Version classiqueVersion mobile

Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque

 | 
Lucie Daudin

Partie 2. Les bibliothèques des tiers lieux pour l'apprentissage du français et de la vie en France

Avant de développer un fonds d’apprentissage du français : questions à se poser

Noémie Szejnman

Texte intégral

Des outils d’apprentissage pour qui ?

1La première question à soulever concerne le public à qui l’on destine ce fonds. Quel est le contexte local dans lequel se trouve l’établissement, qui sont les apprenants présents sur son territoire, pour répondre à quel besoin souhaitent-ils apprendre le français, quel est le lien tissé avec les structures qu’ils fréquentent ? Et s’agit-il d’un fonds à destination des apprenants en autonomie ou dans le cadre d’un groupe, voire à destination des enseignants ?

Pour les apprenants en auto-formation1

  • 1 Pour avoir une liste plus importante de méthodes classées par niveau, on pourra se référer à un out (...)

2Assimil ou la collection Langues pour tous de Pocket figurent parmi les éditeurs et collections les plus connus du grand public. Parmi les collections des éditeurs de référence, certaines sont plus spécifiquement destinées aux apprenants en auto-apprentissage, par exemple Vite et bien de Clé international.

3On trouvera également de nombreuses ressources numériques, payantes ou non, telles que :

  • Rosetta Stone de l’éditeur Fairfield (disponible en cdrom ou diffusion en ligne par CVS) ;
  • Talk now puis Talk more de l’éditeur Eurotalk (disponibles en cdrom ou diffusion en ligne sur toutapprendre.com).

4Attention, même si ce sont des outils d’autoformation, ces méthodes nécessitent souvent un accompagnement pour démarrer.

Pour les apprenants accompagnés dans le cadre d’un cours

5Les manuels à utiliser en classe (par exemple Échos de Clé international, Alter Ego d’Hachette, Nouveau rond-point de Maison des langues) se déclinent généralement en :

  • livre de l’élève ;
  • cahier d’activité ;
  • guide pédagogique à destination de l’enseignant.

6Ces documents complémentaires seront à différencier au sein de la médiathèque afin que chacun des publics attendus trouve ce qui lui correspond le mieux.

Quel niveau de langue ?

7Pour s’adresser au plus grand nombre, il sera important de proposer des documents de tout niveau, en veillant à avoir plus de documents de premier niveau que de niveau avancé, la majorité des apprenants se contentant des bases d’une langue pour un usage quotidien.

8Pour définir un niveau de langue, on fait aujourd’hui généralement référence au Cadre européen commun de référence pour les langues ‒ apprendre, enseigner, évaluer (CECRL). Ce document publié par le Conseil de l'Europe en 20012 propose trois niveaux généraux (A, B et C), subdivisés en six niveaux.

Schéma. Définir le niveau de langue

Schéma. Définir le niveau de langue

Source : Cadre européen commun de référence pour les langues - Apprendre, Enseigner, Évaluer. < http://www.coe.int/​T/​DG4/​Linguistic/​Source/​Framework_FR.pdf >.

9Les formateurs de FLE travaillent sur la base de ce référentiel et préparent souvent les apprenants aux certifications suivantes, délivrées par le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche :

  • le Diplôme initial de langue française (DILF), niveau A1.1 ;
  • le Diplôme d'études en langue française (DELF), niveaux A1 à B2 ;
  • le Diplôme approfondi de langue française (DALF), niveaux C1 et C2.
  • 3 Pour plus d’information, consulter le site du Centre international d’études pédagogiques (CIEP) :   (...)

10Par ailleurs, le Test de connaissance du français (TCF) pour l’accès à la nationalité française atteste du niveau requis en français pour les postulants à la nationalité française3.

Des outils d’apprentissage du français, oui, mais à partir de quelle langue ?

11Si l’on choisit d’avoir des documents d’apprentissage du français à destination des apprenants, se pose alors la question de la langue dans laquelle ces documents seront proposés. S’agira-t-il d’avoir des méthodes entièrement en français pour permettre à l’apprenant de s’immerger dans la langue de destination ? Choisirons-nous plutôt de proposer des documents bilingues permettant à l’apprenant d’apprendre plus progressivement, à son rythme et en fonction de ses besoins ?

12Si cette deuxième option est préférée, un diagnostic local permettant d’identifier les langues parlées par les apprenants est nécessaire. Il est rare que l’ensemble des apprenants d’un territoire aient tous la même langue d’origine et il faudra tendre à constituer une collection permettant de prendre en compte les langues d’origine de la plupart des usagers. Quelques éditeurs proposent ainsi des outils à partir de certaines langues d’origine :

  • les éditions Assimil ont à leur catalogue un large choix de méthodes d’apprentissage du français à partir de langues maternelles diverses (anglais et espagnol, mais aussi arabe, hongrois, russe, turc, etc.), principalement dans la collection Le Français sans peine ;
  • les éditions Clé international proposent une grammaire contrastive pour anglophones, brésiliens, hispanophones, germanophones ;
  • les éditions de Boeck proposent des vocabulaires depuis plusieurs langues dans la collection D’une langue à l’autre.
  • 4 Toutes situées à Paris.

13Apparaîtra néanmoins la difficulté de l’approvisionnement des méthodes dans certaines langues plus rares, dont les documents ne sont pas ou peu distribués en Europe, ou encore les langues de culture orale (langues africaines par exemple). On pourra alors se tourner vers des librairies étrangères telles que la librairie de l’Institut du monde arabe, Le Globe pour le russe, Le Phénix pour le chinois, la librairie Khavaran ou la librairie Utopiran Naakojaa pour le persan4, etc.

  • 5 On peut citer la Librairie internationale V. O. à Lille, la Librairie Kléber à Strasbourg, la Libra (...)

14Autre option : proposer des documents bilingues partant d’une langue intermédiaire – l’anglais le plus fréquemment – pour aller vers le français. Cette proposition est souvent retenue, car l’acquisition des documents se trouve facilitée par l’existence de librairies spécialisées dans les langues étrangères proposant généralement un rayon FLE5, par une offre plus diversifiée, et par l’idée que des documents proposés dans une langue plus communément parlée pourront ainsi bénéficier au plus grand nombre.

Et l’apprentissage par l’immersion ?

15Une autre méthode d’apprentissage, souvent complémentaire, consiste à s’immerger dans la langue de destination. Cela implique que l’apprenant ait une connaissance de base du français et puisse trouver des documents adaptés à son niveau.

Les « lectures simplifiées »

16La première piste consiste à proposer des éditions spécifiques, qui allient un texte littéraire et des mots de vocabulaire ou des règles de grammaire expliquées à chaque page. On peut citer par exemple les collections Lectures CLE en français facile chez Clé International ou Lire en français facile chez Hachette Français langue étrangère.

Piocher parmi les collections courantes

17Outre des romans courts de littérature générale6, un certain nombre de documents que nous possédons dans les médiathèques sont illustrés et, en alliant le texte et l’image, peuvent être des sources certaines d’apprentissage : par exemple, la bande dessinée adulte ou jeunesse, ou les livres documentaires jeunesse. Proposer ces documents écrits par des francophones pour des francophones présente de nombreux intérêts : les représentations culturelles ne sont pas les mêmes et permettent d’unir étroitement l’enseignement de la langue et de la culture, ils sont motivants pour les apprenants car tous les sujets sont abordés et ils permettent de montrer à l’apprenant que même avec une compétence minimale, il est capable de comprendre le français.

18On pourra également suggérer des livres illustrés pour la jeunesse, par exemple des imagiers pour apprendre le vocabulaire de la vie quotidienne, ou des albums jeunesse illustrés avec un texte simple. Si l’album existe également dans la langue d’origine de l’apprenant, la comparaison entre la version française et la version dans la langue maternelle pourra également être un premier pas vers le français écrit.

19Enfin, parmi les collections habituelles d’une médiathèque, il pourra être intéressant d’utiliser les supports audiovisuels. En effet, les menus des DVD proposent souvent plusieurs langues ; un apprenant peut donc regarder un film français avec les sous-titres en français (sous-titre à l’origine à destination des malentendants) qui sont une version simplifiée des dialogues. On pourra également conseiller des supports audio complétés par un texte en français : chanson française avec paroles, ou livre audio avec texte original. Voir le texte écrit et l’entendre en même temps permet en général une meilleure compréhension.

20On pourra également suggérer aux usagers des ressources diffusées par les médias traditionnels tels que le journal en français facile de RFI ou de TV5.

Comment proposer ces documents ?

21Qu’il s’agisse d’un fonds spécifique pour l’apprentissage du français ou de l’utilisation des fonds habituels de la médiathèque, se pose la question de la médiation. Comment faire vivre ces fonds et les proposer au public en distinguant bien le niveau d’expression en français et le niveau intellectuel de la personne ? On a trop souvent tendance à penser qu’une personne qui s’exprime mal en français n’est pas lettrée ou éduquée. Parmi notre public il existe tous les cas de figure : ceux qui savent lire dans leur langue et ceux qui ne le savent pas, ceux qui savent parler français mais pas le lire, ceux qui comprennent l’écrit mais n’osent pas s’exprimer.

22La visibilité de ces fonds, leur signalétique adaptée sont souvent accompagnées d’actions spécifiques, de type ateliers de conversation ou ateliers sociolinguistiques ; ils sont aussi l’occasion d’échanger avec les apprenants et ainsi de mieux comprendre comment ils perçoivent ce fonds, ce qu’ils y trouvent et ce qu’ils aimeraient y trouver.

Notes

1 Pour avoir une liste plus importante de méthodes classées par niveau, on pourra se référer à un outil proposé par la Bpi et intitulé « Premiers pas en français », mai 2016. [En ligne] < http://balises.bpi.fr/files/live/sites/Professionnels/files/Pdf/collections-et-services/autoformation/A4-FLE-02DEF.pdf >.

2http://www.coe.int/T/DG4/Linguistic/Source/Framework_FR.pdf >.

3 Pour plus d’information, consulter le site du Centre international d’études pédagogiques (CIEP) : < http://www.ciep.fr/ >. Cet opérateur du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche propose notamment un « Répertoire des méthodes de français langue étrangère » (novembre 2016) très complet. [En ligne] < http://www.ciep.fr/sites/default/files/repertoire_methodes_fle.pdf >.

4 Toutes situées à Paris.

5 On peut citer la Librairie internationale V. O. à Lille, la Librairie Kléber à Strasbourg, la Librairie internationale Maurel à Marseille, etc.

6 Voir par exemple les sélections « Facile à lire » de Bibliopass : < http://www.bibliopass.fr/ >.

Table des illustrations

Titre Schéma. Définir le niveau de langue
Crédits Source : Cadre européen commun de référence pour les langues - Apprendre, Enseigner, Évaluer. < http://www.coe.int/​T/​DG4/​Linguistic/​Source/​Framework_FR.pdf >.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/7661/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Auteur

Responsable de la médiathèque Aimé Césaire, responsable de la politique d’accueil et des partenariats à La Courneuve, Plaine Commune

© Presses de l’enssib, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search