Version classiqueVersion mobile

Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

 | 
Martine Poulain

Partie 2. Bibliothèques spoliées : restituées, perdues, retrouvées, cachées ?

Chapitre 5. Livres français spoliés dans les collections de la Bibliothèque nationale du Bélarus

Anatole Stebouraka

Texte intégral

1Le thème des livres spoliés est très actuel, car il tente d’éclaircir de nombreuses questions relatives à la Seconde Guerre mondiale restées jusqu’à présent sans réponse : l’histoire des collections volées, le détail du processus d’enlèvement des bibliothèques à leurs propriétaires, la quête des traces de ces biens dans l’Europe d’après-guerre.

2Pendant l'occupation hitlérienne de la France, les grandes bibliothèques juives, maçonniques, les grandes collections de bibliophiles ont été pillées. Les livres confisqués ont été exportés vers les territoires du Troisième Reich, d’où, après 1945, beaucoup ont été déplacés secrètement en URSS aux « Archives spéciales », à Moscou, car les pouvoirs communistes de l’époque avaient considéré ces collections trouvées dans leur zone d’occupation comme « des prises de guerre ». La Russie a déjà restitué à la France, dans les années 1990-2000, une partie des nombreuses archives importées. Par contre, la partie biélorussienne des archives françaises, elle, est restée depuis plus de soixante-dix ans à Minsk ; les détails et les circonstances dans lesquelles ces archives françaises y sont parvenues, l’ampleur de ce phénomène ainsi que la géographie du stockage restent mal étudiés.

De nombreuses collections spoliées dans les bibliothèques du Bélarus

3Un grand nombre de livres des bibliothèques spoliées en Europe se trouve aujourd'hui dans les trois plus grandes bibliothèques de la capitale du Bélarus, Minsk : à la Bibliothèque nationale du Bélarus (BNB), à la bibliothèque de l’Académie des sciences et dans la bibliothèque présidentielle.

  • 1 Patricia Kennedy Grimsted, “The Road to Minsk for Western ‘Trophy’ Books: Twice Plundered but Not Y (...)

4Plus précisément, ces livres se sont principalement retrouvés dans la collection de la Bibliothèque nationale. Patricia Kennedy Grimsted a prouvé que la capitale du Bélarus abrite l’un des dépôts les plus considérables des livres déplacés pendant la Seconde Guerre mondiale1. Elle a étudié le détail de leur périple depuis leur confiscation en France en 1940 jusqu'à leur arrivée à Minsk en 1945, mais il reste un certain nombre de points à éclaircir :

    • 2 La notion de « trophée de guerre » pris à l’ennemi vaincu a existé dans de nombreuses guerres. Les (...)

    le nombre de « livres trophées »2* au Bélarus ;

  • la géographie et la répartition des livres entre les plus grandes bibliothèques après la guerre ;

  • la recherche de documents d'archives à Minsk, qui pourraient expliquer en détail les circonstances de l'obtention et de la redistribution des livres spoliés après 1945.

  • 3 La bibliographie sur cette question est représentée par les recherches de différents auteurs frança (...)
  • 4 Anatole Stebouraka, « Livres et archives des Reinach spoliés sous l’Occupation et retrouvés à Minsk (...)

5Ces vingt dernières années, beaucoup a déjà été fait dans l'étude de ces collections « deux fois spoliées ». En particulier, un certain nombre de publications biélorusses et étrangères sont revenues sur la spoliation des bibliothèques et des archives (Sophie Cœuré, Martine Poulain3). Il convient aussi de mentionner la recherche du professeur Vladimir Makarov, qui se concentre sur l'étude des livres spoliés issus des bibliothèques privées des écrivains et hommes politiques tels que Léon Blum (1872-1950), André Maurois (1885-1967), Emmanuel Berl (1892-1976), Louise Weiss (1893-1983), Boris Souvarine (1895-1984), la famille Rothschild, entre autres. Il a publié, en septembre 2016, Les dédicaces et les destins, ouvrage qui résume son long travail sur le sujet. Pour ma part, j’étudie certaines collections de livres provenant des bibliothèques des familles Reinach, de Maurice Monda (Maurice Gunzberger, dit Monda, 1876-1955), etc4.

  • 5 La bibliothèque a été créée en 1875 à Paris par Ivan Tourgueniev et un groupe de Russes résidant en (...)
  • 6 Patricia Kennedy Grimsted, « Livres et archives pillés en France par l’Einsatzstab Reichsleiter Ros (...)

6Le destin de la bibliothèque russe Tourgueniev5 de Paris a toujours fait l’objet d’une attention toute spéciale. On estime à environ 4 000 le nombre d’ouvrages de cette bibliothèque actuellement conservés à la Bibliothèque nationale du Bélarus, la majorité étant présente dans le catalogue en ligne. Cependant, on ne peut encore déterminer la quantité exacte de « livres trophées » dans le fonds de la BNB, dans la mesure où il n’en existe aucun recensement. On peut toutefois identifier certaines caractéristiques : ce sont principalement des ouvrages du XIXe et du premier tiers du XXe siècle en langues étrangères, surtout en français. On peut affirmer avec certitude la provenance occidentale de nombreuses publications bibliophiliques des années 1920-1930 qui ne purent aboutir en pareille quantité en république socialiste soviétique de Biélorussie par des voies classiques, car de telles publications ne pouvaient s’acquérir ni par achat ni par échange. Elles sont pourtant parvenues à Minsk après 1945 (54 wagons de marchandises partis de Myslowic, selon Patricia Kennedy Grimsted)6.

7Aujourd’hui, une infime partie de ces livres apparaît dans le catalogue en ligne sous une rubrique particulière. Au fil du temps ont été constituées plusieurs notices sur la collection d’autographes de livres français, qui apparaissent sous la vedette « Autographes – France – Paris – XXe siècle » référençant 1 620 exemplaires, ou sous « Autographes – France », référençant 2 402 exemplaires, et une autre, plus vaste encore, « Ex-libris, imprimé en France, Paris » en recensant 4 015. Il s’agit d’ouvrages sélectionnés par le département des Livres rares. Mais combien en reste-t-il dans le fonds général ? Sans doute 99 % de plus, ni connus ni traités.

8Ces livres confisqués ont connu un sort particulier après la guerre. Le bâtiment de la Bibliothèque nationale ne pouvant à l’époque accueillir tous les livres européens, quelques autres emplacements de stockage dans le centre de la capitale ont été utilisés. Selon les souvenirs de Tatiana Roschina, ancienne chef du département des Livres rares et des Manuscrits, de nombreux livres ont été transférés dans le bâtiment de l'ancienne église catholique de Saint-Roch de Montpellier (en effet, à Minsk, il y a une église « Saint-Roch de Montpellier » !!!) près de la place de la Victoire. C'est une église du XIXe siècle, de style néo-gothique, qui se trouve au cimetière catholique appelé « Le monticule d'or ». Les bolcheviks ont fermé et pillé cette église dans les années 1930, qui a été ensuite partiellement détruite durant la guerre.

9Ce bâtiment est devenu le lieu de stockage de la plupart des livres entre 1950 et 1970, sous le nom de « fonds d'échange et de réserve de la bibliothèque ». Les conditions de stockage étaient exécrables : variations importantes de température, forte humidité et, bien entendu, absence de tout traitement scientifique. Mais le pire a eu lieu au milieu des années 1970, quand le ministère de la Culture a pris la décision de restaurer cette église pour en faire une salle de musique de chambre pour l’orchestre philharmonique. Les travaux ont commencé sans en évacuer les livres ! L'échafaudage a été installé, les fenêtres brisées… et le vol, incontrôlable, a débuté et a duré jusqu'en 1978. C’est seulement à partir de cette date que les livres ont été transférés dans le bâtiment de la Bibliothèque nationale. Ont participé à ce honteux pillage des ouvriers du bâtiment, des bibliothécaires, des riverains… Combien de documents ont été perdus en l’église du « monticule d'or » ? Question lancinante et sans réponse ! Il s'agit très certainement de milliers de livres. Les voleurs ont logiquement choisi des livres somptueusement décorés et ce sont bien sûr les belles reliures qui attiraient les ravisseurs candides. Par conséquent, les premières victimes ont été les ouvrages originaires de riches bibliothèques privées. Aujourd’hui, très certainement, ces livres sont abrités dans des collections privées : de temps en temps, ils réapparaissent chez des antiquaires ou des libraires…

10Un colloque international, initié par Patricia Kennedy Grimsted, tenu à Minsk du 5 au 7 septembre 2016, avec le soutien de Wesley A. Fisher, directeur de la Recherche à la Claims Conference (Conference on Jewish Material Claims Against Germany)*, a marqué une considérable avancée dans l’étude de ce sujet. Ces trois jours ont été ponctués de rencontres, interventions, tables rondes et entretiens entre chercheurs français, belges et américains ainsi que bibliothécaires et historiens bélarusses. Les trois bibliothèques concernées ont participé à ce colloque, échangeant sur la question de ces livres spoliés en Europe de 1940 à 19457. Comme organisateur technique et modérateur de ces rencontres, j’ai pu constater l’état d'esprit très positif des participants étrangers et bélarusses. La clé de la réussite de ce colloque a tenu dans le consensus préliminaire de ne jamais porter la discussion au-delà des termes scientifiques, de l’échange d’opinions et d’informations, sans jamais utiliser le terme de « restitution », en évitant les reproches et les exigences de retour. La possibilité d’une future coopération avec mon pays a ainsi été construite, le Bélarus étant prêt à poursuivre la coopération scientifique sur l’étude de ce problème complexe et important.

11La méfiance d’abord affichée du côté bélarusse s’explique par le fait qu’en 2015, un document officiel émanant du maire de Bordeaux, Alain Juppé, est parvenu à Minsk, exigeant la restitution des bibliothèques maçonniques de la ville, disparues pendant la guerre. Pour quelle raison ? C’était une conséquence inattendue de mon initiative d’organiser à Bordeaux une exposition des plus anciens et précieux manuscrits maçonniques de la BNB, en collaboration avec Michelle Nahon, présidente de la société Martinès de Pasqually (1727-1774), qui étudie la vie et l’époque du célèbre maçon et publie le Bulletin de la société Martinès de Pasqually. Le fruit de notre initiative ne fut pas l’exposition escomptée, mais un petit scandale diplomatique… Il est évident que la demande d’Alain Juppé ne suscita aucune réaction, sinon de défense. Autant que je sache, la réponse de la BNB contestait la légitimité de la prétention. Quoi qu’il en soit, aucun débat public sur cette question ne s’est ensuivi en Biélorussie.

12Le but du séminaire de septembre 2016 était d’étudier les transferts des richesses culturelles pendant la Seconde Guerre mondiale, et particulièrement celui des collections de livres et d’archives privées saisies en Europe occidentale. La participation de spécialistes bélarusses et étrangers devait garantir l’échange des dernières informations sur l’état des recherches et leurs directions. Les rencontres avec les collaborateurs des plus importantes bibliothèques du Bélarus devaient aider à cerner l’étendue de la question et créer l’élan d’une collaboration internationale dans ce domaine : mise en place d’un catalogue virtuel, d’expositions, numérisation des manuscrits, description des collections. Au cours des trois jours de ce séminaire eurent lieu rencontres et tables rondes dans les trois principales bibliothèques de Minsk où ont échoué les « livres trophées » : la bibliothèque présidentielle, la bibliothèque académique et bien sûr la BNB. Ce n’était pas de simples visites, mais des rencontres avec les dirigeants de l’administration. Des expositions d’autographes et ex-libris des bibliothèques déplacées durant ces années de guerre furent présentées. Ce moment fut décisif, car permit de sortir enfin de la tradition de silence qui régnait autour de ce problème. Au bout de soixante-dix années, nous pouvons enfin débattre de cette épineuse question.

  • 8 Svetlana Pachomenkova, Anatole Stebouraka [sous la direction de Vladimir Makarov], Les autographes (...)

13La plus urgente est celle des moyens d’accès à l’information, à la présentation virtuelle de « fonds trophées ». À la demande de Wesley Fisher, la Claims Conference a pu mettre en ligne sur son site un exemplaire du cédérom issu des recherches du professeur Makarov Les autographes français dans les fonds de la Bibliothèque nationale du Bélarus8, qui propose une brève information sur les œuvres et la reproduction des plus précieuses dédicaces d’auteurs français à la personne qu’ils voulaient honorer.

À qui appartiennent les bibliothèques privées conservées à Minsk ?

  • 9 Voir cette liste dans Sophie Cœuré, La mémoire spoliée, op. cit.
  • 10 Voir encadré ci-après.

14À qui appartiennent les bibliothèques privées qui ont été confisquées pour aboutir à Minsk ? En l’état actuel de la connaissance des fonds, la réponse à cette question ne peut être qu’approximative. Leurs propriétaires s’élèvent vraisemblablement à plus d’une centaine. Sophie Cœuré, à la suite de son travail au sein des « Archives spéciales » de Moscou (Archives militaires de l’État russe, Rossiiskii Gosudarstvenni Voennyi Arkhiv, RGVA) a établi une nouvelle liste de noms et institutions spoliés figurant dans ces archives : quelques centaines d’organismes, partis, syndicats, églises, loges maçonniques, associations, entreprises. Sous la rubrique « C – Personnalités » dont les archives ont été emportées, venant, via l’Allemagne, de Belgique et de France, se trouvent environ 80 noms de personnes spoliées9. La grande majorité de ces archives privées conservées à Moscou étant retournées dans leur patrie d’origine dans les années 1990, ce sont sans doute les bibliothèques de Minsk qui détiennent aujourd’hui des fragments des collections de livres de ces personnes. Mais la comparaison de 50 noms de propriétaires de livres présents à Minsk avec ceux figurant sur les listes des Archives spéciales n’a pas été fructueuse10. On ne peut cependant en conclure que la bibliothèque d’un tel ne se trouve pas à Minsk, car actuellement, toutes les collections présentes à Minsk ne sont pas cataloguées, et les dédicaces et ex-libris constituent les seuls moyens d’identification. En outre, un nombre important de propriétaires de livres spoliés présents à Minsk ne sont pas mentionnés dans la liste de Sophie Cœuré. En voici un exemple probant.

Les fragments de bibliothèques retrouvées à la Bibliothèque nationale du Bélarus

Les fragments des bibliothèques suivantes ont été retrouvés à la BNB :

Léon Blum (1872-1950, président du Conseil, dirigeant du Parti socialiste français),

Salomon Grumbach (1884-1952, député du Tarn, vice-président de la commission des Affaires étrangères à la Chambre des députés),

Léopold Matoux (importateur de cristal de Bohême et de marbre),

Étienne Dennery (1903-1979, expert aux affaires économiques auprès de la Société des Nations, futur directeur des Bibliothèques de France),

Charles-Auguste Armand (1905-1967, prince et duc d’Arenberg),

Georges Mandel (Louis Georges Rothschild, dit Mandel, 1885-1984, chef du Cabinet civil auprès du ministère de la Guerre, ministre des Colonies),

Joseph Reinach (1856-1921, député, journaliste),

Georges Cahen-Salvador (1875-1963, secrétaire général du Conseil économique et social),

Léon Pierre-Quint (Léopold-Léon Steindecker, 1895-1958, éditeur et critique littéraire),

Benjamin Crémieux (1888-1944, écrivain et traducteur, critique littéraire et théâtral, secrétaire général de la section française du Pen-Club),

Sylvain Lévi (1863-1935, professeur à l’École normale supérieure et au Collège de France),

Paul Rosenberg (1881-1959, galeriste et collectionneur),

Julien Cain (1887-1974, administrateur général de la Bibliothèque nationale, membre du conseil de la Réunion des musées),

Louise Weiss (1893-1983, journaliste et écrivain), Maurice Gunzburger (dit Maurice Monda, 1876-1955, écrivain, rédacteur au Figaro),

Edmond Fleg (1874-1963, philosophe, dramaturge),

Gérard Bauër (1888-1967, critique littéraire),

Émile Lisbonne (1876-1947, avocat, sénateur, ministre de la Santé),

Abraham Schrameck (1867-1948, sénateur des Bouches-du-Rhône),

Benoît-Léon Deutsch (1892-1982, écrivain),

Boris Souvarine (pseudonyme de Boris Lifschitz, 1895-1984, militant politique, journaliste, essayiste),

Henri d’Orléans, comte de Paris (1908-1999, prétendant au trône de France),

Jean-Maurice Lahy (1872-1943, sociologue, psychologue, professeur à l’Université de Paris),

Marie Lahy-Hollebecque (1881-1987, écrivain),

Léon Brunschvicg (1869-1944, philosophe, professeur à la Sorbonne),

Cécile Brunschvicg (1877-1946, sous-secrétaire d’État à l’Instruction publique, présidente de l’Union française pour les droits de la femme),

Julien Benda (1867-1956, philosophe, écrivain),

Jacques Grumbach (1902-1942, homme politique, rédacteur au journal Le Populaire),

Edmond Vermeil (1878-1964, historien, professeur à la Sorbonne),

Claire et Yvan Goll (Claire Studer, née Aischman, 1890-1977),

Isaac Lang dit Yvan Goll (1891-1950, écrivain).

  • 11 Joseph de Quentin, Sept ans d'absence, 1807-1814, 1834 (BNB 091/135).

15Le sujet qui m’occupe ces derniers temps est le sort de la collection de Jean de Guise (1874-1940), duc d’Orléans, située à Stoket, dans la banlieue de Bruxelles. Jusqu’à présent, un seul manuscrit a pu être identifié à la BNB, car n’ayant appartenu qu’au duc. Il s’agit d’un très rare ouvrage du mémorialiste Joseph de Quentin, Sept ans d’absence, consacré à la campagne napoléonienne d’Espagne et évoquant la captivité de l’auteur sur la tristement célèbre île de Cabrera, considérée par certains historiens comme le premier camp de concentration connu de l'histoire11. Dans le manuscrit est conservée une lettre du 9 février 1939 d’un collaborateur du Musée royal de l’armée de Bruxelles, louant ces mémoires en les renvoyant à leur propriétaire. Il ne pouvait prévoir qu’un an plus tard, le manuscrit changerait à jamais de détenteur. Car les nazis ont saisi la bibliothèque de Jean de Guise, dont les opinions réactionnaires étaient pourtant notoires. Il fut contraint d’émigrer et mourut au Maroc espagnol le 25 août 1940.

  • 12 TsDAVO, archives centrales de l'État des organes suprêmes du pouvoir et de l'administration de l'Uk (...)

16Grâce à un confrère belge, Michel Vermote, j’ai pris connaissance de documents allemands qui décrivent, de manière malheureusement peu précise, le contenu de la bibliothèque saisie par l’ERR (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg) entre le 7 et le 18 septembre 1940 : 37 caisses furent expédiées à Berlin fin novembre 1940. La bibliothèque était riche de plus de 20 000 livres et manuscrits sur l’histoire de France (Révolution et guerres napoléoniennes), l’Action française (mouvements royalistes, Légion étrangère)12. Une vérification aux archives de l’Office de récupération économique (actif de 1944 à 1968) conservées aux Archives d’État de Bruxelles nous a appris que rien ne fut restitué après la Seconde Guerre mondiale.

  • 13 Livre d'or de la Légion étrangère. 1831-1931, Paris, 1931.

17Où ont pu disparaître ces 20 000 livres ? Outre le manuscrit, la BNB de Minsk conserve quelques dizaines d’exemplaires de cette collection, dont certains sont des œuvres d’art : ainsi une luxueuse publication sur la Légion étrangère (Livre d’or de la Légion étrangère, 1831-1931)13 ; ce livre a conservé sa reliure en plein maroquin orné du splendide ex-libris des Guise, une gravure dorée du blason royal sur une reliure bleu roi.

18Sur d’autres ouvrages sont demeurées d’éloquentes dédicaces des années 1920-1930 (ill. 1 à 6).

19Par exemple :

  • Trois erreurs politiques : Louis XVI, Robespierre, Napoléon, suivi de Louis XVIII, dédicacé par Jean Héritier « À Monseigneur le Duc & à Madame la Duchesse de Guise, leur très humble, fidèle & obéissant serviteur Jean Héritier, 27 février 1932 » ;

  • Histoire de la paroisse de Saint-Jacques-de-la-Boucherie, dédicacé par Jacques Meurgey « À Monseigneur le Duc de Guise, humble hommage de son très respectueux, très dévoué et très obéissant serviteur Jacques Meurgey » ;

  • Le tombeau du prince, dédicacé par Charles Maurras « À notre […] national – À Monseigneur le Duc de Guise, hommage respectueux d'un Français fidèle, CMR [Charles Maurras] » ;

  • Figures lyonnaises, dédicacé par l’abbé J. de Loude « À Son Altesse Royale Monseigneur le Duc de Guise, respectueux hommage à Votre grande Charité Ab. J. de Loude ».

    On trouve également des exemplaires de bibliophilie numérotés :

  • Les origines et la doctrine de l'Action française, de Léon de Montesquiou ; exemplaire nº 2 imprimé pour Mme la duchesse de Guise ;

  • La monarchie française, par Charles Benoist, 2 vol. Livre 1 : L'œuvre royale, Paris, 1935 - 171 p., exemplaire nº 1, imprimé spécialement pour Mgr le duc de Guise ;

  • Manuel de l'amateur de reliures armoriées françaises. Souverains et princes français, par Eugène Olivier, 1933 ; 25e série sur 29 ; exemplaire imprimé spécialement pour Mgr le duc de Guise.

Illustration 1. L'envoi. « À Monseigneur le Duc de Guise hommage infiniment respectueux de son très humble et très obéissant serviteur et quand la grâce de Dieu le permettra, fidèle sujet Auguste Cavalier Bruxelles le 7 juin 1929 »

Illustration 1. L'envoi. « À Monseigneur le Duc de Guise hommage infiniment respectueux de son très humble et très obéissant serviteur et quand la grâce de Dieu le permettra, fidèle sujet Auguste Cavalier Bruxelles le 7 juin 1929 »

Source : Bibliothèque nationale du Bélarus.

Illustration 2. La couverture du livre. « Les rouges “chrétiens” ? / Auguste Cavalier. – Paris, Éditions Bossard, [1929]. – 250 p. »

Illustration 2. La couverture du livre. « Les rouges “chrétiens” ? / Auguste Cavalier. – Paris, Éditions Bossard, [1929]. – 250 p. »

Source : Bibliothèque nationale du Bélarus.

Illustration 3. L'envoi. « À Monseigneur le Duc de Guise, en hommage de profond et très respectueux dévouement, et en souvenir de mon Père, le Comte Conrad de Maleissye, qui fut un fidèle serviteur de Monseigneur le Comte de Chambord, de Monseigneur le Comte de Paris et de Monseigneur le Duc d'Orléans, et qui consacra le dernier tiers de sa vie à l'étude de Jehanne d'Arc et de son caractère. Maleissye-Me […] »

Illustration 3. L'envoi. « À Monseigneur le Duc de Guise, en hommage de profond et très respectueux dévouement, et en souvenir de mon Père, le Comte Conrad de Maleissye, qui fut un fidèle serviteur de Monseigneur le Comte de Chambord, de Monseigneur le Comte de Paris et de Monseigneur le Duc d'Orléans, et qui consacra le dernier tiers de sa vie à l'étude de Jehanne d'Arc et de son caractère. Maleissye-Me […] »

Source : Bibliothèque nationale du Bélarus.

Illustration 4. La couverture du livre. « Les lettres de Jehanne d'Arc et la prétendue abjuration de Saint-Ouen : histoire des sept derniers jours de la vie de la Bienheureuse / par le comte C. de Maleissye. – Paris, Maison de la bonne presse, [1912]. – 138 p. »

Illustration 4. La couverture du livre. « Les lettres de Jehanne d'Arc et la prétendue abjuration de Saint-Ouen : histoire des sept derniers jours de la vie de la Bienheureuse / par le comte C. de Maleissye. – Paris, Maison de la bonne presse, [1912]. – 138 p. »

Source : Bibliothèque nationale du Bélarus.

Illustration 5. L'envoi. « À Monseigneur le Duc de Guise, […] de la France […], avec la respectueuse expression d'un inaltérable dévouement Paul Courcoural »

Illustration 5. L'envoi. « À Monseigneur le Duc de Guise, […] de la France […], avec la respectueuse expression d'un inaltérable dévouement Paul Courcoural »

Source : Bibliothèque nationale du Bélarus.

Illustration 6. La couverture du livre. « Le “danger” de l'Action Française : en réponse à monsieur Maritain / Paul Courcoural. – Paris, Éditions Rupella, 1928. – 269 p. »

Illustration 6. La couverture du livre. « Le “danger” de l'Action Française : en réponse à monsieur Maritain / Paul Courcoural. – Paris, Éditions Rupella, 1928. – 269 p. »

Source : Bibliothèque nationale du Bélarus.

  • 14 Dans le cadre du programme Atlas de soutien à la mobilité proposé par la Fondation Maison des scien (...)
  • 15 Anatole Stebouraka, « Les fonds français de Minsk. Les archives confisquées par les nazis durant la (...)
  • 16 Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées, op. cit., p. 422.

20J’ai pu poursuivre mes recherches en juillet 2017 à Paris14 et me suis intéressé à la bibliothèque de Maurice Monda (1876-1955), écrivain français et bibliophile, journaliste au Figaro, connu dans les milieux littéraires pour avoir été un des grands spécialistes de l’œuvre de Paul Verlaine. Or, Monda était aussi vraisemblablement propriétaire d’une collection de précieux autographes de l’époque napoléonienne sur le général Marulaz (Jacob François Marola ou Marulaz, 1769-1842). Les archives diplomatiques de La Courneuve conservent des éléments sur ses archives personnelles, revenues de Moscou dans les années 1990, et sur les conditions de la confiscation de sa bibliothèque15. En juin 1941, les nazis emportent 30 caisses de biens saisis, des scellés ayant été apposés les 6 et 7 décembre 194016.

21Lors de sa demande de restitution, un inventaire minutieux de tous ses biens saisis a été établi (argenterie, mobilier précieux, sculptures, tableaux, gravures, tapis, photographies, etc.). Et son appartement était transformé en véritable musée Verlaine !

  • 17 Archives diplomatiques, 209 SUP 863, numéro OBIP 33 674.

22La description de la bibliothèque saisie occupe une grande part de l’inventaire de l’ERR17, sous toute une série de rubriques qui détaillent le contenu de la collection : livres sur Verlaine avec envoi (70 exemplaires) ; Rimbaud (de nombreux exemplaires comportent des annotations de Rimbaud) [13] ; Mallarmé (29) ; Baudelaire (11) ; revues et périodiques (plus de 100) ; manuscrits et autographes (113) ; catalogues d’enchères des vingt dernières années (jusqu’en 1940) [67] ; livres contemporains illustrés (115) ; éditions originales (plus de 300) ; livres contenant un envoi à M. Monda (173 auteurs).

  • 18 Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées, op. cit., p. 441.

23On ne peut pas dire que dans les années d’après-guerre, la recherche des biens de Monda fut vaine. Par exemple, en 1949 et 1950, on retrouva en Autriche, et restitua à leur propriétaire, quelques livres de son appartement pillé du 134, avenue Victor-Hugo. Mais ce n’était qu’une infime proportion : en 1949, 55 livres, et seulement 12 en 195018.

  • 19 Archives du ministère des Affaires étrangères, 209 SUP, Commission de récupération artistique, doss (...)

24Quoi qu’il en soit, une partie considérable de cette collection spoliée par les nazis est aujourd’hui conservée à Minsk. Néanmoins, pour la première fois, nous est offerte la possibilité de passer des hypothèses à la réalité en comparant la liste détaillée de 1941 avec le catalogue de la BNB. C’est à propos des ouvrages envoyés en hommage à Monda que la comparaison avec l’inventaire de 1941 est la plus judicieuse. Dans le dossier de demande de restitution de ses livres présenté à la Commission de récupération artistique (CRA)19, Maurice Monda donne la liste de 173 livres qui lui ont été personnellement dédicacés : le catalogue de la BNB propose 90 envois, soit plus de 50 % ! Il est possible que la bibliothèque n’ait pas encore décrit une partie de ce fonds.

  • 20 Paris, G. Andrieux, 1936.
  • 21 Dédicace (29 janvier 1939) du livre de l’abbé Victor Leroquais, Le bréviaire-missel du prieuré clun (...)

25Certains de ces livres peuvent en apprendre beaucoup sur leur propriétaire comme la dédicace sur la page de garde de l’ouvrage La confession publique du brocanteur : aventure extraordinaire, arrivée au mois de novembre 1769, sur un vaisseau parti de l'Amérique pour Saint-Malo. Elle est rapportée fidellement par M***, qui y étoit présent, suivant le manuscrit que l'on a trouvé dans ses papiers20. La dédicace poursuit : « À Monsieur Maurice Monda sans qui une vente ne serait pas parisienne, hommage du contrefacteur ». Et cette étonnante mention : « Pour ne froisser personne, tous les exemplaires de cette édition de luxe à tirage très restreint portent le n° 1. Exemplaire n° 1 imprimé spécialement pour M. Maurice Monda » ! De cette plaisante dédicace, on peut conclure qu’au soir de sa vie, Monda était un pilier des ventes aux enchères d’antiquités, ainsi que des catalogues de vente aux enchères des années 1920-1930, que les nazis lui ont dérobés. Dans un autre envoi, on le qualifie de « grand chroniqueur de l’Hôtel des Ventes »21. Les catalogues qui occupaient une large place dans sa bibliothèque comprennent nombre d’annotations au fil des pages, et sont truffés de coupures de presse soigneusement collées sur la page de garde. Dans le catalogue Baudelaire, Verlaine, Rimbaud (Paris, 1937) sont insérés deux lettres d’invitation de la part des organisateurs de l’exposition, deux billets d’invitation à l’inauguration solennelle en présence du ministre de l’Éducation nationale, Jean Zay, cinq coupures de presse et la dernière page est couverte d’annotations manuscrites de Monda.

  • 22 Et par exemple Jean Ajalbert, Simon Pierre Arbellot de Vacqueur, dit Simon Arbellot, Alexandre Arsè (...)
  • 23 Par exemple : Paul Verlaine, Œuvres oubliées, recueillies par Maurice Monda, 1926, nº 1. Cet exempl (...)
  • 24 Gustave Bonnet, Paul Verlaine et ses contemporains par un témoin impartial. Biographie de Verlaine, (...)

26La majorité des envois se limite à la classique formule « hommage de l’auteur ». La Bibliothèque nationale du Bélarus conserve des ouvrages de la bibliothèque privée de Monda avec envoi de toute une série d’écrivains, critiques littéraires, journalistes et artistes22. Mais les envois ne sont pas seuls à nous renseigner sur le propriétaire de ces livres. Les livres comportant l’ex-libris de Monda ou les éditions bibliographiques avec exemplaires numérotés23 sont aussi passionnants à étudier. Certains livres de sa bibliothèque reflètent toute l’histoire de la relation de Maurice Monda avec ses auteurs ou leurs éditeurs. Ainsi de la brochure Paul Verlaine et ses contemporains par un témoin impartial. Biographie de Verlaine, qui conserve l’original d’une lettre de l’éditeur Clerget écrivant à Monda : « J’ai bien connu Paul Verlaine, lui ayant rendu visite plus de cent fois chez lui, ou à l’hôpital, ou ailleurs ; mais je n’ai aucun autographe de lui, ni un objet, ni même un livre… 7 janvier 1922. »24

Illustration 7. L’ex-libris de Maurice Monda. Alphonse Daudet / Léon A. Daudet. – Paris, Eugène Fasquelle, 1898. – 302 p.

Illustration 7. L’ex-libris de Maurice Monda. Alphonse Daudet / Léon A. Daudet. – Paris, Eugène Fasquelle, 1898. – 302 p.

Source : Bibliothèque nationale du Bélarus.

27Le patrimoine littéraire de Maurice Monda est aujourd’hui dispersé entre Minsk et Paris et constitue un nouveau sujet de dialogue et de coopération entre les chercheurs biélorusses et français. Ainsi, l’étude des archives et, en particulier, la comparaison des inventaires allemands et français avec les livres conservés au Bélarus en provenance des bibliothèques d’Europe, permettent d’être éclairé sur leur sort, de 1940 à nos jours… Une comparaison détaillée de la liste des ouvrages spoliés avec les exemplaires conservés au Bélarus offre une chance d’évaluer, par la suite, le pourcentage de livres spoliés pendant la guerre finalement échoués au Bélarus…

Notes

1 Patricia Kennedy Grimsted, “The Road to Minsk for Western ‘Trophy’ Books: Twice Plundered but Not Yet at Home from the War”, Libraries & Culture, 2004, vol. 39 ; The Odyssey of the Turgenev Library from Paris, 1940-2002. Books as Victims and Trophies of War, Amsterdam, International Institute of Social History, 2003.

2 La notion de « trophée de guerre » pris à l’ennemi vaincu a existé dans de nombreuses guerres. Les Soviétiques créèrent en 1942 des « brigades des trophées » au sein de l'Armée rouge, qui étaient responsables du retour d'objets de valeur de l'Allemagne vers l'Union soviétique. La « Commission de réception et d'inventaire des trophées de valeurs », créée en avril 1945, était responsable de la répartition de ces biens au sein de l’URSS. Patricia Kennedy Grimsted estime que plus de 12 millions de livres furent saisis sur les territoires « libérés » par l’Armée rouge, envoyés à Moscou, puis répartis après-guerre, entre les bibliothèques russes ou des territoires appartenant à l’URSS.

3 La bibliographie sur cette question est représentée par les recherches de différents auteurs français, américains, biélorusses, etc. Outre les travaux cités de Patricia Kennedy Grimsted, on trouve des informations sur les livres et bibliothèques françaises privées à Minsk dans l’ouvrage de Vladimir Makarova Makarov, V.V. Avtografy i sud’by / V.V. Makarov [Les dédicaces et les destins], Minsk, MGLU, 2016. Sur les archives, voir Sophie Cœuré, La mémoire spoliée. Les archives des Français, butin de guerre nazi puis soviétique, de 1940 à nos jours, Paris, Payot, 2007. Martine Poulain dans Livres pillés, lectures surveillées. Les bibliothèques françaises sous l'Occupation, Paris, Gallimard, 2008, analyse les spoliations de bibliothèques par les nazis en France et les tentatives de restitution à la Libération ; sa base de données présentée sur le site du Mémorial de la Shoah répertorie 2 247 personnes et 400 institutions spoliées : <http://www.memorialdelashoah.org/upload/minisites/bibliotheques_spoliees/index.php>.

4 Anatole Stebouraka, « Livres et archives des Reinach spoliés sous l’Occupation et retrouvés à Minsk, Bélarus », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2016, p. 1089-1115.

5 La bibliothèque a été créée en 1875 à Paris par Ivan Tourgueniev et un groupe de Russes résidant en France ; elle fut un lieu de refuge pour tous les exilés russes aux XIXe et XXe siècles : < http://tourguenev.fr/francais/ >.

6 Patricia Kennedy Grimsted, « Livres et archives pillés en France par l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR). La bibliothèque Tourgueniev et les fonds français déplacés à Minsk », Bulletin des bibliothèques de France, 2016, nº 10.

7 Un reportage a été posté sur le site de la BNB : < http://www.nlb.by/portal/page/portal/index/detailed_news?param0=147792&lang=ru&rubricId=424 >.

8 Svetlana Pachomenkova, Anatole Stebouraka [sous la direction de Vladimir Makarov], Les autographes français dans les fonds de la Bibliothèque nationale de Biélorussie, Minsk, 2011 (СD). [En ligne] < https://www.errproject.org/looted_libraries_fr_belarus.php >.

9 Voir cette liste dans Sophie Cœuré, La mémoire spoliée, op. cit.

10 Voir encadré ci-après.

11 Joseph de Quentin, Sept ans d'absence, 1807-1814, 1834 (BNB 091/135).

12 TsDAVO, archives centrales de l'État des organes suprêmes du pouvoir et de l'administration de l'Ukraine 3674/1/1, fos 140-188.

13 Livre d'or de la Légion étrangère. 1831-1931, Paris, 1931.

14 Dans le cadre du programme Atlas de soutien à la mobilité proposé par la Fondation Maison des sciences de l'homme. Mon travail s’est effectué sous la direction de Sophie Cœuré, dans le cadre du laboratoire Identités, Cultures, Territoires, Université Paris Diderot. Je l’en remercie vivement.

15 Anatole Stebouraka, « Les fonds français de Minsk. Les archives confisquées par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale et conservées en Biélorussie », Bulletin des bibliothèques de France, 2016, nº 10, p. 87.

16 Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées, op. cit., p. 422.

17 Archives diplomatiques, 209 SUP 863, numéro OBIP 33 674.

18 Martine Poulain, Livres pillés, lectures surveillées, op. cit., p. 441.

19 Archives du ministère des Affaires étrangères, 209 SUP, Commission de récupération artistique, dossier Maurice Monda, OBIP 33 674.

20 Paris, G. Andrieux, 1936.

21 Dédicace (29 janvier 1939) du livre de l’abbé Victor Leroquais, Le bréviaire-missel du prieuré clunisien de Lewes. Collection Georges Moreau, Paris, Georges Andrieux, 1935.

22 Et par exemple Jean Ajalbert, Simon Pierre Arbellot de Vacqueur, dit Simon Arbellot, Alexandre Arsène, Pierre-Jean de Béranger, Henri Béraud, François Bernouard, Eugène Brieux, Henri Broca, Frédéric-Auguste Cazals, Antoine Chollier, Noël Clément-Janin, Fernand Clerget, Jean-Gabriel Daragnès, Léon Daudet, Lucien Descaves, Jacques Feschotte, William M. Fullerton, Pierre-Barthélemy Gheusi, Pierre Gobion, André Guibert-Lassalle, Abel Hermant, Gustave Kahn, Frédéric Lefèvre, Gilbert Lely, Victor Leroquais, Maurice Levaillant, Auguste Luchet, Eugène Marsan, Jane Marter, Louis Léon-Martin, Yves Mirande, Adrien Mithouard, Pierre Mornand, Fernand Mysor, Gérard de Nerval, Gabriel Reuillard, Arthur Rimbaud, Albert Samain, Yane Sevac, Louis Thinet, Charles Vignier, Ambroise Vollard, André Warnod.

23 Par exemple : Paul Verlaine, Œuvres oubliées, recueillies par Maurice Monda, 1926, nº 1. Cet exemplaire a été imprimé spécialement pour M. Maurice Monda.

24 Gustave Bonnet, Paul Verlaine et ses contemporains par un témoin impartial. Biographie de Verlaine, Paris, Bibliothèque de l'Association, 1897.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. L'envoi. « À Monseigneur le Duc de Guise hommage infiniment respectueux de son très humble et très obéissant serviteur et quand la grâce de Dieu le permettra, fidèle sujet Auguste Cavalier Bruxelles le 7 juin 1929 »
Crédits Source : Bibliothèque nationale du Bélarus.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Illustration 2. La couverture du livre. « Les rouges “chrétiens” ? / Auguste Cavalier. – Paris, Éditions Bossard, [1929]. – 250 p. »
Crédits Source : Bibliothèque nationale du Bélarus.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7892/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Illustration 3. L'envoi. « À Monseigneur le Duc de Guise, en hommage de profond et très respectueux dévouement, et en souvenir de mon Père, le Comte Conrad de Maleissye, qui fut un fidèle serviteur de Monseigneur le Comte de Chambord, de Monseigneur le Comte de Paris et de Monseigneur le Duc d'Orléans, et qui consacra le dernier tiers de sa vie à l'étude de Jehanne d'Arc et de son caractère. Maleissye-Me […] »
Crédits Source : Bibliothèque nationale du Bélarus.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7892/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Illustration 4. La couverture du livre. « Les lettres de Jehanne d'Arc et la prétendue abjuration de Saint-Ouen : histoire des sept derniers jours de la vie de la Bienheureuse / par le comte C. de Maleissye. – Paris, Maison de la bonne presse, [1912]. – 138 p. »
Crédits Source : Bibliothèque nationale du Bélarus.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7892/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Illustration 5. L'envoi. « À Monseigneur le Duc de Guise, […] de la France […], avec la respectueuse expression d'un inaltérable dévouement Paul Courcoural »
Crédits Source : Bibliothèque nationale du Bélarus.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7892/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Illustration 6. La couverture du livre. « Le “danger” de l'Action Française : en réponse à monsieur Maritain / Paul Courcoural. – Paris, Éditions Rupella, 1928. – 269 p. »
Crédits Source : Bibliothèque nationale du Bélarus.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7892/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Illustration 7. L’ex-libris de Maurice Monda. Alphonse Daudet / Léon A. Daudet. – Paris, Eugène Fasquelle, 1898. – 302 p.
Crédits Source : Bibliothèque nationale du Bélarus.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7892/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

Auteur

Responsable du département de bibliologie, Bibliothèque nationale de Biélorussie, Minsk

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search