Version classiqueVersion mobile

Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

 | 
Martine Poulain

Partie 2. Bibliothèques spoliées : restituées, perdues, retrouvées, cachées ?

Chapitre 4. La bibliothèque d’art d’August Liebmann Mayer. Munich – Paris – Munich

Maria Tischner

Texte intégral

  • 1 Jusepe (José) de Ribera, dit Lo Spagnoletto, était un peintre espagnol qui a passé presque toute sa (...)
  • 2 Marczell (ou Marcell) Nemes, né Moses Klein (1866-1930), était un financier, collectionneur et marc (...)
  • 3 Domínikos Theotokópoulos, dit Le Greco (1541-1614), était un peintre, sculpteur et architecte, cons (...)

1Dans la première moitié du XXe siècle, l’historien de l’art juif August Liebmann Mayer était reconnu comme l’expert incontestable de l’art espagnol. Né en 1885 à Griesheim près de Darmstadt, il avait étudié l’histoire de l’art à Berlin où il avait eu Heinrich Wölfflin comme professeur. En 1907, il publia sa thèse sur Jusepe de Ribera (1591-1652)1. Deux ans plus tard, il commença à travailler bénévolement pour l’Alte Pinakothek (ancienne pinacothèque) de Munich. C’est lui qui publia le catalogue de l’exposition de la collection « Marczell von Nemes »2, qui fit grand bruit à Munich au cours de l’été et de l’automne 1911. La même année, il publia la première monographie allemande sur Le Greco3 ainsi qu’un livre sur l’école de peinture de Séville. Ainsi débutèrent des activités qui occupèrent toute sa vie, durant laquelle il publia plus de trois cents articles et monographies.

Ce qu’il advint de l’historien de l’art juif

2En 1914, il fut nommé conservateur à l’Alte Pinakothek, termina sa thèse et commença à enseigner à l’université de Munich. En 1920, il devint professeur associé surnuméraire, fut promu conservateur en chef de l’Alte Pinakothek et épousa Aloisia Däuschinger (1891-1941). Dix ans plus tard, en 1930, naquit leur fille Angelika Bertha Mayer. Pendant cette période, Mayer fut très actif non seulement dans ses deux fonctions, mais aussi parce qu’il était un expert très recherché par les collectionneurs, les érudits et les marchands d’art. Il faisait partie d’un important réseau professionnel en France, en Espagne, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Ayant également beaucoup de relations à Munich, il était intégré dans l’élite bavaroise et les cercles intellectuels de la ville.

  • 4 Meike Hopp, « Sens unique – sens pratique », in Die Expertise in der Krise. 1930, colloque internat (...)

3Les années 1930 et 1931 représentent toutefois une rupture soudaine. Au cours d’une exposition à l’Alte Pinakothek, des historiens de l’art accusèrent Mayer d’avoir délibérément menti en attribuant certains des tableaux à des artistes plus connus afin de faire monter leurs prix de vente – Mayer touchait une commission sur une partie du prix des œuvres. Depuis la fin des années 1920, les experts commençaient à être considérés avec une certaine méfiance4. Mayer devint ainsi la cible d’un mécontentement qui couvait depuis un certain temps. Il rejeta fermement les accusations portées contre lui, mais fut soumis à une pression croissante. Afin d’éviter que la polémique ne dégénère et ne se répande trop dans l’espace public, il décida de démissionner des postes qu’il occupait à l’Alte Pinakothek et à l’université. Malheureusement, ses adversaires interprétèrent cette démission comme un aveu de culpabilité. En se focalisant sur les liens étroits unissant experts, musées et marché de l’art, l’attaque contre lui semble avoir contribué à cristalliser une campagne de diffamation antisémite : dès le mois de mars 1931, le journal nazi Völkischer Beobachter [L’Observateur populaire] accusa Mayer d’avoir dissimulé ses origines juives au public.

  • 5 Christian Fuhrmeister, Susanne Kienlechner, “August Liebmann Mayer (1885-1944): Success, Failure, E (...)

4De là aux exactions national-socialistes, il n’y eut qu’un pas, qui fut franchi en 1933 : Mayer fut alors accusé d’avoir fraudé le fisc entre 1925 et 1932 et 115 000 reichsmarks lui furent réclamés. N’étant pas en mesure d’honorer une telle somme, il se vit confisquer sa résidence secondaire de Tutzing, au sud de Munich. Il fut arrêté et son appartement fut perquisitionné par la police. Alors qu’il était en garde à vue, soumis à des interrogatoires incessants et sans doute torturé, il tenta de se suicider5. Une fois libéré, il eut encore la naïveté d’espérer que sa renommée internationale lui permettrait de travailler comme historien de l’art indépendant, mais son passeport lui fut confisqué. Pour le récupérer, il lui fallut payer un montant élevé de 2 600 reichsmarks qu’il emprunta à Joseph Duveen (1869-1939), célèbre marchand d’art installé à Londres. Sans son réseau international, il n’aurait jamais pu fuir l’Allemagne nazie un an plus tard.

5Pendant ce temps, l’étranglement économique de Mayer se poursuivait. Afin de solder ses dettes résultant de l’accusation mensongère d’évasion fiscale, on vendit sa maison de Tutzing. Mais la somme de 36 000 reichsmarks qu’on en tira était loin de suffire. D’autres biens lui appartenant furent donc saisis. La collection d’art que Mayer avait patiemment constituée fut démantelée et certaines œuvres vendues aux enchères. Il y a de fortes raisons de supposer que Mayer était ce « collectionneur munichois » mentionné par un catalogue de vente pour désigner le propriétaire des œuvres, ce qui a pu être confirmé par des notes trouvées sur une copie du catalogue (ill. 1).

Illustration 1. Catalogue de vente aux enchères annoté, galerie Hugo Helbing, 24 et 25 novembre 1933, « Provenant du patrimoine d’un collectionneur munichois », avec ajout manuscrit « A. L. Mayer », p. 5

Illustration 1. Catalogue de vente aux enchères annoté, galerie Hugo Helbing, 24 et 25 novembre 1933, « Provenant du patrimoine d’un collectionneur munichois », avec ajout manuscrit « A. L. Mayer », p. 5

Source : Avec l’aimable autorisation de la bibliothèque du Kunsthaus Zürich.

6C’est dans ces circonstances tumultueuses que sa bibliothèque fut démantelée. Elle fut saisie pour compléter la somme encore requise pour rembourser les dettes. La bibliothèque de Mayer était considérée comme l’une des plus importantes collections d’ouvrages dédiés à l’art espagnol en dehors de l’Espagne, et par ailleurs sa curiosité et son expertise ne se limitaient pas à la péninsule Ibérique. Entre autres sujets, il publia des études portant sur plusieurs artistes italiens, sur des peintures flamandes, des portraits allemands, des œuvres d’art françaises. Il rédigea des catalogues pour des collections privées et des expositions consacrées aussi bien à des maîtres anciens qu’à de l’art contemporain. Grâce à son réseau dans le monde de l’art, il ne cessait d’échanger des publications avec des collègues spécialisés dans différents domaines. Nourrir son expertise et répondre aux questions qu’on lui posait sur toutes sortes de sujets nécessitait qu’il ait de nombreuses ressources bibliographiques spécialisées.

7À la fin de l’année 1935, il parvint à émigrer à Paris avec sa famille. Pour pouvoir travailler comme historien de l’art, il avait impérativement besoin de ses livres. De nouveau, il put mobiliser son réseau international et c’est ainsi que sa bibliothèque fut envoyée à Paris. À partir de 1937, il vécut avec sa famille dans un grand appartement situé rue du Mont Thabor et put exercer son métier jusqu’en 1940, gagnant quelques revenus grâce à ses articles pour des magazines et ses estimations d’œuvres d’art.

  • 6 Christian Fuhrmeister, Susanne Kienlechner, ,,Tatort Nizza, Kunstgeschichte zwischen Kunsthandel, K (...)

8L’exil ne suffit pourtant pas à le mettre à l’abri des spoliations nazies. De plus, il fut interné pendant plusieurs mois à deux reprises en moins d’un an, cette fois par les autorités françaises. Il décida donc de se rendre en zone non occupée et s’installa à Nice en 1941. À partir de là, les choses empirèrent. Cette même année, son épouse décéda d’un cancer juste avant de le rejoindre à Nice. Mayer réussit cependant à faire venir sa fille en visite. Il tenta d’échapper à ses persécuteurs en déménageant plusieurs fois, mais fut arrêté par la Gestapo à Monte-Carlo, en février 1944. Il fut ensuite transféré au camp de transit de Drancy, puis déporté à Auschwitz. Il fut assassiné autour du 12 mars 1944. Sa fille, Angélique, qui n’avait alors que 14 ans, se retrouva orpheline apatride6.

9En 1963, après des années de tractations avec les autorités allemandes, Angelika Mayer reçut une petite compensation pour les pertes qu’elle avait subies. Mais ce n’est qu’en 2010 que les collections de peinture de l’État de Bavière lui restituèrent quatre des tableaux confisqués à son père. En outre, la Commission [française] pour l'indemnisation des victimes de spoliations (CIVS)* lui versa 165 000 euros au titre des biens spoliés dans l’appartement parisien de ses parents – meubles, œuvres d’art et bibliothèque.

Ce qu’il advint de la bibliothèque Mayer

  • 7 Voir la note de dossier du Dr Tomforde, Bundesarchiv Koblenz, B 323/278, Sonderstab Bildende Kunst (...)
  • 8 Beilhack Report, NARA M1946, Ardelia Hall Collection: Munich Administrative Records, 3725253, Repor (...)

10Mais qu’advint-il au juste de la bibliothèque de son père ? En 1942, alors que Mayer était déjà parti dans le sud de la France, deux organisations nazies différentes se disputaient ses biens. Si la seconde ne peut pas être clairement identifiée, la première confiscation fut menée par une femme travaillant pour l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR), le Dr Annemarie von Tomforde (1916-1999). Tous les livres de la très importante bibliothèque, qui avaient pu être évacués en France, occupant encore, selon les témoins, l’intégralité d’une pièce de 9 mètres sur 12, furent emportés. On suppose que ces livres, entassés dans 39 caisses, furent transportés à Berlin avec les prises destinées à Hermann Göring (1893-1946)7. Mais devant la menace des raids aériens, ils furent ensuite transportés au château de Schloss Kogl en Autriche, réquisitionné par l’ERR pour l’évacuation des œuvres d’art et bibliothèques spoliées. Les livres y demeurèrent jusqu’à ce que des soldats américains les trouvent et les apportent au Central Collecting Point (CCP) de Munich*. Dans le cadre d’une mission de la bibliothèque du Congrès de Washington, le bibliothécaire allemand Hans Beilhack (1897-1970) examina toutes les caisses en provenance de Schloss Kogl et attribua une grande partie de leur contenu à « l’expert d’art juif, Prof. August L. Mayer »8. On ne peut savoir exactement combien de livres contenaient ces caisses. D’après le rapport Beilhack, ils devaient être environ 2 000, peut-être plus. Les ouvrages portant des indications claires sur leur provenance furent séparés de ceux dont les propriétaires antérieurs ne purent être identifiés. On les envoya à l’Offenbach Archival Depot (OAD)*, le point de collecte des œuvres d’art et bibliothèques en zone américaine, d’où leur trace se perdit. Mais les autres livres d’art – ceux dont les réels propriétaires étaient inconnus – furent transférés à l’Institut central d’histoire de l’art (Zentralinstitut für Kunstgeschichte, ZI) de Munich, une institution qui venait de voir le jour, installée dans le même bâtiment.

Les recherches et la première restitution

11Après plusieurs années de recherche dirigées par Christian Fuhrmeister et Susanne Kienlechner, l’institut a déposé une demande de financement pour mener des travaux sur les vestiges de la bibliothèque Mayer. D’après les Principes de Washington*, il est obligé, en tant qu’institution publique, de rechercher les ressources culturelles pillées que contiennent ses collections. Le but était d’y chercher des livres ayant appartenu à Mayer dans la bibliothèque, puis de les restituer à sa fille.

  • 9 Thomas Lersch, ,,Die Bibliothek. Geschichte, Sammelautrag, Funktion”, in Iris Lauterbach (dir.), Da (...)

12La tâche consistait donc à trouver, dans une bibliothèque d’environ 570 000 livres, des ouvrages contenant toute marque indiquant qu’ils avaient appartenu à Mayer, et ce en seulement cinq mois. Cette recherche était d’autant plus difficile que les vieux inventaires ne disent rien sur l’origine des livres. Le registre de l’institut, qu’on appelle « Altbestand » et qui recense tous les livres revenus du Central Collecting Point, ne contient aucune information d’aucune sorte – mis à part qu’ils en viennent. De plus, le premier bibliothécaire de cette institution, Otto Lehmann-Brockhaus (1909-1999), ne se sentait manifestement pas tenu de vérifier leur origine. En 1948, il écrivit au directeur Ludwig Heinrich Heydenreich (1903-1978) : « L’élimination des vieilles estampilles est terminée depuis un moment. »9 Heureusement, nous avons pu limiter le nombre de livres à examiner pour nos recherches, car seuls étaient pertinents les volumes publiés avant 1945, soit 52 000 livres. À partir des expériences d’autres bibliothèques, on pouvait compter une minute d’examen par livre (ce qui aurait permis de confier le travail à deux employés à temps partiel) ; mais cela ne fonctionnait que pour les bibliothèques dont le classement était organisé selon un principe de numerus currens, soit par ordre d’entrée. Or, la bibliothèque du Zentralinstitut est ouverte au public et les livres y sont donc rangés par domaine. Cela représentait un obstacle pour notre recherche, car les ouvrages de l’« Altbestand » n’étaient pas entreposés les uns à côté des autres, mais répartis en fonction des thèmes.

13Comme tous les livres renvoyant distinctement à Mayer ou à d’autres propriétaires avaient déjà été classés, il était clair dès le départ qu’on ne devait pas s’attendre à retrouver un grand nombre de livres. La priorité a d’abord été donnée aux sections liées aux intérêts de Mayer : l’art et les artistes espagnols, les catalogues d’expositions et de collections français, allemands, hollandais, etc. Puis nous avons examiné des sections liées à des sujets auxquels Mayer n’était pas étroitement associé. Étant donné notre recherche assez précise, nous avons pu cibler notre travail avec efficacité. Des « trouvailles collatérales » ont néanmoins été répertoriées : ces livres dont la provenance doit être vérifiée sont ceux qui contiennent des ex-libris, des notes manuscrites, des marques et des estampilles laissés par le propriétaire.

14À la fin du projet, nous avions examiné environ 21 000 livres et en avions trouvé 27 ayant appartenu à Mayer. Deux d’entre eux comportaient une signature manuscrite et cinq ouvrages lui étaient personnellement dédicacés. Un exemple très particulier est celui d’une inscription à la main, probablement mise sous cache du temps de Lehmann-Brockhaus. On perçoit l’écriture à travers le papier foncé la censurant (ill. 2).

Illustration 2. Dédicace manuscrite recouverte d’un papier fonçé à August Liebmann Mayer, dans Alexandru Busuioceanu, Pietro Cavallini e la pittura romana del Duecento e del Trecento, Rome, Libreria di scienze e lettere, 1925

Illustration 2. Dédicace manuscrite recouverte d’un papier fonçé à August Liebmann Mayer, dans Alexandru Busuioceanu, Pietro Cavallini e la pittura romana del Duecento e del Trecento, Rome, Libreria di scienze e lettere, 1925

Source : Maria Tischner.

15C’est une dédicace : « À Maître A. L. Mayer, Avec l’expression de la haute estime de l’auteur [Al. Busuioceanu] ». Malheureusement, ce genre d’indications est rare. Dans la plupart des cas, on avait plutôt une combinaison d’indices : les sujets des livres correspondaient aux intérêts de Mayer et contenaient dans les marges des notes rédigées dans son écriture. Un autre exemple évident est le cas d’une publication française sur la sculpture espagnole, parue en 1938 et contenant des notes en allemand qui semblent avoir été écrites de la main de Mayer. Il ne fait aucun doute que ce livre lui appartenait – il avait déjà vécu à Paris à cette époque. Nous avons trouvé un dernier indice qui confirmait cette attribution : un commentaire noté en minuscules – « mein Aufsatz […] für Wölfflin », ce qui signifie « mon essai […] pour Wölfflin » (ill. 3).

Illustration 3. Note manuscrite d’August Liebmann Mayer, sur le livre de Georges Gaillard, Les débuts de la sculpture romane espagnole, Paris, Paul Hartmann, 1938

Illustration 3. Note manuscrite d’August Liebmann Mayer, sur le livre de Georges Gaillard, Les débuts de la sculpture romane espagnole, Paris, Paul Hartmann, 1938

Source : Maria Tischner.

  • 10 August Liebmann Mayer, ,,Das romanische Kapitell in Spanien. Ein systematischer Versuch”, in Festsc (...)

16En effet, Mayer avait publié un essai commémoratif pour Heinrich Wölfflin, qui portait sur « Les richesses de l’art roman en Espagne »10. Ce cas était clairement exceptionnel et nous n’avons pas souvent trouvé de tels faisceaux d’indices. Il est très rare de pouvoir retracer la provenance d’un livre en partant des notes manuscrites qu’il contient, car ces recherches nécessitent beaucoup de temps et sont souvent improductives. Mais dans ce projet consacré à une seule personne, c’était la seule solution.

Une première restitution

  • 11 Kolloquium Provenienz- und Sammlungsforschung, Zentralinstitut für Kunstgeschichte München, 30 nove (...)

17Le 30 novembre 2016 s’est tenu un colloque sur les recherches de provenance et de collections11 et une restitution collaborative a été menée conjointement avec la bibliothèque de l’État bavarois qui avait également trouvé trois livres ayant appartenu à Mayer dans ses collections et qui les a rendus à leur propriétaire légitime. Le Zentralinstitut a, lui, restitué les 27 livres au représentant légal d’Angelika Mayer maintenant âgée de près de 90 ans, qui vit à Los Angeles. Son avocat a lu sa courte déclaration par laquelle elle souhaitait que les livres restent à la bibliothèque du Zentralinstitut afin d’être constamment accessibles aux chercheurs. Pour que la provenance des livres ne soit plus jamais ignorée, un ex-dono a été ajouté à chaque ouvrage. Il raconte le destin d’August Liebmann Mayer dans une version abrégée. Ces informations se trouvent aussi dans le catalogue numérique en ligne, qui comporte un champ supplémentaire dans le masque de saisie attirant l’attention sur la provenance du livre (ill. 4).

Illustration 4. Ex-dono sur un des livres d’August Liebmann Meyer, bibliothèque du Zentralinstitut

Illustration 4. Ex-dono sur un des livres d’August Liebmann Meyer, bibliothèque du Zentralinstitut

Source : Maria Tischner.

  • 12 Historien de l’art, Hans Posse fut chargé par Hitler de préparer la collection d’œuvres d’art (bien (...)

18Les recherches de provenance à la bibliothèque du Zentralinstitut n’en sont qu’à leur tout début. Dans l’idéal, un chercheur à titre permanent devrait procéder à une vérification systématique de la collection existante qui comprend beaucoup de bibliothèques d’art nazies (Adolf Hitler, Hermann Göring, Hans Posse [1879-1942]12), ainsi qu’à l’examen des nouvelles acquisitions de livres anciens. Si l’on fait le bilan d’un projet mené à temps partiel en moins de six mois, on peut se féliciter d’avoir accompli une tâche importante et considérer qu’en dépit des circonstances difficiles, on a atteint la plupart des objectifs. Le Zentralinstitut für Kunstgeschichte a notamment pu restituer à la fille de Mayer des objets culturels qui étaient illégalement détenus par une institution allemande. Cependant, les recherches sont restées à la surface des fonds et le temps a manqué pour dépasser le cadre étroit du projet. Par exemple, nous n’avons pas pu retracer la trajectoire des livres qui furent envoyés à Offenbach. Le bilan ne peut donc qu’être mitigé, car les recherches effectuées nous renseignent essentiellement sur l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir.

Notes

1 Jusepe (José) de Ribera, dit Lo Spagnoletto, était un peintre espagnol qui a passé presque toute sa vie en Italie.

2 Marczell (ou Marcell) Nemes, né Moses Klein (1866-1930), était un financier, collectionneur et marchand d’art hongrois.

3 Domínikos Theotokópoulos, dit Le Greco (1541-1614), était un peintre, sculpteur et architecte, considéré comme le fondateur de l’École espagnole du XVIe siècle.

4 Meike Hopp, « Sens unique – sens pratique », in Die Expertise in der Krise. 1930, colloque international Expertise : Das Kunsturteil zwischen Geschichte, Technologie, Recht und Markt, Zurich, SIK-ISEA, 16-17 mai 2013.

5 Christian Fuhrmeister, Susanne Kienlechner, “August Liebmann Mayer (1885-1944): Success, Failure, Emigration, Deportation and Murder”, in Ines Rotermund-Reynard (dir.), Echoes of Exile. Moscow Archives and the Arts in Paris 1933-1945, Berlin, De Gruyter, 2015, p. 147.

6 Christian Fuhrmeister, Susanne Kienlechner, ,,Tatort Nizza, Kunstgeschichte zwischen Kunsthandel, Kunstraub und Verfolgung. Zur Vita von August Liebmann Mayer, mit einem Exkurs zu Bernhard Degenhart und Bemerkungen zu Erhard Göpel und Bruno Lohse”, in Ruth Heftrig, Olaf Peters et Barbara Schellewald (dir.), Kunstgeschichte im ,,Dritten Reich”. Theorien, Methoden, Praktiken, Berlin, Akademie Verlag, 2008, p. 405-429 et 416-421. Pour plus d’informations sur la biographie d’August Liebmann Mayer, voir Teresa Posada Kubissa, August L. Mayer y la pintura española. Ribera, Goya, El Greco, Velázquez, Madrid, Centro de Estudios Europa Hispánica, 2010.

7 Voir la note de dossier du Dr Tomforde, Bundesarchiv Koblenz, B 323/278, Sonderstab Bildende Kunst [des ERR], Arbeitsgruppe Louvre, sept. 14, 1942, Aktennotiz : « Concernant A. L. Mayer, Paris, 9, rue Mont Thabor, bibliothèque d'art. Les 9 et 10 mai 1942, la totalité de la bibliothèque d'art du professeur d'histoire de l'art A. L. Mayer a été déménagée par le camarade Fleischer et moi-même et placée dans nos bureaux du 54 de l'avenue d'Iena, exposée, emballée quelques jours plus tard et transportée à Berlin au titre de la collection Göring. Ce n'est que le 5 juin 1942 que les services du bureau de l’Ouest ont sécurisé le reste des ouvrages de cette bibliothèque. [Signé :] Dr Tomforde 14. 9. 1942. »

8 Beilhack Report, NARA M1946, Ardelia Hall Collection: Munich Administrative Records, 3725253, Report on the Library of art books recovered from Schloss Kogl, p. 2.

9 Thomas Lersch, ,,Die Bibliothek. Geschichte, Sammelautrag, Funktion”, in Iris Lauterbach (dir.), Das Zentralinstitut für Kunstgeschichte, Munich, Zentralinstitut für Kunstgeschichte, 1997, p. 39-50, ici p. 39.

10 August Liebmann Mayer, ,,Das romanische Kapitell in Spanien. Ein systematischer Versuch”, in Festschrift Heinrich Wölfflin. Beiträge zur Kunst- und Geistesgeschichte. Zum 21. Juni 1924 überreicht von Freunden und Schülern, Munich, Hugo Schmidt, 1924, p. 83-106.

11 Kolloquium Provenienz- und Sammlungsforschung, Zentralinstitut für Kunstgeschichte München, 30 novembre 2016. [En ligne] < https://www.zikg.eu/veranstaltungen/2016/kolloquium-provenienzforschung-viii >.

12 Historien de l’art, Hans Posse fut chargé par Hitler de préparer la collection d’œuvres d’art (bien souvent spoliées dans l’Europe entière) que ce dernier voulait réunir dans son futur Führer Museum de Linz.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Catalogue de vente aux enchères annoté, galerie Hugo Helbing, 24 et 25 novembre 1933, « Provenant du patrimoine d’un collectionneur munichois », avec ajout manuscrit « A. L. Mayer », p. 5
Crédits Source : Avec l’aimable autorisation de la bibliothèque du Kunsthaus Zürich.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Illustration 2. Dédicace manuscrite recouverte d’un papier fonçé à August Liebmann Mayer, dans Alexandru Busuioceanu, Pietro Cavallini e la pittura romana del Duecento e del Trecento, Rome, Libreria di scienze e lettere, 1925
Crédits Source : Maria Tischner.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7883/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Illustration 3. Note manuscrite d’August Liebmann Mayer, sur le livre de Georges Gaillard, Les débuts de la sculpture romane espagnole, Paris, Paul Hartmann, 1938
Crédits Source : Maria Tischner.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7883/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Illustration 4. Ex-dono sur un des livres d’August Liebmann Meyer, bibliothèque du Zentralinstitut
Crédits Source : Maria Tischner.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7883/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 145k

Auteur

Assistante de recherche, Zentralinstitut für Kunstgeschichte, Munich

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search