Version classiqueVersion mobile

Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

 | 
Martine Poulain

Partie 2. Bibliothèques spoliées : restituées, perdues, retrouvées, cachées ?

Chapitre 3. Une bibliothèque alsacienne disparue en Allemagne
Une quête en cours

Nathalie Neumann

Texte intégral

À la mémoire de Jean-Daniel Pariset et de son grand-oncle Charles Schmidt

  • 1 La Médiathèque de l’architecture et du patrimoine conserve les archives de l'administration des Mon (...)
  • 2 La série AJ 40 des Archives nationales comprend des archives allemandes de la Seconde Guerre mondia (...)

1En 2009, j’ai rencontré Jean-Daniel Pariset (1948-2016), alors directeur de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine1. Germaniste, historien et chartiste, il fut aussi un intellectuel brillant et exigeant, qui a entre autres classé aux Archives nationales les dossiers AJ 402. Mais ce n’est qu’en 2014, lors du vernissage de l’exposition des photos de la Grande Guerre au Musée de la photo à Berlin, qu’il me fit part d’un épisode douloureux dans l’histoire de sa famille : la bibliothèque de ses ancêtres spoliée en Alsace et disparue en Allemagne en 1940. Fortement touchée par son amertume et étonnée des spécificités de la spoliation, son histoire personnelle m’interpella. C’est ainsi que se dessina progressivement le projet de faire des recherches sur la bibliothèque disparue de la famille de Jean-Daniel Pariset (ill. 1).

Illustration 1. Le grand-père, Charles Schmidt. Une partie de sa bibliothèque, visible au fond, sera également spoliée en 1940

Illustration 1. Le grand-père, Charles Schmidt. Une partie de sa bibliothèque, visible au fond, sera également spoliée en 1940

Source : Archives familiales.

  • 3 En 1914, l’Allemagne met en place le Kunstschutz, service de « protection » des œuvres d’art au sei (...)
  • 4 L’Office des biens et intérêts privés (OBIP), placé sous la tutelle du ministère des Affaires étran (...)

2La bibliothèque familiale, riche des livres de trois générations d’érudits, dont ceux de son aïeul le théologien Charles Schmidt (1812-1895), de son grand-oncle, le conservateur des bibliothèques et des archives Charles Schmidt (1872-1956), mais aussi des livres de son père, l’historien de l’art François-Georges Pariset (1904-1980) a été spoliée pendant l’occupation de l’Alsace. Jean-Daniel étant malheureusement décédé en janvier 2016, c’est avec sa veuve que nous avons trié les documents et précisé les éléments de la quête entamée il y a déjà deux générations. François-Georges Pariset avait en effet gardé toute sa correspondance de sa recherche de cette bibliothèque, depuis sa première demande adressée au Kunstschutz3* en 1942 jusqu’à celle du 12 mars 1966, date de la réponse du service des Biens et Intérêts privés du ministère des Affaires étrangères4.

Les circonstances de la spoliation

  • 5 Jean-Laurent Vonau, Le Gauleiter Wagner. Le bourreau de l’Alsace, Strasbourg, La Nuée bleue, 2011.
  • 6 Jean-Marc Dreyfus, « Une spoliation régionale : la confiscation du mobilier juif en Alsace annexée  (...)

3En 1939, la famille Pariset, descendant de la famille Schmidt, habitait au 3, rue de la Nuée bleue à Strasbourg, mais dut quitter la ville à la déclaration de la guerre, en septembre, pour la France centrale, notamment Paris. L’Alsace et sa capitale sont évacuées et la ville reste presque sans habitant jusqu’à l’arrivée de l’occupant. La gestion de la région est confiée au puissant Gauleiter [chef de région du parti national-socialiste] Robert Wagner (1895-1946), connu sous le surnom de « bourreau de l’Alsace », qui impose une législation visant à la germanisation des populations et ordonne la persécution sanglante des Juifs et « des ennemis du Reich »5. C'est lui qui ordonne également la spoliation des appartements et biens juifs, effectuée entre le 7 novembre 1940 et le 18 juin 1942. Comme le détaille Jean-Marc Dreyfus, les biens de 13 799 appartements alsaciens sont confisqués, 46 % appartenant à des familles juives6. Les objets saisis sont triés en vue de leur redistribution, les livres étant stockés au magasin Beau Marché de Strasbourg.

  • 7 Les articles 46 et 47 de la convention de La Haye de 1907 sur les lois et coutumes de la guerre pré (...)
  • 8 Une partie de la bibliothèque du professeur Karl Schmidt fut vendue par la famille à la Bibliothèqu (...)

4La famille Schmidt-Pariset, qui n’était ni juive, ni communiste, ni franc-maçonne mais protestante, survit à la guerre. Cependant à son retour en 1945, la veuve de Georges Pariset, sœur de Charles Schmidt, ne retrouve plus rien dans son appartement. L’occupant s’était affranchi de la règle du respect de la propriété privée prévue dans les articles 46 et 47 de la convention de La Haye7. Parmi les objets spoliés dans les appartements de la famille Schmidt-Pariset, se trouvait tout le nécessaire pour le quotidien, du linge, des meubles, mais aussi des peintures, les archives de la famille et une importante bibliothèque constituée par trois générations de théologien, archiviste et historien8. C’est François-Georges Pariset, historien de l’art, fondateur du pôle de recherche dans ce domaine à l’université de Bordeaux, qui a mené la bataille pendant vingt-cinq ans pour retrouver ses biens. Fils de l’historien Georges Pariset (1865-1927), neveu de Charles Schmidt, il hérite de ce dernier, entre autres d’un imposant bureau et d’une partie de la bibliothèque. Installé en 1941 avec sa mère à Paris, il enseigne, tout en rédigeant sa deuxième thèse, car la première, restée inachevée à Strasbourg, sera elle aussi spoliée. Son oncle Charles Schmidt vient de prendre sa retraite en 1941 et vit à Sceaux après une longue activité de recherches historiques concernant les archives et les bibliothèques :

  • 9 François-Georges Pariset, « Nécrologie de Charles Schmidt », Bulletin de la Société de l’histoire d (...)
  • 10 Charles Schmidt, Les plans secrets de la politique allemande en Alsace-Lorraine (1915-1918), [préfa (...)
  • 11 Marcel Baudot, « Nécrologie de Charles Schmidt », Bibliothèque de l’École des chartes, 1956, vol. 1 (...)

« Petit-fils d’un éminent professeur de la Faculté de théologie protestante de Strasbourg, le professeur Karl Schmidt, fils de pasteur, Charles Schmidt est né en 1872 à Saint-Dié et devient après des études à l’École des chartes d’où il sort archiviste-paléographe, un excellent historien entre autres des archives et aussi de l’Alsace. Après des postes d’archiviste à Auxerre et Orléans il est nommé en 1899 (à 27 ans) aux Archives nationales où il classe et publie Les sources de l’Histoire de France depuis 1789 aux Archives nationales9. Charles Schmidt retrouve l’Alsace pendant les vacances, mais aussi pour travailler à de nombreux articles concernant les bibliothèques municipales et les archives privées en Alsace. En raison de sa mobilisation pendant la Première Guerre mondiale, Schmidt passe de longs mois à Thann et Altkirch, au sud de l’Alsace, avant d’être nommé en 1919 directeur des Archives d’Alsace-Lorraine. […] Profondément attaché à l’Alsace, il est chargé, de 1918 à 1923, d’y réorganiser les archives et les bibliothèques, et il s’appliquait en 1922, suite à sa mission en Rhénanie, à dénoncer les Plans secrets de la politique allemande en Alsace-Lorraine (1915-1918)10, comme il s’efforça seize ans plus tard de réunir les documents officiels sur la crise de Munich. »11

  • 12 Jean-Daniel Pariset : « De quelques chartistes dissidents », in Jean-Michel Leniaud et Michel Pasto (...)
  • 13 Charles Schmidt, « Pour l'École des chartes. Lettre ouverte au président du conseil de perfectionne (...)

5On voit que cet historien et archiviste prend une position engagée par le choix de ses sujets, et son petit-neveu Jean-Daniel Pariset le qualifiera de « dissident parmi les chartistes »12. Proche des fondateurs de l’école des Annales Marc Bloch et Lucien Febvre, Charles Schmidt fut membre de nombreuses sociétés, de comités d’influence et fondateur de revues d’histoire, mais aussi précurseur de la modernisation des bibliothèques et des archives, posant les conditions préliminaires pour assurer l’accès de tous aux bibliothèques et autoriser l’excellence de la recherche en France. En 1929, dans une lettre ouverte au président du conseil de perfectionnement de l’École des chartes, il s’inquiète : « L'École des chartes semble menacée par une crise grave. Le recrutement féminin croissant, le nombre décroissant des candidats aux fonctions départementales, autant de sujets de préoccupation. Il faut rechercher les causes de cette crise prochaine pour en conjurer, à l'avance, les effets. »13

6Le conservateur Charles Schmidt avait confié une partie de ses livres, de ses papiers de recherche et des archives de la famille à son gendre l’historien Georges Pariset, dont avait hérité François-Georges Pariset. Parmi ses livres se trouvaient également quelques œuvres de Charles Schmidt le théologien (1812-1895), portant un ex-libris aux armes historiques de la ville de Strasbourg : la Vierge devant l’église protestante Saint-Thomas et dont une partie avait déjà été acquise en 1895 par la Bibliothèque nationale et universitaire à Strasbourg alors annexée à l’Allemagne.

7La spoliation des livres s’inscrit dans une politique particulière en Allemagne et dans les territoires occupés dont deux axes illustrent ce trafic énorme à travers toute l’Europe : organisation et administration d’un flux de milliers de livres de bibliothèques publiques et privées volés vers des bibliothèques spécialisées et nouvellement créées. Ces livres doivent souvent faire « peau neuve » : reliure nouvelle, effacement des tampons et ex-libris – perte de toute trace d’appartenance personnelle.

  • 14 Nikola Doll, “Die ‘Rhineland-Gang’. Ein Netzwerk kunsthistorischer Forschung im Kontext des Kunst- (...)

8En décembre 1941, François-Georges Pariset apprend la spoliation de sa maison et décide de protester auprès du Militärbefehlshaber in Frankeich. Il est reçu le 16 janvier 1942 à l’hôtel Majestic, siège de la Wehrmacht avenue Kléber, par le Dr Felix Kuetgens (1890-1976), membre du département 4 de l’Oberkriegsverwaltungsrat (OKVR), unité responsable de l’Éducation et de la Culture (ill. 2). Felix Kuetgens, né et mort à Aix-la-Chapelle (1890-1976), fut un historien de l’art allemand proche de la fameuse Rheinlandgang, un groupe d’historiens de l’art et marchands d’art de la Rhénanie étroitement lié à la spoliation de biens culturels dans les pays occupés, notamment les Pays-Bas et la France14. Pendant l’occupation de la France, il fut chargé du bureau de « protection » des œuvres d’art, le Kunstschutz, qui désignait dans la réalité une équipe de fonctionnaires allemands chargés de la localisation des œuvres d’art (privées et publiques) qui furent spoliées par la suite. Après la guerre, Felix Kuetgens reprit son poste de directeur des musées d’Aix-la-Chapelle. Nous ignorons les détails de cette rencontre, mais la restitution de la bibliothèque ne se fit pas et François-Georges Pariset dut reprendre la bataille après la guerre. Il réussit enfin à mettre la main sur ses meubles, qui avaient été vendus en 1941. Un antiquaire de Strasbourg lui donna un récépissé de ces ventes, précisant le type de meuble, la date, et même le nom et l’adresse de l’acheteur. En 1945, il obtint la permission d’accéder aux archives et au dépôt de la sous-commission des livres de la Commission de récupération artistique (CRA) à Strasbourg dirigée par la conservatrice Édith Bernardin (1903-1994) et put identifier et retrouver une partie des documents et archives de la famille Charles Schmidt.

Illustration 2. Réponse du Kunstschutz. Dr Félix Kuetgens répond à la demande de restitution le 13 janvier 1942 et reçoit M. F.-G. Pariset au siège du Kunstschutz à l'hôtel Majestic à Paris

Illustration 2. Réponse du Kunstschutz. Dr Félix Kuetgens répond à la demande de restitution le 13 janvier 1942 et reçoit M. F.-G. Pariset au siège du Kunstschutz à l'hôtel Majestic à Paris

Source : Archives familiales.

  • 15 Jean-Pierre Kintz, Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, Strasbourg, Fédération des sociét (...)
  • 16 Confirmé par le rapport de G. Woytt du 7 février 1945, DepA Strasbourg, Archives de service VI, 4 e (...)

9Elisabeth Rott, une de leurs connaissances à Strasbourg, aida à remplir les formulaires et s’occupa du suivi des dossiers auprès des autorités françaises. Ethnologue, elle était la sœur et collaboratrice de Jean Rott (1911-1998), historien et archiviste strasbourgeois qui lui aussi n’a que peu quitté l’Alsace et ses archives, et fut entre 1937 et 1946 secrétaire du Centre de recherches historiques alsaciennes15. D’après le récit de la famille Pariset, Jean Rott aurait suivi les archives à Karlsruhe lors de leur spoliation. En cachette, il aurait récupéré quelques livres dont il savait qu’ils appartenaient à la famille Schmidt/Pariset et les aurait remis à leur propriétaire16. Par ailleurs, l’histoire des archives alsaciennes montre que Jean Rott, qui se nomme Hans-Georg Rott pour ses publications en allemand, était présent lors des allers-retours de certains fonds d’archives entre Strasbourg et Karlsruhe et même Périgueux et Paris pendant l’occupation allemande, en raison de son poste auprès de la Zivilverwaltung des Elsasses, section Erziehung, Unterricht und Volksbildung (administration civile alsacienne, section Éducation, enseignement et éducation) auprès du responsable des archives en Alsace, Karl Stenzel (1889-1947).

  • 17 Ludger Syré, « Die Zerstörung der Badischen Landesbibliothek im Zweiten Weltkrieg », BuB Heft, 9, 2 (...)

10Malgré un inventaire détaillé de ses 200 livres personnels les plus précieux, François-Georges Pariset ne retrouva ni leur totalité ni les peintures qu’il avait achetées pour sa thèse sur Georges de La Tour. Une très mince restitution d’objets et de livres de la famille Pariset/Schmidt fut effectuée. Seuls deux ouvrages, qui ne devaient sans doute pas présenter un grand intérêt pour les Allemands, furent restitués : un manuel d’élevage des abeilles et une histoire du communisme. Concernant l’intégration de livres spoliés à la bibliothèque du Land de Karlsruhe, on n’en sait pas plus, de nombreux cartons d’archives ayant brûlé lors des bombardements alliés du 2 septembre 194217.

  • 18 Konrad Krimm (dir.), NS Kulturpolitik und Gesellschaft am Oberrhein, Ostfildern, Thorbecke Jan Verl (...)
  • 19 Konrad Krimm, « Eine große, alte Dame der Landesgeschichte : die Zeitschrift für Geschichte des Obe (...)
  • 20 Generallandesarchiv Karlsruhe, archives privées de Karl Stenzel et Manfred Krebs : N Krebs_2 : Biog (...)

11Quand les Allemands ont recréé en 1941 leur Reichsuniversität, en lieu et place de l’université de Strasbourg, Jean Rott retourna dans cette ville, avec une partie des archives et livres saisis au début de l’occupation par les Allemands dans diverses institutions de Strasbourg et emportés à Karlsruhe18. Il semble avoir continué ses recherches et publications, de même que ses homologues allemands pendant toute l’annexion de l’Alsace. On peut ainsi s’interroger sur la nature, durant cette période de guerre, de la collaboration et des échanges scientifiques transnationaux entre chercheurs spécialisés sur l’histoire de l’Alsace : l’historien et archiviste Manfred Krebs (1892-1971), prisonnier de guerre en France jusqu’en 1920, membre dans ces mêmes années de l’Institut Alsace-Lorraine à Francfort-sur-le-Main, devint directeur des Archives générales du Land à Karlsruhe en 1954 et reçut la Croix fédérale du mérite Bundesverdienstkreuz19. Pendant l’occupation de l’Alsace, il fut bien à Strasbourg, ce dont témoignent son journal intime20 et sa correspondance, tout comme son collègue et prédécesseur au poste de directeur à Karlsruhe, Karl Stenzel, historien et archiviste allemand d’origine alsacienne, spécialiste de l’histoire de l’Alsace et de la Rhénanie.

  • 21 Jean Rott, Investigationes historicae : églises et société au XVIe siècle. Gesammelte Aufsätze zur (...)

12Tous les deux ont confié leurs archives privées et ont fait des donations de livres dans les années 1980 à l’institution dont ils furent responsables après la guerre, les archives générales de Karlsruhe. Karl Stenzel avait dû quitter son poste d’archiviste en Alsace en 1918, expulsé pour son attitude antifrançaise, et le céder à l’archiviste Charles Schmidt. C’est lui qui accueille Jean Rott en tant que « prisonnier de guerre » lors de la défaite allemande à l’hiver 1944-1945 à Karlsruhe. Jean (ou Hans) Rott connaissait bien la région et la ville : son oncle Hans Rott était directeur du musée régional (Landesmuseum) de Karlsruhe, avant son décès en 1942. Dès 1927, Jean Rott avait contacté Manfred Krebs en tant qu’expert lors de la préparation de sa thèse des Chartes sur l’histoire du chapitre cathédral aux XIVe et XVe siècles, soutenue en 193321. Leur relation était restée amicale jusqu’à la mort de Krebs en 1971.

  • 22 Lettre de Jean Rott à Manfred Krebs, 7 avril 1941, où Rott mentionne la masse de livres spoliés que (...)
  • 23 Konrad Krimm, „Karl Stenzel und die oberrheinische Staatsarchive“, Dt. Archivpolitik im Elsass 1940 (...)

13Comme en témoigne leur correspondance, ces trois hommes, Krebs, Stenzel et Rott furent responsables de la « réorganisation » des archives alsaciennes pendant l’Occupation22, entre protection, spoliations, restitutions et exploitation pour leur recherche. Leur attitude plurielle reste à détailler même si Konrad Krimm l’a fait pour Stenzel en reconnaissant ses mérites d’archiviste, mais en rappelant ses actions et son propos dans le contexte du national-socialisme. C’est dans une note de bas de page (12) que Krimm mentionne que les rapports détaillés sur les transports des archives alsaciennes pendant la guerre, source indispensable pour la reconstitution des états des archives avant 1939, furent perdus par Stenzel à la fin de la guerre. Concernant Jean Rott, Krimm cite le jugement de l’archiviste exilé Émile Herzog : « Il ne m’appartient pas de juger M. Rott. Mais qu’il me soit néanmoins permis de flétrir en même temps que son attitude, à Auch, indigne d’un archiviste français et d’un ancien élève de l’École des chartes, sa servilité à l’égard de ses chefs allemands, servilité d’ailleurs remarquée et critiquée par tous ceux qui l’ont approché. »23 Il me semble que la recherche de documents spoliés par une institution ne doit pas s’arrêter à l’analyse de l’histoire des institutions, mais aussi s’appliquer aux acteurs impliqués, à leurs intérêts et s’appuyer sur leurs archives personnelles.

14La famille Schmidt avait quitté l’Alsace annexée pour la France. Le temps n’a pas effacé l’amertume liée à la perte de leurs livres et objets personnels. Nous espérons que les efforts de deux grandes institutions telles que la bibliothèque du Land du Bade-Wurtemberg et les Archives générales de Karlsruhe permettront de nouvelles découvertes et compléteront la recherche complexe que nous avons entamée.

Notes

1 La Médiathèque de l’architecture et du patrimoine conserve les archives de l'administration des Monuments historiques depuis sa création en 1830 et le patrimoine photographique de l'État comprenant plus de 4 millions de tirages et 15 millions de négatifs.

2 La série AJ 40 des Archives nationales comprend des archives allemandes de la Seconde Guerre mondiale, saisies en Allemagne et rapportées en France. Au sein de cet ensemble se trouvent également les archives du bureau Enseignement et Culture du commandement militaire en France et celles de la section Propagande.

3 En 1914, l’Allemagne met en place le Kunstschutz, service de « protection » des œuvres d’art au sein de l’armée allemande dans les pays occupés. Ce dispositif est repris lors de la Seconde Guerre mondiale.

4 L’Office des biens et intérêts privés (OBIP), placé sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères, est créé en 1919 pour recueillir les déclarations de personnes physiques et morales dont les biens étaient tombés aux mains de l’ennemi. Réactivé lors du second conflit mondial, il est chargé de recueillir les déclarations de biens spoliés transférés par l’ennemi en dehors du territoire national. En 1955, il devient service des Biens et Intérêts privés.

5 Jean-Laurent Vonau, Le Gauleiter Wagner. Le bourreau de l’Alsace, Strasbourg, La Nuée bleue, 2011.

6 Jean-Marc Dreyfus, « Une spoliation régionale : la confiscation du mobilier juif en Alsace annexée », Les cahiers du judaïsme, 2009, nº 27, p. 100-118.

7 Les articles 46 et 47 de la convention de La Haye de 1907 sur les lois et coutumes de la guerre prévoient le respect de la propriété et l’interdiction du pillage lors de conflits.

8 Une partie de la bibliothèque du professeur Karl Schmidt fut vendue par la famille à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg en 1895, < http://www.bnu.fr/la-bnu/histoire >, département des Manuscrits.

9 François-Georges Pariset, « Nécrologie de Charles Schmidt », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français, avril-juin 1956, vol. 102, p. 114-119. Le livre Les sources de l’Histoire de France depuis 1789 aux Archives nationales est paru aux éditions Honoré Champion en 1907.

10 Charles Schmidt, Les plans secrets de la politique allemande en Alsace-Lorraine (1915-1918), [préface d’Émile Bourgeois], Paris, Payot, 1922.

11 Marcel Baudot, « Nécrologie de Charles Schmidt », Bibliothèque de l’École des chartes, 1956, vol. 114, p. 338-340.

12 Jean-Daniel Pariset : « De quelques chartistes dissidents », in Jean-Michel Leniaud et Michel Pastoureau (dir.), L'École des chartes et sa « Grande Guerre ». Servir la nation par la politique et l'histoire, Paris, Éditions des Cendres – Bibliothèque Mazarine – École nationale des Chartes, 2015.

13 Charles Schmidt, « Pour l'École des chartes. Lettre ouverte au président du conseil de perfectionnement », Bibliothèque de l’École des chartes, 1929, vol. 90, p. 436-438.

14 Nikola Doll, “Die ‘Rhineland-Gang’. Ein Netzwerk kunsthistorischer Forschung im Kontext des Kunst- und Kulturgutraubes in Westeuropa”, in Ulf Häder (dir), Museen im Zwielicht. Ankaufspolitik 1933-1945. Kolloquium vom 11. und 12. Dezember 2001 in Köln, Magdebourg, Koordinierungsstelle für Kulturgutverluste, 2002 (Veröffentlichungen der Koordinierungsstelle für Kulturgutverluste ; 2), p. 53-78.

15 Jean-Pierre Kintz, Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, Strasbourg, Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d'Alsace, 1982. Selon la notice de François-Joseph Fuchs et Christian Wolff, p. 3305-3330, Jean Rott publia en 1939 un répertoire détaillé des archives et bibliothèques en Alsace sans y mentionner les archives privées. Sur Jean Rott, voir aussi Marc Lienhard, « Un érudit renommé, grand ami du vieux Strasbourg : Jean Rott (1911-1998) », in Annuaire de la Société des amis du vieux Strasbourg, 2013, XXXVIII, p. 107-113 ; Christian Wildsorf, « Jean Rott (1911-1998) », Bibliothèque de l'École des chartes, 2001, t. 159, no 2, p. 709-711. [En ligne] < http://www.persee.fr/issue/bec_0373-6237_2001_num_159 >.

16 Confirmé par le rapport de G. Woytt du 7 février 1945, DepA Strasbourg, Archives de service VI, 4 et par E. Herzog le 31 mars 1945. Cité d’après Krimm (2007), p. 204.

17 Ludger Syré, « Die Zerstörung der Badischen Landesbibliothek im Zweiten Weltkrieg », BuB Heft, 9, 2005.

18 Konrad Krimm (dir.), NS Kulturpolitik und Gesellschaft am Oberrhein, Ostfildern, Thorbecke Jan Verlag, 2013.

19 Konrad Krimm, « Eine große, alte Dame der Landesgeschichte : die Zeitschrift für Geschichte des Oberrheins », Revue d’Alsace, 133, 2007. [En ligne] < http://alsace.revues.org/1473 > ; DOI : 10.4000/alsace.1473.

20 Generallandesarchiv Karlsruhe, archives privées de Karl Stenzel et Manfred Krebs : N Krebs_2 : Biographische Unterlagen, 1924-1958 ; N Krebs_10 : Itinerarium (album avec photos et notes), 1939-1953 ; N Krebs_12 : journal personnel, 1929-1957 ; N Krebs_13 : Mémoires (jusqu’en 1945).

21 Jean Rott, Investigationes historicae : églises et société au XVIe siècle. Gesammelte Aufsätze zur Kirchen- und Sozialgeschichte, [articles rassemblés et réédités par] Marijn de Kroon et Marc Lienhard (dir.), Strasbourg, Oberlin, 1986, 2 vol., XXXIV-572 et X-726 pages [Sociétés savantes d'Alsace et des régions de l'Est, Grandes publications, p. 31-32].

22 Lettre de Jean Rott à Manfred Krebs, 7 avril 1941, où Rott mentionne la masse de livres spoliés que lui apporte son collaborateur Hegel, archives personnelles Krebs, Generallandesarchiv Karlsruhe (1927-1971). La correspondance avec Jean Rott est mélangée avec celle de son oncle. Elle n’avait visiblement jamais été relue depuis la donation.

23 Konrad Krimm, „Karl Stenzel und die oberrheinische Staatsarchive“, Dt. Archivpolitik im Elsass 1940-1944, in Das deutsche Archivwesen und der Nationalsozialismus : 75. Deutscher Archivtag 2005 in Stuttgart ; [Tagungsdokumentationen zum Deutschen Archivtag, Band 10] Robert Kretzschmar. – 1. Aufl. – Essen, Klartext-Verl., 2007, p. 195-207, n. 5 et 24.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Le grand-père, Charles Schmidt. Une partie de sa bibliothèque, visible au fond, sera également spoliée en 1940
Crédits Source : Archives familiales.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7875/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Illustration 2. Réponse du Kunstschutz. Dr Félix Kuetgens répond à la demande de restitution le 13 janvier 1942 et reçoit M. F.-G. Pariset au siège du Kunstschutz à l'hôtel Majestic à Paris
Crédits Source : Archives familiales.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7875/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

Auteur

Chercheur (Provenance), Kunstverwaltung des Bundes (BVA), Berlin

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search