Version classiqueVersion mobile

Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque

 | 
Lucie Daudin

Partie 3. Migrations d'aujourd'hui : mettre la bibliothèque en partage

Développer une offre spécifique et favoriser l’inclusion, le double enjeu de l’accueil des migrants à la bibliothèque Václav Havel

Lola Mortain

Texte intégral

  • 1 Voir la contribution de Stéphanie Alexandre et Lucie Daudin : « Identifier des associations ressour (...)

1Bibliothèque municipale parisienne, la bibliothèque Václav Havel a ouvert en octobre 2013. Elle est située à la Chapelle (dans le 18e arrondissement), quartier populaire aux abords des gares de l’Est et du Nord. Ces deux dimensions, socio-économique et géographique, en font depuis longtemps un quartier d’immigration. La proximité d’un centre d’accueil des demandeurs d’asile (CADA)* et d’une plate-forme d’accueil, tous deux gérés par France Terre d’Asile1, a aussi contribué à ce que la bibliothèque soit rapidement repérée par des migrants demandeurs d’asile en France ou en route vers le Royaume-Uni.

2Bien que le projet d’établissement ait envisagé en amont l’accueil des publics allophones, la présence importante et durable d’une population aux besoins particuliers nous a conduits à réaménager nos espaces et nos services, et à redéfinir notre manière de travailler. En septembre 2016, trois ans après l’ouverture, notre politique d’accueil doit beaucoup à ces différentes étapes, qui nous ont permis de nous adapter tout en gardant une ligne claire et cohérente, pour favoriser une meilleure inclusion des différents publics et une cohabitation paisible entre eux.

3Cette politique articule deux objectifs : offrir des services spécifiques pour répondre à des besoins spécifiques et donner aux migrants la possibilité d’être un public parmi d’autres, qui peut accéder à toute l’offre mise à disposition dans la bibliothèque. Ce faisant, elle interroge le rôle de la bibliothèque : jusqu’où va-t-on, dans quel cadre et avec quelles compétences ?

Des services à inventer

Ateliers de conversation ou cours de FLE ?

4Notre offre avait été pensée pendant la préfiguration de la bibliothèque, avec une collection importante de méthodes d’apprentissage du français. Elle s’est ensuite étoffée au fur et à mesure de notre identification des besoins des publics qui fréquentent la bibliothèque. Ainsi, inspirés par ce qui se pratiquait à New York ou Montreuil, nous avons rapidement mis en place des ateliers de conversation en français, que nous destinions alors à un public de primo-arrivants souhaitant s’installer à Paris. En réalité, si ce public est venu (seul ou par le biais d’associations), nous avons surtout accueilli de plus en plus de migrants vivant dans la rue ou dans des centres d’hébergement. Dès lors, nous avons orienté notre accompagnement vers l’accès à l’information et l’apprentissage du français.

  • 2 Voir la contribution de Noémie Szejnman : « Avant de développer un fonds d’apprentissage du françai (...)

5Venus d’abord pour l’accès à Internet et l’électricité, des hommes seuls, principalement originaires d’Afghanistan, du Soudan et d’Érythrée, ont petit à petit rejoint nos ateliers baptisés La Parlotte, encouragés par les bibliothécaires. La difficulté à obtenir des places dans des cours de français à Paris tendait à transformer ces ateliers conçus comme des moments de discussion en tentatives de cours de FLE. Situation rendue encore plus difficile par la variété des profils des migrants : certains maîtrisant l’alphabet latin, certains multilingues mais pas alphabétisés en français, d’autres n’ayant pas été scolarisés dans leur pays et sachant peu ou pas écrire. D’autre part, ces publics sont assez volatiles et pas forcément très disponibles pour suivre des cours avec assiduité (à la fois psychologiquement, et à cause du temps consacré aux démarches administratives). Un élément de solution est venu d’une de nos lectrices, professeure de FLE d’origine iranienne, qui nous a proposé d’assurer des cours de français depuis le farsi à raison de 2 heures par semaine, et ce, bénévolement depuis deux ans désormais. Elle nous a également aidés à constituer un fonds de méthodes appropriées pour apprendre le français, et nous a adressés à une librairie persane à Paris pour y passer nos commandes2. Nos ateliers, menés par des bibliothécaires, ont ainsi pu se recentrer sur la conversation puisque nous avions par ailleurs des cours gratuits à proposer.

Un accompagnement élargi

6Pour aller plus loin, nous avons testé différentes propositions avec plus ou moins de succès. Certaines furent abandonnées, comme par exemple la mise à disposition de poésie persane sur nos liseuses car trop compliquée à sélectionner et à promouvoir par une équipe qui n’en lit pas un mot. D’autres au contraire se sont construites et développées, telle la mise à disposition d’informations sur la procédure d’asile, à la fois via des brochures institutionnelles et associatives, mais aussi en proposant des rencontres mensuelles avec France Terre d’Asile. Lesdites rencontres fonctionnent d’ailleurs comme des moments d’information pour les bibliothécaires et des habitants intéressés par le droit d’asile et sont assurées bénévolement par le directeur du CADA. De plus en plus, la bibliothèque devient donc un lieu pourvoyeur d’information pour une catégorie de la population qui y a difficilement accès. Ensuite, nous avons proposé en avril et mai 2016 des ateliers d’aide à la déclaration d’impôts à des demandeurs d’asile qui doivent déclarer les allocations qu’ils perçoivent, mais sont perdus devant la démarche et le langage administratif.

7Cette politique de services s’est donc construite de manière empirique, à la fois en termes d’adaptation aux besoins des publics et de compétences à déployer pour les bibliothécaires. Nullement formée, ni à l’apprentissage du français, ni au droit de l’entrée et du séjour en France des personnes étrangères, et encore moins à la distance nécessaire à l’accompagnement de personnes en détresse, l’équipe a dû chercher des ressources et bricoler ses savoir-faire et ses connaissances. Notre politique d’accueil des publics migrants fait l’objet de points dans nos réunions, de « formations » en interne (le déroulé administratif d’une demande d’asile par exemple) et la fiche de poste de la collègue chargée des « acquisitions en langues étrangères et apprentissage du français » a évolué vers un profil plus directement orienté vers l’accueil des publics migrants, comme ce fut aussi le cas dans deux autres bibliothèques avoisinantes (Sagan dans le 10e et Hergé dans le 19e). Pour autant, s’il y a une littérature française et internationale sur l’offre de services à proposer à des populations immigrées, rien ou presque n’existe sur les populations en transit. En effet, l’arrivée massive de demandeurs d’asile dont une bonne part rêve d’Angleterre, ne s’appréhende pas totalement avec les outils qui traitent de l’inclusion des populations immigrées ou étrangères dans les bibliothèques.

8De manière générale, ce contexte exceptionnel requiert un accompagnement et une médiation spécifiques, et donc une grande mobilisation de la part des bibliothécaires pour accueillir au quotidien des personnes sans ressources, largement démunies face à la profusion et l’hermétisme des documents qui leur sont remis, et qui sont dans l’attente de réponses, souvent négatives, de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA).

Favoriser l’inclusion

Rendre la bibliothèque accessible

9S’il nous a semblé pertinent de monter des services adaptés à une seule catégorie du public, nous tenions aussi à faire vivre la bibliothèque comme un espace accessible à tous. À observer les comportements dans nos espaces, la nécessité s’est imposée de rendre lisible notre fonctionnement pour des gens qui ne parlent pas le français. Nous avons entrepris un travail au long cours sur la communication, afin de faciliter la compréhension des espaces et des règles, sans qu’elle fasse l’objet d’une explication orale. Ainsi par exemple l’utilisation des prises électriques, sur lesquelles il n’était pas rare de voir des multiprises branchées et pour laquelle la pose d’un logo a suffi à régler le problème…

10Par ailleurs, la traduction systématique des visuels de communication a été mise en place grâce à la participation active des migrants eux-mêmes : nous avons aujourd’hui parmi notre public plusieurs personnes qui assurent une traduction bénévole de nos affiches en farsi, pachto et arabe. Cela concerne prioritairement les informations administratives comme les horaires d’été ou les fermetures exceptionnelles. Mais nous annonçons aussi des animations culturelles accessibles (films muets, tournois de jeux, etc.) dans l’optique d’offrir autre chose que l’apprentissage du français et l’accès à Internet à des gens qui viennent aussi à la bibliothèque pour occuper leurs journées, le statut de demandeur d’asile n’autorisant pas à travailler. Enfin, nous bénéficions aujourd’hui de la traduction des documents d’inscription et d’une présentation du réseau parisien en 12 langues (russe, wolof, anglais, espagnol, allemand, arabe, pachto, albanais, farsi, mandarin, turc et roumain), née d’une demande des établissements du Nord-Est confrontés à la difficulté d’inscrire des gens sans pouvoir leur transmettre le minimum de renseignements.

11Toutes ces actions favorisent une meilleure connaissance de part et d’autre, et ont permis de faire tomber des barrières mentales entre bibliothécaires et migrants. Les seconds ont mieux investi tous les espaces de l’établissement, en assistant à des projections ou en réservant des créneaux de jeux vidéo. Les premiers ont appris à connaître les parcours de vie de ces usagers, les situations compliquées auxquelles ils font face. Des vraies rencontres ont ainsi eu lieu, comme souvent entre usagers et bibliothécaires, dans toutes les bibliothèques du monde ! Depuis janvier 2016, nous avons des compteurs d’entrée qui corroborent une intuition collective sur notre fréquentation. Si la bibliothèque se situe dans la moyenne parisienne des bibliothèques de cette taille en termes de prêt (entre 17 000 et 19 000 par mois), elle connaît par contre des taux de fréquentation parmi les plus élevés du réseau parisien. Le public des migrants, peu emprunteur mais très utilisateur des autres services, est une des clés d’explication.

La cohabitation des publics : un défi à relever

12Au-delà de cet accueil différencié, notre objectif est de permettre une meilleure cohabitation des usagers pour construire la bibliothèque comme un lieu apaisé. À l’hiver 2014-2015, alors que le nombre de migrants qui fréquentaient la bibliothèque allait croissant (le froid aidant), nous avons dû répondre à des remarques véhémentes à leur égard par certains usagers, voire franchement xénophobes à la suite des attentats à Paris en janvier 2015. S’il allait de soi pour l’ensemble de l’équipe qu’une bibliothèque accueille tous les publics, nous avions manifestement à le rendre pertinent pour tout le monde…

  • 3 Voir la contribution de Stéphanie Alexandre et Lucie Daudin : « Identifier des associations ressour (...)

13C’est dans ce but que nous avons collaboré avec la Cimade3 et participé à l’édition Migrant’scène de novembre 2015, festival national et annuel de sensibilisation à la question des migrations. Notre objectif était d’offrir sur un temps relativement long un lieu de discussion sur le sujet des migrations, suffisamment large pour intéresser tous les publics de notre petit établissement : adultes et enfants, francophones et allophones, connaisseurs des questions migratoires ou simples curieux. La Cimade nous a fourni des pistes de programmation et son soutien en matière d’organisation, nous permettant de négocier au mieux les droits de projection, et assurant pour nous la modération des débats.

14L’actualité nous a rattrapés alors que nous travaillions sur ce cycle thématique. Pendant l’été 2015, l’esplanade devant la bibliothèque a été occupée par un camp de migrants plusieurs fois évacué et quasi aussitôt reformé, dans des conditions sanitaires très difficiles. Ce camp, implanté sur un des lieux d’occupation des sans-papiers de 1996 (qui quittèrent l’ancienne Halle SNCF Pajol pour l’Église Saint-Bernard à quelques centaines de mètres), a engendré des réactions contrastées de la part des habitants du quartier, allant du rejet hostile à des marques répétées de solidarité. Il va sans dire que la période fut complexe dans la gestion du quotidien, d’autant que nous étions en période de vacances estivales, avec la rotation des congés des agents, ce qui compliquait la communication. Toutefois, l’équipe de la bibliothèque a persévéré dans sa volonté d’accueillir au mieux tous les publics, en offrant ce qu’une bibliothèque peut offrir. Nous avons ainsi travaillé avec le camp, mettant à disposition des salles pour des cours de français et de l’assistance psychologique prise en charge par les associations présentes sur l’esplanade. Nous les avons de plus invités à se joindre à nos activités (en particulier les cours et les ateliers). Concernant les questions sanitaires, nous nous sommes adressés aux bénévoles et membres d’association présents sur le campement, pour demander à ne pas devenir l’unique point d’accès à l’eau et aux WC d’un camp de centaines de personnes, mais avons laissé l’accès aux toilettes libre sans qu’aucun problème n’ait été constaté. Dernier point à souligner, nous avons préservé la bibliothèque comme un espace neutre, dans un contexte où le camp cristallisait les passions politiques.

15Cette chronologie explique pourquoi le festival Migrant’scène a fini par nous apparaître comme un temps de cicatrisation, un dénouement à une crise estivale difficile à digérer dans le quartier. Rarement la bibliothèque avait proposé un événement culturel dont le résultat nous importait tant et qui permettait de proposer un lieu d’échanges apaisés sur le sujet épineux des migrations. Du reste, le succès de cette programmation culturelle doit beaucoup à l’investissement des artistes et collectifs qui sont intervenus gratuitement ou moyennant une rétribution qui couvrait à peine leurs frais :

  • Alineaire, collectif de designers de jeux vidéo, a développé pour l’occasion des installations vidéoludiques destinées à faire prendre conscience des réalités migratoires. C’est au sein de la bibliothèque, en assistant à des ateliers et en rencontrant usagers et bibliothécaires, qu’ils ont créé leurs installations ;
  • Underconstruction, un collectif autour des jeux de plateau sur les droits de l’homme, a animé une journée de jeux auprès des enfants et adultes ;
  • des groupes de musiciens et choristes locaux ont offert deux concerts ;
  • Majid Bâ and Pierre Fouillet ont exposé des planches de la bande dessinée Magic Majid, histoire d’un migrant sénégalais qui arrive à Paris ;
  • nos interlocuteurs à la Cimade et France Terre d’Asile ont animé les débats suivant les projections de films.

16Finalement, le bilan est très positif, à commencer par une fréquentation au-delà de nos attentes. Mais c’est surtout le fait d’être parvenus à faire venir les migrants aux animations et d’avoir réussi à mélanger les publics qui constitue notre réussite.

Un cadre qui reste à poser en termes de politique publique

17Le fil rouge de notre action aura été une capacité à réagir à une situation inédite pour nous, pas ou peu documentée dans le monde des bibliothèques et à aller chercher des référentiels ailleurs, en particulier dans le champ associatif. Depuis fin 2015, les trois bibliothèques les plus concernées du réseau parisien ‒ Françoise-Sagan (10e), Václav Havel (18e) et Hergé (19e) ‒ ont entrepris une collaboration enrichissante et active sur ce sujet. À cette absence de littérature professionnelle, s’ajoute l’ampleur politique de la question des migrants : les débats qu’elle alimente sur la scène nationale et à l’échelle internationale ont déterminé la réponse de l’équipe de la bibliothèque et suscité un engagement bénévole des habitants et associations du quartier. Nous devons beaucoup à leur investissement qui nous a permis de proposer des services et a construit la bibliothèque comme un lieu d’exercice de la citoyenneté.

18Pour autant, ces mouvements migratoires sont d’une ampleur inégalée, et ne tendent pas à diminuer. Pour éviter que des services comme les bibliothèques ne fassent que poser des rustines et/ou s’emparer de nouvelles missions en bricolant, la réponse politique est indispensable. D’ailleurs, quand l’esplanade a de nouveau été occupée en juin 2016, la bibliothèque est cette fois restée fermée. La décision a été prise pour des raisons de sécurité liées à l’accueil du public, mais aussi parce qu’une partie du personnel ne voulait pas ouvrir coûte que coûte. S’il est incontournable d’inclure les bibliothèques publiques dans la mobilisation pour l’accueil des migrants, à l’image de l’Allemagne ou des pays nordiques, il sera nécessaire pour ce faire de les doter de moyens adaptés.

Notes

1 Voir la contribution de Stéphanie Alexandre et Lucie Daudin : « Identifier des associations ressources », p. 117.

2 Voir la contribution de Noémie Szejnman : « Avant de développer un fonds d’apprentissage du français : questions à se poser », p. 69.

3 Voir la contribution de Stéphanie Alexandre et Lucie Daudin : « Identifier des associations ressources », p. 117.

Auteur

Responsable adjointe de la Bibliothèque Václav Havel (Paris 18e) jusqu’en octobre 2016, puis responsable du pôle Actualité et du service Accueil à la Bibliothèque de Toulouse

© Presses de l’enssib, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search