Version classiqueVersion mobile

Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

 | 
Martine Poulain

Partie 2. Bibliothèques spoliées : restituées, perdues, retrouvées, cachées ?

Chapitre 6. « 28 sacs » de livres français pour la bibliothèque universitaire de Vienne. Une recherche de provenance en cours

Christina Köstner-Pemsel

Texte intégral

  • 1 La Bibliothèque d’État de Berlin a mis l’un des livres français pillés par la Gestapo dans sa base (...)

1En 1942, la bibliothèque de l’université de Vienne reçut « 28 sacs » emplis de livres, plus quelque 4 300 livres français, dont un grand nombre en plusieurs exemplaires (ill. 1). Ces ouvrages furent expédiés par l’antenne viennoise de la Gestapo, le service de renseignements national-socialiste, comme l’atteste une lettre envoyée à Alois Jesinger (1886-1964), le directeur de la bibliothèque. Des livres français furent également expédiés par la Gestapo viennoise à la plus importante bibliothèque allemande, la Preußische Staatsbibliothek zu Berlin (Bibliothèque d’État de Berlin), qui en vit arriver au moins 208 en 19421.

Illustration 1. « Livres français de la Gestapo » dans la bibliothèque universitaire de l’Institut d’études romanes (université de Vienne)

Illustration 1. « Livres français de la Gestapo » dans la bibliothèque universitaire de l’Institut d’études romanes (université de Vienne)

Source : Christina Köstner-Pemsel.

  • 2 Les autres instituts concernés sont l’Institut d’études romanes, le Séminaires historique, le Sémin (...)

2Près de 1 200 ouvrages furent incorporés aux fonds de la bibliothèque universitaire (BU) de Vienne ; parallèlement, après un premier examen, 849 ouvrages en double furent distribués à des bibliothèques dépendant d’autres départements de l’université ainsi qu’à d’autres bibliothèques viennoises, celle de l’université technique2 par exemple. La bibliothèque de l’Institut d’études des langues romanes de l’université de Vienne reçut ainsi 600 livres. Elle conserve aujourd’hui encore dans ses fonds environ 450 livres provenant de la Gestapo.

3Bien que nous ne disposions pas de correspondance entre la bibliothèque universitaire ou de la Gestapo et la Bibliothèque nationale d’Autriche (BNA), on sait que la Bibliothèque nationale possède aussi un grand nombre de ces livres venant de la Gestapo. Une enquête menée à la BNA a montré qu’une partie d’entre eux fut intégrée à ses fonds avec la mention « Provenienz AB 45 », soit « Vieux livres 1945 ». Après la Seconde Guerre mondiale, on avait coutume d’utiliser cette mention lors de l’entrée de livres provenant de différents fonds, surtout quand on ignorait leur origine. Les recherches futures permettront peut-être de déterminer si ces livres furent également volés.

4Dans les fonds de la bibliothèque universitaire de Vienne, deux livres sont particulièrement intéressants. Ils se trouvent actuellement dans la bibliothèque d’histoire de l’art et portent deux estampilles : l’un est celui de la bibliothèque de la Gestapo elle-même et l’autre celui de la BNA. Le tampon de la Gestapo est daté du 20 août 1943 et celui de la BNA du 25 février 1953.

5Les « livres de la Gestapo » français représentent un des fonds les plus importants d’ouvrages spoliés conservés à la BU de Vienne. Entre 1938 et 1945, son directeur, Alois Jesinger, chercha à acquérir des livres spoliés. Sans être aussi « efficace » que son homologue Paul Heigl (1887-1945) à la BN d’Autriche, Jesinger parvint à obtenir des milliers de livres pour la BU. La façon dont ses bibliothèques s’approprièrent des livres spoliés par le régime national-socialiste témoigne de l’histoire de l’université de Vienne pendant le nazisme. Des livres et des bibliothèques entières furent spoliés lors de pillages ciblant les œuvres d’art et au cours des opérations de dépossession des personnes qui étaient persécutées pour des raisons religieuses, raciales ou politiques : ces livres se retrouvèrent ensuite dans des bibliothèques publiques. On les y attendait souvent avec impatience et on les enregistrait mécaniquement, puis on faisait circuler les ouvrages en double, certains pouvant faire l’objet de prêts. Des collections que leurs propriétaires originels avaient dû abandonner furent intégrées aux fonds des bibliothèques publiques. Beaucoup d’ouvrages ne furent pas traités et furent mis de côté pour une date ultérieure ; certains disparurent discrètement…

6Pendant longtemps, la recherche sur les livres spoliés conservés sur les rayons et dans les réserves des bibliothèques universitaires resta le fruit d’initiatives individuelles. Les choses changèrent de façon spectaculaire lorsque de nouveaux travaux commencèrent à examiner la spoliation systématique des livres par le régime nazi et qu’on se mit – bien tardivement – à envisager leur restitution au cours de sommets internationaux à la fin des années 1990. La situation changea aussi lorsqu’en 1998, le Parlement autrichien vota à l’unanimité la loi sur la restitution des œuvres d’art (Kunstrückgabegesetz)3, qui exigeait des institutions administrées au niveau fédéral (musées, galeries, bibliothèques) de procéder à l’examen systématique des ressources acquises sous le nazisme. Il y eut alors un changement de paradigme : ces institutions eurent désormais l’obligation de prouver que l’acquisition de leurs livres avait été effectuée légalement. Bien que non soumises à l’obligation de procéder à des recherches de provenance (contrairement à la BNA), les bibliothèques universitaires autrichiennes se mirent au diapason si bien qu’aujourd’hui, elles ont presque toutes examiné l’origine de leurs fonds.

  • 4 En raison des raids alliés, des centaines de milliers de volumes spoliés, notamment ceux rassemblés (...)
  • 5 Stefan Alker, Markus Stumpf, National Socialist provenance research at the Vienna University Librar (...)

7Plus de soixante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la BU décida de faire face à son « passé nazi ». Les recherches de provenance commencèrent en 2003 dans le cadre d’un projet mené par des bibliothécaires en formation qui visait à examiner la « collection Tanzenberg »4 dans les fonds de la bibliothèque. En 2004, Maria Seissl, la bibliothécaire en chef de la bibliothèque universitaire d’Autriche, fit rechercher dans les collections de la bibliothèque principale les livres spoliés afin de les restituer à leurs propriétaires légitimes ou à leurs descendants. Au cours des années suivantes, de nombreux livres de la bibliothèque principale furent examinés manuellement pour trouver des indications sur leurs anciens propriétaires (inscriptions, estampilles, ex-libris…). Depuis mars 2006, les recherches de provenance se sont poursuivies dans les fonds des quarante bibliothèques qui font aujourd’hui partie de la BU. Au cours des treize dernières années, environ 60 000 indices ont été analysés. En outre, on a étudié la littérature spécialisée, dépouillé les archives, analysé les inventaires et comparé les conclusions de nos recherches avec celles d’autres projets5.

8Au sein d’un groupe de travail réunissant des chercheurs liés à l’Association des bibliothécaires autrichiens (Vereinigung Österreichischer Bibliothekarinnen und Bibliothekare6), nous essayons de nous aider en échangeant des informations concernant les livres spoliés et leurs anciens propriétaires. Les livres spoliés à une même personne sont souvent présents dans deux ou trois bibliothèques. La BU de Vienne n’est pas la seule à détenir des « livres de la Gestapo » français.

9Les résultats des recherches de provenance à la BU de Vienne ont été détaillés dans des rapports : on a pu procéder à quelques restitutions, on a recherché et parfois trouvé les descendants grâce à la coopération de la communauté juive de Vienne (Israelitische Kultusgemeinde) et du Fonds national autrichien pour les victimes du national-socialisme. En 2009, la première restitution a eu lieu et à ce jour, 19 restitutions ont été effectuées. Cependant, dans 23 autres cas, la bibliothèque n’a toujours pas retrouvé la trace des descendants du spolié. Dans l’espoir de rassembler davantage d’informations, les données concernant ces volumes sont enregistrées dans une base de données gérée par le Fonds national autrichien pour les victimes du national-socialisme7.

10La description de ces livres est présentée dans le catalogue en ligne8. Les livres de la Gestapo détenus par la bibliothèque de l’Institut d’études romanes de l’université de Vienne sont catalogués avec la mention « Restitution vorgesehen / NS-Raubgut: Geschenk GESTAPO 1942 [Inventarnummer] » (restitution prévue / livres spoliés : donation GESTAPO 1942 [numéro d’enregistrement])9.

11Nous n’avons toujours pas la moindre idée de la manière dont la Gestapo de Vienne a obtenu ces livres. À ce jour, la bibliothèque n’a pu trouver aucun indice concernant un descendant ou un ancien propriétaire légitime. Nous ne savons même pas si ces livres furent spoliés en France ou à Vienne. Nous n’avons pas eu les moyens de faire des recherches en France, où nous aurions pu trouver des informations nous permettant au moins d’exclure l’une ou l’autre de ces possibilités. Je vais donc essayer de résumer les quelques faits que nous avons établis.

Les « livres de la Gestapo »

  • 10 Les maisons d’édition sont les suivantes : Albin Michel, Alcan, Arthaud, Aubanel, Aubier, Brodard (...)
  • 11 La librairie Lipschütz à Paris était aussi éditrice, et consacrée à la littérature juive et aux « H (...)

12Les livres français acquis auprès de la Gestapo viennoise furent tous publiés entre 1920 et 1941. Ces livres ressemblent à un « Who’s Who » des éditeurs français : Albin Michel, Fayard, Flammarion, Gallimard, Garnier, Hachette, Hatier, Larousse, Plon, Presses universitaires de France, Stock ou éditions de France10. Aucun de ces livres ne contient de marques renvoyant à un propriétaire particulier et le nombre d’exemplaires en double nous amène à penser que le propriétaire légitime devait être une librairie importante, un distributeur ou grossiste à Vienne ou Paris, comme la librairie Lipschütz11. Les titres des ouvrages ne sont pas sur la « liste Otto »* (ouvrages retirés de la vente par les éditeurs ou interdits par les autorités allemandes).

  • 12 Bibliothèque universitaire de l’Institut d’études romanes, numéro d’ouvrage 6944.
  • 13 Ibid., numéro d’ouvrage 6941.
  • 14 Ibid., numéro d’ouvrage 6928.
  • 15 Ibid., numéro d’ouvrage 6931.

13Ces livres traitent de différents thèmes, mais les principaux sujets sont la médecine, les sciences naturelles et la philosophie. Sont présents également des manuels, comme L´art de conjuguer ou les huit mille verbes12 de Nicolas Bescherelle ou La langue française par la dictée13de Louis Dessaint, ainsi que des manuels pour enfants comme Syllabaire. 2e fascicule. Méthode nouvelle de lecture et d'écriture. Mon livret bleu14 ou Syllabaire. 3e fascicule. Lectures enfantines : faisant suite au Syllabaire de la méthode J. M. Mon livret rose15. Il y a aussi des livres de fiction, des romans policiers, des œuvres de Lamartine, Rousseau, Balzac, La Fontaine ou Voltaire, ainsi que des traductions de Pearl S. Buck, John Galsworthy ou Louis Bromfield.

14Seuls quelques livres contiennent des marques qui pourraient peut-être nous aider à identifier leur propriétaire légitime, mais nous n’avons pas su les déchiffrer (ill. 2). Certains livres (essentiellement des traductions) portent un tampon indiquant « Prix majoré suivant décision 117 du 27 mai du Comité central de surveillance des prix ». Nous avons trouvé ce tampon dans tous les livres portant le même titre. Par exemple, à la bibliothèque de l’Institut d’études romanes, on trouve 21 exemplaires d’un ouvrage en plusieurs volumes, la Grammaire. Livre de l'élève de Claude Agé. Sept livres portent un tampon « Prix majoré » et deux autres contiennent une indication manuscrite.

Illustration 2. Tampon « Prix majoré »

Illustration 2. Tampon « Prix majoré »

Source : Christina Köstner-Pemsel.

15Sur Le secrétaire commercial, par Henri Page, a été apposée une étiquette de prix, qui pourrait renvoyer au magasin vendant ce livre. Le Dictionnaire des rimes de Paul Desfeuille porte la même étiquette au dos. Mais ces deux livres sont les seuls qui portent cette étiquette (ill. 3 et 4) !

Illustration 3. Henri Page, Le secrétaire commercial (Sign. 6916)

Illustration 3. Henri Page, Le secrétaire commercial (Sign. 6916)

Source : Christina Köstner-Pemsel.

Illustration 4. Étiquette dans un livre (Sign. 6916)

Illustration 4. Étiquette dans un livre (Sign. 6916)

Source : Christina Köstner-Pemsel.

16Au plat verso d’Ile-de-France de Léandre Vaillat, se trouve un petit signe qui pourrait être un indice, mais nous ne l’avons jamais vu ailleurs. L’exemplaire de Varouna, de Julien Green, porte aussi au dos un petit tampon (ill. 5 et 6).

Illustration 5. Léandre Vaillat, Ile-de-France Vieille France (Sign. 6998)

Illustration 5. Léandre Vaillat, Ile-de-France Vieille France (Sign. 6998)

Source : Christina Köstner-Pemsel.

Illustration 6. Tampon au dos d’un livre (Sign. 6998)

Illustration 6. Tampon au dos d’un livre (Sign. 6998)

Source : Christina Köstner-Pemsel.

17En nous appuyant sur quelques indices, nous avons pu établir la provenance de ces ouvrages grâce aux archives de la bibliothèque et parce qu’ils furent incorporés dans la bibliothèque principale avec la mention « 1942 d.d. Polizei-Leitstelle » (« 1942, en provenance des services d’intelligence de la police »).

18La bibliothèque de la Société des docteurs (Gesellschaft der Ärzte, aujourd’hui incluse dans le dans la bibliothèque d’histoire de la médecine de l’université médicale de Vienne) a aussi fait l’acquisition de quelques livres en provenance de la même source. Dans l’inventaire des acquisitions de la bibliothèque médicale de Vienne (Wiener Medizinischen Bibliothek), des livres ont été entrés avec la mention « A Rosse », du nom d’un membre de la Gestapo sous Alfons Blaschko.

19Certains livres français de la Gestapo ne furent intégrés dans les fonds des bibliothèques qu’après 1945, comme ce fut le cas à la BN d’Autriche. Certains ouvrages furent incorporés plus tard, pour remplacer des livres manquants ou pour compléter des séries de livres déjà existantes. Par exemple, dans le groupe de livres portant une cote entre I-561.964 et I-561.974, certains ouvrages furent publiés après 1945, d’autres furent achetés à la « Librairie française » de Vienne ou à la librairie Gerold de Vienne – mais on y trouve aussi des livres français de la Gestapo.

Exemples d’ouvrages dans la bibliothèque principale

Format Cote Acquisition
I 561964 Publié après 1945
I 561965 Publié après 1945
I 561966 Timbre : Librairie française 19.05.1947
I 561967 De la Gestapo 1942
I 561968 Donné par la Gestapo 1942
I 561969 Pas d’information
I 561970 De la Gestapo 1942
I 561971 Achat Gerold 1948
I 561972 Achat Gerold 1948
I 561973 Publié après 1945
I 561974 Publié après 1945

20Nous savons relativement peu de choses sur les anciens propriétaires légitimes de ces ouvrages, mais grâce aux nombreux indices, nous parviendrons à retrouver leur trace et celle de leurs héritiers, résolvant ainsi l’énigme de ces « 28 sacs » de livres dont la bibliothèque fit l’acquisition. En tout cas, nous n’abandonnerons pas nos recherches !

Notes

1 La Bibliothèque d’État de Berlin a mis l’un des livres français pillés par la Gestapo dans sa base de données recensant les biens culturels spoliés : < http://www.lostart.de/Webs/DE/Datenbank/EinzelobjektFund.html?cms_param=EOBJ_ID%3D526558  >. On peut faire une recherche sur tous les livres en entrant le mot-clé « Gestapo Wien » < http://stabikat.de/DB=1/SET=1/TTL=1/CMD?ACT=SRCHA&IKT=5040&SRT=YOP&TRM=gestapo+wien  >.

2 Les autres instituts concernés sont l’Institut d’études romanes, le Séminaires historique, le Séminaire de théologie catholique, l’Institut de géographie, l’Institut des recherches historiques et archivistiques, le Séminaire pédagogique, le bureau du doyen de la Faculté de théologie protestante, l’Institut des sciences du journalisme et l’Institut d’histoire de l’art. D’autres livres furent donnés à la bibliothèque de l’université technique (24 vol.), à la Heeresbücherei Wien (bibliothèque militaire de Vienne), à l’hôpital d’oto-rhino-laryngologie (1 vol.) ainsi qu’à d’autres instituts médicaux et hôpitaux faisant partie de l’ancienne université de Vienne.

3 Le texte peut être consulté dans son intégralité à l’adresse suivante : < https://www.ris.bka.gv.at/Dokumente/BgblPdf/1998_181_1/1998_181_1.pdf > et l’amendement de 2009 : < https://www.ris.bka.gv.at/Dokumente/BgblAuth/BGBLA_2009_I_117/BGBLA_2009_I_117.pdf >.

4 En raison des raids alliés, des centaines de milliers de volumes spoliés, notamment ceux rassemblés à la Hohe Schule (École des cadres du parti nazi) furent évacués en 1944 en Carinthie à Tanzenberg.

5 Stefan Alker, Markus Stumpf, National Socialist provenance research at the Vienna University Libraries. [En ligne] < http://geschichte.univie.ac.at/en/articles/national-socialist-provenance-research-vienna-university-libraries  >.

6 Voir pour plus de détails : < http://www.univie.ac.at/voeb/kommissionen/ag-ns-provenienzforschung/  >.

7http://www.kunstrestitution.at/English.html >.

8 Voir < http://bibliothek.univie.ac.at/provenienzforschung-ergebnisse.html  >.

9 Voir < http://bibliothek.univie.ac.at/provenienzforschung-katalog.html  > et cliquer sur Zur Restitution vorgesehene Bände. Ajouter le filtre « Romance Studies Library » et vous trouverez tous les titres dont la provenance est indiquée comme celle des « livres de la Gestapo » français.

10 Les maisons d’édition sont les suivantes : Albin Michel, Alcan, Arthaud, Aubanel, Aubier, Brodard & Taupin, Calmann-Lévy, Corrêa, Delagrave, Didier, éditions de Cluny, éditions de France, Émile-Paul, Fasquelle, Fayard, Firmin-Didot, Flammarion, Fouraut, Gallimard, Garnier, Gedalge, Gibert, Gigord, Grasset, Hachette, Hatier, J. H. Jeheber, Kra, Larousse, Lavauzelle, Librairie générale de l'enseignement libre, Librairie des Champs-Élysées, Mame, Masson, Mellottée, Nathan, Oliven, Payot, Plon, Presses universitaires de France, Rieder, Rouff, Stock, Tallandier.

11 La librairie Lipschütz à Paris était aussi éditrice, et consacrée à la littérature juive et aux « Hebraica ». Au moins 20 000 volumes de ses collections ont été saisis et envoyés pour une bonne part à la Hohe Schule.

12 Bibliothèque universitaire de l’Institut d’études romanes, numéro d’ouvrage 6944.

13 Ibid., numéro d’ouvrage 6941.

14 Ibid., numéro d’ouvrage 6928.

15 Ibid., numéro d’ouvrage 6931.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. « Livres français de la Gestapo » dans la bibliothèque universitaire de l’Institut d’études romanes (université de Vienne)
Crédits Source : Christina Köstner-Pemsel.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7899/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Illustration 2. Tampon « Prix majoré »
Crédits Source : Christina Köstner-Pemsel.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7899/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Illustration 3. Henri Page, Le secrétaire commercial (Sign. 6916)
Crédits Source : Christina Köstner-Pemsel.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7899/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Illustration 4. Étiquette dans un livre (Sign. 6916)
Crédits Source : Christina Köstner-Pemsel.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7899/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Illustration 5. Léandre Vaillat, Ile-de-France Vieille France (Sign. 6998)
Crédits Source : Christina Köstner-Pemsel.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7899/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre Illustration 6. Tampon au dos d’un livre (Sign. 6998)
Crédits Source : Christina Köstner-Pemsel.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7899/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

Auteur

Bibliothécaire et chercheur en Provenance, Bibliothèque universitaire de Vienne

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search