Version classiqueVersion mobile

Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque

 | 
Lucie Daudin

Partie 2. Les bibliothèques des tiers lieux pour l'apprentissage du français et de la vie en France

Dispositifs d’accueil des étudiants étrangers : quelques bonnes pratiques en BU

Raoul Weber

Texte intégral

1Les BU, à l’image des établissements qu’elles desservent, sont aujourd’hui en présence d’un environnement favorisant la circulation des étudiants à l’échelle mondiale. Face à la grande diversité de ces publics, les BU ont à mener des actions plus spécifiques pour accueillir, former et intégrer ces étudiants ayant choisi la France pour vivre leur expérience de « l’international ».

Les universités françaises face à l’internationalisation de l’enseignement supérieur

La France, quatrième pays d’accueil des étudiants internationaux1

  • 1 Les chiffres exposés ici proviennent du site de Campus France, établissement public chargé de la pr (...)
  • 2 Parmi les étudiants internationaux, on compte aussi les étudiants relevant des établissements franç (...)

2En 2015-2016, la France a accueilli 310 000 étudiants étrangers. Alors que les services de l’Unesco ont recensé 4 300 000 étudiants internationaux2 dans le monde pour l’année 2014, la France se classe en 4e position en tant que pays d’accueil des étudiants internationaux, derrière les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie.

3Pour l’année universitaire 2015-2016, 43 % des étudiants étrangers accueillis par les universités françaises sont africains, 25 % sont européens et seulement 16 % viennent d’Asie. Quant aux pays de provenance des étudiants étrangers ayant choisi la France pour leur mobilité, trois se détachent nettement : le Maroc et ses 36 768 étudiants, la Chine avec 28 043 étudiants et enfin l’Algérie qui compte 22 660 étudiants.

  • 3 Notons au passage que ce programme concerne tant la mobilité des étudiants que celle des personnels

4À l’échelle de l’Europe, la mobilité des étudiants s’organise à l’intérieur du programme Erasmus+ de l’UE, nouveau programme pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport sur la période 2014-2020. Plus de 2 millions d’étudiants de l’enseignement supérieur européen auront bénéficié d’une bourse d'ici la fin de ce programme au titre de la mobilité à des fins d’apprentissage3.

5La France cherche à se positionner dans cet environnement international en développant de plus en plus de formations dispensées en anglais : « Premier pays non-anglophone d'accueil d'étudiants étrangers, la France possède une offre riche de formations enseignées en anglais. Ainsi, il n'est pas nécessaire de parler français pour étudier en France et l'obtention du diplôme s'accompagne de l'apprentissage du français, atout supplémentaire pour une carrière à l'international qui s'ouvre vers les 75 pays de la Francophonie »4.

Partenaires au sein de l’université

6Les BU sont amenées à travailler plus facilement en direction des étudiants relevant de la mobilité encadrée, qui s’appuie sur des programmes d’échange liant nos universités à des établissements étrangers dans le cadre d’accords de coopération. En effet, ces étudiants sont accompagnés par le service Relations internationales de l’établissement dans toutes leurs démarches au moment de leur arrivée. Les BU peuvent alors travailler avec ce partenaire universitaire bien identifié.

7Les étudiants relevant de la mobilité individuelle (hors conventions entre établissements) peuvent être plus difficiles à atteindre. Pour entrer en contact avec ces étudiants, c’est par exemple du côté des associations étudiantes qu’il faut se tourner.

8Les autres partenaires les plus fréquents des BU sont les centres de langues, les UFR qui disposent d’un service dédié à l’accueil des étudiants étrangers, le collège doctoral (notamment pour les formations à la recherche bibliographique en anglais) et le service culturel.

Accompagner les étudiants étrangers dans leurs parcours

  • 5 « Accueil des étudiants étrangers en BU », diffusion sur le site de l’Association des directeurs de (...)
  • 6 Sur la question des « sites Internet des universités françaises : comment sont accueillis et inform (...)

9Les exemples présentés ici sont issus d’un travail d’enquête que j’ai mené auprès des BU françaises entre juin et septembre 2016, et à laquelle 25 BU ont répondu5. Cette enquête avait pour objectif de réunir des informations et des données sur les services des BU offerts en présentiel, plutôt que vers des services à distance6.

Des dispositifs d’accueil au moment de la rentrée universitaire

10Un certain nombre de BU interviennent auprès des étudiants étrangers dès la rentrée universitaire, considérant qu’il s’agit là d’un moment privilégié pour adresser à ces publics un message fort de bienvenue.

11Par exemple, la BU de Caen participe aux forums d'accueil des étudiants étrangers organisés deux fois par an, en septembre et en janvier. Les étudiants arrivants sont invités à une présentation en amphi. À la sortie de cette séance, se tient un forum, sous forme de stands, auquel participent de nombreux services de l'université : sports, scolarité, service informatique, etc. Les étudiants accueillis peuvent également y rencontrer des services non-universitaires : logement et restauration (centre régional des oeuvres universitaires et scolaires), transports en commun, ville de Caen, associations d'accueil. La BU y tient un stand. Comme nous le précise Lucile Sarazin, la BU de Caen s’appuie, pour mener cette action, sur « Le carré international », structure universitaire qui coordonne à la fois les cours de langues et l'accueil des étudiants étrangers.

12Frédéric Desgranges, responsable de la BU Saint-Serge7 de l’université d’Angers, nous indique qu’un guichet unique d’accueil InfoCampus s’installe dans les murs de la BU au moment de la rentrée universitaire. Les étudiants étrangers y sont reçus par des « ambassadeurs étudiants », recrutés par l'université elle-même (notamment des étudiants maîtrisant à la fois le français et le chinois, de manière à mieux faire face à l'afflux d'étudiants chinois à Angers). La BU assure aussi en période de rentrée universitaire des visites de la bibliothèque en anglais.

En anglais et autres langues étrangères : des visites aux collections ?

13Agnès Faller, responsable de la BU Robert de Sorbon8 à l’université de Reims, et son équipe, ont estimé que l'accueil des publics non francophones était une problématique à intégrer au processus d'amélioration de la qualité de l'accueil en vue d’une labellisation Marianne. Dans le cadre d’un groupe de travail transversal lié à ce sujet, la question s'est posée d'identifier des personnels à même d'accueillir le public dans une autre langue que le français. Les membres du groupe ont mené un recensement dans leur bibliothèque, en demandant aux collègues anglophones, germanophones et hispanophones s'ils étaient à même d’assurer un accueil de premier niveau, une visite, voire une formation dans la langue qu'ils maîtrisent. Aujourd’hui, le réseau des BU de Reims dispose d’un « vivier » d'agents prêts à assurer un accueil de premier niveau en anglais (ils peuvent être appelés pour renseigner un lecteur qui se présenterait à la bibliothèque). Six agents sont prêts à assurer des visites de leur bibliothèque dans au moins une des langues suivantes : anglais, allemand, italien et trois agents sont en mesure d’assurer des formations à la recherche documentaire en anglais.

14Au-delà des visites et formations en langue étrangère, se pose aussi la question des collections. D’après Nicolas Di Méo, du SCD de Strasbourg, « l'acquisition de documents dans les langues parlées par les étudiants étrangers doit répondre à un double objectif : leur donner accès à des fonds leur permettant de se détendre (fictions par exemple) et mettre à leur disposition des ouvrages correspondant aux formations dans lesquelles ils sont inscrits ». Sur le second point évoqué, Nicolas Di Méo dit bien que l’exercice est compliqué parce qu’il nécessite la collaboration des enseignants pour parvenir à offrir aux étudiants concernés des ouvrages en langues étrangères dans leur discipline d’étude.

15Cela rejoint le point vu dans la première partie de notre contribution, où l’on pointe le fait que l’internationalisation de l’enseignement supérieur conduit les universités françaises à dispenser des formations en anglais. Si on se situe dans cette perspective du « tout international », on est alors fondé à créer des fonds pour allophones s’attachant à répondre à l’ensemble de leurs besoins : une documentation liée strictement à leur formation et en parallèle des collections pour se distraire, s’informer et garder un lien avec sa langue maternelle.

Favoriser la socialisation

16Au-delà de l’aide aux études, les BU peuvent-elles concourir à l’intégration des étudiants en France de manière plus générale ? Réponse avec la mise en exergue de trois propositions originales.

17Depuis 4 ans, la BU Droit-Économie-Gestion de l’université de Franche-Comté met en place à la rentrée universitaire une exposition « Un continent à l'honneur », préparée grâce aux partenariats noués par la bibliothèque avec un certain nombre d’associations, dont l’association Erasmus Students Network, ainsi qu’avec le service d’enseignement des langues de l’université. À l’occasion du vernissage de l’exposition, explique Hélène Pouilloux responsable de la BU, des animations de type jeux linguistiques sont prévues pour favoriser les liens entre étudiants, l’ensemble de la manifestation visant à intégrer les étudiants étrangers du mieux possible dans la vie de l’université.

18C’est aussi le moment que saisit le service des langues pour lancer ses « tandems linguistiques », action d’entraide qui permet à deux étudiants de langues différentes de progresser dans l’apprentissage de la langue de son binôme.

19Dans le même esprit, la BU de Paris 8 a lancé au cours de l’année 2015-2016 une série d’ateliers de conversation9, destinés aux lecteurs souhaitant développer leur maîtrise du français parlé. Dix membres de l’équipe se sont portés volontaires pour les animer. En pratique, le bibliothécaire responsable de l’atelier définit un thème autour duquel les échanges vont pouvoir se nouer (par exemple : les symboles de la France, le changement d’heure légale, se promener dans Paris, etc.). Après un tour de table, le sujet est lancé et le bibliothécaire-animateur veille à bien distribuer la parole entre tous les participants. L'animateur s'adapte au groupe : si le sujet ne suscite pas d'intérêt, il en change. L’expérience montre qu’il n'y a pas de sujet qui marche ou de sujet qui ne marche pas, tout dépend des participants.

20À cette occasion, les bibliothécaires en profitent pour promouvoir les cours de FLE ouverts à tous à Paris 8. Comme le précise Lola Mirabail, responsable du Département des services au public à la BU de Paris 8 : « les ateliers jouent également un rôle social : lieu de rencontre et d'échanges ».

21En décembre 2015, la BU de La Rochelle a quant à elle noué un partenariat avec le service des langues de l’université (Centre inter-pôles d’enseignement des langues), pour concevoir un projet d’action culturelle, ouvert aux étudiants internationaux, autour de l’édition 2016 du Printemps des poètes. Ce projet a été piloté par un binôme composé d’un bibliothécaire de la BU et d’un enseignant-chercheur du service des langues.

  • 10 Pour l’édition 2016 du Printemps des poètes à l’université de La Rochelle, 7 étudiants ont accepté (...)

22Dans un premier temps, la proposition faite aux étudiants reposait sur le fait d’apprendre par cœur une poésie dans leur langue maternelle, afin de réaliser un enregistrement vidéo du poème de leur choix dans des conditions professionnelles, grâce à la collaboration du service TICE de l’université. L’aide apportée aux étudiants par les organisateurs de cette action a consisté à leur ouvrir tous les horizons poétiques possibles au cours de deux réunions d’information, puis à les accompagner dans leur entraînement préparatoire à l’enregistrement de la vidéo, pour finir par les amener à participer à une soirée poétique, co-organisée avec le service culturel de l’université, dans un café associatif de La Rochelle10.

En interne : mettre en place des outils, rechercher ou développer des compétences

Une documentation interne spécifique

23Lydie Ducolomb et ses collègues ont développé au SCD de Lyon 1 une riche documentation interne leur permettant d’accueillir avec davantage d’aisance les étudiants étrangers. Il s’agit de guides utiles tant pour les contacts écrits que pour les échanges oraux : un guide de conversation en anglais à l’usage des professionnels a été rédigé (Welcoming international students and scholars), ainsi qu’une trame bilingue français/anglais de visite de la bibliothèque de sciences, permettant aux bibliothécaires d’assurer une visite complète de la BU en anglais. Enfin, nos collègues ont à leur disposition un guide de rédaction de méls en anglais, cela en lien notamment avec la très forte proportion de doctorants de nationalité étrangère inscrits à Lyon 1. Ce guide offre l’avantage de pouvoir correspondre facilement avec ce public international, à différents moments de leur parcours d’étude et de recherche.

24De même, l’équipe de la bibliothèque de l’Institut d’études politiques de Paris s’est dotée de documents de travail adaptés aux étudiants des nombreux masters dont les cours sont entièrement dispensés en anglais. Comme nous l’indique Anita Beldiman-Moore, responsable du département Services aux usagers, un tronc commun des cours de recherche documentaire a été conçu en anglais pour l’ensemble des masters concernés : Information Skills Training: Research Methodology and Practice. Les personnels disposent d’un livret du formateur et d’un support de présentation rédigés en anglais, puis d’un mémento, également en anglais, qui sera envoyé après-coup aux étudiants formés.

25Cette capacité à produire ou à simplement utiliser cette documentation interne conçue pour l’accueil des étudiants étrangers est à rapprocher des besoins en formation continue des personnels de BU. Citons, à titre d’exemple, le fait que la totalité de l’équipe de la BU de Nouvelle-Calédonie a été inscrite à des formations en anglais, dans le but d’offrir aux étudiants étrangers un accueil de meilleure qualité. De fait, la maîtrise des langues étrangères, et de l’anglais en particulier, concentre l’essentiel des projets de formation continue en lien avec l’accueil des étudiants étrangers.

Vers l’acquisition de connaissances en didactique des langues ?

26Depuis 2012, le Centre de ressources des langues (CRL) de l’université de Toulouse 2, service dirigé par Mélisande Ferry, réunit à la fois un espace d’auto-apprentissage (150 postes équipés de didacticiels) et des fonds documentaires destinés à « outiller » les étudiants dans la démarche d’apprentissage des langues étrangères, le tout avec un volet FLE conséquent.

27L’ouverture de cette nouvelle structure a donné lieu en amont à un travail d’équipe, avec l’accompagnement d’une enseignante en langues, sur l’accueil et en particulier sur le niveau d’aide à proposer aux étudiants travaillant sur les didacticiels d’apprentissage des langues. Dans le cadre de cette bibliothèque « hybride », on perçoit bien la nécessité pour les bibliothécaires d’acquérir un minimum de connaissances en didactique des langues, ne serait-ce que pour ne pas s’aventurer dans une démarche d’aide à l’étudiant que seul un enseignant dûment formé à l’apprentissage des langues pourrait lui fournir.

L’approche fondée sur l’interculturalité

28Très peu de BU ont souligné dans l’enquête l’intérêt que l’on peut avoir à adopter une démarche basée sur la notion d’interculturalité. Pour certaines, l’interculturalité s’incarne dans le fait de recruter volontairement des étudiants issus d’autres cultures et ayant comme langue maternelle une autre langue que le français. C’est le cas à la BU Droit-Économie-Gestion de l’université de Franche-Comté, et également le souhait de la BU de la Manufacture des tabacs du SCD Lyon 3, où le projet est de mettre en place un service de tutorat en langues, en proposant à l’intérieur de la bibliothèque des espaces de conversation animés par des tuteurs anglophones, hispanophones ou germanophones, comme nous l’indique Odile Jullien-Cottart, conservateur au SCD de Lyon 3.

29Au CRL de Toulouse 2, les moniteurs-étudiants sont désormais amenés à animer des ateliers de conversation, soit dans leur langue maternelle, soit dans leur langue d’apprentissage, ce qui ouvre la possibilité à la bibliothèque d’accueillir des étudiants étrangers au sein même de l’équipe.

  • 11 L’interculturalité faisait partie du programme que j’ai piloté pour un stage de formation continue (...)

30En revanche, aucune BU n’a indiqué organiser des formations permettant au personnel d’avoir une meilleure compréhension des comportements et du background des étudiants étrangers qu’elle accueille. Certaines y réfléchissent : c’est le cas de la BU Sciences de Grenoble qui exprime le souhait de mieux connaitre les étudiants asiatiques, en particulier ceux originaires de Chine. L’université de Haute-Alsace, dans le cadre de son projet de Learning Centre (ouverture prévue à l'automne 2018) et des dispositifs d'accompagnement et de médiation à mettre en œuvre, souhaite aussi engager une réflexion sur l'accompagnement interculturel11.

Priorités et perspectives

31Plus largement, l’accueil des étudiants étrangers en BU doit-il prendre la forme d’un kit composé de toutes les actions à mener en termes de services, de collections et d’action culturelle ?

32La réponse est plutôt non, tant les BU sont dépendantes de leur environnement et, en particulier, des acteurs qui évoluent autour d’elles. Il semble plus judicieux de bâtir un programme d’actions susceptibles de trouver leur place, plutôt que d’envisager de manière systématique l’ensemble de ce qui peut être produit au profit des étudiants étrangers.

33Et jusqu’où les BU peuvent-elles aller en matière d’intégration des étudiants étrangers ? Parmi les étudiants étrangers accueillis en France, on compte aussi des demandeurs d’asile ou des réfugiés. Dans le cadre de l’aide spécifique apportée aux réfugiés syriens décidée par le président de la République, le ministère des Affaires étrangères et du développement international (MAEDI) a mis en place un programme de bourses d’études destinées à des étudiants syriens inscrits dans les universités et les écoles d’ingénieurs françaises (73 bénéficiaires en 2016-2017) et Campus France a lancé le programme d’aide à l’accueil en urgence des scientifiques en exil (PAUSE)12. Mais globalement, si des actions ont été menées par certains établissements, elles le sont souvent sur leur budget et grâce à la mobilisation d’associations et de bénévoles.

34À titre d’exemple, en 2016 l'université de Paris 8 a mis en place un Diplôme universitaire de FLE qui s’adresse exclusivement à des étudiants réfugiés ne possédant que très peu ou pas du tout de notions en français. Ce diplôme vise à leur octroyer un niveau de maîtrise linguistique permettant leur insertion dans une formation de l’enseignement supérieur francophone afin d’y reprendre les études interrompues dans leurs pays respectifs.

35N’est-ce pas là l’occasion pour les bibliothèques de ces universités d’assumer leur rôle social, à l’échelle au moins de leur établissement ?

Notes

1 Les chiffres exposés ici proviennent du site de Campus France, établissement public chargé de la promotion de l’enseignement supérieur, de l’accueil et de la gestion de la mobilité internationale des étudiants, des chercheurs, des experts et des invités. [En ligne] < http://ressources.campusfrance.org/publi_institu/etude_prospect/chiffres_cles/fr/chiffres_cles_n10_essentiel.pdf >.

2 Parmi les étudiants internationaux, on compte aussi les étudiants relevant des établissements français et faisant le choix d’une mobilité vers l’étranger au cours de leur formation : ils incarnent ce qu’il est convenu d’appeler la mobilité sortante. Cette contribution portera particulièrement sur l’accueil des étudiants arrivant de l’étranger, étudiants qui représentent la mobilité entrante.

3 Notons au passage que ce programme concerne tant la mobilité des étudiants que celle des personnels.

4http://www.campusfrance.org/fr/page/les-formations-enseignees-en-anglais >.

5 « Accueil des étudiants étrangers en BU », diffusion sur le site de l’Association des directeurs de bibliothèques universitaires (ADBU).

6 Sur la question des « sites Internet des universités françaises : comment sont accueillis et informés les étudiants étrangers ? », voir la synthèse publiée en juillet 2016 par Campus France. [En ligne] < http://ressources.campusfrance.org/publi_institu/agence_cf/notes/fr/note_51_fr.pdf >.

7 Guide d’accueil des étudiants étrangers hors échanges. [En ligne] < http://www.univ-angers.fr/fr/international/etudiants-internationaux/etudiants-etrangers-hors-echanges.html >.

8http://www.univ-reims.fr/minisite_32/inscription-s-inscrire-et-se-reinscrire/l-inscription-des-etudiants-internationaux/les-etudiants-internationaux-hors-programmes-d-echange/la-premiere-inscription-des-etudiants-internationaux-hors-programmes-d-echange,16556,28202.html >.

9http://www.univ-paris8.fr/Ateliers-de-conversation-en-francais-pour-les-etudiants-etrangers >.

10 Pour l’édition 2016 du Printemps des poètes à l’université de La Rochelle, 7 étudiants ont accepté de présenter des poèmes dans 4 langues différentes : anglais, chinois, français et kurde. La projection a eu lieu lors de la soirée des poètes Globe-trotters du 8 mars 2016 à l’Aiôn Café. [En ligne] < http://portail-video.univ-lr.fr/Printemps-des-poetes-2016 >.

11 L’interculturalité faisait partie du programme que j’ai piloté pour un stage de formation continue à l’Enssib, en 2016 : « Quels services pour les étudiants étrangers en bibliothèque universitaire ? ».

12http://www.campusfrance.org/fr/actualite/le-programme-pause >

Auteur

Directeur adjoint de la Bibliothèque universitaire de La Rochelle

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search