Version classiqueVersion mobile

Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

 | 
Martine Poulain

Partie 2. Bibliothèques spoliées : restituées, perdues, retrouvées, cachées ?

Chapitre 7. Paris – Berlin – Paris. Sur la piste de livres spoliés en France par les nazis. Comment les retrouver et les restituer

Sebastian Finsterwalder

Texte intégral

1À l’occasion du colloque tenu à Paris en mars 2017, l’un de mes principaux objectifs était de restituer plusieurs ouvrages pillés par les nazis découverts dans les fonds de la Bibliothèque centrale et régionale de Berlin où je travaille : des livres provenant de différents ministères français ainsi qu’un registre paroissial issu du village de Verpel dans les Ardennes. À travers l’exemple de ces livres, je voudrais vous montrer comment on peut remplir la mission qui sous-tend toute recherche portant sur les biens pillés par les nazis : celle de la restitution.

La recherche de provenance des documents spoliés

2La Bibliothèque centrale et régionale de Berlin n’est pas une bibliothèque d’une très grande envergure, du moins si on la compare à des institutions comme la Bibliothèque nationale. Pendant des années, malgré la conférence de Washington de 1998*, on a considéré que la question des spoliations nazies ne la concernait pas.

  • 1 En français dans le texte [note de la traductrice].

3Les choses ont changé autour de l’année 2002, lorsqu’un de mes collègues, Detlef Bockenkamm, bibliothécaire au département des Collections patrimoniales, a identifié dans notre fonds des livres spoliés au parti social-démocrate allemand. Grâce à l’obstination de cet homme qui n’a cessé de soumettre le sujet des livres spoliés à l’attention de ses supérieurs et de fouiller dans les archives de la bibliothèque, on a mis au jour un nombre croissant d’ouvrages provenant de pillages effectués dans différents pays. Il a ainsi découvert qu’en 1943, la bibliothèque avait acheté plus de 40 000 livres à la ville de Berlin, et que ces derniers provenaient du pillage des logements où vécurent les derniers Juifs de Berlin avant leur déportation à Terezín, Minsk, Auschwitz et ailleurs. La dédicace présentée ci-dessous (ill. 1) provient d’un de ces livres : « À mon Petit. Nouvel An 1939.40 A. »1.

Illustration 1. Dédicace : « À mon Petit. Nouvel An 1939.40 A. »

Illustration 1. Dédicace : « À mon Petit. Nouvel An 1939.40 A. »

Source : Extrait de < lootedculturalassets.de >. CC-BY-NC 3.0 (DE).

4Depuis la fin de l’année 2009, la bibliothèque a cherché à mettre en place un système permettant de contrôler, enregistrer et étudier un fonds constitué d’environ un million de livres publiés avant 1945 et spoliés par les nazis, puis, chaque fois que possible, de les renvoyer dans les villes ou pays dont ils proviennent et de les restituer à leurs propriétaires légitimes. Pour initier ce travail, deux personnes ont été recrutées sur des contrats temporaires, l’historien Peter Prölß et moi-même.

5Le défi initial consistait à donner sens à la masse de données accumulées. Il nous a fallu regarder chacun des livres un par un, enregistrer les marques de provenance et suivre la piste des personnes et des institutions que nous avions réussi à identifier comme d’anciens propriétaires potentiels. Il n’existait pas de manuel présentant la démarche à suivre et notre apprentissage s’est donc fait sur le tas. Nous avons vite compris qu’il nous faudrait une base de données et nous en avons donc élaboré une. Il n’était pas question d’utiliser le catalogue de la bibliothèque non seulement pour des raisons techniques, mais aussi parce qu’un catalogue ne remplit pas les fonctions dont nous avions besoin. Un catalogue en ligne s’intéresse essentiellement au contenu des œuvres qu’il recense et il s’adresse aux usagers de la bibliothèque, alors que ce qui nous importe est la provenance de l’objet et la recherche de personnes qui, la plupart du temps, ignorent l’existence de notre bibliothèque.

6L’approche que nous avons initialement adoptée consistait à établir une base de données relationnelle Microsoft Office (MS-Access) qui classait les données enregistrées en trois groupes :

  • une description de l’objet/du livre, permettant avant tout de le retrouver dans le fonds ;

  • des descriptions détaillées des éventuelles marques de provenance du livre ;

  • des indications nominales sur les personnes et/ou les institutions ayant inséré ces marques.

7Pour publier les noms trouvés dans les livres, nous avons créé une version imprimable de ces pages en format pdf et l’avons mise en ligne. Nous avons depuis fait évoluer cet outil pour créer une base de données non seulement accessible en ligne, mais aussi indexée par les moteurs de recherche. L’idée est de publier toutes les marques et tous les noms que nous trouvons afin que les gens puissent se mettre facilement en relation avec nous. Nous recherchons bien sûr aussi par d’autres moyens la provenance des ouvrages, mais ce travail prend beaucoup de temps et nous avons trouvé bien trop de noms pour pouvoir le faire dans chaque cas : nous avons relevé à ce jour environ 8 000 noms différents et nous sommes encore loin d’avoir vérifié tous les livres concernés par le projet. Ce dispositif fonctionne relativement bien : dans de nombreux cas, nous avons pu restituer les livres pillés aux personnes qui nous ont contactés en se référant à des entrées de notre base de données en ligne.

8Parallèlement, nous avons depuis 2016 donné une dimension collaborative à notre entreprise. En raison de l’éparpillement, même avant 1945, des bibliothèques pillées par les nazis, on trouve parfois aujourd’hui des ouvrages de la même origine dans différentes bibliothèques, ce qui rend souhaitable la mutualisation des recherches et des informations. À ce jour, nous sommes six bibliothèques à enregistrer nos données dans une même base. Cela nous a déjà permis d’effectuer plusieurs restitutions conjointes.

Les livres français spoliés présents à la bibliothèque régionale de Berlin

9Comment avons-nous donc appliqué cette démarche aux ouvrages restitués à la France ? Nous avons trouvé ces derniers dans un dépôt de notre bibliothèque contenant des milliers de vieux livres qui n’avaient jamais été intégrés au fonds courant. En examinant de près ces découvertes, on voit combien il est important de prêter attention au moindre détail et d’enregistrer toutes les marques, y compris celles qui semblent au premier abord dépourvues de signification.

10L’illustration 2 présente les restes d’une étiquette apposée au dos d’un livre à l’intérieur duquel avaient été portées des cotes manuscrites, mais qui ne possédait ni estampille ni ex-libris renseignant sur le précédent propriétaire. Tout ce qu’on y lit est un « A ». Nous n’arrivions pas à comprendre ce que cela signifiait, jusqu’à ce que nous voyions cette même lettre sur un autre livre (ill. 3) : une étiquette indiquant une cote utilisée par la bibliothèque du ministère français des Affaires étrangères. D’après la taille, la forme et le « A », il s’agit d’une étiquette identique sur les deux livres, et c’est ainsi que les autres marques ont commencé à faire sens.

Illustration 2. Restes d’une étiquette : « À […] »

Illustration 2. Restes d’une étiquette : « À […] »

Source : Extrait de < lootedculturalassets.de >. CC-BY-NC 3.0 (DE).

Illustration 3. Étiquette : « Affaires Étrangères Bibliothèque », Jacques Bernard et Adriaen Moetjens, Actes et mémoires des négociations de la paix de Ryswick, vol. 3, La Haye, Jean Van Duren, 1725, in-12. Ouvrage restitué au ministère des Affaires étrangères en novembre 2017

Illustration 3. Étiquette : « Affaires Étrangères Bibliothèque », Jacques Bernard et Adriaen Moetjens, Actes et mémoires des négociations de la paix de Ryswick, vol. 3, La Haye, Jean Van Duren, 1725, in-12. Ouvrage restitué au ministère des Affaires étrangères en novembre 2017

Source : Extrait de < lootedculturalassets.de >. CC-BY-NC 3.0 (DE).

11Si l’on examine maintenant l’intérieur du livre, on découvre le chiffre 15 écrit au crayon, gribouillé à la hâte sur une des pages de garde (ill. 4). Nous avons trouvé des chiffres similaires, s’échelonnant de 1 à 299, dans de nombreux livres. En consultant des notes prises dans les registres d’acquisition de la bibliothèque, nous avons pu prouver que ces chiffres se réfèrent à leur vendeur : Bergungsstelle für wissenschaftliche Bibliotheken, l’Autorité chargée de la récupération des livres à destination des bibliothèques universitaires.

Illustration 4. Marque Nr. 15 de la Bergungsstelle (Autorité chargée de la récupération des livres), en référence au dépôt de l’Office central de la sécurité du Reich, rue Eisenach à Berlin

Illustration 4. Marque Nr. 15 de la Bergungsstelle (Autorité chargée de la récupération des livres), en référence au dépôt de l’Office central de la sécurité du Reich, rue Eisenach à Berlin

Source : Extrait de < lootedculturalassets.de >. CC-BY-NC 3.0 (DE).

12En l’espace d’à peine quelques mois, entre l’été 1945 et le début de l’année 1946, ce petit département, dépendant des autorités municipales de Berlin mises en place après la guerre, rassembla et redistribua plus d’un million de livres trouvés dans toute la ville, sans se soucier de leur provenance initiale, dans le cadre du Wiederaufbau, le programme dit de « reconstruction ». Il fallait que la vie culturelle reprenne le plus vite possible, et il était pour cela nécessaire de reconstituer le fonds des bibliothèques de la ville, qui avaient évacué beaucoup de leurs collections en Silésie ou en Tchécoslovaquie. La municipalité décida donc que toutes les ressources « sans propriétaires » trouvés sur son territoire, ainsi que celles ayant appartenu au parti nazi ou à ses membres étaient désormais la propriété de la ville – et cela s’appliquait aux livres et aux bibliothèques.

13Les archives gouvernementales de l’État fédéral de Berlin (Landesarchiv Berlin) détiennent celles de la Bergungsstelle que nous avons numérisées en coopération et publiées <www.bergungsstelle.de>. D’après ces archives, le chiffre 15 correspond à des livres saisis à l’adresse 11-13 Eisenacher Straße à Berlin où se trouvait l’immeuble de l’Ordre de la grande loge des francs-maçons d’Allemagne jusqu’à ce qu’il soit confisqué en 1935 (ill. 5).

Illustration 5. Liste des numéros de commande de la Bergung

Illustration 5. Liste des numéros de commande de la Bergung

Source : Extrait de < bergungsstelle.de > / Landesarchiv Berlin, C Rep. 120 Nr. 512, Bl. 1. CC-BY-NC 3.0 (DE).

  • 2 Responsable de l’Amt II, plus tard Amt VII, du RSHA, département chargé « de la documentation, de l (...)

14Plus tard, cet endroit fut utilisé par l’Office central de la sécurité du Reich (Reichssicherheitshauptamt ou RSHA) pour stocker et trier des livres pillés dans toute l’Europe. L’idée était de créer à Berlin une « bibliothèque de l’ennemi », ou Gegnerbibliothek, pour « développer les connaissances sur les œuvres spirituelles des ennemis idéologiques », comme l’écrivit Franz Six (1909-1975)2, alors à la tête du département consacré à la « Recherche sur l’ennemi » dans l’Amt II, Division II, devenue plus tard Division VII du RSHA. Nous avons trouvé des livres portant le chiffre 15 qui provenaient de bibliothèques ayant appartenu à des communautés juives, des loges maçonniques, des partis politiques, des monastères catholiques, des intellectuels, des artistes, etc.

15Seul un petit pourcentage des livres entreposés dans ce dépôt s’y trouvait encore à la fin de la guerre lorsque la Bergungsstelle se chargea de les récupérer. D’après les dossiers, cela représentait entre 50 000 et 60 000 ouvrages. La plupart d’entre eux avaient été transférés dès l’été 1943 dans des châteaux situés en ex-Tchécoslovaquie ainsi qu’à Terezín. Une autre partie fut détruite lors d’un raid aérien en novembre 1943. Mais de nombreux livres peuvent encore être retrouvés. Étant donné que ces ouvrages ont souvent été redistribués à plusieurs reprises, ils peuvent avoir été dispersés dans le monde entier : il suffit de les chercher…

16Cet exemple illustre parfaitement l’étendue des découvertes que l’on peut faire grâce à un simple chiffre, mais apprend aussi que, pour remonter le fil de l’histoire d’un livre jusqu’à sa provenance, il faut veiller aux moindres détails. Ce travail prend beaucoup de temps, surtout si l’on considère le nombre de livres qui doivent être examinés avec la plus grande attention. Et, bien sûr, le fait que nous ayons attendu plus de soixante ans pour entreprendre ces recherches n’a pas rendu la tâche facile.

Une volonté politique et un engagement des bibliothèques encore trop faibles

17On peut maintenant s’interroger : avons-nous aujourd’hui une chance réelle de mener à bien cette entreprise ; existe-t-il une volonté sincère de tout mettre en œuvre pour restituer les ressources pillées par les nazis, notamment en Allemagne ?

  • 3 Ce groupe de travail, Arbeitskreis Provenienzforschung und Restitution – Bibliotheken, est accueill (...)

18Actuellement, seule une vingtaine de bibliothèques allemandes s’efforce, d’une manière ou d’une autre, de retrouver la provenance d’ouvrages en leur possession. Les personnes qui exercent dans ce domaine sont en contact les unes avec les autres, et depuis quelques années, elles se réunissent deux fois par an en groupe de travail3. Tous ces chercheurs sont très impliqués dans cette quête et la restitution des livres spoliés par les nazis est une cause qui leur tient à cœur.

19Mais bien sûr, les raisons d’être optimiste s’arrêtent là. Le fait est que la plupart des bibliothèques n’examinent pas leurs fonds et qu’elles n’y sont pas contraintes par la loi. Les personnes effectuant les recherches sont en général recrutées à titre temporaire sur des contrats de deux à trois ans, période au-delà de laquelle les financements extérieurs provenant du Centre allemand des biens culturels spoliés (Deutsche Zentrum Kulturgutverluste) se tarissent. En outre, beaucoup de bibliothèques n’ont pas encore pris conscience qu’elles étaient concernées par cette question.

  • 4 Alexander Schnackenburg, “Auf den Spuren der Gestapo”, Weser Kurier, 4 mars 2017. [En ligne] < http (...)
  • 5 L’expression Stunde Null ou « heure zéro » a été employée pour souligner le nouvel âge politique, é (...)

20Barbara Lison, qui dirige l’Association des bibliothèques d’Allemagne (Deutscher Bibliotheksverband), a ainsi récemment déclaré qu’en raison d’un manque de ressources, les bibliothèques allemandes ne pouvaient faire des recherches sur la provenance des ouvrages. Elle a aussi soutenu que la plupart des bibliothèques publiques ne possédaient de toute façon pas de livres publiés avant 19454. Si la première déclaration illustre un certain choix de priorités, la seconde est, bien sûr, tout simplement fausse. Mais de tels propos ne choquent personne dans un climat politique marqué par la droitisation des esprits non seulement en Allemagne, mais aussi à l’échelle mondiale. L’idée selon laquelle « l’Allemagne a payé ses dettes » est solidement enracinée dans de vastes pans de notre société, tout comme la représentation de « l’heure zéro » (Stunde Null)5 et, bien sûr, l’antisémitisme, le racisme, la xénophobie.

21Il est important de replacer dans ce contexte les recherches portant sur les multiples pillages culturels effectués par les nazis, car nous devons sans cesse nous demander : pourquoi faisons-nous cela ? Bien sûr pour des raisons d’éthique, de morale. Si vous avez en votre possession un objet qui a été saisi par les nazis, il ne s’agit pas simplement d’un bien dont quelqu’un a été spolié. Les pillages s’inscrivaient dans une destruction planifiée visant à éradiquer des modes de pensée, des cultures et des individus. La spoliation des Juifs fut une composante intrinsèque de l’Holocauste. Il est tout simplement inconcevable aujourd’hui de ne pas faire tous les efforts possibles pour restituer ces objets, à plus forte raison si l’on prend en compte les effets positifs que la restitution peut avoir sur les descendants, les familles, et aussi sur les institutions qui furent persécutés. Nous pouvons les aider à renouer le lien avec leur histoire. Nous pouvons leur rendre la mémoire. Et, accessoirement, nous nous donnons aussi les moyens de mieux connaître notre histoire et celle des institutions qui furent impliquées dans la spoliation et en retirèrent des bénéfices encore perceptibles aujourd’hui. Nous pouvons montrer que nous n’oublierons pas et que nous nous souviendrons toujours.

  • 6 En français dans le texte [n. d. t].

22La dédicace que j’ai citée au début de cette communication se poursuit ainsi à la fin de la page (ill. 6) : « Pour que tu penses à moi »6.

Illustration 6. Dédicace : « Pour que tu penses à moi »

Illustration 6. Dédicace : « Pour que tu penses à moi »

Source : Extrait de < lootedculturalassets.de >. CC-BY-NC 3.0 (DE).

Le travail en réseau et les dispositifs de coopération des chercheurs sur la provenance des ouvrages dans les bibliothèques de langue allemande

Bien que plusieurs bibliothèques allemandes aient entamé les recherches de provenance dans leurs fonds depuis des dizaines d’années, ce n’est que récemment que les spécialistes impliqués ont commencé à s’organiser pour trouver des plateformes de communication et d’échange. En 2014, plus d’une trentaine de spécialistes et de chercheurs ayant mené des investigations de provenance dans des bibliothèques autrichiennes et allemandes se sont réunis à Hambourg pour fonder le groupe de travail sur les recherches de provenance et les restitutions – bibliothèques (Arbeitskreis Provenienzforschung und Restitution – Bibliotheken).

Depuis, ce groupe de travail s’est élargi et ses membres se réunissent maintenant deux fois par an dans divers lieux. Une liste de correspondance électronique a été inaugurée en 2017, mise en place par la Staatsbibliothek zu Berlin. En revanche, c’est en 2008 que l’Association des bibliothécaires autrichiens (Vereinigung Österreichischer Bibliothekarinnen und Bibliothekare, VÖB) a organisé la première rencontre de son groupe de travail sur les spoliations nazies et recherches de provenance (AG NS-Provenienzforschung).

Qu’ils fassent ou non partie du groupe de travail mentionné, les chercheurs de provenance dans les bibliothèques ont recours à un portail en ligne fourni par la Fondation allemande des œuvres d’art perdues pour communiquer entre eux.

En 2017, l’Association des bibliothèques allemandes (Deutscher Bibliotheksverband, DBV) a mis en place une Commission pour les recherches de provenance et l’indexation (DBV-Kommission Provenienzforschung und Provenienzerschließung) qui remplit des fonctions administratives pour le groupe de travail.

La même année, des membres du groupe de travail également impliqués au niveau international (Arbeitskreis Provenienzforschung e.V.) ont fondé un sous-groupe interne afin de tisser des liens avec des chercheurs de provenance travaillant dans des musées, des archives, des galeries, etc.

En dehors de ces plateformes, les chercheurs de provenance dans les bibliothèques allemandes ont également commencé à échanger des données issues de leurs travaux.

Le wiki consacré aux provenances (ProvenienzWiki) fourni par le réseau commun des bibliothèques (Gemeinsamer Bibliotheksverband, GBV) offre une plateforme en ligne permettant de publier des images, des recherches sur les marques de provenance et les collections de bibliothèquesa.

La base de données coopérative sur les provenances des ressources culturelles spoliées fournit un accès libre aux données rassemblées par les recherches de provenance dans plusieurs bibliothèques.

Liens :

• Arbeitskreis Provenienzforschung und Restitution – Bibliotheken. Portail en ligne < https://provenienzforschung.commsy.net/​commsy.php?cid=1244511&mod=home&fct=index&room_id=1331001 > ;
• Mailing list < http://http://lists.sbb.spk-berlin.de/​mailman/​listinfo/​apr-bib > ;
• VÖB-AG NS-Provenienzforschung < http://www.univie.ac.at/​voeb/​kommissionen/​ag-ns-provenienzforschung/​ > ;
• Arbeitskreis Provenienzforschung e.V. – AG Provenienzforschung in Bibliotheken < https://www.arbeitskreis-provenienzforschung.org/​index.php?id=ag-provenienzforschung-in-bibliotheken > ;
• dbv-Kommission Provenienzforschung und Provenienzerschließung < https://www.bibliotheksverband.de/​fachgruppen/​kommissionen/​provenienzforschung-und-provenienzerschliessung.html > ;
• ProvenienzWiki < https://provenienz.gbv.de > ;
• Ressources culturelles spoliées < http://lootedculturalassets.de >.

a. En juillet 2018, les bibliothèques concernées étaient les suivantes : la bibliothèque du Land de Bade (Badische Landesbibliothek), Karlsruhe ; la Bibliothèque universitaire libre (Bibliothek der Freien Universität), Berlin ; la Bibliothèque de la nouvelle synagogue (Bibliothek der Stiftung Neue Synagoge – Centrum Judaicum), Berlin ; la bibliothèque de l’Institut d’histoire des Juifs allemands (Bibliothek des Instituts für die Geschichte der deutschen Juden), Hambourg ; la bibliothèque municipale de Hanovre (Stadtbibliothek Hannover) ; la bibliothèque de l’université de Potsdam (Universitätsbibliothek Potsdam) ; la Bibliothèque centrale et régionale de Berlin (Zentral- und Landesbibliothek Berlin).

Notes

1 En français dans le texte [note de la traductrice].

2 Responsable de l’Amt II, plus tard Amt VII, du RSHA, département chargé « de la documentation, de la propagande et de la conception du monde », Franz Six se vit confier en 1940 la direction des opérations de la police d'État allemande en cas d'invasion du Royaume-Uni. Sur Franz Six, voir Lutz Hachmeister, Der Gegnerforscher. Die Karriere des SS-Führers Franz Alfred Six, Munich, Beck, 1998 ; voir aussi Christian Ingrao, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, Fayard, 2010.

3 Ce groupe de travail, Arbeitskreis Provenienzforschung und Restitution – Bibliotheken, est accueilli sur le site de l’Association des bibliothèques allemandes. [En ligne] < https://www.bibliotheksverband.de/fachgruppen/kommissionen/provenienzforschung-und-provenienzerschliessung/aktivitaeten.html >.

4 Alexander Schnackenburg, “Auf den Spuren der Gestapo”, Weser Kurier, 4 mars 2017. [En ligne] < http://www.weser-kurier.de/bremen/bremen-kultur-freizeit_artikel,-auf-den-spuren-der-gestapo_arid,1561371.html >.

5 L’expression Stunde Null ou « heure zéro » a été employée pour souligner le nouvel âge politique, économique et moral de l’Allemagne après l’anéantissement du Troisième Reich.

6 En français dans le texte [n. d. t].

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Dédicace : « À mon Petit. Nouvel An 1939.40 A. »
Crédits Source : Extrait de < lootedculturalassets.de >. CC-BY-NC 3.0 (DE).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7908/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Illustration 2. Restes d’une étiquette : « À […] »
Crédits Source : Extrait de < lootedculturalassets.de >. CC-BY-NC 3.0 (DE).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7908/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Illustration 3. Étiquette : « Affaires Étrangères Bibliothèque », Jacques Bernard et Adriaen Moetjens, Actes et mémoires des négociations de la paix de Ryswick, vol. 3, La Haye, Jean Van Duren, 1725, in-12. Ouvrage restitué au ministère des Affaires étrangères en novembre 2017
Crédits Source : Extrait de < lootedculturalassets.de >. CC-BY-NC 3.0 (DE).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7908/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Illustration 4. Marque Nr. 15 de la Bergungsstelle (Autorité chargée de la récupération des livres), en référence au dépôt de l’Office central de la sécurité du Reich, rue Eisenach à Berlin
Crédits Source : Extrait de < lootedculturalassets.de >. CC-BY-NC 3.0 (DE).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7908/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Illustration 5. Liste des numéros de commande de la Bergung
Crédits Source : Extrait de < bergungsstelle.de > / Landesarchiv Berlin, C Rep. 120 Nr. 512, Bl. 1. CC-BY-NC 3.0 (DE).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7908/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Illustration 6. Dédicace : « Pour que tu penses à moi »
Crédits Source : Extrait de < lootedculturalassets.de >. CC-BY-NC 3.0 (DE).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7908/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Auteur

Responsable des enquêtes et de la restitution des biens pillés par les nazis au sein de l’unité de recherche sur la Provenance, Zentral- und Landesbibliothek Berlin

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search