le sous-comité pour la fourniture de livres établit une longue liste des catégories de livres les plus demandés, mais malheureusement souvent indisponibles : auteurs classiques, livres d’art, dictionnaires, encyclopédies et manuels concernant divers métiers. Par ailleurs, en 1943, il fut décidé que les soldats pourraient bénéficier de 8 heures de cours par semaine pour s’instruire et se former. Mais on manquait de livres éducatifs pour adultes. La mise en place de l’édition et de la distribution de tels ouvrages prit du temps même si, après Penguin, la Publishers’Guild, rassemblant des éditeurs prestigieux comme Cassell, Cape, Chatto & Windus, Faber & Faber, s’engagea à publier des éditions bon marché de livres importants et utiles. Parlant de ce projet éducatif des armées, Kelly indique que “Textbooks to a total of nearly three million volumes, many specially printed, were ordered for this great enterprise, a special unit being established for the purpose in March, 194475.

22Il reste à évoquer ici ceux que Valerie Holman appelle les “captive readers”, blessés ou prisonniers de guerre. Eux aussi avaient du temps, trop de temps, pour lire, eux aussi avaient envie de lire pour oublier leur situation difficile et l’ennui qui les guettait. Les premiers furent approvisionnés en lecture par la Croix-Rouge, qui parvint parfois à installer de petites bibliothèques dans les hôpitaux. Il est certain que c’est à l’hôpital que certains soldats Anglais blessés prirent des habitudes de lecture.

  • 76 Montgomery Belgion. Reading for Profit. London, Penguin Books, 1945.

23La Croix-Rouge lança par ailleurs, dès octobre 1939, un nouveau service destiné aux prisonniers : “Books for prisoners of war”. Entre octobre 1940 et février 1945, plus de 250 000 livres furent envoyés dans les camps de prisonniers. Une fois encore, la demande majoritaire allait dans le sens de livres distrayants, mais quelques individus souhaitaient recevoir des livres éducatifs. Ces ouvrages donnaient parfois lieu à des discussions, et des conférences furent données à leurs compagnons de captivité par certains officiers. C’est ce que fit Montgomery Belgion, dont la série de conférences, publiée après la guerre chez Penguin dans la collection Pelican sous le titre Reading for Profit, décrivait tous les bienfaits qu’on peut tirer de la lecture et présentait à son auditoire les nombreux écrivains dont ils pourraient « tirer profit »76. À noter par ailleurs qu’à titre exceptionnel, un périodique, intitulé The Prisoner of War, fut publié en Grande-Bretagne à partir de mai 1942 pour permettre aux familles des prisonniers de s’informer sur leurs conditions de vie. On y trouvait aussi des demandes d’ouvrages, certains très techniques comme un livre sur la chirurgie d’urgence, la menuiserie, l’horticulture ou des dictionnaires et des encyclopédies populaires.

24Les envois des ouvrages aux prisonniers étaient parfois soumis à la censure, et les livres d’occasion devaient ne porter aucune marque ou annotation que ce soit. Parmi les livres interdits dans les camps allemands, on dénombrait ceux écrits pas des auteurs juifs, ceux hostiles au régime allemand et tous les manuels de chimie expliquant comment fabriquer de l’encre invisible… Dans ces circonstances, un livre pouvait mettre un mois avant de parvenir à son destinataire.

LIVRES DE GUERRE

  • 77 Valerie Holman donne en annexe dans son livre le détail de ces consignes, p. 268-271.

25Si la demande était forte, les difficultés ne manquaient pas pour la satisfaire, comme on l’a déjà vu. Les Anglais ont donc dû imposer quelques consignes concernant la présentation des livres. Un groupe d’éditeurs se concerta avec le ministère de l’approvisionnement afin de définir de nouveaux critères permettant de faire des économies, en particulier de papier. Le 1er janvier 1942, un accord, le Book Production War Economy Agreement, fut mis en place. Il définissait de nouvelles normes d’impression et de production et précisait, entre autres, la taille des caractères, le nombre minimum de mots par page, le type de papier, le poids des cartonnages pour la reliure, le nombre de pages autorisées pour les notes préliminaires, les titres de chapitre, les interlignes entre les paragraphes, la part à accorder aux illustrations, diagrammes, cartes, etc77. Certains ouvrages pouvaient être exemptés de ces consignes, comme les livres éducatifs pour très jeunes enfants autorisés à utiliser une taille de caractère plus élevée, ou les dictionnaires dont le cartonnage devait nécessairement être solide. Les livres imprimés de la sorte portaient un logo représentant un lion assis sur un livre ouvert où on pouvait lire les mots suivants : Book Production War Economy Standard. Ces consignes ne s’appliquaient bien entendu qu’aux nouveaux titres ou aux nouvelles éditions.

26Des éditions spécifiques ont donc vu le jour entre 1939 et 1946, tentant de concilier la demande des populations civile et militaire, le besoin de soutenir le moral de tous les citoyens et les nécessaires économies à réaliser en temps de guerre. Un exemple intéressant est celui fourni par une collection intitulée Gulliver Little Books, livres de 32 pages de la taille d’un petit carnet, sans doute destinés prioritairement aux enfants et faciles à emporter avec soi dans les abris. La majorité d’entre eux consistaient en extraits de classiques de la littérature pour la jeunesse, comme les Fairy Tales d’Andersen ou de Grimm, ou les Tales from Shakespeare de Charles et Mary Lamb, ou d’œuvres de Dickens. Chacun de ces petits livres portait en avant-propos les quelques lignes suivantes :

  • 78 Gulliver Little Books. Devon, Gulliver Book Co, ca. 1940.

On all sides there must be economy. When victory is obtained we shall again have a plentiful supply of famous works in popular editions. In the meanwhile it is well to keep in mind the books that are “A Boon and a blessing”. Gulliver series introduce the best known books to all. Whilst themselves containing reading of interest and enjoyment they will doubtless stimulate a demand for fuller works78.

27Une autre publication spécifique de la période de guerre fut une nouvelle traduction de la Bible en basic English, c’est-à-dire dans une langue simplifiée. Publiée en avril 1941 par Cambridge University Press associée à Evans Brothers, elle était destinée aux enfants ainsi qu’aux lecteurs d’outre-mer.

28Des livres de propagande furent aussi publiés, comme durant la Première Guerre mondiale, sous la responsabilité du ministère de l’Information, le MoI, dont l’objectif essentiel reposait sur une idée forte. Considérant que la meilleure propagande par les livres était de vendre ceux-ci en fonction de leurs mérites, ce ministère encouragea les éditeurs à publier des livres à valeur de propagande (books of propaganda value), des livres à valeur culturelle et symbolique, moyen efficace de remonter le moral des gens tout en faisant discrètement de la propagande. Dans ce contexte, de nouvelles collections virent le jour, comme celle lancée par Oxford University Press et intitulée The World Today, dont certains titres, comme Britain and the British People d’Ernest Barker, professeur de sciences politiques à Cambridge, fut un bestseller ultérieurement traduit en plusieurs langues et diffusé en Europe et au Canada. Une autre série, lancée en mars 1941, Britain in Pictures, connut un beau succès. Elle se présentait sous un format distinct, les textes en étaient rédigés par des auteurs de renom comme Graham Greene ou George Orwell, et ils étaient agrémentés de reproductions d’œuvres artistiques Anglais es afin de montrer aux Anglais les beautés de leur pays. À la fin 1943, plus de soixante volumes de cette collection avaient été publiés et les ventes dépassaient un demi-million d’exemplaires.

29Par ailleurs, le MoI était conscient de la nécessité de maintenir disponibles les livres considérés comme essentiels, mais sur quels critères ? Furent finalement jugés essentiels les ouvrages scolaires indispensables au maintien et au développement de l’instruction des jeunes élèves britanniques ainsi que celle des soldats, ou des ouvrages scientifiques et médicaux, comme le Handbook of First Aid (manuel de premiers soins) qui dut être réédité plusieurs fois au cours de la guerre.

30Alors que la fin de la guerre semblait approcher, il apparut urgent de songer à la reconstruction du pays. Ainsi parurent des livres comme Our Towns, bestseller publié en 1943 dénonçant les conditions de vie dans certaines villes d’Angleterre comme Sheffield ou Bristol et souhaitant leur amélioration, une fois la guerre terminée. D’autres études d’économie ou de sciences sociales virent le jour, parfois sous la signature de gens connus comme Sidney et Beatrice Webb ou William Beveridge, auteur de The Pillars of Security, qui devint rapidement un bestseller, comme son livre suivant Full Employment in a Free Society, paru en 1944 chez Allen & Unwin. De son côté, Faber lança une collection intitulée Rebuilding Britain, assortie d’une exposition sur ce thème, et Penguin édita dans sa collection de non-fiction des essais démontrant la nécessité de planifier la reconstruction.

31Dans cette même perspective de reconstruction, le statut prioritaire accordé aux livres éducatifs dès 1940 fut réitéré au fil des années de guerre. Cette demande concernait deux catégories de lecteurs : d’une part, les étudiants enrôlés auxquels fut destiné le Services Postwar Education Scheme, d’autre part les écoliers, car une nouvelle loi sur l’éducation fut votée en 1944 qui, parmi d’autres décisions, instaurait la gratuité des écoles publiques et fixait la fin de la scolarité à quinze ans. Il importait de prévoir pour les premiers des livres adaptés à la formation des adultes (EVT ou educational and vocational training) et une trentaine de titres furent publiés par Penguin à cet effet dans ses collections Pelican et Penguin Specials. Chez Hodder & Stoughton, la collection Teach Yourself Books passa de 18 titres en 1939 à 48 en 1945.

32Toutes ces publications et collections spéciales ont été encouragées, autorisées, voire contrôlées par divers organismes officiels comme le MoI, le ministère de la Guerre ou le ministère de l’Éducation. Mais elles ne pouvaient totalement satisfaire la demande de lecture émanant des adultes et des enfants soucieux de s’informer et surtout de se changer les idées.

BESTSELLERS DE LA GUERRE

  • 79 Valerie Holman, op. cit., p. 254.

33Cette demande a quelque peu évolué au fil des années. Ainsi, un des livres les plus demandés dès 1938 fut Mein Kampf, présenté par Valerie Holman comme “a non-fiction bestseller” et auquel elle consacre une autre de ses annexes. Le livre avait déjà été abondamment lu en 1938, mais une nouvelle édition non expurgée en fut publiée par Hutchinson en mars 1939 sous le titre My Struggle au prix de 8 s. 6 d. En mars 1940, une enquête de Mass-Observation auprès des bibliothèques a montré que c’était le livre le plus emprunté. Cette édition fut aussi inscrite dans le Catalogue of Books for the Services établi par le British Council en 1939 et, selon Valerie Holman “became stock issue to Service libraries where Hitler’s views could be read and discussed not only by British servicemen but by a new readership of colonial troops posted overseas79. D’ailleurs, au début du conflit, une forte demande se manifesta pour des livres permettant de se documenter sur la politique et les évènements graves qui se déroulaient. Puis cet intérêt retomba progressivement, les lecteurs retournant alors à la fiction.

  • 80 Valerie Holman, op. cit., p. 262.
  • 81 Ibid.

34Cependant, il apparait d’une étude de 1940 sur les pratiques de lecture des Anglais qu’un intérêt nouveau se manifesta vis-à-vis des rééditions de classiques de la célèbre collection Everyman’s Library fondée par dent en 1888. En 1940, le directeur de la collection Ernest Rhys écrivit une petite brochure intitulée A Breviary of Books in Wartime qui signalait entre autres 21 titres de cette collection sélectionnés “to turn to an escape from ourselves into a world carefree and unconditioned save by art and imagination, wit and humour80. Certains de ces ouvrages recommandés étaient accompagnés d’une brève remarque vantant leur valeur dans le contexte de la guerre. On ne s’étonnera pas d’y trouver Robinson Crusoe, dont l’énergie et la volonté de survie étaient des qualités à encourager chez le lecteur Anglais sous les bombardements. Il était d’ailleurs présenté comme “everybody’s story-book. The plight of the shipwrecked Crusoe on a desert island made as real as last night’s war news81. Le roman Pickwick Papers de Dickens était recommandé comme le meilleur livre à lire en temps de guerre et d’autres titres plus ou moins récents comme Lord Jim (1900) de Joseph Conrad, Pride and Prejudice (1813) de Jane Austen et Diary of a Nobody (1892) de George et Weedon Grossmith virent se multiplier leurs ventes dans la collection Everyman’s Library.

  • 82 Ibid., p. 53.

35Il est inutile de revenir longuement sur les romans distrayants comme les polars, les romans sentimentaux ou les thrillers qui furent incontestablement une des lectures favorites des Anglais entre 1939 et 1945, comme lors de la Grande Guerre. Valerie Holman reproduit une liste des titres les plus empruntés entre mars et mai 1942 où l’on remarque, entre autres, des bestsellers comme Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell, Qu’elle était verte ma vallée de Richard Llewellyn, et La puissance et la gloire de Graham Greene82, à côté d’écrivains plus populaires tels que Peter Cheyney (écrivain britannique et non américain, comme on le croit souvent), ouvrages lus par la population civile comme par les soldats et les prisonniers, ou, un peu plus tard, en 1944, Forever Amber de l’américaine Kathleen Winsor.

36Mais en dehors de ces bestsellers, il existait encore des différences dans les habitudes de lecture des différentes classes. Une enquête de Mass-Observation notait en 1942 que, dans les banlieues habitées par les classes moyennes, on appréciait les romans littéraires ou non, mais aussi les récits de voyage et la non-fiction, tandis que dans les quartiers ouvriers la préférence continuait à aller vers tous les genres de fiction : histoires de cowboys, thrillers, romans sentimentaux, romans d’aventures. Mais de toute évidence, il existait encore des Anglais qui ne lisaient pas du tout, ne serait-ce que faute de temps.

  • 83 Joseph McAleer, op. cit., p. 144.

37Les enfants, eux aussi, ont lu davantage pendant la guerre, car eux aussi voulaient s’informer sur ce qui se passait, eux aussi voulaient se distraire. Leurs goûts ne changeaient guère. Toutefois, le classement du choix de garçons de 14 ans en 1942 place en première position les mystery stories, suivies des romans d’aventures et des livres sur leurs hobbies, tandis que chez les filles du même âge la priorité va aux romans d’aventures, suivis des romans scolaires et des histoires d’amour83.

  • 84 Cité par Valerie Holman, op. cit., p. 233.

38C’est le poète Cecil Day-Lewis qui a le mieux résumé la situation de la lecture en Angleterre à la fin de la Seconde Guerre mondiale. En mars 1944, il s’interrogeait dans Picture Post en ces termes : “We read more books. We buy more books. There are many books we would like to buy but can’t get. And there are two hundred new publishers in war-time. But does the war mean that we read better books too?84 Que répondre à une telle question sinon qu’il est indéniable que la Seconde Guerre mondiale a favorisé le goût pour la lecture et qu’elle a entraîné un changement de comportement dans les pratiques de lecture ? En 1945, l’Angleterre serait-elle donc devenue une « nation de lecteurs » ?

Notes

61 Valerie Holman. Print for Victory. Book Publishing in England 1939-1945. The British Library, 2008. Cet ouvrage est une référence incontournable sur le sujet auquel j’ai souvent recours pour ce chapitre.

62 Thomas Kelly, op. cit., p. 329.

63 Joseph McAleer, op. cit., p. 50.

64 Cité par Joseph McAleer, op. cit., p. 51.

65 Cité par Joseph McAleer, op. cit., p. 75.

66 Cités par Valerie Holman, op. cit., p. 25.

67 Thomas Kelly, op. cit., p. 333.

68 Chiffres cités par Joseph McAleer, op. cit., p. 74 et 78.

69 Ibid., p. 74.

70 Chiffres donnés par Joseph McAleer, op. cit., p. 63, qui précise en note que les chiffres ont été établis sur la base des prix de 1938.

71 Cité dans Valerie Holman, op. cit., p. 236.

72 Thomas Kelly, op. cit., p. 330.

73 Helen M. F. Jones and Stuart Marriott. “Adult Literacy in England 1945-1975 : ‘Why did it take so long to get on the move’?”. History of Education, 1995, vol. 24, number 4, p. 338.

74 Cité dans Valerie Holman, op. cit., p. 119.

75 Thomas Kelly, op. cit., p. 332.

76 Montgomery Belgion. Reading for Profit. London, Penguin Books, 1945.

77 Valerie Holman donne en annexe dans son livre le détail de ces consignes, p. 268-271.

78 Gulliver Little Books. Devon, Gulliver Book Co, ca. 1940.

79 Valerie Holman, op. cit., p. 254.

80 Valerie Holman, op. cit., p. 262.

81 Ibid.

82 Ibid., p. 53.

83 Joseph McAleer, op. cit., p. 144.

84 Cité par Valerie Holman, op. cit., p. 233.

© Presses de l’enssib, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access