Version classiqueVersion mobile

Une nation de lecteurs ?

 | 
Marie-Françoise Cachin

Deuxième partie. 1850-1880 : lecture utile, lecture futile

Chapitre III. Presse, romans et feuilletons

Texte intégral

1L’ère victorienne est incontestablement la période où la presse comme le roman ont connu un développement sans précédent. On peut voir dans ce phénomène, particulièrement marqué durant les décennies 1850-1870, à la fois la cause et la conséquence de l’augmentation de la population alphabétisée et du nombre croissant des lecteurs. Mais d’autres facteurs doivent être pris en compte, à commencer par la suppression progressive des taxes sur les journaux.

SUPPRESSION DES TAXES ON KNOWLEDGE

  • 28 Richard D. Altick, op. cit., p. 92.

2L’existence de plusieurs taxes concernant les imprimés a déjà été mentionnée, et leurs effets néfastes sur la lecture en Grande-Bretagne ont été évoqués. Mais, avant de relater le combat pour leur suppression mené par certaines personnalités, il faut parler d’une autre taxe instituée de fort longue date, en 1696, la taxe sur les fenêtres. Altick indique que l’habitant d’une maison avec sept fenêtres avait à payer £ 1. Ce n’est qu’en 1823 que cette taxe fut réduite de moitié, et en 1825 que les maisons avec moins de huit fenêtres en furent exemptées. Il cite par ailleurs une lettre de Dickens remarquant qu’une telle taxe, qui ne fut définitivement abolie qu’en 1851, était un obstacle à la lecture encore plus redoutable que les taxes on knowledge, puisqu’on ne peut lire sans un éclairage suffisant28.

3Dans le contexte des guerres napoléoniennes, le papier était devenu rare, donc cher, d’autant plus qu’une taxe de 3 d. par livre sterling y avait été ajoutée. Par ailleurs, dans le dernier quart du XVIIIe siècle, un droit de timbre ou stamp duty, dont le taux avait progressivement atteint 4 d. le feuillet en 1815, était venu frapper les journaux. Enfin, une troisième taxe pesait sur la publicité, à raison de 3 s. 6 d. pour chaque annonce publicitaire. Difficile dans ces conditions de produire des périodiques bon marché. Le prix des grands périodiques comme The Gentleman’s Magazine ou The Monthly Magazine était de 1 s. 6 d., et les magazines spécialisés, comme The Lady’s Magazine ou The Zoological Magazine, de 1 s. Quant aux hebdomadaires, ils coûtaient entre 6 d et 1 s. Certes, comme on l’a vu plus haut, plusieurs tentatives pour publier des magazines bon marché furent lancées, mais nombre de ces périodiques n’étaient pas de grande qualité et offraient beaucoup de récits ou de romans sensationnels. Restaient les périodiques financés par les associations religieuses ou philanthropiques, avec les inconvénients que pouvait présenter leur orientation idéologique. Rien d’étonnant, donc, à ce que l’un des tout premiers adversaires de ces impôts sur le savoir ait été Charles Knight.

  • 29 Cité par Richard D. Altick, op. cit., p. 354.

4En 1836, une première campagne fut lancée contre le droit de timbre alors que, selon certaines estimations, entre 130 000 et 200 000 exemplaires de journaux sans ce timbre étaient vendus chaque semaine. Elle réussit à obtenir la baisse du droit de timbre, qui fut ramené à 1 d. le feuillet. Mais ce compromis s’avéra vite insatisfaisant, le prix des journaux, entre 6 d. et 5 d., ne baissa guère, et la campagne pour l’abolition totale des taxes on knowledge reprit de plus belle. En 1851, le Newspaper Stamp Committee du Parlement fit une enquête qui lui permit de prendre conscience que le prix élevé des journaux encourageait leur circulation dans divers lieux publics, comme les cafés, les pubs, les circulating libraries ou les toutes récentes bibliothèques publiques, voire dans les usines, ou encore grâce au prêt entre amis. En outre, la création de la penny post (courrier à 1 d.) en 1840, mentionnée dans la première partie, permettait même leur circulation à travers le pays, qui augmenta immédiatement en conséquence. Dans l’intervalle, certes, la taxe sur le papier avait été réduite de moitié en 1837, mais il parut nécessaire de mettre à nouveau en avant les dangers de l’alcoolisme en montrant que l’ouvrier était obligé d’aller lire son journal au pub alors qu’il serait préférable que le prix en soit plus faible pour qu’il puisse l’acheter et le lire chez lui. Il fallut enfin un article du Times dénonçant avec véhémence ce droit de timbre comme “a tax on knowledge […] a tax on light, a tax on education, a tax on truth, a tax on public opinion, […] a tax on society, a tax on the progress of human affairs29 pour qu’en 1855 le droit de timbre soit enfin supprimé. Restait encore la taxe sur le papier qui ne disparut définitivement qu’en 1861.

LA MULTIPLICATION DES PÉRIODIQUES

5Les conséquences de cette décision se firent sentir immédiatement, en rendant possible l’apparition des premiers quotidiens à un penny comme The Daily Telegraph, qui vit le jour en 1855. De son côté, la presse provinciale connut un essor indéniable, tandis que les hebdomadaires baissaient leur prix, Reynolds’s Miscellany passant de 2 d. en 1855 à 1 d. en 1861, et que toutes les périodiques voyaient leurs ventes s’envoler. Les diverses études portant sur les périodiques victoriens donnent toutes des chiffres proprement faramineux quant au nombre de ces publications, quelques 25 000 au total si on inclut la presse quotidienne. La raison en était le souhait de satisfaire les divers types de lectorat et de procurer à chaque lecteur le périodique le mieux à même de l’informer ou de le distraire. Car malgré les lenteurs de l’alphabétisation, au fil des décennies, les consommateurs d’imprimés ne cessaient d’augmenter et de réclamer des ouvrages à la portée de leur bourse. R. D. Altick en dresse le constat en ces termes :

Great as was the increase in book production between 1800 and 1900, the expansion of the periodical industry was greater still. This was only natural, for of all forms of reading matter, periodicals – including newspapers – are best adapted to the needs of a mass audience […] They appeal to millions of men and women who consider the reading of a whole book too formidable a task to be attempted […] The topicality of the newspaper and many weekly and monthly publications has always recommended them, over other forms of printed matter, to the common reader.

  • 30 Ibid., p. 318.

6Et il remarque encore que “the more papers that were issued for popular consumption, the more the reading habit spread30. Les chiffres du lectorat des périodiques sont à cet égard éloquents : en 1860, 3 % de la population contre 1 % en 1820 lisaient des quotidiens ; 12 % contre 1 % en 1820 lisaient des journaux du dimanche ; 20 % contre 3 % quarante ans auparavant lisaient des magazines, ce dernier chiffre reflétant bien le développement de ce type d’imprimés. On ne peut certes parler de lectorat de masse, ni même dire qu’une majorité d’anglais lisaient des périodiques. Mais la progression est incontestable.

7Une des caractéristiques et des raisons de ce développement est la diversification des périodiques, qui petit à petit se spécialisaient en visant une catégorie précise de lecteurs : périodiques pour la famille, pour la jeunesse, pour les veuves, pour les domestiques, pour les catégories populaires. D’autres étaient marqués par une orientation politique ou religieuse particulière : journaux catholiques, libres-penseurs, socialistes, conservateurs ou libéraux. Une autre distinction concernait la périodicité. Mais, à l’intérieur de ces catégories, on distingue en général les family papers, comme Household Words, hebdomadaire lancé par Charles Dickens en 1850 au prix très faible de 2 d. et dont le Preliminary Word au tout premier numéro précise clairement le souhait qu’il soit lu en famille et par la famille (household veut dire « maisonnée »), ou The Leisure Hour, publié par The Religious Tract Society, dont le sous-titre était “A family journal of instruction and recreation” et le prix particulièrement faible (1 d.). Par opposition, The London Journal (1 d.) était considéré comme un journal à sensation proposant essentiellement de la fiction distrayante et destiné à un lectorat beaucoup plus populaire. Les grands mensuels comme Macmillan’s Magazine (1859) et The Cornhill Magazine (1860), tout deux à 1 s. le numéro, qui s’adressaient à la classe moyenne cultivée, contenaient, outre des feuilletons, de nombreuses rubriques sur l’actualité politique nationale et internationale ainsi que des articles d’ordre culturel. Existaient par ailleurs des magazines plus populaires comme Tinsley’s Magazine (1867) à 1 s. le numéro qui incluaient essentiellement des romans-feuilletons.

8Le succès des périodiques comme objets de lecture peut s’expliquer aussi par leur contenu. En 1860, un critique remarque que, selon lui, les nombreux lecteurs qui se seraient contentés d’un roman de mauvaise qualité ou d’un journal politique pouvaient au contraire trouver là un grand nombre d’articles et de comptes rendus dans le domaine scientifique et littéraire. L’importance de la presse périodique en matière d’éducation était fréquemment soulignée, les lecteurs les considérant comme un moyen de s’instruire, et comme faisant partie de ce point de vue d’un programme de progrès individuel (self-improvement). Il est certain que les magazines répondaient à un besoin de connaissances perceptible dans quasiment toutes les couches de la société. Un même numéro pouvait contenir des articles portant sur toutes sortes de sujets (religion, philosophie, science, musique et autres domaines artistiques, histoire, fiction, etc.), se faire l’écho de divers courants de pensée, et rendre compte d’ouvrages venant de paraître. C’est d’ailleurs de là que vient le nom de Review adopté par certains des plus anciens d’entre eux, comme l’Edinburgh Review ou la Quarterly Review dans lesquels les critiques de livres (reviews) occupaient une place considérable et permettaient de longues discussions autour des problèmes traités dans leurs pages.

9Toutefois, au besoin d’instruire/de s’instruire a été souvent associé le besoin de distraire/de se distraire, et les périodiques ont progressivement évolué et évité de se cantonner dans la formation de l’opinion et le développement des connaissances. Vers 1860, les magazines ont peu à peu pris le pas sur les très sérieuses reviews et diversifié davantage leur contenu, en abordant des sujets distrayants, en relatant des récits de voyage, en proposant des articles sur un ton plus familier ou des rubriques consacrées aux questions du moment. Mais surtout ils ont, de plus en plus souvent et en quantité de plus en plus grande, inclus de la fiction par le biais des feuilletons, contribuant par là à l’essor fantastique du roman, qui devint la lecture préférée des anglais dès la seconde moitié du XIXe siècle.

LE SUCCÈS DU ROMAN

10On a souvent expliqué le succès des circulating libraries par la vogue de la littérature romanesque, bien que cette idée soit aujourd’hui remise en question, ne serait-ce que grâce à l’étude des rares catalogues existant de Mudie, qui fait apparaître la proportion supérieure de la non-fiction. Ce qui est avéré en revanche, c’est le prix du roman qui, publié majoritairement en trois volumes, comme indiqué plus haut, restait trop élevé pour le lecteur moyen, même si le recours à une publication en fascicules avait permis de le rendre un peu moins cher. La multiplication des périodiques suite à la suppression des taxes on knowledge amena une multiplication parallèle des feuilletons qui paraissaient aussi bien dans des mensuels que dans les hebdomadaires. Ce mode de publication présentait plusieurs avantages, non seulement la répartition sur plusieurs mois ou plusieurs semaines du coût de l’ouvrage, mais aussi l’accès à diverses autres informations et rubriques contenues dans le périodique.

11En outre, le roman avait progressivement gagné ses lettres de noblesse et supplanté à cet égard la poésie. Il était le reflet de la société nouvelle, dont il donnait un tableau en principe réaliste, dans les limites de la moralité et en évitant de dépeindre les milieux les plus pauvres ou indécents. De cette façon, le roman permettait de faire comprendre au public l’évolution des modes de vie et d’en adoucir les aspects les plus rudes. La valeur sociale de la fiction était à présent reconnue, ainsi que sa mission morale et éducative. Tout comme l’ouvrage de Samuel Smiles, Self-Help, le roman pouvait donner à voir des individus aux qualités morales supérieures et exemplaires.

12On comprend mieux de la sorte comment, lors d’une conférence au titre particulièrement révélateur donnée à Édimbourg en 1870, On English Prose Fiction as a Rational Amusement, le romancier Anthony Trollope a pu prononcer ces mots restés célèbres :

  • 31 Anthony Trollope. “On English Prose Fiction as a Rational Amusement”. In Four Lectures, ed. by M. L (...)

We have become a novel-reading people. Novels are in the hands of us all ; from the Prime Minister down to the last appointed scullery-maid. We have them in our library, our drawing-rooms, our bedrooms, our kitchens, – and in our nurseries […] Poetry also we read and history, biography and the social and political news of the day. But all our other reading put together hardly amounts to what we read in novels31.

  • 32 Ibid., p. 110.

13Il précise par ailleurs la présence dans chaque maison de mensuels et d’hebdomadaires dans lesquels paraît immanquablement un roman. Il évoque aussi les différents types de romans, romans politiques, romans sociaux, romans sentimentaux, etc. qui certes s’organisent tous autour d’une histoire d’amour, mais dans lesquels “over and beyond that, lessons of life are being taught from the first page to the last32.

14Cette défense et illustration du roman n’a toutefois pas empêché Trollope d’évoquer les deux principales critiques faites à ce type de lectures : la perte d’un temps qui pourrait être consacré à des activités plus utiles et/ou intelligentes, et la description d’un monde artificiel (puisqu’il s’agit de « fiction ») qui fait perdre le sens des réalités quotidiennes. Mais on entendait à l’époque bien d’autres objections à la lecture du roman, surtout lorsqu’il s’agissait d’ouvrages paraissant en feuilletons.

LA CRITIQUE DU FEUILLETON

15Dans ce contexte, il importe de souligner l’évolution de la société britannique et l’émergence d’une lower middle-class, d’une petite bourgeoisie nouvelle, mobile, qui s’élève sur l’échelle sociale et qui offre un marché potentiel de lecteurs que le feuilleton séduit. On constate, d’un côté, l’existence d’un petit groupe puissant de gens éduqués et même cultivés, qui lisent beaucoup, principalement des ouvrages sérieux et instructifs, dont l’image traditionnelle reste celle de la lecture en famille, à haute voix, parfois suivie de discussion, tandis que, de l’autre, on trouve les employés, artisans et commerçants dont les lectures sont plus distrayantes, voire frivoles. Les moins chers des périodiques, généralement hebdomadaires, étaient destinés à ce public peu ou pas cultivé, tandis que les mensuels visaient le lectorat d’une classe moyenne plus instruite, comme il a déjà été indiqué. Mais, rapidement, les lecteurs de cette seconde catégorie réclamèrent eux aussi davantage de fiction, demande que les éditeurs des magazines cherchèrent à satisfaire dans la mesure du possible, en leur proposant un ou deux, voire exceptionnellement trois feuilletons, comme dans le cas du Sixpenny Magazine.

16On a constaté que le nombre des feuilletons s’était accru de manière exponentielle entre 1800 et 1900, son essor ayant été facilité par la diversité même des périodiques sur le marché et par une demande de lecture de la part de quasiment toutes les couches de la société. Cette croissance exponentielle se manifeste par l’accroissement du nombre de périodiques publiant des feuilletons d’une part, et par la présence de plusieurs feuilletons dans un même numéro de magazine d’autre part. Car, contrairement aux publications en fascicules qui ne donnaient au lecteur que le texte d’une seule œuvre de fiction, le périodique avait pour avantage de lui proposer une variété d’articles et autant de romans qu’il semblait nécessaire à son succès.

17Le feuilleton était fréquemment l’« accroche » du magazine, surtout pour les plus populaires d’entre eux, car il paraissait toujours en première page, assorti dans les magazines illustrés d’une illustration plus ou moins racoleuse qui suggérait le contenu de l’épisode à lire. Dans un des nombreux articles critiquant ce mode de publication, l’auteur s’élevait précisément contre ce phénomène éditorial :

  • 33 Fraser’s Magazine, August 1863, p. 262-263.

One of the chief causes of this perverted and vitiated taste may be traced to the fact that nearly every novel is first brought out in the pages of some periodical or magazine. Since scarcely one good novel in a hundred is now published from the original MS., we infer that, in order to be accepted by a magazine, a tale must needs be full of horror, excitement and crime33.

18Ce type de critiques, souvent très véhémentes, se multiplièrent durant la décennnie 1860-1870 où fleurit un genre particulier de roman, la sensation novel. Les classes moyennes voyaient bien le danger de ce type de lecture accessible à toutes les catégories sociales ou presque. Elles s’inquiétaient encore plus pour les femmes, devenues des lectrices à part entière.

LA LECTURE DES FEMMES

19Le débat autour de la lecture des femmes ne date pas du milieu du XIXe siècle, depuis longtemps certains la jugeaient souhaitable, d’autres néfaste et dangereuse. Ainsi un article du Fraser’s Magazine, intitulé Book-Love et paru en 1847, décrivait une scène de lecture à haute voix en famille, en des termes peu aimables pour les femmes :

Book-love is the god angel that keeps watch by the poor man’s hearth, and hallows it, saving him from the temptations that lurk beyond its charmed circle, giving him new thoughts and noble aspirations, and lifting him, as it were, from the mere mechanical drudgery of his every day occupation. The wife blesses it, as she sits smiling and sewing, alternately listening to her husband’s voice, or hushing the child upon her knee. She blesses it for keeping him near her, and making him cheerful, and manly, and kind-hearted – albeit understanding little of what he reads, and reverencing it for that reason all the more in him.

  • 34 Cambridge University Press, 1999.

20Le titre d’un ouvrage récent sur la lecture des femmes dû à Jacqueline Pearson, Women’s Reading in Britain, 1750-1835 : A Dangerous Recreation34 est éloquent et révèle la méfiance qui régnait depuis longtemps à cet égard.

  • 35 William Rathbone Greg. “False Morality of Lady Novelists”, National Review, 8/1/1859, cité dans Vic (...)

21L’alphabétisation croissante des femmes et l’essor du roman ont relancé ce débat dans les classes moyennes, et les arguments soulignant, d’un côté, la sensibilité féminine, de l’autre, les dangers des romans, font florès dans la presse victorienne. Un célèbre article paru dans la National Review en 1859 déplore que les romans “constitute a principal part of the reading of women, who are always impressionable, in whom at all time the emotional element is more awake and more powerful than the critical35. On craignait aussi que les lectrices ne s’identifient trop aux héroïnes romanesques et perdent tout à la fois le sens des réalités et celui du devoir. Le romancier risquait de cultiver en elles une aspiration à une meilleure situation sociale ou à davantage de liberté. Mais cet argument pouvait être combattu en présentant des héroïnes dignes d’admiration, comme par exemple Jane Eyre dans le roman éponyme de Charlotte Brontë. À l’opposé, montrer des femmes causes ou victimes de toutes sortes d’infortunes et d’infâmies pouvait servir de contre-exemple. Un des cas les plus célèbres en la matière est sans aucun doute Lady Audley, héroïne du roman à sensation de Mary Elizabeth Braddon, Lady Audley’s Secret, publié en 1862. Il s’agissait d’une histoire où se mêlaient bigamie et meurtre, dans laquelle la fameuse Lady Audley, séductrice et manipulatrice dénuée de tout scrupule, accomplissait une succession de méfaits, mais qui, pour préserver la morale sans être condamnée en justice, finissait internée dans un asile de fous. On estimait que le romancier, auteur de telles intrigues, ne pouvait être accusé d’immoralité si ses personnages étaient punis de leurs mauvaises actions et s’il démontrait ainsi que la transgression des valeurs morales conduisait immanquablement au malheur et à la ruine. La nécessité d’une conduite moralement irréprochable s’imposerait alors clairement.

22En réalité, et malgré toutes ces réserves, il était assez facile pour les femmes des classes moyennes britanniques de se procurer des romans. Deux solutions s’offraient à elles : soit l’abonnement chez Mudie ou dans d’autres cabinets de lecture où elles pouvaient emprunter des threedeckers, soit l’achat d’un de ces nombreux magazines mensuels à un shilling destinés aux familles, comme The Cornhill Magazine, Macmillan’s Magazine ou Temple Bar, qui leur offraient des feuilletons sur plusieurs mois. À moins qu’elles n’aient préféré un périodique comme Bow Bells de John Dicks, qui attirait le lectorat féminin de manière fort habile, en lui proposant non seulement des feuilletons mais aussi de la musique, des travaux d’aiguille ou des patrons de vêtements à réaliser. Il y avait donc profusion, et cette offre abondante peut expliquer pourquoi l’idée que les lectures des femmes devaient être contrôlées restait forte et semble même avoir perduré jusqu’à la première guerre mondiale. Des manuels dressant une liste des « bons livres » virent peu à peu le jour pour guider les lecteurs dans le choix de leurs lectures, comme celui de la romancière Charlotte Yonge, What Books to Lend and What Books to Give (1887).

23Pour autant, il ne faudrait pas considérer que la lecture des femmes se cantonnait à la fiction. Comme il importait que les femmes lisent des ouvrages of the right kind, tout livre pouvant leur procurer une leçon de morale ou un mode de comportement « respectable » devait être recommandé. Leur étaient ainsi destinés des ouvrages du même type que Self-Help de Samuel Smiles, par exemple Famous Girls, who have become illustrious women de John Maw Darton (1880) qui, comme son titre l’indique, offrait une galerie de portraits de femmes exemplaires. Les livres d’histoire étaient aussi prônés en raison de leur valeur éducative. On retrouve ici la croyance dans le progrès individuel, la lecture étant un moyen de s’instruire et de se former. Et tout naturellement, des manuels de conduite continuaient à paraître, comme en France, ainsi que des ouvrages pratiques pour aider les femmes à tenir leur maison ou à gérer leur domesticité. Le plus célèbre d’entre eux est incontestablement le Book of Household Management de Mrs Beeton, un bestseller qui parut en format livre en 1861 et se vendit à plus de 60 000 exemplaires la première année. Il s’agissait en réalité d’une compilation de suppléments que l’auteur avait fait paraître mensuellement pendant deux ans dans The Englishwoman’s Domestic Magazine, périodique dont son mari était propriétaire. Cet ouvrage s’adressait aux femmes anglaises des classes moyennes. Dans les classes populaires, les lectures comme les pratiques de lecture étaient bien évidemment tout autres.

LECTURES ET PRATIQUES DE LECTURE DES CLASSES POPULAIRES

24Dans un premier temps, la création des bibliothèques publiques de 1850 n’eut guère de conséquence sur la lecture des classes populaires. Selon Martyn Lyons, la raison en était que :

  • 36 Martyn Lyons. « Les nouveaux lecteurs au XIXe siècle », op. cit., p. 287.

Ces bibliothèques publiques de prêt avaient un objectif politique et philanthropique. Comme les écoles des usines, elles étaient un instrument de contrôle social, destiné à faire partager à la sage élite des classes laborieuses les systèmes de valeurs de la classe dirigeante36.

  • 37 Angus B. Reach. “The Coffee Houses of London”, New Parley Library, I (13 July 1844), cité dans Andr (...)
  • 38 Cité dans Andrew King & John Plunkett, op. cit., p. 271.
  • 39 Fanny Mayne. “The Literature of the Working-Classes”, English Woman’s Magazine and Christian Mother (...)

25Aussi n’attiraient-elles guère les lecteurs des classes populaires. Quant à la loi de 1870, instituant l’école obligatoire jusqu’à l’âge de treize ans, elle ne toucha pas immédiatement les catégories les plus pauvres puisque l’enseignement restait payant, raison pour laquelle la progression de l’alphabétisation des enfants fut retardée, ou au moins ralentie, jusqu’en 1880. Enfin, le prix du livre ne baissant que très lentement, acheter au lieu d’emprunter n’était pas à la portée de ce type de lecteurs qui devaient donc partager leurs lectures avec d’autres dans le cadre des cafés (coffee-houses) où on continuait à pratiquer la lecture à haute voix. Dans un article intitulé The Coffee Houses of London, Angus B. Reach fait l’éloge de ces lieux, qu’il qualifie même de “public-houses of temperance”, où se trouvent en abondance livres, magazines et journaux et où la majorité des présents consiste en ouvriers, “respectable men; hard-working and long-headed fellows, who think while they hammer and read when the hammering is over”. Et il en conclut avec beaucoup d’optimisme que “the working man, at least in towns, is becoming more and more a reading man37. Ce point de vue est confirmé par un article ultérieur émanant d’Henry Mayhew, célèbre pour la série d’articles qu’il a consacrée à la situation des populations défavorisées des villes, publiée en quatre volumes en 1861 sous le titre London Labour and the London Poor. Dans l’un d’eux, intitulé The Literature of the Costermongers38, c’est-à-dire des marchands des quatre saisons, il affirme que “the costermongers have their tastes for books” et lisent ou se font lire le journal du dimanche ou certains des périodiques bon marché comme Lloyd’s ou Reynolds’Weekly Newspaper, ou encore le dernier numéro des quotidiens à un penny qui virent le jour à la suite de la suppression des taxes on knowledge. Enfin, dans un article de 1850, Fanny Mayne manifeste le même optimisme, écrivant que “the working-classes of the country, both in agricultural and manufacturing districts, are, to a great extent, a reading people ; a reading and a thinking people”, même si elle reconnaît qu’ils lisent des ouvrages à ½ penny, un penny ou un penny et demi, apportés à leurs portes par des vendeurs itinérants39.

  • 40 Martyn Lyons, op. cit., p. 392.

26Un penny semble d’ailleurs être la somme que cette catégorie sociale pouvait consacrer à se cultiver. En effet, parmi les pratiques de lecture collective qui les concernent, il en est une qui s’est développée à partir de la fin des années 1850, les penny readings. Il s’agissait de lectures publiques organisées par des associations religieuses ou philanthropiques, parfois en liaison avec des associations d’ouvriers (toujours dans le but de détourner ces derniers des lieux de boisson), parfois dans le cadre des Mechanics’Institutes, comme celui de Hanley dont un des responsables entreprit de lire à haute voix des extraits du Times sur la place du marché. En 1862, à Coventry, la lecture à haute voix de passages d’œuvres littéraires réussissait à attirer une centaine de membres de la classe ouvrière. Un penny était aussi le prix de « location » d’un journal vieux de huit jours payé par un autodidacte, ouvrier du Yorkshire, évoqué par Martyn Lyons, qui n’avait pas les moyens de s’acheter quelque imprimé que ce soit40. Mais progressivement ces lectures à un penny cédèrent la place à des spectacles musicaux plus distrayants…

  • 41 Richard D. Altick. “English Publishing and the Mass audience in 1852”, Studies in Bibliography, vol (...)

27Du côté de l’édition, difficile de publier peu cher. Les moins coûteuses des éditions de romans étaient à 6 d. Ainsi une six-penny edition en fascicules hebdomadaires des œuvres complètes de Charles Dickens, appelée Household Edition, parut dans les années 1870 et connut un grand succès. Publiés sous la couverture bleue habituelle des livraisons régulières de ce romancier, avec comme il se doit la même illustration de couverture pour tous les numéros, les romans du grand écrivain étaient imprimés en quelque sorte « au kilomètre », chaque numéro s’interrompant même au milieu d’une phrase, une fois remplies le nombre de pages prévu. En outre, comme dans les fascicules originaux, la publicité occupait une large place sur les 4 pages de couverture. Existaient aussi des ouvrages à 6 d. sous couverture papier et imprimés en tout petits caractères, le plus souvent sur deux colonnes. Ce mode de publication servait également pour des ouvrages de non-fiction destinés aux classes populaires dans un but pédagogique. Ce souci de publier des ouvrages bon marché était partagé par l’éditeur John Cassell qui, en 1852, lança son Cassell’s Popular Educator, à un penny le numéro, “a sort of high-school-at-home course” selon Altick41. Mais, à côté de ces publications « respectables », continuaient à circuler parmi les classes populaires des imprimés à un penny au contenu nettement sensationnel et qui connaissaient un franc succès. Enfin, apparurent des périodiques comme Reynolds’s Weekly Newspaper ou Lloyd’s Weekly Newspaper qui, à partir de 1861, c’est-à-dire après la suppression de la taxe sur le papier, ne coûtaient plus qu’un penny.

  • 42 Margaret Oliphant. “The Byways of Literature : Reading for the Million”, Blackwood’s Edinburgh Maga (...)

28Rien de surprenant donc à ce que la lecture des classes populaires ait continué à préoccuper les classes supérieures, comme le montrent en particulier les articles parus en 1858, sous la plume de deux romanciers célèbres de l’époque, Margaret Oliphant et Wilkie Collins. Dans son article paru dans Blackwood’s Edinburgh Magazine et intitulé The Byways of Literature : Reading for the Million, Margaret oliphant déplorait la multiplication des penny magazines qui répondaient à la demande et au goût du peuple pour des histoires susceptibles de leur faire oublier les difficultés de leur vie quotidienne et la dureté de leur condition sociale. Elle regrettait que pour cette catégorie sociale, ce soient “the unauthoritative, undignified, unlearned broadsheets, which represent literature to a great proportion of our country people”42 et que les penny miscellanies que lisent les pauvres et eux seuls aient été remplis de récits concernant les riches, au risque de susciter chez les lecteurs envie et amertume. En revanche, elle faisait l’éloge du Cassell’s Ilustrated Paper, selon elle l’un des périodiques à un penny les plus exemplaires, qui ne se contentait pas de proposer des feuilletons et qu’elle qualifiait de publication hautement morale et édifiante.

  • 43 The Unknown Public”, Household Words, n ° 439, Saturday, August 21, 1858, p. 217.
  • 44 Ibid., p. 222.

29Dans The Unknown Public, paru en première page de l’hebdomadaire de Dickens, Household Words en 1858, presque à la même date que l’article de Margaret Oliphant, l’approche de Wilkie Collins, grand ami de Dickens et auteur de romans à sensation à succès, était sensiblement différente. Il y relatait sa découverte, lors d’une promenade dans les quartiers populaires de londres, de multiples publications qu’il décrivait de la sorte : “these publications all appeared to be of the same small quarto size; they seemed to consist merely of a few unbound pages ; each one of them had a picture on the upper half of the front leaf, and a quantity of small print on the under”. Ayant décidé de les examiner plus en détail, il y vit une nouvelle sorte de production littéraire destinée à ce qu’il appelait “an Unknown Public; a public to be counted by millions; the mysterious, unfathomable, the universal public of the penny-novel Journals43, qu’il estimait à trois millions. Il mettait en opposition ce public majoritaire avec le known reading public, minoritaire, celui qui lisait livres d’histoire, biographies ou récits de voyages pour s’instruire, ou les romans distrayants mais respectables proposés par les cabinets de lecture ou les kiosques de gare. Sans doute impressioniste, peut-être liée à des préoccupations personnelles et commerciales, c’est-à-dire l’élargissement de son propre public, son analyse, illustrée par sa lecture des Answers to Correspondents de ces journaux, l’amenait à des remarques parfois un peu méprisantes vis-à-vis de ce lectorat « inconnu », tout en reconnaissant que ces journaux n’étaient pas moralement condamnables et qu’ils lui semblaient même non dénués de respectabilité. Il en concluait qu’il fallait éduquer ces lecteurs et leur apprendre comment lire. Qu’il entendait par là qu’il fallait aussi leur dire quoi ou qui lire apparaît clairement dans les dernières lignes de l’article : “when that public shall discover its need of a great writer, the great writer will have such an audience as has yet never been known44. Il y a fort à parier qu’il pensait à lui… !

30Souvent cité, parfois critiqué, l’article de collins avait le mérite de décrire de manière un peu plus précise les pratiques de lecture des classes populaires. Il montrait aussi le souci permanent des classes moyennes et supérieures de maintenir leur contrôle sur celles-ci.

31Si la période 1850-1880 est encadrée par le vote de deux lois fondamentales en matière de lecture privée et de lecture publique, la situation de l’alphabétisation au bout de ces trois décennies était loin d’être totalement satisfaisante. Les choses avaient cependant progressé, en dépit d’une scolarisation certes théoriquement devenue obligatoire, mais toujours pas gratuite. Le bilan dressé par R. D. Altick est donc loin d’être négatif :

  • 45 Exemple relaté par Richard D. Altick, op. cit., p. 172.

The deficiencies of formal education were somewhat atoned for by certain elements in the social scene. The political turmoil, stirred and directed by popular journalists; the way in which even menial jobs in commerce and industry now required some ability to read; the gradual cheapening of printed matter attractive to the common reader; and (never to be underestimated) the introduction of the penny post in 1840, which gave an immense impetus to personal written communication – these together were responsible for the growth of a literate population outside the classroom45.

32La Grande-Bretagne se dirigeait inéluctablement mais lentement vers une démocratisation de la lecture. Cependant, il faudra attendre la fin du XIXe siècle pour parvenir à une alphabétisation quasi générale. Il faudra aussi que l’accès aux ouvrages imprimés ait été facilité grâce davantage au développement et à l’amélioration du réseau des bibliothèques publiques qu’à une baisse du prix du livre, faisant certes des Britanniques une nation de lecteurs, mais des lecteurs emprunteurs plutôt qu’acheteurs.

Notes

28 Richard D. Altick, op. cit., p. 92.

29 Cité par Richard D. Altick, op. cit., p. 354.

30 Ibid., p. 318.

31 Anthony Trollope. “On English Prose Fiction as a Rational Amusement”. In Four Lectures, ed. by M. L. Parrish. London, Constable & Co, 1938, p. 108.

32 Ibid., p. 110.

33 Fraser’s Magazine, August 1863, p. 262-263.

34 Cambridge University Press, 1999.

35 William Rathbone Greg. “False Morality of Lady Novelists”, National Review, 8/1/1859, cité dans Victorian Print Media, A Reader, ed. by Andrew King & John Plunkett, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 51.

36 Martyn Lyons. « Les nouveaux lecteurs au XIXe siècle », op. cit., p. 287.

37 Angus B. Reach. “The Coffee Houses of London”, New Parley Library, I (13 July 1844), cité dans Andrew King & John Plunkett, op. cit., p. 247-248.

38 Cité dans Andrew King & John Plunkett, op. cit., p. 271.

39 Fanny Mayne. “The Literature of the Working-Classes”, English Woman’s Magazine and Christian Mother’s Miscellany, October 1850, cité dans Andrew King & John Plunkett, op. cit., p. 40.

40 Martyn Lyons, op. cit., p. 392.

41 Richard D. Altick. “English Publishing and the Mass audience in 1852”, Studies in Bibliography, vol. 6, 1954, p. 22.

42 Margaret Oliphant. “The Byways of Literature : Reading for the Million”, Blackwood’s Edinburgh Magazine, 84, August 1858. In Andrew King & John Plunkett, op. cit., p. 196.

43 The Unknown Public”, Household Words, n ° 439, Saturday, August 21, 1858, p. 217.

44 Ibid., p. 222.

45 Exemple relaté par Richard D. Altick, op. cit., p. 172.

© Presses de l’enssib, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search