Version classiqueVersion mobile

Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque

 | 
Lucie Daudin

Glossaire

Texte intégral

Assimilation

Voir Intégration (modèles d’).

Allophone

Terme initialement utilisé au Canada pour désigner une personne dont la langue première est différente de la (ou des) langue(s) officielle(s) du pays où elle réside.

En France, le terme est notamment utilisé dans l’Éducation nationale ; ainsi les centres académiques pour la scolarisation des enfants allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs (Casnav) ont pour mission d'accompagner la scolarisation des élèves récemment arrivés en France sans maîtrise suffisante de la langue française.

Atelier de conversation

Séance permettant à des personnes en cours d’apprentissage d’une langue de pratiquer celle-ci à l’oral, dans un cadre collectif et convivial. La personne qui propose les thèmes et fait passer la parole est un locuteur natif de cette langue. Elle ne se positionne pas comme un enseignant mais comme un animateur ; en bibliothèque, c’est un rôle souvent tenu par les bibliothécaires eux-mêmes, ou parfois par des bénévoles.

Atelier sociolinguistique (ASL)

Approche pédagogique qui cherche à renouveler les actions d’alphabétisation. Les ASL ont pour objectif de faire acquérir aux publics concernés les compétences nécessaires pour fréquenter en autonomie les lieux du quotidien : la langue est considérée comme un moyen pour faciliter les interactions, auquel il faut adjoindre la connaissance des codes sociaux.

Centre d'accueil pour demandeurs d'asile (CADA)

Établissement spécialisé pour l'hébergement et l'accompagnement des demandeurs d'asile durant toute la procédure. La gestion des CADA est déléguée à des associations ou entreprises.

Contrat d’intégration républicaine (CIR)

À compter du 1er juillet 2016, tout étranger non européen, admis au séjour en France et souhaitant s'y installer durablement, doit conclure avec l’État un CIR (auparavant appelé Contrat d’accueil et d’intégration [CAI]). Il s’engage alors à participer à des formations, prescrites suite à un entretien avec un auditeur de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) : la formation civique est obligatoire ; la formation linguistique est prescrite selon les résultats à un test de connaissance du français.

Le respect du CIR conditionne la délivrance d’une carte de séjour pluriannuelle lors du renouvellement du titre de séjour.

Demandeur d’asile

Personne qui dépose (ou a déposé) une demande d’asile, afin de bénéficier du statut de réfugié.

Durant l’examen de la demande d’asile, les demandeurs reçoivent une autorisation provisoire de séjour qui n’ouvre pas le droit d’exercer une activité professionnelle.

Discrimination

Inégalité de traitement, fondée sur un des 23 critères interdits par la loi française (dont l’appartenance ou non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une Nation, une prétendue race ou une religion déterminée) et dans un domaine visé par la loi (accès à un service, etc.).

Étranger

Personne qui ne possède pas la nationalité du pays dans lequel elle réside.

Français langue étrangère (FLE)

Langue française enseignée à des apprenants non francophones.

Le FLE est aussi un cursus universitaire : l'obtention d’un parcours FLE dans le cadre d’une licence permet de s'inscrire en master FLE.

Immigré

Personne née étrangère à l’étranger et résidant en France de façon durable.

Le Haut conseil à l’intégration (HCI, dissous en 2012) avait précisé cette définition au début des années 1990 ; elle reste utilisée par les démographes français pour dénombrer les immigrés en les distinguant des étrangers. En effet, les immigrés peuvent devenir français par acquisition ; ils continuent néanmoins à être comptabilisés dans la population immigrée. Par contre, même s’ils peuvent parfois être perçus comme tels, les descendants d’immigrés ne sont pas des immigrés.

Interculturalité

Rencontre et interaction entre des cultures différentes. Le respect mutuel et la réciprocité sont au cœur de l’approche interculturelle : alors que les termes multiculturel et pluriculturel renvoient à la coexistence de plusieurs cultures et énoncent un constat, l’interculturel relève plutôt d’une démarche.

Insertion

Voir Intégration.

Intégration

Processus inscrit dans la durée, au cours duquel des immigrés partagent peu à peu des valeurs, des modes de vie et la langue d’une société d’accueil. L’intégration se distingue de l’insertion, qui relève de la participation au niveau individuel à un système économique et social.

D’après le HCI, « une politique d’intégration ne concerne pas seulement les immigrés. […] L’intégration demande un effort réciproque, une ouverture à la diversité qui est un enrichissement mais aussi une adhésion ». L’objectif de cohésion sociale qui sous-tend les politiques d’intégration se retrouve aujourd’hui dans l’expression « vivre ensemble ».

Intégration (modèles d’)

Les politiques d’intégration de la fin du xxe siècle se réfèrent à deux modèles qu’il est d’usage d’opposer. Le modèle français, dit assimilationniste, vise à fondre les nouveaux arrivants dans une culture homogène, en reléguant leurs spécificités culturelles au strict domaine privé. La politique d’intégration des États-Unis, héritée du mouvement des droits civiques des années 1960, s’incarne dans un multiculturalisme qui reconnaît les communautés culturelles comme constitutives du corps social.

Migrant

Terme de plus en plus usité dans les médias et le langage courant à la place d’immigré, induisant un déplacement encore en cours, alors que le terme immigré implique une installation durable dans le pays d’accueil. Autre connotation portée par le terme migrant : les migrants choisiraient d’émigrer pour améliorer leurs conditions d’existence, par opposition aux réfugiés ou demandeurs d’asile qui y seraient contraints : en témoigne la Déclaration de New York (Nations unies, 19 septembre 2016) évoquant les « flux associant réfugiés et migrants, qui se déplacent pour des raisons différentes ».

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) propose une définition plus inclusive, un migrant s’entendant de « toute personne qui, quittant son lieu de résidence habituelle, franchit ou a franchi une frontière internationale ou se déplace ou s’est déplacée à l’intérieur d’un État, quels que soient le statut juridique de la personne, le caractère volontaire ou involontaire du déplacement, les causes du déplacement ou la durée du séjour ».

Mineur isolé étranger (MIE) ou Mineur non accompagné (MNA)

Jeune de moins de 18 ans qui se trouve en dehors de son pays d’origine sans être accompagné d’un parent.

On estime qu’environ 10 000 mineurs se trouvent aujourd’hui dans cette situation en France métropolitaine. D’un côté, le droit français de la protection de l’enfance, réformé en mars 2016, leur est applicable, quelle que soit leur nationalité ; d’un autre côté, ils sont confrontés à la législation relative au séjour et à l’entrée des étrangers en France.

Multiculturalisme

Voir Intégration (modèles d’).

Multiculturel

Voir Interculturalité.

Réfugié

Dans le langage courant, personne contrainte à quitter son pays et ne pouvant y retourner. Juridiquement, un réfugié est une personne qui a demandé l’asile dans un pays étranger et qui s’est vue reconnaître ce statut.

En France, c’est l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) qui instruit les demandes d’asile et reconnaît le cas échéant la qualité de réfugié, en s’appuyant sur la Convention de Genève de 1951, selon laquelle est éligible à la qualité de réfugié toute personne qui, « craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut, ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ».

Roms

Groupe humain qui a migré il y a plusieurs siècles depuis l’Inde du Nord jusqu’en Europe ; en 2014, 10 à 12 millions de Roms vivaient sur le continent européen, dont 400 000 en France (source : Conseil de l’Europe).

Il convient de distinguer :

  • Roms et Roumains : la Roumanie compte le nombre le plus important de Roms, mais tous les Roms ne sont pas Roumains ;
  • Roms et nomades : la grande majorité des Roms en Europe est aujourd’hui sédentaire ;
  • habitat rom et bidonvilles : la population des bidonvilles français, si elle est majoritairement de culture rom, ne représente qu’une toute petite partie des Roms vivant en France.

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search