Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une nation de lecteurs ?

 | 
Marie-Françoise Cachin

Quatrième partie. 1914-1945 : la lecture consolatrice

Chapitre I. La lecture pendant la première guerre mondiale

Texte intégral

1En 1914, lorsque la guerre éclate, l’Angleterre, grâce à une amélioration progressive de son système éducatif, a une population entièrement alphabétisée, certes à des degrés divers. Le conflit mondial va contribuer à susciter, développer et encourager le besoin de lire, ne serait-ce que pour s’informer sur les événements graves de ces quatre années.

UNE DEMANDE DE LECTURE EN HAUSSE

2Durant cette période, la demande de lecture a connu une augmentation considérable, comme l’attestent, entre autres, plusieurs articles du Times Literary Supplement. En juin 1916, un éditorial intitulé Literature and the War constatait que :

  • 2 Cité dans Jane Potter, Boys in Khaki, Girls in Print. Women’s Literary Responses to the Great War 1 (...)

There never was time when more books of the best sort were being read in England, especially if we include that greater England which is now in France. Of course, there is a lot of rubbish read both at home and in the trenches. But there is nothing new about that; it has nothing to do with the war. What is new and has to do with the war is the demand for the best books, and especially for poetry2.

3Les Anglais éprouvaient ce besoin de lire pour diverses raisons. En premier lieu, ils souhaitaient des nouvelles du front que la presse était censée leur fournir, malgré les problèmes de censure. Ils voulaient essayer de comprendre ce qui se passait, s’informer sur les pays impliqués dans le conflit, sur les raisons et les conséquences éventuelles des événements. Ils désiraient aussi oublier leur inquiétude et les difficultés de leur vie quotidienne en s’échappant dans la lecture de quelque roman distrayant.

4Si la demande s’était accrue, elle s’était aussi diversifiée en raison des différents lectorats de cette époque, dont la stratification dépendait moins des catégories sociales que de la situation dans laquelle se trouvait chacun. La demande des Anglais en Angleterre n’était pas tout à fait la même que celle des soldats dans les tranchées en France ou en Belgique, des prisonniers dans les camps ou des blessés dans les hôpitaux. Par ailleurs, cette demande évoluait, comme le soulignait un autre article du Times Literary Supplement, daté du 5 août 1915 :

  • 3 Ibid.

Everyone, bewildered by the sudden catastrophe, read nothing but war news and war books for such dim light as those could throw upon the problem. Today people are turning with relief from the war news to fiction especially to the more popular novelists3.

5Rien d’étonnant, en vérité, dans cette demande accrue de lecture, car lire permet de s’évader de la réalité quotidienne et d’oublier l’adversité. En outre, les autres activités de loisirs, en particulier celles de plein air, étaient devenues plus difficiles, et un bon livre ou un journal lu dans la mesure du possible au calme chez soi apparaissait à présent comme une distraction pas trop onéreuse. Encore fallait-il pouvoir trouver des livres, d’autant plus qu’un rationnement du papier dut être mis en place rapidement. L’approvisionnement en papier était devenu difficile et une quantité limitée de papier était allouée à chaque éditeur, priorité étant donnée à la publication des manuels scolaires. Divers autres moyens de faire des économies furent mis en place, comme par exemple l’interdiction des retours (Prohibition of Returns Order) afin d’obliger les éditeurs à diminuer les tirages. Dans la même perspective, la commande d’ouvrages par souscription fut encouragée, habitude que prirent alors de nombreux lecteurs. Comme on peut s’en douter, le marché des livres d’occasion s’amplifia.

6Par ailleurs, des appels furent lancés dans la presse pour collecter des livres à donner aux soldats prisonniers ou blessés. En octobre 1914, une association de bénévoles, la Camps’library, fut fondée afin de fournir de la lecture aux forces combattantes stationnées en Grande-Bretagne ou à l’étranger et aux prisonniers. Une affichette appelait les Anglais à des dons de journaux ou de livres en ces termes :

  • 4 Affichette reproduite sur le Library History Buff Blog : British Camps Library WWW1. < http://libraryhistorybuff.blogspot.com/2009/03/british-camps-library-wwl.html >.

Please leave any BOOK or MAGAZINE which you can spare at the nearest Post Office, whence they will be forwarded here. No wrapper or address. Very large numbers have already been sent to the prisoners and troops both at home and abroad, BUT THEY ARE CON-TINUALLY ASKING FOR MORE, DO NOT LET THEM ASK IN VAIN4.

7Cette campagne fut un succès puisqu’en février 1915, on a pu envoyer aux forces armées 12 000 livres et périodiques par semaine, chiffre qui atteignit 50 000 en septembre de la même année. De nombreux volontaires, en particulier des femmes, s’employaient à trier les dons et à les expédier. Plusieurs autres organismes du même ordre virent le jour : la War Library, la YMCA (Young Men’s Christian Association) ou le Camp Education Department qui s’efforçaient de procurer des livres aux malades et aux blessés. En 1915, une quinzaine nationale du livre (National Book Fortnight) fut lancée par les éditeurs britanniques autant pour inciter les gens à recourir au livre comme réconfort ou comme moyen de se cultiver que pour les inciter à pourvoir sans relâche aux besoins de lecture des soldats. Toute personne achetant un livre était invitée à le donner une fois lu à la Camps’ Library de manière à permettre aux soldats d’en profiter à leur tour. Les bibliothèques publiques furent également mises à contribution, mais selon Alec Ellis :

  • 5 Alec Ellis. Public Libraries and the First World War. The Ffynnon Press, 1975, p. 48.

The literature which was forwarded from the libraries was often unsuitable, for as might have been expected, libraries did not really have resources to make a major contribution to the Camps’ Library, and apart from duplicates, much of the literature was in a physically dilapited condition5.

8Il semble en effet que si, parmi les livres donnés par les uns ou par les autres, il y en ait eu d’excellents, en fiction comme en non-fiction, d’autres étaient sans valeur ni intérêt, par exemple les vieux journaux paroissiaux ou des ouvrages dont manquait la moitié des pages… On peut aussi se demander dans quelle mesure les livres donnés et envoyés d’Angleterre parvenaient réellement aux soldats, et dans quel état. Bill Bell, historien du livre au Centre for the History of the Book de l’université d’Édimbourg, est sceptique à ce sujet. Dans une communication non publiée, il indique que, dans leurs mémoires ou journaux intimes, des aumôniers font état du peu de livres disponibles et laissent entendre que certains soldats en étaient réduits à lire les vieux journaux ayant servi de papier d’emballage.

  • 6 Cf. Joseph McAleer. Popular Reading and Publishing 1870-1914. Oxford, Oxford University Press, 1992 (...)

9Selon Mumby, six millions de livres furent expédiés par la War Library, dont aucun ne fut récupéré, parce que perdu, abîmé, détruit ou simplement laissé sur place, car les livres pèsent lourd dans le paquetage d’un soldat. Ces distributions semblent avoir été appréciées des soldats, si on en croit The Publishers’Circular qui, dans un article du 2 octobre 1915, cite un éditeur témoignant de leur gratitude : “What a boon new novels are to the man at the Front, the wounded, the bereaved. I have received many very touching testimonies of gratitude of those who want to forget things occasionally for an hour or two6.

10On peut cependant se demander ce que lisaient les soldats du front, en particulier ceux dans les tranchées.

LECTURE DES SOLDATS DU FRONT

11Il n’est pas certain que la majorité des soldats engagés dans la guerre (à l’exclusion des officiers) aient été au départ, sinon de grands lecteurs, du moins accoutumés à lire régulièrement. La diversité des classes sociales au sein des régiments signifiait diversité des pratiques de lectures. On ne peut donc exclure la présence parmi eux d’individus tout juste capables de déchiffrer une page de journal. La seule certitude que l’on a, c’est que l’ennui et l’éloignement de leurs proches, sans parler des dangers encourus, devaient être compensés par des distractions que pouvait à l’occasion procurer la lecture.

12Quant aux types de lecture souhaités par les bons lecteurs, la priorité allait naturellement au roman : romans d’aventures, romans sentimentaux, romans policiers, etc. Mais le gouvernement s’efforçait de promouvoir des lectures plus sérieuses, en expédiant aux armées des bibles ou des textes patriotiques dont certains furent commandés à des écrivains connus, comme Conan Doyle ou H. G. Wells, par Wellington House, l’organisme en charge de la propagande dont il sera question un peu plus loin.

  • 7 British Army Trench Journals and a Geography of Identity”. In Mary Hammond & Shaquat Towheed (eds. (...)

13À côté de ces lectures souhaitées mais souvent imposées par les circonstances sinon prescrites, certains soldats ont pu disposer d’un autre type d’imprimé, à savoir des journaux conçus, édités et distribués à l’intérieur d’une unité ou d’un bataillon, connus sous le nom de Trench Journals ou journaux des tranchées. Ce type de lecture, qui a existé également en France et en Allemagne, a récemment attiré l’attention d’historiens de la Première Guerre mondiale comme John Pegum qui lui a consacré un article où il les présente en ces termes : “Trench Journals are periodical magazines written, edited and illustrated by the soldiers of a particular unit for almost exclusive distribution to the members of that unit7. Il s’agissait le plus souvent de quelques pages publiées en général mensuellement, écrites à la main mais parfois imprimées, dont le ton était souvent ironique, comme il apparaît du titre de l’un d’eux, The Mudlark (l’alouette de la boue). C’est en cela que les journaux de tranchées anglais diffèrent de ceux des autres pays cités. Leur contenu ressemblait, en le parodiant, au contenu traditionnel des journaux avec de fausses « lettres au directeur de la publication », des nouvelles de la mode, des odes dédiées aux rats ou aux poux, et des imitations de reportages où des auteurs, écrivant anonymement ou sous couvert d’un pseudonyme, racontaient en termes grandiloquents ou dans des poèmes burlesques leur expérience de la guerre et leur vie inconfortable et dangereuse dans les tranchées. On pouvait aussi y trouver des critiques visant des hommes politiques, ou portant sur l’incompétence du ministère de la guerre. Chacun de ces Trench Journals semble avoir eu son ton et ses caractéristiques particulières en fonction des besoins et des intérêts des soldats de l’unité dans laquelle il était produit. Documents sur la Première Guerre mondiale, ces journaux ont certainement constitué une ressource supplémentaire, quoique limitée, pour satisfaire les besoins de lecture des soldats tout en les divertissant.

LECTURE DES PRISONNIERS DE GUERRE ET DES BLESSÉS

14Le cas des prisonniers de guerre mérite aussi l’attention, car la vie dans des camps souvent peu confortables était monotone, même pour ceux utilisés comme main d’œuvre bon marché. La lecture devint rapidement une de leurs occupations majeures. Des bibliothèques et des salles de lecture furent organisées et financées par chaque gouvernement, pour ses propres soldats, dans le pays ennemi. Mais un problème supplémentaire existait, dans la mesure où les prisonniers devaient avoir accès à des imprimés écrits dans leur propre langue. En outre, se posait inévitablement la question de la censure.

  • 8 Information fournie par Rainer Pöppinghege. “The Battle of Books : Supplying Prisoners of War”. In (...)

15En Angleterre, un British Prisoners of War Book Scheme fut lancé à partir de 1917 afin de fournir aux prisonniers des livres éducatifs et techniques. Mais une fois encore, la demande allait plutôt vers des livres divertissants, à même de leur faire oublier leur situation. En règle générale, les prisonniers de guerre n’avaient guère de choix. Ils lisaient des romans ainsi que les journaux et magazines envoyés par leurs familles en Angleterre ou prêtés par leurs camarades. Avoir des nouvelles sur les événements comptait beaucoup pour eux, mais celles fournies par les journaux émanant des autorités allemandes, comme le Bulletin pour les prisonniers anglais et français qui parut 158 fois entre septembre 1914 et août 19158, n’étaient guère fiables car utilisés comme matériel de propagande.

16Par ailleurs, comme leurs camarades dans les tranchées, les prisonniers de guerre créèrent des journaux ou des magazines, bien évidemment contrôlés et éventuellement censurés par les autorités militaires ennemies. Une fois encore, il s’agissait par ces publications de combattre l’ennui et la monotonie de la vie quotidienne, mais, à la différence des journaux des tranchées, ils pouvaient être envoyés soit à d’autres camps de prisonniers, soit même en Angleterre. Certains étaient manuscrits, d’autres imprimés lorsqu’une petite imprimante avait pu être achetée ou empruntée auprès de l’imprimeur local. Les articles portaient sur les activités du camp : sports, événements culturels comme des représentations théâtrales, poèmes, mais il était bien entendu impossible d’aborder des sujets politiques ou militaires. Quant aux auteurs de ces articles, sur lesquels on n’a guère de témoignages, on suppose qu’ils étaient issus des classes moyennes et donc instruits.

17La demande de lecture des blessés et des malades dans les hôpitaux allait dans le même sens que celle des prisonniers de guerre. Il fallait les réconforter et les distraire. Lorsque leur état l’imposait, on leur faisait la lecture à haute voix et de nombreux (nombreuses ?) volontaires se chargeaient de ce bénévolat. Il semble qu’une petite partie des livres fut fournie aux hôpitaux par la Camps’ Library ou donnés par les bibliothèques locales.

18Mais qu’en était-il des pratiques de lecture de la population civile en Angleterre ?

LECTURES DE LA POPULATION CIVILE : (1) LIVRES PORTANT SUR LA GUERRE

19La demande d’ouvrages portant sur les événements dans lesquels étaient plongés les anglais paraît tout à fait naturelle. De nombreux éditeurs, dont la production a toutefois décliné durant les quatre années de guerre, ne serait-ce qu’en raison du manque de papier et de l’absence d’une partie du personnel, se sont efforcés de publier des livres sur la guerre. Par exemple, l’Éditeur Edward Arnold fit paraître une trentaine d’ouvrages sur ce sujet entre 1914 et 1918. À titre d’exemples, citons quelques titres publiés par Heinemann : en 1914 un ouvrage intitulé Fighting in the Flanders par E. Alexander Powell, en 1916 From Dartmouth to the Dardanelles de W. B. C. W. Forester et en 1918 War Nursing de Charles Richet. Hodder & Stoughton créa un War Book Department qui produisit les livres les plus populaires mais aussi les plus rentables sur le sujet. Parmi les bestsellers des premiers mois de la guerre, on relève l’ouvrage du journaliste socialiste Robert Blatchford Germany and England, dont il se vendit 150 000 exemplaires, tandis que d’autres titres portant sur des sujets similaires furent vendus à plus de 10 000 exemplaires chacun. Tous ces livres défendaient la position de l’Angleterre et sa décision d’entrer en guerre. Mais à l’opposé, certains éditeurs, en particulier George Allen & Unwin, penchaient du côté du mouvement pacifiste, qui fut assez important outre-Manche. C’est Unwin qui publia The Principles of Social Reconstruction de Bertrand Russell, ainsi qu’un ouvrage aussi polémique que I Appeal Unto Caesar: The Case of the Conscientious Objector de Mrs Henry Hobhouse. Cette littérature pacifiste se poursuivit au cours des années, d’autant plus que les atrocités de la guerre amenaient certains à s’interroger sur sa raison d’être. Mais il est difficile de savoir qui, en dehors des militants pacifistes, lisait ce genre d’ouvrages.

20En tout cas, ces manifestations d’hostilité à la guerre amenèrent le gouvernement à encourager la publication d’ouvrages de propagande, livres ou pamphlets, qui constituèrent incontestablement une des lectures de la population civile. Très tôt, dès août 1914, un War Propaganda Bureau avait été créé sur le modèle de l’agence de propagande des Allemands. Installé dans un bâtiment appelé Wellington House, ce bureau fut ensuite couramment connu sous ce nom. Une réunion regroupant de nombreux écrivains anglais, et non des moindres, fut organisée en septembre 1914 afin de discuter des meilleurs moyens de promouvoir les intérêts de la Grande-Bretagne tout en contrecarrant la propagande allemande. Un des premiers opuscules destinés à cette fin parut en 1914 et s’intitulait Why We Are at War : Great Britain’s Case by Members of the Oxford Modern History Faculty. Un manifeste d’auteurs s’engageant à soutenir la guerre fut élaboré, et on relève parmi les signataires les noms d’Arthur Conan Doyle, Mrs Humphry Ward, May Sinclair, Arnold Bennett, John Galsworthy et H. G. Wells. Le célèbre père de Sherlock Holmes fournit en 1914 deux textes dont l’un, intitulé The German War, Some Sidelights and Reflections, était vendu au prix d’un shilling. Les titres de certains chapitres sont éloquents : “The World-War Conspiracy”, “The Devil’s Doctrine”, “The Great German Plot” et le prémonitoire “Great-Britain and the Next War”, écrit en 1913 et d’abord publié dans The Fortnightly Review.

  • 9 Jane Potter. “For Country, Conscience and Commerce : Publishers and Publishing, 1914-1918”. In Mary (...)
  • 10 Jane Potter, op. cit., p. 227.

21Un grand nombre d’éditeurs furent partie prenante de cette entreprise qui procura une abondante somme de lectures à la population civile. Selon Jane Potter, leurs relations avec Wellington House étaient doubles. Soit le bureau de la propagande leur achetait des titres publiés en dehors de toute intervention de l’État, comme One Young Man d’Ernest Hodder Williams, paru en 1917, histoire d’un employé blessé lors de la bataille de la Somme, et les distribuait par ses propres moyens, soit Wellington House leur passait commande pour des textes défendant la position gouvernementale sur la guerre, dans le cadre de ce qui s’appelait The Schedule of Wellington House Literature9. Jane Potter donne par ailleurs, en annexe, le nombre des livres ou opuscules produits dans ce cadre par chaque éditeur entre 1914 et 1918. Sur un total de quelque 470 titres, la palme revient à Hodder & Stoughton avec 134 ouvrages, suivi de T. Fisher Unwin 80 ouvrages, mais la plupart des éditeurs britanniques d’alors figurent dans cette liste10.

  • 11 L’essentiel de ce qui suit sur W. H. Smith provient de l’article de stephen colclough, “‘No such bo (...)
  • 12 Stephen Colclough, op. cit., p. 38.

22La diffusion de ces divers ouvrages auprès des lecteurs fut grandement aidée par W. H. Smith & Son qui disposait en 1914 de 223 boutiques et de plus de 1 500 kiosques à travers l’Angleterre et le Pays de galles11. Dès le début du conflit, Smith invita son personnel à promouvoir tous les titres, récents ou anciens, qui traitaient de la guerre, comme le dernier roman de H. G. Wells, The World Set Free, et l’édition bon marché de son autre roman The War in the Air dont la première parution remontait à 1908. Il apparut rapidement que ce genre de livres faisait l’objet d’une demande importante. En 1917, Smith offrit ses services au nouvel organisme chargé de la propagande, le National War Aims Committee (NWAC), créé en 1917 pour remplacer le War Propaganda Bureau de Wellington House (avec qui il semble que Smith avait déjà travaillé). Un accord fut passé en octobre 1917 selon lequel W. H. Smith vendrait dans ses kiosques une brochure intitulée Peace: How to Get and Keep it au prix d’un penny. D’après Stephen Colclough, il semble que Smith ait été encouragé à acheter, distribuer et vendre des textes de propagande comme n’importe quel autre ouvrage. Il existait un intérêt certain pour le NWAC à utiliser les services de W. H. Smith qui leur permettait de toucher un public de masse et de bénéficier, en outre, de ses techniques de marketing. Dans certains cas, l’organisme pouvait même leur demander de distribuer leurs textes de propagande gratuitement, car cette initiative permettait de cibler des lecteurs aux ressources limitées comme les mineurs, dockers, ouvriers des fabriques de munitions et ouvriers agricoles. Ce fut le cas de titres comme Shall We Go On ? A Socialist Answer ou Negogiate Now ? A Business Man’s Answer, publiés par W. H. Smith sans référence claire au NWAC. D’autres, également au prix d’un penny, étaient destinés aux lecteurs et lectrices de la classe ouvrière, par exemple London v. Germany ou Kipling’s Message. En novembre 1918, NWAC remercia W. H. Smith & Son pour “the firm’s splendid effort in distributing one-hundred million publications among the people of Great Britain12.

  • 13 Stephen Colclough, op. cit., p. 29.

23À tous ces différents types de publications portant sur la guerre, il faut naturellement ajouter la presse, un des moyens les plus sûrs d’avoir des informations, du moins celles qui échappaient à la censure. Durant les premiers mois de la guerre, les Anglais se précipitèrent en masse sur les journaux dès leur parution, à l’affût des nouvelles. Ici encore, le rôle de W. H. Smith a été primordial. En mars 1914, le quotidien The Times avait réduit son prix à un penny, ce qui entraîna une hausse immédiate des ventes. Selon S. Colclough, le numéro qui parut le 4 août suivant se vendit à 275 000 exemplaires et celui du 19 décembre 1914 à 600 00013. Il en fut de même pour le Daily Express dont les ventes passèrent de 295 485 exemplaires en 1914 à 578 832 en 1918. Malheureusement, en raison des circonstances et de la pénurie de papier, les prix des quotidiens augmentèrent par la suite et, en mars 1918, le prix du Times était passé à 3 d.

  • 14 Chiffres donnés par Stephen Colclough, op. cit., p. 30.

24Cette hausse que connurent aussi d’autres journaux fit un peu chuter les ventes, et les kiosques de W. H. Smith constatèrent leur diminution : plus de 900 000 exemplaires vendus en août 1915 contre environ 777 000 en août 191814.

25La population anglaise a donc pu disposer d’une abondante lecture concernant la guerre pendant les années 1914-1918, grâce au réseau des kiosques de W. H. Smith, mais aussi à travers d’autres canaux, qu’il s’agisse de librairies, d’organisations bénévoles ou de bibliothèques, comme on le verra plus loin. Ces livres et journaux auxquels les Anglais ont pu avoir accès ont certainement contribué à développer des habitudes de lecture de la presse dans les couches populaires de la société. Mais les lecteurs ne pouvaient s’en contenter et, tout naturellement, ils se tournèrent aussi vers la littérature de loisir et de divertissement, en particulier le roman.

LECTURES DE LA POPULATION CIVILE : (2) LA FICTION COMME MOYEN D’ÉVASION

  • 15 Cité par Jane Potter, Boys in Khaki, Girls in Print : Women’s Literary Responses to the Great War 1 (...)

26Après plusieurs mois de conflit, le désir d’oublier la guerre et ses atrocités s’est manifesté dans le développement de la littérature populaire. Malgré tout, un certain nombre de romans ont continué à évoquer la guerre de manière indirecte à travers les thèmes abordés et la mise en relief de valeurs comme le patriotisme ou les différences culturelles. Jane Potter note que certains romanciers “did weave the War into their storylines incorporating accepted notions of national duty, gender roles, and cultural difference […] Demand remained high throughout the War, even for the most stridently patriotic stories15.

27C’est dans ce contexte que plusieurs genres furent mis à l’honneur et connurent un succès indéniable. L’un d’eux était le roman d’aventures (adventure stories) qui présentait des héros au courage inépuisable opposés à des êtres vils et lâches, allusion claire à la situation de guerre. Un des auteurs les plus prolifiques, et à présent complètement oublié de ce type de livre, s’appelait Nat Gould. Jusqu’alors spécialiste d’histoires de courses de chevaux, il situa son roman The Rider in Khaki publié en 1917 dans le contexte de la guerre. Un autre genre apprécié était ce qu’on a appelé le home front novel, qui décrivait les conditions de vie de la population pendant la guerre mais sans insister sur ses difficultés ni ses atrocités.

28On y célébrait les valeurs et les joies de la vie familiale par opposition à l’égoïsme et la décadence de la société matérialiste, caractéristiques de la détérioration intellectuelle et spirituelle répandue en Angleterre à la fin du XIXe siècle. Parfois même, des descriptions de scènes rurales venaient rappeler aux Anglais les temps heureux et la vie saine d’antan à la campagne et leur suggéraient que la guerre pourrait s’avérer un moyen de régénération en les invitant à retourner à ce mode de vie.

29Mais sans aucun doute, les romans les plus lus par les lecteurs des couches populaires étaient les romances, romans sentimentaux dans lesquels les femmes occupaient une place essentielle, car elles incarnaient la vie domestique, le sacrifice de soi et la compassion. Parmi les auteurs de ce genre d’ouvrages, on trouve Florence Barclay, déjà connue avant la guerre pour son très sentimental bestseller, The Rosary, paru en 1909, et dont les romans écrits en 1914 et 1915 permettaient aux lectrices (car, de toute évidence, son public était majoritairement féminin) de rêver à des jours meilleurs. On relève aussi la présence de nombreux penny novelettes, ou petits romans sentimentaux, parfois à sensation, publiés sur du mauvais papier et à faible coût pour le public de masse qui semble se les être arraché.

  • 16 . George Robb. British Culture and the First World War. London, Palgrave Macmillan, 2002, p. 177.
  • 17 Ibid.

30Comme on peut s’en douter, la guerre a aussi eu des répercussions sur les pratiques de lecture de la jeunesse. Les mêmes causes ont produit les mêmes effets, c’est-à-dire que le manque d’autres distractions a conduit les enfants à lire davantage. Leur demande allait dans le même sens que celle des adultes, et on trouve donc aussi pour eux des récits patriotiques et de la littérature d’évasion, sous forme de livres ou dans des périodiques en circulation depuis les années 1880, comme The Boy’s Own Paper ou Young England. George Robb parle d’un “huge outpouring of patriotic stories for juveniles16, qui dépeignent la guerre comme une aventure héroïque, ou comme un grand jeu (a great game) dans lequel de jeunes Anglais se comportent en héros et font preuve d’un courage à toute épreuve. Ces personnages fictifs, parfois inspirés de personnages réels, sont au centre de collections comme The Khaki Boys, The Boy Volunteers ou The Aeroplane Scouts. Robb mentionne en particulier une collection intitulée The Boy Allies dont les héros sont un jeune anglais et un jeune Américain17.

31Le même genre de littérature existait pour les filles et des romans d’aventures ont continué à paraître pendant la guerre à leur intention, en particulier dans des périodiques comme The Girl’s Own Paper et The Girl Guides’Gazette. Mais l’accent était moins mis sur l’héroïsme que sur l’idée que les femmes devaient contribuer à l’effort de guerre et en supporter les malheurs en silence. Puis, en raison de l’évolution de leur rôle au fil des mois, on trouve des séries comme The Red Cross Girls ou The Khaki Girls, ou des romans, comme Irene to the Rescue (1916) de May Baldwin ou An English Girl in Serbia (1916) de May Wynne, dans lesquels les jeunes filles apparaissaient comme des héroïnes intrépides, sans toutefois atteindre le niveau d’héroïsme des garçons.

  • 18 Information fournie par Stephen Colclough, in Mary Hammond & Shafquat Towheed (eds.), op. cit., p. (...)

32Mais pour les adultes comme pour les jeunes, le prix des livres était un problème d’autant plus qu’il avait augmenté en raison des circonstances. En 1916, l’éditeur Nelson avait fait passer le prix de ses romans de 7 d. à 9 d. En septembre 1917, les romans anciennement à un shilling passèrent à 1 s. 3 d. et à noël de cette même année à 1 s. 6 d.18. Difficile de trouver des livres à moins de 6 d. En 1918, sauf à les acheter d’occasion. Le mieux était donc d’avoir recours aux bibliothèques publiques, pourtant elles aussi victimes de la guerre.

LES BIBLIOTHÈQUES PENDANT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

  • 19 Chiffre fourni par Alec Ellis, op. cit., p. 30.

33En 1914, plus de soixante ans après la loi permettant la création de bibliothèques publiques, environ 62 % de la population anglaise résidait dans des zones où cette législation avait été adoptée. La plupart des bibliothèques publiques se trouvaient dans les grandes villes ou les villes moyennes, créées dans le contexte de la société industrielle. L’arrivée de la guerre imposa des économies de toutes sortes : fermeture de certains secteurs, horaires d’ouverture raccourcis, réduction des achats de livres et de périodiques, non-remplacement du personnel parti à la guerre, économie de chauffage, etc. Entre 1916 et 1919, une véritable crise financière frappa ces établissements. Toutefois, un certain nombre de bibliothèques ou de bibliothèques annexes purent continuer à fonctionner dans différentes parties du pays, d’autant plus que, contrairement à ce qui allait arriver durant la seconde guerre mondiale, les bâtiments furent relativement peu endommagés. Certaines furent réquisitionnées par l’armée ou par d’autres organisations, comme les comités qui contrôlaient les approvisionnements en nourriture ou s’occupaient des familles des soldats partis au front. En 1914, les bibliothèques publiques d’Angleterre disposaient de près de 9 millions et demi de volumes19, mais la guerre ralentit considérablement les acquisitions. Les livres d’occasion qui auraient pu éventuellement être achetés avaient augmenté de prix, et l’édition, faute de papier, était contrainte à une baisse de production. En outre, comme les bibliothèques contribuaient à l’envoi de livres aux troupes et aux prisonniers, les collections étaient réduites d’autant et ne restaient parfois sur les rayonnages que des éditions périmées. La fréquentation commença donc par décliner au début de la guerre et jusqu’en 1916, puis elle remonta de plus de 10 % entre 1917 et 1918. Les salles de lecture, jadis critiquées à cause de la présence de personnes peu soignées ou bruyantes, furent davantage utilisées par des habitants avides de nouvelles du front ou par des soldats cantonnés dans les environs. Par ailleurs, les usagers empruntaient certes beaucoup de romans, mais leurs choix se portaient aussi, du moins pendant les premières années de la guerre, sur les biographies, les livres d’histoire et les récits de voyage, puis un peu plus tard sur des ouvrages religieux, scientifiques et technologiques. Il faut aussi mentionner le succès de la poésie et du théâtre entre 1917 et 1918. L’article du Times Literary Supplement cité plus haut fait état d’une augmentation générale de la demande pour la poésie, qu’elle soit ancienne comme celle de Wordsworth ou Shelley, ou récente, par exemple les War Sonnets de Rupert Brooke qui parurent en 1915.

  • 20 Alec Ellis, op. cit., p. 34.

34Par ailleurs, les bibliothèques publiques furent aussi mises à contribution et participèrent aux actions de propagande en distribuant brochures et affiches. Selon Alec Ellis, “public libraries became an instrument of the government in its desire to maintain the morale of the people”. Mais, ajoute-t-il, cette instrumentalisation des bibliothèques en fit des victimes de la censure, car “from the formation of the Press Bureau in August 1914, newspapers were censored so that the users of libraries could not obtain factual accounts of the situation20.

35Les bibliothèques privées commerciales ont-elles été soumises à la censure de la même manière ? Quel a été leur rôle ? Si W. H. Smith a mis ses kiosques au service de la propagande, il est difficile de se faire une idée de l’activité de ses bibliothèques de prêt. En ce qui concerne Mudie’s circulating library en particulier, l’absence d’archives ne permet pas de savoir quel a été son fonctionnement, mais l’existence de quelques rares catalogues pour les années 1915, 1916, 1917 et 1918, en particulier de livres d’occasion dont on sait l’importance durant la guerre, indique en tout cas la continuité de sa présence.

Notes

2 Cité dans Jane Potter, Boys in Khaki, Girls in Print. Women’s Literary Responses to the Great War 1914-1918. Oxford, Clarendon Press, 2005, p. 54.

3 Ibid.

4 Affichette reproduite sur le Library History Buff Blog : British Camps Library WWW1. < http://libraryhistorybuff.blogspot.com/2009/03/british-camps-library-wwl.html >.

5 Alec Ellis. Public Libraries and the First World War. The Ffynnon Press, 1975, p. 48.

6 Cf. Joseph McAleer. Popular Reading and Publishing 1870-1914. Oxford, Oxford University Press, 1992, p. 72.

7 British Army Trench Journals and a Geography of Identity”. In Mary Hammond & Shaquat Towheed (eds.). Publishing in the First World War. London, Palgrave Macmillan, 2007, p. 129.

8 Information fournie par Rainer Pöppinghege. “The Battle of Books : Supplying Prisoners of War”. In Mary Hammond & Shaquat Towheed (eds.), op. cit., p. 86.

9 Jane Potter. “For Country, Conscience and Commerce : Publishers and Publishing, 1914-1918”. In Mary Hammond & Shaquat Towheed (eds.), op. cit., p. 19.

10 Jane Potter, op. cit., p. 227.

11 L’essentiel de ce qui suit sur W. H. Smith provient de l’article de stephen colclough, “‘No such bookselling has ever before taken place in this country’: Propaganda and the Wartime distribution Practices of W. H. Smith & Son”. In Mary Hammond & Shaquat Towheed (eds.), op. cit., p. 27-45.

12 Stephen Colclough, op. cit., p. 38.

13 Stephen Colclough, op. cit., p. 29.

14 Chiffres donnés par Stephen Colclough, op. cit., p. 30.

15 Cité par Jane Potter, Boys in Khaki, Girls in Print : Women’s Literary Responses to the Great War 1914-1918. Oxford, Clarendon Press, 2005.

16 . George Robb. British Culture and the First World War. London, Palgrave Macmillan, 2002, p. 177.

17 Ibid.

18 Information fournie par Stephen Colclough, in Mary Hammond & Shafquat Towheed (eds.), op. cit., p. 32.

19 Chiffre fourni par Alec Ellis, op. cit., p. 30.

20 Alec Ellis, op. cit., p. 34.

© Presses de l’enssib, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access