Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une nation de lecteurs ?

 | 
Marie-Françoise Cachin

Deuxième partie. 1850-1880 : lecture utile, lecture futile

Deuxième partie. 1850-1880 : lecture utile, lecture futile

Texte intégral

Cover of The Leisure Hour : a Family Journal of Instruction and Recreation, n ° 1175, July 4, 1874.

  • 1 Thomas Carlyle. Past and Present [1843]. London, Dent & Sons, 1960, p. 147.

1Il est habituel de faire débuter la période dite mid-Victorian en 1851, date à laquelle s’est tenue à Londres une grande Exposition internationale, considérée par de nombreux Britanniques comme le reflet de la prospérité, de la richesse et de l’optimisme de la nation. Attirant quelques six millions de visiteurs, la Great Exhibition, en montrant au monde entier la réussite du pays non seulement dans le domaine industriel mais aussi dans celui des arts, des sciences et de la technologie, a marqué le début de ce que certains ont qualifié d’“age of equipoise” (période d’équilibre) ou de “high noon”, d’apogée de l’ère victorienne. L’agitation chartiste venait enfin de se terminer, la suprématie de la Grande-Bretagne était aux yeux des citoyens incontestable et leur donnait un sentiment de supériorité non dénué d’une certaine arrogance à l’égard du reste du monde. La foi dans le progrès était manifeste, associée à l’idée de salut au sens chrétien du terme. Progrès matériel et progrès moral ne faisaient qu’un et la réussite sociale était perçue comme la consécration de qualités personnelles : contrôle de soi, ardeur au travail, ténacité. L’évangile du travail: “all work, even cotton-spinning, is noble ; work alone is noble […] a life of ease is not for any man nor for any god1, prêché dès 1843 par Thomas Carlyle, avait porté ses fruits. Même le combat ouvrier était à présent teinté de moralisme, mais si l’amélioration des conditions de travail avait été réalisée grâce au vote des Factory Acts, la conscience de classe, perceptible lors de grèves, restait enracinée. La période a d’ailleurs vu l’apparition du syndicalisme, avec en 1851 la création de l’Amalgamated society of Engineers et, en 1868, le premier Trades Union Congress. Dans le même temps, on relève le développement d’un fort mouvement coopératif et la multiplication des sociétés philanthropiques (friendly societies).

2Dans le domaine de la lecture, qu’elle soit privée ou publique, les progrès n’ont pas été aussi manifestes, malgré les efforts accomplis en matière d’alphabétisation et de scolarisation avec la loi Forster (1870), qui marque le début d’un système d’éducation nationale, et en dépit du vote, acquis après maintes discussions et commissions, de la loi créant enfin des bibliothèques publiques, le Public Libraries Act de 1850, dont nous allons retracer à présent l’historique.

Notes

1 Thomas Carlyle. Past and Present [1843]. London, Dent & Sons, 1960, p. 147.

Table des illustrations

Légende Cover of The Leisure Hour : a Family Journal of Instruction and Recreation, n ° 1175, July 4, 1874.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 385k

© Presses de l’enssib, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access