Version classiqueVersion mobile

Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque

 | 
Lucie Daudin

Partie 3. Migrations d'aujourd'hui : mettre la bibliothèque en partage

Changer les regards : les apports du Musée national de l’histoire de l’immigration et de la médiathèque Abdelmalek Sayad

Stéphanie Alexandre

Texte intégral

« Travailler sur l’immigration, c’est travailler sur la France : sur la France d’hier, donc l’histoire de France, l’histoire de la population française et, plus encore, sur l’histoire de la nation française, sur la France de demain, sur l’avenir de la France. »

  • 1 « Les maux-à-mots de l’immigration. Entretien avec Jean Leca », Politix, 1990, n° 12, vol. 3, pp. 7 (...)

Abdelmalek Sayad1

  • 2 Voir les contributions de Bénédicte Frocaut et Noémie Szejnman : « Situations d’accueil exceptionne (...)

1Alors que la présence de migrants dans certaines bibliothèques françaises confronte les personnels et les publics à des situations inédites, susceptibles de générer des interrogations voire des tensions2, l’information des professionnels comme du grand public apparaît d’autant plus nécessaire. Dans ce contexte, sous quelles formes le Musée national de l’histoire de l’immigration et la médiathèque Abdelmalek Sayad peuvent-ils participer à une meilleure connaissance des migrations passées ou en cours, et contribuer à changer les regards sur l’immigration ?

La genèse : une institution aux dimensions culturelle, pédagogique et citoyenne

2Portée de longue date par les historiens et les militants, l’idée d’un lieu consacré à l’histoire et aux cultures de l’immigration prend définitivement forme en 2007.

3La Cité nationale de l’histoire de l’immigration – devenue Musée national de l’histoire de l’immigration – a pour mission « de rassembler, sauvegarder, mettre en valeur et rendre accessibles les éléments relatifs à l’histoire de l’immigration en France, notamment depuis le xixe siècle et contribuer ainsi à la reconnaissance des parcours d’intégration des populations immigrées dans la société française. »

4Il s’agit, au-delà de la diversité des histoires individuelles et familiales, de faire histoire et patrimoine communs en rappelant le rôle des immigrés dans la construction de la nation et leur rendre ainsi « la place qui leur revient dans le récit national et se donner les moyens d'aborder de façon sereine la question toujours posée de l'immigration » (François Hollande, discours d’inauguration du Musée national de l’histoire de l’immigration, 15 décembre 2014).

5La question de l’immigration est sensible et les discours et débats qui l’entourent souvent passionnés. Dès la mission de préfiguration confiée à Jacques Toubon en 2004, le Musée est pensé comme une institution culturelle, pédagogique et citoyenne. Il se veut aussi instrument de cohésion sociale chargé de « faire évoluer les regards et les mentalités sur l’immigration en France ». Déconstruire les représentations et contribuer à la lutte contre les discriminations participent donc du projet dès son origine.

6Tout à la fois musée d’histoire, centre de mémoire vivante, espace de rencontres et de débats, de création contemporaine et de diffusion artistique, lieu de ressources et de diffusion des savoirs, l’établissement défend la pluridisciplinarité et la complémentarité des approches.

7L’exposition permanente Repères exprime cette volonté de croiser les regards : histoire, ethnographie et art contemporain se rencontrent dans une mise en scène qui fait dialoguer l’archive, le témoignage et l’œuvre, éclairant son objet d’autant de points de vue.

8Le parcours, organisé en séquences thématiques qui documentent les expériences partagées : départ, voyage, arrivée, politique de l’État, lieux de vie, travail, luttes, loisirs, enracinements, apports à la société française, retrace 200 ans de cette histoire collective tout en laissant place à la mémoire, celle des histoires singulières et des objets-témoins.

9Les expositions temporaires, régulières, apportent un éclairage complémentaire sur certains aspects historiques, économiques sociaux ou culturels, qu’elles mettent aussi en réflexion.

10Le projet scientifique et culturel place le public au sein même du processus de construction du Musée. Avant même son ouverture, la Cité lance un premier appel à collecte, relayé dans la société civile ‒ surtout auprès des populations concernées et via les associations ‒ dans le but de réunir témoignages et objets qui documenteraient les trajectoires individuelles.

11Ces récits d’exil à la première personne (films et enregistrements sonores), qui depuis donnent chair au parcours thématique permanent, témoignent de la dimension participative du projet autrement ̶ et hautement ̶ symbolisée par la Galerie des dons. Tout visiteur peut, s’il le souhaite, confier au Musée une part de son histoire, souvent matérialisée par un objet, une photographie, un document, accompagné du témoignage de son donateur. Chaque pièce reçue et acceptée entre au patrimoine national.

12Quarante parcours de vie sont aujourd’hui « racontés » dans la Galerie au travers de 250 objets.

Sensibiliser un large public : des ressources multiformes à découvrir

13La nécessité de « recueillir les documents et informations de toute nature, portant sur l’histoire et les cultures de l’immigration ainsi que sur l’intégration des personnes qui en sont issues » est inscrite à l’article 2 du décret n° 2006-1388 du 16 novembre 2006 portant création de l’établissement public de la Porte Dorée - Cité nationale de l’histoire de l’immigration. Au-delà de ses collections et expositions, cet établissement est un formidable lieu de ressources, pluridisciplinaires et multiformes.

Littérature et cinéma, des outils phares au sein de l’offre de la médiathèque

14À côté du fonds de références scientifiques qui rassemble plus de 15 000 ouvrages en sciences humaines et sociales, près de 500 thèses et une centaine de titres de revues spécialisées, la médiathèque Abdelmalek Sayad3, ouverte à tous les publics, développe depuis ses débuts un fonds de littérature générale (romans, essais, bandes dessinées) et de littérature jeunesse (documentaires et fictions). Plus de 2 000 films4 de fiction et documentaires ont également été acquis à ce jour, et près de 800 affiches. Alors que tous les documents sont consultables sur place, depuis le 15 octobre 2016, les œuvres de fiction et les films peuvent être empruntés.

15Ces différents médias sont autant de moyens de sensibilisation à l’histoire, mais aussi à la diversité culturelle, à la citoyenneté, à la lutte contre le racisme. Appréciés d’un très large public, plus perméables que la documentation scientifique, la littérature et le cinéma permettent d’aborder des sujets complexes.

16Par exemple, pour les plus jeunes (3-6 ans et 6-9 ans), la médiathèque propose des lectures d’albums animées par une conteuse professionnelle, qui évoque au fil des séances le parcours imaginé d’un migrant.

17Les cafés littéraires, qui accueillent les auteurs en lice pour le Prix littéraire de la Porte dorée5, constituent un espace d’échanges et de partage et donnent l’opportunité d’aborder, au travers de récits fictionnels, des histoires et des sujets sensibles. Le prix, créé en 2010, récompense un récit ou roman sur le thème de l’exil, sélectionné parmi une dizaine de titres de l’année éditoriale en cours. Michael Ferrier, Mathias Enard, Sylvain Prudhomme ou encore Doan Bui comptent parmi les six lauréats.

18Les activités liées au cinéma ont été particulièrement développées. La richesse du fonds audiovisuel et cinéma de la médiathèque repose pour partie sur l’incitation au dépôt, autre exemple de participation de la société civile. Ici, ce sont les réalisateurs et/ou producteurs qui sont invités à déposer gracieusement leurs films afin qu’ils puissent être librement consultés par les usagers du lieu.

19Cette démarche nous a permis en outre de développer de nombreux partenariats avec des écoles ou encore des structures de production telles que la Fémis, Périphérie 93 ou le Groupe de recherches et d’études cinématographiques (GREC), avec qui nous coproduisons une résidence de réalisation sur le thème des frontières. Trois courts-métrages ont déjà été réalisés depuis 2014, une fiction et deux documentaires, qui sont autant de nouvelles ressources exploitables par les bibliothèques.

Une programmation culturelle en prise avec la société

20La programmation culturelle et artistique permet également d’ouvrir la réflexion sur des thématiques liées, en prise avec la société et l’actualité : identité, diversité, citoyenneté, laïcité… repensées au travers de performances, de projections de films ou encore de conférences et rencontres. Les cycles l’« UniverCité » et « Quand l’immigration fait débat » répondent chacun ‒ qui en questionnant l’histoire, qui en s’inscrivant dans l’actualité ‒ à la nécessité d’expliquer les mécanismes de l’immigration et ses particularités passées et présentes.

21À cet égard, la manifestation « 12 heures pour changer de regard » (12 septembre 2015) confiée au Musée par le ministère de la Culture et de la Communication après les attentats de janvier 2015 et la « Semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme » en mars 2016 s’inscrivent dans cette même volonté de produire du sens et de la ressource sous toute forme et pour tout public.

22Des séances de cinéma sont par ailleurs organisées dans le cadre de la programmation culturelle. Un cycle de projections-débats autour des notions de citoyenneté, de fraternité et d’égalité sera proposé cette année aux jeunes spectateurs en temps et hors temps scolaire.

23De plus, des animations ciblées sont proposées par le Musée aux élèves allophones nouvellement arrivés en France. Et des ateliers de lecture d’affiches conduits par la médiathèque ont été ouverts aux jeunes primo-arrivants. L’expérience a été menée – avec succès ̶ ces deux dernières années dans le cadre de l’initiative « Passeport pour la citoyenneté » pour l’intégration des jeunes migrants soutenue par l’Association Aurore. L’exercice qui consiste à décrire les documents, étudier leur composition et analyser la portée du ou des messages est l’occasion de débattre des représentations mais aussi des discriminations, de leur nature et de leur objet.

Et à distance : les ressources en ligne

24Publié bien avant l’ouverture des espaces d’expositions, le site web est véritablement conçu comme un portail de ressources6.

25Le film « Deux siècles d’immigration en France » retrace en quarante minutes l’histoire de l’immigration depuis le xixe siècle dans notre pays. La série « histoires singulières » qui présente une vingtaine de portraits de témoins en multimédia, les « dossiers thématiques » ou encore les « questions contemporaines » illustrent les étapes du phénomène migratoire en France en faisant le point sur ses aspects politiques, sociaux, économiques ou culturels.

26Lexiques, cartes, dossiers, témoignages, articles, conçus par les équipes ou confiés à des scientifiques éclairent la complexité, la richesse du sujet.

27Chaque exposition fait l’objet d’un dossier numérique qui peut réunir une présentation, un commentaire du parcours, des définitions, des focus, des articles, des podcasts, un accompagnement pédagogique à destination des enseignants et des publics scolaires, et bien sûr des bibliographies, filmographies et autres sélections.

28La médiathèque prend activement part à cette production et propose chaque mois un court-métrage en ligne sur le thème de l’exposition en cours.

29Une plate-forme audiovisuelle sera bientôt déployée sur le site du musée. L’internaute trouvera dans cet espace virtuel : des sélections thématiques, des chroniques, mais aussi des films à visionner en ligne ou sur les postes multimédias de la médiathèque.

Accompagner les professionnels

30Toutes les ressources présentées ci-dessus seront bien sûr utiles aux bibliothécaires et professionnels de la documentation qui souhaitent développer leurs connaissances. Beaucoup leur permettront de comprendre le phénomène migratoire et d’en appréhender les contours : vocabulaire, données chiffrées et faits historiques.

31Mais de nombreux supports sont aussi produits par l’ensemble des services plus spécifiquement en direction des professionnels, notamment pour préparer ou prolonger la visite.

Produits documentaires, édition et veille sélective

32Le département Éducation forme plus de 2 000 enseignants par an et réalise pour sa part de nombreux documents d’aide à la visite et autres supports éducatifs à destination des scolaires et des professeurs : parcours de visite autonome, dossiers pour enseignants, fiches débats etc., autant de documents que les bibliothécaires peuvent se réapproprier. Les fiches débats sur les thèmes des frontières et de l’hospitalité peuvent, par exemple, servir de socles à des animations pour le jeune public.

33Le parcours pédagogique « L’histoire de l’immigration en France à partir de 1945 » élaboré en partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA) est un autre exemple d’outil éducatif pour les collégiens et lycéens. Publié sur le site web du Musée, ce parcours expose au travers d’une sélection d’extraits télévisuels historiques les enjeux de la politique d’immigration en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

  • 7 Idées reçues sur les jeunes issus de l’immigration de Peggy Derder, éd. Le Cavalier Bleu et les « P (...)

34En plus des catalogues d’expositions, le Musée coédite un certain nombre d’ouvrages. Leur caractère éducatif et synthétique7 les rend accessibles aux non-initiés qui trouveront là une introduction sérieuse aux sujets traités.

35La revue scientifique Hommes & Migrations complète l’offre en explorant, sous forme de dossiers thématiques, confiés à des scientifiques et des professionnels, les grands enjeux contemporains : diversité culturelle, intégration, citoyenneté, rapport à l’autre.

36Afin de mettre en avant ses fonds, mais aussi la programmation qui leur est associée, la médiathèque Abdelmalek Sayad souscrit depuis 2012 un compte Scoop.it. Elle enrichit quotidiennement deux tableaux, le premier consacré à l’actualité cinématographique, le second à la littérature générale. Cette veille sélective est déjà largement utilisée par les professionnels des bibliothèques et la médiathèque a animé début 2017 pour le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) une formation sur le thème de l’immigration et de l’exil dans les collections de fictions, à l’attention des professionnels de la lecture publique.

Des partenariats en développement

37De fait, les professionnels des bibliothèques sollicitent périodiquement notre expertise, qu’il s’agisse d’aider au choix de documents, d’intervenir dans une programmation ou d’aider au montage d’une manifestation.

38La programmation et l’intervention des équipes hors-les-murs, le prêt de ressources et aujourd’hui d’expositions itinérantes (« Immigration et bande dessinée : un siècle d’histoire(s) » et « Frontières ») sont devenus réguliers et participent pleinement des missions de l’établissement.

39Plus ponctuellement, nous avons, par exemple, pris part au programme « Migrations incertaines » présenté par la médiathèque Georges Brassens à Drancy dans le cadre du Mois du film documentaire 2013, ou encore collaboré, en 2015, au festival « Écrivains de l’exil » porté par l’association Interbibly (association professionnelle de coopération régionale entre les acteurs du livre, de la documentation et du patrimoine écrit).

40Plusieurs actions ont été menées avec les bibliothèques dont celles de la Ville de Paris en 2015 : une douzaine d’affiches extraites des collections de la médiathèque ont été prêtées à la bibliothèque Vàclav Havel pour une exposition ; à la médiathèque Hélène Berr la revue Hommes & Migrations a programmé et animé une série de conférences dans le cadre du cycle « Portraits de familles ».

41Dernièrement, la journée d’études « L’accueil des publics migrants en bibliothèques » co-organisée avec la Bpi et l’Association des bibliothèques de Seine-Saint-Denis, le 16 juin 2016 au Palais de la Porte dorée, a permis de mieux cerner la réalité mais aussi la diversité des situations et des publics et ouvert de nouvelles pistes de réflexions et d’actions.

42De nombreuses collaborations sont ainsi portées par la médiathèque et le Musée qui tissent un réseau de partenaires sur tout le territoire.

43D’autres restent encore à imaginer.

Notes

1 « Les maux-à-mots de l’immigration. Entretien avec Jean Leca », Politix, 1990, n° 12, vol. 3, pp. 7-24. [En ligne] < http://www.persee.fr/doc/polix_0295-2319_1990_num_3_12_1420 >.

2 Voir les contributions de Bénédicte Frocaut et Noémie Szejnman : « Situations d’accueil exceptionnelles : deux témoignages », p. 90 et celle de Lola Mortain : « Développer une offre spécifique et favoriser l’inclusion, le double enjeu de l’accueil des migrants à la bibliothèque Václav Havel », p. 101.

3http://catalogue.histoire-immigration.fr/ >.

4http://www.histoire-immigration.fr/la-diffusion-des-savoirs/la-mediatheque/l-offre-audiovisuelle >.

5http://www.histoire-immigration.fr/ressources/art-et-culture/le-prix-litteraire-de-la-porte-doree >.

6www.histoire-immigration.fr > donne accès à un ensemble d’informations et de documents immédiatement consultables.

7 Idées reçues sur les jeunes issus de l’immigration de Peggy Derder, éd. Le Cavalier Bleu et les « Point sur… » (Immigration et politiques culturelles d’Angéline Escafré-Dublet, coéd. La Documentation française, pour n’en citer qu’un)

Auteur

Cheffe du département médiathèque/ Musée national de l’histoire de l’immigration, Établissement public du Palais de la Porte Dorée (Paris)

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search