Version classiqueVersion mobile

Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque

 | 
Lucie Daudin

Partie 4. L'interculturalité en pratique

La diversité culturelle dans les médiathèques de Plaine Commune, une approche par les langues

Marion Giuliani

Texte intégral

1Plaine Commune, ex communauté d’agglomération devenue un établissement public territorial au sein de la Métropole du Grand Paris, regroupe les villes d’Aubervilliers, Épinay, La Courneuve, L’Île-Saint-Denis, Pierrefitte, Saint-Denis, Saint-Ouen, Stains et Villetaneuse. Depuis le transfert de la compétence lecture publique à la collectivité en 2005, le projet s’est concrétisé en constructions et rénovations d’équipements, ainsi que dans le développement des services autour de principes forts, portés politiquement : gratuité et adaptation aux besoins de la population.

  • 1 Données 2008. L’IDH est un indice statistique composite intégrant l’espérance de vie à la naissance (...)
  • 2 Chiffres du recensement Insee 2011. [En ligne] < http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/recensement/populations-legales/france-departements.asp?annee=2011#top >.

2Sur ce territoire de près de 415 000 habitants, l’indice de développement humain (IDH)1 accuse 32 points d’écart par rapport à la Région. Le taux de chômage et le nombre de non diplômés (parmi les plus de 15 ans non scolarisés) sont nettement plus importants qu’en Île-de-France en général : respectivement 37 % et 35.8 % contre moins de 15 % et 18.7 %2.

3C’est dans ce contexte que le projet de service de la lecture publique se décline à partir d’une mission principale : « faire des médiathèques des lieux utiles à la population du territoire en contribuant par un service de proximité et de qualité au parcours de chacun dans les domaines de la culture, des loisirs, de l'information, de la formation, de la vie quotidienne et citoyenne », avec pour priorité d’élargir le public des médiathèques « aux habitants qui n’accèdent pas aisément aux lieux de culture ». Cette priorité est le fil rouge de chaque projet d’équipement et en structure toutes les actions.

4134 nationalités différentes se côtoient à Plaine Commune, où 29 % de la population est de nationalité étrangère et 14 % de la population est française par acquisition. L’adaptation des médiathèques aux besoins des publics se traduit nécessairement par une attention particulière portée aux cultures et langues diverses parlées sur le territoire.

Inclure et valoriser tous les publics

La reconnaissance des langues maternelles

  • 3 Vassiliki Pantazi, « La valorisation de la langue maternelle des élèves issus de l’immigration en c (...)

5Pour travailler la question des langues pratiquées sur le territoire, le réseau de lecture publique de Plaine Commune a choisi de parler de « langues maternelles » (dites aussi langues premières) plutôt que de « langues étrangères », terme plus excluant et moins universel. Chacun a appris à communiquer dans une langue première, qui est celle de l’enfance, et de l’affectivité. En cela elle est « un facteur majeur d’intégration socioculturelle et d’équilibre psychologique »3.

6Pour le réseau des médiathèques, reconnaître ces langues maternelles comme légitimes, c’est se donner les moyens d’entrer en contact avec tous les habitants et donc de desservir tous les publics sans discrimination. C’est aussi se décentrer d’une démarche uniquement intégratrice pour rechercher une inclusion plus large et moins hiérarchisée.

7Incarnant cet axe de travail, les flyers de communication édités par le réseau pour promouvoir les services offerts par les médiathèques ont été traduits en six langues : l’anglais, l’espagnol, le chinois, l’arabe, le portugais et le tamoul. Le message est simple, identique au flyer en français : les médiathèques sont gratuites et ouvertes à tous, on y trouve des livres, CD, DVD et magazines ainsi qu’une offre de ressources numériques.

8Les enjeux de cette communication sont à la fois de l’ordre du pratique (entrer en contact, donner de l’information) et du symbolique (l’usage ou le non-usage du français ne conditionne pas la réception du message). La relation proposée n’est pas d’emblée celle de l’apprentissage ou de l’accompagnement, sans pour autant que ces possibilités soient exclues, mais évite d’assigner le locuteur d’une autre langue que le français à cette unique posture d’apprenant.

Flyer de communication en tamoul (recto/verso)

Flyer de communication en tamoul (recto/verso)

Un diagnostic récent des fonds en version originale et des actions associées

9Un groupe de travail piloté par Penda Diouf, responsable de la médiathèque Ulysse à Saint-Denis, a établi en 2016 un état des lieux complet des collections proposées dans les médiathèques en langues autres que le français, ainsi que des animations destinées à valoriser ces collections et à faire connaître des cultures différentes à tous les habitants. Adossé aux données statistiques sur le territoire, cet état des lieux prend également en compte les langues enseignées dans le secondaire dans chaque ville et analyse les usages des collections par les publics. Assorti de préconisations, ce diagnostic a pour vocation d’irriguer les projets d’équipement de façon transversale et d’orienter les choix de documents, d’actions et de services, de partenariats, voire de formations.

10Depuis plusieurs années, les médiathèques de Plaine Commune proposent dans certains établissements du réseau, de manière assez classique, des fonds pour adultes en langues européennes (principalement en anglais et espagnol), en veillant à ce que chaque fonds soit suffisamment fourni pour permettre un vrai choix à l’usager. Des livres pour enfants dans un vaste panel de langues sont quant à eux présents dans l’ensemble des médiathèques.

11De plus, trois fonds dans des langues parlées sur le territoire ont été constitués, en turc, tamoul et chinois (mandarin). Ces fonds ont été mis à disposition du public dans des équipements proches de communautés importantes (respectivement à Pierrefitte, La Courneuve et Aubervilliers), pour plus de visibilité et éviter le saupoudrage des documents sur tout le réseau. Cet aspect pratique se double d’une fonction symbolique dans la mesure où un fonds identifié valorise de fait la culture qui s’y trouve associée et ouvre de nombreuses possibilités d’actions et d’animations (voir infra).

12L’état des lieux a permis de constater que le taux de rotation de ces fonds est plus important que celui des fonds liés à une pratique scolaire (allemand, espagnol ou italien) et qu’ils bénéficient manifestement de leur bonne visibilité. L’offre y est en outre plus diversifiée (albums, livres pratiques : cuisine, santé, éducation etc.) que dans le cas des langues « scolaires » davantage représentées par les romans et études classiques. Les pratiques d’emprunt ne se cantonnent donc pas aux méthodes de FLE et autres supports d’apprentissage du français mais reflètent bien un usage multiple et familial des fonds proposés.

Rendre possibles les rencontres

Des propositions pour faciliter l’insertion et les échanges

13Pour autant, les médiathèques de Plaine Commune s’emploient bien à jouer leur rôle de facilitateur et d’aide à l’insertion. Elles proposent par exemple très régulièrement, outre des ateliers informatiques « techniques » permettant d’acquérir les prérequis à une recherche d’emploi ou de formation (initiation aux périphériques, création d’une boîte mail, d’un identifiant, téléchargement d’une pièce jointe, etc.), des ateliers de conversation pour l’animation desquels le personnel volontaire a été formé à l’écoute et la reformulation.

14Conçus et présentés comme des moments de convivialité, ces ateliers ne sont pas des cours de français mais offrent l’occasion de pratiquer une langue française quotidienne, parlée, dans un cadre aussi bienveillant et ludique que possible. Ces « conversations » animées par les bibliothécaires suscitent rencontres et échanges entre les participants : pour certains d’entre eux, isolés parce que peu familiers de l’environnement et des codes et moins entourés que d’autres par une communauté, familiale ou autre, pratiquer la langue dans le cadre des ateliers aide à acquérir quelques clés, une meilleure connaissance des lieux, des usages, des circulations. Il s’agit de progresser en français autant que de créer du lien avec l’autre, quels que soient sa langue maternelle et son parcours.

15À Saint-Denis, la médiathèque Ulysse propose ces ateliers aux adhérentes de l’Association des Femmes du Franc-Moisin depuis plusieurs années. Longtemps hebdomadaires, les séances sont aujourd’hui mensuelles et développent d’autres contenus plus élaborés. La progression en français des participantes, autorisée par la régularité des séances et la permanence du groupe captif, peut ici s’évaluer. Sur d’autres formats au public non captif, la volatilité des usagers ne le permet pas nécessairement, mais le bénéfice en termes relationnels semble acquis.

  • 4 Voir la contribution d’Alexandra Filhon : « Langues et politiques publiques : le paysage français » (...)

16Les médiathèques sont par ailleurs partenaires des opérateurs ASL, associations et formateurs qui accompagnent dans leur parcours les primo-arrivants ayant signé avec l’État un Contrat d’intégration républicaine (CIR)4. Ce partenariat prend des formes diverses, de l’accueil de groupe en médiathèque à la formation de formateur sur les outils de FLE proposés sur la plate-forme numérique des médiathèques (médi@TIC), ou encore la mise à disposition de locaux pour des ASL.

17Il appartient aux partenaires d’évaluer les capacités linguistiques des participants dans le cadre du CIR. Aux bibliothécaires d’évaluer leur propre action : coordination des acteurs, visibilité et mise à disposition des ressources, accompagnement sur les outils.

Créer des passerelles : l’exemple de « Lire Écouter Voir »

  • 5 Vassiliki Pantazi, op. cit., p. 401.

18Plus difficile à évaluer mais au cœur de la démarche des médiathèques : la création de passerelles, de moments ou de liens parfois ténus mais fondamentaux pour que le vivre ensemble que chaque acteur de la société appelle de ses vœux s’incarne réellement. Non seulement valoriser les langues maternelles facilite l’apprentissage du français, et donc l’insertion, mais au-delà du bénéfice linguistique, c’est inviter chacun à partager, à « communiquer et se sentir fier de ses bagages culturels »5 et à découvrir d’autres modes de vie et cultures sous un angle autre que celui de la confrontation. Ce principe fait consensus dans la communauté éducative depuis des années et sous-tend le travail des médiathèques de Plaine Commune en direction des publics allophones et francophones.

Focus

Valoriser une langue, une culture, voire une communauté, sans léser les autres (langues, cultures, communautés) peut s’avérer en effet complexe, à Plaine Commune comme ailleurs. Là où tant de populations d’origines diverses cohabitent, comment favoriser une rencontre véritable sans se voir reprocher des stratégies communautaristes ?

19C’est tout l’enjeu de tout ce qui est entrepris à Plaine Commune autour des langues maternelles et des cultures du territoire, valorisées notamment via les trois fonds en langues chinoise, tamoule et turque.

20Chacun de ces fonds a donné lieu à un lancement public sous forme d’inauguration festive, couplée à la publication d’un catalogue bilingue et d’un ensemble d’articles et de portraits réunis sous le titre « Lire Écouter Voir, le monde dans les médiathèques de Plaine Commune ».

  • 6 Ces articles et portraits ont été écrits par Mustapha Harzoune et Samia Messaoudi.

21La finalité est double. La première partie fournit aux usagers un outil de repérage des documents proposés, empruntables, et qui compense le fait que le catalogue en ligne ne permet pas à ce jour de publier des notices autres que translittérées (transposées dans l'alphabet latin). La seconde partie, intitulée « Regards » permet de brosser un tableau vivant et divers des pays ou régions d’origine (Turquie, Wenzhou en Chine, Tamil Nadu en Inde du Sud, Sri Lanka), ainsi que des habitants (artistes, commerçants, militants etc.)6. « [Pour] que chacun, qu’il lise ou non le turc, puisse mieux faire connaissance avec cette culture, qui est peut-être celle de son voisin de palier », comme le précise l’édito de la première de ces publications. Car connaître quelques éléments de l’histoire ou du folklore du pays en question ne suffit pas à imaginer les parcours des émigrés jusqu’en France, ni les ressorts de leur motivation, les ressources qu’ils mettent en œuvre ou la réalité de leur vie quotidienne.

22Pour élaborer ces catalogues bilingues et traduire les articles et notices, les médiathèques ont eu recours à de multiples « passeurs », qu’il s’agisse de traducteurs professionnels, d’étudiants, ou bien encore de bibliothécaires du réseau, ressources internes précieuses quand elles existent.

23Les publications Lire Écouter Voir, pensées comme des outils de médiation des fonds, ont donc été présentées au public en même temps que les médiathèques proposaient des programmes variés et festifs d’actions culturelles dont l’ambition était de permettre la participation de tous et, toujours, la découverte de l’autre. Le rôle des partenaires est majeur dans la construction de ces programmations, pour travailler au plus près de la réalité d’un quartier et insérer la médiathèque dans une vie culturelle et sociale porteuse de sens. Par exemple, les animations pour fêter le Nouvel an chinois par la médiathèque André Breton d’Aubervilliers sont organisées chaque année en concertation et en complémentarité avec la programmation commune du service municipal de démocratie locale, des associations et acteurs locaux et des initiatives des habitants. Pour valoriser sans assigner, il faut que chaque partenaire impliqué trouve de quoi nourrir sa propre action, dans une logique commune. Il est donc important de définir avec les partenaires les objectifs partagés pour chaque animation co-construite.

Adapter les pratiques professionnelles

Des matinées de sensibilisation aux différentes cultures

  • 7 Directeur de publication, avec notamment Liwen Dong, de l’ouvrage collectif La Chine à Paris : enqu (...)

24En complément de ce dispositif de médiation des collections, le personnel des médiathèques a bénéficié de matinées de formation au cours desquelles leur ont été présentés des éléments de connaissance et de compréhension des potentiels usagers d’origine chinoise, turque et tamoule, de leurs itinéraires et de leurs besoins. En 2012, lors d’une matinée consacrée à la communauté chinoise d’Île-de-France, Richard Beraha7 a ainsi donné aux bibliothécaires de Plaine Commune des clefs de connaissance et de compréhension de cette communauté, allant des ressorts de l’immigration aux logiques d’intégration et de réussite.

25Le but ici n’est pas d’adopter une posture professionnelle différente vis-à-vis de ce public mais bien au contraire de se doter des bons outils pour rester professionnel face à des codes comportementaux éventuellement différents (par exemple : regarder ou ne pas regarder dans les yeux en disant bonjour…).

S’adapter aux usages et réalités éditoriales

26Proposer des fonds adaptés implique d’avoir une politique d’acquisition à l’épreuve des usages et des réalités éditoriales.

27À Plaine Commune, les langues enseignées et présentes dans les collections dans des niveaux accessibles et adaptés (des éditions bilingues souvent) sont bien utilisées par les usagers.

28A contrario, des langues parlées sur le territoire et disponibles dans les médiathèques ne sont pas forcément un gage de succès pour ces fonds. À cela plusieurs explications possibles : l’usage parlé diffère trop de l’usage de l’écrit (c’est le cas de l’arabe notamment, dialectal dans sa pratique courante, littéraire dans l’édition) ; ou alors les documents ne sont peut-être pas assez attractifs (disparates ou obsolètes).

29Le conseil des librairies spécialisées est primordial pour les réassorts de fonds comme les constitutions ex nihilo. Concernant ces dernières, une première analyse des pratiques d’emprunt après quelques mois peut conduire à des réajustements. Les collections en chinois pour les adultes ont ainsi été retravaillées pour proposer davantage de livres sur l’éducation, la santé, la cuisine et l’apprentissage du français, et moins de littérature classique, traduite ou non. Les enfants fréquentant la médiathèque André Breton, pour la plupart nés en France et scolarisés, parlant français, apprennent le chinois le mercredi ou le dimanche et utilisent donc pleinement les collections en mandarin pour leur apprentissage et aussi, sans doute pour les plus petits, pour lire avec leurs parents dans leur langue maternelle.

  • 8 Et éventuellement de la présence de bibliothécaires ressources dans les équipes.

30Le pragmatisme dans la prise en compte de la demande et des besoins des usagers doit aussi se plier aux réalités de l’offre éditoriale. Le diagnostic des langues parlées et enseignées sur un territoire doit nécessairement se doubler d’un diagnostic de la production éditoriale, mais surtout de la réalité des pratiques de lecture8. Les fonds turc et chinois proposent par exemple de la littérature traduite (l’incontournable Harry Potter, Bridget Jones ou dans un registre plus classique, L’amant), ce qui n’existe pas en tamoul. À l’inverse, l’astrologie ou les romans sentimentaux, prisés du public et présents dans la production tamoule, le sont dans les collections, comme sont représentés les romans de cape et d’épée dont le public d’origine chinoise est amateur.

D’autres formats pour les cultures orales

31Les documents en langues africaines quant à eux trouveraient certainement leur public, mais essentiellement orales, ces langues sont peu présentes dans l’édition, bien que certaines soient depuis peu disponibles chez des éditeurs français (le label Céytu, créé par Zulma et Mémoire d’encrier, propose des titres francophones traduits en wolof).

32La valorisation de ces cultures orales, forcément peu incarnées dans l’écrit, est un des axes que vont développer les médiathèques de Plaine Commune, toujours dans la même démarche d’élargissement des publics et avec le souci de tous les desservir sans discrimination.

33Le festival de contes proposé sur l’ensemble du réseau depuis plusieurs années en est déjà le vecteur privilégié. La programmation de contes bilingues en français et autres langues sera prochainement l’occasion de découvrir une langue parlée, vivante et animée, tant pour les locuteurs natifs que pour leurs enfants ou pour tout public curieux de l’autre.

Notes

1 Données 2008. L’IDH est un indice statistique composite intégrant l’espérance de vie à la naissance, le pourcentage de la population âgée de plus de 15 ans sortie du système scolaire avec un diplôme et le revenu imposable médian des ménages par unité de consommation. Tous les chiffres sont issus du Contrat de ville de Plaine commune signé en 2015. [En ligne] < http://www.plainecommune.fr/uploads/media/contrat_de_ville.pdf >.

2 Chiffres du recensement Insee 2011. [En ligne] < http://www.insee.fr/fr/ppp/bases-de-donnees/recensement/populations-legales/france-departements.asp?annee=2011#top >.

3 Vassiliki Pantazi, « La valorisation de la langue maternelle des élèves issus de l’immigration en classe de langues vivantes », in Actes du colloque 2008, année européenne du dialogue interculturel : communiquer avec les langues-cultures, université de Thessalonique, pp. 400-401. [En ligne] < http://www.frl.auth.gr/sites/congres/Interventions/FR/pantazi.pdf >.

4 Voir la contribution d’Alexandra Filhon : « Langues et politiques publiques : le paysage français », p. 38.

5 Vassiliki Pantazi, op. cit., p. 401.

6 Ces articles et portraits ont été écrits par Mustapha Harzoune et Samia Messaoudi.

7 Directeur de publication, avec notamment Liwen Dong, de l’ouvrage collectif La Chine à Paris : enquête au cœur d’un monde méconnu, Paris, R. Laffont, 2012 (coll. Le monde comme il va).

8 Et éventuellement de la présence de bibliothécaires ressources dans les équipes.

Table des illustrations

Titre Flyer de communication en tamoul (recto/verso)
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7742/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7742/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

Auteur

Directrice des médiathèques d’Aubervilliers, Réseau de Plaine Commune

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search