Version classiqueVersion mobile

Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque

 | 
Lucie Daudin

Mémento

Lucie Daudin

Texte intégral

1Ont été présentés ici des expériences et témoignages variés, suscités par des contextes locaux. Quelles lignes de force en retenir ?

2Affirmons tout d’abord que travailler en direction ̶ ou plutôt avec ̶ des publics migrants et immigrés implique nécessairement de se positionner dans un double mouvement.

3Il s’agit simultanément de viser à :

  • proposer ce que la bibliothèque a à offrir dans les champs culturel et éducatif / renouveler les formes d’intervention, pour mieux répondre à la mission d’inclusion sociale partagée avec d’autres services publics ;
  • prendre en compte la pluralité culturelle des publics, valoriser la diversité des langues et des cultures / donner accès à des référents communs, au-delà des héritages et des traditions de chacun·e ;
  • développer des actions spécifiques / assurer un accueil basé sur une similaire bienveillance à l’égard de tou·te·s ;
  • soutenir des apprentissages, accompagner des parcours d’intégration / être soi-même à l’écoute, se questionner sur ses propres postures ou présupposés, aller jusqu’à porter ce questionnement auprès de publics plus traditionnels des bibliothèques.

4Pour tenter de prendre en compte ces différentes approches et de rendre fécondes les contradictions, ce mémento propose cinq grands axes de travail, qui émergent de l’ensemble des articles qui précèdent.

Comprendre

5C’est un vaste programme, qui implique des allers-retours entre une vision globale et ses implications locales. Diversifier les approches est essentiel, ce qu’on a d’ailleurs voulu mettre en œuvre dans cet ouvrage, éléments statistiques, explications historiques et sociologiques, approches ethnologiques ou littéraires se répondant.

6Il est primordial d’accompagner les équipes dans un mouvement d’objectivation et d’explicitation des situations, à l’aide d’éléments factuels et analytiques, sans les opposer bien sûr à l’expérience sensible ou à la réalité de trajectoires individuelles.

S’entourer

7Les bibliothèques sont traversées par des problématiques qui les dépassent et qu’elles ne sauraient résoudre seules. Non seulement elles agissent dans le cadre de missions dévolues par une tutelle, mais de plus, l’efficacité de leur action repose en grande partie sur leur capacité à s’appuyer sur un réseau d’acteurs multiformes : autres services de la collectivité, structures associatives, professionnels d’autres domaines ou d’autres bibliothèques… autant de pistes à explorer, en fonction des situations.

8Le partenariat est aussi l’occasion de mettre en place des échanges de pratiques ou autres types de formations, qui contribuent à la montée en compétence des personnels.

Communiquer

9Un item qui arrive habituellement en fin de liste, mais déplacé ici à dessein : entrer en communication avec les publics, ou les partenaires qui les connaissent mieux, s’avère indispensable avant de mettre en place quelque projet que ce soit. Trouver les modalités pour communiquer, en particulier dans quelle langue, avec quelles possibilités de traduction, orale ou écrite, n’est pas anodin et doit si possible se penser en amont.

10Développer les compétences des professionnels en anglais, mettre en place des outils à cette fin est un premier pas. Repérer lors des recrutements, et utiliser par la suite, des compétences linguistiques diverses peut faire l’objet d’une autre étape.

11En complément : simplifier pour tou·te·s, tout le temps, la communication écrite en français !

Adapter et s’adapter

12Accueil, collections, actions culturelles et services : au sein de ces grands pans de l’offre d’une bibliothèque, qu’avons-nous à proposer aux publics qui font l’objet de ce livre ? Que faut-il revisiter, développer, ou tout simplement adapter, pour rencontrer leur attention et satisfaire au moins une partie de leurs besoins ? Les réponses sont à trouver, autant que possible, dans l’échange et dans des démarches participatives, qui valent d’ailleurs pour tous les publics, constituant un mouvement de fond de l’évolution des bibliothèques d’aujourd’hui.

Se former

13La question des besoins en formation des professionnels est un fil rouge des différentes contributions comme de cette conclusion.

  • 1 L’article 103 de la loi NOTRe (2015), selon lequel « La responsabilité en matière culturelle est ex (...)

14En particulier, si décliner avec réussite des actions adaptées aux publics passe par la capacité à s’adapter en situation d’échange interculturel, celle-ci peut aussi se concevoir comme une compétence à acquérir. L’inscrire dans un plan de formation suppose que la mission d’accueil des publics multiculturels soit portée par la tutelle1 et inscrite d’une manière ou d’une autre dans le projet de service.

Notes

1 L’article 103 de la loi NOTRe (2015), selon lequel « La responsabilité en matière culturelle est exercée conjointement par les collectivités territoriales et l'État dans le respect des droits culturels énoncés par la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles du 20 octobre 2005 » offre justement une assise et un levier pour développer des politiques culturelles donnant une nouvelle place à chacun·e.

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search