Version classiqueVersion mobile

Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque

 | 
Lucie Daudin

Partie 4. L'interculturalité en pratique

« L’Odyssée des langues du monde » : une expérience multilingue et participative

Coralie Laurent

Texte intégral

  • 1 Septembre 2016.

1Depuis septembre 2015 et encore au moment où s’écrit cette contribution1, la médiathèque du Bachut (Bibliothèque municipale de Lyon [BmL]) mène une « Odyssée des langues du monde avec les habitants du 8e ». Ce projet participatif répond à la volonté de valoriser le multiculturalisme caractéristique de l’arrondissement.

Donner à voir et à entendre les langues des habitants

  • 2 Le multilinguisme renvoie à la coexistence de plusieurs langues au sein d'un groupe social, alors q (...)

2C'est la rencontre avec une association qui fut le déclencheur de ce projet. Cette association, Europe & Cies, a pour cœur de mission la valorisation du multilinguisme et du plurilinguisme2, en mettant en relation des associations culturelles et linguistiques entre elles. Leur souhait de travailler avec la médiathèque a trouvé un écho chez les bibliothécaires, qui voulaient mettre en place un projet participatif avec les habitants valorisant la diversité culturelle de l'arrondissement. De collaboration ponctuelle, ce qui fut d'abord le « projet langues » est devenu une « Odyssée », impliquant l'ensemble de l'équipe de la médiathèque ainsi que de nombreux partenaires institutionnels et associatifs locaux.

Un environnement territorial déterminant

3La médiathèque du Bachut est située dans le 8e arrondissement de Lyon. Avec ses 81 000 habitants, l’arrondissement est marqué par la présence d’une population en grande précarité et de quatre quartiers prioritaires en Politique de la ville. Lieu d'implantation des populations issues des vagues d'immigration successives, il présente une importante diversité culturelle et linguistique.

Co-construire avec les habitants…

4Il y a, au départ, la question des valeurs portées par la bibliothèque. Construire un projet à travers le prisme des langues est d'abord un moyen pour aborder les questions de multiculturalisme, pour donner à voir – à entendre – dans l'espace public la diversité culturelle dans ce qu'elle apporte de richesses. C'est la volonté de favoriser la rencontre, le dialogue, le fameux « vivre-ensemble ».

5Mais la question des langues est aussi une formidable porte d'entrée dans les parcours de vie des habitants. Si toucher les publics éloignés des structures culturelles est un objectif de la médiathèque, s'intéresser à eux dans ce qu'ils sont est un préalable. Ici, nous n'apportons pas un savoir institutionnel ou des outils de formation. Nous partons au contraire de ce que les habitants ont à nous apporter. De là, la relation avec les usagers s'avère profondément modifiée : le dialogue s'instaure, la confiance se construit.

6Enfin, et il s'agit là davantage d'un objectif de forme, le principe d'actions participatives et menées en partenariat avec les divers acteurs du territoire s'est imposé comme une évidence.

… et avec les partenaires

  • 3 Voir la contribution de Stéphanie Alexandre et Lucie Daudin : « Identifier des associations ressour (...)

7De nombreuses structures et associations socioculturelles maillent le territoire du 8e arrondissement. Dès le début du projet d'Odyssée des langues, il est apparu incontournable de leur proposer d'y participer, à la fois pour mixer les publics, et pour multiplier les approches en fonction des compétences de chaque structure. Ont été associés au projet à divers niveaux, outre Europe & Cies, les deux maisons des jeunes et de la culture (MJC), les quatre centres sociaux, des lieux d'accueil des parents des écoles, des centres de loisirs, Forum réfugiés3, Art & développement, des théâtres, et en interne le Pôle mobile de la BmL.

8Le temps long – 2 ans – doit permettre à la fois de rencontrer et d’associer sur ce projet les différents partenaires et de tisser une relation de confiance avec les habitants.

9Concernant les types d'action, nous avons décidé de ne rien verrouiller sur les formes de participation et de restitution, pour permettre de prendre en compte les compétences et appétences des participants ainsi que les objectifs propres à chaque structure partenaire.

10C'est donc un projet qui s'est co-construit au fur et à mesure de sa réalisation.

Combiner actions de fond et événementiel : contes multilingues, Nuit polyglotte…

L'arbre-des-langues : un fil rouge

11Après le lancement du partenariat avec Europe & Cies, en septembre 2015, par le biais d'une exposition et d'une soirée de rencontre autour des langues du monde, nous avons véritablement démarré le programme d'Odyssée des langues en février 2016, avec la pose d'un « arbre-des-langues » dans le hall de la médiathèque. Fil rouge des actions du premier semestre, ce magnifique bouleau prêté par le service des espaces verts a reçu pendant cinq mois des feuilles accrochées par les usagers, sur lesquelles ils étaient invités à écrire un mot, une phrase, un poème, un proverbe… en langue étrangère et en français.

12Parallèlement, le premier temps fort a été fixé au 27 mai 2016 : une « Nuit polyglotte ». Le but était de restituer les actions menées au cours du semestre, et de faire participer les habitants lors de cette soirée festive et multilingue, selon leurs envies.

13L'arbre-des-langues a donc tenu lieu, non seulement de fil rouge, mais aussi de moyen pour « recruter » des habitants volontaires pour participer à la Nuit polyglotte.

14Nous avons organisé la collecte des textes destinés à l'arbre-des-langues par le biais d'actions de médiation, tous les samedis après-midi, dans le hall de la médiathèque. L'idée était d'accrocher le public qui entrait, au fil de l'eau, d'abord par un petit jeu brise-glace, puis d'inviter les usagers qui le souhaitaient à écrire sur une feuille pour l'arbre. Enfin, pour ceux qui avaient manifesté de l'intérêt pour partager leur langue, nous prenions leur contact pour leur proposer de participer à la Nuit polyglotte. Nous avons ainsi recueilli des mots en 40 langues différentes lors de la première collecte.

15Ces temps réguliers ont été la clé pour la recherche de publics, et pour communiquer sur notre action.

Comment mobiliser ?

16La communication écrite institutionnelle (plaquettes, affiches) n’est que peu opérante pour ce genre d’action. La distribution de programmes accompagnée d’une présentation orale, l’invitation de vive voix, le bouche-à-oreille ont bien davantage fonctionné. De même, le réseau partenarial a permis de mobiliser des habitants par divers biais : groupes d’apprentissage du français, parents des écoles, associations linguistiques, etc. Afin de faciliter la mobilité des habitants entre les structures et de permettre l’identification du projet Odyssée des langues, un logo ainsi que des visuels ont été créés par une stagiaire venue de l'école Émile Cohl. Le logo a été reproduit sur des badges, largement distribués.

17La mobilisation des habitants a donc eu lieu non seulement dans la médiathèque, mais aussi en d’autres lieux de l’arrondissement. Au cours du semestre, la mobilité des collègues de la médiathèque hors-les-murs et l’implication des partenaires ont permis la réalisation d’ateliers de collecte de feuilles multilingues en divers lieux. Certains partenaires ont aussi créé des arbres-des-langues dans leur structure. D'autres arbres verront le jour la saison prochaine. L’arbre fut donc un bon moyen pour enclencher des animations peu gourmandes en temps de préparation, sur lesquelles différents acteurs ont pu s’engager de manière réactive, en attendant de mener des actions plus construites par la suite.

Une diversité d’animations multilingues

18Ces premiers mois de construction de l'Odyssée ont aussi été rythmés par d'autres actions, avec l'idée qu'il se passe des choses autour des langues tout au long du projet. Les usagers pouvaient assister ou participer à un seul événement, ou choisir de s'investir davantage et de poursuivre l'aventure. Encore une fois, il ne s'agissait pas de faire peur en proposant d'emblée un engagement sur six mois, mais de permettre à chacun de participer à sa mesure, et petit à petit d’entraîner les personnes les plus motivées à s'inscrire dans la durée de l'événement.

19Des parents ont participé en lisant des contes dans leur langue, à trois « temps du conte », devenus multilingue pour l’occasion. Ce furent de beaux moments de partage, plébiscités par le public, et dont les parents participants ont été ravis.

Tableau. Contes multilingues et participatifs : un exemple de fiche-action

Bébé bouquine (0-3 ans) Malle à histoires (à partir de 4 ans)
Type de programmation 2 séances d’une durée de 30 minutes chacune. 4 séances d’une durée de 40 minutes chacune.
Mobilisation des participants Parents faisant partie du public régulier de l’animation.Évocation du projet plusieurs mois à l’avance comme élément préparatoire à la mobilisation. Parents faisant partie du public régulier de l’animation.Personnes rencontrées lors des temps de médiation sous l’arbre-des-langues.Personnes sollicitées en salle jeunesse.
Choix des textes, comptines et chansons Les participants ont choisi leurs propres textes et sont venus avec. Certains participants sont venus avec leurs textes.Pour deux participants, les bibliothécaires ont proposé des albums bilingues du fonds.
Préparation et répétition Les participants ont répété ensemble le jour J, avant la séance publique.Les bibliothécaires avaient préparé un conducteur d’animation assez large pour pouvoir y insérer toutes les contributions, avec des comptines et des jeux de doigts pour assurer les transitions. Les participants sont venus répéter individuellement avec les bibliothécaires en amont. L’ensemble des participants ont répété le jour J avant la séance publique à la manière d’un filage.
Langues exprimées Portugais, anglais, chinois, espagnol, langue des signes française (LSF). Séances 1 et 2 : yorouba, coréen, chinois, arabe.Séances 3 et 4 : anglais, portugais, wolof, chants arabes.
Traduction/compréhension Les contes et comptines ont été mis en scène et certains ont donné lieu à une petite explication. Au vu de la tranche d’âge, une traduction n’était pas nécessaire. Lectures à deux voix : soit un bibliothécaire assurait la lecture de la traduction, soit un proche du participant (exemple : la fille de l’une d’entre elles).
Bilan quantitatif 60 personnes touchées et 2 bibliothécaires mobilisées. 55 personnes touchées et 2 bibliothécaires mobilisées.
Bilan qualitatif Les participants ont pris beaucoup de plaisir une fois le stress surmonté.Le public était captivé, surprenant même les collègues quant à la qualité d’écoute malgré la non-compréhension des langues.Certains ont exprimé le souhait de réitérer cette expérience vécue comme un véritable moment de partage culturel et de promotion d’un pan de leur langue d’origine.Expérience nouvelle et vécue comme formatrice par les bibliothécaires chargées de ces animations.

20Nous avons également accueilli deux groupes d'enfants sur le temps périscolaire, pour un parcours de découverte de la culture et de la langue arabes.

21Du côté des partenaires, un centre social a organisé avec le Pôle mobile de la BmL une soirée de lectures multilingues autour d'un repas partagé. Quant aux lieux d'accueil parents des écoles, un travail avait été initié autour des recettes de cuisine, écrites et dites en langue originale.

Un premier temps fort : la Nuit polyglotte

22Le contenu de la Nuit polyglotte s'est construit au fur et à mesure des rencontres avec les usagers et des échanges avec les partenaires.

23Au total, ce furent près de 60 habitants participants (lecteurs, conteurs, musiciens, etc.), et 200 spectateurs venus assister à la soirée. Un réel succès donc pour cette formule, où nous avons combiné interventions d'usagers, de bibliothécaires et de partenaires.

24Du côté des usagers : concert et spectacle polyglotte, contes pour les enfants, lectures de textes pour les adultes, présentation de recettes de cuisine, buffet partagé. Du côté des bibliothécaires : ateliers de découverte de la LSF et de l'alphabet arabe, jeux du monde et jeux en ligne. Par les partenaires : outre la scénographie, un atelier de confection de marionnettes et un atelier d'origamis ont complété l'offre en direction du jeune public. Nous avons ainsi choisi de faire un programme qui s'adresse à tous, pour permettre aux familles de venir. Chacun y a trouvé son compte, les parents pouvant écouter ou lire des textes pendant que leurs enfants participent à des jeux. Seul l'horaire tardif a été problématique pour les familles en fin de soirée.

Tâtonner pour parvenir à fédérer : un projet d’équipe

Du participatif, oui, mais comment ?

25Tout l'enjeu, et la difficulté identifiée dès le début du projet, a été de déterminer le degré de participation, entre la latitude totale laissée aux usagers et le cadrage par les organisateurs. Ne pas donner de consignes paralyse, à l’inverse trop cadrer fait peur ou décourage. Notre idée de départ, laisser le champ libre aux usagers pour l'organisation de la Nuit polyglotte, a donné lieu à des errements dans la communication auprès du public : « nous allons faire quelque chose mais nous ne savons pas quoi : êtes-vous intéressé ? », pour caricaturer volontairement nos propos ! Les premières séances de médiation ont donc été peu efficaces en termes de mobilisation du public. À partir du moment où nous avons proposé des types d'actions et commencé à prendre les coordonnées des personnes, l'organisation de la Nuit polyglotte a connu un coup d'accélérateur.

26Cela rejoint une deuxième difficulté : la fidélisation et la « contractualisation » se révèlent compliquées avec des publics volatiles. Nous avons constaté beaucoup de déperdition entre les publics qui se déclarent intéressés et les publics qui finalement se déplacent. Il ne faut pas hésiter à appeler et à rappeler les personnes, le téléphone et la communication de vive voix restant les modes de contact les plus efficaces. Pour les bibliothécaires, réactivité, souplesse et adaptabilité sont de rigueur !

27Je n'évoquerai pas les difficultés inhérentes au travail en partenariat qui sont bien connues : rythmes de travail différents, changements d'interlocuteurs, etc. Le choix du partenaire principal et co-porteur est crucial pour la réussite du projet.

Les réussites

28Au niveau professionnel, il s’agit d’un vrai projet d’équipe qui a suscité l’adhésion et l’implication de la quasi-totalité du personnel de la médiathèque, tous corps de métiers confondus : bibliothécaires, médiateurs, animateurs numériques, agents techniques… L’Odyssée des langues a permis de développer une cohésion d’équipe et de travailler en transversalité. Les collègues ont exprimé leur fierté d’avoir su organiser un événement comme la Nuit polyglotte.

29Si la fidélisation du public s’est avérée compliquée, les retours des usagers ont été, dès le départ, extrêmement positifs. Les temps informels de discussion ont permis de briser certaines barrières. L’image des bibliothécaires, et de la bibliothèque, en a été profondément modifiée. Nous avons de nombreuses fois été remerciés de mettre en valeur les langues, mais aussi de nous intéresser aux personnes qui les parlent. Les habitants se sont sentis valorisés, pris en compte. Alors que nous pensions difficile de franchir la frontière entre la langue parlée et le parcours de vie, nous avons eu nombre de discussions lors desquelles les usagers se sont livrés de manière extrêmement touchante. Cela nous a amenés à aborder les questions de migration, mais aussi de transmission familiale, de bilinguisme, de cohabitation des cultures au sein d’un même foyer. Autant de pistes à creuser pour la suite du projet.

Les perspectives

30« L’Odyssée des langues du monde avec les habitants du 8» prend de l’ampleur avec l’implication pour 2016-2017 de l’ensemble des partenaires sollicités. La première année a servi de tremplin pour démarrer des actions de promotion des langues et de la diversité. Ce temps a également été mis à profit pour permettre aux différents acteurs du territoire de se positionner. Le projet poursuit donc sa construction, avec décision prise d’une communication commune à tous les partenaires. Le fil rouge sera le montage d’une exposition multisupports de portraits de locuteurs, et l’organisation d’une nouvelle Nuit polyglotte en mai 2017, temps festif de restitution des actions qui auront été menées au cours de l’année. Certaines personnes touchées lors de la première année sont déjà force de proposition pour la programmation culturelle : le pari de l’implication des habitants dans les activités de la médiathèque commence à porter ses fruits. Pour tenir compte des problématiques soulevées lors des échanges avec les habitants, les questions du bilinguisme et de l’apprentissage des langues seront abordées. Comme pour la saison précédente, la fidélisation des usagers autour de ce projet sera assurée par des actions régulières, en direction de tous les publics et en divers lieux. La diversité sera plus que jamais à l’honneur dans le 8e arrondissement de Lyon !

Notes

1 Septembre 2016.

2 Le multilinguisme renvoie à la coexistence de plusieurs langues au sein d'un groupe social, alors que le plurilinguisme envisage les langues du point de vue de ceux qui les parlent et correspond à l'usage de plusieurs langues par un même individu. Dans des aires géographiques multilingues, certains locuteurs sont monolingues et d’autres plurilingues. Voir : De la diversité linguistique à l’éducation plurilingue, Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques éducatives en Europe, 2007. [En ligne] < http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Guide_niveau3_FR.asp > ; Observatoire européen du plurilinguisme. < http://www.observatoireplurilinguisme.eu/images/Fondamentaux/charteplurilinguismefrv2.13.pdf >.

3 Voir la contribution de Stéphanie Alexandre et Lucie Daudin : « Identifier des associations ressources », p. 117.

Auteur

Responsable du secteur Adultes, Médiathèque du Bachut (Lyon)

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search