Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une nation de lecteurs ?

 | 
Marie-Françoise Cachin

Quatrième partie. 1914-1945 : la lecture consolatrice

Quatrième partie. 1914-1945 : la lecture consolatrice

Texte intégral

Montgomery Belgion, Reading for profit. Penguin Books, 1945 (Pelican Books).

1Contrairement aux trois précédentes, cette dernière partie suivra un plan chronologique. Il est en effet difficile de parler de la lecture de manière synthétique en regroupant la période de la Première Guerre mondiale, l’entre-deux-guerres, et les six années de la seconde guerre mondiale. Si le contexte historique, politique et social a joué un rôle particulièrement déterminant en la matière lors de chacune des deux guerres, la société britannique a connu durant les années intermédiaires 1918-1939 des évolutions qui se reflètent dans ses comportements culturels. Les pratiques de lecture de chacune de ces trois périodes ne peuvent donc être analysées que successivement.

2Lorsque la Grande-Bretagne entra en guerre suite à l’invasion de la Belgique par les Allemands, la situation paraissait si grave que le gouvernement décida bientôt de recourir à la conscription. Les citoyens britanniques se trouvèrent donc doublement impliqués, en premier lieu par l’envoi de soldats stationnés dans diverses régions ou expédiés sur le continent pour participer, entre autres, à la guerre des tranchées, et en second lieu par les répercussions de la guerre dans leur vie quotidienne. Dans les deux cas, les effets sur la lecture furent conséquents.

3L’entre-deux-guerres fut une période difficile, durant laquelle une atmosphère de désillusion fut contrebalancée par un désir de profiter d’une vie dont chacun avait pris conscience qu’elle pouvait être brutalement interrompue. Changements sociaux, émancipation des femmes qui obtinrent le droit de vote en 1918, suffrage universel institué en 1928, plus grande liberté de mœurs, mais aussi déclin de la religion, arrivée des travaillistes au pouvoir en 1924, grave crise économique entre 1930 et 1932 et le chômage qui s’ensuivit, caractérisent cette période. Dans le même temps, se développa une culture de masse où presse populaire, radio, cinéma et sports jouèrent un rôle croissant, influant et modifiant peu à peu les seules pratiques de lecture.

4Enfin, le déclenchement de la seconde guerre mondiale, le Blitz, ces attaques massives et destructrices de l’armée allemande sur l’Angleterre, en particulier en 1940 et en 1941, ont suscité dans la population une réaction de solidarité perceptible à maints égards. Au cours de ces années terribles, la lecture est apparue de plus en plus nécessaire, voire primordiale, pour les anglais, qu’ils soient restés en Angleterre, partis sur les champs de bataille ou emprisonnés en Allemagne.

  • 1 Roger Chartier. « Du livre au lire ». In Roger Chartier (dir.). Pratiques de la lecture. Marseille, (...)

5La lecture a donc joué un rôle essentiel dans cette première moitié du XXe siècle où, dans ces circonstances souvent difficiles, les anglais se sont montrés sans doute plus que jamais une nation de lecteurs. Car, plus que jamais auparavant, ils se sont tournés vers le livre, « compagnon de détresse » selon la belle expression de roger chartier1.

Notes

1 Roger Chartier. « Du livre au lire ». In Roger Chartier (dir.). Pratiques de la lecture. Marseille, Éditions rivages, 1985, p. 73.

Table des illustrations

Légende Montgomery Belgion, Reading for profit. Penguin Books, 1945 (Pelican Books).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/789/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 514k

© Presses de l’enssib, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access