Version classiqueVersion mobile

Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

 | 
Martine Poulain

Partie 2. Bibliothèques spoliées : restituées, perdues, retrouvées, cachées ?

Chapitre 8. La spoliation d’une bibliothèque privée sous l’Occupation
Le cas de Pierre Guerquin, bibliophile

Patricia Sorel

Texte intégral

  • 1 Dossier Guerquin (coll. particulière) : courrier de Jacques Jaujard à l’intendant allemand (18 mars (...)

1Né en 1880, secrétaire général de l’École nationale supérieure des beaux-arts, mutilé de la Première Guerre mondiale, médaille militaire et Croix de guerre 1914-1918, chevalier de la Légion d’honneur, Pierre Guerquin était le gendre d’Henri Béraldi (1849-1931) – collectionneur, bibliophile et auteur de livres d’art renommé. Pierre Guerquin partageait avec son beau-père la passion des beaux livres et, après le décès de celui-ci, il conserva plusieurs pièces de sa magnifique collection, dont le catalogue de vente (1934) révèle toute la richesse (livres anciens des XVIe et XVIIe siècles, éditions recherchées des XVIIIe et XIXe siècles, magnifiques reliures et estampes). En 1943, Jacques Jaujard présentait la bibliothèque de Pierre Guerquin « comme celle de l’un des plus éminents bibliophiles de notre époque »1.

  • 2 Je remercie Martine Poulain pour la confiance qu’elle m’a accordée en me proposant l’étude de ce do (...)

2Je propose de retracer ici les circonstances dans lesquelles Pierre Guerquin a perdu une partie de sa bibliothèque et les démarches qu’il a entreprises sous l’Occupation, puis à la Libération et à la fin des années 1950, pour que soit reconnu le vol dont il avait été victime2.

Un vol non élucidé

3En juin 1940, alors que l’armée allemande approche de Paris, l’administration de l’École nationale supérieure des beaux-arts est invitée à se replier à Pau. Le directeur de l’école, le sculpteur Paul Landowski, décide de faire envoyer par camion, à l’administration du Mobilier national réfugiée à Aubusson (Creuse), quelques-unes de ses sculptures et des objets d’art appartenant à l’école. Il offre à Pierre Guerquin de joindre à ce chargement une partie des objets de sa collection personnelle. Celui-ci accepte bien volontiers et fait emballer les plus précieux de ses livres (environ deux cent cinquante), ainsi que des objets d’art (émaux limousins des XIIe et XIIIe siècles, ivoire du XIVe siècle et une grande montre Louis XVI ayant appartenu à la princesse de Lamballe), dans trois grandes caisses pesant chacune 150 à 200 kilogrammes. Mais le camion de la Samaritaine, qui doit effectuer le transport, est réquisitionné suite à la déclaration de guerre de l’Italie. Grâce à Jacques Jaujard (1895-1967), directeur des Musées nationaux et de l’École du Louvre, les trois caisses de Pierre Guerquin peuvent malgré tout prendre la route le 11 juin dans un camion du musée du Louvre à destination du château de Chambord (où est mise à l’abri une grande partie des collections nationales), avec neuf autres caisses (une petite caisse contenant un buste de Landowski et huit caisses d’archives de l’administration des Musées et de l’administration de la Caisse autonome). Mais le camion n’arrivera jamais à destination, car, dès le lendemain, des problèmes mécaniques l’immobilisent à Dourdan (à quelque 40 kilomètres au sud-ouest de Paris). Le chargement est alors déposé à l’école des filles de la ville et confié à la surveillance de M. Houel, gardien des Musées nationaux.

4Le 16 juin, les troupes allemandes entrent à Dourdan et leurs officiers décident d’envoyer les caisses à la Kommandantur. Dès son retour à Paris à la fin du mois de juin, Jacques Jaujard demande la restitution des caisses à l’état-major du général commandant la place de Paris, à l’administration militaire allemande, puis au comte Franz von Wolff-Metternich, responsable du service allemand de Protection des œuvres d’art en France*. En vain, car les services allemands prétendent ne pas en trouver trace. Le 20 septembre, la direction des Musées nationaux reçoit un appel téléphonique d’un agent français de l’Hôtel de Crillon qui l’informe que, depuis trois mois, douze caisses provenant des Musées nationaux, du Mobilier national et de la Caisse autonome se trouvent à l’hôtel (alors siège à Paris de la Kommandantur). Immédiatement prévenu par Jaujard, le service du comte von Metternich, accompagné d’un représentant des Musées, s’y rend et apprend que les caisses ont été enlevées la veille par un autre service allemand.

5Quelques jours plus tard, vers le 10 octobre, le service allemand de Protection des œuvres d’art en France* prévient Jaujard que les caisses ont été retrouvées et qu’elles seront restituées après un inventaire de leur contenu, car elles avaient été ouvertes. Le 31 octobre, un officier allemand rapporte au musée du Louvre neuf caisses sur les douze enlevées à Dourdan, en déclarant qu’il n’en serait finalement pas fait d’inventaire. Parmi les trois caisses « égarées », une appartient à Pierre Guerquin et les deux autres caisses qui lui sont restituées sont au tiers vides. Soixante-dix-huit livres, dont certains portent l’ex-libris d’Henri Béraldi, et huit objets d’art sont manquants. De précieux dessins et autographes ont également disparu. De surcroît, des frontispices, des gravures, des dessins et des autographes ont été retirés de plusieurs livres.

  • 3 Dossier Guerquin (coll. particulière) : courrier de Pierre Guerquin à l’Office de dédommagements de (...)

6Jacques Jaujard adresse alors une réclamation au service allemand de Protection des œuvres d’art en France, tandis que Pierre Guerquin constitue un important dossier de réclamation. Au début de l’année 1941, il fait remettre ce dossier à plusieurs personnalités allemandes : le général commandant en chef du Grand Paris, le commandant Heinrich Ehmsen – chef du service de la Propagande artistique allemande en France – et le docteur Pfitzner, nouveau responsable du service de Protection des œuvres d’art en France*. Il entreprend de nouvelles démarches l’année suivante. En avril 1942, il a un long entretien avec Metternich et Pfitzner, qui lui assurent qu’ils soutiendront sa demande de dédommagement. Au mois de mai, il est reçu par le docteur Lang, chef du service de la Propagande, puis par le docteur Zimmermann, qui a remplacé Pfitzner à la direction du service de Protection des œuvres d’art*. Zimmermann lui recommande de rencontrer le conseiller Brauns, qui l’invite à remettre un dossier complet au commandant militaire allemand en France (Militärbefehlshaber in Frankreich). Ce dossier a été rédigé « en termes très prudents » par Pierre Guerquin qui, de crainte « d’être arrêté et envoyé en camp de concentration », n’y parle pas de vol mais de « réquisition sans bon de réquisition »3. Le 23 janvier 1943, une lettre de l’intendant auprès du commandant militaire allemand (district nord-ouest, Saint-Germain-en-Laye) informe Pierre Guerquin que sa demande de dédommagement est à l’étude. Le 24 août 1943, il lui est annoncé que son dossier de réclamation va être envoyé, pour décision à prendre, à Berlin. Trois mois plus tard, le 27 novembre, un courrier de l’intendant l’informe que sa demande d’indemnisation a été rejetée, car « il n’y a aucune preuve que les caisses aient été volées par des membres de l’autorité allemande ».

  • 4 Dossier Guerquin (coll. particulière) : rapport rédigé par Pierre Guerquin (s. d.).

7Pourtant, plusieurs faits laissent à penser que les vols ont été commis à l’Hôtel de Crillon et Pierre Guerquin s’est procuré les noms des cinq officiers de haut grade qui, outre le général von Stunitz – commandant militaire pour la région parisienne –, y avaient pris leurs quartiers à l’été 1940 : le général Alfred von Vollard-Bockelberg (gouverneur militaire), Hans Speidel (premier chef d’état-major), Gustav Krukenberg (troisième chef d’état-major), Brock (officier interprète) et le commandant von Neumann. Pierre Guerquin est convaincu « que ces personnalités et les officiers de leur entourage, attirés par les inscriptions des caisses, les ont fait ouvrir et, devant la qualité et l’attrait de leur contenu, s’en sont partagé et approprié les pièces qui leur ont plu et qu’ils ont ensuite emportées dans leurs valises, lors des permissions continuellement accordées aux officiers à cette époque, pour se rendre en Allemagne. […] On peut aussi supposer que des bibliothécaires allemands ont pu être appelés […] et qu’ils ont procédé à un fructueux prélèvement au bénéfice des bibliothèques allemandes »4. Certaines pièces de sa collection pouvaient de surcroît intéresser tout particulièrement des Allemands férus d’art et de littérature, tel ce petit ouvrage de Baudelaire, Richard Wagner et Tannhauser à Paris (Paris, Dentu, 1861), portant l’ex-libris de Charles Asselineau et renfermant l’une des deux seules lettres connues écrites par Wagner à Baudelaire.

De nouvelles démarches à la Libération

  • 5 Archives diplomatiques : archives de l’OBIP (209SUP/593 et 209SUP/686, dossier 28113).
  • 6 Archives diplomatiques : archives du service français de Récupération artistique (209SUP/1106, titr (...)

8À la Libération, Pierre Guerquin dépose un nouveau dossier de réclamation auprès de l’Office des biens et intérêts privés (OBIP)* au ministère des Affaires étrangères5, organisme qu’il connaît bien pour y avoir été de 1918 à 1923 chef du service de Restitution des objets d’art et mobiliers enlevés au cours de la Première Guerre mondiale. Son dossier contient le catalogue des livres et des objets d’art spoliés avec l’estimation de deux libraires-experts, Georges Blaizot et Édouard Legueltel. Leur expertise datée du 10 avril 1945 estime la valeur des livres, gravures et dessins volés à 1 903 250 francs et celle des objets d’art à 310 000 francs. Le préjudice subi s’élève donc à un total de 2 213 250 francs (soit environ 280 000 euros : chiffre qui ne prend pas en compte l’évolution de la valeur de ces livres et objets d’art). Parmi les livres anciens qui ont été dérobés, l’ouvrage de la plus grande valeur était un exemplaire d’Annette et Lubin de Justine Favart, publié en 1762 et ayant appartenu à la princesse de Lamballe. Pour les « livres modernes », mentionnons un exemplaire rarissime des Histoires naturelles de Jules Renard, édition ornée de vingt-deux lithographies originales de Toulouse-Lautrec (publié chez Floury en 1899, tiré à cent exemplaires), avec deux pages autographes de Jules Renard ; Parallèlement de Paul Verlaine, orné de lithographies originales de Pierre Bonnard (édition Ambroise Vollard, 1900, tirée à deux cents exemplaires), avec une lettre de Verlaine à son éditeur et le manuscrit autographe du poème Sur une statue de Ganymède ; ou encore Le bestiaire ou Cortège d’Orphée d’Apollinaire, illustré de gravures sur bois de Raoul Dufy (publié chez Deplanche en 1911, tiré à cent vingt-neuf exemplaires) [ill. 1, 2 et 3]. Mais aucun des livres dérobés en 1940 ne pourra être retrouvé – le nom de Pierre Guerquin figure dans la « Liste des éditions originales anciennes, des éditions à illustrations très rares, réclamées et non retrouvées » du service de Récupération artistique (liste conservée aux Archives diplomatiques)6.

Illustration 1. Extrait du catalogue des livres volés à Pierre Guerquin

Illustration 1. Extrait du catalogue des livres volés à Pierre Guerquin

Source : Collection particulière.

Illustration 2. Extrait du catalogue des livres volés à Pierre Guerquin

Illustration 2. Extrait du catalogue des livres volés à Pierre Guerquin

Source : Collection particulière.

Illustration 3. Extrait du catalogue des livres volés à Pierre Guerquin

Illustration 3. Extrait du catalogue des livres volés à Pierre Guerquin

Source : Collection particulière.

  • 7 La loi dite BRUG du 17 juillet 1957 d'après les initiales de sa dénomination allemande (Bundesrücke (...)
  • 8 Le Figaro, 23 septembre 1957. Cet article a été découpé par Pierre Guerquin qui l’a inséré dans son (...)
  • 9 Dossier Guerquin (coll. particulière) : lettre de Pierre Guerquin au consul général de la RFA à Par (...)
  • 10 Hans Speidel, chef d’état-major à Paris de 1940 à 1942, n’a jamais été inquiété après la guerre. Ap (...)
  • 11 Lorsque, en mai 1959, Pierre Guerquin est invité à participer au congrès international de bibliophi (...)

9Pierre Guerquin tente une nouvelle fois de faire reconnaître le vol dont il a été victime après la promulgation, en République fédérale allemande (RFA), de la loi du 19 juillet 1957 sur la réparation des spoliations nazies (dite loi Brüg)7. Cette loi permet notamment aux victimes de spoliations de demander des réparations « pour les biens meubles […] qui ont été saisis en France par les services hitlériens et qui ont été transportés en Allemagne occidentale »8. Pierre Guerquin contacte alors de nouveau l’OBIP, qui l’informe que cette loi ne s’applique, en principe, qu’« aux personnes victimes des persécutions nazies, pour raison de race, de religion ou d’opinion politique ». Mais Pierre Guerquin estime qu’il a été spolié « “dans un de ces cas particulièrement graves” pour lesquels la République fédérale peut, selon certaines interprétations, accorder, paraît-il, des indemnités et allocations spéciales »9. Le 10 juillet 1958, il dépose un dossier de réclamation auprès du consul général de la RFA à Paris. Le 12 novembre, il est reçu par le conseiller culturel de l’ambassade, le baron von Tieschowitz, qui lui confirme que les indemnisations prévues par la loi sont exclusivement destinées aux personnes spoliées juives ou déportées. Très obligeamment toutefois, le conseiller culturel contacte Hans Speidel, l’un des officiers qui logeaient à l’Hôtel de Crillon au moment probable du vol10. Mais celui-ci répond n’avoir gardé aucun souvenir de cette affaire11.

  • 12 Dossier Guerquin (coll. particulière) : courrier du sénateur des finances, administration spéciale (...)

10En juillet 1960, l’Office de dédommagements de Berlin fait connaître à Pierre Guerquin la position du sénateur des finances de l’administration spéciale des biens et constructions. Celui-ci se prononce pour le rejet de sa demande d’indemnisation pour quatre raisons : « il ne s’agit pas d’une soustraction des objets par le Reich allemand ou par une institution juridique lui étant assimilée » ; « le demandeur n’a pas exposé […] qu’il faisait partie des personnes persécutées pour des motifs racistes, religieux ou politiques » ; « il n’y a pas de preuve » d’un vol par des membres de l’armée allemande ; il n’y a pas de preuve non plus que les objets dérobés aient été transportés en République fédérale d’Allemagne ou à Berlin12. Cette argumentation « stupéfie » Pierre Guerquin, qui demande que son dossier « soit de nouveau et entièrement soumis à l’étude des autorités qui doivent décider de la réponse définitive ». L’Office de dédommagements ne rend sa décision que le 7 novembre 1960, décision qui reprend les arguments du sénateur des finances :

  • 13 L'ordre BK/0 (49) 180 du 26 juillet 1949 de la Kommandantur interalliée de Berlin : Rückerstattungs (...)
  • 14 Dossier Guerquin (coll. particulière) : décision de l’Office de dédommagements de Berlin (7 novembr (...)

« Il n’y a pas droit à restitution quand la perte des objets revendiqués ne repose pas sur une ordonnance discriminatoire du Reich allemand ou de l’un de ses organismes juridiques assimilés suivant le paragraphe 1 de la loi fédérale en matière de restitution. Aucun point ne permet de supposer que le demandeur fait partie du cercle mentionné dans l’article 1 du REAO13 des personnes persécutées pour [raison] politique, [de] race ou [de] religion. Dans la mesure où des membres de l’armée allemande ont participé à la cause des dommages, il s’agit éventuellement de dommages de guerre dont le règlement n’est pas effectué suivant les principes de la législation en matière de restitution et n’est pas fait par les offices de réparation. Mais même si l’on admettait en faveur du demandeur une spoliation pour des raisons discriminatoires, la demande ne pourrait être acceptée, parce que les conditions du paragraphe 5 [de la loi] Brüg ne sont pas remplies. Suivant cette disposition qui est seule à envisager comme base du droit, les objets des biens qui ont été confisqués en dehors du territoire de la République fédérale d’Allemagne ou de Berlin ne sont sujets à restitution que si “d’une manière prouvée” ils ont été amenés dans le territoire fédéral ou à Berlin. Le demandeur ne peut fournir la preuve de ce transport, car […] il ignore où sont restés les objets et leur sort ultérieur après la confiscation. »14

11Après vingt années de démarches menées en France et en Allemagne, la demande de Pierre Guerquin était ainsi définitivement rejetée. Cette affaire met au jour le cas des individus victimes de vols perpétrés par l’occupant nazi et qui ne purent prétendre à aucune indemnisation. Comme l’observera la mission Mattéoli, les pertes de biens – réquisitionnés, pillés ou détruits – pendant la Seconde Guerre mondiale ne furent « pas nécessairement des spoliations » et toutes les spoliations ne furent pas « à caractère discriminatoire »15. Pierre Guerquin, qui avait vendu une partie de sa bibliothèque en 1956, est décédé le 13 janvier 1967 (ill. 4). Le sort de ses livres et objets d’art reste à ce jour non élucidé. Une seule certitude : ils n’auraient pu être vendus aux enchères en France sans que leur propriétaire, éminent bibliophile, en eût connaissance. Il n’est toutefois pas complètement illusoire d’espérer voir certains d’entre eux réapparaître un jour.

Illustration 4. Ex-libris de Pierre Guerquin

Illustration 4. Ex-libris de Pierre Guerquin

Source : Archives diplomatiques, La Courneuve (cote : « Albums photos RA : Inventaire »).

Notes

1 Dossier Guerquin (coll. particulière) : courrier de Jacques Jaujard à l’intendant allemand (18 mars 1943).

2 Je remercie Martine Poulain pour la confiance qu’elle m’a accordée en me proposant l’étude de ce dossier. J’adresse également tous mes remerciements à Mesdames Catherine Guerquin et Marie-Pierre Fossorier qui m’ont si aimablement permis de consulter toute la documentation qui avait été rassemblée par leur aïeul et qui ont répondu tout aussi gentiment à mes questions.

3 Dossier Guerquin (coll. particulière) : courrier de Pierre Guerquin à l’Office de dédommagements de Berlin [été 1960].

4 Dossier Guerquin (coll. particulière) : rapport rédigé par Pierre Guerquin (s. d.).

5 Archives diplomatiques : archives de l’OBIP (209SUP/593 et 209SUP/686, dossier 28113).

6 Archives diplomatiques : archives du service français de Récupération artistique (209SUP/1106, titre 54).

7 La loi dite BRUG du 17 juillet 1957 d'après les initiales de sa dénomination allemande (Bundesrückerstattungsgesetz) est une loi de la République fédérale allemande concernant le paiement des dettes du Reich allemand et des organismes assimilés. Cette loi de restitution prévoit en particulier l'indemnisation des victimes de spoliations pour des raisons raciales, religieuses ou politiques quand les biens confisqués sont parvenus sur le territoire de la RFA ou à Berlin.

8 Le Figaro, 23 septembre 1957. Cet article a été découpé par Pierre Guerquin qui l’a inséré dans son dossier.

9 Dossier Guerquin (coll. particulière) : lettre de Pierre Guerquin au consul général de la RFA à Paris (15 juin 1958).

10 Hans Speidel, chef d’état-major à Paris de 1940 à 1942, n’a jamais été inquiété après la guerre. Après avoir été conseiller de Konrad Adenauer, il a été nommé commandant en chef des forces terrestres Centre Europe de l’OTAN à la fin de l’année 1956.

11 Lorsque, en mai 1959, Pierre Guerquin est invité à participer au congrès international de bibliophilie organisé par la Société des bibliophiles allemands, il décline l’offre, refusant de participer à un congrès présidé par Hans Speidel.

12 Dossier Guerquin (coll. particulière) : courrier du sénateur des finances, administration spéciale des biens et constructions (Berlin) à l’Office de dédommagements de Berlin (23 juin 1960).

13 L'ordre BK/0 (49) 180 du 26 juillet 1949 de la Kommandantur interalliée de Berlin : Rückerstattungsanordnung (REAO) est l'un des textes qui régissent la légalité de la présence des troupes alliées à Berlin.

14 Dossier Guerquin (coll. particulière) : décision de l’Office de dédommagements de Berlin (7 novembre 1960).

15http://www.col.fr/matteoli/  >.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Extrait du catalogue des livres volés à Pierre Guerquin
Crédits Source : Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7916/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Illustration 2. Extrait du catalogue des livres volés à Pierre Guerquin
Crédits Source : Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7916/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Illustration 3. Extrait du catalogue des livres volés à Pierre Guerquin
Crédits Source : Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7916/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Illustration 4. Ex-libris de Pierre Guerquin
Crédits Source : Archives diplomatiques, La Courneuve (cote : « Albums photos RA : Inventaire »).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7916/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 79k

Auteur

Maître de conférences (HDR) en histoire contemporaine, université Paris Nanterre. Chercheur au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search