Version classiqueVersion mobile

Où sont les bibliothèques françaises spoliées par les nazis ?

 | 
Martine Poulain

Partie 1. Les spoliations de bibliothèques longtemps ignorées

Chapitre 1. Les pistes paneuropéennes des livres pillés par les nazis. Trop d’ouvrages encore en exil

Patricia Kennedy Grimsted

Texte intégral

  • 1 Patricia Kennedy Grimsted, “Pan-European Displaced Archives in the Russian Federation: Still Prison (...)

1En adoptant une perspective paneuropéenne face à un continent encore divisé, mon objectif est ici de mettre en évidence le contraste important entre les pillages de bibliothèques perpétrés par les nazis et les restitutions effectuées après-guerre par les Alliés en Europe de l’Ouest et de l’Est. Le destin des millions de livres pillés a en général été déterminé par différents facteurs tels que le service nazi qui les avait saisis, l’endroit où ils se trouvaient à la fin de la guerre, qui les a découverts et dans quelles conditions. Soixante-dix ans plus tard, il reste encore beaucoup trop de livres loin de leur lieu d’origine, semblables à des prisonniers de guerre non identifiés, la mémoire perdue, non encore transmis à leurs propriétaires ou à leurs descendants. Au début des années 1990, la découverte à Moscou d’archives pillées par les nazis puis saisies par les Soviétiques a sensibilisé les dirigeants européens à cette question. Au cours de la décennie qui a suivi, de nombreuses archives ont été rapatriées au prix de grands efforts diplomatiques1. La restitution des œuvres d’art, bien que très lente, continue à faire occasionnellement les gros titres dans le monde entier. Mais les livres pillés n’ont jamais suscité pareil intérêt auprès de l’opinion publique et des diplomates.

Les principaux responsables nazis des spoliations d’ouvrage : l’ERR versus le RSHA

  • 2 Ou Parti national-socialiste des travailleurs allemands.
  • 3 “Testimony of Alfred Rosenberg, taken at Nurnberg, Germany” [29 sept. 1945], in Nazi Conspiracy and (...)

2En 1934, Adolf Hitler nomma Alfred Rosenberg, originaire d’Estonie, au poste de délégué du Führer à la supervision de l’ensemble de la formation et de l’éducation spirituelle et idéologique (Der Beauftragte des Führers für die Überwachung der gesamten geistigen und weltanschaulichen Schulung und Erziehung, DBFU)* au sein du parti nazi, Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei (NSDAP)*2. Douze ans plus tard, alors qu’il était jugé à Nuremberg pour avoir commis des crimes de guerre, quand on lui demanda pourquoi les pays de l’Ouest occupés avaient été traités différemment des pays de l’Est occupés, Rosenberg fit la réponse suivante : « Parce que ceux que nous considérions comme les ennemis de notre conception du monde n’étaient pas les mêmes à l’Ouest et à l’Est. À l’Ouest, il y avait les organisations juives et maçonniques alors qu’à l’Est, il n’y avait que le parti communiste. »3 La conception idéologique que Rosenberg se faisait d’une « conspiration judéo-maçonnique-bolchevique » contribua à définir les priorités de l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR)*, équipe d’intervention du Reichsleiter Rosenberg en matière de pillage de bibliothèques et d’archives qui opérait selon un mode assez proche de ses concurrents de l’Office central de la sécurité du Reich (Reichssicherheitshauptamt, RSHA)*. L’ERR et le RSHA sont les deux principales organisations responsables des spoliations de bibliothèques pendant la guerre (ill. 1).

Illustration 1. Tampon de l’ERR trouvé sur de nombreux livres saisis par cette agence national-socialiste

Illustration 1. Tampon de l’ERR trouvé sur de nombreux livres saisis par cette agence national-socialiste

Source : Collection de l’auteur.

Les pillages de l’ERR et leurs destinations initiales

3Croyant que l’élite nazie avait besoin de mieux comprendre ses ennemis sur le front idéologique, Rosenberg a donné la priorité à la saisie des livres et des archives « ennemies » pour les étudier. À la fin des années 1930, dans le cadre du DBFU, Rosenberg s’attela à la conception d’un centre de formation pour l’élite nazie une fois la guerre finie : la Hohe Schule. Dès 1939, la Zentralbibliothek der Hohen Schule, ZBHS (bibliothèque centrale de la Hohe Schule), fut ouverte à Berlin. L’entrée en guerre sur le front occidental et l’occupation allemande de Paris en juin 1940 fournirent de nouvelles occasions de pillages culturels. Georg Ebert, un dirigeant du DBFU chargé d’un bureau central du Reich, envoya des rapports recensant les richesses abandonnées trouvées dans les loges maçonniques parisiennes et celles-ci furent rapidement confisquées. Rosenberg a organisé dans ce but son agence spéciale, l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg ou ERR. Afin de gérer ces nouvelles ressources bibliographiques et archivistiques, l’ERR avait pour priorité spécifique de saisir et de traiter les livres et archives de l’ennemi destinés à la Hohe Schule. En 1942, la ZBHS quitta Berlin pour la Carinthie autrichienne. À la fin de la guerre, plus de 600 000 livres avaient été transférés dans le monastère isolé de Tanzenberg, près de Klagenfurt. La plupart d’entre eux avaient été rassemblés par l’ERR et provenaient de toute l’Europe.

4En dehors de la bibliothèque, le seul institut de la Hohe Schule en activité pendant la guerre fut l’Institut pour l’étude de la question juive (Institut zur Erforschung der Judenfrage, IEJ), à Francfort-sur-le-Main. À son inauguration par Rosenberg en mars 1941, l’IEJ avait déjà reçu cinq wagons emplis de livres en provenance de bibliothèques parisiennes riches en « Judaica » et « Hebraica » ainsi qu’une cargaison d’archives bancaires appartenant à la branche française des Rothschild. Dès 1943, les fonds de la bibliothèque étaient estimés à 500 000 ouvrages. Même après l’évacuation de l’IEJ à Hungen (à 70 kilomètres au nord-est), des convois continuèrent à affluer des quatre coins de l’Europe si bien qu’en 1945, le nombre d’ouvrages amassés s’élevait à plus de deux millions, comptant de précieux « Judaica » en provenance de Thessalonique et du Front de l’Est, notamment de Vilnius, Kiev et Minsk.

5Bien que l’IEJ ait initialement prévu d’avoir un département maçonnique, il fut forcé de céder une grande partie des biens maçonniques spoliés en France et dans d’autres pays occupés au RSHA contrôlé par Heinrich Himmler. Étant donné l’intérêt d’Himmler pour la franc-maçonnerie, la poursuite des recherches maçonniques fut confiée aux services secrets du SD (Sicherheitsdienst, Office central de sécurité), la branche de renseignement des SS (Schutzstaffel ou groupe de « protection ») au RSHA. Les livres et archives maçonniques que l’IEJ fut en mesure de conserver furent entreposés dans un pavillon de chasse à Hirzenheim, non loin de Hungen.

  • 4 Patricia Kennedy Grimsted, “The Road to Ratibor: Library and Archival Plunder by the Einsatzstab Re (...)
  • 5 Patricia Kennedy Grimsted, “Twice Plundered, but Still Not Home from the War: The Fate of Three Sla (...)

6Des quantités moins importantes de livres pillés par l’ERR furent entreposées dans différents instituts de la future Hohe Schule dont les recherches portaient sur d’autres sujets, parmi lesquels la biologie et les études raciales à Stuttgart, l’étude des religions à Halle, des colonies d’outre-mer à Hambourg et les arts folkloriques à Munich4. L’ERR dut aussi céder à d’autres agences allemandes une partie des ressources bibliographiques qu’elle avait acquises. Par exemple, 130 000 livres et manuscrits issus de la bibliothèque polonaise à Paris furent transférés à la Publikationsstelle, un bureau de recherche placé sous la tutelle du ministère de l’Intérieur à Berlin-Dahlem ; ils finirent la guerre dans une usine de briques en Saxe5.

  • 6 Patricia Kennedy Grimsted, “Introduction: Alfred Rosenberg and the ERR” et les chapitres consacrés (...)
  • 7 Sem Sutter, “The Fate of Books Confiscated in the Möbel-Aktion”, in Restitution of Confiscated Work (...)

7Bien que notre sujet soit ici les livres pillés par l’ERR, il ne faut pas négliger l’organisation plus vaste de cette agence. Elle rendait des comptes aux autorités militaires allemandes locales d’occupation (Militärbefehlshaber in Frankreich, MBF) ainsi qu’aux bureaux du quartier général de Rosenberg (DBFU) à Berlin. Un grand nombre des saisies auxquelles elle procéda se fit avec l’assistance de la police secrète militaire (Geheime Feldpolizei ou GFP) ou fut entièrement délégué au MBF6. En Europe de l’Ouest, l’ERR a reçu des centaines de milliers de livres qui ont été spoliés au cours de l’opération Möbel-Aktion (Action meubles) lancée pour saisir les meubles et les biens abandonnés dans les logements juifs après la déportation ou fuite de leurs propriétaires. La Möbel-Aktion était essentiellement dirigée par le bureau occidental (Amt Westen) du ministère du Reich aux territoires de l’Est occupés (Reichsministerium für die besetzten Ostgebiete, RMbO) dirigé par Rosenberg, mais elle était aussi en partie menée par les agents de l’ERR7.

Le pillage des bibliothèques par le RSHA

  • 8 Des listes de saisies demeurent dans les archives du RSHA conservées aux Archives fédérales (Bundes (...)

8Le RSHA, qui rassemblait le SD, la Gestapo et d’autres organes de sécurité, rivalisait de fait avec l’ERR pour ce qui est des pillages de bibliothèques, archives et autres ressources utiles aux recherches sur les « ennemis du régime ». Après que deux des plus grandes loges maçonniques de Berlin furent saisies en 1934 pour le siège de la Gestapo, leurs sous-sols, renforcés comme abris antibombes, servirent de centres de stockage pour les livres et les archives pillés. Les ressources des bibliothèques en « Judaica » et « Hebraica » s’enrichirent des convois en provenance d’Autriche et de Silésie après leur incorporation au Reich. Malgré les nombreuses destructions pendant la Nuit de cristal (9 novembre 1938), le RSHA amassa un important fonds de collections juives8.

  • 9 Patricia Kennedy Grimsted, “Twice Plundered or ‘Twice Saved’?: Russia’s ‘Trophy’ Archives and the L (...)

9Le septième bureau du RSHA (Amt VII), inauguré en 1939 à des fins de « recherche et évaluation idéologique » (Weltanschauliche Forschung und Auswertung), basé sur les collections de SD, s’intéressa tout particulièrement aux livres et archives juives et maçonniques provenant d’Allemagne. Jusqu’en 1944, l’Amt VII avait amassé les plus grandes collections maçonniques jamais constituées9.

L’ERR contre le RSHA : rivalités et différences entre les spoliations à l’Est et à l’Ouest

10En Europe de l’Ouest et aux Balkans, l’ERR pilla des livres dans des loges maçonniques privées, des institutions socialistes et communautaires juives, des groupes d’émigrés de l’Est et chez des particuliers – Juifs, dirigeants maçonniques et, en Belgique, chez d’importants responsables politiques. En revanche, dans les territoires soviétiques (avant 1939), en raison des nationalisations, les bibliothèques privées étaient quasi inexistantes et la franc-maçonnerie avait été abolie ; les bibliothèques d’État et autres collections institutionnelles constituèrent donc la cible principale.

  • 10 Patricia Kennedy Grimsted, “The Odyssey of the Smolensk Archive: Plundered Communist Records for th (...)

11Alors que les fonds les plus importants du RSHA provenaient du Reich, les pillages de l’ERR se limitaient en général aux territoires occupés par les Allemands hors du Reich. Les fonds communistes constituaient l’essentiel des ressources pillées par l’ERR dans les territoires soviétiques, où Rosenberg arriva à la tête du ministère du Reich aux territoires de l’Est occupés (RMbO) en juillet 1941. Le contrôle du RMbO par Rosenberg permit peut-être à l’ERR de prendre les devants en matière de pillages : le RSHA procéda à moins de saisies dans ces territoires. Néanmoins, des unités du RSHA liées au SD et à la Gestapo participèrent également à la course aux spoliations des collections importantes dans les territoires nouvellement occupés. Lorsque l’ERR arriva à Smolensk, le SD était déjà à l’œuvre dans les archives du parti communiste – mais c’est l’ERR qui finit par s’en emparer10. Lorsque l’ERR trouvait des « Judaica » intéressantes dans les pays baltes, en Biélorussie et en Ukraine, celles-ci étaient immédiatement expédiées à l’Institut de recherche sur la question juive de Francfort. Les ressources non transférées furent en grande partie détruites.

Carrefours silésiens pour les livres déplacés d’Europe

  • 11 Patricia Kennedy Grimsted, “Silesian Crossroads for Europe’s Displaced Books: Compensation or Priso (...)

12Suite à l’intensification des bombardements britanniques, les nazis ordonnèrent en 1943 l’évacuation des biens culturels hors de Berlin. La Silésie et la région des Sudètes devinrent alors d’importants carrefours pour les livres déplacés d’Europe11.

L’ERR : le centre antibolchevique de Ratibor

  • 12 Patricia Kennedy Grimsted, “The Road to Ratibor”, op. cit.

13Au milieu de l’année 1943, de grandes opérations menées par l’ERR furent transférées à Ratibor, une ville de Silésie relativement isolée (Racibórz en polonais dans l’après-guerre)12. À la fin de l’année 1944, l’ERR avait entreposé entre 2 et 3 millions de livres pillés dans cette région, y compris d’importantes collections de Kharkov, Minsk et des Balkans.

  • 13 Will à Utikal, 21 juin 1943, TsDAVO, 3676/1/22, fos 79-81 ; voir Patricia Kennedy Grimsted, “The Od (...)
  • 14 Patricia Kennedy Grimsted, “The Odyssey of the Turgenev Library from Paris, 1940-2002: Books as Vic (...)
  • 15 Patricia Kennedy Grimsted, “The Odyssey of the Smolensk Archive”, op. cit., p. 39-43.

14En juin 1943, suite à la défaite de Stalingrad, Rosenberg déclara : « Les Allemands ont besoin de mieux connaître le bolchevisme afin de le combattre » et de « pouvoir faire face aux conséquences du bolchevisme dans les décennies à venir »13. L’ERR avait saisi auparavant la bibliothèque russe Tourgueniev, et la bibliothèque ukrainienne Petlioura à Paris, ainsi que d’autres collections d’émigrés14. Leurs fonds furent envoyés à Berlin et confiés à la bibliothèque Ostbücherei, la « bibliothèque de l’Est » de l’ERR, chargée de la recherche et de la propagande antibolcheviques. Un rapport de Ratibor de 1944 indique que ces deux bibliothèques parisiennes saisies furent entreposées dans la synagogue Lagerplatz, l’un des nombreux édifices abritant les opérations anticommunistes de l’ERR. Les archives du parti communiste de Dniepropetrovsk parvinrent à Ratibor après qu’un important convoi eut été expédié depuis l’Ukraine en 1943. Celles du parti de Smolensk furent d’abord envoyées à Vilnius afin de servir de base de recherche pour un centre d’études. Lorsque les Allemands battirent en retraite hors des territoires soviétiques, elles furent transportées au château de Pless (Pszczyna dans la Pologne d’après-guerre), un satellite de Ratibor15(ill. 2).

Illustration 2. Caisses de livres pillés par l’ERR pour son centre de recherches à Ratibor (Racibórz en polonais), laissées à la fin de la guerre dans un entrepôt près de Kattowitz (Katowice en polonais)

Illustration 2. Caisses de livres pillés par l’ERR pour son centre de recherches à Ratibor (Racibórz en polonais), laissées à la fin de la guerre dans un entrepôt près de Kattowitz (Katowice en polonais)

Source : Avec l’aimable autorisation du Mémorial de Yad Vashem, Collection de photos de l’Offenbach Archival Depository (OAD) [FA2-73-17-4].

RSHA : le centre maçonnique de Schliesersee

  • 16 Patricia Kennedy Grimsted, Returned from Russia, op. cit., p. 53-58.

15À l’origine, le RSHA rassembla les archives et livres spoliés à Berlin. En 1943, une grande partie de ces ouvrages fut envoyée en Silésie. Le centre de recherches maçonniques Amt VII, situé dans le château préféré d’Himmler au bord du lac Schliesersee (Slawa en polonais après la guerre) poursuivit ses activités jusqu’en janvier 1945. Les archives maçonniques furent entreposées à Wölfelsdorf (Wilkanów en polonais après la guerre), au sud-est, où le château du village et d’autres bâtiments accueillirent aussi les archives juives et socialistes spoliées que le SD avait auparavant rassemblées à Berlin16.

RSHA : les châteaux des Sudètes et Terezín (littératures juive, maçonnique et occulte)

  • 17 Patricia Kennedy Grimsted, “Sudeten Crossroads for Europe’s Displaced Books: The ‘Mysterious Twilig (...)

16Les collections spoliées par le RSHA furent entreposées dans quatre châteaux de la région des Sudètes, où plus d’un million de livres furent évacués. Le château de Niemes (Mimoň en tchèque) servit de siège de la bibliothèque en 1944 tandis qu’un projet de recherche sur l’occultisme avançait dans le plus grand secret à Schloss Neufalkenburg (Nový Falkenburk en tchèque). Pour illustrer les priorités peu connues fixées par l’Amt VII pendant les dernières années de la guerre, on peut consulter les vestiges d’un catalogue de 400 pages recensant les livres spoliés traitant des disciplines occultes, établi à Niemes en 194417. D’importants pans de la bibliothèque juive du RSHA qui n’avaient pas été catalogués furent envoyés à cette fin au camp de concentration de Theresienstadt (Terezín en tchèque) où des érudits hébraïques emprisonnés formèrent la brigade du Talmud. Par ailleurs, le RSHA abandonna au moins 500 000 volumes dans des caches aménagées dans les abris antibombes de Berlin.

Les restitutions dans l’après-guerre : un continent divisé

17Certes, les soldats de l’Est et ceux des armées occidentales se serrèrent la main de part et d’autre de l’Elbe au printemps 1945, mais il n’y eut pas d’accord pour procéder à la restitution des bibliothèques européennes. Si les modalités de restitution à l’Ouest sont bien connues, on néglige souvent le nombre de livres spoliés aux Soviétiques, puis restitués par les Alliés qui les retrouvèrent en Autriche et en Allemagne. Il n’y eut toutefois aucune réciprocité : les livres pillés à l’Ouest que l’Armée rouge trouva en Silésie ne furent pas rendus à leurs alliés (ill. 3).

Illustration 3. Carte de l’Europe occupée, fin 1943-début 1944

Illustration 3. Carte de l’Europe occupée, fin 1943-début 1944

Source : Carte réalisée par Scott Walker, Harvard Library, Map Collection.

Les rapatriements effectués par la British Library en provenance de Tanzenberg (Autriche)

18Après la guerre, la bibliothèque centrale de la Hohe Schule de Rosenberg située dans le monastère de Tanzenberg se retrouva sous occupation britannique. Les Britanniques capturèrent une partie des agents de l’ERR et les firent procéder au traitement de plus de 600 000 volumes à des fins de restitution (ill. 4).

Illustration 4. Tampon de la Zentralbibliothek der Hohen Schule trouvé sur de nombreux livres collectés pour cette bibliothèque. Ces livres finirent la guerre au monastère de Tanzenberg (Carinthie autrichienne)

Illustration 4. Tampon de la Zentralbibliothek der Hohen Schule trouvé sur de nombreux livres collectés pour cette bibliothèque. Ces livres finirent la guerre au monastère de Tanzenberg (Carinthie autrichienne)

Source : Collection de l’auteur.

  • 18 Patricia Kennedy Grimsted, “Flying Mercury Comes Home to Pavlovsk: Perspectives on the Return of Wa (...)
  • 19 Patricia Kennedy Grimsted, “Knigi iz Tsarskogo Sela vozvrashchaiutsia domoi s voiny”, Kniga. Issled (...)
  • 20 Patricia Kennedy Grimsted, “Rare Books from Voronezh in Tartu and Tanzenberg: From Nazi Plunder and (...)
  • 21 Merci à Evelyn Adunka, de l’université de Vienne, pour les informations qu’elle a pu me donner en 2 (...)

19Les commandos Künsberg du ministère des Affaires étrangères allemand avaient saisi 35 000 ouvrages dans les anciennes bibliothèques impériales de Russie dans les faubourgs de Leningrad. Ces livres avaient été envoyés à Berlin où, après les exhibitions de trophées, ils furent transférés à l’ERR, puis évacués à Tanzenberg avec des ouvrages provenant de Voronej, Novgorod et Kiev. Les Britanniques renvoyèrent 67 000 volumes aux autorités soviétiques en Autriche18. Elles ne reconnurent jamais les avoir reçus. Grâce à des documents britanniques, on peut néanmoins suivre la trace de certains titres jusqu’à la bibliothèque du palais Catherine (Tsarkoïe Selo)19. En raison de la crise d’après-guerre en Union soviétique, beaucoup de ces livres ne rejoignirent jamais leur bibliothèque d’origine. Certains titres apparaissent encore dans des registres russes récemment publiés et recensant les « trésors perdus »20. La plupart des livres trouvés à Tanzenberg qui ne purent pas être rapportés dans les pays où ils avaient été saisis se retrouvèrent à la bibliothèque universitaire de Vienne, où des bibliothécaires autrichiens ont récemment identifié les vestiges de la « collection Tanzenberg »21. D’autres livres en provenance de Tanzenberg furent envoyés à Jérusalem (ill. 5).

Illustration 5. Livres collectés à Tanzenberg pour la ZBHS et retournés par les Anglais

Illustration 5. Livres collectés à Tanzenberg pour la ZBHS et retournés par les Anglais

Source : Archives nationales, Kew, FO 1020/2793.

Les rapatriements américains des ouvrages du dépôt d’archives Offenbach

20L’Offenbach Archival Depot (OAD, dépôt d’archives Offenbach), sous le commandement militaire de l'OMGUS, situé à la périphérie de Francfort et souvent désigné comme « l’antithèse de l’ERR », restitua plus de 3 millions de livres pillés aux pays dans lesquels ils avaient été saisis. Parmi ces restitutions, on compte entre 1,5 et 2 millions de volumes issus de l’Institut des études juives à Hungen, les archives et livres maçonniques en provenance de Herzenheim ainsi que les livres qui purent être sauvés de la dégradation parmi les centaines de milliers d’ouvrages laissés par l’IEJ dans les abris antibombes de Francfort. L’OAD traita également des livres trouvés par l’armée américaine au château de Banz et à Bad Staffelstein en Bavière – où l’ERR avait battu en retraite – ainsi que des centaines de milliers d’ouvrages laissés par le RSHA à Berlin aux côtés de ceux saisis par d’autres agences nazies (ill. 6).

Illustration 6. Carte de l’OAD figurant 2,5-3 millions de livres pillés par les nazis, identifiés par pays de provenance et retournés dans les pays européens, 1946-1948

Illustration 6. Carte de l’OAD figurant 2,5-3 millions de livres pillés par les nazis, identifiés par pays de provenance et retournés dans les pays européens, 1946-1948

Source : Avec l’aimable autorisation du Mémorial de Yad Vashem, Collection de photos de l’OAD (FA2-73-24-4).

21Pendant la guerre froide, les autorités soviétiques ne cessèrent de soutenir qu’aucun des livres pillés dans les bibliothèques soviétiques n’avait été restitué par les Occidentaux. En dépit des documents prouvant le contraire, cette version a continué à prévaloir dans la Russie post-199122. Lors d’un colloque à Saint-Pétersbourg en 2005, j’ai réussi à convaincre au moins quelques bibliothécaires russes de la véracité de mes travaux documentés sur les restitutions effectuées par les États-Unis à l’URSS en août 1946 par le biais de l’OAD – quelque 230 000 ouvrages furent acheminés par huit wagons de marchandises – attestées par des reçus soviétiques conservés dans des archives à Moscou23. Récemment, un projet américain de cartographie a permis de localiser les livres restitués en s’appuyant sur des albums de signets élaborés dans le cadre du processus de restitution de l’OAD : une grande partie de ces ouvrages provient du Front de l’Est24.

  • 25 Patricia Kennedy Grimsted et d’autres comptes rendus de cet événement dans Vozvrashchenie “Smolensk (...)

22Il y eut cependant des cas de non-restitution par les Occidentaux. Un exemple bien connu est celui des archives du parti communiste de Smolensk contenant plus de 500 dossiers : lorsque les agents des services secrets américains les trouvèrent, tandis que leur restitution se préparait à l’OAD, ces derniers les emportèrent et les expédièrent aux États-Unis. Ce n’est qu’en décembre 2002, une décennie après la chute de l’Union soviétique, que ces dossiers du parti communiste furent rapatriés en Russie25(ill. 7).

Illustration 7. Train de l’OAD, au départ de Berlin, d’environ 232 000 livres retournés en Russie, Biélorussie et Ukraine. Officiers en charge de la restitution russe avec, de gauche à droite, le Major V. M. Ivanov, le Major Nikolaev Hucoraebbu et le capitaine I. Bencowitz, directeur de l’OAD

Illustration 7. Train de l’OAD, au départ de Berlin, d’environ 232 000 livres retournés en Russie, Biélorussie et Ukraine. Officiers en charge de la restitution russe avec, de gauche à droite, le Major V. M. Ivanov, le Major Nikolaev Hucoraebbu et le capitaine I. Bencowitz, directeur de l’OAD

Source : Avec l’aimable autorisation du Mémorial de Yad Vashem, Collection de photos de l’OAD (FA2-73-23-5).

L’héritage « sans héritiers » et la « redistribution » des livres juifs spoliés

  • 26 Patricia Kennedy Grimsted, Reconstructing the Record of Nazi Cultural Plunder, chap. 4, Israel, 201 (...)

23Environ 500 000 livres spoliés aux Juifs furent déclarés « sans héritiers » par l’OAD. Au lieu de les renvoyer dans les pays où ils avaient été saisis, ils furent remis à l’Organisation pour la restitution juive (Jewish Restitution Successor Organization, JRSO) et à la Jewish Cultural Reconstruction Inc. (JCR), dédiée aux « redistributions » aux communautés juives dans le monde entier26. Depuis quelque temps, des communautés juives reconstituées en Europe contestent cette politique et cherchent à faire revenir certains fonds « Judaica » importants dans leurs pays d’origine – là où ils étaient avant la guerre.

24Récemment, on a aussi démontré l’insuffisance des efforts fournis pour que les livres rapatriés soient restitués aux individus et institutions victimes des spoliations. Bien que les Alliés aient rapatrié des ouvrages dans les pays où ils avaient été saisis, ces livres ont parfois été vendus ou confiés à des bibliothèques au lieu d’être rendus à leurs propriétaires ou à leurs héritiers.

La non-restitution des livres sur le Front de l’Est

25Parallèlement, sur le Front de l’Est, les réparations culturelles et la « compensation » pour les pertes liées à la guerre prévalurent. Staline et ses « brigades des trophées » ignorèrent les propositions alliées visant à trouver un accord pour procéder à des restitutions et bafouèrent le droit international interdisant la prise de trophées de guerre et le pillage culturel. On estime à près de 12 millions les ouvrages considérés comme des « trophées » et envoyés en Union soviétique depuis l’Allemagne et l’Europe de l’Est. De nombreux livres spoliés par les nazis en Europe de l’Ouest se trouvaient dans ces convois, même si la majorité des ouvrages provenaient des grandes collections des bibliothèques allemandes, à l’instar des trésors bibliophiliques du musée du Livre de Leipzig et de deux exemplaires de la Bible dite de Gutenberg.

  • 27 Voir Mikhail D. Afanassiev, « Les livres spoliés par les nazis. La piste russe », dans la version e (...)
  • 28 La plupart des ouvrages de la bibliothèque polonaise furent transférés en Pologne en 1956 ; voir la (...)

26Notre collègue russe Mikhail D. Afanassiev a donné quelques exemples de « trophées » français provenant d’Europe occidentale et conservés à la Bibliothèque publique historique de Russie (GPIB) à Moscou27. On trouve parmi ces trophées des livres, périodiques et brochures maçonniques saisis par l’ERR dans plusieurs loges, notamment à Liège (Belgique) et à Caen, Bordeaux et Rouen (France), ainsi que 300 volumes provenant de la bibliothèque polonaise de Paris. En 1956, la Bibliothèque historique rendit à la Pologne des dizaines de milliers d’ouvrages saisis par l’ERR dans la bibliothèque polonaise de Paris, puis trouvés par une brigade soviétique des trophées dans une usine de briques en Saxe. Aujourd’hui, la plupart de ces livres se trouvent encore à Varsovie, à l’exception de quelques milliers d’ouvrages découverts en Pologne et renvoyés à Paris par les Polonais avant que le régime communiste ne s’en empare28.

27Il faudrait que d’autres bibliothèques russes fournissent une documentation détaillée sur les livres étrangers spoliés par les nazis parmi des « trophées », ce qui permettrait au moins de situer ces livres « déplacés ». La transparence à ce sujet n’est malheureusement pas encouragée par les politiques actuelles du ministre russe de la Culture29. Ainsi, le Centre pour les objets culturels de valeur déplacés – une institution importante à la Bibliothèque d’État de littérature étrangère (Vserossijskaâ gosudarstvennaâ biblioteka Margarita Rudomino, VGBIL) – n’a pas survécu à l’expulsion de Russie de la Fondation Soros. Jusqu’à fin 2018, ses catalogues ainsi que sa base de données recensant les titres et tampons issus de bibliothèques étrangères rapportées comme des « trophées » pouvaient encore être consultés, mais cette page dédiée n’est plus accessible, à l’exception de documents conservés dans Internet Archive30.

Les livres pillés par l’ERR de la Silésie à Minsk et au-delà

  • 31 Patricia Kennedy Grimsted, “The Odyssey of the Smolensk Archive”, op. cit., p. 44-48. En septembre  (...)

28En ce qui concerne les 2 ou 3 millions de volumes rassemblés par l’ERR dans la région de Ratibor, les flux d’ouvrages après la guerre se firent à sens unique : vers l’est. En mars 1945, alors qu’elle avançait vers Berlin, l’Armée rouge trouva un convoi de wagons allemands abandonné à une jonction de chemins de fer près de Pless (Pszczyna en polonais après-guerre), un satellite de l’ERR à Ratibor. Quatre wagons et demi contenant des archives du parti communiste de Smolensk furent rapidement rapatriés et 580 caisses de livres pillés par l’ERR à la bibliothèque biélorusse de l’Académie des sciences furent acheminées à Minsk en avril, accompagnées d’une importante collection privée juive saisie par l’ERR en Estonie31.

  • 32 ERR Stabsführer Gerhard Utikal, “Aktenvermerkk für den Reichsleiter – Dienstgut in Oberschlesien”, (...)

29Lorsqu’ils battirent en retraite, les Allemands transférèrent la plupart des fonds déplacés à Ratibor dans des entrepôts situés près de Kattowitz (Katowice en polonais après-guerre). Ils espéraient pouvoir les récupérer ultérieurement, mais craignaient de voir « les livres capturés par les bolcheviques »32. En mai 1945, un « officier des trophées » de l’Armée rouge découvrit les entrepôts de livres pillés. Les Soviétiques utilisèrent ces équipements pendant l’été, y rassemblant d’autres livres trouvés en Silésie. Le grand nombre de livres identifiés comme produit de pillages dans des bibliothèques biélorusses et baltiques servit de prétexte à l’envoi à Minsk en octobre 1945 d’un important convoi de 54 wagons dont le chargement est estimé à 1,2 million de livres. Si plus de la moitié d’entre eux furent rapatriés dans des bibliothèques biélorusses soviétiques qui avaient en effet été pillées, le reste du convoi était constitué de livres volés par les nazis à des particuliers en Europe de l’Ouest, la plupart d’origine française. Les bâtiments des bibliothèques de Minsk étant en ruine, l’essentiel de la cargaison demeura dans des caisses pendant deux décennies. Une grande partie des livres occidentaux transférés dans les bibliothèques biélorusses restèrent confinés dans des collections d’accès très restreint (spetskhran en russe, ou « département de conservation spéciale ») pendant toute la période soviétique.

  • 33 Patricia Kennedy Grimsted, “The Road to Minsk for Western ‘Trophy’ Books: Twice Plundered but Not Y (...)
  • 34 Voir la contribution d’Anatole Stebouraka : « Livres français spoliés dans les collections de la Bi (...)
  • 35 Frantsuzskie avtografy v fonde Natsional’noi biblioteki Belarusi, Vladimir V. Makarov (éd.) ; CD-RO (...)
  • 36 « Les listes de saisies des bibliothèques françaises par l'Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg en Fr (...)
  • 37 Voir la contribution d’Anatole Stebouraka, « Livres français spoliés dans les collections de la Bib (...)

30Aujourd’hui, la plupart des bibliothèques de Minsk détiennent encore des milliers de livres occidentaux spoliés par les nazis. C’est en 2003, lors d’un colloque de bibliothécaires à Minsk, que j’ai évoqué pour la première fois dans le détail « la route de Minsk suivie par les livres trophées occidentaux »33. Mais il y eut à l’époque peu de réactions du côté occidental. Les rencontres récentes entre historiens occidentaux et biélorusses ont favorisé une meilleure connaissance des livres et manuscrits pillés qui se trouvent encore dans les bibliothèques de Minsk34. En 2011, par exemple, la Bibliothèque nationale biélorusse (NBB) a publié un CD-ROM contenant des images de 65 pages de titre issues du département des Livres rares et portant des autographes dédicacés par ou pour des personnalités politiques et culturelles françaises35. Grâce aux catalogues des marques de provenance du département des Livres rares de la NBB, j’ai pu, en 2016, confirmer l’origine de livres appartenant à plus de 100 bibliothèques privées françaises spoliées par l’ERR. Les noms des propriétaires français correspondent aux victimes apparaissant sur les listes de saisies des bibliothèques de l’ERR qui ont récemment été mises en ligne sur des sites français et anglais36. L’historien biélorusse Anatole Stebouraka a fait des recherches sur la provenance de plusieurs manuscrits maçonniques français et de collections privées françaises, dont celles de la famille Reinach. La plupart sont des fragments d’archives privées spoliées qui furent transférées de Minsk à Moscou au début des années 1950 et qui ont depuis été renvoyées en France37.

  • 38 F. J. Hoogewoud, “Russia’s Only Restitution of Books to the West”, in The Return of Looted Collecti (...)

31La seule restitution de livres étrangers ayant été transportés à Minsk en 1945 concerne les 608 titres en néerlandais renvoyés aux Pays-Bas en 1992 par la Bibliothèque de littérature étrangère de Moscou. Ils ne constituaient qu’une fraction des milliers d’ouvrages en néerlandais transférés à Moscou et Leningrad pendant la période soviétique, car aucun censeur à Minsk ne pouvait lire cette langue… Il en reste des dizaines de milliers. L’un des livres renvoyés à Amsterdam fut ensuite acheminé à Paris : il s’agit d’un Nouveau Testament en néerlandais portant des estampilles de la bibliothèque Tourgueniev, le premier à revenir parmi les plus de 100 000 ouvrages que les nazis pillèrent38 !

Le butin du RSHA entreposé dans les châteaux des Sudètes et à Terezín

  • 39 Voir Patricia Kennedy Grimsted, “Sudeten Crossroads”, op. cit., p. 164-179. Voir la contribution de (...)

32Un destin différent attendait les livres pillés par l’Office central de la sécurité du Reich (RSHA), estimés au nombre d’un million, qui terminèrent la guerre dans les Sudètes. Bien que l’Armée rouge ait libéré la Tchécoslovaquie en 1945, rien ne permet d’affirmer que les livres pillés par le RSHA entreposés dans les châteaux des Sudètes et à Terezín furent transportés en Union soviétique. En 1945, les Polonais envoyèrent plusieurs wagons de marchandises à Mimoň (le quartier général de la bibliothèque du RSHA) afin de rapatrier des livres, notamment les trésors de la grande synagogue de Varsovie. Avant que le régime communiste ne s’abatte en 1948, les Tchèques restituèrent au moins 36 000 de ces livres à la France et en expédièrent aussi aux Pays-Bas, en Allemagne et dans d’autres pays. Des ouvrages furent également distribués à différentes bibliothèques tchèques. Des quantités de « Judaica » et d’« Hebraica » provenant de Terezín et transférées à Prague durent être détruites en raison de moisissures. Environ 70 000 livres furent destinés à Jérusalem39.

33Les quelques centaines de milliers d’ouvrages provenant des châteaux des Sudètes eurent moins de chance. Relégués dans un entrepôt dépendant de la Bibliothèque nationale tchèque situé près de Prague, ils furent mélangés avec des livres confisqués par le régime communiste et restèrent enfouis sous des emballages pendant près de cinquante ans. En 2015, la Bibliothèque nationale tchèque reçut des subventions de l’Union européenne – dont l’essentiel provenait de la Norvège – pour cataloguer les centaines de milliers de livres encore en sa possession. Malheureusement, ce projet ne prévoyait pas de faire figurer dans le catalogue les informations concernant les provenances étrangères ! Parmi les premiers milliers de livres étrangers qui furent identifiés se trouvaient de nombreux ouvrages de loges maçonniques allemandes et quelques-uns de loges norvégiennes (non restitués à ce jour).

Le butin du RSHA et de l’ERR sur la route de Moscou et de Kiev

  • 40 Helmut Hell, Ingo Kolasa, Wolfgang Rathert, Willem de Vries, “Wiederentdeckt-Eine Sammlung von Musi (...)

34Les chasseurs de l’Armée rouge trouvèrent toutes les archives d’Europe de l’Ouest pillées par le RSHA abandonnées à Wölfelsdorf, en Silésie. En septembre 1945, le chef de la sécurité de Staline, Lavrentii Beria, fit venir sur les lieux une délégation d’archivistes soviétiques et de très nombreux documents (maçonniques, juifs, socialistes et autres) furent rapidement transférés à Moscou. La plupart d’entre eux furent déposés dans les Archives d’État centrales spéciales de l’URSS (Tsentral’nyi gosudatstvennyi osobyi arkhiv, TsGOA SSSR), créées en mars 1946 pour accueillir les archives étrangères saisies par les Soviétiques. Pendant ce temps, en 1945 à Berlin, des soldats soviétiques trouvèrent les collections de bibliothèques entreposées dans les quartiers généraux de la Gestapo ; les livres découverts dans les abris antibombes des sous-sols furent convoyés vers Moscou. Parmi eux se trouvait notamment une partie de la bibliothèque d’Arthur Rubinstein, pillée à Paris. Des partitions de musique écrites de sa main ont refait leur apparition au musée Glinka de la culture musicale de Moscou40.

  • 41 Patricia Kennedy Grimsted, Returned from Russia, op. cit., particulièrement p. 46-64, 74-80 et 105- (...)

35En 1992, deux ans après l’élection de Boris Eltsine à la présidence de la république de Russie, des négociations pour la restitution des archives conservées à Moscou s’engagèrent avec de nombreux pays européens. En dépit des accords signés, la plupart des engagements furent retardés jusqu’à ce que la Russie adopte une loi en 1998 (amendée en 2000) qui compliqua grandement le processus de restitution et interdit le retour de livres en Allemagne. Les restitutions qui eurent lieu en direction de pays occidentaux (autres que l’Allemagne), généralement désignées par le terme « d’échange », furent conditionnées à la mise en place d’échanges de livres et/ou au versement d’importantes sommes d’argent41. Les archives étrangères de TsGOA, non restituées à leurs pays d’origine, furent incorporées en 1999 aux actuelles Archives militaires de l’État russe (RGVA)*.

  • 42 Patricia Kennedy Grimsted, Returned from Russia, op. cit., p. 98-102.

36En plus des 12 millions de livres envoyés en URSS sous la forme de « trophées » après la guerre, beaucoup de livres pillés par les nazis arrivèrent à Moscou par le biais des archives capturées que gérait l’administration des archives soviétiques. Les archivistes soviétiques mirent au départ de côté la plupart des ouvrages imprimés provenant du butin amassé par le RSHA à Wölfelsdorf, dont certains d’entre eux furent transférés à la bibliothèque d’État Lénine (Gosudarstennaia biblioteka imeni Lenina, GBL). En 1946, 240 caisses de portraits et d’emblèmes maçonniques, 344 rouleaux de la Torah et très probablement d’autres livres furent transférés au Muséum historique d’État (Gosudarsrtvennyi istoricheskii muzei, GIM). Le destin de ces objets maçonniques et des rouleaux de la Torah demeure inconnu42.

37La majorité des archives étrangères qui parvinrent d’abord à Minsk et Kiev furent transférées aux Archives spéciales TsGOA dans les années 1950. Des livres pillés par les nazis les accompagnaient, ce qui représentait un grand nombre d’ouvrages, à en croire les rapports d’archives ukrainiens faisant état de la masse de documents amassés par l’ERR qui arrivaient à Kiev. Si, d’après les rapports, 7 000 ouvrages furent transférés de Kiev à Moscou, on a récemment identifié 50 ouvrages portant des timbres en provenance de plusieurs départements de l’ERR dans la Bibliothèque centrale des archives ukrainiennes (Derzhkomarkhiv). Alors qu’ils étudiaient les archives évacuées à Wölfelsdorf, les archivistes soviétiques trièrent de nombreux livres et documents publiés, les mettant de côté aux Archives spéciales TsGOA ; ce fut notamment le cas de publications gouvernementales internes qui faisaient partie des fonds étrangers reçus. Après 1992, les archivistes russes refusèrent de renvoyer les documents imprimés qu’ils avaient traités. La plupart d’entre eux se trouvent encore sur d’obscures étagères des Archives militaires de l’État russe (RGVA).

Les butins de Silésie du RSHA et de l’ERR en Pologne

  • 43 Andrzej Karpowicz, “The Masonic collection of Poznań University Library”. [En ligne]

38De nombreux livres maçonniques que le RSHA avait transférés de Berlin à Schliesersee (Slawa en polonais dans l’après-guerre) ainsi qu’une partie de ses archives opérationnelles finirent aux mains des Polonais. Aujourd’hui, près de 100 000 livres maçonniques provenant du centre maçonnique de Schliesersee demeurent dans une section de la bibliothèque universitaire de Poznań. Certains furent au besoin restitués à la France peu après la guerre et la Norvège en a aussi récupéré plus récemment. Cet ensemble constitue approximativement un cinquième des fonds bibliographiques des loges maçonniques allemandes avant-guerre43.

  • 44 Patricia Kennedy Grimsted, “Bach Is Back in Berlin: The Return of the Sing-Akademie Archive from Uk (...)

39D’autres livres figurant dans le butin occidental de l’ERR abandonné par l’Armée rouge – ou que les Polonais furent les premiers à trouver – connurent un destin similaire après-guerre. Dans les années 1990, des collègues belges ont identifié de nombreux livres de leur pays dans des fonds situés à Varsovie ; la plupart s’étaient vu retirer les tampons de leurs bibliothèques d’origine. Ils faisaient sans doute partie des livres socialistes pillés évacués à Ratibor, dont une autre partie fut transférée à Moscou. Plusieurs importantes collections de musique allemandes comprenant notamment de nombreuses partitions manuscrites originales, évacuées de Berlin vers des zones situées dans l’actuelle Pologne, demeurent aujourd’hui dans des collections polonaises. On trouve notamment de célèbres partitions en provenance de Berlin à Cracovie et Łódz. Un exemple de restitution particulièrement bienvenu de la part de l’Ukraine fut celui des archives musicales de la Sing-Akademie de Berlin, saisies en Silésie puis transférées à Kiev en 1945 et renvoyées à Berlin en 200144.

40Si le gouvernement polonais s’est récemment employé à localiser des éléments de leur héritage culturel à l’étranger, peu d’efforts ont été fournis pour identifier des biens culturels de provenance étrangère évacués pendant la guerre dans des zones maintenant en Pologne, que les Polonais continuent à considérer comme une « compensation » pour les importantes pertes culturelles subies par leur pays pendant la guerre. De nombreux livres provenant de pillages en Europe de l’Ouest sont désormais intégrés dans des collections d’État, dont celles de la Bibliothèque nationale (Biblioteka Narodowa) à Varsovie et dans des bibliothèques régionales.

Perspectives

41Aussi étonnant que cela puisse paraître, sur la base des recherches menées à ce jour, du moins pour la France, le fonds de loin le plus important de livres pillés par les nazis demeurant encore à l’étranger se trouve dans la capitale de la république post-soviétique de Biélorussie, désormais indépendante. La majorité de ces ouvrages furent pillés par l’ERR. Les recherches en cours permettront peut-être de clarifier la situation de livres pillés dans d’autres pays occupés. Aux côtés d’autres vautours nazis, des agences du RSHA comme le SD et la Gestapo pillèrent aussi de nombreux livres. Ces derniers ont été davantage dispersés et on a retrouvé moins de documents permettant de savoir ce qu’il advint d’eux.

  • 45 Lucette Lagnado, “On the Trail of Nazi-Looted Books”, Wall Street Journal, 3 août 2017, p. A-9. [En (...)

42Le Wall Street Journal a récemment consacré un article au pillage des bibliothèques et à la rencontre organisée à Minsk en septembre 201645. Il y est question de la bibliothèque du professeur Victor Basch, à la famille duquel la Bibliothèque nationale de France a restitué un livre à la fin du colloque tenu en mars 2017. Ce livre avait été renvoyé en France après la guerre, mais cinq autres ouvrages portant des notations indiquant qu’ils provenaient de la bibliothèque Basch ont été identifiés à Minsk, au milieu de plusieurs centaines de milliers d’autres qu’on estime provenir de plus d’une centaine de bibliothèques privées françaises. Le Wall Street Journal citait le directeur adjoint de la Bibliothèque nationale du Bélarus, Alexander Susha, qui ne souhaitait pas utiliser le terme « très difficile » de restitution, mais était ouvert à des discussions concernant des possibilités d’échanges de chercheurs et de publications entre son pays et les institutions faisant des recherches sur les collections portées disparues sous le régime nazi.

43Lors des négociations diplomatiques visant au retour d’importants fonds d’archives en France dans les années 1990, les Russes tenaient à éviter le terme de restitution, préférant parler d’échanges coûteux pour acquérir des « Russica » recherchés ou évoquer des versements substantiels d’argent. Ayant perdu une si grande partie de leurs fonds bibliographiques durant l’occupation nazie, les Biélorusses pourraient peut-être suivre l’exemple de leurs ex-camarades soviétiques et considérer comme une monnaie d’échange des livres et des manuscrits pillés depuis longtemps qui, pour l’essentiel, intéresseront peu les lecteurs biélorusses. Vingt ans après que 44 pays ont adopté les « Principes de la conférence de Washington applicables aux œuvres d’art confisquées par les nazis » (1998) et alors que soixante-quinze années nous sépareront bientôt de la fin de la guerre, le continent européen demeure divisé au sujet des restitutions. Espérons néanmoins que les mots du directeur de la NBB, Alexander Susha, favoriseront l’émergence de nouvelles modalités de retour des livres spoliés à leurs propriétaires légitimes.

Encadré. La base de données et le site web sur les saisies de l’ERR en Europe

Pour favoriser une meilleure connaissance des spoliations effectuées par l’ERR à travers l’Europe, la Conference on Jewish Material Claims Against Germany, ou Claims Conference, basée à New York, < http://www.claimscon.org >, a lancé un vaste « projet ERR » dont les trois composants sont désormais en ligne.

Le Guide des archives de l’ERR, de Patricia Grimsted, fournit une aide aux recherches en décrivant les vestiges des dossiers d’archives très dispersés de l’ERR et d’agences associées ainsi qu’une documentation d’archives sur ce qu’il advint des trésors culturels spoliés par l’ERR après la guerre, recensant les trouvailles, les rapatriements et les restitutions. Sous l’intitulé Reconstruire les archives des pillages culturels nazis : guide des archives dispersées de l’Einzsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR)et des récupérations des biens culturels spoliés après la guerre, des chapitres mis à jour recensent 30 depôts d’archives dans dix pays (sept dépôts en France). Des liens permettent d’accéder à des documents accessibles en ligne < www.errproject.org/guide.php >. Ce guide, achevé en 2019, met à jour et élargit considérablement l’étude menée par Patricia Kennedy Grimsted en 2011 (Survey). Publiée sur le site de l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam, celle-ci fut également sponsorisée par la Claims Conference. Ce guide représente une avancée décisive dans la connaissance des sources documentant les pillages et le destin des biens spoliés. L’un de ses objectifs est d’aider les héritiers à identifier puis trouver les bibliothèques et autres biens culturels dont leurs ancêtres furent spoliés.

Une section distincte consacrée aux « bibliothèques spoliées » a récemment été mise en ligne. Elle abrite actuellement une page internet présentant les fac-similés numérisés de dix listes de saisies de bibliothèques effectuées par l’ERR en France jusqu’à la fin de l’année 1941, couvrant 184 bibliothèques privées et 59 bibliothèques institutionnelles et privées : < https://www.errproject.org/​looted_libraries_fr.php >. L’équivalent belge devrait être lancé en 2019.

Le même site web offre également accès à la base de données de l’ERR « Jeu de Paume » qui recense plus de 30 000 œuvres d’art saisies par l’ERR à Paris chez plus de 400 victimes : < https://www.errproject.org/​jeudepaume/​  >.

Notes

1 Patricia Kennedy Grimsted, “Pan-European Displaced Archives in the Russian Federation: Still Prisoners of War on the 70th Anniversary of V-E Day”, in James Lowry (dir.), Displaced Archives, Builth Wells, Routledge, 2017, p. 130-157 ; cet article était une mise à jour de Returned from Russia. Nazi Archival Plunder in Western Europe and Recent Restitution Issues, Patricia Kennedy Grimsted, F. J. Hoogewoud et Eric Ketelaar (dir.), Builth Wells, Institute of Art and Law, 2007 ; édition papier, 2013, avec postface.

2 Ou Parti national-socialiste des travailleurs allemands.

3 “Testimony of Alfred Rosenberg, taken at Nurnberg, Germany” [29 sept. 1945], in Nazi Conspiracy and Aggression, Washington, U.S. GPO, 1946, vol. 2, p. 1347.

4 Patricia Kennedy Grimsted, “The Road to Ratibor: Library and Archival Plunder by the Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg”, Holocaust and Genocide Studies, 2005, 19, nº 3, p. 408-409. [En ligne] < http://socialhistory.org/sites/default/files/docs/err-ratibor-pkg.pdf >.

5 Patricia Kennedy Grimsted, “Twice Plundered, but Still Not Home from the War: The Fate of Three Slavic Libraries Confiscated by the nazis from Paris”, Solanus, 2002, 16, p. 39-76 ; la version polonaise augmentée retrace l’histoire de la bibliothèque polonaise jusqu’à Moscou et Varsovie : “Dwukrotnie zrabowane i nadal z dala od ojczyzny. Losy trzech bibliotek słowianskich przejętych przez nazistów w Paryzu”, Archeion, 2003 [2005], 106, p. 47-84. [En ligne] < https://socialhistory.org/sites/default/files/docs/archeion2005pkgarticle_cvi.pdf >.

6 Patricia Kennedy Grimsted, “Introduction: Alfred Rosenberg and the ERR” et les chapitres consacrés à différents pays dans Reconstructing the Record of Nazi Cultural Plunder. A Guide to the Dispersed Archives of the Einzsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR) and the Postwar Retrieval of ERR Loot, édition augmentée. [En ligne] < www.errproject.org/guide.php >.

7 Sem Sutter, “The Fate of Books Confiscated in the Möbel-Aktion”, in Restitution of Confiscated Works – Wish or Reality? … Proceedings of the international conference held in Liberec, 24-26 October 2007, Prague, 2008, p. 102-113. [En ligne] < https://www.academia.edu/12096743/_The_Fate_of_Books_Confiscated_in_the_Möbel-Aktion_in_Restitution_of_Confiscated_Art_Works_-_Wish_or_Reality_Documentation_Identification_and_Restitution_of_Cultural_Property_of_the_Victims_of_World_War_II_ed >.

8 Des listes de saisies demeurent dans les archives du RSHA conservées aux Archives fédérales (Bundesarchiv, R 58). Patricia Kennedy Grimsted, “Archival Loot of the Security Services (RSHA)”, in Returned from Russia, op. cit., p. 47-55.

9 Patricia Kennedy Grimsted, “Twice Plundered or ‘Twice Saved’?: Russia’s ‘Trophy’ Archives and the Loot of the Reichssicherheitshauptamt”, Holocaust and Genocide Studies, 2001, 15(2), p. 191-244. Voir aussi Patricia Kennedy Grimsted, “Archival Loot of the Security Services (RSHA)”, in Returned from Russia, op. cit., p. 33-64.

10 Patricia Kennedy Grimsted, “The Odyssey of the Smolensk Archive: Plundered Communist Records for the Service of Anti-Communism”, Carl Beck Papers in Russian and East European Studies, 1995, nº 1201, en particulier p. 24-43. [En ligne] < http://socialhistory.org/sites/default/files/docs/smolensk.pdf >.

11 Patricia Kennedy Grimsted, “Silesian Crossroads for Europe’s Displaced Books: Compensation or Prisoners of War?”, in Mečislav Borák (dir.), The Future of the Lost Cultural Heritage. Proceedings of the international conference in Český Krumlov (22.-24.11.2005), Prague, Documentation Centre for Property Transfers of the Cultural Assets of WW II Victims, 2006, p. 133-169. [En ligne] < http://socialhistory.org/sites/default/files/docs/silesian.pdf >.

12 Patricia Kennedy Grimsted, “The Road to Ratibor”, op. cit.

13 Will à Utikal, 21 juin 1943, TsDAVO, 3676/1/22, fos 79-81 ; voir Patricia Kennedy Grimsted, “The Odyssey of the Smolensk Archive”, op. cit., en particulier p. 14-44.

14 Patricia Kennedy Grimsted, “The Odyssey of the Turgenev Library from Paris, 1940-2002: Books as Victims and Trophies of War”, IISG Research Papers, 2003, nº 42. [En ligne] < http://socialhistory.org/en/publications/odyssey-turgenev-library-paris-1940-2002 > ; et Patricia Kennedy Grimsted, “The Odyssey of the Petliura Library… during World War II [part 1]”, Harvard Ukrainian Studies, 1998, 22, p. 181-208. [En ligne] < https://socialhistory.org/sites/default/files/docs/fest98grimsted.pdf >.

15 Patricia Kennedy Grimsted, “The Odyssey of the Smolensk Archive”, op. cit., p. 39-43.

16 Patricia Kennedy Grimsted, Returned from Russia, op. cit., p. 53-58.

17 Patricia Kennedy Grimsted, “Sudeten Crossroads for Europe’s Displaced Books: The ‘Mysterious Twilight’ of the RSHA Amt VII Library and the Fate of a Million Victims of War”, in Restitution of Confiscated Works, op. cit. [En ligne] < http://socialhistory.org/sites/default/files/docs/pkg-sudeten_crossroads.pdf >.

18 Patricia Kennedy Grimsted, “Flying Mercury Comes Home to Pavlovsk: Perspectives on the Return of Wartime Cultural Trophies in Austria and Russia”, Art, Antiquity and Law, 2005, 10(2), p. 107-147. [En ligne] < http://socialhistory.org/sites/default/files/docs/mercury.pdf >.

19 Patricia Kennedy Grimsted, “Knigi iz Tsarskogo Sela vozvrashchaiutsia domoi s voiny”, Kniga. Issledovaniia i materialy/ Book. Researches and Materials, Sbornik, 2005, 84, p. 72-94.

20 Patricia Kennedy Grimsted, “Rare Books from Voronezh in Tartu and Tanzenberg: From Nazi Plunder and British Restitution to Russian ‘Lost Book Treasures’”, Solanus, 2004, 18, p. 72-107.

21 Merci à Evelyn Adunka, de l’université de Vienne, pour les informations qu’elle a pu me donner en 2004.

22 Patricia Kennedy Grimsted, “Spoils of War Returned: U.S. Restitution of Nazi-Looted Cultural Treasures to the USSR, 1945-1959”, Prologue, 2002, 34(1), p. 27-41. [En ligne] < http://www.archives.gov/publications/prologue/2002/spring/spoils-of-war-1.html >, et NARA CD edition of documents.

23 Patricia Kennedy Grimsted, “Pokhishchennye natsistami knigi vozvrashchaiutsia s voiny: zabytaia istoriia britanskoi i amerikanskoi bibliotechnoi restitutsii v SSSR”, in Istoriia bibliotek. Sbornik nauchnykh trudov, Saint-Pétersbourg, Rossiiskaia natsional’naia biblioteka, 2006, vol. 6, p. 242-293.

24 Voir < https://www.flickr.com/photos/36988361@N08/sets/72157637913299945/map?&fLat=52.4024&fLon=42.2753&zl=4&order_by=recent >.

25 Patricia Kennedy Grimsted et d’autres comptes rendus de cet événement dans Vozvrashchenie “Smolenskogo arkhiva” / The Return of the “Smolensk Archive”, Moscou, ROSSPEN, 2005, et “The Odyssey of the Smolensk Archive”, op. cit.

26 Patricia Kennedy Grimsted, Reconstructing the Record of Nazi Cultural Plunder, chap. 4, Israel, 2015, p. 9-11. [En ligne] < www.errproject.org/guide.php >. Voir en particulier Elisabeth Gallas, “Das Leichenhaus der Bücher”. Kulturrestitution und jüdisches Geschichtsdenkin nach 1945, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2013.

27 Voir Mikhail D. Afanassiev, « Les livres spoliés par les nazis. La piste russe », dans la version en ligne des actes du colloque. Il y dresse la liste de 661 volumes, la plupart en provenance de France et quelques-uns de Belgique qui se trouvent à la GPIB.

28 La plupart des ouvrages de la bibliothèque polonaise furent transférés en Pologne en 1956 ; voir la version polonaise de Patricia Kennedy Grimsted, “Twice Plundered, but Still Not Home from the War […]”, op. cit.

29 Les recherches et les évaluations précises sont grandement freinées par les archives militaires encore classifiées concernant les missions de trophées et le transport de ces derniers ainsi que par la re-classification récente de dossiers dans plusieurs départements d’archives russes. Voir Patricia Kennedy Grimsted, “Twice Plundered, and Still Far from Home: Tracing Nazi-Looted Books in Minsk and Moscow”, in Jane Milosch et al. (dir.), Collecting and Provenance. A Multi-Disciplinary Approach, Lanhan (MD), Rowman & Littlefield, 2019. Voir aussi Patricia Kennedy Grimsted, “Tracing Trophy Books in Russia”, Solanus, 2005, 19, p. 132-145, qui propose une base de données des provenances étrangères pour les livres considérés comme des « trophées ».

30https://web.archive.org/web/20090117021301/http://www.libfl.ru:80/restitution. >

31 Patricia Kennedy Grimsted, “The Odyssey of the Smolensk Archive”, op. cit., p. 44-48. En septembre 2016, le directeur de la bibliothèque de l’Académie des sciences m’a aimablement donné un exemplaire d’un rapport bibliographique datant de 1945 qui décrit les ouvrages envoyés depuis la Silésie en avril de cette année, comprenant notamment la bibliothèque de Julius Genss.

32 ERR Stabsführer Gerhard Utikal, “Aktenvermerkk für den Reichsleiter – Dienstgut in Oberschlesien”, 25 janvier 1945, Barch Berlin-Lichterfelde, NS 8/261.

33 Patricia Kennedy Grimsted, “The Road to Minsk for Western ‘Trophy’ Books: Twice Plundered but Not Yet Home from the War”, Libraries & Culture, 2004, 39(4), p. 351-404. [En ligne] < http://socialhistory.org/sites/default/files/docs/libcult.pdf > ; il s’agit d’une version développée de la communication faite en russe lors de la conférence de Minsk.

34 Voir la contribution d’Anatole Stebouraka : « Livres français spoliés dans les collections de la Bibliothèque nationale du Bélarus ». Voir aussi du même auteur, « Les fonds français de Minsk : les archives confisquées par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale et conservées en Biélorussie », Bulletin des bibliothèques de France, 2016, nº 10, p. 82-88. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2016-10-0082-001 >.

35 Frantsuzskie avtografy v fonde Natsional’noi biblioteki Belarusi, Vladimir V. Makarov (éd.) ; CD-ROM (Minsk, NBB, 2011) ; voir la version anglaise. [En ligne] < https://www.errproject.org/looted_libraries_fr_belarus.php >, avec une traduction par Wesley Fisher de l’introduction émouvante de Vladimir V. Makarov. Voir aussi Vladimir V. Makarov, “Involuntary Journey of Books from Paris to Minsk”, Spoils of War. International Newsletter, 1999, nº 6, p. 25-27.

36 « Les listes de saisies des bibliothèques françaises par l'Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg en France ». [En ligne] < http://www.cfaj.fr/publicat/listes_ERR_France.html > ; et “French Libraries Seized by the ERR during Wartime Occupation” avec Patricia Kennedy Grimsted, “Library Plunder in France by the Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg: Ten ERR Seizure Lists of Confiscated French Libraries”, et les fac-similés des listes de l’ERR. [En ligne] < www.errproject.org/looted_libraries.php >. Voir aussi Patricia Kennedy Grimsted, « Livres et archives pillés en France par l’Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg (ERR) : la bibliothèque Tourgueniev et les fonds français déplacés à Minsk », Bulletin des bibliothèques de France, 2016, 10, p. 90-111. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2016-10-0090-002 >

37 Voir la contribution d’Anatole Stebouraka, « Livres français spoliés dans les collections de la Bibliothèque nationale du Bélarus »  ; et du même auteur, « Les fonds français de Minsk », op. cit., ainsi que ses études plus détaillées.

38 F. J. Hoogewoud, “Russia’s Only Restitution of Books to the West”, in The Return of Looted Collections (1946-1996). An Unfinished Chapter: Proceedings of the International Symposium…, 15 and 16 April 1996, Amsterdam, 1997, p. 72-74; Patricia Kennedy Grimsted, “The Odyssey of the Turgenev Library”, op. cit., p. 84.

39 Voir Patricia Kennedy Grimsted, “Sudeten Crossroads”, op. cit., p. 164-179. Voir la contribution de Michal Bušek dans la version en ligne des actes du colloque, “Provenience Research in the book collection of the Jewish Museum in Prague: a current case of Provenance Research”.

40 Helmut Hell, Ingo Kolasa, Wolfgang Rathert, Willem de Vries, “Wiederentdeckt-Eine Sammlung von Musikhandschriften und Musikdrucken deutscher Provenienz am Staatlichen Zentralen Glinka-Museum für Musikkultur in Moskau”, Forum Musikbibkliothek, 2003/4, 24, p. 416-425.

41 Patricia Kennedy Grimsted, Returned from Russia, op. cit., particulièrement p. 46-64, 74-80 et 105-132. En ce qui concerne le droit russe, voir le numéro spécial dirigé par Patricia Kennedy Grimsted, Spoils of War v. Cultural Heritage: The Russian Cultural Property Law in Historical Context, in International Journal of Cultural Property, 2010, 17(2). Voir le texte intégral. [En ligne] < http://journals.cambridge.org/action/displayIssue?decade=2010&jid=JCP&volumeId=17&issueId=02&iid=7901872 >.

42 Patricia Kennedy Grimsted, Returned from Russia, op. cit., p. 98-102.

43 Andrzej Karpowicz, “The Masonic collection of Poznań University Library”. [En ligne]

http://lib.amu.edu.pl/index.php?option=com_content&task=view&id=1013&Itemid=203 > ; Pierre Mollier, « La bibliothèque maçonnique oubliée de Poznań », Franc-maçonnerie magazine, sept. oct. 2014, p. 38-39.

44 Patricia Kennedy Grimsted, “Bach Is Back in Berlin: The Return of the Sing-Akademie Archive from Ukraine in the Context of Displaced Cultural Treasures and Restitution Politics”, Spoils of War. International Newsletter, 2003, nº 8, p. 67-103. [En ligne] < http://www.lostart.de/Content/07_Publikationen/DE/SpoilsOfWar/Spoils%20of%20War%208.html?nn=5768 >.

45 Lucette Lagnado, “On the Trail of Nazi-Looted Books”, Wall Street Journal, 3 août 2017, p. A-9. [En ligne] < http://www.lootedart.com/SKWBWY209341 >.

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Tampon de l’ERR trouvé sur de nombreux livres saisis par cette agence national-socialiste
Crédits Source : Collection de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Illustration 2. Caisses de livres pillés par l’ERR pour son centre de recherches à Ratibor (Racibórz en polonais), laissées à la fin de la guerre dans un entrepôt près de Kattowitz (Katowice en polonais)
Crédits Source : Avec l’aimable autorisation du Mémorial de Yad Vashem, Collection de photos de l’Offenbach Archival Depository (OAD) [FA2-73-17-4].
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7851/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Illustration 3. Carte de l’Europe occupée, fin 1943-début 1944
Crédits Source : Carte réalisée par Scott Walker, Harvard Library, Map Collection.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7851/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Illustration 4. Tampon de la Zentralbibliothek der Hohen Schule trouvé sur de nombreux livres collectés pour cette bibliothèque. Ces livres finirent la guerre au monastère de Tanzenberg (Carinthie autrichienne)
Crédits Source : Collection de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7851/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Illustration 5. Livres collectés à Tanzenberg pour la ZBHS et retournés par les Anglais
Crédits Source : Archives nationales, Kew, FO 1020/2793.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7851/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Illustration 6. Carte de l’OAD figurant 2,5-3 millions de livres pillés par les nazis, identifiés par pays de provenance et retournés dans les pays européens, 1946-1948
Crédits Source : Avec l’aimable autorisation du Mémorial de Yad Vashem, Collection de photos de l’OAD (FA2-73-24-4).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7851/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Illustration 7. Train de l’OAD, au départ de Berlin, d’environ 232 000 livres retournés en Russie, Biélorussie et Ukraine. Officiers en charge de la restitution russe avec, de gauche à droite, le Major V. M. Ivanov, le Major Nikolaev Hucoraebbu et le capitaine I. Bencowitz, directeur de l’OAD
Crédits Source : Avec l’aimable autorisation du Mémorial de Yad Vashem, Collection de photos de l’OAD (FA2-73-23-5).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7851/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

Auteur

Associée de recherche principale à l’Ukrainian Research Institute et Associée au Davis Center for Russian and Eurasian Studies, université de Harvard

© Presses de l’enssib, 2019

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search